Version classiqueVersion mobile

La sociologie cognitive

 | 
Fabrice Clément
, 
Laurence Kaufmann

II. Les approches sociales de l’esprit

Sociologie cognitive de la reconnaissance. Référence aux personnes et classification

Bernard Conein

Texte intégral

« [...] les concepts sociaux constituent un domaine qui est séparé de la perception des objets ordinaires et de leur catégorisation » (Jackendoff 1992).

  • 65 La pensée relève pour Fodor de la cognition générale et se distingue des processus cognitifs modula (...)

1La classification sociale a toujours intéressé la sociologie. La classification des personnes en groupes sociaux et le rapport qu’elle entretient avec les classifications naturelles des espèces sont un thème de réflexion au moins pour Durkheim, Mauss (Durkheim et Mauss 1968 [1903]) et Lévi-Strauss (1964). Cette tradition sociologique voyait la classification comme une forme de connaissance relevant de ce que Fodor (1983) appellera « la cognition en général », ou la pensée65. L’ouvrage classique de Lévi-Strauss sur les classifications, La pensée sauvage (1964), défend une version conceptuelle des classifications en soulignant que, dans les sociétés sans écriture, les classements sont des modes de pensée sur la nature. Dans la tradition anglo-saxonne, Bloor (1982) et Collins (1985) montreront qu’il y a chez Durkheim un projet de sociologie cognitive, qui conçoit les classifications comme un mode de connaissance.

2Peu à peu se dessine une rupture avec cette tradition de raisonnement et avec ces théories classiques de la classification.

  • 66 Atran (1990) et Berlin (1992) soulignent cependant que l’anthropologie cognitive maintient une appr (...)

3Une sociologie cognitive de la catégorisation émerge avec les travaux en analyse de conversation d’Harvey Sacks (1992). Dans les années 1970, sous l’influence de la psychologie cognitive, les classifications vont être conçues comme un instrument de reconnaissance des entités. Classer, c’est catégoriser, placer une entité dans une classe66 ; la notion de catégorisation tend alors à se substituer à celle de classification. Classer une personne en la catégorisant, c’est l’appréhender au moyen de termes généraux classifiants, comme femme, jeune, socialiste ou géographe, de même qu’une espèce vivante est appréhendée comme un moineau, un chien ou une rose. Bien que l’analogie se révèle trompeuse, il est tentant d’étendre aux objets sociaux un modèle de représentation qui a été appliqué avec succès aux objets naturels.

4Dans cet article, nous étudierons d’abord la tentative de fonder une sociologie cognitive de la classification sociale sur une théorie de la catégorisation, en évoquant les difficultés rencontrées. Puis nous montrerons que la place occupée par la reconnaissance identifiante des personnes a été constamment sous-estimée à cause du primat accordé par la sociologie à la catégorisation. Enfin, le désir d’expliquer pourquoi, dans les communications courantes entre proches, les désignations identifiantes l’emportent sur les classifications nous conduira à donner une fonction cognitive à la conversation comme instrument de construction des relations sociales.

La catégorisation ou la classification comme reconnaissance descriptive

  • 67 Les théories computationnelles de la vision ont fait de la question de la reconnaissance des objets (...)

5Quand la psychologie cognitive (Brown 1958 ; Rosch 1973, 1978) se penche sur la classification des objets familiers, elle conçoit la classification comme une tâche de reconnaissance, qu'elle nomme catégorisation. Elle introduit de fait une modification terminologique qui n’est pas mineure par rapport aux théories antérieures, car elle transforme ce qu’on entend habituellement par « jugement de classification ». Pour comprendre cette rupture de terminologie et d’approche de la classification, il faut rappeler le contexte dans lequel émergent les sciences cognitives, en particulier avec les recherches computationnelles sur la vision (Marr 1982 ; Ullman 1996)67 qui influent sur la conception de la classification.

  • 68 Le jugement de reconnaissance peut être considéré comme modulaire, lié à l’expérience visuelle de l (...)

6Les conséquences de cette modification conceptuelle ne sont pas toujours bien comprises dans les sciences sociales qui tendent à ne pas établir de distinction nette entre cognition et connaissance. Or, la catégorisation est faiblement liée à la connaissance ; elle se présente comme un jugement de reconnaissance directe simple, qui relève plus de la perception que de la pensée. Influencé par les travaux de Marr sur la modularité de la vision68, Fodor (1983) fera ainsi de la distinction entre perception et cognition un principe de caractérisation des sciences cognitives :

Adopter une architecture computationnelle, c’est affirmer qu’il y a une différence entre perception et cognition, et que « l’identification des objets » (ou, plus exactement, un certain type de problème qui consiste à récupérer une description d'un objet en termes de ses propriétés) ne relève pas de la cognition générale mais de mécanismes psychologiques fonctionnellement identifiables. Selon ce modèle, l'analyse perceptuelle ne fait pas vraiment partie de la pensée.

7La différence entre perception et cognition a deux conséquences pour l’approche des classifications. La première concerne la définition de la classification : classer, c’est reconnaître un objet à partir d’un prototype perceptuel. Une autre conséquence concerne la définition de la notion de « catégorie », qui n’est plus considérée comme un déterminant conceptuel mais comme une classe d’objets visuels (Bourdeau 1994) : au nom « tigre » correspond le type tigre. Ainsi, Fodor présente les travaux sur la catégorisation de Brown et Rosch avec un exemple où la classification est explicitement assimilée à la perception d’un prototype. Selon lui, la présence d’un chien dans l’environnement suscite la catégorie perceptuelle chien, plutôt que les catégories animal ou petit caniche gris argenté :

À la question : « Que voyez-vous par la fenêtre ? », je réponds : « Une femme qui promène un chien » (et non « Une femme qui promène un animal » ou « Une femme qui promène un petit caniche gris argenté » ; Fodor : 126).

8En effet, chien constitue une « catégorie perceptuelle fondamentale », alors qu'animal se situe à un trop haut niveau d’abstraction pour que l’objet visuel chien soit reconnu et qu’une forme visuelle familière soit associée. Ce raisonnement permet de comprendre pourquoi la catégorisation, voire le jugement de reconnaissance, ne relève pas de la pensée. La perception d’un chien est un processus automatique, réalisé sans effort car c’est au premier coup d’œil qu’une forme est perçue comme un chien : « Ce serait une gageure de ne pas voir un chien quand il est devant nous » (Treisman 1992 : 155).

9Les théories standard de la catégorisation fournissent une définition explicite de la catégorisation, qui n’est pas celle de la sociologie de la catégorisation sociale. Qu’est-ce en effet que la catégorisation, au sens de la psychologie cognitive et des théories de la vision ? Elle ne s’identifie pas à la classification, dont elle n’est qu’un cas particulier reposant sur la rencontre immédiate entre un schéma perceptuel et un stimulus distal. De plus, elle dépend d’une contrainte psychologique : le fait que la reconnaissance d’un objet perceptuel tend à se réaliser à un niveau moyen d’abstraction. Pour Fodor, reprenant Brown et Rosch, si c’est chien qui est choisi parmi d’autres catégories et classifications logiquement possibles comme caniche, animal, espèce vivante, c’est qu’intervient une contrainte de choix préférentiel sur la représentation de l’objet. Si un objet peut relever simultanément de plusieurs classes ou catégories, les classes préférées sont celles de niveau moyen d’abstraction, ni trop abstrait ni trop spécifique. Comme le dit Ullman (1996) : « Reconnaître requiert une classification à un niveau approprié, et ce qui est approprié dépend en partie des circonstances. »

Les formes de la reconnaissance des personnes

10Comment opère le jugement de reconnaissance lorsqu’une classification se porte sur des personnes ou des groupes sociaux ? La catégorisation comme procédure de reconnaissance opère-t-elle de la même manière ? Peut-on transposer le modèle de reconnaissance des objets visuels aux objets sociaux ?

  • 69 Harvey Sacks (1932-1975) est un sociologue américain, ancien étudiant de Goffman, qui va créer un n (...)

11Ces questions reviennent à se demander si une sociologie de la catégorisation sociale est possible, ou du moins si elle l’est à partir des théories standard de la catégorisation. Il existe bien en sciences sociales une tentative dans cette direction, les études d’Harvey Sacks69 sur les systèmes de catégorisation sociale (membership categorization device), qui présentent des affinités au moins terminologiques avec les travaux contemporains de Berlin (1992) en ethnoscience, et de Brown (1958) et Rosch (1978) en psychologie.

  • 70 Sacks ne fait pas de différence entre terme classifiant et catégorie. Il semble identifier catégori (...)

12Les recherches d’Harvey Sacks héritent en effet d’une terminologie empruntée à la psychologie cognitive : pour lui, la catégorisation est avant tout un problème de reconnaissance d’entité, les catégories se présentent comme des classes (sets) ; et catégoriser, c’est inclure un exemplaire dans un ensemble. Ensuite, bien qu’il soit question de personnes et non plus de chiens ou de moineaux, la tâche de catégorisation est définie de manière assez similaire, comme un choix préférentiel de termes ou de catégories pour reconnaître70. En rencontrant un inconnu qu’on ne peut identifier par un nom propre, on cherche souvent à quel groupe l’affilier, et plusieurs termes peuvent alors venir à l’esprit, puisque les classes sont plus ou moins étendues selon la catégorie choisie. Catégoriser une personne, comme catégoriser un objet familier, est une tâche de sélection de termes et de types de classification.

13Cependant, la transposition du modèle de la psychologie cognitive aux classifications sociales a des limites. Sacks note une différence concernant les préférences dans le choix de la catégorie pertinente. Pour les personnes, le terme pertinent n’est pas d’abord dépendant du niveau d’abstraction de la catégorie. Il est thématique, car subordonné à la sélection préalable d’un ensemble (par exemple : sexe, race, génération, religion, profession...) au sein duquel des classificateurs sont choisis :

Il y a plusieurs ensembles (sets) de catégories. Pour parler d’une personne, quel ensemble sélectionner ?... Il est évident qu’il y a un large choix dans les ensembles et catégories utilisables : ainsi, dans l’ensemble sexe, « femme », dans l’ensemble race, « noir », dans l’ensemble religion, « catholique », dans l’ensemble profession, « travailleur social ». Chacune de ces catégories peut s’appliquer à la même personne (Sacks 1992, Lecture 6 : 41).

14Sacks montre ainsi qu’en typant ou classant une personne, on ne choisit pas d’abord une catégorie, mais d’abord un mode de description (Conein 1998). En choisissant la profession, on choisit « un ensemble de catégories qui vont ensemble », en choisissant la race, un autre mode de description relevant d’une autre collection. On peut ainsi délimiter le champ d’une sociologie cognitive de la catégorisation sociale, à partir d’une analyse des préférences dans la sélection de termes désignant les groupes sociaux.

15Pourquoi cependant les personnes ne sont-elles pas nommées ou classées, comme les espèces, selon un domaine unique de classement ? Les particularités propres à la catégorisation sociale permettent-elles de maintenir le projet d’une sociologie cognitive de la catégorisation ?

  • 71 Atran est plus restrictif sur la contrainte psychologique, qui ne serait efficiente que pour les ta (...)

16Première particularité : la contrainte psychologique (niveau préférentiel de reconnaissance), centrale dans la reconnaissance des objets familiers, ne semble plus intervenir pour Sacks. Elle est remplacée par une contrainte contextuelle, liée au contexte ou à l’interaction avec le destinataire. Le choix d’un genre de description est fonction des personnes présentes, de leurs relations, entre elles et avec les absents. Bien que certains psychologues (Dahlgreen 1985)71 aient considéré que la contrainte psychologique d’un niveau préférentiel de représentation s’appliquait aussi aux noms de profession, c’est autre chose que vise Sacks : les personnes sont pluri-désignables au même niveau de représentation, et « femme », « noir », « catholique », « travailleur social » sont des classificateurs sociaux de niveau moyen d’abstraction. Il souligne ainsi une spécificité dans la façon dont les catégories sociales caractérisent les personnes.

17Une seconde particularité concerne la relation informationnelle avec les entités qui sont reconnues. Pour Jackendoff (1992), lorsqu’on ne trouve pas de correspondance entre un terme social général et l’apparence d’une personne, on ne devrait plus caractériser la classification sociale comme une catégorisation :

Les concepts de compréhension sociale sont incommensurables avec ceux de compréhension spatiale. Les notions cruciales de la compréhension des relations sociales comme la parenté, l’appartenance à un groupe et la domination ne sont pas reliées de façon claire à l’apparence des personnes [...] Les concepts sociaux constituent un domaine séparé de la perception ordinaire des objets et de la catégorisation. Car ce qui fait de quelqu’un un oncle, un patron ou un ami est différent de ce qui fait d’une chose un chien, une table ou de l'or.

  • 72 Ainsi, pour Goffman (1988), le corps reste une source d’information sociale catégorielle provenant (...)

18Bien qu’une grande partie des jugements de reconnaissance sociale des personnes s’appuie sur des informations visuelles72, néanmoins, pour être rigoureux, il faudrait limiter la notion de catégorisation aux jugements de reconnaissance construits à partir d’informations visuelles concernant les personnes présentes. Lorsque l’information sociale est obtenue à travers la communication verbale, les jugements mis en œuvre ne sont plus des catégorisations, du moins au sens où l’entend la psychologie cognitive.

  • 73 Le système de représentation des objets sociaux porterait peut-être moins sur l’entité même que sur (...)
  • 74 Les objets visuels en tant que substances sont pour Ayers (1991) des touts naturels et des sujets u (...)

19Dernière particularité : la sémantique des concepts sociaux diffère de la sémantique des concepts recognitionnels. Des termes comme « patron » ou « oncle » ne désignent pas une personne mais la décrivent. Ces concepts caractérisent l’objet personne en fixant des conditions sur cette caractérisation. Car en disant de quelqu’un qu'il est « danois », « alpiniste » ou « luthérien », on ne parle pas d’un nouvel objet à chaque fois, on décrit la même personne de différentes manières, en fonction des buts ou des actions qu’elle accomplit73. Ce que soutient alors Jackendoff, c’est que les termes sociaux ne sont plus des concepts recognitionnels. Du point de vue sémantique, des concepts comme « boucher », « grec » et « célibataire » fonctionnent comme des concepts composites : humain + boucher, humain + grec ou humain + célibataire (Ayers, 1991)74.

  • 75 Les groupes sociaux forment des classes intentionnelles comme l’a montré Hacking (1995), car les pe (...)

20La critique de l’idée de catégorisation sociale se fonde donc sur l’impossibilité de relier directement un concept social à une personne. Cette particularité concerne à la fois la sémantique et le mode d’existence des groupes sociaux. Les personnes ne se manifestent dans le monde que partiellement comme des objets naturels (humain). Elles sont des objets intentionnels qui autodéfinissent la partie sociale de leur identité en respécifiant leur identité naturelle par ajout de propriétés non naturelles (Hacking 1995)75. En calquant la catégorisation des personnes et des groupes sur celles des objets, la sociologie cognitive de la catégorisation sociale s’interdit de penser la spécificité cognitive du jugement de reconnaissance des personnes. Si les personnes sont aussi des espèces vivantes, ce n’est pas en tant qu’espèces qu’elles sont réparties en groupes sociaux qui disposent de systèmes complexes de signalement et de reconnaissance mutuelle. Or, ce que postule en fait la théorie classique de la catégorisation, c’est un lien entre l’existence de classes perceptuelles fondamentales et le fait que quelque chose soit reconnu comme un objet dans l’expérience visuelle. Si à des noms ne correspond aucune catégorie perceptuelle, peut-on encore parler de catégorisation ?

21En d’autres termes, la classification sociale des personnes ne se réalise pas à travers un jugement de reconnaissance au sens restreint. On retrouve ici un argument avancé par les théories de la reconnaissance sociale (Honneth 2006 [2001], Ricœur 2004), qui met en cause l’idée qu’un jugement de reconnaissance, lorsqu’il porte sur des personnes, se réduise soit à une identification, soit à un classement. La reconnaissance restreinte (identifiante/classifiante) est subordonnée à une reconnaissance secondaire, de nature sociale ou mutuelle (Conein 2009). Surtout, la reconnaissance apparaît comme un processus bien plus complexe lorsqu’elle porte sur les personnes : (1) la désignation se distingue de la classification, la reconnaissance descriptive se dédouble en reconnaissance identifiante de personnes singulières et reconnaissance classifiante des groupes d’appartenance ; (11) la reconnaissance sociale est mutuelle, et elle opère selon des modalités qui ne sont plus strictement recognitionnelles, puisque classification, qualification et ratification ne sont pas séparables (Margalit et Raz 1991).

22Donc, malgré la similarité terminologique, la démarche suivie par Sacks l’éloigne du modèle standard de la catégorisation issu de la psychologie cognitive. Ce faisant, elle n’exclut pas l’ouverture d’un champ nouveau d’exploration pour la sociologie cognitive de la reconnaissance, qui définirait autrement les problèmes autant que les moyens de les traiter. Une tentative prometteuse dans cette direction se trouve dans des études récentes de Schegloff sur la description des personnes dans la conversation. Proche de Sacks, Schegloff adopte néanmoins une autre approche, centrée sur l’usage de noms sociaux dans la communication verbale, sans privilégier la classification sur la désignation. Car en donnant un rôle prédominant au langage et à la conversation, Schegloff sera conduit à réduire le privilège accordé par Sacks à la catégorisation.

Identifier une personne par un nom ou la classer par une catégorie

23Dans des articles récents (2006, 2007a, 2007b), Schegloff introduit une série de modifications dans le traitement de la classification sociale. Pour lui, la catégorisation n’est en effet qu’une partie d’un phénomène de portée sociologique plus générale : comment les personnes sont reconnues et caractérisées dans la communication verbale.

  • 76 Malgré l’intérêt des distinctions sémantiques apportées sur l’emploi des noms, Schegloff raisonne i (...)

24Schegloff distingue deux modes de représentation et de reconnaissance des personnes : l’un, identifiant, qui opère avec des termes singuliers, et l’autre, classifiant, avec des termes généraux76. Pour lui, les personnes sont, dans les conversations, objet de ces deux types de représentation, avec une prédominance fréquente de l’identification singulière. En effet, dans la conversation, distinguer les personnes dont on parle ou à qui l’on parle par des expressions singulières est une tâche courante.

  • 77 Ce que souligne surtout Schegloff, c’est que Sacks parle de « référence » poulies emplois classific (...)

25Or, cette différence introduite par Schegloff, rare en sociologie, devient explicite en pointant, dans les articles de Sacks, une confusion terminologique sur la référence77. Deux tâches sont maintenant distinguées : la référence aux personnes au moyen d’une désignation, généralement liée à un usage référentiel de termes singuliers ; et la description des personnes, qui se fait généralement au moyen de termes généraux (ou de termes catégoriels), liés à un usage classificatoire :

Cela veut dire que la catégorisation sociale n’est pas équivalente à la référence aux personnes, et que la référence aux personnes n’est pas équivalente à leur catégorisation.

26Cette première distinction entre référer et décrire en implique une seconde entre usage référentiel et usage classificatoire :

L’affirmation que la « catégorisation » n’est pas équivalente à la « référence » et que la référence aux personnes n’est pas équivalente à la catégorisation repose sur deux observations. La première est que des termes catégoriels peuvent être utilisés pour référer, comme ils peuvent l’être pour décrire. La seconde est que la référence aux personnes peut être accomplie au moyen de catégories, mais aussi avec d’autres moyens, comme les noms (Schegloff 2007a : 434).

  • 78 Les théories de la référence directe de Putnam et Kripke soutiennent une spécificité de la désignat (...)
  • 79 Schegloff transcrit les extraits conversationnels selon les principes de l’analyse de conversation, (...)

27Schegloff s’inspire ici d’un argument sémantique influencé par les théories récentes de la référence directe, en particulier les théories restreintes de la désignation (Perry 1993)78. La distinction entre référer et décrire le conduit à admettre la possibilité d’un usage référentiel, et donc identifiant, des termes catégoriels. L'analyse d’un extrait de conversation entre Bee et Ava montre en effet que la présence de termes classifiants dans des expressions singulières n’implique pas un emploi classificatoire de ces termes79 :

01 Bee :-> nYeeah, ˙hh This feller I have-(nn)/(iv-) “felluh” ; this
02
-> ma:n. (0.2) t! ˙hhh He ha::(s)- uff-eh-who-who I have fer
03 Linguistics [is real]ly too much, ˙hh [h=]
04 Ava: [Mm hm?] [Mm [hm,]
05 Bee: [=I didn’ notice it
06-> b’t
there’s a woman in my class who’s a nurse. ‘n. ˙hh she
07->> said to me
she s’d didju notice he has a ha: ndicap en I
08 said wha:t. You know I said I don’t see anything wrong
09 wi [th im, she says his ha:nds.=
10 Ava: [Mm:.
[transcription Schegloff, 2007a]

  • 80 « Il est toujours possible d’employer une description “référentiellement”, c’est-à-dire de conférer (...)
  • 81 Pour Schegloff, l’expression « who is a nurse » est purement descriptive. Je pense qu’il a tort, ca (...)

28Malgré des termes généraux classifiants (termes catégoriels chez Schegloff) comme « fellow », « man », « woman », « nurse », la plupart des termes servent ici à identifier de qui on parle, non à caractériser un type. Il s’agit d’un usage référentiel qui vise à une reconnaissance identifiante de personnes. Si ces items ne servent pas à catégoriser ou à classifier, c’est que leur fonction est de faire référence à quelqu’un de singulier en attirant l’attention sur lui en tant qu’individu. L’usage référentiel des termes permet de pallier l’ignorance des noms de ceux dont Bee et Ava parlent. Comme le souligne Récanati (2009)80, on a là affaire à un usage instrumental du contenu descriptif. La description n’est pas la visée de l’expression, car un segment comme « there is a woman in my class who is a nurse »81 est une description définie qui réalise une référence identifiante (Donnellan 1966).

29Le second extrait présenté par Schegloff décrit par contre un processus de reconnaissance par classification. Une femme parle à sa fille adolescente, Virginia, et à une jeune femme d’une vingtaine d’années, Prudence. Il y a bien catégorisation au sens de Sacks, puisque les gens de l’âge de Virginia sont classés comme relevant d’un groupe (les gwaffs). Cet emploi ne vise pas à identifier une personne singulière. Ce n’est donc pas un usage référentiel, mais bien un emploi classificatoire ou descriptif qui transparaît à travers la séquence « all the rest of my people my age are gwaffs ».

01 Mom: ˙hhh ^Well that’s something else. (0.3) ^Ι don’t think that
02 you should be going to the parties that Beth goe:s to. She is
03 eighteen years old. An’ you are fou:rtee:n, da [rlin’.
04 Vir: [I KNOW::, BUT
05 A:LL THE REST OF MY: PEOPLE MY AGE ARE GWAFFS. I promise.they
06 are si: [ck.
07 Mom: [They’re what?
08 (.)
09 Vir: GWAFFS.
10???: ( )
11 Pru: What’s a gwaff.
12 (3.1)
13 Vir: Gwaff is jus’ someb’dy who’s really (1.1) I just-ehh! ˙hh
14 s- immature.> You dont wanna hang around people like tha:t.<
15 (1.9)
16 Mom: Well, don’tchyou think thet thuh: eighteen year o:lds, an’ thuh
17 twenny years old think you are a gwaff?
[transcription Schegloff, 2007a]

  • 82 Schegloff plaide pour un usage de « désigner » et « référer » restreint aux propositions singulière (...)

30Schegloff montre que, dans la première conversation, les noms ont une fonction principalement désignative, l’objectif n’étant pas de «catégoriser » des personnes mais d’acquérir des informations permettant d’identifier des inconnus82 en se servant de termes généraux pour référer. Cette analyse met l’accent sur un phénomène de représentation du singulier propre aux conversations, qui demande une explication. Dans la variation des modes de reconnaissance des personnes, la classification sociale apparaît comme un genre de reconnaissance secondaire par rapport à la reconnaissance-identification. Les locuteurs se demandent d’abord de qui on parle, puis dans quel réseau ou quel groupe se place la personne dont on parle. Désigner quelqu’un au moyen d’une description qui contient un nom de groupe comme nurse ne veut donc pas dire automatiquement le classifier.

31En défendant une approche contextuelle de l’usage des noms pour représenter les personnes, Schegloff initie une démarche assez éloignée des études antérieures sur la catégorisation, puisqu’il récuse l’existence même d’un domaine spécialisé d’« étude de la catégorisation sociale » (Schegloff 2007b : 477). Mais pour étayer ce raisonnement, il faut changer d’objet d’analyse et prendre en compte la fonction de la conversation dans le maintien des relations sociales.

Les implications sociologiques de la distinction entre reconnaissance identifiante et reconnaissance classificatoire

  • 83 « Il s’agit non d’une catégorie caractérisant les adolescents mais d’une catégorie contrôlée, emplo (...)

32Dans une conversation courante, la sélection d’un genre de classement est ouverte, car elle dépend de l'interaction entre les personnes et la façon dont elles construisent leur lien à autrui et leur affiliation à des collectifs. Dans l’exemple de Schegloff à propos de gwaff, la mère identifie d’abord des personnes (Virginia et Beth), puis décrit en termes d’âge le collectif dont elles relèvent (« I dont think that you should be going to the parties that Beth goe:s to. She is eighteen years old. An’ you are fou:rtee:n »), enfin Virginia introduit une « catégorie » (gwaff) pour se classer, et classer ses semblables en type caractérisant un groupe d’adolescents83. Les noms propres et les pronoms sont orientés vers les individus pour tisser des relations de personne à personne. Gwaff a une fonction classificatoire de regroupement des personnes dans un type (« all the rest of my people my age are... le terme ne vise pas à désigner mais bien à classer. Pourtant, il ne se réduit pas à classer des personnes, il participe aussi d’un processus de reconnaissance mutuelle, lié à l’autodéfinition de Virginia et à la définition du « bon » groupe d’appartenance (Margalit et Raz 1991). À côté de sa fonction classifiante descriptive, le terme a une fonction qualifiante et ratifiante. Il ne fonctionne pas seulement comme un classificateur de cohorte, un équivalent vernaculaire à « adolescent », c’est un nom utilisé par certains adolescents pour parler d’adolescents qui sont out au niveau social (Sacks 1979). Il fonctionne plus comme un nom de groupe que comme un nom de classe (Conein 2005a, 2005b). On retrouve l’argument d’Honneth (2006 [2001]) selon lequel la reconnaissance sociale est relationnelle et ne peut se réduire à une reconnaissance identifiante ou descriptive.

33Mais ce décalage entre désignation identifiante et classification sociale pourrait s’expliquer par un autre facteur qui tient à la prépondérance du langage sur la perception. La dimension verbale des données analysées modifie le rapport des termes employés avec la catégorisation sociale. Le fait que la personne soit aussi un objet visuel n’est plus ici au centre de l’analyse, le contexte privilégié étant l’emploi des noms dans la communication verbale pour représenter des personnes présentes autant que des personnes absentes.

  • 84 On retrouve ici les problèmes posés par l’anthropologie urbaine : les informations sur les personne (...)
  • 85 C’est d’ailleurs ce qu’a montré Sacks (1972) pour les appels à un centre de prévention du suicide à (...)

34La distinction de Schegloff entre usage identifiant et usage classificatoire aurait donc une portée sociologique forte, à condition d’interpréter les phénomènes de référence aux personnes dans un cadre plus général, d’ailleurs esquissé par l’auteur lorsqu’il souligne que, dans une conversation, la référence aux personnes et leur description sont plus centrales que leur classification. Si en effet ce sont les emplois conversationnels des termes sociaux qui sont généralement référentiels, il faut donner une explication à cette place centrale occupée, dans la conversation, par la recherche d’informations sur des personnes non présentes (Hannerz 1983 [1980])84. Ces emplois conversationnels contrastent avec les emplois de noms dans les organisations, où la classification prédomine sur la référence aux personnes.85 La centralité de la tâche d’identification pourrait être caractéristique de la manière dont le langage peut relier aux protagonistes les personnes non présentes, la catégorisation au sens strict impliquant la présence des personnes dans le champ visuel.

35Ce qui manque à Sacks autant qu’à Schegloff, ce n’est pas seulement une meilleure sémantique mais une théorie sociocognitive de la conversation, un raisonnement où le rôle génératif du langage dans le traitement de l’information sociale soit pris en compte.

Transmission de l'information sociale et construction des relations sociales

36Pourquoi la désignation identifiante des personnes l'emporte-t-elle dans la conversation sur leur description classifiante ? Une réponse triviale dirait que dans une conversation courante, les gens se connaissent et peuvent utiliser des identificateurs singuliers. Les références identifiantes prédomineraient dans les relations entre proches, et les classifications dans les relations distantes.

  • 86 En suivant la perspective de White sur les réseaux sociaux, qui accorde une place cruciale au langa (...)

37Dans l’expression « there is a woman in my class who’s a nurse », l’usage référentiel est manifeste, il s’agit de permettre à l’auditeur d’identifier une personne non présente qui va devenir thème de la conversation. L’estimation des relations sociales dans ce contexte local (les élèves d’un cours) porte sur des individus absents et leurs liens, avant de porter sur des collectifs. Pour caractériser la relation des personnes aux collectifs, il semble qu’il faille d’abord acquérir des informations singularisantes avant de représenter et qualifier la relation sociale qui les lie. Ce qui veut dire que pour interpréter une relation, l’estimation des informations sur des personnes particulières86 est souvent un préalable à leur contact ou à leur entrée dans un réseau réel, comme le montrent les expressions utilisées :

«this feller... who I have fer Linguistics»
«there is a woman in my class who’s a nurse»
«he..has a han: dicap»
«he hol: ds his chalk funny»
«she’s had experience hh with handicap’ people»

  • 87 Comme Hacking (1995) le souligne, les classifications sociales contrastent avec les classifications (...)

38La reconnaissance des personnes et la connaissance de leurs relations sont, de ce point de vue, bien plus complexes que la reconnaissance des espèces vivantes, qui se réduit à une reconnaissance classificatoire descriptive « passive »87 et à un genre unique de représentation, le plus souvent de type taxinomique. Si la représentation des espèces est essentiellement classificatoire c’est que, à l’exception des animaux domestiques, le jugement de reconnaissance ne repose pas sur des références identifiantes construites dans des boucles d’interaction.

39La signification de cette différence entre désignation et classification s’explique donc par la place des personnes dans le tissage des relations sociales. Si la référence aux personnes ne doit pas être confondue avec leur catégorisation, c’est donc aussi parce que les relations sociales importantes sont d’abord conçues et construites comme des relations de personne à personne. Le processus de spécification de l’information sociale semble partir des personnes et non des collectifs.

  • 88 Selon les éthologues, le raisonnement sur les relations sociales et sur les affiliations serait le (...)
  • 89 Pour Schegloff, dans les conversations, « la référence aux personnes prend la priorité sur la catég (...)

40L’information sociale acquise à travers la communication est beaucoup plus complexe qu’une information dont la collecte dépend de la coprésence de partenaires sociaux, où la perception reste le moyen principal d’information sur les partenaires sociaux. Parce qu'elle utilise le langage, cette information est d’abord plus complexe au niveau sémantique. Non seulement pour les deux raisons déjà mentionnées (pluralité des domaines de classement, exigence d’informations singularisantes), mais aussi parce que le langage comme instrument de représentation permet des relations à distance. C’est un moyen d’augmenter le nombre de relations sociales qu’une personne peut évaluer, construire et maintenir. La construction des relations sociales reposerait sur des raisonnements qui portent aussi bien sur des relations entre personnes participant à la conversation que sur des relations virtuelles (Livet et Nef 2009). La fonction sociale de la conversation serait de recueillir des informations sur des relations à distance à partir d’informations singularisantes (Conein 2005b ; Dunbar 1993, 1996)88. Quand les informations sont verbales, leur complexité s’élargit donc, car elles permettent de viser des partenaires non présents qu’on peut différencier par des identifications singularisantes et des descriptions détaillées. Si la reconnaissance identifiante des personnes prend la priorité89, c’est que les tâches de différenciation des individus au sein des collectifs sont une condition du tissage des relations sociales à distance et de la construction des réseaux (Sterelny 2007).

  • 90 Le nombre et la quantité importent mais restent subordonnés à la densité des liens, dans la mesure (...)

41Cette hypothèse sur le rôle du langage comme instrument de représentation des relations sociales fait écho à des argumentations récentes sur la fonction relationnelle de la conversation, inspirée de l’éthologie cognitive et de l’analyse des réseaux sociaux. Selon l’éthologue Dunbar (1996), la conversation chez les humains répond d’abord à une fonction sociocognitive : stabiliser des relations sociales au sein de groupements étalés sur plusieurs niveaux. La conversation est pour lui un moyen de coordination (bonding mechanism) pour maintenir des liens entre individus dans des groupes sociaux dispersés90. L’information sociale acquise dans la conversation permet aux sociétés humaines d’accroître la connectivité interpersonnelle au sein des réseaux, ainsi que la taille et le nombre de groupes d’appartenance. Dans la conversation, ces informations sociales sont généralement fournies par des anecdotes (White 2007) et par le commérage (Dunbar 1993, 1996).

  • 91 L’idée de White (2007) de netdoms comme réseaux se formant dans la dynamique des interactions est p (...)

42Selon White (2007 : 109)91, le langage intervient dans la construction des liens dans un réseau social. Nommer une personne est une façon de différencier une position dans une configuration relationnelle : « Un nom pour une identité la rend à la fois transférable et unique, si bien que le nom est une version élémentaire de la “position”. » Quant à typer un groupe social au moyen d’un terme, cela revient à caractériser un genre de lien, qui contraint ensuite des identités. Une anecdote sur des voisins est une façon de représenter des personnes et leur lien.

43Dunbar (1993 : 691) précise la façon dont ce mécanisme opère dans la communication verbale. La conversation présente selon lui deux caractéristiques en tant que mécanisme de coordination : (1) les participants peuvent s’informer mutuellement sur l’état de leurs relations et sur l’intensité des liens au moyen du langage et de la perception (la conversation entre Virginia et sa mère porte sur leur relation), (11) ils peuvent acquérir des informations nouvelles sur des relations à distance au moyen du commérage sans avoir à observer les tiers mentionnés :

Le langage permet l’acquisition d'information à propos de relations avec et entre des tiers, ce qui permet une connaissance sur les comportements caractéristiques des membres d’un groupe sans avoir à observer leurs actions [...] Le commérage sur une relation sociale avec autrui constitue une propriété importante de la conversation (Dunbar 1993 : 691-692).

44Pour résumer, cet argument qui attribue une fonction sociocognitive à la conversation élargit considérablement le champ de l’étude de la reconnaissance sociale. L’aptitude à classer les personnes en types de groupes très divers participerait de la possibilité d étendre les réseaux et les groupes d’appartenance, d’en construire de nouveaux ou de changer d’affiliation. La conversation apparaît alors comme un instrument bien plus élaboré pour s’informer sur les relations avec autrui que la simple observation d’affiliations fondées sur des jugements de catégorisation.

Conclusion

  • 92 Il faudra attendre les travaux d’Atran (1990) en anthropologie cognitive et de Berlin (1992) en eth (...)

45Faire reposer l’étude de la classification sociale sur une analyse de la catégorisation s’avère une impasse. L’application aux personnes d’un modèle descriptif du jugement de reconnaissance provenant de la classification des espèces naturelles restreint les mécanismes cognitifs en œuvre à des détections automatiques de type modulaire92.

46Deux critères ont été avancés pour transformer le mode de raisonnement classique en sociologie sur la nature de la classification sociale. Le premier emprunte une distinction faite par Honneth entre reconnaissance descriptive et reconnaissance mutuelle pour marquer que la reconnaissance sociale est pensée non plus comme de nature descriptive, mais appréciative et ratificatrice. Le second utilise une distinction provenant de la sémantique des noms entre désignation et classification.

47Il est important de mesurer les implications de ces deux distinctions pour une sociologie cognitive cohérente avec les recherches récentes sur la cognition sociale. Pour la première, elle soutient que le raisonnement de la sociologie sur la classification, qu’il soit d’inspiration classique ou ethnométhodologique, s’appuie sur des théories descriptives de la reconnaissance et de la classification. Quant à la seconde, elle montre que l’absence de différenciation entre désignation et classification conduit à ne pas tenir compte du rôle dans les conversations des usages référentiels des « catégories ».

48Nous avons insisté sur la seconde distinction, qui conduit à abandonner le cadre dans lequel les phénomènes de désignation et de classification sont habituellement pensés. En effet, pour donner toutes ses implications aux contributions respectives de la référence aux personnes et de la classification, il faut qu’intervienne un facteur qui semble a priori assez éloigné du contexte de cette discussion : comment les personnes construisent dans la conversation leurs relations avec les collectifs. La désignation comme la classification, lorsqu’elles portent sur les personnes, expriment le lien de celles-ci avec les collectifs car les relations portent soit sur un lien passé à maintenir, soit sur un lien en cours à construire. Cette construction relationnelle par la conversation se fait à travers des anecdotes sur des personnes absentes. La représentation des personnes n’est pas statique mais évolutive, puisqu’elle forme des réseaux d’interaction en reliant des personnes entre elles. Les réseaux d’interaction produits évoluent eux-mêmes en fonction des indexations à chaque occurrence des noms.

  • 93 Un mérite de l’analyse de conversation est d’avoir souligné la fonction des dyades conversationnell (...)

49Le rôle génératif du langage par rapport aux groupes sociaux est cependant paradoxal, à la fois expression de dyades conversationnelles de la relation locuteur/destinataire93 qui forment des boucles d’interaction, et moyen principal pour sortir de la dyade et générer un réseau. Tout réseau formé au moyen d’une anecdote peut prendre deux formes, il se construit soit à partir d’un individu dans une relation orientée vers un autre individu, soit comme membre d’un collectif orienté vers un groupe. Les individus peuvent ainsi être évoqués de deux manières, de façon singulière dans une relation de personne à personne, ou de façon agrégée appartenant à des collectifs. Les individus liés qui sont hors de la conversation sont néanmoins présents comme « voisins » par la façon dont ils sont évoqués.

50Les impasses que nous avons soulignées dans la sociologie de la catégorisation proviennent au final d’une difficulté, qui est d’abord de nature sociologique : les systèmes sociaux sont dynamiques et relationnels.

Bibliographie

Références bibliographiques

Atran, S., 1990. Cognitive Foundations of Natural History: Towards an Anthropology of Science, Cambridge, Cambridge University Press.

Becker, H., 1963. Outsiders, New York, Free Press of Glencoe. [Tr. fr. 1985. Outsiders, Paris, Editions Métailié].

Berlin, B., 1992. Ethnobiological Classification, Princeton, Princeton University Press.

Bloor, D., 1982. «Durkheim and Mauss revisited: classification and the sociology of knowledge», Studies in History and Philosophy of Science, 13 (4): 267-297.

Bourdeau, M., 1994. « La notion classique de catégorie », in B. Fradin, L. Quéré et J. Widmer (dir.), L’enquête sur les catégories, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons Pratiques », 5 : 77-104.

Brown, R., 1958. «How shall a thing be called?», Psychological Review, 6: 14-21.

Clémentz, F., 2000. « La notion d’aspect perceptif », in P. Livet (dir.), De la perception à l’action. Contenus perceptifs et perception de l’action, Paris, Vrin, coll. « Analyse et Philosophie » : 17-57.

Collins, S., 1985. « Categories, concepts and predicaments ? Remarks on Mauss’s use of philosophical terminology », in M. Carrithers, S. Collins et S. Lukes (eds), The Category of Person, Cambridge, Cambridge University Press : 46-82. (Trad. fr. Raisons Pratiques, 5, 1985).

Conein, B., 1998. « Le “zèbre”, l’“autobus” et le “préfet” : nature et spécificité des “catégories sociales” », in A. Borzeix, A. Bouvier et P. Pharo, Sociologie et connaissance : nouvelles approches cognitives, Paris, Éditions du CNRS : 73-90.

–, 2005a. « Nommer les groupes : appartenance et cognition sociale », in N. Ramognino et P. Vergès (dir.), Sociologie et cognition sociale, Presses universitaires de Provence : 81-102.

–, 2005b. Les sens sociaux : trois essais de sociologie cognitive, Paris, Economica.

–, 2009. « Reconnaissance et identification : qualification et sensibilité sociale », in C. Lazzeri et S. Nour (dir.), Reconnaissance, identité et intégration sociale, Nanterre, Presses universitaires de Nanterre.

Dahlgreen, K., 1985. «The cognitive structure of social categories», Cognitive Science, 9: 379-398.

Dokic, J., 2009. « Méprises de la reconnaissance perceptive d’autrui», in C. Chauviré, A. Ogien et L. Quéré (dir.), Dynamiques de l’erreur, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons Pratiques », 19 : 21-38.

Donnellan, K., 1966. «Reference and definite descriptions», The Philosophical Review, 75 (july): 281-304.

Dunbar, R., 1993. «Co-evolution of neocortex size, group size and language in humans», Behavioral and Brain Sciences, 16(4), 681-735.

, 1996. Grooming, Gossip and the Evolution of Language, London, Faber & Faber.

Durkheim, É., Mauss, M., 1969 [1903]. « De quelques formes primitives de classification », in M. Mauss, Œuvres, Éditions de Minuit, tome II : 13-89 [publication originale Année Sociologique, 6].

Fodor, J., 1983. The Modularity of the Mind, Cambridge, MIT. Press. (Trad. fr. 1986, La modularité de l’esprit, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman, E., 1988. « L’ordre de l’interaction », in Y. Winkin (dir.), Les moments et leurs hommes, Paris, Minuit/Seuil.

Hacking, L, 1995. « The looping effect of human kinds », in A. et D. Premack et D. Sperber (eds), Causal Cognition, Oxford, Clarendon Press : 351-394.

Hannerz, U., 1980. Exploring the City, Columbia University Press. (Trad. fr. 1983, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit).

Honneth, A., 2006 [2001]. « Invisibility : on the epistemology of recognition », Aristotelian Society, Supplementary volume [trad. fr., 2006. La société du mépris, Paris, La Découverte].

Jackendoff, R., 1992. «Is there a faculty of social cognition», in R. Jackendoff, Languages of the Mind, Cambridge, MA, MIT Press: 69-81.

Levi-Strauss, C., 1964. La pensée sauvage, Paris, Plon.

Livet, P., Nef, F., 2009. Les êtres sociaux : processus et virtualité, Paris, Hermann.

Margalit, A., Raz, J., 1991. «National self-determination», The Journal of Philosophy, 9: 439-461.

Marr, D., 1982. Vision, Cambridge, MIT Press.

Perry, J., 1993. The Problem of the Essential Indexical and Other Essays, New York, Oxford University Press.

Premack, D. et Premack, A., 2003. Le bébé, le singe et l'homme, Paris, Odile Jacob.

Récanati, F., 2008. Philosophie du langage (et de l’esprit), Paris, Gallimard, coll. « Folio essais ».

Ricœur, P, 2004. Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock.

Rosch, E., 1973. «Natural Categories», Cognitive Psychology, 4: 328-350.

, 1978. « Principles of categorization », in FL Rosch et B. Llyod (eds), Cognition and Categorization, Hillsdale [NJ], Lawrence Erlbaum : 28-49.

Sacks, H., 1972. « On the analyzability of stories by children », in J. J. Gumperz and D. Hymes (eds), Directions in Sociolinguistics : the ethnography of communication, New York et Holt, Rinehart & Winston : 325-345.

, 1979. « Hotrodder : a revolutionary category », in G. Psathas (ed.), Everyday Language, New York, Irvington : 7-14.

, 1992. Lectures on Conversation, London, Blackwell, vol. I et II.

Schegloff E., 2007a. «Categories in action: person reference and membership categorization», Discourse Studies, 9 (4): 433-461.

, 2007b. «A tutorial on membership categorization», Journal of Pragmatics, 39: 462-482.

, 2007c. « Conveying who you are : the presentation of self, strictly speaking », in N. Enfield et T. Stivers (eds.), Person Reference in Interaction, Cambridge, Cambridge University Press : 123-147.

Silverman, D., 1998. Harvey Sacks: Social Science and Conversation Analysis. Cambridge, Polity Press.

Spelke, E. and Kinzler, K., 2007. «Core knowledge», Developmental Science, 10 (1): 89-96.

Sterelny, K., 2007. «Social intelligence, human intelligence and niche construction», Philosophical Transactions of the Royal Society, 362: 719-730.

Strawson, P.F., 1977. Études de logique et de linguistique, Paris, Seuil.

Treisman, A., 1992. « L’attention, les traits et la perception des objets », in D. Andler (dir.), Introduction aux sciences cognitives, Paris, Gallimard : 153-191.

Ullman, S., 1996. High-level Vision: Object Recognition and Visual Cognition, Cambridge, MIT Press.

White, H., 2007. « Réseaux et histoires », SociologieS, http://sociologies.revues.org/index233html.

Notes

65 La pensée relève pour Fodor de la cognition générale et se distingue des processus cognitifs modulaires comme les processus perceptuels. La catégorisation constitue pour lui un cas exemplaire de processus modulaire.

66 Atran (1990) et Berlin (1992) soulignent cependant que l’anthropologie cognitive maintient une approche conceptuelle de la classification et une définition classique des catégories comme opérateurs formels.

67 Les théories computationnelles de la vision ont fait de la question de la reconnaissance des objets le problème fondamental de la perception visuelle (Ullman 1996).

68 Le jugement de reconnaissance peut être considéré comme modulaire, lié à l’expérience visuelle de la présence d’une entité (Dokic 2008).

69 Harvey Sacks (1932-1975) est un sociologue américain, ancien étudiant de Goffman, qui va créer un nouveau domaine de recherche en microsociologie : l'analyse de conversation.

70 Sacks ne fait pas de différence entre terme classifiant et catégorie. Il semble identifier catégorie et concept, et assimiler les catégories à des classes d’entités.

71 Atran est plus restrictif sur la contrainte psychologique, qui ne serait efficiente que pour les taxinomies biologiques. Elle ne s’appliquerait ni aux artefacts, ni aux groupes sociaux. Pour lui, fidèle en cela à l’ethnoscience cognitive de Berlin, la représentation en niveaux de classification serait liée à une biologie naïve commune aux cultures où les espèces sont réparties selon des rangs taxinomiques.

72 Ainsi, pour Goffman (1988), le corps reste une source d’information sociale catégorielle provenant de l’expérience visuelle de la co-présence : « Par la vertu des signes que notre corps transmet, que nous puissions ou non être individuellement identifiés, nous pouvons presque toujours l’être à première vue en termes de catégories. »

73 Le système de représentation des objets sociaux porterait peut-être moins sur l’entité même que sur les actions qu’elle réalise (Spelke et Kinzler 2007 ; Premack 2003). Sacks parlait à ce propos d’actions liées à des catégories (category bound activity). La sémantique de ces termes n’est pas celle de la sémantique des noms d’objet.

74 Les objets visuels en tant que substances sont pour Ayers (1991) des touts naturels et des sujets ultimes de la prédication, ce que ne sauraient être les termes sociaux qui se présentent comme des prédictions sur les êtres humains : « Un boulanger se définit comme un être humain (homo) qui cuit du pain... boulanger reste irrémédiablement un concept composite incorporant, mais sans créer une unité nouvelle. »

75 Les groupes sociaux forment des classes intentionnelles comme l’a montré Hacking (1995), car les personnes classées sont tour à tour objet et agent de classification. Toute classification sociale est prise dans une boucle de mutualité (« looping effect »).

76 Malgré l’intérêt des distinctions sémantiques apportées sur l’emploi des noms, Schegloff raisonne ici dans le cadre d’une théorie descriptive de la reconnaissance et omet la distinction introduite par Honneth entre reconnaissance descriptive et reconnaissance mutuelle.

77 Ce que souligne surtout Schegloff, c’est que Sacks parle de « référence » poulies emplois classificatoires de termes catégoriels er de « catégorisation » pour les emplois référentiels : « Une partie des confusions terminologiques viennent des premiers articles de Sacks [...] Ces textes peuvent être compris comme voulant dire que les termes catégoriels ne font que référer et que la référence aux personnes est accomplie uniquement par des termes catégoriels » (Schegloff 2007a : 457).

78 Les théories de la référence directe de Putnam et Kripke soutiennent une spécificité de la désignation comme relation directe à un objet. Perry (1993) réserve la désignation à l’emploi de termes singuliers et refuse de parler de désignation pour les termes généraux : « J'emploie “désigner” comme une expression générale pour les relations entre les termes singuliers et les objets dont ils tiennent lieu » (Perry 1993 : 255). Seuls les noms réfèrent, les descriptions définies décrivent. La distinction entre référence identifiante et classification remonte à Strawson (1977), qui parle de « connaissance idenfiante », et la distinction entre usage référentiel et usage attributif d’une description est attribuée à Donnellan (1966).

79 Schegloff transcrit les extraits conversationnels selon les principes de l’analyse de conversation, qu’il veut au plus près de l’oralité.

80 « Il est toujours possible d’employer une description “référentiellement”, c’est-à-dire de conférer ponctuellement à son contenu descriptif une fonction purement instrumentale » (Récanati 2009 : 185).

81 Pour Schegloff, l’expression « who is a nurse » est purement descriptive. Je pense qu’il a tort, car elle fait partie du syntagme nominal « a woman who is a nurse », employé de façon référentielle.

82 Schegloff plaide pour un usage de « désigner » et « référer » restreint aux propositions singulières, il utilise « mentionner » pour englober la diversité des manières de parler à propos de personnes (référer, décrire, identifier, catégoriser) : « J’emploie le terme mention pour parler des manières dont les locuteurs signifient les personnes, puis spécifient une façon particulière de signifier : référer, identifier, catégoriser, décrire et formuler (...) » (Schegloff 2007 : 435).

83 « Il s’agit non d’une catégorie caractérisant les adolescents mais d’une catégorie contrôlée, employée par des adolescents à propos d’autres adolescents » (Schegloff 2007a : 446). Le point principal est l’importance de l’affiliation sociale pour les adolescents qui s’identifient non seulement en termes de classe d’âge mais en créant de nombreux termes de groupe originaux pour se différencier.

84 On retrouve ici les problèmes posés par l’anthropologie urbaine : les informations sur les personnes sont au centre de la communication sociale dans les quartiers. Selon Hannerz (1983 [1980]), il faut considérer ces informations comme une autre dimension des relations sociales à côté des informations classifiantes.

85 C’est d’ailleurs ce qu’a montré Sacks (1972) pour les appels à un centre de prévention du suicide à Los Angeles : pour les agents du centre, la tâche primordiale n’est pas d’identifier celui qui appelle, mais de savoir s’il est ou non candidat au suicide.

86 En suivant la perspective de White sur les réseaux sociaux, qui accorde une place cruciale au langage, on pourrait dire que dans une conversation courante, on caractérise d’abord les nœuds ou les sommets avant de définir les liens.

87 Comme Hacking (1995) le souligne, les classifications sociales contrastent avec les classifications naturelles car les genres humains (human kinds) sont actifs vis-à-vis de la façon dont ils sont classés.

88 Selon les éthologues, le raisonnement sur les relations sociales et sur les affiliations serait le noyau de la cognition sociale des primates. Pour les humains, le langage fonctionne alors comme un mécanisme pour étendre les réseaux et les groupes en traitant des relations à distance non observables en co-présence (Dunbar 1993).

89 Pour Schegloff, dans les conversations, « la référence aux personnes prend la priorité sur la catégorisation sociale » (2007a : 434). Mais il ne donne aucune explication à la différentiation opérée par les noms. Selon Sterelny (2007), la différentiation fait partie de la dimension horizontale de la complexité sociale qui concerne la taille des réseaux et la différentiation des individus (2007 : 720). Elle se distingue de la complexité verticale liée à la profondeur de la hiérarchie des groupes multi-niveaux.

90 Le nombre et la quantité importent mais restent subordonnés à la densité des liens, dans la mesure où le nombre de relations et le taux d’interaction augmentent plus rapidement que la taille du groupe.

91 L’idée de White (2007) de netdoms comme réseaux se formant dans la dynamique des interactions est proche de l’idée des éthologues sur la formation des réseaux d’alliance à partir d’observations de processus de contacts.

92 Il faudra attendre les travaux d’Atran (1990) en anthropologie cognitive et de Berlin (1992) en ethnobiologie pour que la classification sociale cesse d’être pensée comme la classification des espèces.

93 Un mérite de l’analyse de conversation est d’avoir souligné la fonction des dyades conversationnelles (« paires adjacentes »), mais une de ses erreurs est d’avoir réduit l’interaction à une figure unique : boucle d’interaction fermée.

Auteur

Professeur de sociologie à l’université de NiceSophia Antipolis. 11 travaille dans le domaine de la sociologie cognitive sur les rapports entre vision sociale et reconnaissance et sur les réseaux numériques d’échange de connaissances. Il a publié entre autres Les sens sociaux, L’épistémologie sociale avec Alban Bouvier et Les objets dans l'action avec Laurent Thévenot et Nicolas Dodier.
Bernard.Conein@ehess.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search