Version classiqueVersion mobile

La sociologie cognitive

 | 
Fabrice Clément
, 
Laurence Kaufmann

II. Les approches sociales de l’esprit

La perception : une approche en sociologie cognitive56

Asia Friedman

Texte intégral

  • 56 Texte traduit de l’américain par Joan Stavo-Debauge et Martine Gestin.

1Il y a toujours plus d’une façon de percevoir quelque chose. Ainsi, des gens de cultures différentes voient parfois différemment des stimuli visuels identiques, comme Malinowski l’avait observé en 1929, en notant que les Trobriandais percevaient que les enfants ressemblaient à leur père, là où il leur trouvait une ressemblance physique plus marquée à leur mère (Malinowski 1929 : 204). De manière similaire, Bagby (1957) a démontré que les Mexicains et les Américains, lorsqu’on leur présente simultanément deux scènes comparables, l’une étant issue de la culture américaine (telle qu’une partie de baseball), l’autre de la culture mexicaine (telle qu’une corrida), avaient tendance à ne voir que le contenu relatif à leur propre culture. De surcroît, dans une étude comparative portant sur la manière dont des sujets japonais et allemands perçoivent les odeurs de la vie quotidienne, Ayabe-Kanamura et ses collaborateurs (1998) ont établi l’existence de différences significatives en toutes leurs mesures, y compris dans ces cas d’expérience apparemment évidents qui consistent à mesurer la perception de stimuli olfactifs d’intensité différente.

2La variation perceptuelle n’est toutefois pas seulement une affaire de différence culturelle. Des périodes historiques différentes y sont également associées. Par exemple, Low et Laqueur soutiennent l’un et l’autre que les gens d’époques différentes ne voient pas la même chose dans le corps humain (Lowe 1982 : 85 ; Laqueur 1990). Dans une même veine, Kuhn développe l’idée que sous l’influence de différents «paradigmes » historiques, les scientifiques perçoivent différemment les mêmes matériaux :

Une fois assimilé le paradigme de Franklin, l’électricien, face à une bouteille de Leyde, ne voyait plus la même chose qu’avant. À ses yeux, l’outil était devenu un condensateur, pour l’usage duquel ni la forme du bocal ni le verre n’était requis [...]. Lavoisier [...] a vu de l’oxygène là où Priestley avait vu de l’« air déphlogistiqué », et où d’autres n’avaient rien vu du tout (Kuhn 1962 : 117).

3Fleck (1981 [1935]) et Simpson (2006) ont examiné l’histoire sociale des différences de perception de la même manière.

  • 57 Sur les différences raciales, voir Meissner et Brigham (2001). Sur les différences de classe, voir (...)

4La perception varie également parmi les membres d’une même culture et au sein d’une même période historique. Le genre, la race, la classe, l’activité professionnelle, les handicaps et même les hobbies, tout cela peut occasionner des distinctions sur le plan des formes d’expertise perceptuelle et des conventions perceptuelles. Par exemple, des études sur les comptes rendus de témoins oculaires ont montré que les hommes et les femmes avaient tendance à remarquer des aspects différents d’une même scène et à se souvenir ainsi de détails quelque peu différents (Powers et alii 1979). Dans un même ordre d’idée, à l’occasion de son étude sur les professions, Mills affirmait que « différentes élites techniques possèdent des capacités perceptives différentes » (1963 : 460), ce que soulignait plus fortement Hanson (1965 : 17) par cette observation : « L’enfant et le profane sont capables de voir : ils ne sont pas aveugles. Mais ils ne peuvent pas voir ce que le physicien voit ; ils sont aveugles à ce qu’il voit. » De son côté, Sacks (1989 : 87) a noté que seuls les sourds sont capables de percevoir visuellement la différence entre le signe pour « chaise » et le signe pour « asseoir », car la complexité de leur usage linguistique de l’espace « dépasse les capacités de l’œil “normal”, incapable d’appréhender les fines subtilités de leurs modèles spatiaux, et encore moins de les comprendre ». Dans son ethnographie des cueilleurs de champignons, Fine montre que ces derniers sont en mesure de percevoir un nombre impressionnant de détails invisibles aux non-initiés auxquels il manque le modèle de regard approprié (1998 : 102, 113). Or en dépit des nombreux comptes rendus attestant ainsi de l’existence de « communautés perceptuelles »57 distinctes, les sociologues n’ont pas encore développé une sociologie compréhensive de la perception – une sociologie qui ferait plus que documenter l'existence d’une telle diversité perceptuelle pour examiner comment elle est créée.

Vers une sociologie de la perception

5Chacune des communautés perceptuelles évoquées précédemment fait naître des « patterns » différents de perception. Ni individuels ou idiosyncratiques, ni universellement humains, ces patterns sont plutôt le résultat d’une « socialisation perceptuelle » (Zerubavel 1997 : 32-33) ; et en tant que tels, ils constituent une dimension de la perception proprement sociologique. En résumé, sont analysés par la sociologie de la perception ces aspects de la perception qui signalent une affiliation à l’une des innombrables communautés perceptuelles existantes, soit : des conventions perceptuelles, des traditions perceptuelles, des normes perceptuelles et des processus d’inculturation perceptuelle.

6Plusieurs raisons plaident en faveur du développement d’une sociologie de la perception. L’une des plus importantes est la suivante : malgré les nombreux exemples de diversité perceptuelle, notre expérience du quotidien ne comporte normalement aucune conscience des influences socioculturelles qui s’exercent sur notre perception sensorielle. Dominante et se donnant comme allant de soi, la « théorie naïve » (folk theory) de la perception ne reconnaît ni la diversité perceptuelle, ni ses implications épistémologiques. Nous avons plutôt tendance à croire que ce que nous percevons est un exact reflet de la réalité empirique, une « correspondance » directe « point par point » (Merleau-Ponty 1962 : 7), sans sélection ni déformation.

7Une autre raison de soutenir le développement d’une véritable sociologie de la perception est que pour la construction sociale de la réalité – sans conteste la perspective la plus paradigmatique en sociologie –, la construction perceptuelle est une dimension aussi puissante que peu étudiée. Par exemple, dans The Social Construction of Reality, Berger et Luckman (1966 : 140) soutiennent que la conversation est le plus important véhicule du maintien de la réalité. Pourtant, le rôle de la perception dans la conversation et, plus généralement, dans la construction sociale de la réalité est laissé de côté (et ce, en dépit même du fait que la perception est à l’évidence partie intégrante de la conversation). Dans l’index de leur ouvrage, il n’y a aucune entrée sous les termes « perception », « vision », « visuel », « sensoriel », ou « sens », alors que de nombreux passages de leur livre semblent réclamer une analyse de la construction sociale de la perception. Ainsi de celui-ci :

La réalité de la vie quotidienne est naturellement admise en tant que réalité. Elle n’exige pas de vérification supplémentaire au-delà de sa simple présence. Elle est simplement là. en tant qu’état de fait allant de soi. Je sais qu'elle est réelle (Berger et Luckman 1967 [1966] : 37).

8Mais comment acquérons-nous ce « sens » que la réalité est « simplement là », sans que nous ne manifestions le besoin de procéder à des vérifications supplémentaires ? Comment en venons-nous à faire l’expérience de quelque chose comme étant « réel » ? C’est par le biais de la perception que l’information fait son entrée dans nos esprits. Les influences culturelles subconscientes au niveau de la perception sous-tendent cette perspective analytique largement partagée, ainsi que plusieurs champs d’études de la sociologie, notamment la sociologie du savoir. Comme dit Zerubavel en parlant de sociologie cognitive :

Une bonne manière de se lancer dans l’exploration de l’esprit pourrait être d’examiner le processus par lequel le monde y fait son entrée. Pour arriver à établir une sociologie compréhensive de l’esprit, la première étape serait donc de développer une sociologie de la perception (Zerubavel 1997 : 23).

9Bien que largement non reconnue comme telle, la construction perceptuelle constitue une puissante dimension de la construction sociale de la réalité. Ma pensée a pour but de saisir la structure de cette construction avant d’en examiner le fonctionnement.

  • 58 Pour des exemples de ces critiques, voir, par exemple, Bordo 1993 : 38 ; 1999 : 263, Connel 1987 : (...)

10Une sociologie de la perception pourrait par ailleurs fournir un cadre théorique approprié pour intervenir dans les relations entre constructivisme et matérialisme qui ont connu une histoire entachée de controverses. Il a pu sembler par le passé que la métaphore de la « construction », quand elle est appliquée à la matière, aux objets et aux corps, avait des connotations inappropriées, car elle laisse entendre que les corps sont créés ex nihilo (Mol 2002 : 32). Or, réduire la matière au social (Shilling 2003 : 60) ne peut que soulever la question délicate des limites et de la légitimité de la métaphore de la « construction » sociale. La position promue par Turner, qu’il décrit comme « fondationnaliste » ou comme construction sociale « faible » (1992 : 118, 254-255), fournit une première réponse aux limites supposées de l’idée de construction sociale. Tout en étant non déterministe, cette conception fait fond sur « le donné de la biologie » qui empiète sur la vie de tous les jours comme sur nos systèmes classificatoires (Turner 1992 : 48, 256 ; Nicholson 1994 : 82-83 ; Shilling 2003 : 182). À l’opposé du fondationnalisme, la construction sociale « anti-fondationnaliste » ou « radicale » estime quant à elle qu’« il n’y a pas de “choses” ou de conditions qui ne résultent de processus sociaux. En dehors des processus sociaux en cours, point de fondements essentiels : les choses les plus concrètes sont des produits sociaux » (Turner 1992 : 105). En excluant de fait tout déterminisme biologique, cette tendance peut être critiquée comme étant postmoderne, la « textualisation » ou l’« idéalisation » du corps ignorant son caractère factuel et aboutissant à des vues sur les pratiques et les interactions sociales dénuées de corporéité58.

11En l’état, ni le fondationnalisme ni l’anti-fondationnalisme ne permettent de rendre compte du corps d’une façon qui puisse corroborer avec succès l’idée de construction sociale. Or l’analyse sociologique de la perception sensorielle que nous proposons offre une voie qui permet d’illustrer et concrétiser les arguments anti-fondationnalistes de la construction sociale du corps (et de la matière en général), sans pour autant rejeter les préoccupations des fondationnalistes relatives à la reconnaissance de la solidité de la réalité matérielle. En résumé, on peut dire que la sociologie de la perception ici proposée adopte une position compatible avec le « constructivisme bien conçu » que propose Lancaster 2003 :

Un constructivisme bien conçu ne dénie pas la matérialité des choses physiques, mais il suggère que l’objectivité des objets est elle-même le produit d’un travail hautement subjectif. Ce qui signale et marque l'objet en tant que tel résulte d’une suite innombrable de décisions non identifiables concernant ce qu’il faut mettre au premier plan et reconnaître comme constant, par rapport à ce qu’il faut reléguer à l’arrière-plan et tenir pour variable (Lancaster 2003 : 72).

12Autrement dit, on peut conceptualiser la construction sociale du corps comme un processus d’emphase sélective et de pondération mentale qui s’applique à différentes sortes de similarités et de différences corporelles. Une telle version du constructivisme ne met pas en cause l’existence de différences biologiques ; elle met en lumière le travail culturel qui les amplifie, en se concentrant sur la question de savoir comment – par quelles sortes de pratiques cognitives et sensorielles – la construction sociale de la réalité matérielle est accomplie.

  • 59 Parmi les notables tentatives d’un développement d’une sociologie de la perception, on trouve un a (...)

13Au regard des puissants bénéfices que l’on peut en attendre, il est étonnant de constater que bien peu de sociologues ont développé des théories approfondies de la perception59. Malgré le faible nombre de travaux qui naviguent sous la bannière « sociologie de la perception » – avec la construction sociale de la perception comme objet principal –, on peut néanmoins trouver des références à la perception parmi les œuvres de la sociologie classique et contemporaine. La perception joue un rôle central (mais parfois implicite) dans la plupart des réflexions de Goffman (1963) – pensons par exemple au concept d’« inattention civile » –, et dans le travail de Garfinkel (1967 [1964] : 35-75), notamment ses réflexions sur la connaissance « d’arrière-plan» (background knowledge). Simmel (1924 [1908] : 356-361) fournit l’une des discussions les plus approfondies de la perception. Le fait que ce soit sur des coups d’œil mutuels que se fondent l’union et l’interaction des individus lui permet d’établir que la vision joue un rôle sociologique unique. Parmi les autres sociologues qui ont explicitement soutenu l’idée de la centralité de la perception dans l’enquête sociologique, on retient Child (1950) qui estime que prêter attention à la perception peut renforcer la sociologie de la connaissance, Largey et Watson (1972) qui ont exploré les définitions sociales des individus, groupes et situations en termes d'odeurs, et Lowe (1982), pour qui la perception est le lien entre le contenu de la pensée et la structure de la société. Aujourd’hui, vu cette longue histoire d’entérinement discret du rôle de la perception dans la vie sociale – sans mentionner les attestations plus catégoriques de sa signification sociologique –, le sujet semble mûr pour un traitement plus approfondi.

  • 60 Cicourel a utilisé ce terme auparavant, mais avec un sens légèrement différent, dans le titre d’un (...)

14À cette fin, je m’appuie sur une approche de sociologie cognitive qui souligne le lien entre perception et cognition, tout en mettant l’accent sur l’organisation socioculturelle de l’une comme de l’autre. À l’instar de Zerubavel, j’utilise l’expression « sociologie cognitive » en référence à ces aspects de la pensée auxquels nous prenons part « en tant qu’êtres sociaux, produits d’un environnement social particulier qui affecte et contraint la façon dont nous interagissons cognitivement avec le monde » (Zerubavel 1997 : 6). Pour le dire autrement, la sociologie cognitive s’attache aux façons de penser qui ne font pas partie du règne de la nature et qui ne sont pas non plus attribuables aux idiosyncrasies cognitives des individus. Bien qu’il soit le premier à utiliser la dénomination « sociologie cognitive » de cette manière60, Zerubavel puise son inspiration chez Durkheim, Mead, Schutz, et Goffman, aussi bien que dans les études de sociologie de la connaissance de Fleck, Mannheim, Shibutani, et Berger et Luckman (Zerubavel 1997 : 6 ; Brekhus 2007 : 455-457). Dans cet ensemble de travaux, Zerubavel trouve un fondement analytique pour l'étude du « socio-mental », même si dans le contexte initial de ses prédécesseurs, la chose est rarement entendue comme telle.

  • 61 Pour un compte rendu de ces débats quant à la perception visuelle, voir Pylyshyn 2003 : 50-53, 62- (...)

15Dans le cas de la perception, s’il existe quelque débat pour déterminer selon quelle durée et jusqu’à quel point les différents sens sont pénétrés par la cognition et la culture61, un large consensus existe sur le fait que la cognition modèle ce que nous percevons à un niveau qui précède la perception consciente et signifiante. Dès lors, il est important de maintenir une distinction entre stimuli sensoriels et perception consciente (Kuhn 1996 [1962] : 192-193 ; Matthen 2005 : 2). Comme Lawless (1997 : 168) l’écrit, la perception olfactive ne pose pas seulement cette question : « Comment le nez peut-il bien faire son travail ?» ; elle pose aussi celle-ci : « Comment le cerveau accroché au nez peut-il bien faire le sien ? ». Ce que les êtres humains voient, ressentent, goûtent, touchent et sentent, ce n’est pas le monde ; c’est une version du monde que leurs cerveaux ont construite.

  • 62 Il est ici important de remettre en question le présupposé, présent en de nombreuses recherches sc (...)

16Pour analyser la perception, l’un des plus puissants concepts à la disposition de la sociologie cognitive est celui d’« attention ». Selon les idées développées par Goffman dans Frame Analysis [ndt : ouvrage traduit en français sous le titre Les cadres de l’expérience], l’usage cognitiviste des concepts d’« attention » (attention) et d’« inattention » (disattention) met en évidence les barrières mentales que nous utilisons normalement pour voir la réalité en fonction d’un cadre, en traitant la plupart des choses comme « hors-cadre » et donc indignes de notre attention (Goffman 1974 : 201-246 ; Zerubavel 1997 : 37 ; Brekhus 2007 : 458). Ainsi définie, l’attention peut renvoyer à un acte mental de focalisation sélective de la conscience, mais elle peut aussi référer au caractère sélectif de l’attention sensorielle – en n’enregistrant qu’une sélection de détails parmi les stimuli techniquement disponibles, sans prêter attention au reste62. Dans la section suivante, je vais démontrer qu’une certaine conception de l’attention sensorielle comme socialement orientée dans sa sélectivité se trouve au cœur de la plupart des plus importantes théories de la construction sociale.

Attentes d’arrière-plan, attention sélective et construction sociale

17Les chercheurs ont utilisé une variété de concepts afin de décrire la construction sociale de la réalité. Il a été question de « paradigmes» (Kuhn 1996 [1962]), de « perspectives » (Mannheim 1936 : 266 ; Shibutani 1955 : 564), de « styles » (Fleck 1981 [1935] : 39 ; Mannheim 1936 : 275), de « modèles » (Mannheim 1936 : 275), de « schèmes » (Bartlett 1932 ; Kessler et McKenna 1978 : 158), de « cartes mentales » (Chayko 2002 : 35-36), d’« habitus » (Bourdieu 1984 : 101), de « cadres » (Bateson 1972 [1955] ; Goffman 1986 [1974]) et de « filtres » (Davis 1983 : 285 ; Schutz et Luckmann 1973 : 250 ; Zerubavel 1997 : 24). Tannen (1993 : 14-16) a suggéré d’unifier un certain nombre de ces théories apparemment très différentes, en utilisant la notion [anglaise] d'expectation – [qui peut être rendue par « attentes » en français courant ou « arrière-espérance » en français recherché, ndt]. Même si ce sont surtout les « cadres », les « scripts » et les « schèmes » qui ont retenu l’attention de Tannen, les autres concepts ci-dessus mentionnés reposent également sur cette notion. D’ailleurs Zerubavel (1981 : 23) a lui aussi vu en elle un puissant révélateur de l’ordre social. Quant à moi, je m’intéresse à la relation entre les pratiques sociales de l’attention et de l’inattention et les « structures des attentes d’arrière-plan » (Tannen 1993 : 5, 15).

18Pour commencer, on peut se tourner vers les biais cognitifs que nous dévoile la psychologie sociale : par exemple [dans la littérature anglophone, ndt], les expectation effects [les effets induits par les attentes d’arrière-plan, ndt] et le confirmatory hypothesis testing [la tendance à rechercher l’information qui confirme nos hypothèses, ndt] qui nous conduisent inconsciemment à rejeter ou ignorer l’information susceptible de contrarier nos attentes. Dans le même temps, et également sans nous en rendre compte, nous saisissons de manière sélective l’information qui confirme nos attentes. Ce point est bien rendu dans la description produite par Kuhn de l’expérience du jeu de cartes de Bruner et Postman qui consistait à montrer aux sujets des cartes ordinaires mêlées à des cartes anormales (par exemple, un deux de trèfle de couleur rouge) :

Tant qu’ils n’avaient pas assimilé, faute d’une exposition prolongée, le fait que leur univers contînt des cartes anormales, ils ne voyaient que les types de cartes que leur expérience antérieure les avait préparés à voir. Mais dès que l’expérience leur eut fourni les catégories supplémentaires requises, ils furent capables de voir toutes les cartes anormales au premier coup d’œil [...]. Ce qu’un homme voit dépend tout autant de ce qu’il, regarde que de ce que son expérience visuelle et conceptuelle antérieure lui a appris à voir (Kuhn 1996 [1962] : 112-113).

19Autrement dit, les choses qui vont dans le sens de nos attentes sont facilement perçues et aisément retenues (Levine et Murphy 1958 : 95) ; en revanche, on a bien des chances de ne pas remarquer les choses et les détails de choses que l’on n’attend pas.

20Il est important de souligner que les états d’attente dont je parle ici sont spécifiquement sociaux. Bien que des biais cognitifs tels que les expectation effects soient aussi produits à partir d’expériences individuelles, pour la sociologie de la perception et la construction sociale de la réalité, ce qui est le plus pertinent, c’est la manière sociale dont l’arrière-plan influence la perception. Souligner ce point rejoint le concept d « attentes d’arrière-plan » (background expectancies) de Garfinkel (1967 [1964] : 37). Émergeant selon lui à partir « des structures sociales stables des activités quotidiennes », ces attentes qui « prêtent aux scènes de la vie quotidienne leur caractère familier et routiniers » assurent une fonction de reproduction sociale.

21Même s’il y a certainement un considérable chevauchement entre les intérêts de la sociologie cognitive et ceux de la psychologie sociale, ma façon d’appréhender la manière dont les attentes sociales créent des modes normatifs de penser et de percevoir est proprement sociologique. Alors que les psychologues sociaux ont tendance à concevoir les normes sociales comme des régularités statistiques, les sociologues cognitifs appréhendent les normes comme des « faits sociaux » (Durkheim 1982 [1895]) – c’est-à-dire des manières de penser que l’on a si bien intériorisées (et ce, bien qu’elles soient extérieures à l’individu) que le pouvoir coercitif qu’elles exercent sur notre cognition est rarement perçu. Par ailleurs, les psychologues sociaux se concentrent typiquement sur les interactions sociales d’individus ou de petits groupes (Taylor et alii 2000 : 3), tandis que les sociologues cognitifs sont plus intéressés par les manières de penser qui définissent de larges collectivités. Au regard de la perception, le point sociologique à retenir est alors le suivant : les attentes sociales créent à l’échelle collective un état subconscient de « préparation perceptuelle » (perceptual readiness) (Bruner 1958 : 92-93) qui conduit les individus à reconnaître rapidement les indices socialement pertinents et à ainsi « faire l’expérience des événements de manière systématique et sélective » (op. cit. : 85).

22Autrement dit, un des effets clé des attentes d’arrière-plan consiste à établir et à organiser de manière collective une attention sélective. Les individus cherchent et enregistrent les détails qui sont cohérents par rapport à leurs attentes sociales, mais ils ne prêtent pas attention à d’autres détails qui sont pourtant tout aussi perceptibles et « réels ».

23Les exemples qui vont suivre, qui reviennent sur quatre concepts essentiels qui ont été développés pour décrire la construction sociale de la réalité – « cadre », « schème », « perspective » et « style de penser » –, illustrent plus précisément le rôle pivot de l’attention sélective. En mettant en lumière cette ligne conceptuelle commune, j’entends démontrer qu’un même processus sociocognitif et perceptuel sous-tend des théories de la construction sociale de la réalité en apparence très différentes.

  • 63 Ndt : néologisme anglais créé à partir de to attend, assister à, prêter attention à. Le disattendi (...)

24Par exemple, Goffman (1986 [1974] : 493) conçoit le cadrage comme une « organisation cognitive » du monde, sous-tendue par un processus d’attention sélective. Cadrer revient en effet à déterminer quels sont les détails qui se trouvent « dans le cadre » et quels sont ceux qui peuvent être négligés (disregarded) parce qu’ils sont « hors cadre ». Considérons sous cet angle la description ci-dessous par laquelle Goffman insiste sur l’importance de l’état d’inattention [ndt, ce qu’il appelle le « disattending »]63 :

Ce qui est caractéristique d’une séquence d’activité quelle qu'elle soit, c’est le fait que ses participants soient capables de ne pas prêter attention à des événements qui en sont concurrents, tant en apparence que dans les faits – l’usage de la locution « ne pas prêter attention » (to disattend) se référant ici au retrait de tout ce qui est attention et conscience (Goffman 1986 [1974] : 202).

25Lorsque Bartlett (1932) a réintroduit le terme de « schème » (originellement introduit par Kant (1998 [1781] : 273) au sens de règles formelles guidant l’application d’un concept à des impressions sensorielles), c’était pour mettre l’accent sur une forme d’attention sélective quelque peu différente. Il estimait que la mémoire est sélective, c’est-à-dire qu’elle ne consiste pas à stocker et à retenir toutes les informations disponibles. [Plus récemment], Morgan et Schwalbe (1990 : 156) ont décrit les schèmes comme des « structures de la connaissance » qui déterminent « quels aspects de l’environnement social sont pris en compte ». Quant à Cerulo (2002 : 8), il explique que « les faits discordants [...] sont ajustés ou omis afin que l’information se conforme au schème en usage ».

26En traitant [du concept] de « perspectives », Shibutani (1962 : 131) explique que des gens qui n’ont pas des perspectives similaires répondent de manière sélective à divers aspects de leur environnement, ce qui les amène à définir différemment des situations identiques. Fleck (1981 [1935]), dans un même ordre d’idées, indique que les attentes propres à leur « style de pensée » conduisent les bactériologistes à ne pas prêter attention aux cultures bactériennes trop fraîches ou trop vieilles. Selon leurs considérations, elles « ne valent même pas la peine d’être examinées ». « Il en résulte », explique-t-il,

que tous les changements mineurs ou secondaires dans les bouillons de culture échappent à leur attention [...]. Leur style de pensée, ainsi qu’il s’est développé, a rendu possible la perception d’une multitude de formes, en même temps qu’il a rendu possible l’établissement d’une grande quantité de faits utilisables. Mais ce même style leur a rendu tout aussi impossible la reconnaissance d’autres formes et d’autres faits.

27Alors que j’ai parlé jusqu’ici de la perception au sens large, la plupart des théories sur lesquelles je me suis appuyée s’intéressent en priorité à la place de la perception visuelle dans la construction sociale de la réalité. C’est de la façon suivante que Goffman (1986 [1974] : 146) souligne le puissant rôle de la perception visuelle (dépassant de loin les autres formes de perception) dans les processus de cadrage : « Ce qui est entendu, senti et ressenti attire l’œil ; et c’est de voir la source de ces stimuli qui permet de procéder rapidement à leur identification et définition – ce qui s’est produit fait l’objet d’un cadrage rapide. » De même, dans la théorie Kuhnienne des révolutions scientifiques, les changements de paradigmes sont largement rapportés à la réorganisation des stimuli visuels. Là où leurs prédécesseurs voyaient une chose, les scientifiques qui adhérent à un nouveau paradigme voient quelque chose d’entièrement différent :

Inspirés par un nouveau paradigme, les scientifiques adoptent de nouveaux instruments et portent leur regard sur de nouveaux lieux. Plus important encore, durant les phases de révolution, avec leurs instruments habituels, les scientifiques voient des choses nouvelles et différentes là où ils avaient déjà porté le regard (Kuhn 1996 [1962] : 111).

28Sans vouloir mettre en cause le puissant rôle de la perception visuelle, j’aimerais suggérer que des processus similaires de sélection de l’attention sont à l’œuvre dans l’audition – et peut-être aussi dans le toucher, le goût et l’odorat. Dans la construction sociale de la réalité, ces formes d’attention sensorielle sélective jouent elles aussi un rôle conséquent.

29Douglas (1978 [1971] : 298-299), par exemple, met en lumière le rôle de l’attention sélective dans l’audition, lorsqu’elle note que :

le corps n'est pas toujours sous contrôle. Un processus de filtrage retire aux bruits incontrôlés toute signification. Filtrer en faisant sortir du flux sonore les bruits non pertinents tels que les hoquets, les éternuements, les soufflements et les grattements de gorge est non seulement possible mais aussi indispensable.

30Ainsworth et Greenberg (2006 : 4) développent des remarques similaires : l’audition est nécessairement sélective, particulièrement en milieux bruyants où « par la présence d’un bruit de fond ou de paroles concurrentes, une représentation vraiment exacte du spectre sonore pourrait en fait empêcher la compréhension ». Ils reviennent sur l’importance de l’attention sélective en jeu dans l’audition lorsqu’ils soulignent que « c’est peut-être la qualité d’être multiple qui caractérise le plus remarquablement l’exercice de la parole » (op. cit. : 5). Il s’agit donc de filtrer les différences inhérentes à cet exercice. Pour reconnaître les éléments communs porteurs de sens, il faut éliminer une multitude de différences non pertinentes qui touchent au ton, à l’accentuation et à l’intonation. Si la vision est peut-être le sens qui, en premier, définit la réalité – au moins parmi les voyants –, il est important de garder à l’esprit le fait que c’est l’attention sélective en général qui joue un rôle dans la construction sociale de la réalité.

Une analyse en termes de filtre social

31Parmi les concepts utilisés par les chercheurs pour rendre compte de la construction sociale de la réalité, la métaphore du filtre, en raison de son pouvoir évocateur, nous semble particulièrement intéressante pour analyser la dialectique de l’attention et de l’inattention qui sous-tend la perception (De Gloma et Friedman 2005). Je pense plus spécifiquement à une sorte de crible mental : les stimuli sensoriels doivent passer à travers ce crible avant qu'ils ne soient perçus par la conscience. En général, la fonction des filtres est de faire passer à travers un jeu de trous des éléments sélectionnés, tout en en bloquant d’autres. Par exemple, des filtres sont ajoutés à la lentille d’un appareil photo afin de permettre à différentes quantités de lumière (ou seulement à un certain type de lumière) de passer ; certains filtres enlèvent les éléments toxiques dans l’eau courante ; d’autres transmettent des bandes de fréquences électromagnétiques particulières, excluant les bandes de fréquences inférieures ou supérieures. Même si la taille, la forme et le nombre d’ouvertures varient, tous ont cette fonction de trier. Dans le domaine de la perception, les filtres bloquent le passage de certains éléments de l’information sensorielle disponible en permettant à d’autres de passer. Penser en termes de filtre est analytiquement utile car cela nous permet de nous demander quels sont les éléments et les détails qui passent et mobilisent notre attention, et, par là même, quels sont ceux qui sont bloqués de telle sorte qu’ils ne sont pas remarqués. Même s’ils ne sont pas incompatibles avec l’analyse en termes de filtre, la plupart des autres concepts actuellement disponibles (notamment, ceux de schème, habitus et paradigme) ne se basent pas sur une image spatiale concrète susceptible de guider utilement une analyse de l’attention et de l’inattention. Autrement dit, si tous ces concepts rendent compte de l’idée générale d’une forme de perception collectivement partagée, ils ne nous aident pas à comprendre comment des perceptions particulières sont cognitivement structurées. En revanche, la métaphore du filtre, avec ses blocages et ses trous, nous amène à concentrer nos efforts analytiques sur la dialectique de l’attention et de l’inattention. En outre, elle met expressément en lumière l’importante quantité de données potentiellement perceptibles qui, parce qu’elle est bloquée par le filtre, n’accède généralement pas à notre conscience.

  • 64 Voir par exemple, Goffman 1986 [1974] : 202. Sur les « règles de non pertinence», Goffman 1961, et (...)

32Certes, l’une des vertus de la métaphore du cadre, c’est d’être basée sur une image au pouvoir évocateur. Toutefois, l’idée de filtre comporte d’autres avantages analytiques, du fait même de sa structure. Premièrement, bien que l’idée de cadre offre une image claire de ce qui est « dedans » et « dehors », elle aboutit à une représentation binaire : ce qui retient l’attention est complètement séparé de ce qui ne la retient pas. Plutôt que de se trouver entrelacés dans le même espace conceptuel, les deux concepts d’attention et d’inattention sont fortement distingués en étant placés côte à côte. Deuxièmement, la métaphore du filtre donne une représentation plus nuancée car elle invite à analyser dans les mêmes termes ce qui est « non pertinent » et ce qui est négligé (disattended). Chez Goffman, par exemple, qui est l’un des pionniers de la sociologie du disattending64 en termes conceptuels, la métaphore du cadre – qui se concentre sur la distinction, au sein d’un contenu quelconque, entre des éléments « pertinents » (une peinture, par exemple) et des éléments qui ne le sont pas (le mur qui l’entoure, et tout ce qui se trouve à l’extérieur de l’image encadrée) – l’attention analytique est portée sur ce qui est « dans le cadre » ; tout le reste est considéré, de manière indifférenciée, comme étant tout simplement « hors cadre ». Autrement dit la métaphore du cadre, en attirant exclusivement l’attention sur les détails qui sont comptés comme pertinents, tend à considérer l’espace hors du cadre comme à la fois infini et indéfini.

33Or, se concentrer sur l’identification du disattended – le « résidu perceptuel» (De Gloma et Friedman 2005) – est particulièrement intéressant pour une analyse constructiviste, puisque ce qui reste non remarqué, ce sont les détails et les éléments qui pourraient soutenir d’autres perceptions et d’autres catégorisations, et donc donner naissance à d’autres mondes sociaux. L’analyse en termes de filtre présuppose que la réalité empirique est toujours plus riche et plus complexe que ce que nous en percevons en en faisant l’expérience. Autrement dit, les choses dans le monde excèdent de loin toutes les perceptions filtrées que nous pouvons en avoir. Merleau-Ponty l’a dit de la manière suivante : percevoir, c’est « communiquer avec un monde qui est plus riche que ce que nous en connaissons » (Merleau-Ponty 1962 : 186). Comme je vais le démontrer avec le cas du sexe et du genre dans la section suivante, en fournissant un système analytique pour appréhender le disattended, l’un des bénéfices majeurs de l’analyse en termes de filtre, c’est qu'elle favorise une conceptualisation neuve et productive de la construction sociale du monde matériel.

34Étant donné la nécessité de l’inattention pour faire advenir toute forme d’attention signifiante, une chose importante est à relever : selon le point de vue de l’analyse en termes de filtres, il n’y a pas de perception sans filtre. Y compris au niveau des « cadres primaires » de Goffman (1986 [1974] : 21), l’analyse en termes de filtre tient pour acquis qu’il n’y a pas de perception « basique » ou « originelle », mais bien seulement et toujours une perception informée par différents filtres et différentes combinaisons de filtres. L’idée selon laquelle une perception non filtrée n’existe pas a des conséquences analytiques importantes. Lorsque l’on essaie d’accéder au « résidu perceptuel » (i.e. ce qui est « ex-filtré », retenu et détaché de l’influx) au moyen de l’analyse en termes de filtre, le but n’est pas de toucher du doigt « la Réalité », mais de fournir des outils conceptuels pour lutter contre les discours dominants. Dans le contexte de la sociologie du corps, par exemple, c’est un outil très utile pour identifier les excès qui se manifestent au niveau du corps, à savoir ces caractéristiques ou ces détails corporels qui ne rentrent pas tout à fait dans le moule des catégories sociales. Néanmoins, il ne faut pas confondre l’identification de ces excès avec celle d’un corps « réel » ou « extra-social ». Autre avantage, la métaphore du filtre peut fournir un langage que les sciences cognitives sont susceptibles de partager. Selon Mendola (2003 : 40), plusieurs neurobiologistes de la vision ont utilisé, dès les années 1960, le terme de « filtre » afin de mettre en évidence la manière dont les neurones « décomposent les scènes visuelles en prélevant certains éléments particuliers des petites zones du champ visuel ». Le psychologue expérimental Donald Broadbent (1958), de son côté, considère que le flux d’information qui entre par les sens est réduit par « un filtre sélectif » avant même d’être traité par le système de catégorisation perceptuelle. Des études plus récentes en sciences cognitives ont également souligné le caractère sélectif de l’attention. Wang et ses collaborateurs (2007) ont analysé le substrat neural de l’attention sélective, en utilisant des électroencéphalogrammes (EEG). Les recherches de Wakefield (et alii 2004 : 430) suggèrent que les performances des enfants non-voyants dépassent celles des enfants voyants dans certaines tâches de perception et de reconnaissance des odeurs et des sons, non pas en raison d’une meilleure acuité de leur audition et de leur olfaction, mais plutôt grâce à une amélioration de la sélectivité de leur attention à des indices importants, ce qui a comme corollaire leur inattention au reste du spectre sonore – ce « bruit blanc » non pertinent sur le plan sensoriel. S’il est vrai qu’un même processus de filtrage est activé tant au niveau du cerveau que dans l’organisation sociale des processus perceptuels (et aussi, vraisemblablement, dans la mémoire et la cognition), cette forme commune pourrait non seulement fournir une base utile pour poursuivre l’exploration des similarités et des différences parmi les différents niveaux de filtres, mais aussi offrir l’opportunité de se pencher sur les implications d’un jeu de miroir entre processus biologiques et sociaux (voir Cerulo 2006 : 236).

35Dans les sections précédentes, j’ai avancé plusieurs arguments sur la perception, la construction sociale et la métaphore du filtre. Les voici résumés : la construction de la perception, au travers de l’attention et de l’inattention, compte parmi les mécanismes primaires de la construction sociale ; pour capturer les dynamiques sociales de l’attention sensorielle sélective, la métaphore du filtre est particulièrement appropriée, et c’est donc cette métaphore qui permet d’illustrer concrètement en n’importe quel cas la manière dont la construction sociale fonctionne ; enfin, mettre l’accent analytique sur ce qui est normativement négligé (disattended), ce à quoi nous invite la métaphore du filtre, peut étayer et renforcer le point de vue constructiviste. Jusqu’ici je me suis employée à introduire la perspective théorique propre à la sociologie de la perception, ainsi que le système conceptuel et analytique basé sur l’idée de filtre. Je vais maintenant donner un peu plus de chair à mes arguments, en utilisant la métaphore d’un filtre social pour analyser la perception des corps des hommes et des femmes – il sera alors question de perception visuelle, et dans une moindre mesure, de perceptions auditive et tactile. Si le sexe n’est certainement pas le seul exemple de construction socio-optique, ce cas d’étude constitue néanmoins un exemple particulièrement probant, puisque, historiquement, la théorie constructiviste n’a cessé de buter sur le sexe et le corps en général, ses principales pierres d’achoppement. C’est en prenant ce cas particulièrement problématique pour la théorie que l’éclairage unique fourni par la métaphore du filtre devient tout à fait évident.

La différence sexuelle comme résultat d’un filtrage socio-optique

36En portant le regard sur la façon dont les normes sociales gouvernent l’attention et l’inattention, un certain nombre de chercheurs, intéressés par la question du genre, ont décrit la vision de la masculinité et de la féminité en des termes qui évoquent l’idée d’un filtre sociomental. Considérons par exemple sous ce jour l’extrait suivant. Kessler et Mc Kenna y décrivent le processus d’attribution d’une catégorie de genre :

Lorsqu’on attribue un genre à quelqu’un, on contribue au renforcement des indicateurs de genre produits par la perception sélective. Par exemple, les membres de notre culture auront tendance à rechercher comme indice les poils du visage, alors qu’en d’autres cultures, ce ne sera probablement pas un motif d’inspection. Lorsqu’on a appris à considérer ces poils comme un indicateur de genre, on perçoit leur signalement bien plus précisément que cela ne serait le cas s’ils n’en étaient pas un (Kessler et Mc Kenna 1978 : 157).

37Dans la théorie de Kessler et Mc Kenna, un filtrage sociomental du corps s’avère être l’un des processus mentaux clé sous-tendant l’attribution du sexe. Et ils répètent la même idée, avec leurs propres mots : « Tandis que certaines différences prennent de l’importance, d’autres sont perçues comme insignifiantes [...], aussi celles-ci sont-elles susceptibles d’être ignorées » (op. cit. : 156). Dans une même veine, Butler fait référence à « une grille de lisibilité » qui « définit les paramètres de ce qui peut apparaître au sein du domaine du social, par opposition à ce qui ne le peut pas » (2004 : 42). Quant à Nicholson, elle met elle aussi en avant les dynamiques socio-mentales de l’attention et de l’inattention lorsqu’elle qualifie la perception des différences sexuelles de lentille à effet d’œillères (« qui rate beaucoup de choses ») :

Tout comme une lentille illumine certains aspects de ce que nous voyons en jetant une ombre sur les autres, ces visions [du genre] tiennent hors de la vue les très nombreux contextes dans lesquels, en tant que femmes ou hommes, nous nous écartons de leurs généralisations (Nicholson 1994 : 98).

38Mon propre travail s’appuie sur des entretiens réalisés auprès de 41 personnes transgenres sur la question de l’attribution du sexe. Nombre de leurs dires s’accordent avec l’idée d’appréhender le sexe comme le résultat d’un processus d’attention sélective. Par exemple, grâce aux propos suivants, nous remarquons de quelle façon une personne exerçant ses sens en vient à ignorer les inévitables ambiguïtés manifestées par un corps – ces éléments sont en quelque sorte ex-filtrés :

Les choses n’ont pas besoin d’être absolument parfaites, mais tu as quand même besoin qu’un certain pourcentage de choses tombent du côté féminin pour que ça puisse passer. Par exemple, il y a plein de femmes, nées biologiquement femmes, qui ont de larges épaules ou qui font pas loin de deux mètres de haut, mais elles ont d’autres trucs qui annulent ce côté masculin. Les gens ne regardent pas une femme comme ça en se disant : « Oh, c’est juste un gars dans une robe », ou un machin de ce genre-là.

C’est un équilibre à trouver ; ça peut aller d’un côté ou de l’autre [...]. J’ai lu une fois que pour faire pencher la balance de l’autre côté [i.e. du côté féminin], pour chaque attribut masculin, tu devais avoir deux attributs féminins.

39Si on en croit certaines recherches, les personnes transgenres auraient une conscience rare de ce qu’il faut d’inattention pour appliquer les catégories sexuelles sans problème. Car, comme le remarque Hale, elles n’entrent pas dedans – ou alors, au prix d’un déni des aspects ambigus ou contradictoires de leur personnalité (Hale 1998 : 115). Cependant, jusqu’à un certain point, cela est vrai de quiconque. Les corps humains se voient tous imposés un petit nombre de catégories sociales simplistes, incapables de les accueillir dans leur matérialité excessive et envahissante (Shilling 2003 : 60). Ils débordent les catégories au moyen desquelles ils sont appréhendés. En approfondissant cette idée, l’analyse en termes de filtre peut nous aider à conceptualiser le sexe (et le corps en général) d’une façon qui soit compatible avec les perspectives du constructivisme social.

40Posé de la manière la plus simple qui soit, l’argument est le suivant : lorsque nous voyons des corps, nous ne prenons pas en compte l’ensemble des informations techniquement disponibles ; on note certains détails et on en ignore d’autres. Une personne remarquera des caractéristiques corporelles en fonction de la socialisation qui lui est propre, là où une autre ne verra rien. Tout comme le profane qui ne voit pas ce que le physicien voit, et tout comme le cueilleur de champignons chevronné qui identifie des espèces de champignons qu’un non-initié ne saurait distinguer (Fine 1998). Citons aussi les praticiens de la médecine chinoise traditionnelle qui voient se dessiner sur le corps humain des « cartographies » que les médecins occidentaux ignorent, et les dermatologues qui sont capables de faire la différence entre des grains de beauté sains et dangereux, alors qu’un observateur non formé les trouve identiques. On pourrait continuer dans cette veine à l’infini : les orthodontistes remarquent l’alignement de la mâchoire, les danseurs l’alignement des jambes, les entraîneurs de fitness le développement des muscles, les coiffeurs la texture des cheveux, etc.

41Toutes les distinctions évoquées ici s’appuient sur des sous-cultures dont les conventions gouvernent l’attention de leurs membres. Cependant, les normes de l’attention opèrent de manière beaucoup plus large, au-delà de sous-cultures particulières. Alors que je ne me souviens que rarement de la couleur des yeux de quelqu’un, je remarque pratiquement toujours que cette personne est une femme ou un homme. Je peux me dire que dans mon souvenir, un tel était plus grand – ou plus gros, ou plus clair –, cela n’a rien d’anormal. En revanche, il est hautement improbable que je me dise qu’il était une femme. Il y a une norme de l’appréhension sélective des détails corporels qui fournissent de l’information sur les différences entre les sexes, et cette norme n’est pas moins conventionnelle que les normes issues de sous-cultures distinctes qui gouvernent notre façon de voir les corps. Ce fait apparaît clairement lorsque mes informateurs transgenre décrivent les perceptions alternatives de leur corps, nées de leur expérience de la transition d’un sexe à l’autre. Un homme devenu femme nous livre son point de vue de transsexuel :

Une fois qu’on a fait la transition, lorsqu’on observe les gens, on peut facilement penser qu’ils pourraient aussi bien être de l’un ou l’autre sexe. Tu peux regarder une femme et dire, « OK., si tu te coupes les cheveux comme ça » [...], et pour un homme, « une légère différence là, une légère différence ici » [...]. C’est juste qu’on a une sensibilité au fait que tout ça est fluide, flou, et c’est dur de revenir en arrière, d’avoir à nouveau cette idée que la plupart des gens ont que ce sont des choses vraiment strictement définies.

42De telles descriptions sont parlantes : l’attention normative qui se porte sur les différences entre les sexes n’est pas la seule manière de voir les corps. Cependant, sans être monolithique (ni même nécessairement très exacte), il s’agit bien d’une norme perceptuelle hégémonique. En effet, nombreux sont les chercheurs en études-genre à avoir démontré que le genre est culturellement « omnipertinent » (West et Zimmerman 1987 : 136).

43Autrement dit, en exerçant notre attention sélective sur les différences entre les sexes, nous améliorons nos compétences d’acteurs sociaux. Comme tous les autres filtres sociomentaux, ce filtre relatif aux différences sexuelles est acquis durant notre socialisation et devient une partie de notre équipement cognitif. Dès notre naissance, le monde social nous envoie inlassablement ce même message dépourvu d’ambiguïté – à savoir que les différences entre les sexes sont à la fois réelles et importantes –, et c’est à tous les niveaux de la vie culturelle que ce message est relayé et délivré. Martin (1998), par exemple, a démontré que le sens des différences physiques était inculqué aux garçons et aux filles dès la maternelle, par le caractère sexuellement différencié des réponses et des contacts physiques que leurs enseignants leur renvoyaient (souvent de manière inconsciente). On peut penser aussi à la structure même du langage, qui typiquement marque les différences entre les genres tout en marquant moins fortement d’autres formes de différences. Quand les enfants apprennent à parler, que ce soit l’anglais ou d’autres langues, spécialement lorsqu’ils en viennent à utiliser les pronoms, ils ne peuvent faire référence ou s’adresser à une personne sans déterminer en premier lieu son genre.

44Une fois qu’il est intériorisé, ce filtre perceptuel hégémonique dirige notre attention sur certaines parties du corps humain, telles que la poitrine, les poils sur le visage, mais non sur d’autres (on peut penser par exemple aux coudes et aux lobes d’oreilles). Il faut instamment souligner que ces formes d’attention sélective reflètent une importance plus sociale que biologique. Ce n’est pas simplement parce que certaines parties du corps sont plus grandes ou plus disponibles à notre inspection que nous prêtons attention à de tels détails, en tant qu’ils seraient empiriquement saillants. Même si certains détails sont visuellement plus proéminents, cela ne suffit pas à expliquer que nous y prêtions attention. D’un point de vue empirique, les seins et la barbe ne sont pas significativement plus saillants que les coudes et les lobes d’oreilles. En fait, les normes sociales de l’attention nous conduisent parfois à capter des détails physiques qui sont loin de tomber sous le sens, tandis qu’elles nous enjoignent d’en ignorer d’autres, pourtant techniquement plus saillants. Considérez, par exemple, que nous nous attachons souvent aux petites différences entre les sourcils des hommes et des femmes, alors que nous ne sommes que rarement attentifs à leurs similarités, pourtant plus importantes. Il en va de même des petites différences de texture qui concernent la peau et les poils « masculins » et « féminins ».

45Les normes sociales qui gouvernent nos façons de voir les corps « masculins » et « féminins » ne dirigent pas notre attention sur les caractéristiques des corps humains les plus importantes (ou les plus empiriquement proéminentes), mais bien plutôt sur celles qui démontrent les différences de genre. D’un certain point de vue, ce n’est qu’asséner une évidence : voir le sexe suppose que nous prêtions attention aux différences de sexe. Mais penser en termes de filtrage et d’attention sélective nous rappelle que lorsque nous nous concentrons sur certains des détails physiques qui différencient les sexes, nous sommes du même coup inattentif aux autres parties du corps. Pour le dire autrement, quand nous voyons les gens en tant que femme ou homme, nous ne percevons pas les corps humains dans leur totalité. Nous cherchons plutôt à reconnaître des traits sélectifs que nos attentes prédéfinissent comme pertinents parce qu’ils indiquent le sexe.

46Une autre question est soulevée par le fait d’analyser en termes de filtrage l’attribution du sexe par la vue. En effet, le portrait sélectif des stimuli sensoriels disponibles ne concerne-t-il seulement que le sexe vu ?

47Cherchant à savoir si on retrouve les mêmes pratiques de construction perceptuelle en d’autres formes de perception sensorielle, j’ai interviewé 27 individus non-voyants pour apprendre comment la masculinité et la féminité sont perçues sans être vues. Nombre de leurs descriptions de la manière d’entendre, toucher et sentir le sexe témoignent d’un processus de recherche sélective des indices escomptés :

À force, tu prends l’habitude de repérer les parfums [...]. Si tu touches le bras de quelqu’un et [si les gens] ils sont en chemise à manches courtes, il se peut qu’ils soient poilus – ou qu’ils aient plus de poils [...] –, des poils de différentes textures si c’est un gars ou une fille. [...] C’est beaucoup de petits indices tactiles.
J’arrive généralement à trouver le genre des gens par les petits indices qu’ils donnent avec leur voix. Y’a d’autres sortes de sons qui t’alertent, comme le son de la jupe d’une fille, quand le tissu frotte contre sa jambe lorsqu’elle marche, ou les grosses chaussures d’un homme qui battent le pavé, et parfois même la sonnerie de leur téléphone portable.

48Ces commentaires, qui sont assez courants chez mes interviewés, suggèrent que les non-voyants, tout comme les voyants, perçoivent sélectivement certains traits spécifiques : par leur enculturation depuis la naissance, ils sont amenés à croire que ces traits sont des indicateurs pertinents pour attribuer un sexe.

49Penser la différence sexuelle comme le produit d’un filtrage sociomental représente un changement de perspectives analytiques. L’une des implications majeures de cette nouvelle direction de recherche est que le corps peut devenir une ressource pour les théories sociales du genre, au lieu d’en être une menace. En mettant en valeur le caractère sélectif de nos perceptions, tout en nous rendant attentif aux nombreux aspects non dichotomiques du corps, l’analyse en termes de filtre peut servir à affermir l’idée que les caractères dichotomiques des rôles de genre sont socialement construits, plutôt qu’enracinés dans une différence proprement biologique. Et même si on s’accorde à croire que certaines différences physiques, apparemment catégoriques, séparent la plupart des hommes et des femmes, il reste que ces différences sexuelles ne sont qu’une petite proportion d’un ensemble beaucoup plus vaste de similarités et de différences manifestées par les corps humains.

50Loin de vouloir dénier l’existence des différences sexuelles, je suggère plutôt que nous fassions aussi très attention aux similarités, de telle sorte que nous évaluions ces deux ordres de chose à leur juste mesure dans nos perceptions des corps humains. Une telle pondération de la perception suppose que l’on reconnaisse à la fois le semblable et le différent. Tout comme dans la fameuse illustration de l’illusion d’optique où nous sommes capables d’apprendre à voir à la fois le lapin et le canard, nous sommes capables d’apprendre à voir les corps humains tant dans leurs similarités que dans leurs différences sexuelles. Cultiver une telle vue ouverte et flexible du corps amène à reconnaître qu’il y a de multiples manières de le percevoir dans ses parties, mais que toutes sont, au final, le fruit de nos esprits (Zerubavel 1991 : 122). Dans ce contexte, lorsqu’on considère les différences sexuelles, l’argument de l’ancrage biologique des différences de genre ne paraît plus guère tenable, puisqu’il est fondé sur une vision très sélective de la biologie des êtres humains. Comme l’écrit Knorr-Cetina, « les sélections peuvent être mises en question précisément parce qu’elles sont des sélections : c’est-à-dire, précisément parce qu’elles impliquent la possibilité de sélections alternatives » (Knorr-Cetina 1981 : 6).

51En des termes plus généraux, les implications de cette formulation sont doubles : d’une part elle nous questionne sur ce que nous ne sélectionnons pas lorsque nous percevons des corps, et d’autre part elle illustre la puissance potentielle de ce que Shilling (2003) formule comme l’« irréductibilité » des corps aux classifications sociales (voir aussi, Connell 1995 : 56-60). En outre, cette approche sociologique du corps peut s’appliquer aux classifications raciales. Par exemple, en ce cas, on remarque que les différences de tons de la peau sont cognitivement mises en lumières alors que les similarités physiques que partagent les gens de différents groupes raciaux sont ignorées. Comme le note Shilling, « les corps sont classés au moyen de catégories sociales simplistes [...] qui ignorent les traits qui rassemblent les corps humains et soulignent plutôt ceux qui les différencient » (2003 : 60). Remarquer cette non congruence entre les corps et les catégories censées les décrire met en lumière le caractère socialement construit des catégories. Pour emprunter à Lucal, nous pouvons « fournir la preuve visible que les catégories de genre ne sont pas mutuellement exclusives » (Lucal 1999 : 795). De telles perspectives permettent d’espérer que les analyses constructivistes en viennent à considérer le corps, non plus comme une pierre d’achoppement, mais comme une ressource utile. Cependant, comme indiqué auparavant, lorsque je dis que les corps excèdent les catégories, je n’avance pas une idée en faveur de la découverte d’un corps hors du social. Il s’agit plutôt d'une idée stratégique qui permet de critiquer la naturalité de catégories sociales hégémoniques. À l’aide de l’analyse en termes de filtre, nous pouvons accéder de manière imaginative à des interprétations alternatives du corps qui présentent un double avantage : contester les catégories dominantes et renforcer le constructivisme social.

Conclusion

52La question générale qui a motivé l’écriture de ce texte est la suivante : « Comment la perception fonctionne-t-elle d’un point de vue sociologique ?» En faisant appel au point de vue de la sociologie cognitive, j’ai d’une part montré que l’attention sélective était un processus sociocognitif d’importance au regard du fonctionnement de la perception, et j’ai d’autre part proposé de considérer l'utilité conceptuelle de l’analyse en termes de filtre pour la sociologie de la perception. Entre autres avantages, cette analyse nous permet de mettre le doigt sur le fonctionnement de la part perceptuelle de la construction sociale. En outre, elle nous permet d’identifier les processus perceptuels qui sous-tendent d’autres processus de la construction sociale (qu’ils concernent le sexe, la race ou la réalité). Ensuite, et ce n’est pas moins important, l’analyse en termes de filtre fournit un système conceptuel pour examiner la construction sociale du corps et, plus généralement, de la réalité matérielle.

53Dans le passé, conceptuellement, la métaphore de la « construction » a paru atteindre ses limites dès lors qu’on en venait à parler de la matière – c’est-à-dire des choses et des corps – parce qu'elle semblait impliquer l'idée que la matière est créée ex nihilo. Concevoir la construction sociale comme un processus de filtrage permet d’éviter cette critique. L’analyse en termes de filtre porte l’attention sur la façon dont les corps (et plus généralement la matière) débordent les catégories sociales au moyen desquelles nous les percevons, et l’inévitable « résidu perceptuel » qui résulte de cet excès des corps – ces détails qui sont « ex-filtrés » de n’importe quelle perception de la réalité – nous fournit la promesse d’une nouvelle façon d’envisager la construction sociale du monde matériel.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ainsworth, W. et Greenberg, S., 2006. « Auditory processing of speech », in S. Greenberg et W. Ainsworth, Listening to Speech : An Auditory Perspective, Mahwah, N.J. et Londres, Lawrence Erlbaum Associates : 3-17.

Ayabe-Kanamura, S. et alii., 1998. « Differences in perception of everyday odors : a Japanese-German cross-cultural study », Chemical Senses, 23 (1) : 31-38.

Bagby, J., 1957. «A cross-cultural study of perceptual predominance in binocular rivalry», Journal of Abnormal and Social Psychology, 54: 331-334.

Bartlett, F., 1932. Remembering: A Study in Experimental and Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press.

Bateson, G., 1972 [1955]. « A theory of play and fantasy », in G. Bateson, Steps to an Ecology of Mind, New York, Ballantine Press : 177-193

Berger, P. L. et Luckmann, T., 1967 [1966]. The Social Construction of Reality : A Treatise in the Sociology of Knowledge, Garden City, – Doubleday Anchor.

Bordo, S., 1993. Unbearable Weight : Feminism, Western Culture and the Body, Berkeley & Los Angeles, University of California Press.

–, 1999. The Male Body : A New Look at Men in Public and in Private, New York, Farrar, Strauss & Giroux.

Bourdieu, P., 1984. Distinction : A Social Critique of the Judgment of Taste, Cambridge, Harvard University Press.

Brekhus, W., 2007. « The Rutgers School : A Zerubavelian culturalist cognitive sociology », European Journal of Social Theory, 10 (3) : 453-470.

Broadbent, D., 1958. Perception and Communication, Londres, Pergamon.

Bruner, J., 1958. « Social psychology and perception », in E. E. Macoby, T. M. Newcomb et E. L. Hartley, Readings in Social Psychology, New York, Henry Holt & Company : 85-94

Butler, 2004. Undoing Gender, New York, Routledge.

Cerulo, K., 2002. Culture in Mind : Toward a Sociology of Culture and Cognition, New York & Londres, Routledge.

–, 2006. Never Saw it Coming : Cultural Challenges to Envisioning the Worst, Chicago & Londres, University of Chicago Press.

Chayko, M., 2002. Connecting : How We Form Social Bonds and Communities in the Internet Age, Albany, State University of New York Press.

Child, A., 1950. «The sociology of perception», The Journal of Genetic Psychology, 77: 293-303.

Cicourel, A., 1974. Cognitive Sociology: Language and Meaning in Social Interaction, New York, Free Press.

Connell, R.W., 1987. Gender and Power: Society, the Person and Sexual Politics, Stanford, Stanford University Press.

–, 1995. Masculinities, Berkeley & Los Angeles, University of California Press.

Davis, M. S., 1983. Smut: Erotic Reality/Obscene Ideology, Chicago, University of Chicago Press.

DeGloma, T. et Friedman, A., 2005. « Thinking with socio-mental filters : Exploring the social structuring of attention and significance », presented at the Annual Meeting of the American Sociological Association, Philadelphie, PA.

Douglas, M., 1978 [1971]. «Do dogs laugh? A cross-cultural approach to body symbolism», in T. Polhemus, The Body Reader: Social Aspects of the Human Body, New York, Pantheon Books: 295-301.

–, 1982. « Introduction », in M. Douglas, Essays in the Sociology of Perception, New York, Routledge : 11-1 3.

Durkheim, F., 1982 [1895]. The Rules of Sociological Method, New York, Free Press.

–, 1995 [1912]. The Elementary Forms of Religions Life, New York, Free Press.

–, 1973 [1914]· « The dualism of human nature and its social conditions », in R. N. Bellah, Emile Durkheim : On Morality and Society, Chicago, University of Chicago Press : 149-163.

Fine, G. A., 1998. Morel Tales : The Culture of Mushrooming, Cambridge & Londres, Harvard University Press.

Fleck, L., 1981 [1935]. Genesis and Development of a Scientific Fact, Chicago, University of Chicago Press.

Garfinkel, H., 1967 [1964]. Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Goffman, E., 1961. «Fun in games», in E. Goffman, Encounters: Two Studies in the Sociology of Interaction, Indianapolis, Bobbs-Merrill.

–, 1963. Behavior in Public Places, New York, Free Press.

–, 1986 [1974]. Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience, Boston, Northeastern University Press.

Hale, C. J., 1998. «Tracing a ghostly memory in my throat: Reflections on FTM feminist voice and agency», in T. Digby, Men Doing Feminism, New York & Londres, Routledge: 99-129.

Hanson, N.R., 1965. Patterns of Discovery: An Inquiry into the Conceptual Foundations of Science, Cambridge, Cambridge University Press.

Jacob, P. et Jeannerod M., 2003. Ways of Seeing : The Scope and Limits of Visual Cognition, Oxford, Oxford University Press.

Jay, M., 1993. Downcast Eyes: The Denigration of Vision in Twentieth Century French Thought, Berkeley & Los Angeles, University of California Press.

Jones, E. E., 1990. Interpersonal Perception, New York, W. H. Freeman & Company.

Kant, I., 1998 [1781]. Critique of Pure Reason, Cambridge, Cambridge University Press.

Kessler, S. et McKenna, W., 1978. Gender : An Ethnomethodological Approach, Chicago, University of Chicago Press.

Knorr-Cetina, K. D., 1981. The Manufacture of Knowledge: An Essay on the Constructivist and Contextual Nature of Science, Oxford, Pergamon Press.

Kuhn, T., 1996 [1962]. The Structure of Scientific Revolutions, Chicago & Londres, The University of Chicago Press.

Lancaster, R., 2003. The Trouble with Nature : Sex in Science and Popular Culture, Berkeley, University of California Press.

Laqueur, T., 1990. Making Sex: Body and Gender front the Greeks to Freud, Cambridge, Harvard University Press.

Largey, G. P. et Watson, D. R., 1972. « The sociology of odors », The American Journal of Sociology, 7 (6) : 1021-1034.

Lawless, H., 1997. « Olfactory psychophysics », in G. K. Beauchamp et L. Bartoshuk, Tasting and Smelling, San Diego, Academic Press : 125-174.

Levine, J. M. et G. Murphy. 1958. « The learning and forgetting of controversial material », in E. E. Macoby, T. M. Newcomb et E. L. Hartley, Readings in Social Psychology, New York, Henry Holt & Company : 94-101.

Lowe, D., 1982. History of Bourgeois Perception, Chicago, University of Chicago Press.

Lucal, B., 1999. « What it means to be gendered me : Life on the boundaries of a dichotomous gender System », Gender and Society, 13 (6) : 781-789.

Malinowski, B., 1929. The Sexual Life of Savages in North Western Melanesia, New York, Halcyon House.

Mannheim, K., 1936. Ideology and Utopia: An Introduction to the Sociology of Knowledge, New York, Harvest.

Martin, K., 1998. «Becoming a gendered body: Practices of preschools», American Sociological Review, 63 (4): 494-511.

Matthen, M., 2005. Seeing, Doing, and Knowing : A Philosophical Theory of Sense Perception, Oxford, Clarendon Press.

Mead, G. H., 1934. Mind, Self and Society: From the standpoint of a social behaviorist, Chicago, University of Chicago Press.

Meissner, C. et Brigham, J., 2001. « Thirty years of investigating the own-race bias in memory for faces : A meta-analytic review », Psychology, Public Policy, and Law, 7 : 3-35.

Mendola, J., 2003. « Contextual shape processing in human visual cortex : beginning to fill-in the blanks », in L. Pessoa et P. De Weerd, Filling In : From Perceptual Completion to Cortical Reorganization, Oxford, Oxford University Press : 38-58.

Merleau-Ponty, M., 1962. Phenomenology of Perception, New Jersey, Routledge and Kegan Paul.

Mills, C. W., 1963. People, Power, and Politics: The Collected Essays of C. Wright Mills, New York, Ballantine Books, Inc.

Moi, T., 1999. What is a Woman? And Other Essays, Oxford, Oxford University Press.

Mol, A., 2002. The Body Multiple: Ontology in Medical Practice, Durham & Londres, Duke University Press.

Morgan, D. et Schwalbe M., 1990. « Mind and self in society : Linking social structure and social cognition », Social Psychology Quarterly, 53 (2) : 148-164.

Nicholson, L., 1994. «Interpreting gender», Signs 20 (1): 79-105.

Powers, P, Andriks J. et Loftus E., 1979. « The eyewitness accounts of males and females », Journal of Applied Psychology, 64 : 339-347.

Pylyshyn, Z. W., 2003. Seeing and Visualizing: It’s Not What You Think, Cambridge, MIT Press.

Sacks, O., 1989. Seeing Voices: A Journey into the World of the Deaf Berkeley & Los Angeles, University of California Press.

Schutz, A., 1967 [1932]. The Phenomenology of the Social World, Evanston, IL, Northwestern University Press.

Schutz, A. et Luckmann, T., 1973. The Structures of the Life World, Evanston, Northwestern University Press.

Shibutani, T., 1955· «Reference groups as perspectives», American Journal of Sociology, 60 : 562-69.

–, 1962. «Reference groups and social control», in A. Rose (ed.), Human Behavior and Social Processes, Boston, Houghton Mifflin : 128-145.

Shilling, C., 2003. The Body and Social Theory, Londres, Sage Publications.

Simmel, G., 1924 [1908]. « Sociology of the senses : Visual interaction», in R. Park et E. Burgess, Introduction to the science of sociology, New York, Greenwood Press, 356-361.

–, 1950 [1917]. « The field of sociology », in K. H. Wolff, The Sociology of Georg Simmel, New York, Free Press : 3-25.

Simpson, R., 2006. « The forest and the trees : Changing styles of focusing », in R. Simpson, « The germ culture : Metaphor, modernity, and epidemic disease », dissertation, Department of Sociology, Rutgers University : 79-95.

Tannen, D., 1993. Framing in Discourse, New York & Oxford, Oxford University Press.

Taylor, S. E., Peplau L. A. et Sears D. O., 2000. Social Psychology, Tenth Edition, New Jersey, Prentice Hall.

Turner, B., 1992. Regulating Bodies: Essays in Medical Sociology, London & New York, Routledge.

Van der Heijden, A. H. C., 2004. Attention in Vision: Perception, Communication and Action, Hove & New York, Taylor & Francis.

Wakefield, C. E., Homewood, J. et Taylor A. 2004. « Cognitive compensations for blindness in children : An investigation using odour naming », Perception, 33 : 429-442.

Wang, J., Clementz, B. A. et Keil, A., 2007. « The neural correlates of feature-based selective attention when viewing spatially and temporally overlapping images », Neuropsychologia, 45 (7) : 1393-1399.

West, C. et Don H. Zimmerman, 1987. « Doing gender. » Gender and Society, 1 (2) : 125-151.

Young, I. M., 2005. On Female Bodily Experience : “Throwing Like a Girl” and Other Essays, New York, Oxford University Press.

Zerubavel, E., 1981. Hidden Rhythms : Schedules and Calendars in Social Life, Berkeley & Los Angeles, University of California Press.

–, 1991. The Fine Line : Making Distinctions in Everyday Life, New York, Free Press.

–, 1997. Social Mindscapes : An Invitation to Cognitive Sociology, Cambridge, Harvard University Press.

Notes

56 Texte traduit de l’américain par Joan Stavo-Debauge et Martine Gestin.

57 Sur les différences raciales, voir Meissner et Brigham (2001). Sur les différences de classe, voir Bourdieu 1984. Fleck (1981 f 1935] : 92) fournit un autre exemple de socialisation de la perception dans le cadre d’une profession. Sur la dimension socioculturelle de la perception en général, spécialement sur l’idée de « communautés optiques », voir Zerubavel 1997 : 23-24.

58 Pour des exemples de ces critiques, voir, par exemple, Bordo 1993 : 38 ; 1999 : 263, Connel 1987 : 74, Moi 1999 : 46-54 et Young 2005 : 12.

59 Parmi les notables tentatives d’un développement d’une sociologie de la perception, on trouve un article d’Arthur Child (« The sociology of perception », 1950), un recueil édité par Mary Douglas, Essays in the sociology of perception (1982), et « Social optics », le second chapitre de Social mindscapes : An invitation to cognitive sociology de Eviatar Zerubavel (1997).

60 Cicourel a utilisé ce terme auparavant, mais avec un sens légèrement différent, dans le titre d’un recueil de textes sur le langage et les interactions (Cicourel 1974).

61 Pour un compte rendu de ces débats quant à la perception visuelle, voir Pylyshyn 2003 : 50-53, 62-67, 72-73, mais aussi Jacob et Jeannerod 2003 : 140, Jay 1993 : 9, Zerubavel 1991 :6, 1997 : 23-24.

62 Il est ici important de remettre en question le présupposé, présent en de nombreuses recherches scientifiques sur la perception, selon lequel les influences culturelles et les processus cognitifs qui modèlent la perception sont nécessairement accessibles à la conscience. Par exemple, l’attention sélective – le processus cognitif le plus central de mon analyse – est parfois définie comme le résultat des intentions d’un acteur, en renvoyant en fait à la focalisation consciente de l’attention qui est en jeu dans l’exécution réfléchie d’une action guidée par la vue (voir Van der Heijden 2004). Pour ma part, en étudiant l’attention sélective, je ne prends en compte que les processus sociocognitifs subconscients qui structurent la perception.

63 Ndt : néologisme anglais créé à partir de to attend, assister à, prêter attention à. Le disattending représente l’état contraire qui consiste à s’absenter mentalement face à une chose en cessant de lui prêter attention.

64 Voir par exemple, Goffman 1986 [1974] : 202. Sur les « règles de non pertinence», Goffman 1961, et sur « l’inattention civile », Goffman 1963.

Auteur

Docteur en sociologie, Asia Friedman effectue actuellement ses recherches à l’UMDNJ-Robert Wood Johnson Medical School. Ses travaux portent sur le lien entre cognition, perception et culture, ainsi que sur le genre, la sociologie du corps, la théorie sociale et les méthodes qualitatives. Ses publications récentes sont entre autres « Toward a sociology of perception : sight, sex, and gender » (Cultural Sociology et « Unintended consequences of the feminist sex/gender distinction » (Genders 43).
asiafriedman@gmail.com

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search