Version classiqueVersion mobile

La sociologie cognitive

 | 
Fabrice Clément
, 
Laurence Kaufmann

II. Les approches sociales de l’esprit

Les cadres sociaux de la cognition : socialisation, schèmes cognitifs et langage

Bernard Lahire

Texte intégral

  • 34 Au sens où on l’entend, depuis plus de trente ans, en sociologie (cf. notamment Bourdieu 1972 et 1 (...)

1L’ordre des faits cognitifs n’est qu’une dimension spécifique des faits sociaux, un composant qui ne saurait être déconnecté du tout complexe dans lequel il trouve sa place et prend son sens. Une théorie sociologique des faits cognitifs est notamment difficilement dissociable d’une théorie de l'action et de la pratique34. Les catégories (ou schèmes) de perception, de représentation, de classification ou d’appréciation ne peuvent ainsi pas être appréhendées indépendamment des contextes d'action présents dans lesquels elles se manifestent, des pratiques au sein desquelles elles s’inscrivent et des fonctions qu’elles y remplissent. Mais elles ne peuvent être davantage comprises si l’on ne se donne pas les moyens méthodologiques d’en reconstruire la sociogenèse en reconstituant les séries, plus ou moins cohérentes, de contextes d’action passés ayant joué un rôle en tant que contextes de socialisation, c’est-à-dire en tant que cadres sociaux de leur formation et de leur intériorisation par les acteurs. Par ailleurs, les faits de perception, de représentation, de classification ou d’appréciation étant fondamentalement liés aux matériaux langagiers dans lesquels ils prennent forme et s’expriment (on perçoit, se représente, classifie ou apprécie toujours à l’aide d’outils langagiers, avec des signes et des dispositifs sémiotiques déterminés), le sociologue ne peut faire l’économie d’une réflexion sur le rôle joué par le langage dans les phénomènes de cognition.

2Il s’agira donc ici de montrer : 1) l’intérêt d’une sociologie qui saisit les pratiques sociales (individuelles comme collectives) au croisement des dispositions (mentales et comportementales) et des contextes d’action ; 2) la nécessité d’une théorie de la socialisation (des cadres de la socialisation au sein desquels se forment les catégories cognitives comme les dispositions à agir) donnant toute sa place aux pratiques langagières qui « accompagnent » les actions et contribuent à les in-former.

Expérience, accoutumance et anticipation pratique

  • 35 Toutes les citations sont tirées de ce texte.

3Dans une présentation abrégée de son fameux Treatise of Human Nature paru un an plus tôt, le philosophe David Hume défend l’idée qu’une « science de l'homme » est possible et qu’il « semble y avoir toutes les raisons du monde d’imaginer que cette science peut être portée au plus haut degré d’exactitude35 » (2002 [1740]). Distinguant les «impressions » (définies comme des « perceptions vives et fortes ») des « idées » (« perceptions faibles »), Hume affirme que les idées dérivent des impressions et que « nous ne pouvons jamais penser à quelque chose que nous n’avons pas vu ou senti dans notre propre esprit ». En bon empiriste, et malgré le fait qu’il admette l’existence d’« idées innées », il souligne l’importance de nos expériences qui, lorsqu’elles se répètent, créent des habitudes mentales et fonctionnent, dans le cours de la pratique, comme des anticipations préréflexives de phénomènes à venir.

4Hume prend ainsi l’exemple de l’interaction entre deux boules de billard. La première, qui est en mouvement, vient heurter la seconde, immobile, qui, sous l’effet du choc, se met à son tour en mouvement. Celui qui fait l’expérience répétée de ce genre de situation peut constater à chaque fois le même phénomène (Hume parle de « conjonction constante entre la cause et l’effet ») et il finit ainsi, dans des situations analogues, par anticiper les effets (le choc, puis la mise en mouvement de la boule initialement au repos) produits (« Supposez que je voie une boule se déplacer en ligne droite vers une autre ; je conclus immédiatement quelles vont se heurter et que la seconde va entrer en mouvement. »). Voici la manière dont Hume rend raison de cette situation :

Qu’un homme, tel qu'Adam, soit créé en pleine vigueur de l’entendement. Sans expérience, il ne serait jamais capable d’inférer le mouvement de la seconde boule du mouvement et de l’impulsion de la première. Ce n’est pas quelque chose que la raison voit dans la cause qui nous fait inférer l’effet. Une telle inférence, si elle était possible, serait équivalente à une démonstration, étant fondée sur une comparaison d’idées. [...]
Il aurait donc été nécessaire à Adam [...] d’avoir eu l'expérience de l’effet, qui s’ensuivait de l’impulsion de ces deux boules. Il lui fallait avoir vu, dans plusieurs cas, que quand l’une des boules heurtait l’autre, la seconde acquérait un mouvement. S’il avait vu un nombre suffisant de cas de ce genre, toutes les fois qu’il verrait l’une des boules se mouvoir vers l’autre, il conclurait toujours, sans hésitation, que la seconde acquerrait du mouvement. Son entendement anticiperait sa vue et formerait une conclusion appropriée à son expérience passée. [...]
Nous sommes déterminés par l’accoutumance seulement à supposer que le futur soit conforme au passé. Quand je vois une boule de billard se mouvoir vers une autre, mon esprit est immédiatement porté par l’habitude à l’effet ordinaire, et il anticipe ma vue en concevant la seconde boule en mouvement. Il n’y a rien dans ces objets, considérés abstraitement et indépendamment de l'expérience, qui me conduit à former une telle conclusion. Et même après avoir eu l’expérience de nombreux effets répétés de cette sorte, il n’y a aucun argument qui me détermine à supposer que l’effet sera conforme à l’expérience passée. [...] Ce n’est donc pas la raison qui est le guide de la vie, mais l’accoutumance. Elle seule détermine l’esprit, dans tous les cas, à supposer que le futur sera conforme au passé.

5Pour Hume, c’est donc bien sur la base d’une expérience répétée, qu’une disposition mentale s’est – par accoutumance – peu à peu formée. Et c’est cette disposition qui conduit l’individu percevant et agissant à projeter dans l’avenir (et donc à anticiper sur des actions qui n’ont pas encore eu lieu) le produit intériorisé de ses expériences passées. Hume nous livre là le modèle de toute théorie dispositionnaliste de l’action qui, tenant compte des produits incorporés de séries d’expériences passées relativement analogues, prend acte du fait que le présent de l’action (ou de l’interaction), et notamment les propriétés du contexte d’action, n’explique pas tout du comportement des acteurs. Il souligne aussi le lait que la « raison » et la « volonté » interviennent peu dans des perceptions ou représentations ordinaires qui, fondées sur des croyances pratiques acquises par expérience (i. e. par accoutumance à des situations relativement similaires), relèvent plus souvent d’habitudes de perception ou de représentation préréflexives que de schémas explicites et conscients, intentionnellement mis en œuvre.

6Il suffit de remplacer l’exemple des boules de billard en interaction par des situations proprement sociales (la manière dont un individu – enfant, adolescent puis adulte – est rendu sensible à certains jeux de langage, à certaines formes de relations sociales, à certains modes d’exercice de l’autorité, à certains modes de raisonnement ou à certains types de comportements ou d’attitudes moraux, culturels, esthétiques, politiques, etc.) pour prendre la mesure de l’importance d’une telle réflexion pour les sciences sociales. Face à telle ou telle situation (événement, type d’interaction, propos, geste, objet, etc.), l’acteur agit ou réagit en fonction de ce qu’il croit reconnaître des impératifs (choses à dire et à ne pas dire, à faire et à ne pas faire, manières de sentir et d’apprécier, etc.) liés à cette situation en fonction de ses expériences passées. Ce que l’acteur perçoit, voit, sent, se représente, etc., de la situation en question ne se saisit qu’au croisement des propriétés (objectivables) de la situation en question et de ses propriétés incorporées (dispositions mentales et comportementales, schèmes ou catégories de perception et d’appréciations plus ou moins cohérents ou contradictoires formés au cours des expériences socialisatrices passées).

Une théorie dispositionnaliste de la pratique

  • 36 Si Goffman n’est pas insensible à la question de l’anticipation dans le cours de l’interaction, il (...)
  • 37 On renverra ici au texte de C. J. Calhoun et L. J. D. Wacquant (1989), qui fait une présentation c (...)
  • 38 Par exemple, Luc Boltanski développe une vision très contextualiste de l’action, lorsqu’il dit s’i (...)

7Quelles parlent de dispositions, d’habitudes, d’inclinations, de penchants, de propensions, d’ethos ou d’habitus, les théories de l’action et de la pratique dispositionnalistes se distinguent de leurs concurrentes par la prise en compte, dans l’analyse des pratiques ou des représentations sociales, du passé des acteurs (Lahire 2006a [1998] et 2002). Les sociologies de l’acteur « sans passé » s’intéressent moins à l’acteur agissant qu’à l’action en tant que telle, quelle que soit l’histoire de l’acteur qui l’effectue. Ce sont des sociologies délestées de toute théorie de la socialisation, de la mémoire, de l’habitude et du passé incorporé. Parmi les plus célèbres, on trouve, bien sûr, la sociologie d’Erving Goffman qui analyse l’« ordre de l’interaction » sans chercher à reconstruire la socialisation passée des acteurs (Goffman 1973 ; 1987 ; 1988 et 1991)36. Mais toutes les formes de théorie de l’action rationnelle, qui dotent universellement les acteurs d’une psychologie sommaire37, de même que les sociologies pragmatiques qui leur attribuent une série de compétences sans histoire38, sont en tout point opposées à cette tradition.

  • 39 On peut toutefois souligner le fait qu’Elias a dépassé les limites de ce genre de formulation lors (...)
  • 40 On trouve ce genre de glissement dans les travaux mêmes de Pierre Bourdieu lorsque, par exemple, c (...)

8Par ailleurs, des auteurs plus attentifs au poids du passé incorporé et parfois même explicitement inscrits dans une tradition dispositionnaliste, n’en négligent pas moins parfois les effets de ce passé dans l’étude des conduites sociales. Ainsi, par exemple, même s’il parle d’« économie psychique » ou d’« habitus » et évoque souvent les processus d’intériorisation des contraintes sociales, Norbert Elias met en œuvre une pensée configurationnelle, qui insiste davantage sur les relations d’interdépendance que forment entre eux les individus, et sur les contraintes qu’elles font peser sur les comportements et décisions de chacun d’entre eux, que sur l’articulation de ces « parallélogrammes des forces » et du passé incorporé par les individus socialisés. Il écrit ainsi que « la structure et la forme du comportement d’un individu dépendent de la structure de ses relations avec les autres individus » (1991a : 104), ou encore que « les différentes voies possibles entre lesquelles il [l’individu] opte lui sont prescrites par la constitution de son cercle d’action et ses rapports d’interdépendance » (1991a : 95)39. Mais le même glissement contextualiste s’observe aussi du côté des travaux menés par des chercheurs mobilisant la théorie des champs de Pierre Bourdieu, qui finissent par rapporter l’ensemble des pratiques et des représentations de chaque agent à sa position dans le champ, en réduisant à presque rien les caractéristiques et les effets de l'habitus de celui qui occupe cette position40.

  • 41 Luc Boltanski laisse ainsi supposer que les sociologies dispositionnalistes auraient « pour objet (...)
  • 42 Non seulement l’homogénéité de l'univers familial – et par conséquent des expériences socialisatri (...)

9Contrairement à ce que les critiques laissent parfois penser, les modèles dispositionnalistes ne sont pas condamnés à faire de l’explication par les premières expériences socialisatrices vécues dans le milieu familial d’origine le cœur de l’explication sociologique des pratiques et des croyances41. Ce serait là faire preuve d’un déterminisme bien pauvre et oublier à la fois l’existence des « socialisations secondaires42 » et la pluralité des cadres socialisateurs qu’on trouve déjà évoquée par Maurice Halbwachs dans ses réflexions sur La Mémoire collective. « Chaque homme, écrit-il, est plongé en même temps ou successivement dans plusieurs groupes » (1968 : 67-68), et ceux-ci ne sont eux-mêmes ni homogènes ni immuables (1968 : 76). Ces groupes, qui constituent les cadres sociaux de notre mémoire incorporée, peuvent être partiellement ou très fortement hétérogènes, et les individus qui les traversent au cours d’une même période de temps ou à différents moments de leur vie sont donc le produit de cette hétérogénéité des schèmes de perception, de représentation et d’appréciation, des mémoires incorporées, des dispositions ou habitudes mentales et comportementales. Un sociologue comme Maurice Halbwachs proposait donc déjà une vision subtile de la socialisation et des déterminismes, sensible à l’hétérogénéité et à la pluralité des cadres sociaux de l’expérience, qui pourrait utilement inspirer les sociologues contemporains.

10Dans La Mémoire collective, ce même sociologue formule un certain nombre de remarques que les sociologues qui cherchent à saisir la diversité des influences socialisatrices (et, par conséquent, des dispositions mentales et comportementales) devraient s’efforcer de garder à l’esprit lorsqu’ils mènent des enquêtes. C’est en effet le souci de remettre en question des ensembles considérés trop hâtivement comme homogènes afin de considérer les différences internes qui lui fait écrire :

Pour nous faire une idée, au contraire, de la multiplicité des mémoires collectives, imaginons ce que serait l’histoire de notre vie si, tandis que nous la racontons, nous nous arrêtions chaque fois que nous nous rappelons un des groupes que nous avons traversés, pour l'examiner en lui-même et dire tout ce que nous en avons connu. Il ne suffirait pas de distinguer quelques ensembles : nos parents, l’école, le lycée, nos amis, les hommes de notre profession, nos relations mondaines, et encore telle société politique, religieuse, artistique à laquelle nous avons pu nous attacher. Ces grandes divisions sont commodes, mais elles répondent à une vue encore extérieure et simplifiée de la réalité. Ces sociétés comprennent des groupes bien plus petits, qui n’occupent qu’une partie de l’espace, et ce n’est qu’avec une section locale de tel d’entre eux que nous avons été en contact. Ils se transforment, se segmentent, si bien qu’alors même que nous restons sur place, que nous ne sortons pas d’un groupe, il arrive que par le renouvellement lent ou rapide de ses membres il devienne réellement un autre groupe qui n'a que peu de traditions communes avec ceux qui le constituaient au début (1968 : 76, c’est moi qui souligne).

11L’un des grands intérêts de l’explication dispositionnaliste est de permettre de comprendre pourquoi des individus peuvent percevoir différemment les mêmes situations et réagir différemment face aux mêmes sollicitations ou injonctions extérieures. Si l’on ne faisait pas l’hypothèse que des expériences socialisatrices passées différentes se sont sédimentées et converties en manières plus ou moins durables de voir, de sentir et d’agir, c’est-à-dire en traits dispositionnels, on ne saisirait pas le principe de telles variations. Car si le contexte était le seul à peser sur le comportement des acteurs, une analyse détaillée des propriétés de celui-ci pourrait suffire à déterminer précisément le type de perception, d’action ou de réaction que peuvent mettre en œuvre les acteurs en fonction de leurs positions ou de leurs rôles dans le contexte en question (situation d’interaction, configuration de relations d’interdépendance, organisation, marché, champ, etc.).

  • 43 Une disposition ou un schème peut donc se renforcer par sollicitation continue ou au contraire s'a (...)

12Une disposition mentale ou comportementale étant le produit incorporé d’une socialisation (explicite ou implicite) passée, elle ne se constitue que dans la durée, c’est-à-dire dans la répétition d’expériences relativement similaires. On ne contracte pas des dispositions cognitives, perceptives, appréciatives, etc., par conversion brutale et miraculeuse et l’on peut donc dire que leur force et leur durabilité dépendent de la précocité, de la durée, de la systématicité et de l’intensité de leur incorporation43.

13L’un des corrélats méthodologiques de ces précisions est le fait qu’une notion telle que celle de « disposition » (ou de « schème ») suppose que l’on puisse repérer, à l’aide de l’observation ethnographique, d’entretiens ou de l’objectivation statistique, une série cohérente de comportements, de pratiques ou d’attitudes et interdit de penser que l’on puisse déduire une disposition à partir de l’enregistrement ou de l’observation d’un seul événement. Le vocabulaire dispositionnaliste charrie donc l’idée de récurrence, de répétition relative, de série ou de classe d’événements.

  • 44 Max Weber écrivait que « rien n’est sans doute plus dangereux que la confusion entre théorie et hi (...)
  • 45 Le chercheur finirait alors par ne plus voir les contre-exemples qui devraient pourtant lui permet (...)
  • 46 Par exemple, le chercheur pourra mettre en évidence que telle disposition ascétique qui est au pri (...)

14Mais cet impératif méthodologique de la reconstruction de « séries cohérentes » ne doit cependant pas conduire à un forçage permanent de la cohérence en traitant les séries en question à la manière d’un « lit de Procuste44. » Comme l’écrivait David Hume (2002 [1740]) : « Notre expérience passée n’est pas toujours uniforme. » Si la notion de disposition implique théoriquement une opération cognitive de mise en évidence de la cohérence de comportements, d’attitudes ou d’opinions divers et apparemment éparpillés, elle ne doit cependant pas conduire à l’idée selon laquelle toute disposition serait forcément générale, transcontextuelle (i. e. indépendante des contextes spécifiques de son actualisation) et active à chaque moment de la vie des acteurs45. La recherche de la cohérence doit donc s’accompagner d’un souci de la délimitation des classes de contextes, des aires d’actualisation de la disposition reconstruite46. La question de savoir si la disposition en question est spécifique (disposition spécialisée qui ne s’actualise que dans certains types de situation ou dans certains domaines de la pratique) ou générale et permanente n’est pas à trancher a priori, avant toute enquête empirique.

  • 47 C’est là sans doute l’une des limites de l’empirisme humien que de remettre radicalement en questi (...)

15Enfin, la possible reconstruction de « séries » différenciées, hétérogènes, et parfois même concurrentes ou contradictoires, chez les mêmes individus pose le problème de l’organisation et de la mobilisation du patrimoine individuel de dispositions en fonction des contextes d’action (domaine de pratiques, type de situations, etc.). Si l’on peut difficilement suivre les définitions de l’individu qui en dressent un portrait « éclaté », sans « unité » ni cohérence47 », « cela ne doit pas conduire le chercheur à majorer la cohérence des expériences socialisatrices et des traces dispositionnelles quelles ont imprimées sur les individus. Le même individu peut être porteur de dispositions hétérogènes (et relativement indépendantes les unes des autres) qui peuvent, en se combinant, être au principe d’une partie de leurs comportements dans tel ou tel contexte (Lahire 2002 : 409-411). Ces différentes dispositions peuvent aussi s’actualiser et se mettre en veille selon le contexte ou bien, lorsqu’elles sont hautement contradictoires, entrer régulièrement en conflit et finir par entraver l’action (Lahire 2006a [1998]).

Schèmes de perception ou de représentation et pratiques langagières

16À l'opposé d’une conception mentaliste qui tend à faire des productions langagières l'« expression » ou la « publicisation » d’une activité intérieure, privée et intime, qui se serait formée ou développée hors de tous signes, le sociologue doit considérer que les structures mentales (ou cognitives) ne prennent forme et ne se transforment que dans un matériau sémiotique culturellement déterminé dont les acteurs apprennent à faire des usages différenciés en fonction des contextes pratiques que leurs formes de vie sociale les amènent à fréquenter. Il est donc difficile de traiter de questions d’ordre cognitif sans prendre en charge la dimension langagière de ces faits.

  • 48 Pierre Bourdieu écrivait ainsi, d’une manière très problématique si l’on garde à l’esprit la défin (...)

17Le moyen le plus fréquent de négliger la question du langage dans l’étude des formes de vie sociale et des schèmes cognitifs (de perception, de représentation, d’appréciation, etc.) qui y sont associés est de considérer le langage comme un objet d’étude autonome en l’envisageant comme une dimension séparée de toutes les pratiques dans lesquelles il est ordinairement inséré. On peut ainsi étudier les pratiques langagières comme n’importe quel autre domaine ou dimension de la pratique, en faisant apparaître, par exemple, les variations linguistiques socialement pertinentes qui se déploient dans un espace social d’énonciations culturellement hiérarchisé et dominé par l’École en tant qu’institution détenant le monopole de la formation des prix en la matière (Bourdieu 1982). Mais les pratiques langagières ne constituent pas un domaine de pratique séparé et encore moins un « champ » – au sens où l’entend la théorie des champs – étudiable comme n’importe quel autre champ (politique, économique, religieux, juridique, philosophique, etc.)48.

  • 49 On retrouve là une opposition qui structure, par ailleurs, aussi bien les travaux de sociologie de (...)

18Malgré ses apports scientifiques déterminants, la linguistique variationniste de William Labov – théorisée par Pierre Bourdieu dans Ce que parler veut dire – a fait des ordres linguistiques et sociaux deux ordres de faits séparés. Remettant seulement en question l’autonomisation radicale de l’ordre linguistique (conception saussurienne de la langue), elle a cherché à établir des relations systématiques entre des propriétés linguistiques (saisies en termes de variations prononciatives, lexicales, syntaxiques et stylistiques) et des propriétés sociales (propriétés des locuteurs telles que l’âge, le sexe, l’origine sociale et le milieu social d’appartenance, le niveau d’études, le lieu d’habitation, etc.)· Si une telle démarche constitue bien une façon de remettre en cause l’autonomie de la langue (étudiée en elle-même et pour elle-même), elle repose toutefois sur l’acceptation tacite d’un découpage entre « langue » et « société », « linguistique » et « sociologique », et empêche de considérer le rôle du langage dans la construction des schèmes cognitifs (sociologie de la connaissance) en concentrant l’attention sur les phénomènes de hiérarchies et de valeurs relatives des différentes manières de parler (sociologie du pouvoir)49. Dans cette construction des faits langagiers, les situations d’énonciations ne servent, selon l’expression judicieuse de Goffman, « qu’à banaliser, en quelque sorte, l’intersection géométrique entre acteurs qui parlent et acteurs qui offrent certains indices sociaux particuliers » (1988 : 146).

  • 50 De ce point de vue, la distinction opérée par Michel Foucault entre « pratiques discursives » et « (...)

19Les pratiques langagières sont au contraire indissociables de toute pratique sociale et constituent une composante centrale de la mise en forme (désignation) et en ordre (classification, hiérarchisation, articulation) des expériences sociales. Les pratiques économiques comme les pratiques pédagogiques, les pratiques religieuses comme les pratiques scientifiques, les interactions ordinaires comme les actes d'institution les plus marquants, s’organisent et s’effectuent toujours à travers de multiples pratiques langagières (contrats, écritures comptables, exercices scolaires et leçons, catéchismes ou textes sacrés, théories, formules mathématiques ou comptes rendus d’expérience, conversations informelles ou discours d’institution, etc.)50.

20Dire que les multiples relations sociales s’organisent en permanence à travers des pratiques langagières ne signifie pas que l’on réduise la vie sociale à un « système de communication » ou à un grand concert d’échanges de signes. Mais pour ne pas faire comme tous ces manuels qui « exaltent les facultés symboliques de l’homme puis en ignorent systématiquement les conséquences » (Bernstein 1975 : 119), il faut souligner que les pratiques langagières ne sont ni au-dessus, ni à côté des formes de l’expérience sociale mais en leur sein. Elles sont d'emblée présentes dans toute activité humaine, dans toute forme de vie sociale, et c’est à travers elles que les schèmes de perception et de représentation prennent forme peu à peu.

  • 51 L’anthropologue précisait que la méthode « pour ainsi dire exclusivement littéraire et philologiqu (...)

Des pratiques langagières non-autonomisables
Contrairement à ce que l’on se représente à la lecture de nombre de réflexions sur le langage, ce dernier n’est pas une réalité ou un niveau de réalité autonome qui ferait face au « réel » (le « reflétant » plus ou moins fidèlement) ou dont le rapport au « réel » serait problématique. Les oppositions du type langage/réalité, discours/pratique, mot/chose, superstructure/infrastructure, etc., contribuent à une telle représentation erronée de la réalité des choses. Comme souvent, le problème principal de ces manières de penser le langage est le fait que l’on parle de « langage » en général alors que les auteurs ont plus ou moins consciemment à l’esprit certains genres discursifs très spécifiques : « grands discours » écrits, textes théoriques, scientifiques, littéraires, religieux, politiques, etc., bref, ce que Mikhaïl Bakhtine nommait des « genres discursifs secondaires (complexes) » pour les distinguer des « genres primaires (simples) » qu’ils « intègrent et transforment en eux-mêmes » (cité in Todorov 1981 : 126). Wittgenstein voyait même dans cette généralisation de cas particuliers « une cause principale des maladies philosophiques » : « diète unilatérale : on ne nourrit sa pensée que par un seul genre d’exemple » (1986 : 287).
Dans le cas des genres discursifs primaires, « constitués dans les conditions de la communication verbale immédiate » (cité in Todorov 1981 : 126), le langage est très souvent inséré, enserré dans le cours de l'action la plus ordinaire, contribuant à le faire avancer et à l’infléchir. La prise de conscience de ce fait devrait interdire au chercheur de le séparer des éléments contextuels (lieux, objets, personnes, etc.), des gestes, des mouvements ou des déplacements extra-verbaux par rapport auxquels il prend sens. Le langage peut être ainsi une sorte de ponctuation de faction la plus pratique qui soit, « un auxiliaire et un marqueur de faction » (Bruner 1991 : 72). Il est alors le plus souvent un élément constitutif des pratiques ou de faction qui n’existeraient pas sans lui. Loin de s’opposer à faction, il en est l’un des moteurs.
Coupé de tous les fils qui le relient aux éléments de la situation dynamique à laquelle il participe, le langage n’est plus que cette forme vide et inerte étudiée dans ses propriétés internes par le philologue ou le linguiste. Et même lorsque le langage en question s’organise sous la forme de récits ou de discours relativement longs, il ne peut, sans danger pour la compréhension, être détaché et considéré comme un objet autonome. Marcel Mauss écrivait ainsi à propos des récits mythiques que « dans un grand nombre de cas connus, la récitation du mythe fait partie de la cérémonie rituelle » (1968 : 271). L’analyse des « mythes et vers insérés dans ces mythes [...] – rites manuels et rites oraux composant le culte des totems normaux et aberrants – a permis de montrer leur solidarité, leur intimité. Dans tous les cas où les documents ont la chance d’être complets, le rituel n’est que la représentation dramatique (verbale et gesticulaire) du mythe, et inversement le mythe interprété comme simple histoire ou composé de thèmes imaginaires détaché de ses nécessités cultuelles apparaît sans fondement réel, sans suc pratique et sans saveur symbolique » (1968 : 289). Mauss en tire la conclusion, que gagneraient à méditer nombre de chercheurs contemporains, qu’on ne peut donc pas étudier les rites oraux comme des textes qui vivraient une vie autonome, c’est-à-dire abstraction faite des cérémonies dans lesquelles ils peuvent être prononcés51.
Il est bien évident toutefois que le langage peut tout aussi bien intervenir sur le mode de la récapitulation, du commentaire, du récit ou de l’enregistrement-authentification à la suite d’un événement ou d’une action, ou sur le mode de la délibération ou de la planification en prévision d’une action à accomplir. Il peut même aller parfois jusqu’à littérariser, formaliser ou théoriser les pratiques dans des genres discursifs secondaires.

  • 52 Cf, sur ce point, les commentaires de Jacques Bouveresse (1987).
  • 53 Maurice Merleau-Ponty dit ainsi dans un cours du Collège de France consacré à Husserl que « le lan (...)

21Les schèmes ou catégories de perception, de représentation et d’appréciation – on pourrait tout aussi bien parler de structures cognitives ou mentales, de formes de classification ou de formes symboliques – se forment au cours de nos expériences sociales, cadrées par des types d’interaction plus ou moins stabilisées sous forme d’institutions de natures très variées, et ces expériences sont toujours, d’une manière comme d’une autre, tramées par des pratiques langagières (orales, écrites ou graphiques). Pour cette raison, on peut défendre, avec un auteur comme Mikhaïl Bakhtine, l’idée selon laquelle « il n’existe pas d’activité mentale sans expression sémiotique » (1977 : 122) et affirmer qu’« il n’existe pas de fossé entre l’activité psychique intérieure et son expression », ou encore qu’« il n’y a pas de rupture qualitative d’une sphère de la réalité à une autre » (1977 : 50). Cette conception, selon laquelle en dehors de sa formation dans un matériau langagier « la conscience est une fiction » (1977 : 129), est très proche de celle de Ludwig Wittgenstein52, mais trouve aussi des développements dans la tradition phénoménologique53.

Schèmes cognitifs et habitudes de langage

The fact of the matter is that the “real world" is to a large extent unconsciously built up on the language habits of the group. [...] We see and bear and otherwise experience very largely as we do because the language habits of our community predispose certain choices of interpretation (Sapir 1929 : 209-210).

  • 54 Cf, entre autres, Sapir 1968 et Whorf 1969. Et sur l’actualité ou la réactualisation des approches (...)

22Les schèmes de perception, de représentation ou d’appréciation que mettent en œuvre les acteurs sont des dispositions socialement constituées à voir, à se représenter et à apprécier tel ou tel type de faits (événements, situations, objets, comportements, etc.) d’une manière spécifique. Il s’agit donc d’habitudes mentales ou cognitives (classificatrices, perceptives, appréciatives, etc.) qui sont constituées par les acteurs à travers la fréquentation plus ou moins précoce, systématique, intense et durable d’institutions ou de groupes divers (famille, école, groupe de pairs, milieu professionnel, institutions culturelles, religieuses, politiques, sportives, etc.). Mais ces schèmes cognitifs n’ont rien d’abstrait ou de mystérieux et découlent de l’usage (contextualisé et répété) du langage – des différentes formes de langage – par des acteurs inscrivant leur action dans des cadres sociaux plus ou moins variés. On peut souligner le fait que les chercheurs en sciences sociales doivent beaucoup sur ce point à deux auteurs – Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf-qui ont souligné le rôle du langage dans la perception et l’interprétation des situations. On pourra cependant reprocher au second son déterminisme linguistique trop étroit qui fait directement découler perceptions, interprétations, et même parfois comportements, des structures linguistiques en oubliant que ces structures sont elles-mêmes le produit – plus ou moins durablement cristallisé – de leurs rapports à des pratiques et à des contextes spécifiques d’usage qu’il faut s’efforcer d’objectiver pour comprendre véritablement de quoi il est question54.

23Ainsi, les « catégories de l’entendement professoral » dont nous parle Pierre Bourdieu – « brillant/terne ; aisé/laborieux ; distingué/vulgaire ; cultivé/scolaire ; personnel/banal ; original/commun ; vivant/plat ; fin/grossier ; remarquable/insignifiant ; rapide/lent ; vif/lourd ; élégant/gauche, etc. » (1989 : 31) – sont-elles directement tirées des jugements verbaux portés par les professeurs sur les productions scolaires de leurs élèves, puis reprises par ces derniers pour se qualifier ou percevoir (et juger) les autres élèves et les différentes disciplines scolaires. Les mots du langage scolaire jouent ici comme de véritables lunettes à travers lesquelles le monde est vu, perçu, apprécié, jugé, classifié et prédisposent les acteurs qui en sont les utilisateurs à s’orienter d’une certaine façon dans l’espace scolaire ainsi que dans toute situation analogue (et tout particulièrement dans les univers de production culturelle), excepté lorsque ces situations ont été travaillées par d’autres catégories de perception (lorsque les acteurs ont été socialisés différemment dans différents domaines de pratique [Lahire 2006b]).

  • 55 Dans un tout autre domaine, on lira le travail de Jean-Pierre Darré (1985) qui explicite les champ (...)

24Les mots qui circulent dans les échanges sociaux, et à travers lesquels nous regardons continuellement (et le plus souvent sans le savoir) le monde, sont toujours gros de l’histoire des pratiques auxquelles ils sont associés. Par exemple, la représentation de ce que l’on entend par « lecture » à telle ou telle époque dépend en grande partie de la manière dont l’école définit « ce que lire veut dire ». L’école a ainsi donné l’habitude aux élèves de ne considérer comme « lecture » que les pratiques de lecture qui prennent place dans le cadre de l’enseignement du français sur un corpus de textes littéraires, mais de ne plus les désigner de cette manière dans le cadre de l’enseignement des mathématiques, de la chimie, de l’histoire ou de la technologie. Les enquêtes sociologiques sur les pratiques de lecture ont permis de mettre au jour le modèle implicite de la lecture mémorable et déclarable chez des enquêtés scolarisés : lecture autonome, pour soi, d’un texte légitime, relativement long, lu en entier et assignable à un auteur. Pour cette raison, les lecteurs aux formations les plus littéraires, qui lisent surtout des livres légitimes de fiction ou des essais (avec noms d’auteurs) se prêtant à la lecture in extenso, sont clairement avantagés par les enquêtes sur les pratiques de lecture : leurs lectures sont celles qui se prêtent le mieux aux remémorations concernant « le nombre d’heures passées à lire dans la semaine » ou « le nombre de livres lus dans le mois ou au cours des douze derniers mois ». En revanche, les lectures hachées, discontinues, informatives, rapides, techniques, documentaires, etc., disparaissent, y compris chez les enquêtés qui en sont les plus grands pratiquants, des propos et des souvenirs sur la lecture (Chartier, Debayle, Jachimowicz 1993 ; Lahire 2008)55.

25Les schèmes de perception et de représentation sont toujours le produit du travail collectif d’une multitude d’acteurs/producteurs de discours que l’on a parfois la possibilité d’objectiver presque exhaustivement et très précisément comme dans le cas de la construction sociale des problèmes publics. Par exemple, pour étudier l’univers des discours sur l’« illettrisme » (Lahire 2005 [1999]), j’ai préféré parler d'habitudes discursives (contractées par les professionnels de discours dans la fréquentation ordinaire de groupes sociaux ou d’institutions) que de « représentations collectives » ou d’« imaginaire social ». C’est la nécessité, pour les promoteurs d’un problème qu’ils veulent faire exister socialement, de constituer ou de conforter de telles habitudes qui explique en partie la rituelle organisation de colloques, de congrès et de journées d’études, ou la non moins rituelle publication de numéros spéciaux de revues ou d’ouvrages qui mobilisent en permanence les mêmes lieux communs sur la question. Outre que ces lieux institués de discours permettent de créer l’illusion sociale de l’existence « objective » du problème, puisque des personnes « faisant autorité » en parlent ou écrivent à son propos, ils constituent aussi et surtout des lieux de socialisation où se découvrent, s’apprennent et se révisent (dans les deux sens du terme) les manières de parler du problème, des lieux de constitution ou de renforcement d’habitudes discursives. Les producteurs de discours contractent bien des habitudes discursives et ces habitudes sont même suffisamment souples pour leur permettre éventuellement de passer, équipés des mêmes schèmes cognitifs, d’un problème social à l’autre au prix d’adaptations parfois mineures.

26Les producteurs de discours sur l’« illettrisme » s’habituent progressivement, à travers la lecture de la presse, de revues, d’ouvrages et la fréquentation de lieux de parole autorisés (journées d’études ou colloques), à des manières de dire et de penser l’« illettrisme » et, au-delà, à des manières de dire et de penser le monde social (en regardant le monde social, notamment, à partir de l’opposition cultivé/ignorant et en associant « illettrisme» et « violence », « illettrisme » et « non-citoyenneté », « illettrisme » et « dangerosité », etc.). Et c’est ce processus de socialisation collectif qui explique que le sociologue puisse reconstituer en définitive un fonds relativement limité (eu égard au nombre de producteurs de discours qui parlent ou écrivent) de manières de dire, d’arguments rhétoriques ou de thèmes, bref, de lieux communs. La socialisation discursive collective explique l’existence d’un fonds discursif auquel semblent puiser les producteurs et permet de comprendre, du même coup, l’incroyable régularité et la formidable proximité des discours que l'imposition directe et coercitive la plus forte ne parviendrait pas à obtenir aussi parfaitement.

27Par ailleurs, l’idée d’habitudes discursives permet de comprendre un paradoxe apparent, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de discours publics, préparés et travaillés, à savoir que les producteurs comme les récepteurs de ces discours peuvent, à force d’y être exposés ou de s’y exposer, acquérir de telles habitudes, sans maîtriser vraiment les présupposés, le sens et les conséquences de ce qu’ils disent, écrivent, écoutent ou lisent. L’habitude est bien ce qui rend possible la suspension du jugement critique ou du doute – et en tout cas de la critique ou du doute systématique et durable – sur le sens des énoncés, leur degré de justesse, leurs présupposés et leurs implications. Comme le soulignait Biaise Pascal, c’est « l’habitude qui, sans violence, sans art, sans argument nous fait croire les choses et incline toutes nos puissances à cette croyance, en sorte que notre âme y tombe naturellement » (1965 [1670] : 143).

Une sociologie dispositionnaliste et contextualiste de la cognition

28Paradoxalement, on pourrait dire que l’un des tout premiers apports des sciences sociales à l’étude des faits cognitifs consiste sans doute à rappeler, d’une part, que tout n’est pas cognitif dans le monde social (le monde social est, en effet, autant l’espace de déploiement de rapports de domination ou de force que de rapports de communication ou de cognition) et, d’autre part, que la vérité du cognitif ne réside pas tout entière dans l’ordre cognitif (ce qui se donne à voir à travers des structures de perception, de représentation ou d’appréciation déterminées, est toujours le produit d’une histoire, plus ou moins longue, qui engage une multitude d’acteurs, d’institutions, de pratiques sociales et de cadres langagiers).

29En s’efforçant de reconstruire, hors des murs des laboratoires (Lahire et Rosental 2008), les cadres sociaux de la cognition, c’est-à-dire à la fois les dispositions cognitives (catégories ou schèmes) incorporées, les conditions sociales (des plus diffuses aux plus institutionnalisées) de leur formation, les outils langagiers de leur mise en forme et les contextes (des plus éphémères aux plus durables) de leur activation, une sociologie indissociablement dispositionnaliste et contextualiste de la cognition se distingue autant des conceptions mentalistes (et parfois innéistes), qui situent dans le cerveau ce qui n’est que le produit intériorisé des expériences sociales (et des pratiques langagières), que des conceptions sociologiques mais plus strictement contextualistes (pragmatistes, phénoménologiques ou ethnométhodologiques), qui négligent l’étude de la sociogenèse des catégories ou des schèmes en question.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bakhtine, M., 1977. Marxisme et Philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit.

Bernstein, B., 1975. Langage et Classes sociales, Paris, Éditions de Minuit.

Boltanski, L., 1990. L’Amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Éditions Métailié.

Boudon, R., 1998. «Social mechanisms without Black boxes», in P. Hedström and R. Swedberg (eds), Social Mechanisms. An Analytical Approach to Social Theory, Cambridge, Cambridge University Press: 172-203.

Bourdieu, P, 1972. Esquisse d’une théorie de la pratique. Genève, Droz.

–, 1979. La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

–, 1982. Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

–, 1989. La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit.

–, 1994. Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Paris, Seuil.

Bourdieu, E., 1998. Savoir faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Seuil.

Bouveresse, J., 1987. Le Mythe de l’intériorité. Expérience, signification et langage privé chez Wittgenstein, Paris, Éditions de Minuit.

Brown, P., 1999. « Anthropologie cognitive », Anthropologie et Sociétés, 23 (3) : 91-119.

Bruner, J., 1991. Le Développement de l'enfant. Savoir faire, savoir dire, Paris, PUF, Psychologie d’aujourd’hui.

Calhoun, C. J. et Wacquant, L., 1989. « Intérêt, rationalité et culture. À propos d’un récent débat sur la théorie de l’action », Actes de la recherche en sciences sociales, 78 : 41-60.

Chartier, A-M., Debayle, J. et Jachimowicz, M-P, 1993. « Lectures pratiquées et lectures déclarées. Réflexions autour d’une enquête sur les lectures d’étudiants en IUFM » in E. Fraisse (dir.), Les Étudiants et la lecture, Paris, PUF : 73-98.

Darmon, M., 2006. La Socialisation, Paris, Armand Colin.

Darré, J-P., 1985. La Parole et la technique. L'univers de pensée des éleveurs du Ternois, Paris, L’Harmattan.

Elias, N., 1991a. La Société des individus, Paris, Fayard.

–, 1991b. Mozart. Sociologie d'un génie, Paris, Seuil.

Foucault, M., 1979. L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Goffman, E., 1973. La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

–, 1987. Façons de parler, Paris, Éditions de Minuit.

–, 1988. Les Moments et leurs hommes, Paris, Seuil/Minuit.

–, 1991. Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Halbwachs, M., 1968 [1950]. La Mémoire collective, Paris, PUF.

Henri-Panabière, G., 2007. « Collégiens en difficultés scolaires issus de parents fortement diplômés. Analyse des composantes du capital culturel et des conditions de sa transmission ». Thèse de doctorat de sociologie, Lyon, université Lumière Lyon 2 (sous la direction de B. Lahire).

Hume, D., 2002 [1740]. Abrégé d’un livre récemment publié, intitulé : Traité de la nature humaine dans lequel le principal argument est plus amplement illustré et expliqué, trad. fr. Philippe Folliot. Site web des Classiques des sciences sociales : http://classiques.uqac.ca/classiques/hume_david/hume_david.html.

Lahire, B., 1993. Culture écrite et inégalités scolaires. Sociologie de l’« échec scolaire » à l’école primaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

–, 1995. Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Gallimard et Seuil, coll. « Hautes Études ».

–, 2002. Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Nathan, coll. « Essais et Recherches ».

–, 2005 [1999]. L’Invention de l'« illettrisme ». Rhétorique publique, éthique et stigmates, Paris, La Découverte/Poche.

–, 2006a [1998]. L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette Littératures, coll. « Pluriel ».

–, 2006b [2004]. La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte/Poche.

–, 2008. « Chapitre viii : Formes de la lecture étudiante et catégories scolaires de l’entendement lectoral » in B. Lahire, La Raison scolaire. École et pratiques d'écriture, entre savoir et pouvoir, Rennes, Presses universitaires de Rennes : 161-176.

Lahire, B. et Rosental, C. (dir.), 2008. La Cognition au prisme des sciences sociales, Paris, Éditions des archives contemporaines/Éditions scientifiques.

Mauss, M., 1968. Œuvres 2. Représentations collectives et diversité des civilisations, Paris, Éditions de Minuit.

Merleau-Ponty, M., 1982. Résumés de cours. Collège de France, 1952-1960, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Pascal, B., 1965 [1670]. Les Pensées, Paris, Nouveaux classiques Larousse.

Sapir, E., 1929. «The status of linguistics as a science», Language, V (4): 207-214.

–, 1968. Linguistique, Paris, Éditions de Minuit.

Todorov, T, 1981. Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique suivi de Écrits du Cercle de Bakhtine, Paris, Seuil.

Weber, M., 1992 [1904-1917]. Essais sur la théorie de la science. Paris, Presses Pocket, coll. « Agora ».

Whorf, B. L., 1969. Linguistique et anthropologie, Paris, Denoël & Gonthier, coll. « Médiations ».

Wittgenstein, L., 1986. Tractatus logico-philosophicus suivi de Investigations philosophiques, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Notes

34 Au sens où on l’entend, depuis plus de trente ans, en sociologie (cf. notamment Bourdieu 1972 et 1994).

35 Toutes les citations sont tirées de ce texte.

36 Si Goffman n’est pas insensible à la question de l’anticipation dans le cours de l’interaction, il fonde cependant celle-ci sur un savoir commun dont la sociogenèse n’est jamais étudiée.

37 On renverra ici au texte de C. J. Calhoun et L. J. D. Wacquant (1989), qui fait une présentation critique de ces théories aux États-Unis, ainsi qu’à celui du sociologue français Raymond Boudon, inversement critique des théories dispositionnalistes (1998).

38 Par exemple, Luc Boltanski développe une vision très contextualiste de l’action, lorsqu’il dit s’intéresser essentiellement aux « contraintes » liées « au dispositif de la situation dans laquelle sont placées les personnes » (1990 : 69). Il prête par ailleurs aux acteurs des « compétences » dont la sociogenèse (historique et individuelle) n’est pas étudiée (« Nous considérons qu’il appartient à la compétence de tous les membres normaux d’une même société de pouvoir les saisir et d’en tenir compte » [1990 : 69]).

39 On peut toutefois souligner le fait qu’Elias a dépassé les limites de ce genre de formulation lorsqu'il est passé à l’étude précise de cas (par exemple, celui de Mozart [1991b]).

40 On trouve ce genre de glissement dans les travaux mêmes de Pierre Bourdieu lorsque, par exemple, ce dernier tend à expliquer l'œuvre de Flaubert essentiellement par sa position dans le champ littéraire, et à négliger ainsi l’étude plus fine des expériences et des dispositions qu’il engage dans son écriture littéraire.

41 Luc Boltanski laisse ainsi supposer que les sociologies dispositionnalistes auraient « pour objet de mettre au jour des déterminations qui, inscrites une fois pour toutes dans les agents, guideraient leurs agissements quelle que soit la situation dans laquelle ils se trouvent placés » (1990 : 65), ou encore « de ressaisir des propriétés qui, inscrites de façon irréversible dans les agents et dans leurs habitudes corporelles, détermineraient leurs conduites en toutes circonstances » (1990 : 69).

42 Non seulement l’homogénéité de l'univers familial – et par conséquent des expériences socialisatrices qui sont faites en son sein – est relative (que l'hétérogénéité soit faible ou qu'elle mène aux contradictions familiales les plus exacerbées, celle-ci est toujours présente au cœur de la configuration familiale qui n’est jamais une institution totale parfaite), mais la succession ou la « superposition » primaire-secondaire est fréquemment bousculée dans les faits par l’action socialisatrice très précoce d’univers sociaux différents de l’univers familial ou d’acteurs étrangers à l’univers familial (par exemple, la nourrice, la crèche ou l’école maternelle). Sur ces points, cf. notamment Lahire 1995, 1998 [2006a] et 2002, Darmon 2006 et Henri-Panabière 2007.

43 Une disposition ou un schème peut donc se renforcer par sollicitation continue ou au contraire s'affaiblir par manque d’entraînement.

44 Max Weber écrivait que « rien n’est sans doute plus dangereux que la confusion entre théorie et histoire », ce qui peut conduire à utiliser des « tableaux théoriques et conceptuels [...] comme une sorte de lit de Procuste dans lequel on introduira de force l’histoire » (1992 [1904-1917] : 178). Procuste est cette figure de la mythologie grecque qui attache ses victimes sur un lit, coupant les membres des personnes de grande taille qui dépassent et étirant les petits jusqu’à ce qu’ils atteignent la taille requise.

45 Le chercheur finirait alors par ne plus voir les contre-exemples qui devraient pourtant lui permettre de repérer l’existence d’autres séries concurrentes caractérisant les mêmes individus. Les glissements sont pourtant nombreux chez certains représentants de la tradition dispositionnaliste, qui vont de la transférabilité possible à la transférabilité générale et nécessaire. Ainsi, Emmanuel Bourdieu développe-t-il une conception dé-contextualisée des tendances dispositionnelles en insistant sur la relative autonomie d’une disposition par rapport aux contextes de son actualisation. Cela a pour conséquence la présupposition (avant toute enquête) d’une cohérence dispositionnelle et, par conséquent, d’une grande cohérence des expériences socialisatrices (cf. E. Bourdieu 1998, ainsi que mes commentaires critiques dans Lahire 2002).

46 Par exemple, le chercheur pourra mettre en évidence que telle disposition ascétique qui est au principe d’une série de comportements dans tel ou tel domaine (par exemple, professionnel) n’est plus du tout active dans tel ou tel autre domaine (par exemple, domestique) ou que telle disposition au leadership dans les groupes, qui se manifeste dans toute une série d’occurrences, cède la place à une disposition à la mise en retrait de soi dès lors que les activités du groupe sont socialement moins prestigieuses.

47 C’est là sans doute l’une des limites de l’empirisme humien que de remettre radicalement en question la cohérence des expériences individuelles. Il manque ici au philosophe une théorie des institutions ou des cadres socialisateurs qui mettent en forme et en ordre les expériences, organisent leur récurrence et rendent possibles, une fois incorporés par les individus, des modes de perception ou de représentation et des types de comportements relativement stables et cohérents.

48 Pierre Bourdieu écrivait ainsi, d’une manière très problématique si l’on garde à l’esprit la définition du champ comme sous-espace relativement autonome, séparé d’autres sous-espaces du fait d’un processus historique de différenciation des fonctions : « Pour construire complètement l’espace des styles de vie à l’intérieur desquels se définissent les consommations culturelles, il faudrait établir, pour chaque classe et fraction de classe, c’est-à-dire pour chacune des configurations du capital, la formule génératrice de l’habitus qui retraduit dans un style de vie particulier les nécessités et les facilités caractéristiques de cette classe de conditions d’existence (relativement) homogènes et, cela fait, déterminer comment les dispositions de l’habitus se spécifient, pour chacun des grands domaines de la pratique, en réalisant tel ou tel des possibles stylistiques offerts par chaque champ, celui du sport et celui de la musique, celui de l’alimentation et celui de la décoration, celui de la politique et celui du langage, et ainsi de suite » (1979 : 230).

49 On retrouve là une opposition qui structure, par ailleurs, aussi bien les travaux de sociologie de l’éducation (l’école comme institution distributrice de capitaux vs l’école comme cadre de socialisation) que de sociologie de la culture (la culture comme valeur ou fonction de légitimation dans une société différenciée et hiérarchisée vs la culture comme forme d’appréhension du monde ou forme d’expérience dans le monde). Cf. Lahire 1993 et 2006b [2004].

50 De ce point de vue, la distinction opérée par Michel Foucault entre « pratiques discursives » et « champs de pratiques non discursives » est potentiellement une source d’erreur dans la construction sociologique des objets dans le sens où elle pourrait laisser penser que certaines pratiques (sociales) existent en dehors de toute pratique langagière (Foucault 1979).

51 L’anthropologue précisait que la méthode « pour ainsi dire exclusivement littéraire et philologique ne peut être appliquée que dans les rituels très évolués où la prière s’est déjà fait sa place à elle » (1968 : 451).

52 Cf, sur ce point, les commentaires de Jacques Bouveresse (1987).

53 Maurice Merleau-Ponty dit ainsi dans un cours du Collège de France consacré à Husserl que « le langage est “entrelacé” (verflochten) avec notre horizon de monde et d’humanité » et qu’« il est porté par notre relation au monde et aux autres », mais aussi qu’« il la porte et la fait » (1982 : 164).

54 Cf, entre autres, Sapir 1968 et Whorf 1969. Et sur l’actualité ou la réactualisation des approches de ces deux auteurs, on lira avec intérêt Brown 1999.

55 Dans un tout autre domaine, on lira le travail de Jean-Pierre Darré (1985) qui explicite les champs de connaissance et systèmes de classement d’éleveurs du Ternois et de techniciens agricoles en articulant leurs manières de parler sur leurs pratiques professionnelles respectives. L’analyse permet ainsi de comprendre pourquoi les mêmes mots peuvent renvoyer à des référents différents et être à l’origine de malentendus.

Auteur

Professeur de sociologie à l’École normale supérieure de Lyon, responsable de l’équipe « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations » (Centre Max Weber, UMR 5283) et directeur de la collection « Laboratoire des sciences sociales » aux éditions La Découverte. Il a publié, entre autres, Tableaux de familles, L’Homme pluriel, La Culture des individus, La Condition littéraire et, plus récemment, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire.
bernard.lahire@ens-lyon.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search