Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

Liste des auteurs

Texte intégral

1Anne Bonzon [1963], ancienne élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégée et docteur en histoire, est maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris-8 – Vincennes – Saint-Denis. Après avoir travaillé sur le clergé paroissial et la vie religieuse locale dans la France des xvie et xviie siècles, elle s’intéresse maintenant au rôle du clergé catholique dans le règlement des conflits et l’accommodement des procès dans le cadre de la France d’Ancien Régime. Parmi ses publications : L’esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais (1535-1650), Paris, 1999 ; « Accorder selon Dieu et conscience : le rôle des curés dans le règlement des conflits locaux sous l’Ancien Régime », in : Antoine Follain (dir.), Les justices locales dans les villes et villages du xve au xixe siècle, Rennes, 2006, p. 159-178 ; « Fonctions et fonctionnement des communautés de curés : le cas des villes épiscopales de la province ecclésiastique de Reims au temps de la Réforme catholique », Revue d’histoire de l’Église de France, XCIII, 230, 2007, p. 323-342.

2Hubert Bost [1957] est directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Paris). Il a longtemps enseigné l’histoire du christianisme à la faculté de théologie protestante de Montpellier et a dirigé le Centre d’études du xviiie siècle à l’université Montpellier-III. Il est membre du Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584, EPHE-CNRS). Il travaille sur la vie et l’œuvre de Pierre Bayle (1647-1706) et la pensée du refuge huguenot. Codirecteur de l’édition de la Correspondance générale de La Beaumelle (1726-1773), il participe également à l’édition de la Correspondance de Pierre Bayle. Parmi ses publications : Pierre Bayle, Paris, 2006 ; Pierre Bayle historien, critique et moraliste, Turnhout, 2006 ; Correspondance générale de La Beaumelle, Oxford, 4 volumes parus de 2005 à 2008.

3Philippe Büttgen [1970], chercheur au Centre national de la recherche scientifique (Laboratoire d’études sur les monothéismes, CNRS/EPHE, Paris), travaille sur le corps pastoral protestant et la confessionnalisation des savoirs dans le monde germanique (xvie-xixe siècles). Parmi ses publications : « Théologie politique et pouvoir pastoral », Annales. Histoire, sciences sociales, 62-5,2007, p. 1129-1154 ; Lire Michel de Certeau. La formalité des pratiques (dir., avec Christian Jouhaud), Francfort-sur-le-Main, 2008 ; Théologies politiques du Vormärz. De la doctrine à l’action (1817-1850) (dir., avec Franck Fischbach), Paris, 2008.

4Denis Crouzet [1953], docteur d’État, est professeur d’histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur les imaginaires de paix et de violence du xvie siècle. Parmi ses publications, outre des ouvrages sur Michel de L’Hospital, Catherine de Médicis, Jean Calvin, Christophe Colomb et le connétable de Bourbon : Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de Religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, 1990 ; Dieu en ses royaumes. Une histoire des guerres de Religion, Seyssel, 2008.

5Bernard Dompnier [1948] est professeur d’histoire moderne à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand) et membre de l’Institut universitaire de France. Ses recherches, qui ont porté sur l’histoire des missions et de la pastorale catholique en Europe au xviie siècle, puis sur l’anthropo-histoire des ordres religieux, sont actuellement centrées sur l’histoire du culte et des dévotions à l’âge baroque. Dans ce cadre, il coordonne un programme interdisciplinaire sur les musiques d’Église en France aux xviie et xviiie siècles et une enquête sur la place des saints « originels » dans la piété et la culture de la catholicité moderne. Parmi ses publications récentes : Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (dir., avec Paola Vismara), Rome, 2008 ; Revue de musicologie, numéro spécial « Musiciens d’Église en Révolution. Portrait et devenir d’un groupe professionnel » (dir.), 2008/2 ; Les cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque (dir.), Clermont-Ferrand, 2009.

6Christophe Duhamelle [1966], directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre de recherches historiques, Centre d’anthropologie religieuse européenne), a été maître de conférences à l’université de Picardie-Jules-Verne (Amiens) à partir de 1995 et chercheur puis directeur de 2003 à 2007 à la Mission historique française en Allemagne (Göttingen). Ses travaux portent sur la construction des appartenances spatiales, sociales et confessionnelles dans le Saint-Empire des xviie et xviiie siècles. Parmi ses publications : L’héritage collectif. La noblesse d’Église rhénane, xviie-xviiie siècles, Paris, 1998 ; Les espaces du Saint-Empire à l’époque moderne (dir.), Paris, 2004 ; La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, à paraître en 2010.

7Stefan Ehrenpreis [1961], docteur (1998, Bochum) et habilité (2007, université Humboldt, Berlin) en histoire, a été assistant du professeur Heinz Schilling à Berlin de 1998 à 2005 et est actuellement professeur remplaçant à l’université de Munich. Ses recherches portent sur l’histoire du Saint-Empire moderne, la confessionnalisation en Europe et l’histoire de l’éducation à l’époque moderne. Parmi ses publications : Reformation und Konfessionalisierung (Kontroversen um die Geschichte) (avec Ute Lotz-Heumann), Darmstadt, 2000 ; Kaiserliche Gerichtsbarkeit und Konfessionskonflikt. Der Reichshofrat unter Rudolf II 1576-1612, Göttingen, 2006 ; Kulturen der Alphabetisierung. Erziehungsdiskurs und Elementarschulwesen im Alten Reich, England und der Niederländischen Republik 1600-1750, mémoire d’habilitation, Berlin, 2007.

8Birgit Emich [1967], après des études d’histoire et de sciences politiques, est devenue docteur en 1999 et habilitée en 2002. Elle a obtenu une bourse Heisenberg de la Deutsche Forschungsgemeinschaft et a été professeur remplaçant aux universités de Fribourg, Münster et Dresde. Ses recherches portent sur les destructions de cités à l’époque moderne, sur l’histoire culturelle de la papauté et sur l’histoire culturelle du politique. Parmi ses publications : Territoriale Integration in der Frühen Neuzeit. Ferrara und der Kirchenstaat, Cologne, Weimar et Vienne, 2005 ; Geschichte der Frühen Neuzeit studieren, Constance, 2006 ; Kriegs/Bilder in Mittelalter und Früher Neuzeit (dir., avec Gabriela Signori), Berlin, 2009.

9Pierre-Antoine Fabre [1957] est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et directeur du Centre d’anthropologie religieuse européenne. Ses travaux portent depuis une vingtaine d’années sur le premier siècle de la Compagnie de Jésus et sur l’histoire de la spiritualité aux xvie et xviie siècles ; il se consacre également à l’édition critique de textes comme le Journal des motions intérieures d’Ignace de Loyola (nouvelle édition, Bruxelles, 2007) ou un cours inédit de Marcel Bataillon, Les jésuites dans l’Espagne du xvie siècle, Paris, 2009. Parmi ses publications récentes : Strategie politiche e religiose nel mondo moderno : la Compagnia di Gesu ai tempi di Claudio Acquaviva (1581-1615) (dir., avec AntoneUa Romano et al.), Brescia, 2007 ; Notre lieu est le monde. Missions religieuses dans le monde ibérique à l’époque moderne (dir., avec Bernard Vincent), Rome, 2007.

10Étienne François [1943], professeur (émérite) d’histoire à l’université Paris-I et à l’université libre de Berlin, est ancien directeur de la Mission historique française en Allemagne (Göttingen, 1979-1986) et du Centre Marc Bloch (Berlin, 1992-1999). Ses recherches portent sur l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe à l’époque moderne et contemporaine, ainsi que sur l’histoire des cultures mémorielles allemandes et européennes. Parmi ses publications : Protestants et catholiques en Allemagne. Identités et pluralisme, Augsbourg, 1648-1806, Paris, 1993 ; Deutsche Erinnerungsorte (dir., avec Hagen Schulze), 3 volumes, Munich, 2001 ; Mémoires allemandes (dir., avec H. Schulze), Paris, 2007.

11Claire Gantet [1967], agrégée d’histoire, ancienne élève de l’École normale supérieure (Cachan), est maître de conférences à l’université Paris-I depuis 1999 et Privatdozentin à l’université libre de Berlin depuis 2008. Elle est l’auteur d’un mémoire d’habilitation sur le rêve et ses savoirs à l’époque moderne (Traum und Wissen in der Frühen Neuzeit), à paraître en 2010. Parmi ses publications : La paix de Westphalie (1648). Une histoire sociale, xviie- xviiie siècle, Paris, 2001 ; Revolution, Krieg und Verflechtung 1789-1815 (Deutsch-französische Geschichte, 6) (avec Bernhard Struck), Darmstadt, 2008 ; Europäische Erinnerungsräume. Zirkulationen zwischen Frankreich, Deutschland und Europa (dir., avec Kirstin Buchinger et Jakob Vogel), Francfort-sur-le-Main, 2008.

12Axel Gotthard [1959] est professeur extraordinaire et il exerce actuellement à l’université d’Erlangen-Nuremberg. Spécialiste des institutions du Saint-Empire moderne, il a également étudié la perception de l’espace de l’Empire et travaille actuellement à une histoire des mentalités de ceux qui décident de la paix et de la guerre dans l’Europe moderne. Parmi ses publications : Das Alte Reich 1495-1806, Darmstadt, 2006 (3e édition) ; Der Augsburger Religionsfrieden, Münster, 2004 ; In der Ferne. Die Wahrnehmung des Raums in der Vormoderne, Francfort-sur-le-Main – New York, 2007.

13Kaspar von Greyerz [1947] a étudié à Berne, Genève et Stanford et est devenu professeur d’histoire moderne à l’université de Zurich (1993) puis à l’université de Bâle (depuis 1997). Ses recherches portent sur les documents du for privé et plus généralement sur l’histoire culturelle du religieux en Europe. Parmi ses publications : Religion und Kultur. Europa, 1500-1800, Göttingen, 2000 (traduction française : Religion et culture. Europe, 1500-1800, Paris, 2006) ; Religion und Gewalt. Konflikte, Rituale, Deutungen (1500-1800) (dir., avec Kim Siebenhüner), Göttingen, 2006 ; Selbstzeugnisse in der Frühen Neuzeit. Individualisierungsweisen in interdisziplinärer Perspektive (dir., avec Elisabeth Müller-Luckner), Munich, 2007.

14Christian Grosse [1966], assistant à l’université de Genève entre 1994 et 2001, boursier auprès de l’École pratique des hautes études (Paris) entre 1998 et 1999, maître-assistant à l’université de Genève (2002-2009), il est désormais professeur ordinaire à l’université de Lausanne ; il consacre ses travaux à l’anthropologie historique des cultures religieuses dans l’Europe de la première modernité, à l’histoire des modes de régulation sociale sous l’Ancien régime (institutions, normes et pratiques du contrôle social ; histoire des procédures de médiation des conflits ; histoire des usages administratifs de l’écrit) et à l’histoire de l’histoire des religions. Parmi ses publications : « Places of sanctification : the liturgical sacrality of Genevan reformed churches, 1535-1566 », in : Will Coster et Andrew Spicer (dir.), Sacred space in early modem Europe, Cambridge, etc., 2005, p. 60-80 ; « “Pour bien de paix”. La régulation des conflits par les consistoires en Suisse romande (xvie-xviie siècles) », in : Jean-Luc Chabot, Stéphane Gal et Christophe Tournu (dir.), Figures de la médiation et lien social, Paris, 2006, p. 85-107 ; Les rituels de la cène. Le culte eucharistique réformé à Genève ( xvie- xviie siècles), Genève, 2008.

15Andreas Holzem [1961] a étudié la théologie, la philosophie et la publicistique à Münster, Munich et Rome. Docteur (1993) et habilité (1997) en histoire ecclésiastique médiévale et moderne, titulaire d’une bourse Heisenberg de la Deutsche Forschungsgemeinschaft en 1998-1999, il est depuis 1999 professeur d’histoire ecclésiastique à l’université de Tübingen où il dirige depuis 2002 le Sonderforschungsbereich « Kriegserfahrung – Krieg und Gesellschaft in der Neuzeit ». Il est membre de l’Académie des sciences de Heidelberg. Ses recherches portent sur l’histoire sociale du christianisme à l’époque moderne, sur la théorie et la pratique de la confessionnalisation, sur les rapports entre expérience de guerre et religion, sur le christianisme comme religion du livre. Parmi ses publications : Religion und Lebensformen. Katholische Konfessionalisierung im Sendgericht des Fürstbistums Münster 1570-1800, Paderborn, etc., 2000 ; Normieren – Tradieren – Inszenieren. Das Christentum als Buchreligion (dir.), Darmstadt, 2004 ; Krieg und Christentum. Religiöse Gewalttheorien in der Kriegseifahrung des Westens (dir.), Paderborn, etc., 2009.

16Manfred Jakubowski-Tiessen, ancien membre de l’Institut Max-Planck d’histoire à Göttingen, est professeur d’histoire moderne à l’université de Göttingen. Ses recherches portent sur l’histoire sociale et des mentalités, l’histoire religieuse et celle de l’environnement. Parmi ses publications : Sturmflut 1717. Die Bewältigung einer Naturkatastrophe in der Frühen Neuzeit, Munich, 1992 ; Geistliche Lebenswelten. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der Geistlichen in Schleswig-Holstein und Dänemark (dir.), Neumünster, 2005 ; Von der Gottesgabe zur Ressource. Konflikte um Wald, Wasser und Land in Spanien und Deutschland seit der Frühen Neuzeit (dir., avec Marie-Luisa Allemeyer et Salvador Rus Rufino), Essen, 2007.

17Dominique Julia [1940], directeur de recherche (émérite) au Centre national de la recherche scientifique, où il est entré en 1971, a été successivement assistant puis maître assistant à la Sorbonne et à l’université de Paris-I (1965-1971), professeur à l’Institut universitaire européen de Florence (1989-1993) et co-directeur du Centre d’anthropologie religieuse européenne (École des hautes études en sciences sociales) de 1994 à 2005. Ses travaux se sont orientés dans deux directions : l’histoire de l’éducation à l’époque moderne (constitution du réseau scolaire français, sociologie de la réussite ou de l’échec scolaire, statut des enseignants, contenu des programmes, etc.) et l’histoire religieuse de la période moderne. Il a dirigé ou co-dirigé plusieurs programmes européens sur l’université, les pèlerinages ou l’histoire de l’enfance. Parmi ses publications : Les collèges français du xvie au xviiie siècle. Répertoire des établissements (avec Marie-Madeleine Compère), 2 volumes, Paris, 1984 et 1988 ; Pèlerinages et pèlerins dans l’Europe moderne ( xvie- xviiie siècles) (dir., avec Philippe Boutry), Rome, 2000 ; Gilles Caillotin pèlerin. Le Retour de Rome d’un sergier rémois 1724, Rome, 2006.

18Thomas Kaufmann [1962] a étudié la théologie à Münster, Tübingen et Göttingen. Il est devenu professeur d’histoire de l’Église à l’université de Munich (1996) puis de Göttingen (2000) et est membre ordinaire de l’Académie des sciences de Göttingen. Derniers ouvrages parus : Das Ende der Reformation. Magdeburgs « Herrgotts Kanzlei » 1548-1551/1552, Tübingen, 2003 ; Martin Luther, Munich, 2006 (traduction italienne, 2007) ; Konfession und Kultur. Lutherischer Protestantismus in der zweiten Hälfte des Reformationsjahrhunderts, Tübingen, 2006 ; « Türckenbüchlein ». Zur christlichen Wahrnehmung « türkischer » Religion in Spätmittelalter und Reformation, Göttingen, 2008.

19Hartmut Kühne [1965] a étudié la théologie à Berlin où il a soutenu en 1998 une thèse de doctorat sur les fêtes des reliques à la fin du Moyen Âge. Il est assistant scientifique à l’université Humboldt de Berlin. Ses recherches portent sur l’histoire de l’Église et de la piété à la fin du Moyen Age et à l’époque moderne. Parmi ses publications : Ostensio Reliquiarum. Untersuchungen über Entstehung, Ausbreitung, Gestalt und Funktion der Heiltumsweisungen im römisch-deutschen Regnum, Berlin – New York, 2000 ; Das Zeichen am Hut im Mittelalter. Europäische Reisemarkierungen (dir., avec Lothar Lambacher et Konrad Vanja), Francfort-sur-le-Main, etc., 2008 ; « „...ein rechter Wunder-Brunn Gottes“. Ein Beitrag zur lutherischen Frömmigkeit im 16. und 17. Jahrhundert », in : Jahrbuch für fränkische Landesforschung, 68,2008, p. 63-92.

20Volker Leppin [1966], docteur en théologie, est professeur titulaire de la chaire d’histoire ecclésiastique à la faculté de théologie de l’université d’Iéna et membre de l’Académie saxonne des sciences à Leipzig. Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie et de la piété au Moyen Age et à l’époque de la Réforme. Parmi ses publications : Wilhelm von Ockham, Darmstadt, 2003 ; Martin Luther, Darmstadt, 2006 ; Theologie im Mittelalter, Leipzig, 2007.

21Nicolas Lyon-Caen est docteur en histoire de l’université Paris-I (2008) et diplômé de l’École nationale des Chartes (2002). Il a travaillé sur les structures du groupe janséniste parisien au xviiie siècle, aussi bien clandestines que dans leurs rapports au droit. Il cherche à lier étroitement histoire sociale et histoire religieuse et étudie actuellement les processus de gestion collective de l’espace public urbain à l’époque moderne. Parmi ses publications : « La Boîte à Perrette. Le financement des œuvres jansénistes au xviiie siècle », Mémoires Paris Ile-de-France, 57, 2006, p. 7-41 ; « La minute du miracle. Engagement janséniste et appartenance sociale des notaires parisiens au xviiie siècle », Revue historique, 645, 2008, p. 61-83 ; Sa thèse « Marchands de miracles ». La bourgeoisie janséniste parisienne au xviiie siècle est en cours de publication.

22Philippe Martin [1961], professeur d’histoire moderne à l’université de Nancy-II, est spécialiste de l’histoire des dévotions en Europe entre le xvie et le xixe siècle. Il s’est d’abord intéressé aux formes extériorisées de la religion, processions et pèlerinages. Puis il a orienté sa recherche sur les modes plus intériorisés, abordant le problème de la prière ou de l’écriture religieuse. Il s’intéresse à la « foi vécue » ce qui l’amène à étudier les trajectoires individuelles révélées par les mémoires ou les correspondances. Parmi ses publications : Les chemins du sacré, Metz, 1995 ; Une religion des livres (1640-1850), Paris, 2003 ; Pèlerins de Lorraine, Metz, 2007.

23Angelika Schaser est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Hambourg. Ses recherches portent sur les conversions religieuses, les écrits du for privé, l’histoire sociale, l’histoire des femmes et des genres, l’historiographie. Parmi ses publications : Frauenbewegung in Deutschland 1848-1933, Darmstadt, 2006 ; Gendering Historiography (dir., avec Angelika Epple), Francfort-sur-le-Main, 2009 ; Liberalismus und Emanzipation (dir., avec Stefanie Schüler-Springorum), à paraître en 2010.

24Alain Talion [1967], ancien élève de l’École normale supérieure et ancien membre de l’École française de Rome, est professeur d’histoire moderne à l’université de Paris-IV – Sorbonne. Ses recherches portent sur l’histoire du catholicisme de la première modernité, notamment dans ses rapports avec l’État. Parmi ses publications : La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, 1990 ; La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, 1997 ; Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, 2002.

25Claudia Ulbrich est depuis 1994 professeur d’histoire moderne et d’histoire des genres à l’institut Friedrich-Meinecke de l’université libre de Berlin ; elle dirige depuis 2004 le groupe de travail (DFG) « Selbstzeugnisse in transkultureller Perspektive ». Ses recherches portent sur l’histoire moderne, et en particulier l’histoire des femmes et des genres, la religion, la société rurale, les écrits biographiques et autobiographiques, les conceptions de la personne. Parmi ses publications : Leibherrschaft am Oberrhein im Spätmittelalter, Göttingen, 1979 ; Shulamit and Margarete. Power, Gender and Religion in a Rural Society in Eighteenth-Century Europe, Boston, etc., 2004 (première édition allemande,Vienne, 1999) ; Vom Individuum zur Person. Neue Konzepte im Spannungsfeld von Autobiographietheorie und Selbstzeugnisforschung (dir., avec Gabriele Jancke), Göttingen, 2005.

26Patrice Veit [1951] est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, où il est entré en 1982, rattaché depuis 2001 au Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (CRIA), École des hautes études en sciences sociales, Paris, après avoir dirigé la Mission historique française en Allemagne, Göttingen, de 1992 à 1999. Après avoir co-dirigé le projet « Le concert et ses publics en Europe, 1700-1920 », il est actuellement responsable, avec Thomas Kaufmann, du projet franco-allemand ANR-DFG : « Les usages religieux du livre à l’époque moderne. Une comparaison transculturelle et interconfessionnelle (France-Empire) ». Ses travaux portent en particulier sur le chant et les pratiques religieuses dans l’Allemagne luthérienne à l’époque moderne ainsi que sur les pratiques culturelles de la musique. Parmi ses publications : Contributions sur la musique et le chant religieux dans Jean-Marie Mayeur et al. (dir.), Histoire du christianisme, vol. 8 (p. 1163-1183) et 9 (p. 1066-1088), Paris, 1992 et 1997 ; « Bach à Berlin en 1829 : une “redécouverte” ? », in : Annales. Histoire, sciences sociales, 62-6, 2007, p. 1347-1386 ; Espaces et lieux de concert en Europe 1700-1920. Architecture, musique, société (dir., avec Hans Erich Bödeker et Michael Werner), Berlin, 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search