Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

C. Inclusions, exclusions

Inclusion et exclusion

La recherche sur les conversions religieuses en Allemagne à l’époque moderne

Angelika Schaser
Traduction de Thierry Jacob

Texte intégral

Les conversions religieuses

  • 1 Par exemple, l’initiative « Pro Geisteswissenschaften » a organisé, le 19 octobre 2006 à l’univers (...)

1Le « retour » – voire la redécouverte – du religieux, les controverses sur la confrontation entre un monde chrétien sécularisé et l’Islam, confèrent à la thématique des conversions religieuses et des convertis un intérêt accru, notamment en Allemagne. Cet intérêt se manifeste autant dans le monde de la recherche que dans l’espace public1. Les débats nés de la mise en échec d’attentats programmés sur les territoires allemand et autrichien, la demande formulée à cette occasion de « listes de convertis », tout cela a récemment montré (septembre 2007) que, aujourd’hui encore, les convertis sont considérés comme une population à problème, même si cette population ne saurait en aucun cas être confondue, dans le cas présent, avec les musulmans qui peuvent se réclamer d’un ancrage familial dans leur religion depuis plusieurs générations.

  • 2 W. Sucker, « Konvertiten », in : Kurt Galling et Hans von Campenhausen (dir.), Die Religion in Ges (...)

2Alors que les théologiens, les sociologues et les politistes, sans doute sous l’influence de l’actualité, ont souvent intégré l’islam à leurs recherches, les théologiens et historiens allemands, fidèles à un usage remontant au xviiie siècle, continuent de s’en tenir à une acception restreinte du concept de conversion. Ils s’intéressent ainsi principalement aux changements de confession intrachrétiens2 ou aux conversions du judaïsme vers le christianisme, à propos desquelles on dispose désormais de nombreuses études récentes. Notre contribution se propose de dresser un bref bilan de l’état de la recherche sur les conversions religieuses dans l’historiographie allemande, avant de présenter les problèmes et les perspectives de la recherche en la matière pour l’époque moderne et de formuler quelques propositions de coopérations scientifiques franco-allemandes.

État de la recherche sur les conversions à l’époque moderne

  • 3 Depuis le concile de Vatican II, le nom officiel de cette congrégation est : Congregazione per l’e (...)
  • 4 Hermann Tüchle (dir.), Acta SC de Propaganda Fide Germaniam Spectantia. Die Protokolle der Propaga (...)
  • 5 Sur ce point, voir Georg Denzler, Die Propagandakongregation in Rom und die Kirche in Deutschland, (...)
  • 6 Ute Mennecke-Haustein, « Konversionen », in : Wolfgang Reinhard et Heinz Schilling (dir.), Die kat (...)

3Les premiers travaux historiques qui se sont intéressés aux conversions se sont concentrés sur les passages du catholicisme aux Églises protestantes et réciproquement. Conséquence directe de la Réforme, les conversions d’une foi chrétienne à l’autre ont représenté, à l’époque de la constitution des confessions, un phénomène inédit ainsi qu’une provocation singulière pour l’Église catholique. À l’issue du concile de Trente, le catholicisme a pris des mesures spécifiques face aux défis que lui posait le protestantisme. En 1622, le pape Grégoire XV fonda à Rome la Sacra Congregatio de Propaganda Fide3, à laquelle fut confiée la « conversion des hérétiques et des incroyants, [la] protection des peuples qui n’ont encore pas été totalement contaminés par la Réforme » ainsi que « [la mission] d’empêcher d’autres succès des novateurs de la foi »4. Au début de son existence, sa mission la plus importante consistait cependant à regagner à la foi catholique les chrétiens « ayant sombré » dans le protestantisme5. La congrégation remporta un tel succès que le xviie siècle est considéré comme celui des reconversions au catholicisme6.

  • 7 Voir Rene Kollar, « Konversion III », in : Gerhard Krause et Gerhard Müller (dir.), Theologische R (...)
  • 8 Né en 1794 à Sigolsheim (Alsace), Räß devint évêque de Strasbourg, en 1842, après une brillante ca (...)
  • 9 Andreas Räß, Die Convertiten seit der Reformation nach ihrem Leben und aus ihren Schriften dargest (...)

4Jusqu’à présent, l’historiographie protestante ne s’est pas attachée à prendre en compte de façon systématique le phénomène des conversions intrachrétiennes. Pour l’essentiel, elle s’est limitée à l’étude de biographies de convertis célèbres, particulièrement celles des princes et hommes de pouvoir, ainsi qu’à l’analyse des conséquences des conversions forcées en application du principe cuius regio, eius religio7. En revanche, l’historiographie catholique a commencé dès le xixe siècle à aborder la question des conversions au catholicisme ; la crise que subissait alors le catholicisme de l’Europe de l’Ouest confronté à la sécularisation et au Kulturkampf explique pour une bonne part un tel intérêt. Dans la seconde moitié du xixe siècle, Andreas Räß, alors évêque de Strasbourg8, a ainsi rédigé une histoire en treize volumes des Convertis depuis la Réforme présentés à partir de leur vie et de leurs écrits qui reposait sur des recherches documentaires approfondies9. Cette histoire renferme quelque 350 exemples de conversion au catholicisme d’hommes et de femmes, connus ou non, de la Réforme à la fin du xviiie siècle dans différents pays européens. Néanmoins, dans le contexte du Kulturkampf, Räß utilisa essentiellement cette présentation biographique à des fins de propagande, objectif qu’il poursuivait également en tant qu’éditeur de la revue Der Katholik.

  • 10 David August Rosenthal, Konvertitenbilder aus dem neunzehnten Jahrhundert, 4 volumes, 3e édition, (...)
  • 11 Friedrich Beetz, Klare Köpfe. Charakterzeichnungen hervorragender Protestanten, die katholisch gew (...)
  • 12 Citons comme exemples : Friedrich Hurter, Geburt und Wiedergeburt, 3 volumes, Schaffhausen, Hurter (...)
  • 13 Citons : Joseph Rebbert, Die bedingte Taufe der Konvertiten. Ein Wort zur Aufklärung und Belehrung(...)
  • 14 Notamment : Günter Christ,« Fürst, Dynastie, Territorium und Konfession. Beobachtungen zu Fürstenk (...)

5Contemporain de Räß, le médecin juif converti au catholicisme David August Rosenthal, se fixa également pour mission d’écrire une histoire des convertis du xixe siècle reposant sur une base documentaire, et principalement, là encore, sur des témoignages autobiographiques. Quatre volumes ont été publiés10. En 1903, Friedrich Beetz, directeur du séminaire archiépiscopal de Weiterdingen (pays de Bade), publia une compilation de chapitres choisis des ouvrages de Räß et de Rosenthal11. Parallèlement, du xixe siècle jusqu’à nos jours, des prêtres catholiques comme des convertis au catholicisme ont édité de nombreux et brefs récits de conversions, fréquemment autobiographiques, présentant de façon exaltée et hagiographique les convertis célèbres de leur confession, qui sont d’ailleurs souvent les mêmes que ceux recensés chez Räß ou Rosenthal, ou des exemples de convertis plus récents12. Enfin, nombreux sont également les traités de théologie catholique sur le thème de la conversion et de l’assistance pastorale aux convertis13. Outre qu’elle représente un volume encore inégalé aujourd’hui dans l’historiographie catholique, l’œuvre de Räß est aussi abondamment utilisée comme source historique, même si c’est parfois de façon peu critique, par la recherche sur les convertis notoires de l’époque moderne14.

  • 15 Heinz Schilling, « Die Konfessionalisierung von Kirche, Staat und Gesellschaft. Profil, Leistung, (...)
  • 16 Voir sur ce point : Angelika Lozar et Angelika Schaser, « Die Rückkehr zum „wahren Glauben“. Konve (...)

6En règle générale, tous ces travaux se caractérisent par une prise de position pro-catholique ou pro-protestante revendiquée, s’interrogent sur les motivations du changement de confession et livrent une description plus ou moins détaillée des processus de conversion. Quant à leurs auteurs, il leur tient avant tout à cœur de livrer un travail de documentation et de transmettre des exemples individuels de conversion. Dans les années 1980, lorsque le concept de confessionnalisation s’imposa au cœur de la recherche en histoire moderne, l’historiographie scientifique allemande commença à consulter ces travaux15. Comme on le sait, les historiens s’intéressaient principalement à la période de la Réforme et au protestantisme et les études correspondantes accordaient alors étonnamment peu d’attention à la thématique de la conversion. Ce n’est que depuis quelques années, dans le contexte de redécouverte du religieux que certains qualifient même de religious turn, que l’historiographie a placé au premier plan la question des conversions religieuses16.

  • 17 David Snow et Richard Machalek, « The sociology of conversion », Annual Review of Sociology, 10,19 (...)
  • 18 Monika Wohlrab-Sahr, Volkhard Krech et Hubert Knoblauch, « Religiöse Bekehrung in soziologischer P (...)
  • 19 Christian Heidrich, Die Konvertiten. Über religiöse und politische Bekehrungen, Munich, etc., Hans (...)
  • 20 Kenneth Mills et Anthony Grafton (dir.), Conversion. Old Worlds and New, Rochester (NY), Universit (...)
  • 21 Reinhard Frieling, Konfessionswechsel heute, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979, p. 55.

7Pour ce faire, les historiens allemands pouvaient tirer profit des résultats de la recherche interdisciplinaire sur les conversions, et plus particulièrement des travaux de psychologie et de sociologie qui ont livré une contribution significative à l’analyse systématique de ce phénomène. Pour ces disciplines, le concept de conversion n’est plus exclusivement appliqué au passage d’une communauté religieuse à une autre et connaît une très forte extension de son acception. En témoignent quelques études qui ont obtenu un écho dans la recherche historique. Par conversion, David Snow et Richard Machalek comprennent ainsi le retour à sa communauté religieuse d’origine à l’issue d’une phase de rébellion, d’indifférence et/ou de scepticisme17. D’autres sociologues et psychologues s’attachent à ne pas restreindre le phénomène de la conversion au domaine religieux au sens strict. Ainsi, dans leur bilan sur l’état de la recherche sociologique en matière de conversion, Monika Wohlrab-Sahr, Volkhard Krech et Hubert Knoblauch caractérisent la conversion comme une « transformation personnelle radicale » ; John Lofland et Rodney Stark quant à eux y voient un « changement de vision du monde »18. Heinz-Gerhard Haupt et Christian Heidrich élargissent le concept aux conversions politiques et attirent l’attention sur leurs similitudes et leurs correspondances étroites avec les conversions religieuses19. Kenneth Mills et Anthony Grafton font remarquer que, depuis quelque temps, le concept de « conversion » n’est plus utilisé par de nombreux chercheurs car il sous-tend implicitement une polarisation et une hiérarchisation des religions20. L’Église catholique elle-même semble, pour des considérations œcuméniques, ne plus beaucoup employer ce terme21.

  • 22 Sur ce point : M. Wohlrab-Sahr et al, « Religiöse Bekehrung... », art. cit. (note 18).

8La recherche contemporaine, notamment la théologie, la psychologie, la sociologie ainsi que les études littéraires, s’intéresse aujourd’hui aux conversions selon des approches et des objectifs variés. La psychologie et la sociologie présupposent que des dispositions particulières et des traits de caractère spécifiques créent un « terrain » favorable aux conversions. De nombreux travaux partent également du principe que des crises personnelles au sens large (deuils familiaux, maladie, faillites, séparations, expulsions, etc.) forment des mécanismes de déclenchement des conversions. Dans ce cadre, la fonction qui incombe aux « résurrections » et aux « miracles » demeure encore à étudier. De même, le rôle joué par les convertis eux-mêmes dans le processus de conversion est évalué très diversement. En psychologie, théologie et sociologie principalement, la recherche s’est attachée à identifier différents types de personnes disposées à se convertir et différents types de conversions et donc à s’interroger en premier lieu sur les raisons des conversions et sur les événements qui les provoquent. Depuis l’étude fondatrice de John Lofland et Rodney Stark (1965), la sociologie met beaucoup plus fortement l’accent sur l’étude du déroulement des conversions, sur leur modélisation ainsi que sur leur structuration en différentes étapes ; cette orientation offre un cadre analytique très stimulant pour l’historien22.

  • 23 Bernd Ulmer, « Die autobiographische Plausibilität von Konversionserzählungen », in : Walter Sparn (...)
  • 24 Virginia Lieson Brereton, From Sin to Salvation. Stories of Women’s Conversions, 1800 to the Prese (...)

9Dès 1988, le sociologue Bernd Ulmer avait identifié les problèmes centraux que posait l’interprétation des récits de conversion (rédigés par les contemporains) en attirant l’attention sur le modèle communicationnel et les difficultés qui surgissent lors de toute tentative pour présenter et transmettre de façon plausible les expériences religieuses personnelles23. Les travaux les plus récents des études littéraires s’interrogent de façon précise sur les auteurs, l’authenticité, l’autorité et le procédé narratif ainsi que sur l’agency des récits de conversion (pour le xxe siècle essentiellement)24. Ils ont ainsi mis en lumière des aspects très importants et très intéressants de ce genre de textes. L’ethnologie contemporaine, quant à elle, ne circonscrit plus l’étude des conversions à la prise en compte des mouvements européens d’évangélisation dans le Nouveau Monde, mais s’efforce d’intégrer davantage les perspectives et les cadres d’action non européens ; évangélisation et conversion sont ainsi comprises comme une histoire d’interactions mutuelles.

10Les historiens et historiennes modernistes germanophones se sont approprié la thématique de la conversion à partir de directions de recherche différentes, même si la plupart des travaux trouvent leur ancrage dans l’histoire du judaïsme de l’espace germanique, dans l’histoire de la confessionnalisation, ainsi que dans l’analyse des témoignages autobiographiques. Pour beaucoup, ces trois directions de recherche se sont nourries des résultats et des apports méthodologiques de la sociologie des religions, des études littéraires et de l’ethnologie.

  • 25 Jutta Braden, « Eine Probe aufs Exempel. Neue Forschungskonzepte am Beispiel Hamburger Konversione (...)
  • 26 Gesine Carl, « „Das Ich am Ende des Schreibens ?“Die Konversionserzählung Malachia Ben-Samuels als (...)
  • 27 Elisheva Carlebach, Divided souls. Couverts from Judaism in Germany 1500-1750, New Haven,Yale Univ (...)
  • 28 David Graizbord, Souls in Dispute. Converso Identities in Iberia and Jewish Diaspora, 1580-1700, P (...)
  • 29 Martin Jung, Die württembergische Kirche und die Juden in der Zeit des Pietismus (1675-1780), Berl (...)
  • 30 Rotraud Ries, « „Missionsgeschichte und was dann ?“Plädoyer für eine Ablösung des kirchlichen Blic (...)
  • 31 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 11-40 et R. Ries, « Le changement de rel (...)
  • 32 Anna Staudacher, Jüdische Konvertiten in Wien, 1782-1868, 2 volumes, Francfort-sur-le-Main, etc., (...)
  • 33 Aschkenas. Zeitschrift für Geschichte und Kultur der Juden, 15-2, 2005.

11Sur la thématique des conversions du judaïsme vers le christianisme, Jutta Braden25, Gesine Carl26, Elisheva Carlebach27, David Graizbord28, Martin Jung29 et Rotraud Ries30 ont publié des études précises dont les résultats ont ouvert plusieurs perspectives. Gesine Carl et Rotraud Ries ont chacune dressé un bilan des travaux sur cette thématique mais leurs articles ne sont pas encore publiés31. Rotraud Ries définit notamment plusieurs directions de recherche pour l’histoire des conversions de juifs au christianisme. La première piste rejoindrait les diverses approches de théologie et d’histoire des missions qui ont eu cours jusque dans les années 1960, et dans lesquelles le siècle de la Réforme et les success stories des missionnaires tiennent une place centrale. Une seconde voie est constituée par les études régionales et locales qui revêtent un intérêt essentiellement documentaire. Rotraud Ries montre également que les analyses sur le phénomène de la conversion à l’époque de l’Émancipation ont été principalement réalisées par des auteurs juifs. Elle situe enfin les tendances les plus récentes dans l’examen des témoignages biographiques d’une part et dans les problématiques d’histoire sociale d’autre part. Avec sa compilation sur Les juifs convers à Vienne, 1782-1868, Anna Staudacher a non seulement livré une somme documentaire fondamentale pour l’exemple viennois, mais elle a aussi apporté des éléments sur la procédure des conversions (au catholicisme) à la charnière des xviiie et xixe siècles32. Enfin, tout récemment, la revue Aschkenas a publié un numéro sur le thème des conversions qui accorde une place centrale aux conversions de juifs dans l’aire germanique de l’époque moderne33.

  • 34 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 32. Michael E. Meyer, « Judentum und Chr (...)

12Néanmoins, même si les conversions du judaïsme au christianisme représentent de toutes les conversions de l’époque moderne celles qui ont été le plus étudiées, un examen systématique reste encore à faire à leur sujet ; de même il serait nécessaire de poser les jalons d’une synthèse empirique. Même pour le xixe siècle, où l’on dispose pourtant des premières enquêtes statistiques, la recherche en est encore réduite à des estimations34. Rotraud Ries s’attache actuellement à constituer une banque de données intitulée « Baptêmes de juifs » au cours du long xviiie siècle, à partir de l’ensemble des sources et de la littérature secondaire qu’elle a pu exploiter.

  • 35 Jörg Deventer, « Konversion und Konvertiten im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. (...)
  • 36 Les résultats de cette journée d’étude ont été publiés : Ute Lotz-Heumann, Jan-Friedrich Miβfelder (...)
  • 37 Heike Bock, Konversionen in der frühneuzeitlichen Eidgenossenschaft. Ein Vergleich von Zürich und (...)
  • 38 Martin Mulsow, « Mehrfachkonversion, politische Religion und Opportunismus im 17. Jahrhundert – Ei (...)
  • 39 En 1987, Markus Völkel faisait le constat que « aujourd’hui, l’histoire au quotidien (...) des con (...)

13La recherche sur la confessionnalisation connaît elle aussi une évolution en ce qu’elle commence à prendre ses distances vis-à-vis de sa concentration initiale sur les dimensions dynastiques et politico-territoriales des conversions des princes, ce que reflète un article historiographique de Jörg Deventer sur les récentes orientations de la recherche35. Une journée d’étude « Conversion et confession à l’époque moderne », organisée à l’université Humboldt de Berlin les 9-11 décembre 2004 par Ute Lotz-Heumann, Matthias Pohlig et Jan-Friedrich Mißfelder, a ainsi abordé les conversions d’une confession chrétienne à l’autre, entre choix religieux individuels et « contrainte de confessionnalisation »36. Dans cette lignée, les travaux publiés et les études en cours s’attachent, en prenant l’exemple de convertis connus ou anonymes, à restituer la relation complexe qui lie entre elles action de l’État, loyauté politique et identité confessionnelle37. L’exemple des conversions multiples permet non seulement de débattre de problématiques d’histoire sociale, d’histoire du quotidien et d’histoire du genre, mais montre également qu’il est possible de trouver des sources au sujet des convertis anonymes38. Néanmoins, vingt ans après qu’un article a attiré l’attention sur ce desideratum de la recherche, et à l’exception de quelques exemples individuels bien documentés, la question des conditions sociales et mentales comme celle des conséquences des conversions restent mal étudiées39. Malgré tout, l’ensemble de ces nouveaux travaux et de leurs résultats ont posé les jalons d’un vaste champ de recherche.

  • 40 Ute Mennecke-Haustein, Conversio ad Ecclesiam. Der Weg des Friedrich Staphylus zurück zur vortride (...)
  • 41 Ibid., p. 152.

14En 2003, lorsque la théologienne Ute Mennecke-Haustein, pionnière de la recherche sur la conversion, présenta son habilitation, elle fit remarquer dans son avant-propos qu’à travers l’étude des conversions à la foi catholique elle abordait une thématique qui « ne détient pas une place centrale au sein de l’histoire de la Réforme luthérienne40 ». Pourtant, depuis plusieurs années, ses travaux antérieurs ont ouvert un nombre considérable de pistes de réflexions pour les historiens. Dans sa monographie sur le publiciste et propagandiste catholique Friedrich Staphylus (1512-1564), elle montre de façon magistrale comment, en croisant une approche biographique et une analyse historique et théologique de la Réforme, on peut présenter sous un jour nouveau la situation religieuse et confessionnelle complexe du Saint-Empire au milieu du xvie siècle. En effet, une analyse nuancée des textes de Friedrich Staphylus, qui ont joué un rôle important dans le conflit avec Andreas Osiander et dans les activités de la Contre-Réforme, met clairement en évidence que, malgré la récupération et les condamnations qu’opère la propagande, Staphylus a intégré des éléments du dogme luthérien dans son ecclésiologie41.

  • 42 A. Lozar et A. Schaser, « Die Rückkehr zum „wahren Glauben“... », art. cit. (note 16).
  • 43 Johannes Graf (dir.), Judaeus convenus. Christlich-jüdische Konvertitenautobiographien des 18. Jah (...)
  • 44 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 18 et p. 536 sq. ; R. Ries, « „Missionsg (...)

15Mais, alors que dans son ouvrage Ute Mennecke-Haustein se concentre sur le conflit intellectuel entre les confessions et son importance en termes d’histoire religieuse, les historiens de l’époque moderne ont découvert, dans le cadre de la littérature de controverse, toute l’importance des récits de conversion en tant que témoignages autobiographiques. De ces récits, ils attendent, entre autres, des éclairages sur le concept d’individu à l’époque moderne42. L’époque semble révolue où les récits biographiques et autobiographiques de conversion apparaissaient aux historiens comme un type de sources de rang au mieux secondaire. Johannes Graf a le premier attiré l’attention sur leur importance, même s’il affirmait encore en 1997 qu’« étant donnée la redondance de textes fonctionnant souvent selon des modèles stéréotypés d’argumentation » l’édition d’un tel corpus de sources « ne semble pas nécessaire »43. Dix ans plus tard, une telle appréciation a été totalement révisée44.

  • 45 Gisela Brandt, « Eine junge Frau rechtfertigt öffentlich Klosterflucht und Religionswechsel », in  (...)

16Lus et analysés comme des témoignages autobiographiques, les récits de conversion correspondent toutefois à des sources d’origines bien diverses : textes autobiographiques et biographiques, prêches, lettres, poèmes, mais aussi tracts religieux. Publiés en tant que monographies ou en tant que tracts, ces récits se retrouvent dans les litterae annuae des jésuites comme dans les compilations de miracles des lieux de pèlerinages catholiques. Ils ont été rédigés en latin ou dans les langues vernaculaires, par les convertis eux-mêmes ou par des personnalités ecclésiastiques à qui incombait l’assistance spirituelle aux convertis ou qui avaient intérêt à donner un retentissement à la conversion d’hommes et de femmes souvent connus. Quant à savoir la part réelle que les convertis ont prise dans la rédaction des textes autobiographiques publiés, et dans quelle mesure leur directeur de conscience leur a tenu la plume, ce sont là des questions auxquelles il n’est pas toujours facile d’apporter une réponse. Il est certain cependant qu’une analyse minutieuse de ces textes qui prenne en compte leurs limites tout en recourant à d’autres sources permettra d’apporter des connaissances nouvelles sur la conception que les convertis de la période moderne se faisaient de la personne humaine et donc aussi sur la société dans laquelle ils vivaient45.

  • 46 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 527.

17Si l’on fait abstraction de la délicate question de leur authenticité, les récits autobiographiques de conversion représentent un cas particulier de document du for privé. En effet, dans la relation du processus de conversion, les aspects subjectifs et individuels (notamment ce qui a trait à la motivation du changement de confession) demeurent souvent dans l’ombre. Ainsi, même dans les sources autobiographiques, les conversions sont souvent présentées à l’aune de traditions lexicales, stylistiques et littéraires remontant à l’Antiquité et derrière lesquelles l’individu disparaît. Dans son travail situé à la frontière entre les études littéraires et l’histoire, Gesine Carl a montré tous les profits que la recherche à venir peut tirer d’une méthode qui, dans l’analyse des récits de conversion, se concentre sur le fait de savoir comment la conversion « a été perçue par les converties et les convertis eux-mêmes ainsi que par leur [...] entourage et quel rôle le récit autobiographique ou biographique de cette conversion jouait pour leur positionnement dans leur nouvel environnement46 ».

  • 47 Sur ce point : Angelika Lozar, Mademoiselle Le Fèvre, Madame Dacier, manuscrit non public.

18Parallèlement à l’analyse purement textuelle des témoignages autobiographiques, l’interrogation sur leur contextualisation historique demeure fondamentale. En effet, l’utilisation qui a été faite de ces textes à des fins de propagande a entraîné des restitutions unilatérales, voire des omissions délibérées et des falsifications sciemment opérées47. L’une des caractéristiques de la période moderne est que l’on ne dispose pas toujours, malheureusement, des sources qui seraient nécessaires pour pouvoir répondre à bien des questions. Certes, la recherche d’autres témoignages sur le compte des convertis, notamment sur leurs réseaux de relations avant et après la conversion, ne peut aboutir pour tous les cas individuels, la forte mobilité, contrainte ou librement consentie, des convertis représentant un obstacle de taille. Il faut néanmoins poursuivre cette recherche pour pouvoir aborder les questions suivantes :

  1. Comment les récits de conversion sont-ils perçus par les convertis et leur entourage (famille, voisinage, autorités) ?
  2. Pour quelles raisons, quand, dans quel contexte et sous quelle forme sont-ils fixés par écrit ?
  3. Quelles motivations sont avancées lors des conversions ? Peut-on identifier un modèle propre aux différentes confessions ? D’autres motivations, non explicitement exprimées, sont-elles identifiables ? Quelles stratégies de conviction déployées par les Églises, quelles expériences et quels événements incitent les gens, selon leurs propres dires, à se convertir à une autre religion ?
  4. Peut-on relever des différences entre hommes et femmes dans les conversions ? L’étude de la conversion des femmes confirme-t-elle ou infirme-t-elle la thèse de McLaughlin et Conrad, selon laquelle, à l’époque de la confessionnalisation, le catholicisme offrait de meilleures perspectives aux femmes que le protestantisme ?
  5. Est-il possible de reconstruire les itinéraires biographiques des convertis au sein de leur nouvelle communauté religieuse et, si oui, quels étaient-ils ? Les convertis ont-ils conservé leur nouvelle confession toute leur vie ou peut-on observer parmi eux des changements de confession réitérés ? Si c’est le cas, comment ces changements s’expliquent-ils ?

19L’analyse historique des récits de conversion doit nécessairement être complétée par leur exploitation selon des questionnements d’ordre littéraire, portant sur la personne de l’auteur et notamment sur son sexe, son niveau d’éducation et sa position sociale ; sur le public visé (qui lisait ou écoutait ces textes et dans quelles circonstances ?) ; sur le genre littéraire (rapport factuel et objectif, récit romanesque et épique, fable religieuse, prose, poésie, biographie/autobiographie) ; sur le style (personnel ou topique, simple ou recherché) et enfin sur la langue de rédaction (latin ou langue vernaculaire).

20Les récits de conversion ne renferment pas seulement les thématiques de la littérature de controverse ainsi que les descriptions stéréotypées de la recherche du salut, mais ils permettent aussi de disposer d’aperçus sur le monde social de l’époque moderne. Le lien entre décisions individuelles et environnement social, le croisement des motivations, religieuses, économiques et politiques, comme les rapports de genre au sein de la famille, dans les cloîtres et dans la relation entre le directeur de conscience et les convertis et converties, sont autant de dimensions qui ressortent de leur exploitation. De l’Église sur laquelle ils avaient fait porter leur choix, les hommes et les femmes attendaient la transmission d’une vérité religieuse, mais, pour autant, ils n’hésitaient pas à remettre en question leur appartenance à l’une des confessions chrétiennes en considérant ses implications sociales.

21Toute recherche sur la conversion qui utilisera les témoignages autobiographiques comme base documentaire occupera non seulement une position charnière dans la connaissance du concept de la personne humaine à l’époque moderne, mais elle livrera également une contribution de taille à une enquête sur le rôle de la religion et de la confession dans la société.

Problèmes et perspectives de recherche

  • 48 M. Wohlrab-Sahr et al., « Religiöse Bekehrung... », art. cit. (note 18), p. 14.

22Si l’idée que les conversions dépendent du contexte social, culturel et religieux fait désormais l’objet d’un vaste consensus théorique, la question de savoir si les résultats « sont également liés à un contexte, c’est-à-dire ne valent que dans des conditions spécifiques, ou si [...] aucune relation entre les facteurs culturels et les particularités des processus de conversion ne peut être identifiée » demeure en revanche ouverte48. La réponse à cette question ne sera apportée que par le recours à des études comparées prenant en compte les conversions dans différentes régions et dans différentes configurations étatiques et culturelles. Étant donné que l’historiographie allemande (mais aussi française) a étudié les conversions de façon non systématique, une telle situation peut constituer, à mon avis, la base de départ sur laquelle bâtir une comparaison franco-allemande. Toutefois, les situations disparates de la recherche font que cette comparaison ne pourra être menée sans une définition préalable de paramètres et de questionnements communs.

23Dans la très grande majorité des cas, les conversions ne relevaient pas d’options spontanées ou prises à la légère, mais de décisions mûrement réfléchies. Néanmoins, il est souvent difficile de déterminer si elles résultaient de choix de conscience personnels, de raisons familiales, de considérations matrimoniales, d’une décision librement consentie ou si elles étaient le produit de la propagande, de la manipulation, voire de la coercition. L’étude de la position souvent « frontalière » des convertis ainsi que de leurs réseaux de relations et de la modification de ceux-ci à l’issue de la conversion, devrait permettre d’en savoir plus sur la question.

  • 49 Sur ce point, voir le résumé de G. Christ, « Fürst, Dynastie... », art. cit. (note 14), p. 383.
  • 50 A. Lozar et A. Schaser, « Die Rückkehr zum „wahren Glauben“... », art. cit. (note 16).
  • 51 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op cit. (note 2), p. 27 et p. 534 sq. ; Christopher M. Clark, (...)
  • 52 Jörg Deventer, « „Zu Rom übergehen“. Konversion als Entscheidungshandlung und Handlungsstrategie. (...)

24D’autres informations sur le devenir des convertis, cette fois en provenance du camp adverse, se retrouvent dans les réponses de la controverse confessionnelle, qui s’en prenait très souvent aux récits de conversion publiés. En règle générale, ces attaques contre les convertis émanaient du camp confessionnel dont ils s’étaient éloignés. À la lecture de ces réponses, on en apprend beaucoup sur les motivations profanes attribuées aux convertis, et qui sont mises en exergue, comme si elles étaient prioritaires pour expliquer la conversion. Alors que les raisons séculières jouent un rôle immense, notamment parmi les convertis célèbres qui ont été le mieux étudiés, elles se retrouvent en revanche rarement parmi les motivations singulières avancées49. En effet, dans les territoires confessionnellement mixtes comme le Saint-Empire, les candidats à la conversion devaient compter avec des campagnes publiques qui leur imputaient à tort des motivations déloyales, cherchaient à les ridiculiser et qui, ayant pour objectif de ruiner leur réputation et celle de leur famille, pouvaient mettre en péril le surcroît de pouvoir ou l’ascension sociale recherchés. En conséquence, on ne peut considérer que quelqu’un puisse changer de confession sans avoir de solides raisons50, d’autant que la conversion s’accompagnait souvent d’un déclassement social et de grosses difficultés économiques. De telles conséquences s’opposent aux perspectives d’ascension sociale qui sont volontiers retenues, à tort, comme motivation principale du changement de confession. Ainsi, pour les juifs, la conversion au christianisme impliquait fréquemment un isolement dans un espace frontière entre judaïsme et christianisme, et encore plus souvent un déclassement économique et social51. Cette existence « entre deux mondes » – qui impliquait, à la fois, la persistance de relations entre l’ancienne et la nouvelle confession, mais aussi l’exclusion hors de chacune d’elle sans qu’une inclusion sans restriction dans la nouvelle communauté confessionnelle vienne compenser cette perte – formait sans doute aussi la situation de bien des convertis chrétiens. Si l’on fait glisser le regard des convertis célèbres vers les « gens ordinaires », un constat immédiat s’impose : les processus que l’on désigne par le ternie de conversion prennent des formes tellement diverses et ambiguës que Jörg Deventer, à partir des exemples qu’il a étudiés pour la monarchie des Habsbourg, souligne à juste titre le problème que pose le concept de conversion en soi52.

25Étant donné l’état actuel de la recherche ainsi que l’immensité des sources disponibles, il n’est pas encore possible d’envisager une exploitation systématique et quantitative des récits de conversion à l’échelle de plusieurs pays et régions (ni à l’échelle ville/campagne). Afin de pouvoir initier le débat franco-allemand dans un cadre comparé, il serait nécessaire de mettre sur pied pour les deux pays une recherche à long terme qui se fixerait pour objectif d’établir une synthèse des questionnements suivants : quels individus composaient le monde des convertis, comment celui-ci était-il structuré dans ses grandes lignes (hommes/femmes, clercs/laïcs, noblesse/bourgeoisie, instruits/illettrés, générations, situation familiale, moment de la conversion dans l’itinéraire biographique), entre quelles confessions et dans quelle direction confessionnelle principale les conversions avaient-elles lieu ? Il importe également de déterminer si, dans la France catholique, les conversions revêtaient une autre valeur et une autre signification que dans le Saint-Empire de l’époque moderne, marqué par la coexistence confessionnelle.

  • 53 Jörg Deventer (Leipzig), Maria Cr’acium (Cluj-Napoca) et Martin Elbel (Olomouc) travaillent à cett (...)

26La recherche sur les témoignages autobiographiques aurait en outre tout à gagner à une étude comparée sur la forme linguistique des récits de conversion français et allemands. Une telle recherche permettrait en effet de déterminer si se dégagent des modèles selon des critères purement confessionnels ou, au contraire, selon des critères plus spécifiquement « nationaux ». Étant donné les carences de la recherche, seule une comparaison portant sur quelques individus, ou sur une exploitation de ces sources sur une période et une région limitées, semble réalisable. Parallèlement aux travaux menés sur le judaïsme de l’espace germanique, plusieurs projets de recherche sont en cours. Gesine Carl mène ainsi une étude sur les témoignages autobiographiques de conversions intrachrétiennes du Saint-Empire et des Pays-Bas à l’époque de la confessionnalisation (xviie-xviiie siècles). Au sein du groupe de recherche de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) « Les témoignages autobiographiques dans une perspective transculturelle », une équipe de chercheurs internationaux rassemblés au Centre de recherche sur l’histoire et la culture de l’Europe de l’Est de l’université de Leipzig (Geisteswissenschaftliches Zentrum Geschichte und Kultur Ostmitteleuropa, GWZO) travaille depuis octobre 2006 à un projet intitulé « Confession et conversion. Configurations, pratiques et vecteurs des franchissements de frontière confessionnelle dans l’Europe centrale et orientale 1560-1700 »53. Ses résultats sont attendus avec grand intérêt. Tous ces projets représentent une première étape vers l’établissement d’une recherche comparée en matière de conversion, et pourraient servir de modèle pour constituer une future équipe internationale de chercheurs.

  • 54 Dès 1998, Beat Hodler attirait l’attention sur ce point, voir B. Hodler, « Konversionen und der Ha (...)

27À mon sens, l’étude des conversions ouvre un champ de recherche supplémentaire qui ne commence qu’au-delà de l’acte de conversion en lui-même. La complexité et la diversité des sources ont souvent amené les historiens à se fourvoyer : ils sont demeurés prisonniers des objectifs de propagande que poursuivaient les éditeurs des récits de conversion et des diverses publications sur les convertis. Le converti a été considéré comme un cas exceptionnel parmi les croyants, les interrogations sur les raisons et les modalités concrètes des conversions ainsi que la propension à dresser des typologies de conversions et d’individus disposés à la conversion ont dominé la recherche. Or, la tentative (quasi désespérée) pour établir une base empirique à l’étude des conversions montre vite que celles-ci, particulièrement à l’époque moderne, constituent davantage un phénomène de niasse qu’un cas exceptionnel54. Si l’on prend en considération les conversions de personnes anonymes accomplies pour des « raisons pragmatiques » et donc moins remarquées (mariage, changement de lieu de résidence, choix professionnel) et si l’on cherche à déterminer leur signification, on constate immédiatement qu’il existe, dans ce cadre de recherche, un groupe d’individus sur le compte duquel on dispose de très peu d’informations : les apostats qui, après s’être pleinement convertis, opéraient une sortie (discrète) de leur nouvelle religion. Étant donné que les convertis qui ne pratiquaient pas leur religion ou ne s’en réclamaient pas officiellement se révélaient d’un faible intérêt pour les objectifs de prosélytisme des Églises, certaines confessions comme les Églises chrétiennes orthodoxes et l’islam n’ont pas prévu de démarche formelle de sortie hors de la communauté de leurs croyants. Un tel état de fait ne devrait cependant pas dissuader les historiens de s’intéresser à ces personnes.

  • 55 J. Deventer, « Konversion und Konvertiten... », art. cit. (note 35), p. 267.

28Dans son article historiographique, Jörg Deventer a émis le pronostic « que nous nous trouvons actuellement seulement dans la phase de “découverte” du phénomène de la conversion et que, dans l’avenir, il faut s’attendre à une intensification de la recherche55 ». Une recherche internationale et comparée en matière de conversions, qui demeure encore à bâtir, pourrait faire de cette thématique l’une des plus passionnantes pour les modernistes dans les années à venir.

Notes

1 Par exemple, l’initiative « Pro Geisteswissenschaften » a organisé, le 19 octobre 2006 à l’université de Münster, une table ronde sur le thème « Le retour des religions ? Ancrage géographique et questionnements ».

2 W. Sucker, « Konvertiten », in : Kurt Galling et Hans von Campenhausen (dir.), Die Religion in Geschichte und Gegenwart, 3e édition, Tübingen, Mohr, 1959, vol. 3, col. 1795 ; Gesine Carl, Zwischen zwei Welten ? Übertritte von Juden zum Christentum im Spiegel von Konversionserzählungen des 17. und 18. Jahrhunderts, Hanovre, Wehrhahn, 2007 (Troll, 10), p. 41-45.

3 Depuis le concile de Vatican II, le nom officiel de cette congrégation est : Congregazione per l’evangelizzazione dei popoli.

4 Hermann Tüchle (dir.), Acta SC de Propaganda Fide Germaniam Spectantia. Die Protokolle der Propagandakongregation zu deutschen Angelegenheiten 1622-1649, Paderborn, Bonifacius, 1962, p. 2 (remarques introductives).

5 Sur ce point, voir Georg Denzler, Die Propagandakongregation in Rom und die Kirche in Deutschland, Paderborn, Bonifacius, 1969.

6 Ute Mennecke-Haustein, « Konversionen », in : Wolfgang Reinhard et Heinz Schilling (dir.), Die katholische Konfessionalisierung. Wissenschaftliches Symposion der Gesellschaft zur Herausgabe des Corpus Catholicorum und des Vereins für Reformationsgeschichte 1993, Münster, Aschendorff, 1995, p. 242-257, ici p. 243, note 6.

7 Voir Rene Kollar, « Konversion III », in : Gerhard Krause et Gerhard Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, Berlin, etc., de Gruyter, vol. 19, 1990, p. 566-573 ; Arno Herzig, Der Zwang zum wahren Glauben. Rekatholisierung vom 16.-18. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000, p. 160-177.

8 Né en 1794 à Sigolsheim (Alsace), Räß devint évêque de Strasbourg, en 1842, après une brillante carrière de théologien. Il s’impliqua dans le renouvellement, pour l’Allemagne, d’une pensée catholique et cléricale très stricte, fonda avec Nikolaus von Weis la revue Der Katholik (1821) et édita plus de 160 textes et traductions.

9 Andreas Räß, Die Convertiten seit der Reformation nach ihrem Leben und aus ihren Schriften dargestellt, 14 volumes, 2e édition, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1866-1880.

10 David August Rosenthal, Konvertitenbilder aus dem neunzehnten Jahrhundert, 4 volumes, 3e édition, Ratisbonne, Manz, 1889-1893.

11 Friedrich Beetz, Klare Köpfe. Charakterzeichnungen hervorragender Protestanten, die katholisch geworden sind ; nach den Konvertitenbildern von Räß und Rosenthal skizziert, vol. 1, Deutsche Konvertiten, vol. 2, Ausländische Konvertiten, Aix-la-Chapelle, Erich Schmidt, 1902-1903.

12 Citons comme exemples : Friedrich Hurter, Geburt und Wiedergeburt, 3 volumes, Schaffhausen, Hurter, 1845 ; Ida Gräfin Hahn-Hahn, Von Babylon nach Jerusalem, Mayence, Kirchheim & Schott, 1851 ; Arthur Hager, 180 Gründe, die mich bewogen haben, in den Schoss der röm.-kath. Kirche zurückzutreten, 4e édition, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1873 ; Otto Anger et Franz Hettinger, Was zieht uns nach Rom ? Beantwortung aus den Exzerpten eines Konvertiten. Nebst Zeugnissen für den katholischen Glauben, 3e édition, Leipzig, Lorenz, 1886 ; Nicolaus von Salis-Soglio, Die Konvertiten der Familie von Salis, Lucerne, Räber, 1892 ; Arthur Maria Baron Lüttwitz, Das Hemd des Glücklichen. Bunte Bilder aus dem Leben eines Konvertiten, 3e édition, Trier, Paulinus, 1896 ; Alois Gehlen, Wir wurden glücklich. Bekenntnisse von deutschen Konvertiten zur katholischen Kirche in den letzten 100Jahren, Paderborn, Schöningh, 1935 ; K. Sell, « Übertritte von der evangelischen zur katholischen Kirche in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts », Preußische Jahrbücher, 121, 1905, p. 26-48 ; Albert von Ruville, Zurück zur heiligen Kirche : Erlebnisse und Bekenntnisse eines Convertiten, Berlin, Walther, 1910 ; Maria Bernardina Grua, Julie von Massow geborene von Behr. Ein Konvertitenbild aus dem 19. Jahrhundert, 2e édition, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1912. À ces ouvrages, s’ajoutent toute une série de récits de conversion publiés anonymement.

13 Citons : Joseph Rebbert, Die bedingte Taufe der Konvertiten. Ein Wort zur Aufklärung und Belehrung, Paderborn, Bonifacius, 1888 ; Hermann Terlinden, Die Taufe der Konvertiten oder Wie ist die römische Wiedertaufe übertretender Protestanten zu beurteilen ? Barmen, Klein, 1888 ; A. Wettstein, Zurück zur katholischen Kirche ? Eine Begründung der katholischen Glaubenslehre, bes. für evang.-prot. Christen. Ein Huelfsbuch für den Konvertitenunterricht, Aix-la-Chapelle, Erich Schmidt, 1903 ; Friedrich Streissler, Familie Mehlmann : Roman eines Konvertiten, Iéna, Costenoble, 1913.

14 Notamment : Günter Christ,« Fürst, Dynastie, Territorium und Konfession. Beobachtungen zu Fürstenkonversionen des ausgehenden 17. und beginnenden 18. Jahrhunderts », Sacculum, 24, 1973, p. 367-387, ici p. 367 ; Hans Schmidt, « Konversion und Säkularisation als politische Waffe zum Ausgang des konfessionellen Zeitalters. Neue Quellen zur Politik des Herzogs Ernst August von Hannover am Vorabend des Friedens von Nymwegen », Francia, 5,1977, p. 182-230, ici p. 183 ; Rudolf Reinhardt, « Konvertiten und deren Nachkommen in der Reichskirche der Frühen Neuzeit », Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte, 8,1989, p. 9-37, ici p. 9.

15 Heinz Schilling, « Die Konfessionalisierung von Kirche, Staat und Gesellschaft. Profil, Leistung, Defizite und Perspektiven eines geschichtswissenschaftlichen Paradigmas », in :W. Reinhard et H. Schilling (dir.), Die katholische Konfessionalisierung..., op. cit. (note 6), p. 1-49, ici p. 2.

16 Voir sur ce point : Angelika Lozar et Angelika Schaser, « Die Rückkehr zum „wahren Glauben“. Konversionen im 17. Jahrhundert », Frühneuzeit-Info, 13, 2002, p. 65-74 ainsi que les références bibliographiques de G. Christ, « Fürst, Dynastie... », art. cit. (note 14), p. 384-387 et les indications bibliographiques de U. Mennecke-Haustein, « Konversionen », art. cit. (note 6). Citons également : R. Reinhardt, « Konvertiten und deren Nachkommen... », art. cit. (note 14) ; H. Schmidt, « Konversion und Säkularisation... », art. cit. (note 14) ; MarkusVölkel, « Individuelle Konversionen und die Rolle der „Famiglia“. Lukas Holstenius (1596-1661) und die deutschen Konvertiten im Umkreis der Kurie », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 67, 1987, p. 221-281.

17 David Snow et Richard Machalek, « The sociology of conversion », Annual Review of Sociology, 10,1984, p. 167-190.

18 Monika Wohlrab-Sahr, Volkhard Krech et Hubert Knoblauch, « Religiöse Bekehrung in soziologischer Perspektive. Themen, Schwerpunkte und Fragestellungen der gegenwärtigen religionssoziologischen Konversionsforschung », in : Hubert Knoblauch, Volkhard Krech et Monika Wohlrab-Sahr (dir.), Religiöse Konversion. Systematische und fallorientierte Studien in soziologischer Perspektive, Constance, Universitäts-Verlag Konstanz, 1998, p. 7-35, ici p. 8 ; John Lofland et Rodney Stark, « Becoming a world-saver : a theory of conversion to a deviant perspective », American Sociological Review, 30-6,1965, p. 862-875, p. 862 notamment.

19 Christian Heidrich, Die Konvertiten. Über religiöse und politische Bekehrungen, Munich, etc., Hanser, 2002 ; Heinz-Gerhard Haupt, « Politische Konversion in historischer Perspektive. Methodische und empirische Überlegungen », in : Uta Gerhardt (dir.), Zeitperspektiven. Studien zu Kultur und Gesellschaft. Beiträge aus der Geschichte, Soziologie, Philosophie und Literaturwissenschaft, Stuttgart, Steiner, 2003, p. 267-304.

20 Kenneth Mills et Anthony Grafton (dir.), Conversion. Old Worlds and New, Rochester (NY), University of Rochester Press, 2003, p. IX-XVII.

21 Reinhard Frieling, Konfessionswechsel heute, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979, p. 55.

22 Sur ce point : M. Wohlrab-Sahr et al, « Religiöse Bekehrung... », art. cit. (note 18).

23 Bernd Ulmer, « Die autobiographische Plausibilität von Konversionserzählungen », in : Walter Sparn (dir.), Wer schreibt meine Lebensgeschichte ? Biographie, Autobiographie, Hagiographie und ihre Entstehungszusammenhänge, Gütersloh, Güterloher Verlagshaus, 1990, p. 287-295.

24 Virginia Lieson Brereton, From Sin to Salvation. Stories of Women’s Conversions, 1800 to the Present, Bloomington (Indianapolis), Indiana University Press, 1991 ; Gerald Peters, The Mutilating God. Authorship and Authority in the Narrative of Conversion, Amherst, University of Massachusetts Press, 1993 ; B. Ulmer, « Die autobiographische Plausibilität... », art. cit. (note 23) ;Webb Keane, « From fetishism to sincerity : on agency, the speaking subject, and their historicity in the context ofreligious conversion », Comparative Studies in Society and History, 39-4, 1997, 674-693.

25 Jutta Braden, « Eine Probe aufs Exempel. Neue Forschungskonzepte am Beispiel Hamburger Konversionen von Juden zum Christentum (1600-1850) », Aschkenas. Zeitschrift für Geschichte und Kultur der Juden, 15-2, 2005, p. 303-335.

26 Gesine Carl, « „Das Ich am Ende des Schreibens ?“Die Konversionserzählung Malachia Ben-Samuels als Medium der Identitätsbildung (1621) », in : Martin Rheinheimer (dir.), Schriftlichkeit und Identität in der Neuzeit, Neumünster, Wachholtz, 2004, p. 45-59 ; id., Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2).

27 Elisheva Carlebach, Divided souls. Couverts from Judaism in Germany 1500-1750, New Haven,Yale University Press, 2001 ; id., « Die messianische Haltung der deutschen Juden im Spiegel von Glikls Zikhroynes », in : Monika Richarz (dir.), Die Hamburger Kauffrau Glikl. Jüdische Existenz in der Frühen Neuzeit, Hambourg, Christians, 2001, p. 238-253.

28 David Graizbord, Souls in Dispute. Converso Identities in Iberia and Jewish Diaspora, 1580-1700, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2004.

29 Martin Jung, Die württembergische Kirche und die Juden in der Zeit des Pietismus (1675-1780), Berlin, Institut Kirche und Judentum, 1992.

30 Rotraud Ries, « „Missionsgeschichte und was dann ?“Plädoyer für eine Ablösung des kirchlichen Blicks », Aschkenas. Zeitschrift für Geschichte und Kultur der Juden, 15-2,2005, p. 271-301. Voir aussi l’esquisse de son nouveau projet de recherche « Le changement de religion comme pratique sociale et composante de la culture juive au xviiie siècle », texte manuscrit, 2006.

31 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 11-40 et R. Ries, « Le changement de religion... », texte cité (note 30), p. 7-12.

32 Anna Staudacher, Jüdische Konvertiten in Wien, 1782-1868, 2 volumes, Francfort-sur-le-Main, etc., Peter Lang, 2002.

33 Aschkenas. Zeitschrift für Geschichte und Kultur der Juden, 15-2, 2005.

34 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 32. Michael E. Meyer, « Judentum und Christentum », in : Michael Brenner et al. (dir.), Deutsch-jüdische Geschichte in der Neuzeit, vol. 2, Emanzipation und Akkulturation, 1780-1871, Munich, Beck, 1996, p. 186 sq. ; R. Ries, « „Missionsgeschichte und was dann ?“... », art. cit. (note 30), p. 283.

35 Jörg Deventer, « Konversion und Konvertiten im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Stand und Perspektiven der Forschung », Aschkenas. Zeitschrift für Geschichte und Kultur der Juden, 15-2, 2005, p. 257-270.

36 Les résultats de cette journée d’étude ont été publiés : Ute Lotz-Heumann, Jan-Friedrich Miβfelder et Mathias Pohlig (dir.), Konversion und Konfession in der Frühen Neuzeit, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2007.

37 Heike Bock, Konversionen in der frühneuzeitlichen Eidgenossenschaft. Ein Vergleich von Zürich und Luzern, Epfendorf, Bibliotheca Academica, 2009 ; Beat Hodler, « Konversionen und der Handlungsspielraum der Untertanen in der Eidgenossenschaft im Zeitalter der reformierten Orthodoxie », in : Heinrich R. Schmidt, André Holenstein et Andreas Würgler (dir.), Gemeinde, Reformation und Widerstand. Festschrift für Peter Blickle zum 60. Geburtstag, Tübingen, Bibliotheca Academica, 1998, p. 281-291 ; Eric-Oliver Mader mène actuellement une recherche sur le thème : « Politique, religion et culture : les conversions de princes au catholicisme dans le Saint-Empire romain germanique du xviie siècle. Une étude systématique ». Voir aussi Eric-Oliver Mader, « Staatsräson und Konversion. Politische Theorie und praktische Politik als Entscheidungshintergründc für den Übertritt Wolfgang Wilhelms von Pfalz-Neuburg zum Katholizismus », in : Heidrun Kugeler, Christian Sepp et Georg Wolf (dir.), Internationale Beziehungen in der Frühen Neuzeit. Ansätze und Perspektive, Münster, Lit, 2006, p. 120-150 ; id., « „...wegen unserer conversion Irr und Perplex gemacht“ : Wahrnehmungen, Darstellungen und Vorbedingungen der Konversion des Pfalzgrafen Wolfgang Wilhelm von der Pfalz-Neuburg zum Katholizismus », Düsseldorfer Jahrbuch, 75,2005, p. 109-141 ; Ricarda Matheus écrit sa thèse de doctorat sur le thème : « L’Ospizio dei Convertendi à Rome, 1673-1750. Les conversions entre processus européens de confessionnalisation et choix religieux individuels » (Université de Mayence). Sur ce sujet voir aussi Antje Stannek, « Migration confessionnelle ou pèlerinage ? Rapport sur le fonds d’un hospice pour les nouveaux convertis dans les Archives secrètes du Vatican », in : Philippe Boutry, PierreAntoine Fabre et Dominique Julia (dir.), Rendre ses voeux. Les identités pèlerines dans l'Europe moderne ( xvie- xviie siècle), Paris, Ecole des hautes études en sciences sociales, 2000, p. 57-74 ; Friedrich Niewöhner et Fidel Rädle (dir.), Konversionen im Mittelalter und in der Frühneuzeit, Hildesheim, Olms, 1999. Jorun Poettering étudie les conversions de négociants dans sa thèse de doctorat en cours sur « Les négociants de Hambourg au Portugal. Le rôle de l’origine géographique et de la religion dans les affaires commerciales au xviie siècle » (université de Hambourg) ; Manja Quakatz rédige une thèse de doctorat sur « Les “Conversio Turci” – Les Turcs convertis et baptisés sous la contrainte dans le Saint-Empire » (université de Leipzig). Voir enfin Thomas Winkelbauer, Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, Vienne, etc., Oldenbourg, 1999, p. 66-158.

38 Martin Mulsow, « Mehrfachkonversion, politische Religion und Opportunismus im 17. Jahrhundert – Ein Plädoyer für die Indifferentismusforschung », in : Kaspar von Greyerz, Manfred Jakubowski-Tiessen, Thomas Kaufmann et Hartmut Lehmann (dir.), Interkonfessionalität – Transkonfessionalität – binnenkonfessionelle Pluralität. Neue Forschungen zur Konfessionalisierungsthese, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2003, p. 132-150 ; Hillard von Thiessen, « Konversionsbereitschaft als Lebensunterhalt. Der Fall der vermeintlichen Konvertitin Catharina Baumännin vor dem Freiburger Stadtgericht (1730-1731) und seine Bedeutung für unser Verständnis der Konfessionalisierung », « Schau-ins-Land ». Zeitschrift des Breisgauer Geschichtsvereins, 119, 2000, p. 87-101 ; Frauke Volkland, Konfession und Selbstverständnis. Reformierte Rituale in der gemischtkonfessionellen Kleinstadt Bischofszell im 17. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005.

39 En 1987, Markus Völkel faisait le constat que « aujourd’hui, l’histoire au quotidien (...) des conversions (...] est encore une histoire non écrite » (M. Völkel, « Individuelle Konversionen... », art. cit. [note 16], p. 228).

40 Ute Mennecke-Haustein, Conversio ad Ecclesiam. Der Weg des Friedrich Staphylus zurück zur vortridentinischen katholischen Kirche, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2003.

41 Ibid., p. 152.

42 A. Lozar et A. Schaser, « Die Rückkehr zum „wahren Glauben“... », art. cit. (note 16).

43 Johannes Graf (dir.), Judaeus convenus. Christlich-jüdische Konvertitenautobiographien des 18. Jahrhunderts, Francfort-sur-le-Main, etc., Peter Lang, 1997, p. 18.

44 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 18 et p. 536 sq. ; R. Ries, « „Missionsgeschichte und was dann ?“... », art. cit. (note 30), p. 283 sq.

45 Gisela Brandt, « Eine junge Frau rechtfertigt öffentlich Klosterflucht und Religionswechsel », in : Britt-Marie Schuster et Ute Schwarz (dir.), Kommunikationspraxis und ihre Reflexion in frühneuhochdeutscher und neuhochdeutscher Zeit. Festschrift für Monika Rössing-Hager zum 65. Geburtstag, Hildesheim, etc., Olms, 1998, p. 75-91 ; G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2).

46 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op. cit. (note 2), p. 527.

47 Sur ce point : Angelika Lozar, Mademoiselle Le Fèvre, Madame Dacier, manuscrit non public.

48 M. Wohlrab-Sahr et al., « Religiöse Bekehrung... », art. cit. (note 18), p. 14.

49 Sur ce point, voir le résumé de G. Christ, « Fürst, Dynastie... », art. cit. (note 14), p. 383.

50 A. Lozar et A. Schaser, « Die Rückkehr zum „wahren Glauben“... », art. cit. (note 16).

51 G. Carl, Zwischen zwei Welten ?..., op cit. (note 2), p. 27 et p. 534 sq. ; Christopher M. Clark, The Politics of Conversion. Missionary Protestantism and the Jews in Prussia, 1728-1941, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 57-59 ; R. Ries, « „Missionsgeschichte und was dann ?“... », art. cit. (note 30), p. 277 ; Wolfgang Treue, « Aufsteiger oder Aussenseiter ? Jüdische Konvertiten im 16. und 17. Jahrhundert », Aschkenas. Zeitschrift für Geschichte und Kultur der Juden, 10-2, 2000, p. 307-336.

52 Jörg Deventer, « „Zu Rom übergehen“. Konversion als Entscheidungshandlung und Handlungsstrategie. Ein Versuch », in : Rudolf Leeb, Susanne Claudine Pils et Thomas Winkelbauer (dir.). Staatsmacht und Seelenheil. Gegenreformation und Geheimprotestantismus in der Habsburgermonarchie, Vienne, etc., Oldenbourg (Veröffentlichungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, 47), 2007, p. 168-180, ici p. 180.

53 Jörg Deventer (Leipzig), Maria Cr’acium (Cluj-Napoca) et Martin Elbel (Olomouc) travaillent à cette recherche financée par la Fondation Volkswagen.

54 Dès 1998, Beat Hodler attirait l’attention sur ce point, voir B. Hodler, « Konversionen und der Handlungsspielraum... », art. cit. (note 37).Voir aussi J. Deventer, « „Zu Rom übergehen“... », art. cit. (note 52), p. 170.

55 J. Deventer, « Konversion und Konvertiten... », art. cit. (note 35), p. 267.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Hambourg. Ses recherches portent sur les conversions religieuses, les écrits du for privé, l’histoire sociale, l’histoire des femmes et des genres, l’historiographie. Parmi ses publications : Frauenbewegung in Deutschland 1848-1933, Darmstadt, 2006 ; Gendering Historiography (dir., avec Angelika Epple), Francfort-sur-le-Main, 2009 ; Liberalismus und Emanzipation (dir., avec Stefanie Schüler-Springorum), à paraître en 2010.

Thierry Jacob (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search