Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

B. Lieux, réseaux et instances du vrai

Le chant et la musique religieuse en Allemagne et en France

Traditions et recherches

Patrice Veit

Texte intégral

1À l’époque moderne, dans l’Empire comme en France, les églises, qu’elles soient catholiques ou protestantes, furent sans doute les plus grands commanditaires de musique et les plus importants employeurs de musiciens. Dans les villes, les bâtiments religieux furent un des lieux, sinon le lieu principal, où l’on pouvait avoir un contact régulier avec la musique avant que la sphère profane du concert n’entre en concurrence. Par ailleurs, le chant de milliers de cantiques a servi à soutenir l’enseignement et la dévotion des populations et a durablement marqué les mémoires.

2En examinant les recherches consacrées à la musique religieuse à l’époque moderne en Allemagne et en France, cette contribution n’a d’autre prétention que de dégager des grandes tendances en se limitant essentiellement à deux aspects : l’histoire du chant religieux et quelques domaines de la musique d’église. Après un bref historique, elle abordera les cadres institutionnels avant d’étudier leur influence sur les directions de recherche et de terminer par quelques perspectives.

3Un premier constat général s’impose pour commencer : alors que des problématiques proprement historiennes se sont développées depuis longtemps pour étudier les images, à l’inverse, la musique a jusqu’ici occupé une place restreinte dans les études historiques. Force est de constater la timidité, sinon la frilosité, des historiens à intégrer ce phénomène culturel dans leurs réflexions. On assiste toutefois aujourd’hui à un renversement progressif de tendance. En effet, depuis une décennie environ, différents travaux et projets d’historiens, allemands, anglo-saxons mais aussi français, n’hésitent pas à intégrer l’objet « musique » à leurs réflexions dans une perspective d’histoire culturelle. Le chant religieux, la musique d’église n’échappent pas à cet intérêt nouveau de la part des historiens.

4Par ailleurs, l’étude du chant et de la musique d’église fait assurément partie des domaines où le contraste entre l’Allemagne et la France est particulièrement marqué. L’historien français qui pénètre pour la première fois le monde allemand de la recherche sur ces sujets est surpris, voire décontenancé, par l’abondance et la multiplicité des travaux, mais surtout par l’enracinement confessionnel fortement attaché à ces recherches. J’ai pu en faire l'expérience à plusieurs reprises dans le cadre de mon travail sur les cantiques luthériens, en étant très souvent confronté en Allemagne à la question : « Vous êtes protestant, je suppose ? » Habitué à la tradition laïque et républicaine, je dois avouer avoir été souvent agacé, peu coutumier d’une telle question. À l’inverse, ma réponse négative plongeait la plupart du temps mon interlocuteur dans la surprise et l’étonnement, tant il lui semblait évident que seul un protestant était susceptible de s’intéresser à un tel sujet.

5Le statut de la musique et du chant religieux, qui présente de notables différences en Allemagne et en France, a non seulement joué sur la place de ces derniers, mais marque également de son influence les recherches et leurs accents de part et d’autre du Rhin.

Les fondements historiques

  • 1 Voir Gérald Chaix, « La Réformation », in : Étienne François et Hagen Schulze (dir.), Mémoires all (...)
  • 2 Une histoire de l’hymnologie et de ses contextes patriotiques et confessionnels au début du xixe s (...)
  • 3 Ainsi, les collections de cantiques de Philipp Wackernagel pour les cantiques de la Reforme et du (...)
  • 4 Voir Patrice Veit, « Johann Sebastian Bach », in: É. François et H. Schulze (dir.), Mémoires allem (...)

6Malgré certaines analogies, ces différences sont d’abord d’ordre historique. En Allemagne, les recherches hymnologiques, c’est-à-dire celles concernant les cantiques et le chant religieux en général, bénéficient d’une longue et forte tradition qui remonte pour l’essentiel au début du xixe siècle. Il n’est pas surprenant que le cantique protestant y tienne la plus grande place, ce qu’explique le climat patriotique et confessionnel que connut l’Allemagne prussienne après la période de la domination napoléonienne. En 1817 notamment, le tricentenaire de l’affichage des 95 thèses par Luther permit de faire du Réformateur un combattant de la liberté et un libérateur de la nation1, et ces célébrations provoquèrent non seulement la restauration du répertoire de cantiques hérités de l’époque de la Réforme et sa réinsertion liturgique, mais encore et simultanément, le développement de travaux hymnologiques2 et la constitution d’importantes collections de cantiques3. C’est également dans ce contexte patriotique et de restauration religieuse que s’inscrit le « retour à Jean-Sébastien Bach ». Significative de cette renaissance dans ce cadre, la première cantate du compositeur à être rejouée, dès 1817, et éditée en 1822, n’est autre que la cantate sur le célèbre cantique de Luther « Ein feste Burg ist unser Gott »4.

  • 5 Voir Jacques Cheyronnaud, Musique, politique, religion. De quelques menus objets de culture, Paris (...)

7Cette évolution en Allemagne est contemporaine d’un mouvement de restauration liturgique et de la musique d’église en France. Mais, si le contexte est différent – celui de l’après-Révolution –, il est surtout marqué par une autre ambition, celle d’un retour aux sources médiévales et romaines du chant ecclésiastique qui donnera ce modèle moderne de chant grégorien expérimenté à l’abbaye de Solesmes. Le chant grégorien et la musique palestrinienne étant posés comme modèles par excellence d’une « musique sacrée » catholique telle que l’avait instituée la hiérarchie catholique, l’attention de la recherche s’est concentrée en France pendant plus d’un siècle sur le plain-chant. À l’inverse, le cantique en langue vulgaire, ignoré des règles liturgiques, tient de ce fait une place ambiguë et fut longtemps tout au plus considéré comme un genre « pittoresque » (Jacques Cheyronnaud) malgré une production massive en France au moins depuis le xviiie siècle5.

Le paysage institutionnel

  • 6 Il existe toutefois, à ma connaissance, trois exceptions dans lesquelles la Kirchenmusik ou l’hymn (...)
  • 7 Friedrich Blume (dir.), Geschichte der evangelischen Kirchenmusik, 2e édition revue, Cassel, Bären (...)
  • 8 Karl Gustav Fellerer, Geschichte der katholischen Kirchenmusik, 2 volumes, Cassel, Bärenreiter, 19 (...)
  • 9 Ce Graduiertenkolleg s’insère dans un ensemble plus vaste : 1’Interdisziplinärer Arbeitskreis zur (...)

8Historiques, les différences sont aussi apparentes au plan institutionnel. Dans les pays germanophones, le paysage se distingue par la densité des lieux institutionnels et par une diversité qui tient à la structure de l’Allemagne et aux découpages disciplinaires. Si dans les universités il n’existe pas de chaire spécifique de Kirchenmusik (musique d’église) ou d’hymnologie, ces matières relèvent d’abord des facultés de théologie, plus particulièrement des départements de théologie pratique où elles sont enseignées avec la liturgie, l’homilétique et la pastorale6. La Kirchenmusik n’est toutefois pas seulement l’apanage des facultés de théologie. Elle est également enseignée, de manière plus ou moins régulière, en musicologie. Ainsi, par exemple, la Gesellschaft fur Musikforschung, la société allemande de musicologie, comprend une section spécifique consacrée à la Kirchenmusik. De même, les grandes entreprises éditoriales que sont la Geschichte der evangelischen Kirchenmusik et son pendant catholique, la Geschichte der katholischen Kirchenmusik, ont été dirigées par deux grandes figures de la musicologie allemande de leur époque, respectivement Friedrich Blume7 et Karl Gustav Fellerer8. Enfin, dans le cadre des écoles doctorales (Graduiertenkollegs) mises en place à partir des années 1990 et disposant de moyens importants, on signalera l’existence d’un Graduiertenkolleg entre 1996 et 2006 à l’université de Mayence sur le thème : Kirchenlied interdisziplinär9.

  • 10 Il est à noter que les Musikhochschulen sont en Allemagne des établissements d’enseignement supéri (...)
  • 11 Ainsi à Dresde (Saxe), Görlitz (pour l’Église évangélique de Berlin-Brandebourg), Halle (Saxe-Anha (...)
  • 12 Ainsi : la Katholische Hochschule für Kirchenmusik à Aix-la-Chapelle, la Hochschule für Kirchenmus (...)

9À côté des universités, la plupart des Musikhochschulen10 disposent elles aussi de sections de Kirchenmusik protestante et catholique. Ces sections sont chargées de la formation théorique et pratique des organistes, des cantors et des musiciens d’église. Dans le même but, il existe par ailleurs des instituts de Kirchenmusik, dépendant soit des Églises protestantes régionales (Landeskirchen), les plus nombreuses11, soit des diocèses12.

  • 13 Ainsi, Heinrich Schütz avec l’Internationale Schütz-Gesellschaft à Cassel et la Heinrich-Schütz-Ha (...)
  • 14 http://www.adwmainz.de/index.php?id=143 [document en ligne, consulté le 12 avril 2010].
  • 15 Das deutsche Kirchenlied. Kritische Gesamtausgabe der Melodien, section III, Die Melodien aus gedr (...)

10À cet ensemble, il convient d’ajouter différents instituts ou sociétés scientifiques spécialisés, chargés de valoriser le patrimoine musical dans un domaine ou la musique d’un compositeur : c’est le cas par exemple pour Bach, Haendel, Schütz ou Telemann13. Dans le domaine du cantique de langue allemande, on retiendra, outre le Gesangbucharchiv auprès de l’université de Mayence, l’Internationale Arbeitsgemeinschaft für Liturgik und Hymnologie, fondée en 1959 – qui édite, entre autres, le Jahrbuch für Liturgik und Hymnologie – et la Gesellschaft zur wissenschaftlichen Edition des deutschen Kirchenliedes à Cassel14, chargée de l’édition critique des mélodies de cantiques catholiques et protestants de langue allemande, à partir des sources imprimées entre 1480 et 1680, soit plus de 2 500 mélodies de cantiques répertoriées et éditées à ce jour15.

11En France, la situation est plus complexe et, me semble-t-il, moins solidement structurée, ce qui rend les repérages plus difficiles. Loin de moi donc l’idée de dresser un panorama exhaustif. Il faut, en outre, compter avec l’engouement que connaît la musique baroque en France depuis maintenant une trentaine d’années, engouement qui se reflète dans la prolifération de festivals et qui bénéficie aujourd’hui de soutiens institutionnels forts : ministère de la Culture qui dispose d’un délégué à la musique baroque, directions régionales des affaires culturelles.

  • 16 Parmi les musicologues ayant enseigné à la faculté de théologie protestante de l’université de Str (...)
  • 17 Ce séminaire se poursuit depuis sous la forme d’un groupe de recherche « Patrimoine musical » (145 (...)

12Sur le plan universitaire, on notera d’abord que la seule chaire consacrée à la musique d’église et à l’hymnologie se trouve rattachée à la faculté de théologie protestante de l’université de Strasbourg, rattachement dont les raisons sont historiques16. Il y eut aussi à la Sorbonne (Paris-IV), à l’époque où Édith Weber y fut professeur (1971-1994), un séminaire de recherche en hymnologie17. Depuis quelques années, des conférences libres d’hymnologie ont Heu à l’Institut protestant de théologie à Paris. Ces enseignements et conférences s’inscrivent pour l’essentiel dans la tradition hymnologique telle qu’elle s’est développée outre-Rhin.

13Hors de la tutelle de l’État, comme dans le cas de l’Institut protestant de théologie, l’Institut de musique sacrée et l’Institut supérieur de liturgie à l’Institut catholique de Paris ainsi que l’Institut de musique sacrée à l’Institut catholique de Toulouse dispensent une formation de musique liturgique, destinée essentiellement aux organistes et aux chefs de chœur.

  • 18 www.irpmf-cnrs.fr:8095 (consulté le 13 juillet 2009). Voir Nathalie Berton, Cécile Davy-Rigaux et (...)
  • 19 www.cmbv.com (consulté le 13 juillet 2009).
  • 20 Par exemple, l’entreprise anthologique de la musique maîtrisienne ou les éditions monumentales con (...)
  • 21 Dans ce paysage, il ne faut pas oublier non plus les centres culturels de rencontre comme l’abbaye (...)

14Concernant les recherches musicologiques, on signalera le programme Ricercar au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours, avec en particulier un projet consacré au motet des xve et xvie siècles (Philippe Vendrix, Marie-Alexis Colin) ; l’Institut de recherche sur le patrimoine musical en France (IRPMF) (CNRS/BNF) avec la récente base de données Sequentia, outil de recherche sur le chant ecclésiastique et la liturgie à l’époque moderne (Cécile Davy-Rigaux)18 ; enfin, le Centre de musique baroque de Versailles19 qui, depuis 1989, joue un rôle majeur dans le regain d’intérêt pour la musique et les musiciens des xviie et xviiie siècles en France. Ce centre déploie une activité de recherche et de valorisation du patrimoine musical français aux multiples facettes, accomplie de plus en plus dans une perspective interdisciplinaire : éditions critiques20, bases de données, manifestations et publications scientifiques, concerts, ainsi qu’éditions discographiques. Le Centre de Versailles a par ailleurs développé divers partenariats : avec le CNRS ou avec les universités comme celles de Dijon ou de Clermont-Ferrand21.

15Au total, un paysage particulièrement dense et divers en Allemagne, à l’image du polycentrisme politique et culturel de ce pays aujourd’hui et plus encore à l’époque moderne, qui contraste avec la situation en France, apparemment plus éclaté et manifestant surtout un profil différent.

Travaux et recherches

16La diversité de ces paysages a naturellement des répercussions sur les recherches et les travaux concernant le chant et la musique religieuse.

Les cantiques

  • 22 Pour Markus Jenny et Robin A. Leaver, auteurs de l’article « Hymnologie » respectivement dans la T (...)

17En Allemagne, la domination – passée mais encore en grande partie actuelle – de la recherche en hymnologie par les théologiens, les musicologues spécialisés dans la musique d’église ou par les Kirchenmusiker a donné une orientation spécifique aux études sur les cantiques22.

  • 23 Les préoccupations liturgiques attachées à ces recherches se reflètent dans les titres des grandes (...)
  • 24 La refonte des recueils de cantiques a joué en Allemagne un rôle moteur pour les recherches hymnol (...)

18Ces recherches sont, d’une part, fortement liées aux questions liturgiques, notamment à l’organisation de la musique dans les offices23 ; elles sont attachées d’autre part à la refonte des Gesangbücher, un problème récurrent, toujours sensible aujourd’hui comme à l’époque moderne24. Ces travaux sont marqués par une approche essentiellement « internaliste » : théologie des cantiques et des recueils, étude historique de tel cantique, de tel poète ou de tel compositeur, recherches sur l’origine et la structure mélodiques, la constitution des répertoires, 1’« actualité » des cantiques aujourd’hui.

  • 25 Voir en particulier les ouvrages récents de Christian Bunners, Paul Gerhardt. Weg, Werk, Wirkung, (...)
  • 26 Exemple encore représentatif de cette conception, l’ouvrage dirigé par Hansjakob Becker et Markus (...)
  • 27 Martin Rössler, Die Liedpredigt. Geschichte einer Predigtgattung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprech (...)

19Bien que, ces dernières décennies, le nombre des travaux autour du cantique catholique en langue vulgaire ait sensiblement augmenté, les recherches sur le cantique protestant, notamment luthérien, dominent encore largement. L’accent est mis principalement sur le répertoire des cantiques des xvie et xviie siècles, en premier lieu ceux des grands auteurs protestants : Luther bien entendu auquel on revient régulièrement, mais aussi des poètes du xviie siècle au premier rang desquels Paul Gerhardt25. À côté de dimensions plus musicologiques, l’attention est toutefois centrée sur les textes qui sont l’objet de véritables exégèses. Ceci tient à la valeur canonique acquise par certains chants qui les élève au rang d’« autorités26 », phénomène dont la tradition remonte au xvie siècle avec les Liedpredigten, ces sermons qui prennent un cantique pour source de leur commentaire27.

  • 28 Voir Gudrun Busch et Wolfgang Miersemann (dir.), « Geist-reicher » Gesang. Halle und das pietistis (...)

20Au-delà des auteurs et des cantiques « canoniques » des xvie et xviie siècles, des chantiers restés marginaux se sont ouverts ces dernières années, comme, par exemple, la production hymnique du piétisme, en particulier à travers l’un de ses centres principaux, Halle28. Les travaux hymnologiques ont également mis en évidence la pluralité des attitudes et des formes qui s’expriment dans le protestantisme dès l’époque de la Réforme pour ce qui concerne le chant religieux, reflétant les « variations » théologiques ou spirituelles des Églises protestantes.

  • 29 Concernant la spécificité des recueils strasbourgeois à l’époque de la Réforme, on consultera, à c (...)
  • 30 En particulier, Markus Jenny, Zwinglis Stellung zur Musik im Gottesdienst, Zurich, Zwingli-Verlag, (...)
  • 31 Voir dernièrement Robert M. Kingdom, « Uses of the psalter in Calvins Geneva », in : Eckhard Grune (...)
  • 32 Christian Grosse, « La Réforme face à ses traditions : les controverses sur la révision du psautie (...)
  • 33 Pierre Pidoux, Le psautier huguenot du xvie siècle. Mélodies et documents, 2 volumes, Bâle, Bärenr (...)
  • 34 Psaume. Bulletin de la recherche sur le psautier huguenot, qui paraît à un rythme plus ou moins ré (...)
  • 35 Sur Ambrosius Lobwasser, son adaptation du psautier huguenot et la diffusion en Allemagne de celle (...)
  • 36 E. Grunewald et al. (dir.), Der Genfer Psalter..., op. cit. (note 31).
  • 37 Kaspar Ulenberg, luthérien converti au catholicisme, fut curé à Kaiserswerth puis à Cologne. Voir (...)
  • 38 Lars Kessner, « Lutherische Reaktionen auf den Lobwasser-Psalter. Cornelius Becker und Johannes Wü (...)

21Ainsi de façon significative, dès la Réforme, le répertoire hymnique des régions protestantes du sud de l’Empire et des cantons suisses se distingue de celui des contrées luthériennes par l’importance accordée aux psaumes. Cette prépondérance est manifeste dans les recueils strasbourgeois29 – les premiers psautiers complets allemands sont publiés en 1538 à Strasbourg et à Augsbourg – et dans celui de Constance (1540), recueils qui exercent une influence profonde sur le premier répertoire chanté en Suisse alémanique. Comme l’ont montré notamment les travaux de Markus Jenny30, la Suisse réformée illustre bien la diversité des attitudes en matière de chant d’assemblée : alors que celui-ci est banni à Zurich jusqu’à la fin du xvie siècle, il est introduit, par exemple, à Bâle dès 1526. Sur le modèle strasbourgeois, le chant des psaumes fait son apparition à Genève officiellement à partir de 1541/1542 (mais vraisemblablement déjà dès 1538)31, embryon de ce qui allait constituer en 1562 le « psautier huguenot » avec ses 150 psaumes mis en « rime françoise » par Clément Marot et Théodore de Bèze. Dans une langue qui ne bouge pas jusqu’à la fin du xviie siècle (la révision de Valentin Conrart et Marc-Antoine de La Bastide entre 1677 et 1679), ce dernier devient le « manuel élémentaire de la dévotion réformée » (Christian Grosse)32. À la suite de l’ouvrage pionnier de Pierre Pidoux33, les travaux bibliographiques sur les psautiers et leur circulation de Jean Daniel Candaux (Genève) et de Jean-Michel Noailly (Saint-Étienne), par le biais en particulier de la revue Psaume34, apportent de nombreux éléments sur les pratiques collectives et individuelles des psaumes qui sont le fondement de la prière, publique et domestique, des réformés de langue française. À travers son adaptation en allemand par Ambrosius Lobwasser (1573), le psautier huguenot devient au cours du xviie siècle également le recueil par excellence des Églises réformées d’Allemagne et de Suisse alémanique35. L’ampleur de sa diffusion atteste de la poussée du mouvement réformé en Europe, comme le confirme un ouvrage récent, résultant d’une série de trois colloques (2001-2003) sur la réception du psautier genevois en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas36 : ainsi, par le nombre d’éditions, le psautier de Lobwasser surpasse aux xviie et xviiie siècles tous les autres recueils de cantiques paraissant en Allemagne et en Suisse alémanique, luthériens ou catholiques. Dans l’affrontement confessionnel de la fin du xvie siècle et du début du xviie siècle, catholiques mais surtout luthériens cherchent à en réduire l’influence, en proposant des versions « alternatives », comme le prouvent, du côté catholique, la parution du psautier de Kaspar Ulenberg (Cologne, 1582)37 et, du côté luthérien, celles du psautier de Cornelius Becker (Leipzig, 1602) et d’un Lutherisch Lobwasser (Rothenburg, 1621)38.

  • 39 Voir notamment les travaux de Dieter Breuer, Guillaume Van Gemert, Gerhard Hahn, Hans-Georg Kemper (...)
  • 40 Par exemple, Waldtraut Ingeborg Sauer-Geppert, Sprache und Frömmigkeit im deutschen Kirchenlied, C (...)
  • 41 Hans-Georg Kemper, Deutsche Lyrik der frühen Neuzeit, vol. 2, Konfessionalismus, Tübingen, Niemeye (...)
  • 42 Hermann Kurzke et Hermann Ühlein (dir.), Kirchenlied interdisziplinär. Hymnologische Beiträge aus (...)

22À côté de ces chantiers divers abordés par les hymnologues, des « germanistes » se sont penchés également sur ce genre littéraire considéré longtemps comme mineur39. Ils en ont étudié la langue et ses transformations40 ou l’ont ouvert à une approche plus culturelle, parfois dans une perspective proche de l’histoire des mentalités41. C’est un germaniste, Hermann Kurzke, qui a été le coordinateur (Sprecher) du Graduiertenkolleg « Kirchenlied interdisziplinär » mentionné précédemment42.

  • 43 Par exemple, Wolfgang Brückner, Volkserzählung und Reformation, ein Handbuch zur Tradierung und Fu (...)
  • 44 Rudolf Schenda, Die Lesestoffe der kleinen Leute. Studien zur populären Literatur im 19. und 20. J (...)
  • 45 Dietz-Rüdiger Moser, Verkündigung durch Volksgesang. Studien zur Liedpropaganda und-katechese der (...)

23Comme dans d’autres domaines concernant « l’archéologie » des pratiques religieuses dites « populaires », tant protestantes que catholiques, il convient d’évoquer également dans le cas du chant religieux l’apport de la Volkskunde et en particulier des spécialistes travaillant sur les formes et les usages de la « littérature populaire », tels que Wolfgang Brückner43 ou Rudolf Schenda44. L’un des travaux les plus importants sur le cantique catholique de langue allemande à l’époque moderne provient d’un Volkskundler, Dietz-Rüdiger Moser, dont l’étude des méthodes et des moyens de la catéchèse mis en œuvre à travers le chant par les jésuites et par les franciscains au xviie et au début du xviiie siècle constitue toujours une référence45.

  • 46 Robert W. Scribner, « Flugblatt und Analphabetentum. Wie kam der gemeine Mann zu reformatorischen (...)
  • 47 Rebecca Wagner Oettinger, Music as Propaganda in the German Reformation, Aldershot, Ashgate, 2001.
  • 48 Inge Mager, « Lied und Reformation. Beobachtungen zur reformatorischen Singbewegung in norddeutsch (...)

24C’est seulement à partir des années 1980, mais de façon timide encore, que, nourris en partie aux recherches des ethnologues, les travaux d’abord sur la religion populaire, relayés ensuite par ceux sur l’Alltagsgeschichte (l’histoire du quotidien), ont ouvert l’étude des cantiques à des approches plus historiennes. Citons les recherches portant sur l’acte d’oralité, sur la circulation et la diffusion orales de l’écrit, ou encore sur les moyens de propagande et de communication de masse. L’historien anglais Bob Scribner46 et, à sa suite, Rebecca Wagner Oettinger47 ont montré pour l’époque de la Réforme combien le chant des cantiques constitue un élément qui favorise l’adhésion à un groupe et cimente le sentiment d’appartenance à une communauté de foi, les cantiques endossant ainsi une fonction identitaire et leur chant contribuant même dans certaines villes à l’introduction de la Réforme48.

  • 49 Louis Pérouas, Grignion de Montfort, ou l'aventurier de l’Évangile, Paris, Éditions ouvrières, 199 (...)
  • 50 Jacques Cheyronnaud et Jean-Yves Hameline, « Les cantiques », in : Jean Cuisenier, Françoise Lautm (...)

25On constatera d’ailleurs que la situation allemande, marquée par l’apport de l’ethnologie, trouve des parallèles en France autour des recherches sur la « religion populaire » et en anthropologie religieuse dans les années 1970-1980. Celles-ci amènent dans leur sillage un intérêt renouvelé pour « l’objet cantique » comme le prouvent les travaux, par exemple, de Louis Pérouas sur les cantiques de mission de Grignion de Montfort49 ainsi que les recherches de Jean-Yves Hameline et de Jacques Cheyronnaud sur l’« hymnodie religieuse d’usage50 ».

  • 51 Patrice Veit, « Private Frömmigkeit, Lektüre und Gesang im protestantischen Deutschland der Frühen (...)
  • 52 Marie-Élizabeth Ducreux, « Lire à en mourir. Livres et lecteurs en Bohême au xviiie siècle », in : (...)

26Plus récemment, la mise en œuvre d’autres sources comme les inventaires après décès, les témoignages de soi (Selbstzeugnisse) ou les Leichenpredigten (les sermons funèbres)51, de même que les traces consignées dans les livres de chants et de prières ou encore les interrogatoires dans les procès d’inquisition – comme dans le cas de la Bohême étudiée par Marie-Elizabeth Ducreux52 –, ont permis d’ouvrir de nouveaux chantiers et de renouveler les problématiques et les perspectives méthodologiques d’étude de ces sources que sont les livres de cantiques.

  • 53 Étienne François, « Livre, confession et société urbaine en Allemagne au xviiie siècle : l’exemple (...)
  • 54 Hans Medick, « Buchkultur auf dem Lande : Laichingen 1748-1820. Ein Beitrag zur Geschichte der pro (...)
  • 55 Philippe Martin, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003, en particulier le chapitr (...)
  • 56 Voir en particulier les réflexions de Christophe Duhamelle, « Les espaces du catholicisme dans le (...)

27Parmi ces travaux, citons les recherches sur les identités culturelles et religieuses construites par l’usage des livres qu’ont menées pour le xviiie siècle Etienne François à propos de Spire53 et Hans Medick pour le bourg de Souabe, Laichingen54. La place des recueils de cantiques dans un endroit privilégié et abrité de la maison, le fermoir en argent dont ils sont ornés, leur transmission par legs dans les dernières volontés du défunt, qui en fait une véritable relique familiale, les multiples appropriations individuelles ou collectives dont ils sont l’objet, sont autant de témoignages du lien intime qui unit le protestant à ses chants et à ses recueils. À lire les travaux de Philippe Martin sur la Lorraine55, de Marie-Elizabeth Ducreux sur les recueils catholiques en Bohème ou de Christophe Duhamelle sur l’Eichsfeld56, on peut par ailleurs s’interroger sur la validité confessionnelle de ces signes identitaires.

  • 57 À côté des ouvrages anciens de Paul Althaus ou de Hans Leube, on mentionnera notamment les travaux (...)
  • 58 Pour ne citer que les ouvrages les plus récents, Hartmut Lehmann et Anne Charlott Trepp (dir.), Im (...)
  • 59 Thomas Kaufmann, Konfession und Kultur. Lutherischer Protestantismus in der zweiten Hälfte des Ref (...)
  • 60 Kaspar von Greyerz, Religion und Kultur. Europa 1500-1800, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000 (...)
  • 61 Ulrike Gleixner, Pietismus und Bürgertum. Eine historische Anthropologie der Frömmigkeit, Württemb (...)
  • 62 Lucian Hölscher, Geschichte der protestantischen Frömmigkeit in Deutschland, Munich, Beck, 2005. V (...)
  • 63 Voir C. Niekus Moore, F. Van Ingen (dir.), Gebetsliteratur..., op. cit. (note 57) ; Patrice Veit, (...)

28Cette perspective anthropologique et culturelle des faits religieux a conduit également les historiens à se pencher sur les pratiques de piété et à s’intéresser, dans ce cadre, aux cantiques. Alors que les recherches sur la Frömmigkeit (piété) ont été longtemps le fait des théologiens et des Kirchenhistorik57, les études sur la notion de crise et ses conséquences sur les transformations religieuses au xviie siècle58, les travaux sur le concept de « culture confessionnelle » (Konfessionskultur)59 ou plus généralement les approches d’anthropologie historique et d’histoire culturelle du religieux60 ont en effet amené les historiens à prendre davantage en compte la Frömmigkeit, en mettant l’accent sur ses formes, ses manifestations et ses pratiques, dont l’usage des livres, collectifs ou individuels, et le chant des cantiques constituent un volet important. C’est ce que révèlent les ouvrages récents, par exemple, celui d’Ulrike Gleixner sur la piété, notamment féminine, dans la bourgeoisie piétiste du Wurtemberg61, celui de Lucian Hölscher sur la notion de Frömmigkeit dans le protestanisme allemand62 ou les recherches sur la Hausfrömmigkeit63.

29On constatera également que les travaux entrepris sur la notion de confessionnalisation, qui ont marqué (et marquent encore) si fortement depuis une vingtaine d’années l’historiographie allemande de l’époque moderne, sont demeurés longtemps étrangers à ces recherches.

  • 64 Marie-Élizabeth Ducreux, Hymnologia bohemica, 1588-1764. Cantionnaires tchèques de la Contre-Réfor (...)
  • 65 Johann Leisentritts Gesangbuch von 1567, édité par Walther Lipphardt (fac-similé de l’édition de B (...)
  • 66 Gérald Chaix, De la cité chrétienne à la métropole catholique. Vie religieuse et conscience civiqu (...)
  • 67 Theo van Oorschot a en particulier publié l’édition critique des œuvres de Friedrich Spee. : Fried (...)
  • 68 La Friedrich-Spee-Gesellschaft édite en particulier depuis 1994 le Spee-Jahrbuch, revue annuelle d (...)

30Par rapport au cantique en France, le cantique catholique en Allemagne – dont l’ampleur se mesure véritablement à partir du xviie siècle – se trouve dans la situation de devoir concurrencer les cantiques protestants, luthériens comme réformés, surtout dans les régions en régime de reconversion. Ce qu’a montré Marie-Elizabeth Ducreux pour la Bohême64 vaut aussi en grande partie pour l’Allemagne : le cantique catholique n’a d’abord finalement d’autre choix que de combattre les hymnes protestantes sur leur propre terrain. Ainsi, un des premiers recueils catholiques allemands, celui de Johann Leisentritt (1567), doyen du chapitre de Bautzen en Lusace, « imite » jusque dans sa graphie et sa présentation générale l’un des recueils luthériens saxons les plus fréquemment réédités à l’époque, celui de Valentin Babst imprimé à Leipzig (1545)65. Dans le cas de la Bohême, sans l’existence presque biséculaire de milliers de cantiques hussites et protestants, sans une habitude du chant ancienne et enracinée, les cantionnaires catholiques des xviie et xviiie siècles n’auraient sans doute pas revêtu les mêmes apparences, n’auraient pas non plus pleinement joué leur rôle, ni connu le même succès. En Bohême comme en Allemagne, l’activité des jésuites est primordiale, comme le prouve la carte des lieux d’édition des recueils de cantiques catholiques qui recoupe en grande partie celle des collèges jésuites : Cologne bien sûr, la capitale du livre catholique66, mais aussi Mayence, Paderborn, Münster ou Wurtzbourg. Les compositions nouvelles des jésuites comme celles figurant dans le Geistliche Psälterlein (Cologne, 1637) – le plus gros succès commercial du cantique catholique en Allemagne – et surtout celles de Friedrich Spee (1591-1635) deviennent l’ossature du cantique catholique aux xviie et xviiie siècles, comme le prouvent, outre l’ouvrage de Dietz-Rüdiger Moser déjà mentionné, les études de Theo van Oorschot, de Bernhard Schneider67 ainsi que les travaux de la Friedrich-Spee-Gesellschaft (Trèves/Düsseldorf)68. On notera que les recherches du côté catholique sont davantage ouvertes à une perspective ethnologique que leur pendant protestant.

  • 69 Amédée Gastoué, Le cantique populaire en France, ses sources, son histoire, Lyon, Janin Frères, 19 (...)

31En France, la situation du cantique est différente, ce qui est dû, nous l’avons vu, au primat donné au plain-chant dans les offices. Malgré son abondance, la fragilité statutaire du cantique, liée à la nature textuelle et musicale de l'objet qui le range du côté des « petits genres »,a contribué sans doute au peu d’intérêt de la recherche pour le cantique. La seule histoire et bibliographie du cantique en langue vulgaire, celle d’Amédée Gastoué, remonte à 192469.

  • 70 J. Quéniart (dir.), Le chant..., op. cit. (note 5).Voir id., « Contenus et pratiques du livre de c (...)
  • 71 Voir notamment Philippe Martin, « Les chants de procession en Lorraine (xviiie siècles) », in :J. (...)

32Si l’on excepte quelques travaux d’hymnologues comme ceux du père Joseph Gélineau, un regain d’intérêt est né, je l’ai déjà évoqué, dans le sillage des travaux sur la religion populaire. Dans ce contexte et par rapport aux historiens allemands, les historiens français ont abordé, me semble-t-il, l’objet cantique non seulement plus précocement, mais surtout de manière plus frontale. Récemment, les recherches initiées en particulier par Jean Quéniart ont contribué à faire du chant religieux « un acteur de l’histoire70 ». Bien que ne faisant pas partie des offices d’obligation, les cantiques en langue vernaculaire n’en constituent pas moins au xviie et surtout au xviiie siècle un support essentiel de la pastorale et de la catéchèse, à travers notamment missions et processions71.

  • 72 Voir Jean-Yves Hameline, « Le cantique sur vaudeville à l’époque de Montfort et de Pellegrin », Et (...)

33Davantage que dans les recherches en Allemagne, les travaux français ont mis surtout l’accent sur les opérations de mise en cantique, sur le rapport entre texte et musique, sur la question des timbres, c’est-à-dire du réemploi d’airs profanes ou sacrés pour assurer l’efficacité pédagogique des chants jusqu’à tenir compte, comme au xviiie siècle, des modes et des canons esthétiques72. Au-delà des tentatives de substitution et de « christianisation » des airs profanes, une grande partie des cantiques s’adressent à un public majoritairement immergé dans une culture orale, ce qui suppose le recours à des procédés qui mobilisent diverses formes de mémorisation.

La musique d’église

34L’importance des cantiques en Allemagne se mesure, par ailleurs, à la place qu’ils tiennent, à côté des textes bibliques, dans les compositions de musique sacrée qui font partie intégrante de l’action liturgique des églises luthériennes. Pour preuve : les cantates dans la seconde moitié du xviie siècle et la première du xviiie siècle, qui entourent le sermon qu’elles prolongent musicalement.

  • 73 Emblématique de ces travaux, l’ouvrage désormais classique de Hans Heinrich Eggebrecht, Heinrich S (...)

35L’accent a été beaucoup mis sur les différents répertoires, sur les genres et leur évolution, sur les formes que prennent ces musiques au contact des nouvelles manières italiennes de composer à partir du début du xviie siècle, sur l’interprétation musicale des textes, en particulier des textes scripturaires, sur la rhétorique musicale baroque73.

  • 74 Concernant les cantors, on se reportera à Dieter Krickeberg, Das protestantische Kantorat im 17. J (...)
  • 75 Voir par exemple, Klaus Wolfgang Niemöller, Untersuchungen zu Musikpflege und Musikunterricht an d (...)
  • 76 Par exemple, Bernhard Knick, St. Thomas zu Leipzig. Schule und Chor. Stätte des Wirkens von Johann (...)
  • 77 Caractéristique d’une approche socioculturelle : Jean-Luc Le Cam, « Les chorales liturgiques scola (...)

36Ces accents se sont déplacés progressivement en direction de l’étude des acteurs – activités et position sociale des cantors, des organistes74, organisation et répertoire des maîtrises urbaines et des chapelles princières –, ce que confirme, par exemple, le colloque annuel de la Konferenz mitteldeutsche Barockmusik à Erfurt (28 au 28 juin 2007) consacré au mitteldeutscher Kantor, au cantor dans l’Allemagne centrale (Saxe et Thuringe). Il faut souligner également le rôle du chant et de la musique dans l’éducation, en particulier par le biais de l’école, et l’importante des chorales scolaires dans le dispositif musical des offices. Ces aspects ont été surtout abordés jusqu’ici d’un point de vue d’histoire de la musique et de pédagogie musicale75 ou en privilégiant quelques cas illustres (la Thomasschule de Leipzig, entre autres76), beaucoup moins, en revanche, sous l’angle de l’étude de l’institution scolaire et de son fonctionnement socioculturel77.

  • 78 Ulrich Siegele (dir.), Oberschwäbische Klostermusik im europäischen Kontext. Alexander Sumski zum (...)

37Ces recherches ne se limitent nullement d’ailleurs au monde protestant. Mentionnons à titre d’exemple les publications scientifiques et discographiques dans le cadre du projet ancré à Tübingen et consacré à la musique dans les grandes abbayes de Souabe aux xviie et xviiie siècles78. Ces abbayes appartenant à différents ordres ont été des foyers majeurs de création et d’activité musicales avec une double fonction : musique religieuse pour l’ornement des différentes cérémonies liturgiques, mais aussi musique de représentation pour manifester la puissance temporelle et politique des abbayes et de ceux qui les gouvernaient.

  • 79 La bibliographie concernant Jean-Sébastien Bach est colossale : un relevé établi pour les années 1 (...)

38Je terminerai cette évocation du volet allemand en abordant très sommairement les travaux concernant Jean-Sébastien Bach et sa musique79, car ceux-ci cristallisent certaines orientations touchant la musique religieuse en Allemagne, surtout du côté protestant, et mettent en exergue un certain nombre de divergences.

  • 80 L’Internationale Arbeitsgemeinschaft für Theologische Bachforschung fut fondée en 1976 par Walter (...)
  • 81 Elke Axmacher, « Aus Liebe will mein Heiland sterben ». Untersuchungen zum Wandel des Passionsvers (...)

39Parallèlement aux études proprement musicologiques et de critique historique concernant entre autres les questions de datation et de chronologie précises des œuvres, l’établissement rigoureux du texte musical, mais aussi les conditions de composition et d’exécution ou les effectifs vocaux et instrumentaux, des recherches se sont développées à partir de la fin des années 1970 qui visent à resituer l’œuvre du Cantor dans le contexte spirituel de son époque et à interpréter sa musique d’un point de vue théologique. Ces recherches sont essentiellement le fait de théologiens, surtout des spécialistes de théologie systématique, et de Kirchenmusiker. Cette Theologische Bachforschung80 entendait réagir aux tendances jugées parfois trop philologiques des recherches sur Bach depuis la Seconde Guerre mondiale et réactivait dans un autre contexte, celui des deux Allemagnes, une tradition herméneutique datant du début du xxe siècle. Elle a donné quelques travaux exemplaires comme ceux d’Elke Axmacher sur l’interprétation de la Passion ou ceux de Martin Petzoldt81. Mais, au-delà de ses apports importants, la Theologische Bachforschung n’a pas su (c’est une critique souvent formulée) éviter une certaine dérive qui tend à forcer et à surévaluer les explications théologiques au point de faire de Bach un théologien, voire à re-sacraliser la personne de Bach jusqu’à en faire le pendant musical de Luther.

  • 82 Paul Huot-Pleuroux, Histoire de la musique religieuse des origines à nos jours, Paris, Presses uni (...)
  • 83 Édith Weber, La musique protestante de langue française, Paris, Honoré Champion, 1979 ; id., La mu (...)
  • 84 Voir en particulier les ouvrages de référence de Norbert Dufourcq, Le livre de l’orgue français 15 (...)

40Comparés à l’abondance des travaux allemands, les ouvrages français ont été relativement peu nombreux (la synthèse, déjà ancienne, de Paul Huot-Pleuroux82 ou, plus récents, les livres d’Edith Weber sur les musiques protestante et catholique83). Longtemps également, les recherches ont été centrées sur l’orgue et la musique d’orgue84.

  • 85 Denise Launay, La musique religieuse en France du concile de Trente à 1804, Paris, Klincksieck, 19 (...)
  • 86 À côté des nombreux articles publiés dans la revue Maison-Dieu, on citera, exemplaire de la démarc (...)

41Les choses changent toutefois depuis une quinzaine d’années à un rythme qui s’accélère. La publication dans les années 1990 de l’ouvrage de Denise Launay La musique religieuse en France du concile de Trente à 180485 a marqué un tournant, tout comme les recherches originales de Jean-Yves Hameline dans une approche anthropologique de la liturgie86. Tous deux ont pris en compte, bien davantage que cela n’avait été fait jusqu’alors, les rites et les actions liturgiques dans l’étude des chants et des musiques sacrées, en attirant l’attention notamment sur les cérémoniaux.

  • 87 Monique Brulin, Le verbe et la voix. La manifestation vocale dans le culte en France au xviie sièc (...)
  • 88 Cécile Davy-Rigaux, Guillaume-Gabriel Nivers : un art du chant grégorien sous le règne de Louis XI (...)
  • 89 Xavier Bisaro, Une nation de fidèles. L’Église et la liturgie parisienne au xviiie siècle, Turnhou (...)
  • 90 Jean Duron (dir.), Plain-chant et liturgie en France au xviie siècle, Paris, Centre de musique bar (...)

42Leurs travaux ont suscité un intérêt nouveau de la part des musicologues mais aussi des historiens pour les questions liturgiques liées à l’étude de la musique dans les espaces cultuels et dévotionnels. Cet intérêt est illustré par la multiplication de travaux et d’ouvrages : ainsi, Monique Brulin a étudié le rôle de la vocalité dans l’expérience religieuse tant individuelle qu’ecclésiale en France aux xviie et xviiie siècles et ses traductions en matière de chant ecclésiastique87 ; Cécile Davy-Rigaux s’est intéressée à l’importante production de plain-chant, théorique et pratique, de Guillaume-Gabriel Nivers (1632-1714), organiste de l’église Saint-Sulpice à Paris, de la Chapelle royale et de la Maison royale de Saint-Cyr, dont l’œuvre s’inscrit dans le mouvement de rénovation pastorale et spirituelle de la Réforme catholique sous Louis XIV88 ; et dernièrement, Xavier Bisaro a proposé une tentative d’histoire culturelle de l’acte liturgique sur les livres et le chant de la liturgie parisienne au xviiie siècle89. Les travaux du Centre de musique baroque de Versailles se situent également dans cette perspective, à l’image des actes du colloque « Plain-chant et liturgie en France au xviie siècle » (1997)90 contribuant à démêler le maquis des plains-chants à l’époque moderne, aussi divers qu’il existe de cathédrales et de chapitres en France.

  • 91 Alexis Meunier, Les saluts du saint sacrement. Liturgie et musique en France (1600-1774), thèse de (...)
  • 92 Sébastien Gaudelus, Les offices de Ténèbres en France, 1650-1790, Paris, Centre national de la rec (...)
  • 93 Voir aussi Jean Mongrédien et Yves Ferraton (dir.), Le grand motet français (1663-1792), Paris, Pr (...)
  • 94 Thierry Favier, « Aux origines du concert spirituel : pratiques musicales et formes d’appropriatio (...)

43Ce regain se manifeste par ailleurs à travers les travaux sur les saluts du saint sacrement, dont l’importance au xviie siècle est emblématique de l’essor de la piété eucharistique91, ainsi que sur les Leçons de Ténèbres, un des offices les plus importants du cycle liturgique de l’époque baroque en France, qui clôture la période du Carême92. Ces exercices de dévotion donnent lieu à autant de productions musicales spécifiques. Il faut signaler aussi les recherches en cours de Thierry Favier sur le grand motet, genre typiquement versaillais et manifestation musicale de la grandeur royale qui essaimera en province au xviiie siècle93. Ces différents genres liturgico-musicaux et leur évolution permettent en outre de saisir la transformation des sensibilités et des mentalités religieuses tout comme des goûts culturels en France aux xviie et xviiie siècles94.

  • 95 B. Dompnier (dir.), Maîtrises et chapelles..., op. cit. (note 77). Cet ouvrage, actes d’un colloqu (...)

44L’ouvrage dirigé par Bernard Dompnier et consacré à l’étude des maîtrises95 est également significatif du nouvel intérêt des historiens pour les questions liturgico-musicales dans une perspective d’histoire culturelle, mais aussi sociale, et du renouvellement des méthodes. L’étude des maîtrises, ces institutions décisives pour la production et pour l’exécution de la musique au sein des offices, révèle non seulement la diversité et la spécificité des situations locales sous l’Ancien Régime, une spécificité qui touche autant les institutions, les usages cérémoniels que les répertoires. Elle apporte aussi d’utiles enseignements sur le déroulement des carrières musicales comme sur les formes de pédagogie liée à la musique.

  • 96 Bernard Roussel, « “Faire la Cène” dans les Églises réformées du royaume de France au xvie siècle. (...)

45À ces travaux centrés sur le catholicisme, il faut joindre les recherches sur les liturgies réformées, menées en particulier par Christian Grosse et Bernard Roussel, recherches effectuées essentiellement dans une perspective d’anthropologie historique et d’étude des rituels96.

Conclusion

  • 97 Ainsi le programme de recherches « Liturgie et société en France aux xviie et xviiie siècles : pou (...)
  • 98 À la différence des historiens modernistes, les médiévistes portent depuis longtemps déjà une atte (...)

46L’ouvrage de Bernard Dompnier ainsi que les projets et les publications concernant l’époque moderne qui se sont développés dernièrement dans son sillage97 témoignent de la nécessité d’une approche interdisciplinaire de ces domaines qui requièrent les compétences et les méthodes des historiens, des musicologues, mais aussi des liturgistes et des ethnologues du religieux. Il me semble d’ailleurs que les historiens de langue française manifestent une sensibilité plus grande aux questions liturgiques que leurs homologues allemands chez lesquels ces aspects ont été abordés jusqu’ici de manière avant tout normative98.

47Pour finir, j’aimerais évoquer quelques pistes de recherche, parmi d’autres, encore trop peu explorées. J’en retiendrai essentiellement trois :

  1. l’espace que représentent les églises, qui sont un lieu de communication visuelle et auditive, comme l’a montré récemment Renate Dürr99. Le chant et la musique ayant aussi pour fonction d’orner et de solenniser les offices, comment s’organisent-ils et se répartissent-ils dans l’espace cultuel ? Pensons aux multiples chapelles, aux tribunes dans les églises et les cathédrales, et aux transformations visuelles et sonores qu’entraîne, par exemple, la disparition des jubés pour l’exécution de la musique religieuse ;
  2. la place des femmes dans le chant religieux comme dans les pratiques de piété, puisque, en particulier à travers leur rôle de Hausmutter100, elles prennent une part active à la création et, plus encore, à la pratique et à la diffusion des répertoires et des chants. Pour l’espace piétiste de Souabe au xviiie siècle, Hans Medick a montré, en étudiant les livres apportés par chacun des conjoints au moment du mariage, que les femmes ont une préférence plus marquée pour les livres de prières et de dévotion tandis que les hommes penchent plutôt pour les Gesangbücher et les recueils de sermons101. Qu’en est-il, par ailleurs, de la musique et du chant dans les couvents de femmes, un terrain abordé récemment par Linda Maria Koldau102 ?
  3. la comparaison, enfin, permet de relativiser certains phénomènes « étiquetés » un peu trop rapidement comme propres à une confession : typiquement protestants ou typiquement catholiques. Tel est le cas, pour m’en tenir à un exemple allemand, des réactions de résistance qui suivent l’introduction des Gesangbücher « éclairés » dans les territoires protestants à la fin du xviiie siècle, étudiées notamment par Hartmut Lehmann ou Catherine Maurer103. Ces réactions ne sont, en effet, pas seulement propres aux populations luthériennes. Comme l’a montré récemment Christophe Duhamelle104, des manifestations de refus similaires éclatent également du côté catholique lorsque les autorités religieuses tentent aussi d’imposer de nouveaux Gesangbücher.

Notes

1 Voir Gérald Chaix, « La Réformation », in : Étienne François et Hagen Schulze (dir.), Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 2007, p. 94-119.

2 Une histoire de l’hymnologie et de ses contextes patriotiques et confessionnels au début du xixe siècle, qui vont de pair avec la réévaluation du personnage de Luther, reste à entreprendre. En attendant, on se reportera aux réflexions de Jürgen Heidrich, Protestantische Kirchenmusikanschauung in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, p. 1-33. Voir aussi Walter Blankenburg, « Entstehung, Wesen und Ausprägung der Restauration im 19.Jahrhundert », in : Gerhard Schuhmacher (dir.), Traditionen und Reformen in der Kirchenmusik. Festschrift für Konrad Ameln zum 75. Geburtstag, Cassel, Bärenreiter, 1974, p. 25-40 ; également Markus Jenny et Walther Lipphardt, « Hymnologie », in : Ludwig von Fischer (dir.), Die Musik in Geschichte und Gegenwart, 2e édition, Cassel, Bärenreiter, vol. 4, 1996, col. 459-464.

3 Ainsi, les collections de cantiques de Philipp Wackernagel pour les cantiques de la Reforme et du xvie siècle (Philipp Wackernagel, Das deutsche Kirchenlied von der ältesten Zeit bis zu Anfang des 17. Jahrhunderts, 5 volumes, Leipzig, 1864-1877, réimpression Hildesheim, Olms, 1964) et d’Albert Fischer pour les cantiques protestants du xviie siècle (Albert Fischer, Das deutsche evangelische Kirchenlied des 17. Jahrhunderts, édité par Wilhelm Tümpel, 6 volumes, Gütersloh, 1904-1916, réimpression Hildesheim, Olms, 1964), ainsi que le répertoire de mélodies de Johannes Zahn (Johannes Zahn, Die Melodien der deutschen evangelischen Kirchenlieder, 6 volumes, Gütersloh, 1889-1893, réimpression Hildesheim, Olms, 1963). On notera que des collections analogues paraissent à la même époque du côté catholique, s’inscrivant dans un mouvement comparable de restauration du chant : Joseph Kehrein, Katholische Kirchenlieder, Hymnen, Psalmen, aus den ältesten gedruckten Gesang- und Gebetbüchern, 3 volumes, Wurtzbourg, 1859-1863, réimpression Hildesheim, Olms, 1965 ; Wilhelm Bäumker, Das katholische deutsche Kirchenlied in seinen Singweisen von den frühesten Zeiten bis gegen Ende des 17. Jahrhunderts, 4 volumes, Fribourg-en-Brisgau, 1883-1911, réimpression Hildesheim, Olms, 1962.

4 Voir Patrice Veit, « Johann Sebastian Bach », in: É. François et H. Schulze (dir.), Mémoires allemandes, op. cit. (note 1), p. 481-504. Également Hans-Joachim Hinrichsen, « „Urvater der Harmonie“? Die Bach-Rezeption », in : Konrad Küster (dir.), Bach-Handbuch, Cassel, Bärenreiter et Stuttgart, Metzler, 1999, p. 31-65.

5 Voir Jacques Cheyronnaud, Musique, politique, religion. De quelques menus objets de culture, Paris, L’Harmattan, 2002, en particulier le premier chapitre intitulé : « Musiques de religion. Questions d’hymnodie (xixe-xxe siècles) ». Également Jean-Yves Hameline, « Le son de l’histoire. Chant et musique dans la restauration catholique », La Maison-Dieu, 131, 1977, p. 4-57, ainsi que Sophie Leterrier, « L’archéologie musicale. La “restauration du chant grégorien” entre liturgie et histoire », in : Jean Quéniart (dir.), Le chant, acteur de l’histoire. Actes du colloque tenu à Rennes du 9 au 11 septembre 1998, Rennes, Presses de l’université de Rennes, 1999, p. 255-266.

6 Il existe toutefois, à ma connaissance, trois exceptions dans lesquelles la Kirchenmusik ou l’hymnologie se trouvent expressément indiquées dans les programmes de recherche et d’enseignement : l’Institut für Kirchenmusik de la faculté de théologie protestante à l’université d’Erlangen, fondé en 1854 ; l’Institut für Kirchenmusik und Musikwissenschaft de l’université de Greifswald (Mecklembourg-Vorpommern), créé sous cette forme en 1996, mais héritier d’institutions antérieures ; l’Institut fur Liturgie, Christliche Kunst und Hymnologie à la faculté de théologie catholique de l’université de Graz en Autriche.

7 Friedrich Blume (dir.), Geschichte der evangelischen Kirchenmusik, 2e édition revue, Cassel, Bärenreiter, 1965. Professeur à l’université de Kiel de 1938 à 1958, Friedrich Blume (1893-1975) fut notamment le responsable de la première édition de la grande encyclopédie musicale allemande, Die Musik in Geschichte und Gegenwart (1949-1987, 16 volumes + 1 volume d’index).

8 Karl Gustav Fellerer, Geschichte der katholischen Kirchenmusik, 2 volumes, Cassel, Bärenreiter, 1972-1976. Spécialiste entre autres de Palestrina et de la musique religieuse au xixe siècle, Karl Gustav Fellerer (1902-1984) fut professeur de musicologie à l’université de Cologne de 1939 à 1970 (avec une interruption entre 1945 et 1947).

9 Ce Graduiertenkolleg s’insère dans un ensemble plus vaste : 1’Interdisziplinärer Arbeitskreis zur Gesangbuchforschung qui existe à l’université de Mayence depuis 1992. Cet Arbeitskreis s’est fixé en particulier pour objectif de constituer, pour les besoins de la recherche, une collection de Gesangbücher (recueils de cantiques) protestants et catholiques du xvie au xxe siècle (le Gesangbucharchiv) et d’établir une bibliographie des recueils de cantiques.

10 Il est à noter que les Musikhochschulen sont en Allemagne des établissements d’enseignement supérieur. Cette tradition d’enseignement de musique d’église dans les conservatoires de musique en Allemagne remonte au début du xixe siècle, avec la création en 1822 à Berlin du Königliches Institut für Kirchenmusik à l’initiative de Carl Friedrich Zelter (1758-1832), directeur de la Sing-Akademie de Berlin – le chœur à qui l’on doit la « redécouverte » en 1829 de la Passion selon saint-Matthieu de Bach sous la direction de Mendelssohn. Zelter joua un rôle fondamental dans la réforme et l’organisation de la musique et de l’enseignement musical en Prusse.

11 Ainsi à Dresde (Saxe), Görlitz (pour l’Église évangélique de Berlin-Brandebourg), Halle (Saxe-Anhalt), Heidelberg (Bade), Tübingen (Wurtemberg), Bayreuth (Bavière), Herford (Westphalie), Lübeck.

12 Ainsi : la Katholische Hochschule für Kirchenmusik à Aix-la-Chapelle, la Hochschule für Kirchenmusik und Musikpädagogik à Ratisbonne (fondée en 1874), la Hochschule für Kirchenmusik der Diözese Rottenburg-Stuttgart à Rottenbourg, l’Institut für Kirchenmusik des Bistums Mainz à Mayence (fondé en 1947), auxquels on peut ajouter pour l’Autriche les Konservatorien für Kirchenmusik de l’archidiocèse de Vienne et des diocèses de Linz et Sankt Pölten.

13 Ainsi, Heinrich Schütz avec l’Internationale Schütz-Gesellschaft à Cassel et la Heinrich-Schütz-Haus à Bad Köstrig, sa ville natale en Saxe ; Haendel avec la Georg-Friedrich-Haendel Gesellschaft dans sa ville natale à Halle ;Telemann qui dispose de pas moins de trois sociétés dans les villes où il est né et a exercé, à savoir Magdebourg, Francfort-sur-le-Main et Hambourg ; et naturellement Jean-Sébastien Bach avec le Bach-Archiv à Leipzig et, jusqu’en 2006, le Bach-Institut à Göttingen – tous deux chargés de l’édition scientifique des œuvres du musicien (la Neue Bach Ausgabe)-, auxquels on peut ajouter la Bach-Akademie à Stuttgart.

14 http://www.adwmainz.de/index.php?id=143 [document en ligne, consulté le 12 avril 2010].

15 Das deutsche Kirchenlied. Kritische Gesamtausgabe der Melodien, section III, Die Melodien aus gedruckten Quellen bis 1680, Kassel, Bärenreiter, depuis 1993. Trois volumes sont déjà terminés : le premier, en trois parties plus un tome d’index (1993-1999), comprend les mélodies imprimées entre 1481 et 1570 et contient 1 440 mélodies de cantiques dans environ 660 sources imprimées ; le deuxième volume (2002), celles imprimées entre 1571 et 1580, soit 363 nouvelles mélodies et 124 sources imprimées ; le troisième volume (2005), celles imprimées entre 1581 et 1595, soit 253 sources imprimées et 791 mélodies. Cette troisième section a été précédée d’une première section en deux volumes : Konrad Ameln, Markus Jenny et Walther Lipphardt (dir.), Das deutsche Kirchenlied. Verzeichnis der Drucke von den Anfängen bis 1800, Cassel, Bärenreiter, 1975-1980, recensant l’ensemble des sources imprimées avec musique jusqu’en 1800. Une deuxième section, en cours, est consacrée au répertoire des mélodies du Moyen Âge (8 volumes parus ou à paraître).

16 Parmi les musicologues ayant enseigné à la faculté de théologie protestante de l’université de Strasbourg, on peut citer Théodore Gérold (1866-1956) entre 1921 et 1936, Marc Honegger (1926-2003) entre 1972 et 1991 et, depuis 1991, Ulrich Asper.

17 Ce séminaire se poursuit depuis sous la forme d’un groupe de recherche « Patrimoine musical » (1450-1750) se réunissant à intervalles réguliers à l’université de Paris-IV.

18 www.irpmf-cnrs.fr:8095 (consulté le 13 juillet 2009). Voir Nathalie Berton, Cécile Davy-Rigaux et Deborah Kauffman, « Sequentia, une base de données en ligne au service de la recherche sur le chant ecclésiastique et la liturgie à l’époque moderne (xvie-début xixe siècles) », Sequentia, article 1, juillet 2005 (article disponible en ligne).

19 www.cmbv.com (consulté le 13 juillet 2009).

20 Par exemple, l’entreprise anthologique de la musique maîtrisienne ou les éditions monumentales consacrées à l’œuvre de Marc-Antoine Charpentier, d’Henry Du Mont, de Sébastien de Brossard, d’Henry Desmarets, pour ne prendre que quelques musiciens exhumés à la production religieuse importante.

21 Dans ce paysage, il ne faut pas oublier non plus les centres culturels de rencontre comme l’abbaye de Royaumont ou celle d’Ambronnay qui, outre des concerts, déploient une activité de réflexion sous la forme d’ateliers et de colloques mêlant acteurs (des musiciens) et chercheurs de diverses disciplines.

22 Pour Markus Jenny et Robin A. Leaver, auteurs de l’article « Hymnologie » respectivement dans la Theologische Realenzyklopädie (Gerhard Krause et Gerhard Müller dir., Berlin, etc., de Gruyter, vol. 14, 1986, p. 770-778) et dans Religion in Geschichte und Gegenwart (Hans Dieter Betz, Don S. Browning, Bernd Janowski et Eberhard Jüngel dir., 4e édition, mise à jour intégrale, Tübingen, Mohr, vol. 3, 2000, col. 1971-1974), il ne fait aucun doute que l’étude des cantiques et, plus généralement, du chant religieux appartient aux disciplines théologiques, même s’ils lui reconnaissent une dimension pluridisciplinaire. Sur les différentes orientations et tendances de la recherche en hymnologie, on pourra consulter pour les années 1950-1970 : Walter Blankenburg, « Die Entwicklung der Hymnologie seit etwa 1950 », Theologische Rundschau, 42-2,1977, p. 131-170, 360-405 ; 44,1979, p. 36-69,239-279,319-349. Plus récemment, Andreas Marti, « Hymnologie an der Jahrhundertwende », Jahrbuch für Liturgik und Hymnologie, 42, 2003, p. 203-210. En français : Édith Weber, La recherche hymnologique, Paris, Beauchesne, 2001.

23 Les préoccupations liturgiques attachées à ces recherches se reflètent dans les titres des grandes revues scientifiques traitant d’hymnologie créées à partir de la fin du xixe siècle : Monatschrift für Gottesdienst und kirchliche Kunst (1896-1941), Musik und Kirche (depuis 1929), Jahrbuch für Liturgik und Hymnologie (depuis 1955), en Suisse alémanique Musik und Gottesdienst. Zeitschrift für evangelische Kirchenmusik (depuis 1975). Du côté catholique, les principales revues sont : le Kirchenmusikalisches Jahrbuch, fondé en 1886 par Franz Xaver Haberl (1840-1910) – une des figures marquantes du mouvement cécilien de restauration de la musique sacrée catholique en Allemagne dans les années 1860 – et Musica sacra, Zeitschrift für katholische Kirchenmusik, fondée en 1888.

24 La refonte des recueils de cantiques a joué en Allemagne un rôle moteur pour les recherches hymnologiques, notamment à partir des années 1950. Ainsi, l’introduction en 1950 dans toutes les Landeskirchen protestantes d’Allemagne et d’Autriche du Evangelisches Kirchengesangbuch (comportant une partie commune et une annexe propre à chaque église régionale) fut à l’origine de toute une série de recherches et de publications sur les cantiques protestants. Pour preuve, à côté d’études isolées, le Handbuch zum Evangelischen Kirchengesangbuch, édité par Christhard Mahrenholz et Oskar Söhngen (Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht), dont les 9 volumes s’étalèrent entre 1953 et 1990. Dans son sillage furent également créés le Jahrbuch für Liturgik und Hymnologie (1955) et l’Internationale Arbeitsgemeinschaft für Hymnologie (1959). De la même façon, l’introduction, à partir de 1993, d’un nouveau Gesangbuch protestant, l’Evangelisches Gesangbuch, amena différents travaux dont, à partir de 1995, le Handbuch zum evangelischen Gesangbuch (aussi chez Vandenhoeck & Ruprecht), pendant au Handbuch précédent : vol. 1, Ernst Lippold et Günter Vogelsang (dir.), Konkordanz zum Evangelischen Gesangbuch. Mit Verzeichnis der Strophenanfänge, Kanons, mehrstimmigen Sätze und Wochenlieder, 1995 ; vol. 2, Wolfgang Herbst (dir.), Komponisten und Liederdichter des Evangelischen Gesangbuchs, 1999 ; vol. 3, Gerhard Hahn et Jürgen Henkys (dir.), Liederkunde zum Evangelischen Gesangbuch, 2000, 13 cahiers parus à ce jour. On notera que, du côté catholique, un recueil commun à l’Allemagne, à l’Autriche et au Tyrol du Sud, le Gotteslob (avec une annexe spécifique à chaque diocèse) n’a été introduit qu’en 1975. Sur le Gotteslob et les réformes des Gesangbücher au xxe siècle, voir dernièrement Hermann Kurzke et Andrea Neuhaus (dir.), Gotteslob-Revision. Probleme, Prozesse und Perspektiven einer Gesangbuchreform, Tübingen, Francke, 2003.

25 Voir en particulier les ouvrages récents de Christian Bunners, Paul Gerhardt. Weg, Werk, Wirkung, 3e édition actualisée, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007. Voir également dans une perspective plus théologique, Sven Grosse, Gott und das Leid in den Liedern Paul Gerhardts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001 et Elke Axmacher, Johann Arndt und Paul Gerhardt. Studien zur Theologie, Frömmigkeit und geistlicher Dichtung des 17. Jahrhunderts, Tübingen, Francke, 2001. En français, on consultera Alain Bideau, Paul Gerhardt (1607-1676). Pasteur et poète, Berne, Peter Lang, 2003.

26 Exemple encore représentatif de cette conception, l’ouvrage dirigé par Hansjakob Becker et Markus Rathey (Geistliches Wunderhorn. Grosse deutsche Kirchenlieder, 2e édition, Munich, Beck, 2003) analyse cinquante cantiques protestants et catholiques du xvie siècle à nos jours, choisis en fonction de leur qualité poétique et musicale.

27 Martin Rössler, Die Liedpredigt. Geschichte einer Predigtgattung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1976.

28 Voir Gudrun Busch et Wolfgang Miersemann (dir.), « Geist-reicher » Gesang. Halle und das pietistische Lied, Tübingen, Niemeyer (Hallesche Forschungen, 3), 1997 ; Wolfgang Miersemann (dir.), Pietismus und Liedkultur, Tübingen, Niemeyer (Hallesche Forschungen, 9), 2002. Plus largement voir aussi Christian Bunners, « Gesangbuch », in : Hartmut Lehmann (dir.), Glaubenswelt und Lebenswelten, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004 (Geschichte des Pietismus, 4), p. 122-142.

29 Concernant la spécificité des recueils strasbourgeois à l’époque de la Réforme, on consultera, à côté de l’ouvrage de Théodore Gérold, Les plus anciennes mélodies de l’Église de Strasbourg et leurs auteurs (Paris, Félix Alcan, 1928), Christian Meyer, Les mélodies des Églises protestantes de langue allemande. Catalogue descriptif des sources et édition critique des mélodies, vol. 1, Les mélodies publiées à Strasbourg (1524-1547), Baden-Baden, Körner, 1987, ainsi que, pour la liturgie des églises strasbourgeoises, René Bornert, La réforme protestante du culte à Strasbourg au xvie siècle (1523-1598), Leyde, Brill, 1981.

30 En particulier, Markus Jenny, Zwinglis Stellung zur Musik im Gottesdienst, Zurich, Zwingli-Verlag, 1966. Fondamental également pour le répertoire de Suisse alémanique au xvie siècle : id., Geschichte des deutsch-schweizerischen evangelischen Gesangbuches im 16.Jahrhunderts, Bâle, Bärenreiter, 1962. Plus généralement, Walter Blankenburg, « Die Kirchenmusik in den reformierten Gebieten des europäischen Kontinents », in : F. Blume (dir.), Geschichte der evangelischen Kirchenmusik, op. cit. (note 7), p. 341-412.

31 Voir dernièrement Robert M. Kingdom, « Uses of the psalter in Calvins Geneva », in : Eckhard Grunewald, Henning P. Jürgens et Jan R. Luth (dir.), Der Genfer Psalter und seine Rezeption in Deutschland, der Schweiz und den Niederlanden, Tübingen, Niemeyer (Frühe Neuzeit, 97), 2004, p. 21-32, et également Willem Van‘t Spikjer, « Der kirchengeschichtliche Kontext des Genfer Psalters », ibid., p. 45-60.

32 Christian Grosse, « La Réforme face à ses traditions : les controverses sur la révision du psautier et du formulaire liturgique », in : Cécile Davy-Rigaux, Bernard Dompnier et Daniel-Odon Hurel (dir.), Les cérémoniaux catholiques en France du xviie au xixe siècle. Une littérature de codification des rites liturgiques, Turnhout, Brepols, 2009, p. 245-263. Comme le montre Christian Grosse, que je remercie d’avoir mis le manuscrit de son texte à ma disposition, ce caractère est encore renforcé par le fait que le recueil des psaumes, la Bible et la Forme des prières ecclésiastiques constituent une « unité matérielle », ces textes étant, dès le xvie siècle, très souvent imprimés ensemble.

33 Pierre Pidoux, Le psautier huguenot du xvie siècle. Mélodies et documents, 2 volumes, Bâle, Bärenreiter, 1962.

34 Psaume. Bulletin de la recherche sur le psautier huguenot, qui paraît à un rythme plus ou moins régulier depuis 1986.

35 Sur Ambrosius Lobwasser, son adaptation du psautier huguenot et la diffusion en Allemagne de celle-ci, voir Lars Kessner, « Ambrosius Lobwasser. Humanist, Dichter, Lutheraner », in : E. Grunewald et al. (dir.), Der Genfer Psalter..., op. cit. (note 31), p. 217-228 ; Eckhard Grunewald, « Lobwasser am Niederrhein. Die Düsseldorfer Ausgabe der Psalmen Davids von 1612 und ihre Quellen », ibid., p. 229-238 ; Irmgard Scheider, « Der Genfer Psalter im protestantischen Deutschland des 17. und 18. Jahrhunderts », ibid., p. 263-281. Pour la Suisse alémanique, on se reportera à Andreas Marti, « Die Rezeption des Genfer Psalters in der deutschsprachigen Schweiz und im rätoromanischen Gebiet », ibid., p. 359-369 ; id., « Der Genfer Psalter in den deutschsprachigen Ländern im 16. und 17. Jahrhundert », Zwingliana, 28, 2001, p. 45-73 ; Alfred Ehrensperger, « Die liturgische Rezeption des Lobwasser-Psalters in der Zürcher Kirche im 17. und 18. Jahrhundert », in : E. Grunewald et al. (dir.), Der Genfer Psalter..., op. cit. (note 31), p. 371-389.

36 E. Grunewald et al. (dir.), Der Genfer Psalter..., op. cit. (note 31).

37 Kaspar Ulenberg, luthérien converti au catholicisme, fut curé à Kaiserswerth puis à Cologne. Voir Joseph Solzbacher, « Die Psalmen Davids, in allerlei Gesangreime gebracht durch Kaspar Ulenberg, Cologne 1582 », Kirchenmusikalisches Jahrbuch, 34, 1950, p. 41-55 ; Johannes Overath, Untersuchungen über die Melodien des Liedpsalters von Kaspar Ulenberg (Köln 1582). Hin Beitrag zur Geschichte des Kirchenliedes im 16. Jahrhunderts, Cologne, Volk, 1960 ; Dieter Gutknecht, « Die Rezeption des Genfer Psalters bei Caspar Ulenberg », in : E. Grunewald et al. (dir.), Der Genfer Psalter..., op. cit. (note 31), p. 253-262.

38 Lars Kessner, « Lutherische Reaktionen auf den Lobwasser-Psalter. Cornelius Becker und Johannes Wüstholtz », in : E. Grunewald et al. (dir.), Der Genfer Psalter..., op. cit. (note 31), p. 283-293.

39 Voir notamment les travaux de Dieter Breuer, Guillaume Van Gemert, Gerhard Hahn, Hans-Georg Kemper, Hermann Kurzke, Waldtraut Ingeborg Sauer-Geppert ou Irmgard Scheider.

40 Par exemple, Waldtraut Ingeborg Sauer-Geppert, Sprache und Frömmigkeit im deutschen Kirchenlied, Cassel, Stauda, 1984.

41 Hans-Georg Kemper, Deutsche Lyrik der frühen Neuzeit, vol. 2, Konfessionalismus, Tübingen, Niemeyer, 1987 ; id., « Das lutherische Kirchenlied in der Krisen-Zeit des frühen 17. Jahrhunderts », in : Alfred Dürr et Walther Killy (dir.), Das protestantische Kirchenlied im 16. und 17. Jahrhundert, Wiesbaden, Harrassowitz, 1986, p. 87-108. Voir aussi dans une perspective d’étude littéraire, Irmgard Scheitler, Das Geistliche Lied im deutschen Barock, Berlin, Duncker & Humblot, 1982

42 Hermann Kurzke et Hermann Ühlein (dir.), Kirchenlied interdisziplinär. Hymnologische Beiträge aus Germanistik, Theologie und Musikwissenschaft, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1999. Cette école doctorale témoigne du reste de la part réduite occupée par les historiens dans l’étude des cantiques. En effet, elle a rassemblé des théologiens, des hymnologues, des liturgistes, des musicologues, des germanistes, mais en revanche, très peu d’historiens. Les raisons sont sans doute à chercher dans les clivages disciplinaires allemands, l’étude des phénomènes religieux ayant longtemps relevé presque exclusivement des facultés de théologie et non des départements d’histoire. La collection « Mainzer Hymnologische Studien » (Tübingen, Francke ; 18 ouvrages publiés à ce jour) abrite la plupart des travaux effectués dans le cadre du Graduiertenkolleg et permet d’en voir les orientations.

43 Par exemple, Wolfgang Brückner, Volkserzählung und Reformation, ein Handbuch zur Tradierung und Funktion von Erzählstoffen und Erzählliteratur im Protestantismus, Berlin, Erich Schmidt, 1974 ; Wolfgang Brückner, Peter Blickle et Dieter Breuer (dir.), Literatur und Volk im 17. Jahrhundert. Probleme populärer Kultur in Deutschland, Wiesbaden, Harrassowitz, 1985.

44 Rudolf Schenda, Die Lesestoffe der kleinen Leute. Studien zur populären Literatur im 19. und 20. Jahrhundert, Munich, Beck, 1976 ; id., Von Mund zu Ohr. Bausteine zu einer Kulturgeschichte volkstümlichen Erzählens in Europa, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993 ; id., « Vorlesen : Zwischen Analphabetentum und Bücherwissen. Soziale und kulturelle Aspekte einer semiliterarischen Kommunikationsform », Bertelsmann-Briefe, 119,1986, p. 5-14.

45 Dietz-Rüdiger Moser, Verkündigung durch Volksgesang. Studien zur Liedpropaganda und-katechese der Gegenreformation, Berlin, Erich Schmidt, 1981. Parmi les travaux des Volkskundler, on signalera également l’ouvrage de Rolf Wilhelm Brednich sur les chants, notamment religieux, publiés sous forme de feuilles volantes : Die Liedpublizistik im Flugblatt des 15. bis 17.Jahrhunderts, 2 volumes, Baden-Baden, Körner, 1974-1975.

46 Robert W. Scribner, « Flugblatt und Analphabetentum. Wie kam der gemeine Mann zu reformatorischen Ideen ? », in : Hans-Joachim Köhler (dir.), Flugschriften als Massenmedium der Reformationszeit, Stuttgart, Klett-Cotta, 1981, p. 65-76 ; id., Popular Culture and Popular Movements in Reformation Germany, Londres, The Hambledon Press, 1987. Également id., Religion und Kultur in Deutschland 1400-1800, édité par Lyndal Roper, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002.

47 Rebecca Wagner Oettinger, Music as Propaganda in the German Reformation, Aldershot, Ashgate, 2001.

48 Inge Mager, « Lied und Reformation. Beobachtungen zur reformatorischen Singbewegung in norddeutschen Städten », in : Alfred Dürr et Walther Killy (dir.), Das protestantische Kirchenlied im 16. und 17. Jahrhundert, Wiesbaden, Harrassowitz, 1986, p. 25-38. Voir également Gérald Chaix et Patrice Veit, « Les cantiques dans l’Allemagne du xvie siècle : choisir son chant », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 98-2, 1991, p. 231-246.Toujours dans ce cadre identitaire, Thomas Kaufmann a pour sa part mis en évidence le rôle primordial joué par la chanson dans la bataille médiatique que livre la ville de Magdebourg, au milieu du xvie siècle, dans sa résistance ouverte à l’Intérim que Charles Quint cherche à imposer pour endiguer la dynamique protestante : Thomas Kaufmann, Das Ende der Reformation. Magdeburgs « Herrgotts Kanzlei » (1548-1551/1552), Tübingen, Mohr, 2003.

49 Louis Pérouas, Grignion de Montfort, ou l'aventurier de l’Évangile, Paris, Éditions ouvrières, 1990. Dans une perspective plus ethnologique, voir également Marlène Belly, « Grignion de Montfort : dialogue en cantique, ou l’oralité au service de la foi », in :J. Quéniart (dir.), Le chant..., op. cit. (note 5), p. 65-76 ; id., « Louis-Marie Grignion de Montfort, d’un répertoire de cantiques sur vaudeville à une pastorale sur timbre », in : Herbert Schneider (dir.), Timbre und vaudeville. Zur Geschichte und Problematik einer populären Gattung im 17. und 18. Jahrhundert, Hildesheim, Olms, 1999, p. 57-70.

50 Jacques Cheyronnaud et Jean-Yves Hameline, « Les cantiques », in : Jean Cuisenier, Françoise Lautmann et Josselyne Chamarat (dir.), Religions et traditions populaires [catalogue d’exposition], Paris, Réunion des musées nationaux, 1979, p. 239-250. Voir aussi Marcel Pérès et Jacques Cheyronnaud, Les voix du plain-chant, Paris, Desclée de Brouwer, 2001 ; J. Cheyronnaud, Musique, politique, religion..., op. cit. (note 5).

51 Patrice Veit, « Private Frömmigkeit, Lektüre und Gesang im protestantischen Deutschland der Frühen Neuzeit. Das Modell der Leichenpredigten », in : Rudolf Vierhaus (dir.), Frühe NeuzeitFrühe Moderne ? Forschungen zur Vielschichtigkeit von Übergangsprozessen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 104), 1992, p. 271-295 ; id., « Piété, chant et lecture : les pratiques religieuses dans l’Allemagne protestante à l’époque moderne », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 37, 1990, p. 624-641.

52 Marie-Élizabeth Ducreux, « Lire à en mourir. Livres et lecteurs en Bohême au xviiie siècle », in : Roger Chartier (dir.), Les usages de l’imprimé ( xve-xixe siècle), Paris, Fayard, 1987, p. 253-303 ; id., « Le livre et l’hérésie, modes de lecture et politique du livre en Bohême au xviiie siècle », in : Hans Erich Bödeker, Gerald Chaix et Patrice Veit (dir.), Le livre religieux et ses pratiques. Études sur l’histoire du livre religieux en Allemagne et en France à l’époque moderne, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, p. 131-155.

53 Étienne François, « Livre, confession et société urbaine en Allemagne au xviiie siècle : l’exemple de Spire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 29, 1982, p. 353-375.Voir aussi id., « Das religiöse Buch als Nothelfer, Familienreliquie und Identitätssymbol im protestantischen Deutschland der Frühneuzeit (17.-19. Jahrhundert) », in : Ursula Brunold-Bigler et Hermann Bausinger (dir.), Hören, Sagen, Lesen, Lernen. Bausteine zu einer Geschichte der kommunikativen Kultur. Festschrift für Rudolf Schenda zum 65. Geburtstag, Berne, Peter Lang, 1995, p. 219-230.

54 Hans Medick, « Buchkultur auf dem Lande : Laichingen 1748-1820. Ein Beitrag zur Geschichte der protestantischen Volksfrömmigkeit in Altwürttemberg », in : H. E. Bödeker et al. (dir.), Le livre religieux..., op. cit. (note 52), p. 156-179 ; id., Weben und Überleben in Laichingen . 1650-1900. Lokalgeschichte als Allgemeine Geschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1996, p. 447-560.

55 Philippe Martin, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003, en particulier le chapitre sur les « appropriations », p. 523-564.Voir aussi sa contribution dans ce volume

56 Voir en particulier les réflexions de Christophe Duhamelle, « Les espaces du catholicisme dans le Saint-Empire à l’époque moderne », in : id. (dir.), Les espaces du Saint-Empire à l’époque moderne, numéro thématique de la revue Histoire, économie et société, 23-1,2004, p. 55-68.

57 À côté des ouvrages anciens de Paul Althaus ou de Hans Leube, on mentionnera notamment les travaux d’Elke Axmacher (Martin Moller, Johann Arndt), de Martin Brecht (Philipp Nicolai), de Johann Anselm Steiger (Johann Gerhardt), de Johannes Wallmann (Philipp Jakob Spener).Témoins également de cet intérêt de la part des Kirchenhistoriker, par exemple : Johannes Wallmann, Theologie und Frömmigkeit im Zeitalter des Barock, Tübingen, Mohr, 1995 ; id., « Zwischen Herzensgebet und Gebetbuch. Zur protestantischen deutschen Gebetsliteratur im 17. Jahrhundert », in : Cornelia Niekus Moore et Ferdinand Van NiekusIngen (dir.), Gebetsliteratur der Frühen Neuzeit als Hausfrömmigkeit. Funktionen und Formen in Deutschland und in den Niederlanden, Wiesbaden, Harrassowitz, 2001, p. 13-46 ; Udo Sträter, Sonthom, Bayly, Dyke und Hall. Studien zur Rezeption der englischen Erbauungsliteratur in Deutschland im 17. Jahrhundert, Tübingen, Mohr, 1987.

58 Pour ne citer que les ouvrages les plus récents, Hartmut Lehmann et Anne Charlott Trepp (dir.), Im Zeichen der Krise. Religiosität im Europa des 17.Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, ou encore Wolfgang Behringer, Hartmut Lehmann et Christian Pfister (dir.), Kulturelle Konsequenzen der « Kleinen Eiszeit »/ Cultural Consequences of the « Little Ice Age », Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005.

59 Thomas Kaufmann, Konfession und Kultur. Lutherischer Protestantismus in der zweiten Hälfte des Reformationsjahrhunderts, Tübingen, Mohr, 2006. Voir aussi la contribution de Philippe Büttgen sur la notion de « culture confessionnelle » dans ce volume.

60 Kaspar von Greyerz, Religion und Kultur. Europa 1500-1800, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000 (traduction française : Paris, Cerf, 2006).Voir aussi la contribution de Christian Grosse dans ce volume.

61 Ulrike Gleixner, Pietismus und Bürgertum. Eine historische Anthropologie der Frömmigkeit, Württemberg 17.-19. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Bürgertum, Neue Folge 2), 2005.

62 Lucian Hölscher, Geschichte der protestantischen Frömmigkeit in Deutschland, Munich, Beck, 2005. Voir aussi Patrice Veit, « Das Gesangbuch als Quelle lutherischer Frömmigkeit », Archiv für Reformationsgeschichte, 79,1988, p. 206-229.

63 Voir C. Niekus Moore, F. Van Ingen (dir.), Gebetsliteratur..., op. cit. (note 57) ; Patrice Veit, « La dévotion domestique luthérienne : instructions, images et pratiques », in : Louis Châtellier et Philippe Martin (dir.), La prière dans le christianisme moderne, numéro thématique de la Revue de l’histoire des religions, 217-3, 2000, p. 593-606.

64 Marie-Élizabeth Ducreux, Hymnologia bohemica, 1588-1764. Cantionnaires tchèques de la Contre-Réforme, thèse de l’université de Paris-III, 1982 ; id., « L’hymnologie catholique tchèque de la Contre-Réforme », Jahrbuch für Liturgik und Hymnologie, 29, 1985, p. 169-178.

65 Johann Leisentritts Gesangbuch von 1567, édité par Walther Lipphardt (fac-similé de l’édition de Bautzen, 1567), Cassel, Bärenreiter, 1966 ;Johann Leisentrits Gesangbuch von 1567, édité par Walther Lipphardt, Leipzig, St. Benno-Verlag, 1963.

66 Gérald Chaix, De la cité chrétienne à la métropole catholique. Vie religieuse et conscience civique à Cologne au xvie siècle, 3 volumes, thèse de doctorat d’État, université des sciences humaines de Strasbourg, 1994, en particulier vol. 2, p. 742-785 (« Révolution ou conservatisme typographique ? »).

67 Theo van Oorschot a en particulier publié l’édition critique des œuvres de Friedrich Spee. : Friedrich Spee, Sämtliche Schriften. Historisch-kritische Ausgabe, 4 volumes, Tübingen-Berne, Francke, 1968-2005 ; le premier volume est consacré au Trutz-Nachtigal (1985) et le quatrième aux Ausserlesene, Catholische, Geistliche Gesang (2005). De Bernhard Schneider, voir notamment : « Die Lieder Friedrich Spees in der Gesangbuchtradition der mittelrheinischen Diözesen », Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 45, 1993, p. 259-317 ; et « Die Wirkungsgeschichte der Lieder Friedrich Spees in katholischen Gesangbüchern vom Barock bis zur Gegenwart », in : Gunther Franz (dir), Friedrich Spee zum 400. Geburtstag. Kolloquium der Friedrich-Spee-Gesellschaft Trier, Paderborn, Bonifatius, 1995, p. 265-348. Sur le cantique catholique à l’époque moderne, voir plus généralement : Michael Härtling, « Das deutsche Lied der Gegenreformation », in : K. G. Feilerer, Geschichte der katholischen Kirchenmusik, op. cit. (note 8), vol. 2, p. 59-63 ; id., « Das deutsche Kirchenlied der Barockzeit », ibid., p. 108-118.

68 La Friedrich-Spee-Gesellschaft édite en particulier depuis 1994 le Spee-Jahrbuch, revue annuelle dans laquelle se trouvent de nombreux articles concernant les cantiques de Spee et plus généralement les recueils de cantiques catholiques.

69 Amédée Gastoué, Le cantique populaire en France, ses sources, son histoire, Lyon, Janin Frères, 1926.

70 J. Quéniart (dir.), Le chant..., op. cit. (note 5).Voir id., « Contenus et pratiques du livre de cantiques dans la France catholique », in : H. E. Bödeker et al. (dir.), Le livre religieux..., op. cit. (note 52), p. 252-268 ; id., « Les représentations de Dieu dans les cantiques des xviie et xviiie siècles », Daphnis : Zeitschrift für Mittlere Deutsche Literatur, 8-3, 4, 1979, p. 51-67. Voir également, à propos de l’espace lorrain, Philippe Martin, « Le cantique catholique en Lorraine (vers 1750-vers 1850) », in : Yves Ferraton (dir.), Symphonies lorraines. Compositeurs, exécutants, destinataires, Paris, Klincksieck, 1998, p. 337-359 et id. « Les Kyriolés : entre vie religieuse et folklore », in : Yves Ferraton (dir.), Itinéraires musicaux en Lorraine. Sources, événements, compositeurs, Langres, Dominique Guéniot, 2002, p. 195-215.

71 Voir notamment Philippe Martin, « Les chants de procession en Lorraine (xviiie siècles) », in :J. Quéniart (dir.), Le chant..., op. cit. (note 5), p. 183-197.

72 Voir Jean-Yves Hameline, « Le cantique sur vaudeville à l’époque de Montfort et de Pellegrin », Ethnologie française, 11, 1981, p. 251-256 ; Jean Quéniart, « Le cantique entre pastorale et esthétique. L’évolution des rapports entre religion et culture dans la France catholique xviie-xviiie siècles », in : H. Schneider (dir.), Timbre und vaudeville..., op. cit. (note 49), p. 71-82, ainsi que les articles de Marlène Belly sur les cantiques de Grignion de Montfort mentionnés note 49.

73 Emblématique de ces travaux, l’ouvrage désormais classique de Hans Heinrich Eggebrecht, Heinrich Schütz. Musicus poeticus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1959. Voir aussi, plus généralement, Werner Braun, Die Musik des 17. Jahrhunderts, Laaber, Laaber (Neues Handbuch der Musikwissenschaft, 4), 1981.

74 Concernant les cantors, on se reportera à Dieter Krickeberg, Das protestantische Kantorat im 17. Jahrhundert. Studien zum Amt des deutschen Kantors, Berlin, Merseburger, 1965 (étude centrée essentiellement sur le cantorat à Freiberg en Saxe) et surtout à Joachim Kremer, Das nordeutsche Kantorat im 18.Jahrhundert. Untersuchungen am Beispiel Hamburgs, Cassel, Bärenreiter, 1995. Pendant à l’étude de Kremer sur les cantors dans l’Allemagne du Nord, celle d’Arnfried Edler sur les organistes : Der nordelbische Organist. Studien zu Sozialstatus, Funktion und kompositorischer Produktion eines Musikkerberufes von der Reformation bis zum 20. Jahrhundert, Cassel, Bärenreiter, 1982.

75 Voir par exemple, Klaus Wolfgang Niemöller, Untersuchungen zu Musikpflege und Musikunterricht an den deustchen Lateinschulen vom ausgehenden Mittelalter bis um 1600, Ratisbonne, Gustav Bosse Verlag, 1969, ou Heinz Bremer, Musikunterricht und Musikpflege an den niederrheinischen Lateinschulen im Späthumanismus (1570-1700), Cologne, Volk, 1976.

76 Par exemple, Bernhard Knick, St. Thomas zu Leipzig. Schule und Chor. Stätte des Wirkens von Johann Sebastian Bach, Wiesbaden, Breitkopf & Härtel, 1963.

77 Caractéristique d’une approche socioculturelle : Jean-Luc Le Cam, « Les chorales liturgiques scolaires en Allemagne luthérienne entre tradition et Réforme (xvie-xviiie siècles) », in : Bernard Dompnier (dir.), Maîtrises et chapelles aux xviie et xviiie siècles. Des institutions musicales au service de Dieu, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2003, p. 541-563. Voir aussi la contribution de Stefan Ehrenpreis dans ce volume.

78 Ulrich Siegele (dir.), Oberschwäbische Klostermusik im europäischen Kontext. Alexander Sumski zum 70. Geburstag, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2004. Par ailleurs, l’étude des fonds musicaux de l’abbaye des prémontrés de Rot-an-der-Rot et de l’abbaye bénédictine d’Isny témoigne de la richesse de la vie musicale des abbayes de l’Allemagne du Sud : Georg Günther, Musikalien des 18. Jahrhunderts aus den Klöstern Rot an der Rot und Isny. Katalog, Stuttgart, Metzler, 1997.

79 La bibliographie concernant Jean-Sébastien Bach est colossale : un relevé établi pour les années 1953-1980 mentionne déjà plus de 4500 titres. Hans-Joachim Hinrichsen livre une synthèse remarquable sur les différentes tendances de la recherche sur Bach dans la deuxième moitié du xxe siècle : « Universalität und Zersplitterung. Wege der Bachforschung 1945-2005 », in : Michael Heinemann et Hans-Joachim Hinrichsen (dir.),Johann Sebastian Bach und die Gegenwart. Beiträge zur Bach-Rezeption 1945-2005, Cologne, Dohr, 2007, p. 117-164. Voir aussi pour différentes publications récentes parues à l’occasion de « l’année Bach » 2000 : Patrice Veit, « L’année Bach en Allemagne : un aperçu historiographique », Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, 37, 2001, p. 189-203.

80 L’Internationale Arbeitsgemeinschaft für Theologische Bachforschung fut fondée en 1976 par Walter Blankenburg. Présidée à la mort de ce dernier par Renate Steiger, elle fut dissoute en 2001. Voir Renate Steiger (dir.), Theologische Bachforschung heute. Dokumentation und Bibliographie der Internationalen Arbeitsgemeinschaft für theologische Bachforschung 1976-1996, Glienicke/Berlin, Galda & Wilch, 1998. Voir, pour un bilan sur les différentes orientations, H.-J. Hinrichsen, « Universalität und Zersplitterung... », art. cit. (note 79), p. 143-154.

81 Elke Axmacher, « Aus Liebe will mein Heiland sterben ». Untersuchungen zum Wandel des Passionsverständnisses im frühen 18. Jahrhudert, Neuhausen-Stuttgart, Hänssler, 1984 (2e édition Stuttgart, Carus, 2005). Martin Petzold (dir.), Bach als Ausleger der Bibel, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985 ; id., Bach-Kommentar. Theologisch-musikwissenschaftliches Kommentierung der geistlichen Vokalwerke Johann Sebastian Bachs, vol. 1, Die geistlichen Kantaten des 1. bis 27.Trinitatis-Sonntages, Stuttgart, Internationale Bachakademie et Cassel, Bärenreiter, 2004 (premier volume d’une série de trois). Si ces travaux sont surtout le fait de théologiens et musicologues allemands et américains (Robin A. Leaver, Don O. Franklin), on signalera toutefois pour la France les travaux originaux, proches de ces orientations, de Philippe Charru et Christoph Theobald : La pensée musicale de Jean-Sébastien Bach. Les chorals du catéchisme luthérien dans la « Clavierübung III », Paris, Cerf, 1993 ; id., L’esprit créateur dans la pensée musicale de Jean-Sébastien Bach – Les chorals pour orgue de l’Autographe de Leipzig, Liège, Mardaga, 2002.

82 Paul Huot-Pleuroux, Histoire de la musique religieuse des origines à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1957. Voir aussi Jacques Porte (dir.), Encyclopédie des musiques sacrées, t. II, Traditions chrétiennes des premiers siècles aux cultes révolutionnaires, Paris, Labergerie, 1969, et, plus récemment, Edmond Lemaître (dir.), Guide de la musique sacrée et chorale profane. L’âge baroque 1600-1750, Paris, Fayard, 1992.

83 Édith Weber, La musique protestante de langue française, Paris, Honoré Champion, 1979 ; id., La musique protestante en langue allemande, Paris, Honoré Champion, 1980 ; id., Le concile de Trente et la musique. De la Réforme à la Contre-Réforme, Paris, Honoré Champion, 1982.

84 Voir en particulier les ouvrages de référence de Norbert Dufourcq, Le livre de l’orgue français 1589-1789, 6 volumes, Paris, Picard, 1969-1982 ; également, id., La musique d’orgue française de Jehan Titelouze à Jehan Alain,2e édition, Paris, Floury, 1949.

85 Denise Launay, La musique religieuse en France du concile de Trente à 1804, Paris, Klincksieck, 1993.

86 À côté des nombreux articles publiés dans la revue Maison-Dieu, on citera, exemplaire de la démarche de Jean-Yves Hameline : Une poétique du rituel, Paris, Cerf, 1997.

87 Monique Brulin, Le verbe et la voix. La manifestation vocale dans le culte en France au xviie siècle, Paris, Beauchesne, 1998.

88 Cécile Davy-Rigaux, Guillaume-Gabriel Nivers : un art du chant grégorien sous le règne de Louis XIV, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 2004.

89 Xavier Bisaro, Une nation de fidèles. L’Église et la liturgie parisienne au xviiie siècle, Turnhout, Brepols, 2006.

90 Jean Duron (dir.), Plain-chant et liturgie en France au xviie siècle, Paris, Centre de musique baroque de Versailles – Klincksieck, 1997.

91 Alexis Meunier, Les saluts du saint sacrement. Liturgie et musique en France (1600-1774), thèse de l’École nationale des chartes, 2004.

92 Sébastien Gaudelus, Les offices de Ténèbres en France, 1650-1790, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 2005. Voir également Thierry Favier, « Les Leçons de Ténèbres mises en musique au tournant des xviie et xviiie siècles : les enjeux d’une querelle théologique », in : L. Châtellier et P. Martin (dir.), La prière..., op. cit. (note 63), p. 415-427.

93 Voir aussi Jean Mongrédien et Yves Ferraton (dir.), Le grand motet français (1663-1792), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1986.

94 Thierry Favier, « Aux origines du concert spirituel : pratiques musicales et formes d’appropriation de la musique dans les églises parisiennes de 1685 à 1725 », in : Hans Erich Bödeker, Patrice Veit et Michael Werner (dir.), Organisateurs et formes d'organisation du concert en Europe 1700-1920. Institutionnalisation et pratiques, Berlin, Berliner Wisenschafts-Verlag, 2008, p. 297-319.

95 B. Dompnier (dir.), Maîtrises et chapelles..., op. cit. (note 77). Cet ouvrage, actes d’un colloque qui s’est déroulé au Puy-en-Velay en 2001, marque le point de départ d’une série de rencontres scientifiques consacrées aux questions liturgiques abordées à travers une approche historique et musicologique, parmi lesquelles « La célébration de Noël du xviie au xixe siècle. Liturgie et traditions » (janvier 2004) ou « Les cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque » (octobre 2005).

96 Bernard Roussel, « “Faire la Cène” dans les Églises réformées du royaume de France au xvie siècle. Oubli et remémoration des rites, histoire d’une répugnance », Archives de sciences sociales des religions, 85, 1994, p. 99-119 ; Maria-Cristina Pitassi (dir.), Édifier ou instruire ? Les avatars de la liturgie reformée du xvie au xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2000 ; Christian Grosse, Les rituels de la cène. Le culte eucharistique réformé à Genève ( xvie-xviie siècles), Genève, Droz (Travaux d’humanisme et Renaissance, 168), 2008. Dans cette perspective anthropologique appliquée à l’étude des rituels, voir également Christian Grosse, Françoise Chevalier, Raymond A. Mentzer et Bernard Roussel, « Anthropologie historique : les rituels réformés (xvie-xviie siècles) », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 148, 2002 (« 1852-2002 : numéro spécial du cent-cinquantenaire de la SHPF »), p. 979-1009.

97 Ainsi le programme de recherches « Liturgie et société en France aux xviie et xviiie siècles : pour une lecture historique et musicologique des rites liturgiques » ayant donné lieu à une série de séminaires entre 2003 et 2005 qui ont mis l’accent sur les dimensions normatives, religieuses et liturgiques de la liturgie à l’époque moderne et dont les résultats sont à paraître sous la Forme d’un ouvrage collectif : Cécile Davy-Rigaux, Bernard Dompnier et Daniel-Odon Hurel (dir.), Les cérémoniaux catholiques en France du xviie au xixe siècle. Une littérature de codification des rites liturgiques, Turnhout, Brepols, 2009. Ce livre est en même temps le premier volume d’une nouvelle collection, « Liturgie et société dans l’Europe moderne », témoignage supplémentaire de ce nouvel intérêt. Je remercie Bernard Dompnier et Daniel-Odon Hurel de m’avoir communiqué ces informations.

98 À la différence des historiens modernistes, les médiévistes portent depuis longtemps déjà une attention à la liturgie. Voir par exemple, en France, les travaux de Jean-Claude Schmidt, Eric Palazzo ou Dominique Iogna-Prat, et en Allemagne, ceux de Klaus Schreiner, Gabriela Signori, Bernhard Jussen ou Patrizia Carmassi.

99 Renate Dürr, « Private Ohrenbeichte im öffentlichen Kirchenraum », in : Susanne Rau et Gerd Schwerhoff (dir.), Zwischen Gotteshaus und Taverne. Öffentliche Räume in Spätmitteltalter und Früher Neuzeit, Cologne, etc., Böhlau, 2004 (Norm und Struktur, 21), p. 383-411 ; id., Politische Kultur in der Frühen Neuzeit. Kirchenräume in Hildesheimer Stadt- und Landgemeinden 1550-1750, Gütersloh, Gütersloher Verlag, 2006.

100 Voir Linda Maria Koldau, « Von der Ausbildung zur Bildung : Erziehung zur Ehefrau und Hausmutter in der Frühen Neuzeit », in : Elke Kleinau et Claudia Opitz (dir.), Geschichte der Mädchen- und Frauenbildung in Deutschland (12.-20. Jahrhundert), vol. 1, Vom Mittelalter bis zur Aufklärung, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1996, p. 189-206 ; Patrice Veit, « Les nouvelles Sara, Marthe et Marie. La femme et sa religion à travers les Leichenpredigten protestants », in : Jean Delumeau (dir.), La religion de ma mère. Les femmes et la transmission de la foi, Paris, Cerf, 1992, p. 193-208.

101 H. Medick, Weben und Überleben..., op. cit. (note 54), p. 480-498.

102 Linda Maria Koldau, Frauen – Musik – Kultur. Hin Handbuch zum deutschen Sprachgebiet der Frühen Neuzeit, Cologne, etc., Böhlau, 2005, p. 583-964 (« Musik in Frauenklöstern und religiösen Frauengemeinschaften »). Concernant le chant et le rôle qu’y jouent les femmes, on se reportera au chapitre « Frauen und das einstimmige Lied », p. 376-504.

103 Hartmut Lehmann, « Der politische Widerstand gegen die Einführung des neuen Gesang buchs von 1791 in Württemberg. Ein Beitag zum Verhältnis von Kirchen- und Sozialgeschichte », Blätter für Württembergische Kirchengeschichte, 66/67, 1966-1967, p. 247-263 ; Catherine Maurer, « Contribution à une anthropologie du protestant allemand : manifestations ct enjeux de la “querelle du livre de cantiques” (1767-1811) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 37, 1990, p. 642-656. Voir aussi récemment Barbara Stroeve, Gesungene Aufklärung. Untersuchungen zu nordwestdeutschen Gesangbuchreformen im späten 18. Jahrhundert, thèse, Carl von Ossietzky Universität Oldenbourg, 2005.

104 Christophe Duhamelle, « Konfessionelle Identität als Streitprozess : Der Gesangbuchstreit in Wendehausen (Eichsfeld), 1792-1800 », Historische Anthropologie, 11-3, 2003, p. 397-414. Les entreprises de révision des recueils de cantiques, comme en Allemagne à l’époque de l’Aufklärung, constituent chaque fois des moments délicats, sources fréquentes de polémiques, voire de conflits et d’affrontements, qui interrogent en outre le rapport à la tradition et à l’histoire. C’est également le cas dès la fin du xviie siècle pour le psautier des Églises réformées francophones avec la révision de Conrart et de La Bastide, comme le montre notamment Christian Grosse, « La Réforme face à ses traditions..., op. cit. (note 32).

Auteur

[1951] est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, où il est entré en 1982, rattaché depuis 2001 au Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (CRIA), École des hautes études en sciences sociales, Paris, après avoir dirigé la Mission historique française en Allemagne, Göttingen, de 1992 à 1999. Après avoir co-dirigé le projet « Le concert et ses publics en Europe, 1700-1920 », il est actuellement responsable, avec Thomas Kaufmann, du projet franco-allemand ANR-DFG : « Les usages religieux du livre à l’époque moderne. Une comparaison transculturelle et interconfessionnelle (France-Empire) ». Ses travaux portent en particulier sur le chant et les pratiques religieuses dans l’Allemagne luthérienne à l’époque moderne ainsi que sur les pratiques culturelles de la musique. Parmi ses publications : Contributions sur la musique et le chant religieux dans Jean-Marie Mayeur et al. (dir.), Histoire du christianisme, vol. 8 (p. 1163-1183) et 9 (p. 1066-1088), Paris, 1992 et 1997 ; « Bach à Berlin en 1829 : une “redécouverte” ? », in : Annales. Histoire, sciences sociales, 62-6, 2007, p. 1347-1386 ; Espaces et lieux de concert en Europe 1700-1920. Architecture, musique, société (dir., avec Hans Erich Bödeker et Michael Werner), Berlin, 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search