Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

B. Lieux, réseaux et instances du vrai

Théologie, université, société

Quelques remarques sur le premier protestantisme du point de vue de l’histoire de l’Église

Thomas Kaufmann
Traduction de Philippe Büttgen

Texte intégral

  • 1 La présente contribution ne prétend en rien épuiser le sujet proposé. Les références bibliographiq (...)
  • 2 Peter Moraw, « Der Lebensweg der Studenten », in : Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität (...)

1L’histoire des universités allemandes des xvie-xviie siècles s’est au cours des trois dernières décennies défaite de ses liens traditionnels avec l’histoire des idées et des institutions pour se rapprocher du contexte général de la discussion historiographique, aussi bien dans son point de départ que dans ses méthodes1. Sans doute peut-on dire que les directions nouvelles empruntées par la recherche reflètent les bouleversements que son objet même, l’université, a connus depuis la date mythique de 1968. Ce n’est plus le conflit des « voies » (antiqui contre moderni), non plus que les contributions singulières de quelques héros de l’esprit ou encore la régulation juridique de la vie académique qui occupent désormais le devant de la scène, mais bien les fonctions sociales de l’université : recrutement des élites académiques, stratégies politiques présidant, dans les villes et surtout dans les États territoriaux de l’Empire, à la fondation et à la gestion des universités, contribution à la « disciplination » sociale, fonction de la formation académique dans la constitution des élites bourgeoises et de leur ethos spécifique, importance, enfin, des universités dans les parcours de mobilité sociale2.

  • 3 Pour un point de départ, voir Markus Matthias, « Orthodoxie I. Lutherische Orthodoxie », in : G. K (...)
  • 4 Sur la discussion récente sur la méthodologie de l’histoire de l’Église comme discipline théologiq (...)
  • 5 Ernst-Lüder Solte, « Fakultäten II. Rechtlich », in : H. D. Betz et al. (dir.), Religion in Geschi (...)
  • 6 Axel Freiherr von Campenhausen, Staatskirchenrecht : ein Studienbuch, 3e édition, Munich, Beck, 19 (...)
  • 7 Voir Jan Rohls, Protestantische Theologie der Neuzeit, vol. 1, Die Voraussetzungen und das 19. Jah (...)
  • 8 Voir les travaux de Christian Peters, notamment Apologia Confessionis Augustanae. Untersuchungen z (...)
  • 9 Voir Markus Matthias, Theologie und Konfession. Der Beitrag des Ägidius Humus (1550-1603) zur Ents (...)
  • 10 Voir Markus Friedrich, Die Grenzen der Vernunft. 'Theologie, Philosophie und gelehrte Konflikte am (...)
  • 11 Sur la confessionnalisation, voir dernièrement mon article : Thomas Kaufmann, « Konfessionalisieru (...)

2Ce changement de paradigme et cette évolution vers une histoire sociale des universités ont été très peu pris en compte, ou seulement à la marge, par les travaux sur les théologies universitaires de l’époque moderne, qui conservent leur ancrage institutionnel dans les facultés de théologie3. Les raisons de cette hésitation sont à chercher dans la tradition d’une discipline, l’histoire de l’Église, qui demeure très imprégnée d’histoire des idées4, ainsi que dans la mentalité dominante des facultés de théologie protestante5 et dans les cadres culturels et juridiques de la société allemande6. Il faut en outre tenir compte d’un certain nombre de données fondamentales de la théologie protestante de l’époque moderne elle-même7. Le fait est que la majorité des théologiens allemands, tout comme les élites dirigeantes des Églises protestantes, restent comme autrefois convaincus de la capacité d’entraînement de la théologie aussi bien à l’intérieur de l’Église, dans sa vie propre, qu’à l’extérieur, dans son intervention dans le débat public. L’Écriture et les confessions de foi demeurent des fondements normatifs inaliénables, dont l’influence s’étend par affinité jusque dans la recherche en histoire de la théologie8. C’est sans doute la raison pour laquelle la recherche sur le protestantisme de l’époque moderne continue de largement reposer sur des monographies relatives à des théologiens particuliers9, à des œuvres significatives, à des questions de théologie ou à des nœuds singuliers de controverse10. La vaste discussion ouverte dans plusieurs disciplines sur la notion de confessionnalisation a contribué à déplacer le centre de l’attention de Luther et des débuts de la Réforme vers le second xvie siècle et ce que l’on désigne sous le nom d’« orthodoxie » protestante, en réduisant d’autant la participation des spécialistes de théologie dogmatique, traditionnellement très présents dans ce champ de recherche11.

  • 12 Sur ce concept de « révolution pré-bourgeoise », voir Max Steinmetz, « Die frühbürgerliche Revolut (...)
  • 13 Sur ce dernier point, voir Thomas A. Brady, The Protestant Reformation in German History, Washingt (...)

3Cette tendance historiographique est apparue de façon relativement rapide après la chute du Mur de Berlin, et la crise actuelle de l’historiographie de la Réforme peut être interprétée comme une conséquence immédiate de la réunification allemande. De fait, avec la fin de la République démocratique allemande, c’est aussi l’interprétation marxiste de la Réforme comme « révolution pré-bourgeoise » qui devenait caduque12. Les rivalités interallemandes relatives à l’héritage réformateur avaient jusque-là contribué à perpétuer l’ancienne domination historiographique de l’époque de la Réforme, ainsi que son enracinement dans les traditions national-protestantes13. Avec la fin des deux États allemands, c’est aussi le fondement de cette domination qui soudain se dérobait.

  • 14 Voir Thomas Kaufmann, Universität und lutherische Konfessionalisierung. Die Rostocker Theologiepro (...)

4Depuis lors, à l’Est comme à l’Ouest, le paradigme de la confessionnalisation apparaît un peu comme le phénix né des cendres de l’ancienne historiographie de la Réforme. Il est difficile d’évaluer à l’heure actuelle les conséquences de cette évolution pour l’histoire de l’Église comprise comme une sous-discipline dont la reconnaissance, à l’intérieur de la théologie, passait jusqu’ici par les identités construites en référence à la période de la Réforme ou à la période patristique. S’il faut chercher dans la chose même, c’est-à-dire dans l’histoire du protestantisme de l’époque moderne, la légitimité d’une recherche assumant encore l’orientation d’une histoire de la théologie, c’est sans doute dans la dynamique sociale, ecclésiale et politique exercée en propre par la théologie universitaire dans le sillage de la Réforme qu’on pourra la trouver14.

5Le développement qui suit propose un triple éclairage sur les rapports entre théologie académique et société dans le protestantisme de l’époque moderne. Le premier éclairage portera, dans une perspective assumée d’histoire institutionnelle, sur la situation et la fonction des universités dans les États territoriaux de l’Empire à l’époque de la Réforme et de la confessionnalisation (I). On soulèvera ensuite un certain nombre de questions d’histoire sociale et d’histoire des mentalités relatives au rôle des universités dans la formation des élites d’Église (II), avant d’examiner quelques aspects d’une recherche d’histoire culturelle sur la relation entre la théologie protestante et la société de ce temps (III). Le tout conduira à une brève esquisse des recherches qui restent à mener sur le sujet (IV).

I

  • 15 « Ici à Wittenberg nous sommes dans un trou |...| ; Les Wittenbergeois sont à l’extrémité de la ci (...)
  • 16 Heinz Scheible, « Gründung und Ausbau der Universität Wittenberg », in : Peter Baumgart et Notker (...)
  • 17 J'ai tenté de le résumer dans une formule : « Pas de Réforme sans université », voir T. Kaufmann, (...)
  • 18 On consultera toujours avec profit Franz Eulenburg, Die Frequenz der deutschen Universitäten von i (...)

6Le « lieu saint » institutionnel de la vérité religieuse pour le luthéranisme allemand se trouve comme on sait aux confins de la civilisation15 : Wittenberg16. Le fait que la Réforme ait pris son point de départ dans l’université alors toute jeune (1502) de la Saxe électorale est d’une importance centrale et durable aussi bien pour sa percée que pour sa consolidation ultérieure ; ce constat peut faire l’unanimité17. Le point décisif, bien que peu souvent noté, pour le cours de la Réforme est que Wittenberg se trouvait prise dans une situation de concurrence intégrale : concurrence pour l’acquisition d’étudiants avec Leipzig et Erfurt, concurrence de réputation académique avec les universités d’lngolstadt et de Tübingen, dont une génération à peine la séparait. Dans l’histoire des universités, Wittenberg offre sans doute le premier cas de stratégie de réussite accélérée d’un tout jeune établissement académique. La Réforme et ses représentants, dont on notera l’âge remarquablement peu élevé, ont légitimé l’ascension sans équivalent de cette université qui devint l’établissement d’enseignement supérieur le plus fréquenté de l’Empire et s’imposa comme le lieu de formation et de recrutement de l’élite académique naissante du protestantisme européen18. Alors que d’autres universités devaient à la suite de la Réforme affronter un recul massif, voire un effondrement de leur fréquentation, Wittenberg put dès 1520 atteindre les chiffres d’immatriculation les plus élevés, ou presque, de tous les établissements d’enseignement supérieur de l’Empire.

  • 19 Voir H. Kathe, Die Wittenberger Philosophische Fakultät..., op. cit. (note 16), ainsi que les trav (...)
  • 20 Sur l’élaboration des cursus à Wittenberg, qui devait rayonner sur l’ensemble du domaine protestan (...)
  • 21 Sur la méthode des loci communes en dogmatique, voir Thomas Kaufmann, « Martin Chemnitz (1522-1586 (...)
  • 22 Sur Luther et Aristote, voir Theodor Dieter, Der junge Luther und Aristoteles. Eine historisch-sys (...)
  • 23 Sur les divisions de ce qu’Augustijn appelle l’« humanisme biblique » au cours des années 1520, vo (...)
  • 24 Thomas Kaufmann, « Filzhut versus Barett. „Doctrina“ in der sog. radikalen Reformation der 1520 Ja (...)
  • 25 Heinz Scheible, Melanchthon. Eine Biographie, Munich, Beck, 1997, p. 34 sq. ; id., « Melanchthons (...)

7Davantage même que l’importance quantitative de Wittenberg au xvie siècle, on retiendra toutefois l’aspect qualitatif. De fait, c’est à Wittenberg que furent testées et développées plusieurs innovations fondamentales pour l’enseignement des arts et de la théologie. Celles-ci jouèrent un rôle essentiel aussi bien dans la mise en place des cursus académiques de théologie que dans la généralisation de l’obligation imposée aux futurs prêtres de disposer d’une culture lettrée et d’avoir étudié quelque temps à l’université19. Nulle part avant Wittenberg on n’assiste à l’instauration d’un cursus de grec et d’hébreu. C’est là que, pour la première fois, l’enseignement de la théologie fut systématiquement orienté vers l’interprétation de la Bible et qu’on abandonna les compendia théologiques médiévaux et l’enseignement du droit canon20. C’est là que, pour la première fois, la dogmatique fut traitée selon la méthode humaniste des loci communes21 et que le cursus de la faculté de théologie s’ouvrit à ceux qui n’avaient pas été préalablement formés à la faculté des arts. C’est là que l’aristotélisme connut la crise qui le renversa22. Il est vrai que pour un certain nombre de savants humanistes, la nouvelle domination du « luthéranisme » put apparaître avant tout comme un signe de la décadence des bonnes lettres23. De fait, le rejet dont la Réforme de Wittenberg fit l’objet de la part des universités les plus établies de l’Empire révèle une rupture profonde avec les conventions savantes les plus ancrées de la culture universitaire occidentale, et cette rupture constituait à coup sûr une forme de barbarie aux yeux des représentants de l’ordre ancien. Les assauts provocateurs menés par les étudiants de Wittenberg et par les Réformateurs radicaux contre les symboles de l’ancien régime académique24 suscitèrent même, à partir des années 1520, un certain nombre de réactions de recadrage de la part des professeurs en place, qui durent veiller à ce que le malaise ressenti envers l’ancien système d’enseignement ne dérive pas vers une remise en question de toute culture savante25. Plus qu’aucune autre avant elle, la nouvelle théologie des Réformateurs nécessitait des garanties de savoir.

  • 26 Karl Hartfelder, Philipp Melanchthon als Praeceptor Germaniae, Berlin, Hoffmann (Monumenta Germani (...)
  • 27 Barbara Bauer, Melanchthon und die Marburger Professoren (1527-1627), 2 volumes, Marbourg, Univers (...)
  • 28 Thomas Kaufmann, « Theologische Auseinandersetzungen an der Universität Königsberg im 16. und 17. (...)
  • 29 T. Kaufmann, « Die Anfänge der Theologischen Fakultät Jena... », art. cit. (note 14) ; J. Bauer et (...)

8L’université de Wittenberg profita des suites de l’agitation réformatrice et anti-ecclésiale menée par ses professeurs les plus célèbres, Luther et Melanchthon. Son développement, dans les années 1520, en termes de personnel comme de logistique, créa des conditions favorables à l’extension du processus de réorganisation universitaire26. Melanchthon participa à la fondation des universités nouvelles de Marbourg27 et plus tard de Königsberg28 et d’Iéna29, de la même façon qu’il fut impliqué dans la réforme de l’organisation et des cursus d’universités plus anciennes situées dans des territoires désormais protestants (Rostock, Greifswald, Francfort-sur-l’Oder, Tübingen et Heidelberg), soit directement connue conseiller, soit comme intermédiaire influent et acteur clé de la politique de nominations, au centre, à travers ses élèves, de tout un réseau de communication.

  • 30 Luise Schorn-Schütte, « Die Geistlichen vor der Revolution. Zur Sozialgeschichte der evangelischen (...)
  • 31 Pour les détails, voir T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 251 sq.

9D’une façon générale, on peut estimer que le processus de territorialisation des universités de l’Empire enclenché à la fin du Moyen Age se trouva considérablement et durablement renforcé par la Réforme et la confessionnalisation. Les universités de l’Empire, qui à l’exception de Bâle, Cologne, Erfurt et d’une certaine manière Rostock, étaient toutes directement liées aux princes territoriaux, prirent en charge le recrutement et la formation des élites académiques que requérait, au temporel comme au spirituel, la nouvelle figure de l’État confessionnel30. Les règlements d’admission au pastorat imposaient désormais un séjour d’au moins quelques semestres dans l’université locale. Cette territorialisation de l’enseignement supérieur sous le signe de la confessionnalisation renforça le lien des élites académiques avec l’État et le pouvoir31. Les assez hauts pourcentages de pasteurs venus d’ailleurs pour se mettre au service de telle ou telle Église territoriale montrent du reste que la territorialisation n’alla pas nécessairement de pair avec une provincialisation des esprits, non plus qu’avec un processus de forte dissociation des États.

  • 32 A. Schindling, Bildung und Wissenschaft..., op. cit. (note 1), p. 3 ; id., « Katholische und Prote (...)

10La recherche récente a bien fait ressortir la transformation de l’espace exercée par des universités devenues centres de la vie intellectuelle, au travers de pratiques de communication de plus en plus denses32. Les paysages savants de la confessionnalisation ne se sont pas formés le long des frontières territoriales, mais à partir de voisinages dont la nature est confessionnelle avant d’être spatiale. Ce constat permet également de repousser le malentendu qui consisterait à interpréter la structure fondamentalement étatique et territoriale du système universitaire allemand à l’époque de la confessionnalisation comme une concaténation de système clos sur eux-mêmes. Au contraire, le critère de proximité confessionnelle pouvait inciter à choisir un lieu d’études relativement lointain : la mobilité s’en trouvait renforcée, de même que le capital d’expérience accumulé par les étudiants.

  • 33 Sur la Scandinavie et l’Europe de l’Est, voir Günter Frank et Martin Treu (dir.), Melanchthon und (...)
  • 34 Sur l’université de Wittenberg, en plus des travaux mentionnés note 18, voir sur la fonction d’exp (...)
  • 35 T. Kaufmann, Das Ende der Reformation..., op. cit. (note 10) ; Andreas Waschbüsch, Alter Melanchth (...)
  • 36 En plus des travaux mentionnés note 29, voir Joachim Bauer et Birgitt Hellmann (dir.), Verlust und (...)

11En un sens, la tension entre la forte territorialisation de l’Empire d’une part et l’ouverture ou du moins la nouvelle mesure confessionnelle de l’espace de l’autre — cette dernière étant appelée à devenir une caractéristique essentielle de la culture universitaire allemande et surtout protestante de l’époque moderne — s’enracine dans la position pour ainsi dire « excentrique » de Wittenberg, où étudiaient des jeunes gens venus de tous horizons, de l’Empire, de Scandinavie et surtout d’Europe de l’Est33. À ce rayonnement international et à l’aura mémorielle propre à ce berceau de la Réforme s’ajoutait fréquemment l’assimilation de l’université de Wittenberg à une Jérusalem de l’orthodoxie, d’où l’on attendait les paroles d’autorité aptes à régler toutes les divergences d’opinions théologiques34. Cette polarisation durable autour d’une Wittenberg considérée comme le point névralgique de l’université luthérienne se fit sentir pour la première fois au moment du conflit sur l’Intérim. Les exilés rassemblés autour de Matthias Flacius Illyricus à Magdebourg se considéraient comme les garants de l’héritage wittenbergeois : les traits brûlants qu’ils décochaient à longueur de libelles contre Melanchthon et ses disciples déchus étaient puisés dans le carquois doctrinal et méthodologique de la Schola Wittenbergensis35. Quant à la nouvelle université que la dynastie ernestine, profondément affaiblie après la guerre de Smalkalde, avait établie à Iéna, elle se comprenait aussi et agissait comme la gardienne de l’héritage luthérien, comme la meilleure, la vraie Wittenberg36.

  • 37 Pour une vue d’ensemble, voir Hans-Walter Krumwiede, « Kirchenregiment, Landes Landesherrliches», (...)

12L’enracinement local des universités luthériennes, allié aux structures des églises territoriales37, est pour beaucoup dans la violence qui caractérise les conflits théologiques. Un théologien qui avait connu des difficultés dans un territoire donné pouvait en règle générale, de façon étonnamment rapide, trouver à s’employer dans un autre territoire où il pouvait poursuivre la controverse, le plus souvent avec une rage décuplée. Le règlement des querelles n’en était rendu que plus difficile. Nombreux étaient en outre les conflits doctrinaux qui entraient en interférence avec les tensions politiques opposant telle ou telle ville au prince territorial ; ils pouvaient également se combiner aux tentatives d’auto-affirmation des états territoriaux contre les coups de force venus du sommet du pouvoir.

  • 38 T. Kaufmann, Das Ende der Reformation..., op. cit. (note 10) ; L. Schorn-Schütte (dir.), Das Inter (...)
  • 39 Gottfried Seebass, « Andreas Osiander d.Ä. und der Osiandrische Streit. Ein Stück preussischer lan (...)
  • 40 T. Kaufmann, Konfession und Kultur..., op. cit. (note 10), p. 178 sq.
  • 41 Silvia Serena Tschopp, « Konfessionelle Konflikte im Spiegel publizistischer Medien - der Augsburg (...)

13L’affrontement théologique a de la sorte constitué un ferment d’agitation sociale et politique, voire un vecteur essentiel d’accélération de la diffusion sociale de la théologie en langue vernaculaire, tout au moins dans les villes. Les sources publicistiques, les mobilisations spectaculaires auxquelles les controverses théologiques ont donné lieu y compris dans les masses (la chose a pu être prouvée dans le cas de l’Intérim38 et des querelles provoquées à Königsberg par la doctrine d’Osiandre sur la justification39, ainsi que dans les conflits autour de la « seconde Réformation » en Anhalt40 ou dans la querelle des calendriers à Ausgbourg41), tout incite à interpréter les conflits théologiques pour la « pure doctrine » comme l’un des modes par lesquels la théologie protestante a pu susciter des effets dans la société. Les acteurs les plus impliqués de ces controverses se recrutaient en règle générale parmi les théologiens universitaires, et notamment dans l’élite dirigeante des églises, les superintendants. On attend encore une analyse d’ensemble de la signification sociale des controverses luthériennes, que la recherche réduit le plus souvent à leurs contenus théologiques.

II

  • 42 Pour des données détaillées et une vue comparée sur différents territoires, voir T. Kaufmann, Univ (...)
  • 43 Sur le sujet encore mal connu des pratiques d’ordination dans l’aire d’influence de la Réforme de (...)

14La diffusion du savoir universitaire parmi les clercs protestants s’est opérée à des rythmes distincts d’un territoire à l’autre. À l’intérieur même d’un territoire donné, l’académisation du pastorat urbain et rural ne s’est pas produite uniformément42. Il reste qu’autour de 1580, la très grande majorité des pasteurs protestants semble bien être passée par l’université, au moins pour un court séjour. En règle générale, l’obtention d’un siège pastoral dépendait, non pas de la possession d’un diplôme académique, mais d’un examen d’entrée dans l’Église organisé à l’échelle de la superintendance, et le plus souvent précédé d’une nomination informelle par un patron43.

  • 44 T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 256 sq. ; M. Nieden, Die Erfindung des Theolog (...)
  • 45 Karl Hengst, Jesuiten an Universitäten und Jesuitenuniversitäten. Zur Geschichte der Universitäten (...)

15La source très étudiée que constituent les règlements relatifs aux études théologiques fait ressortir un certain nombre de normes de conduite pieuse, d’application à l’étude, de conformité doctrinale et d’ethos pastoral, combinaison idéale de pietas et d’eruditio44. On a peu remarqué en revanche qu’en termes de contenu ces règlements ne se distinguent de leurs équivalents jésuites que par l’absence de référence à un contexte institutionnel, tout occupés qu’ils sont à définir les normes d’autodiscipline régulant l’existence solitaire de jeunes savants issus des universités45. Il faut en outre noter l’absence de frontières nettes entre les types d’habitus pratique que cette littérature d’initiation définit pour le théologien professionnel et pour le chrétien ordinaire. À la fluidité des frontières entre facultés, caractéristique des époques antérieures à la « professionnalisation » des universités, et à l’ouverture des formations dispensées à toutes sortes de choix professionnels, correspond le besoin de construire des normes d’identité confessionnelle non seulement pour le pastorat, mais pour tous les chrétiens, et en particulier pour les élites universitaires.

  • 46 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), p. 313, avec l’objection de (...)
  • 47 Hans-Christoph Rublack, « Lutherische Predigt und gesellschaftliche Wirklichkeiten », in : id. (di (...)

16S’agissant de la première génération de théologiens après la Réforme, on aura garde en outre de ne pas sous-estimer le poids de l’autodidaxie en son sein. Contre l’opinion parfois exprimée que les pasteurs luthériens ne disposaient fréquemment d’aucune connaissance théologique en plus de la formation de base délivrée à la faculté des arts46, on indiquera premièrement qu’à la différence de ce que l’on observe dans le système universitaire médiéval, l’achèvement du cursus de la faculté des arts ne constituait pas une condition pour l’accession à l’enseignement théologique, deuxièmement que les exercices homilétiques faisaient partie intégrante de l’enseignement des facultés luthériennes, et troisièmement que les examens pro licentia praedicandi requéraient une base de connaissance dogmatique généralement équivalente à celle contenue dans l’Examen ordinandorum de Melanchthon, auquel renvoient fréquemment les règlements ecclésiastiques. Un genre aussi central pour le luthéranisme que celui des postilles fait apparaître à la charnière du xvie et du xviie siècle une transformation qui le fait passer du statut de littérature d’édification à l’usage de tous les chrétiens à celui d’instrument de travail47 ; un grand nombre de postilles du xviie siècle sont désormais inutilisables sans connaissance des langues anciennes.

  • 48 Présentation d’ensemble dans Albrecht Beutel, « Predigt VIII. Evangelische Predigt vom 16. bis 18. (...)
  • 49 L’homilétique comme cure d’âme constitue une dimension particulièrement accentuée par Johann Ansel (...)

17Le lieu décisif où théologie et société pouvaient se rejoindre tant sur le plan de la conceptualité théologique que sur celui de la pratique religieuse était le sermon48. Les plaintes concernant le laxisme et l’indolence des fidèles trouvaient généralement à s’illustrer dans le constat d’un absentéisme à la prédication. Divers efforts de régulation de la longueur du prêche — habituellement une heure — cherchèrent à jauger les attentes réciproques des prédicateurs et des laïcs de façon à prévenir les conflits. En sa qualité de prédicateur, le pasteur luthérien, qui généralement prêchait le dimanche sur les textes prédéterminés des péricopes et se réservait le choix des livres bibliques pour ses sermons de semaine in lectione continua, s’occupait tout à la fois d’enseignement et de direction de conscience49.

  • 50 Sur la vaste discussion relative à la structure des disciplines ecclésiastiques et à leurs conséqu (...)
  • 51 Voir principalement les travaux de Luise Schorn-Schütte, en particulier : Evangelische Geistlichke (...)

18L’idée d’une contribution du pastorat luthérien à la disciplination sociale au moyen du prêche et de la pénitence (obligatoire avant la communion) est fréquemment considérée avec scepticisme par les travaux sur le sujet50. D’une manière générale, l’image de pasteurs luthériens agissant comme une troupe de serviteurs zélés de l’État au service du pouvoir territorial s’est révélée une chimère sans postérité. La doctrine des trois états, entre autres, était susceptible d’offrir son potentiel théorique à la légitimation d’une certaine forme de conscience de supériorité ecclésiastique qui pouvait à son tour justifier la désobéissance ou du moins le « quant-à-soi » théologiques51.

  • 52 Voir les travaux mentionnés note 8, ainsi que Martin Brecht et Reinhard Schwarz (dir.), Bekenntnis (...)
  • 53 T. Kaufmann, « Das Bekenntnis im Luthertum... »,art. cit. (note 8) ; J. Wallmann, « Die Rolle der (...)

19De leur côté, les confessions de foi, codifiées juridiquement et déposées dans les règlements ecclésiastiques, constituaient un régulateur essentiel des rapports entre théologie et société, dans la mesure où elles fixaient la « vraie doctrine » en vigueur dans telle ou telle ville ou territoire et définissaient la base doctrinale des relations entre les pasteurs et leurs paroisses52. Les confessions de foi, principalement la Confession d’Augsbourg, à laquelle s’ajouta la Formule de Concorde, offraient fréquemment la base de transmission des connaissances élémentaires en matière de doctrine, en particulier à l’usage des médiateurs intellectuels ; leur dimension autoritative se révélait avant tout en contexte conflictuel. C’est toutefois précisément dans le contexte de conflits doctrinaux qu’il arriva – la chose n’était pas rare – que les confessions s’avèrent insuffisantes. Toutes les controverses doctrinales de quelque importance entre le temps de la Formule de Concorde et celui des querelles piétistes se réfèrent de fait à des questions théologiques qui n’étaient pas réellement tranchées par les confessions de foi. Du point de vue des controverses intra-luthériennes et de leur potentiel de mobilisation sociale, tous les efforts pour définir le luthéranisme à partir de la seule tradition de ses confessions de foi se sont révélés insuffisants53.

  • 54 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), passim ; T. Kaufmann, Univer (...)
  • 55 Plusieurs travaux de Wolfgang Sommer se sont intéressés à eux : Gottesfurcht und Pürstenherrschaft (...)
  • 56 Julian Kümmerle, « Wissenschaft und Verwandtschaft – Protestantische Theologenausbildung im Zeiche (...)
  • 57 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), p. 479 sq.

20S’agissant du recrutement social du pastorat luthérien, le rôle dominant de la bourgeoisie urbaine paraît établi54 ; l’élévation du niveau de formation académique est illustrée en particulier par les élites ecclésiastiques, autrement dit les professeurs de théologie, prédicateurs de cour55 et superintendants, de plus en fréquemment docteurs en théologie. La formation de dynasties de savants protestants56 explique en partie les taux élevés d’autorecrutement dans les universités, qui en règle générale allaient de pair avec une certaine altération des relations entre facultés. Contre l’image ancienne d’un fort autorecrutement du pastorat, une fois passée la phase préliminaire de constitution de la profession, les travaux récents ont pu montrer que plus de la moitié du pastorat, considéré dans son ensemble, n’était pas préalablement issue de foyers pastoraux et que le métier de pasteur, plateforme d’ascension sociale, est longtemps resté attractif, en particulier pour les milieux urbains non académiques57. Pour autant, on notera qu’aucun autre groupe social n’a contribué de façon aussi décisive au recrutement et à la consolidation du pastorat que le pastorat lui-même. Ni la noblesse, ni la paysannerie ne trouvèrent un accès durable au corps pastoral protestant. L’enracinement social et mental du protestantisme allemand dans la bourgeoisie constitue ainsi une caractéristique « endémique » de longue durée.

III

  • 58 Sur les disputations, voir K. G. Appold, Orthodoxie als Konsensbildung..., op. cit (note 16). Voir (...)

21Les principaux théologiens des sociétés confessionnelles forment une élite multiple : reliés par un réseau de communication dense et encore mal connu, ils correspondent et s’échangent leurs travaux, se réunissent en commission pour régler les conflits doctrinaux, rédigent des rapports. Contre l’image répandue par le piétisme et les Lumières de théologiens actifs principalement dans le domaine de la polémique, accaparés par la formulation et la défense d’articles de doctrine, les travaux récents ont souligné le caractère dialectique de la théologie de l’orthodoxie confessionnelle. Dans cette perspective, les disputations académiques apparaissent par exemple comme des formes de communication dans lesquelles les objections lancées par l’adversaire confessionnel sont discutées et réfutées, mais de façon à ce que les positions doctrinales défendues puissent être précisées, corrigées, redéployées à la lumières des apories découvertes au cours de la confrontation58.

  • 59 Hans Emil Weber, Der Einfluss der protestantischen Schulphilosophie auf die orthodoxlutherische Do (...)
  • 60 Cornelia Niekus Moore et Ferdinand van Ingen (dir.), Gebetsliteratur der Frühen Neuzeit als Hausfr (...)
  • 61 Sur les cantiques, voir en particulier les travaux de Patrice Veit : « Das Gesangbuch als Quelle l (...)

22L’interaction confessionnelle avec les réformés, les sociniens ou les catholiques, les défis lancés par la philosophie ou les sciences, ne furent pas sans conséquences sur la « vraie doctrine » ou du moins sur la manière dont on se la représentait. L’orthodoxie ne constitue pas un ensemble doctrinal statique, mais bien plutôt une explicitation actualisante du contenu des confessions de foi. La transformation concertée des méthodes systématiques à partir du deuxième tiers du xviie siècle, de la méthode synthétique des loci communes à la méthode dite « analytique », orientée vers les modes individuels d’accession au salut59, constitue l’indice d’une mutation fondamentale dans le sens d’une adaptation à la tendance individualisante qui traverse toutes les formes européennes de piété60. Aussi bien dans les cantiques que dans les postilles, dans la langue de la prédication que dans la littérature d’édification, le pronom personnel « je » passe au premier plan, au besoin par le biais d’une modification de textes plus anciens formulés à la première personne du pluriel61. Les propagandistes de l’identité luthérienne, autrement dit les professeurs de théologie, furent partie prenante de ce processus. L’image d’une orthodoxie contrainte de s’adapter à la nouvelle compréhension de soi, du monde et de Dieu élaborée par les nouveaux mouvements de piété (Arndt) constitue une caricature qui méconnaît le rôle actif de la théologie universitaire dans les transformations de la culture religieuse.

  • 62 On le constate sans peine à la lecture des catalogues des écrits des professeurs de théologie de R (...)
  • 63 Gerald Strauss, Luther’s House of Learning. Indoctrination of the Young in the German Reformation, (...)

23L’activité littéraire des théologiens couvrait en règle générale une grande variété de genres62. Beaucoup de théologiens exerçaient des fonctions pastorales en plus de leur enseignement, la plupart d’entre eux prêchaient régulièrement et une bonne partie de leur prédication était publiée. La littérature d’édification qu’ils faisaient également paraître connaissait parfois un véritable succès public, et à côté des genres destinés à la diffusion extra-académique de la théologie, ils continuaient évidemment à rédiger des commentaires bibliques, des traités de dogmatique et de la controverse en latin. Cette multiplicité d’activités littéraires fait ressortir l’importance décisive de la question des contextes de publication de la théologie confessionnelle. L’abondante littérature catéchétique, en vernaculaire et en latin, demeure le parent pauvre de la recherche63 ; ses efforts constants pour adapter la « vraie doctrine » à l’environnement de ses destinataires traduisent pourtant l’intensité des efforts de diffusion didactique de la théologie confessionnelle. L’orthodoxie tenait à rendre la vérité qu’elle défendait accessible à la raison. Le reproche piétiste de ratiocination stérile n’a de sens que si l’on fait abstraction des contextes auxquels renvoient les multiples formes littéraires dans lesquelles l’orthodoxie confessionnelle s’est illustrée.

  • 64 U. Sträter, « Wittenberger Responsen... », art. cit. (note 34) ; M. Brecht, « Die Consilien der Th (...)
  • 65 Pour une vue d’ensemble des visites pastorales, voir Christian Peters, « Visitation I », in : G. K (...)

24Une source majeure pour l’analyse des rapports entre théologie et société est mieux connue désormais, sans être aucunement épuisée : c’est celle des rapports d’expertise rédigés dans le contexte des instances de décision théologique, consistoires, superintendants, mais avant tout facultés de théologie64. Cette littérature de rapports, dans laquelle les théologiens délivrent leurs conseils à toutes sortes d’institutions, offrent sur les aspects pratiques de la vie des Églises à la fin du xvie et au xviie siècle des aperçus introuvables dans d’autres sources, pas même les actes de visites pastorales'65. Les rapports d’expertise soulèvent des cas problématiques dans lesquels il est souvent difficile de trancher ; ils déploient une réflexion dans laquelle la nuance requise par l’examen de conscience entre fréquemment en ligne de compte. À la différence des actes de visites pastorales, ils ne font pas qu’exécuter des normes et ne se contentent pas de refléter le point de vue de 1’« ordre » ; ils se mettent en quête de solutions entre des alternatives multiples. Vue à la lumière des rapports d’expertise, l’orthodoxie théologique se montre animée par la volonté de procéder d’une façon conforme, non seulement à la doctrine, mais encore à la diversité des situations que distingue la direction de conscience, de sorte que la théologie luthérienne de l’époque confessionnelle, dans sa pratique religieuse et culturelle, apparaîtra, non pas comme un ensemble de normes contraignantes, mais bien plutôt comme le laboratoire d’expérimentation d'un projet de vie chrétienne régulée par la Bible.

IV

  • 66 Jacques Le Goff, Die Intellektuellen im Mittelalter, Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag (dtv 458 (...)
  • 67 Le concept a été forgé par Otto Brunner, « Das „ganze Haus“ und die alteuropäische „Ökonomik“ », i (...)
  • 68 Un exemple intéressant de communication savante transconfessionnelle est analysé par Anselm Schube (...)

25À l’issue de ce bilan, je voudrais ajouter quelques très courtes remarques sur une possible direction de recherche. Dans la perspective d’une histoire culturelle des universités allemandes de l’époque moderne qui se donnerait pour but de produire une écologie historique des agents du savoir théologique, l’accent devrait être mis sur l’environnement des étudiants et des professeurs dans leurs rapports avec les espaces de la bourgeoisie urbaine. Il serait alors possible d’envisager la religion des intellectuels, la « piété universitaire66 », dans ce qui la rapproche et la distingue de la religion des bourgeois, de la noblesse, des paysans. Il s’agirait de décrire ce qui, dans les pratiques culturelles des savants, allait au-delà de l’échange de savoir : l’installation de leur espace de travail et de leurs lieux de vie, leur vie commune avec les étudiants, leur commerce avec les choses et les gens. Il s’agirait encore de décrire la place qu’ils occupent dans la communauté de vie de la « maisonnée67 », ainsi que les réseaux personnels qui, très souvent chez ceux qu’on appelle les luthériens de l’orthodoxie, prenaient des dimensions considérables, à la fois internationales et transconfessionnelles68. Il s’agirait enfin de décrire dans leur dynamique historique propre les divers rôles et jeux de langage qu’ils adoptaient sur la scène des premières sociétés confessionnelles, en examinant leur combat pour la « saine doctrine » d’une façon vraiment différenciée, c’est-à-dire en l’incluant dans tout ce que les théologiens faisaient et pensaient en plus de la polémique doctrinale.

26Cette écologie historique des théologiens constitue une lacune de la recherche actuelle. Pour la combler, il faudrait pouvoir compter avec une révision des thématiques jusqu’ici développées par l’histoire de l’Église en contexte protestant ainsi qu’avec un net élargissement des perspectives méthodologiques. On aurait, de ce point de vue, des raisons d’être sceptique, mais dans tous les cas le changement de paradigme proposé ici ne se conçoit qu’en étroite association avec le développement de la théologie dans son entier, puisqu’il semble prouvé que celui-ci conditionne ou du moins influence le devenir de l’histoire de l’Église de façon beaucoup plus marquée que l’histoire tout court. Reste que rien n’empêche d’entreprendre d’ores et déjà quelques incursions sur ce nouveau terrain.

Notes

1 La présente contribution ne prétend en rien épuiser le sujet proposé. Les références bibliographiques ne visent pas davantage à l’exhaustivité et se concentrent avant tout sur les travaux à mon sens les plus représentatifs de la dernière décennie. Pour un bilan convaincant des travaux récents en histoire des savoirs et en histoire de l’éducation, on consultera, malgré ses lacunes en matière d’histoire de la théologie dans les universités, Notker Hammerstein, Bildung und Wissenschaft vom 15. bis zum 17. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg, 2003, ainsi que pour la période suivante, Anton Schindling, Bildung und Wissenschaft in der Frühen Neuzeit, 1650-1800, 2e édition, Munich, Oldenbourg, 1999. Ces deux volumes recensent l’essentiel des manuels et des instruments de travail. On consultera aussi, malgré un déficit équivalent en matière d’histoire de la théologie, le manuel ambitieux de Richard van Dülmen et Sina Rauschenbach (dir.), Macht des Wissens. Die Entstehung der modernen Wissensgesellschaft, Cologne, etc., Böhlau, 2004. D’importantes contributions à l’histoire des universités à l’époque moderne sont rassemblées dans le volume 9, édité par Winfried Müller, du Jahrbuch für Universitätsgeschichte, Stuttgart, 2006 : Die Universitäten des Alten Reiches in der Frühen Neuzeit. Dans le domaine de l’histoire générale de l’éducation, voir toujours Notker Hammerstein (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, vol. 1, 15. bis 17. Jahrhundert. Von der Renaissance und der Reformation bis zum Ende der Glaubenskämpfe, Munich, Beck, 1996, ainsi que Alexander Patschovsky et Horst Rabe (dir.), Die Universität in Alteuropa, Constance, Universitäts-Verlag, 1994. La bibliographie de l’histoire des universités est régulièrement réactualisée dans la revue History of Universities publiée depuis 1981. Voir aussi Eike Wolgast, « Universität », in : Gerhard Krause et Gerhard Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, Berlin, etc., de Gruyter, vol. 34, 2002, p. 354-380, ainsi que les articles spécialement consacrés aux diverses universités du monde germanique dans les encyclopédies : Hans Dieter Betz, Don S. Browning, Bernd Janowski et Eberhard Jüngel (dir.). Religion in Geschichte und Gegenwart. Handwörterbuch für Theologie und Religionswissenschaft, 4e édition, mise à jour intégrale, Tübingen, Mohr Siebeck, 1998-2007 ; G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. ; Walter Kasper (dir.), Lexikon für Theologie und Kirche, 3e édition, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1993-2001). Voir encore Helga Robinson-Hammerstein (dir.), European Universities in the Age of Reformation and Counter Reformation, Dublin, Four Courts Press, 1998 ; Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, vol. 2, Von der Reformation zur Französischen Revolution (1500-1800), Munich, Beck, 1996 ; Herbert Jaumann, Handbuch Gelehrtenkultur der Frühen Neuzeit. Bio-bibliographisches Repertorium, Berlin, etc., de Gruyter, vol. 1,2004. Une bibliographie sélective de l’histoire de l’éducation et de l’enseignement à l’époque moderne a été rassemblée par Stefan Ehrenpreis et Christian Jaser, « Auswahlbibliographie zur frühneuzeitlichen Erziehungs- und Bildungsgeschichte », in : Heinz Schilling et Stefan Ehrenpreis (dir.), Erziehung und Schulwesen zwischen Konfessionalisierung und Säkularisierung. Forschungsperspektiven, europäische Fallbeispiele und Hilfsmittel, Münster, Waxmann, 2003, p. 205-275. Pour une historiographie comparée de l’éducation, la voie a été ouverte par Heinz Schilling et Marie-Antoinette Gross (dir.), Im Spannungsfeld von Staat und Kirche. « Minderheiten » und « Erziehung » im deutsch-französischen Gesellschaftsvergleich 16.-18. Jahrhundert, Berlin, Duncker & Humblot, 2003, ainsi que par la thèse d’habilitation de Stefan Ehrenpreis, Kulturen der Alphabetisierung. Erziehungsdiskurs und Niederes Schulwesen im Alten Reich, in England und der Niederländischen Republik 1600-1750, université Humboldt de Berlin, faculté d’histoire, 2007.

2 Peter Moraw, « Der Lebensweg der Studenten », in : Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, vol. 1, Das Mittelalter, Munich, Beck, 1993, p. 227-254 ; Rainer C. Schwinges, Deutsche Universitätsbesucher im 14. und 15. Jahrhundert. Studien zur Sozialgeschichte des Alten Reiches, Stuttgart, Steiner, 1986 ; Frank Rexroth, Deutsche Universitätsstiftungen von Prag bis Köln. Die Intentionen des Stifters und die Wege und Chancen ihrer Verwirklichung im spätmittelalterlichen deutschen Territorialstaat, Cologne, etc., Böhlau (Beihefte zum Archiv für Kulturgeschichte, 34), 1992 ; Matthias Asche, Von der reichen hansischen Bürgeruniversität zur armen mecklenburgischen Landeshochschule. Das regionale und soziale Besucherprofil der Universitäten Rostock und Bützow in der Frühen Neuzeit (1500-1800), Stuttgart, Steiner, 2000 ; Peter Baumgart, Universitäten im konfessionellen Zeitalter. Gesammelte Beiträge, Münster, Aschendorff (Reformationsgeschichtliche Studien und Texte, 149), 2006 ; Helmut G. Walther, « Von Schulen, Studia Generalia, Privilegien und Siegeln. Wie die Wettiner dreimal erfolgreich Universitäten gründeten », in : Joachim Bauer, Dagmar Blaha et Helmut G. Walther (éd.), Dokumente zur Frühgeschichte der Universität Jena, 1548 bis 1558, Weimar, Hain (Quellen und Beiträge zur Geschichte der Universität Jena, 3-1), 2003, p. 9-30.

3 Pour un point de départ, voir Markus Matthias, « Orthodoxie I. Lutherische Orthodoxie », in : G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. (note 1), vol. 25, 1995, p. 464-485 ; Olivier Fatio, « Orthodoxie II. Reformierte Orthodoxie », ibid., p. 485-497 ; Johannes Wallmann, « Orthodoxie, 2. Historisch a) Lutherische Orthodoxie », in : H. D. Betz et al. (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart..., op. cit. (note 1), vol. 6, 2003 ;Thomas Kaufmann, « Orthodoxie, 2. Historisch b) Reformierte Orthodoxie », ibid., vol. 6, 2003 ; Carl Andresen et Adolf Martin Ritter (dir.), Handbuch der Dogmen- und Theologiegeschichte, vol. 2, Die Lehrentwicklung im Rahmen der Konfessionalität, 2e édition, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998. Parmi les « classiques », on retiendra August Tholuck, Das akademische Leben des 17. Jahrhunderts, mit besonderer Beziehung auf die protestantisch-theologischen Fakultäten Deutschlands, Halle, Anton, 1853-1854, dont les limites sont étudiées par Thomas Kaufmann, « Tholucks Sicht auf den Rationalismus und seine „Vorgeschichte“ », Zeitschrift für Theologie und Kirche, 99, 2002, p. 45-75 (version légèrement modifiée dans : Manfred Jakubowski-Tiessen [dir.], Religion zwischen Kunst und Politik. Aspekte der Säkularisierung im 19. Jahrhundert, Göttingen, Wallstein, 2004, p. 146-177) ; Otto Ritschl, Dogmengeschichte des Protestantismus. Grundlagen und Grundzüge der theologischen Gedanken- und Lehrbildungen in protestantischen Kirchen, 4 volumes, Leipzig, Hinrichs et Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1908-1927.

4 Sur la discussion récente sur la méthodologie de l’histoire de l’Église comme discipline théologique, voir Christoph Markschies, « Kirchengeschichte theologisch — einige vorläufige Bemerkungen », in : Ingolf U. Dalferth (dir.), Eine Wissenschaft oder viele ? Die Einheit evangelischer Theologie in der Sicht ihrer Disziplinen, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt, 2006, p. 47-75 ; Albrecht Beutel, « Vom Nutzen und Nachteil der Kirchengeschichte. Begriff und Funktion einer theologischen Kerndisziplin », in : id., Protestantische Konkretionen. Studien zur Kirchengeschichte, Tübingen, Mohr Siebeck, 1998, p. 1-27 ; Wolfram Kinzig, Volker Leppin et Günther Wartenberg (dir.), Historiographie und Theologie. Kirchen- und Theologiegeschichte im Spannungsfeld von geschichtswissenschaftlicher Methode und theologischem Anspruch, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt (Arbeiten zur Kirchen- und Theologiegeschichte, 15), 2004. Pour un point de vue catholique aujourd’hui, voir Hubert Wolf et Jörg Seiler, « Kirchen- und Religionsgeschichte », in : Michael Maurer (dir.), Aufriss der historischen Wissenschaften, vol. 3, Sektoren, Stuttgart, Reclam, 2004, p. 271-338. Il va de soi que les conceptions protestantes de l’histoire de l’Église ne se comprennent que sur le fond des discussions menées pendant tout le xxe siècle. Sur ce point, voir Thomas Kaufmann et Harry Oelke (dir.), Evangelische Kirchenhistoriker im « Dritten Reich », Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2002 ;Thomas Kaufmann, « Evangelische Reformationsgeschichtsforschung nach 1945 », Zeitschrift für Theologie und Kirche, 104-4, 2007, p. 404-454.

5 Ernst-Lüder Solte, « Fakultäten II. Rechtlich », in : H. D. Betz et al. (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart..., op. cit. (note 1), vol. 3, 2000 ; Joachim E. Christoph, « Die evangelisch-theologischen Fakultäten und das evangelische Kirchenrecht. Rechtsstellung und aktuelle Probleme », Zeitschrift für evangelisches Kirchenrecht, 50-1,2005, p. 46-94 ; id., « Theologische Fakultäten », in : Werner Heun, Martin Honecker et Martin Morlok (dir.), Evangelisches Staatslexikon, nouvelle édition, Stuttgart, Kohlhammer, 2006, col. 2456-2459 ; Martin Heckei, Die theologischen Fakultäten im weltlichen Verfassungsstaat,Tübingen, Mohr, 1986.

6 Axel Freiherr von Campenhausen, Staatskirchenrecht : ein Studienbuch, 3e édition, Munich, Beck, 1996. Dans une perspective historique, voir avant tout Martin Heckei, Gesammelte Schriften. Staat, Kirche, Recht, Geschichte, 5 volumes, Tübingen, Mohr, 1989-2004, ainsi que Thomas Kaufmann, « Das deutsche Staatskirchenrecht im 19. und 20.Jahrhundert und die Grenzen der Werteautonomie staatlichen Rechts », in : Eilert Herms (dir.), Menschenbild und Menschenwürde, Gütersloh, Kaiser-Gütersloher Verlagshaus, 2001, p. 173-197.

7 Voir Jan Rohls, Protestantische Theologie der Neuzeit, vol. 1, Die Voraussetzungen und das 19. Jahrhundert, Tübingen, Mohr Siebeck, 1997.

8 Voir les travaux de Christian Peters, notamment Apologia Confessionis Augustanae. Untersuchungen zur Textgeschichte einer lutherischen Bekenntnisschrift (1530-1584), Stuttgart, Calwer Verlag (Calwer theologische Monographien, Reihe B, Systematische Theologie und Kirchengeschichte, 15), 1997 ; id., « Reformatorische Doppelstrategie : Melanchthon und das Augsburger Bekenntnis », in : Günter Frank (dir.), Der Theologe Melanchthon, Stuttgart, Thorbecke (Melanchthon-Schriften der Stadt Bretten, 8), 2000, p. 169-193. La question est également traitée par Irene Dingel, notamment dans : « Melanchthon und die Normierung des Bekenntnisses », ibid., p. 195-211 ; id., Concordia Controversa. Die öffentlichen Diskussionen um das lutherische Konkordienwerk am Ende des 16. Jahrhunderts, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 1996 ; Inge Mager, Die Konkordienformel im Fürstentum Braunschweig-Wolfenbüttel. Entstehungsbeitrag, Rezeption, Geltung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993. Dans le contexte de l’actuelle discussion sur la question de savoir si la Confession d’Augsbourg reste (ou pourrait rester) la confession de foi fondamentale de l’Eglise évangélique allemande (Evangelische Kirche in Deutschland), voir : Wolf-Dieter Hauschild, « Die Geltung der Confessio Augustana im deutschen Protestantismus zwischen 1530 und 1980 (aus lutherischer Sicht) », Zeitschrift für Theologie und Kirche, 104-2, 2007, p. 172-206 ; Jan Rohls, « Die Confessio Augustana in den reformierten Kirchen Deutschlands », ibid., p. 207-245 ; et dans une perspective exclusivement historique, Thomas Kaufmann, « Das Bekenntnis im Luthertum des konfessionellen Zeitalters », Zeitschrift für Theologie und Kirche, 105-3, 2008, p. 281-314. L’intérêt prioritaire des historiens de l’Église et de la théologie protestante pour les questions relatives aux confessions de foi ne se comprend que sur le fond des combats menés autour de la confession de foi de l’Église sous le régime national-socialiste. Sur ce point, voir Joachim Mehlhausen, « Nationalsozialismus und Kirchen », in : G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. (note 1), vol. 24,1994, p. 43-78.

9 Voir Markus Matthias, Theologie und Konfession. Der Beitrag des Ägidius Humus (1550-1603) zur Entstehung einer lutherischen Religionskultur, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt, 2004 ; Kenneth G. Appold, Abraham Calov’s Doctrine of Vocation in its Systematic Context, Tübingen, Mohr Siebeck, 1998 ; Christoph Strohm, Ethik im frühen Calvinismus. Humanistische Einflüsse, philosophische, juristische und theologische Argumentationen sowie mentalitätsgeschichtliche Aspekte am Beispiel des Calvin Schülers Lambertus Danaeus, Berlin, etc., de Gruyter, 1996 ; Irene Dingel et Günther Wartenberg (dir.), Georg Major. Ein Theologe der Wittenberger Reformation, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt (Leucorea-Studien zur Geschichte der Reformation und der Lutherischen Orthodoxie, 7), 2005 ; Andreas Stegmann, Johann Friedrich König. Seine Theologia positiva acroamatica (1664) im Rahmen des frühneuzeitlichen Theologiestudiums, Tübingen, Mohr Siebeck, 2006 ; Volker Jung, Das Ganze der Heiligen Schrift. Hermeneutik und Schriftauslegung hei Abraham Calov, Stuttgart, Calwer, 1999 ; Johann Anselm Steiger, Johann Gerhard (1582-1637). Studien zu Theologie und Frömmigkeit des Kirchenvaters der lutherischen Orthodoxie, Stuttgart, etc., Frommann-Holzboog (Doctrina et Pietas, I-1), 1997. Steiger a par ailleurs publié toute une série de sources de l’orthodoxie luthérienne, relevant de genres très divers, dans la collection « Doctrina et Pietas » qu’il a fondée et qu’il continue de diriger depuis une dizaine d’années. L’essor pris au cours de la dernière décennie par la recherche en histoire de l’Église et de la théologie du dernier xvie et du premier xviie siècle peut en outre se mesurer au fait qu’une collection lui est désormais spécialement consacrée (« Leucoreastudien zur Geschichte der Reformation und der lutherischen Orthodoxie », publiée à Leipzig par la Evangelische Verlagsanstalt sous la direction d’Udo Sträter [Halle/Wittenberg] et Günther Wartenberg [Leipzig]).

10 Voir Markus Friedrich, Die Grenzen der Vernunft. 'Theologie, Philosophie und gelehrte Konflikte am Beispiel des Helmstedter Hofmannstreits und seiner Wirkungen auf das Luthertum um 1600, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004 ; Anselm Schubert, Das Ende der Sünde. Anthropologie und Erbsünde zwischen Reformation und Aufklärung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002 ; Thilo Krüger, Empfangene Allmacht. Die Christologie Tilemann Heshusens (1521-1588), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004 ; Johannes Hund, Das Wort ward Fleisch. Eine systematisch-theologische Untersuchung zur Debatte um die Wittenberger Christologie und Abendmahlslehre in den Jahren 1567-1574, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006 ;Jonathan Strom, Orthodoxy and Reform. The Clergy in Seventeenth Century Rostock, Tübingen, Mohr Siebeck, 1999 ; Hans-Peter Hasse, Zensur theologischer Bücher in Kursachsen im konfessionellen Zeitalter, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt, 2000 ; Thomas Kaufmann, Das Ende der Reformation. Magdeburgs « Herrgotts Kanzlei » (1548-1551/1552), Tübingen, Mohr Siebeck (Beiträge zur historischen Theologie, 123), 2003 ; id., Konfession und Kultur. Lutherischer Protestantismus in der zweiten Hälfte des Reformationsjahrhunderts, Tübingen, Mohr Siebeck, 2006 ; Matthias Pohlig, Zwischen Gelehrsamkeit und konfessioneller Identitätsstiftung. Lutherische Kirchen- und Universalgeschichtsschreibung 1546-1617,Tübingen, Mohr Siebeck, 2007. Le meilleur panorama sur l’époque confessionnelle rédigé par un historien de l’Église se trouve dans Ernst Koch, Das konfessionelle Zeitalter - Katholizismus, Luthertum, Calvinismus (1563-1675), Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt, 2000.

11 Sur la confessionnalisation, voir dernièrement mon article : Thomas Kaufmann, « Konfessionalisierung », in : Friedrich Jaeger (dir.), Enzyklopädie der Neuzeit, 16 volumes, Stuttgart, Metzler, 2005-, vol. 6, 2007 ;T. Kaufmann, Konfession und Kultur..., op. cit. (note 10), p. 3 sq. Voir Kaspar von Greyerz, Manfred Jakubowski-Tiessen, Thomas Kaufmann et Hartmut Lehmann (dir.), Interkonfessionalität - Transkonfessionalität - binnenkonfessionelle Pluralität. Neue Forschungen zur Konfessionalisierungsthese, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2003 ; Patrice Veit et Jean-Marie Valentin (dir.), La confessionnalisation dans le Saint-Empire, xvie- xviiie siècles, dossier publié dans Études germaniques, 57-3, 2002 ; Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), Die Territorien des Reichs im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Land und Konfession 1500-1650, vol. 7, Bilanz – Forschungsperspektiven – Register, Münster, AschendorfF, 1997 ; Thomas Kaufmann, Anselm Schubert et Kaspar von Greyerz (dir.), Frühneuzeitliche Konfessionskulturen, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2008 ; Jörg Deventer, « “Confessionalization” – a useful theoretical concept for the study of religion, politics, and society in early modern East-Central Europe », European Review of History Revue européenne d’Histoire, 11-3, 2004, p. 403-425 ; Ute Lotz-Heumann et Matthias Pohlig, « Confessionalization and literature in the Empire, 1555-1700 », Central European History, 40-1,2007, p. 35-61. Parmi les travaux les plus récents du Nestor de la recherche sur la confessionnalisation, on renverra seulement à Heinz Schilling, Ausgewählte Abhandlungen zur europäischen Reformations- und Konfessionsgeschichte, édité par Luise Schorn-Schütte et Olaf Mörke, Berlin, Duncker & Humblot, 2002 ; id., Konfessionalisierung und Staatsinteressen. Internationale Beziehungen 1559-1660, Paderborn, etc., Schöningh, 2007 ; Stefan Ehrenpreis, Ute Lotz-Heumann, Olaf Mörke et Luise Schorn-Schütte (dir.), Wege der Neuzeit. Festschrift für Heinz Schilling zum 65. Geburtstag, Berlin, Duncker & Humblot, 2007.

12 Sur ce concept de « révolution pré-bourgeoise », voir Max Steinmetz, « Die frühbürgerliche Revolution Deutschlands 1476 bis 1535. Thesen zur Vorbereitung der wissenschaftlichen Konferenz in Wernigerode vom 21. bis 24. Januar 1960 », Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 8, 1960, p. 113-124 ; Luise Schorn-Schütte, Die Reformation. Vorgeschichte, Verlauf Wirkung, 3e édition revue, Munich, Beck, 2003, p. 91 sq. ; Stefan Ehrenpreis et Ute Lotz-Heumann, Reformation und konfessionelles Zeitalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Kontroversen um die Geschichte), 2002, p. 62 sq. ; Olaf Mörke, Die Reformation. Voraussetzungen und Durchsetzung, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte, 74), 2005, p. 89 sq. Du point de vue d’un historien américain, la discussion sur les évolutions de l’historiographie de la Réforme depuis les années 1960 se pose d’une manière tout autre. Voir Thomas A. Brady, « “We have lost the Reformation” - Heinz Schilling and the rise of the confessionalization thesis », in : S. Ehrenpreis et al. (dir.), Wege der Neuzeit..., op. cit. (note 11), p. 33-56. On n’oubliera certes pas que le concept de confessionnalisation, en particulier chez Schilling, avait atteint sa maturité dès avant 1989. Ce qui m’intéresse toutefois ici, c’est l’étonnant écho qu’il a trouvé après cette date, et après elle seulement.

13 Sur ce dernier point, voir Thomas A. Brady, The Protestant Reformation in German History, Washington DC, German Historical Institute (Occasional Paper No. 22), 1998 ; Manfred Gailus et Hartmut Lehmann (dir.), Nationalprotestantische Mentalitäten in Deutschland (1870-1970). Konturen, Entwicklungslinien und Umbrüche eines Weltbildes, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 214), 2005 ; Hartmut Lehmann, Transformationen der Religion in der Neuzeit. Beispiele aus der Geschichte des Protestantismus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 230), 2007 ; Friedrich Wilhelm Graf, « Die Nation - von Gott „erfunden“ », in : id., Die Wiederkehr der Götter. Religion in der modernen Kultur, Munich, Beck, 2004, p. 102-132 et 292-298.

14 Voir Thomas Kaufmann, Universität und lutherische Konfessionalisierung. Die Rostocker Theologieprofessoren und ihr Beitrag zur theologischen Bildung und kirchlichen Gestaltung im Herzogtum Mecklenburg zwischen 1550 und 1675, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Quellen und Forschungen zur Reformationsgeschichte, 66), 1997 ; id., « Die Anfänge der Theologischen Fakultät Jena im Kontext der „innerlutherischen“ Kontroversen zwischen 1548 und 1561 », in : Volker Leppin, Georg Schmidt et Sabine Wefers (dir.),Johann Friedrich I. - der lutherische Kurfürst, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 204), 2006, p. 209-258 ; id., Konfession und Kultur..., op. cit. (note 10), passim.

15 « Ici à Wittenberg nous sommes dans un trou |...| ; Les Wittenbergeois sont à l’extrémité de la civilisation. S’ils étaient allés un peu plus loin, ils se seraient retrouvés au milieu de la barbarie. » (Luther, Weimarer Ausgabe, Weimar, etc., Böhlau, 1883 –, Tischreden 2, Nr. 2800b, p. 669, 11-13) Ce propos de Luther a pour contexte une comparaison entre Wittenberg et Erfurt, qui relevait de l’archevêché de Mayence. Dans l’interprétation extrêmement stimulante qu’il a donnée de la Réforme, Herbert Schöffler (Die Reformation. Einführung in eine Geistesgeschichte der deutschen Neuzeit, Bochum-Langendreer, Pöppinghaus [Das Abendland ; Forschungen zur Geschichte europäischen Geisteslebens, 1], 1936) part du constat que Wittenberg se trouvait géographiquement dans une « excroissance coloniale » dénuée de toute tradition universitaire. L’héritage de Schöffler se retrouve dans l’interprétation de la Réforme qu’a donnée Gottfried Schramm {Fünf Wegscheiden der Weltgeschichte. Hin Vergleich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004, en particulier p. 180-181). Sur Wittenberg et sa situation périphérique, voir toutefois Enno Bünz, « „Am Rande der Zivilisation...“ ? Residenz und Hof des Kurfürsten von Sachsen in Wittenberg zur Zeit Lucas Cranachs d. Ä. », in : Peter Freybe (dir.), Die Reformation und die Künste. Wittenberger Sonntagsvorlesungen im Evangelischen Predigerseminar 2003, Wittenberg, Drei-Kastanien-Verlag, 2003, p. 9-36.

16 Heinz Scheible, « Gründung und Ausbau der Universität Wittenberg », in : Peter Baumgart et Notker Hammerstein (dir.), Beiträge zu Problemen deutscher Universitätsgründungen der frühen Neuzeit, Nendeln (Lichtenstein), KTO Press (Wolfenbütteler Forschungen, 4), 1978, p. 131-147, réimprimé dans : id., Melanchthon und die Reformation. Forschungsbeiträge, édité par Gerhard May et Rolf Decot, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, Beiheft, Abteilung abendländische Religionsgeschichte, 41), 1996, p. 353-369 ; Heiner Lück, « Wittenberg, Universität », in : G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. (note 1), vol. 36, 2004, p. 232-242 ; Irene Dingel et Günther Wartenberg (dir.), Die Theologische Fakultät Wittenberg 1502-1602, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt (Leucorea-Studien zur Geschichte der Reformation und der Lutherischen Orthodoxie, 5), 2002 ; Jens-Martin Kruse, Universitätstheologie und Kirchenreform. Die Anfänge der Reformation in Wittenberg 1516-1522, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, 187), 2002 ; Marcel Nieden, Die Erfindung des Theologen. Wittenberger Anweisungen zum Theologiestudium im Zeitalter von Reformation und Konfessionalisierung, Tübingen, Mohr Siebeck (Spätmittelalter und Reformation, Neue Reihe, 28), 2006 ; Andreas Gössner, Die Studenten an der Universität Wittenberg. Studien zur Kulturgeschichte des studentischen Alltags und zum Stipendienwesen in der zweiten Hälte des 16. Jahrhunderts, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt (Arbeiten zur Kirchen- und Theologiegeschichte, 9), 2003 ; Walter Ludwig (dir.). Die Musen im Reformationszeitalter, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt (Schriften der Stiftung Luthergedenkstätten in Sachsen-Anhalt, 1), 2001 ; Thomas Töpfer, Die Leucorea am Scheideweg. Der Übergang von Universität und Stadt Wittenberg an das albertinische Kursachsen 1547/1548, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt (Beiträge zur Leipziger Universitäts- und Wissenschaftsgeschichte, Reihe B, 3), 2004 ; Kenneth G. Appold, Orthodoxie als Konsensbildung. Das theologische Disputationswesen an der Universität Wittenberg zwischen 1570 und 1720, Tübingen, Mohr Siebeck (Beiträge zur historischen Theologie, 127), 2004 ; Gunnar Berg, Thomas Bremer, Heinrich Dilly, Hermann-Josef Rupieper, Marianne Schröter, Udo Sträter et Claudia Wagner (dir.), Emporium. 500 Jahre Universität Halle-Wittenberg, Halle, Fliegenkopf, 2002 ; Heiner Lück (dir.), Martin Luther und seine Universität, Cologne, etc., Böhlau, 1998 ; Manfred Rudersdorf et Thomas Töpfer, « Fürstenhof, Universität und Territorialstaat. Der Wittenberger Humanismus, seine Wirkungsräume und Funktionsfelder im Zeichen der Reformation », in : Thomas Maissen et Gerrit Walther (dir.), Funktionen des Humanismus. Studien zum Nutzen des Neuen in der humanistischen Kultur, Göttingen, Wallstein, 2006, p. 214-261. Voir Heinz Käthe, Die Wittenberger Philosophische Fakultät 1502-1817, Cologne, etc., Böhlau (Mitteldeutsche Forschungen, 117), 2002.

17 J'ai tenté de le résumer dans une formule : « Pas de Réforme sans université », voir T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 13. Dans la littérature plus ancienne sur Wittenberg, on rappellera tout particulièrement Karl Bauer, Die Wittenberger Universitätstheologie und die Anfänge der deutschen Reformation, Tübingen, Mohr, 1928.

18 On consultera toujours avec profit Franz Eulenburg, Die Frequenz der deutschen Universitäten von ihrer Gründung bis zur Gegenwart, Leipzig, Teubner (Abhandlungen der philologisch-historischen Klasse der sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften, 24-2), 1904. Sur l’évolution des statistiques universitaires dans les premières décennies de la Réforme, voir Matthias Asche, « Frequenzeinbrüche und Reformen. Die deutschen Universitäten in den 1520er bis 1560er Jahren zwischen Reformation und humanistischem Neuanfang », in :W. Ludwig (dir.), Die Musen..., op. cit. (note 16), p. 53-96.

19 Voir H. Kathe, Die Wittenberger Philosophische Fakultät..., op. cit. (note 16), ainsi que les travaux mentionnés note 16 sur l’histoire de l’université de Wittenberg.

20 Sur l’élaboration des cursus à Wittenberg, qui devait rayonner sur l’ensemble du domaine protestant allemand, voir M. Nieden, Die Erfindung des Theologen..., op. cit. (note 16) ; plus généralement sur le genre de l’initiation aux études théologiques, voir infra, note 44. Sur la réforme humaniste des études, voir Peter Baumgart, « Humanistische Bildungsreform an den deutschen Universitäten des 16.Jahrhunderts », in : Wolfgang Reinhard (dir.), Humanismus im Bildungswesen des 15. und 16. Jahrhunderts, Weinheim, Acta Humaniora, 1984, p. 171-197, notamment p. 180 sq. (réimprimé dans : P. Baumgart, Universitäten im konfessionellen Zeitalter..., op. cit. [note 2], p. 30-60) ; Martin Treu, « Die Leucorea zwischen Tradition und Erneuerung », in : H. Lück (dir.), Martin Luther und seine Universität, op. cit. (note 16), p. 31-51 ; M. Rudersdorf et T. Töpfer, « Fürstenhof, Universität und Territorialstaat... », art. cit. (note 16), p. 235 sq.

21 Sur la méthode des loci communes en dogmatique, voir Thomas Kaufmann, « Martin Chemnitz (1522-1586). Zur Wirkungsgeschichte der theologischen Loci », in : Heinz Scheible (dir.), Melanchthon in seinen Schülern, Wiesbaden, Harrassowitz (Wolfenbütteier Forschungen, 73), 1997, p. 183-254 ; A. Stegmann Johann Friedrich König..., op. cit. (note 9), p. 130 sq. ; Hubert Filser, Dogma, Dogmen, Dogmatik. Fine Untersuchung zur Begründung und zur Entstehungsgeschichte einer theologischen Disziplin von der Reformation bis zur Spätaufklärung, Münster, Lit (Studien zur systematischen Theologie und Ethik, 28), 2001, p. 398 sq.

22 Sur Luther et Aristote, voir Theodor Dieter, Der junge Luther und Aristoteles. Eine historisch-systematische Untersuchung zum Verhältnis von Theologie und Philosophie, Berlin, etc., de Gruyter (Theologische Bibliothek Töpelmann 105), 2001. Sur Melanchthon et la philosophie, voir les travaux de Günter Frank, notamment : « Wie modern war eigentlich Melanchthon ? Die theologische Philosophie des Reformators im Kontext neuerer Theorien zur Herkunft der Moderne », in : id. (dir.), Der Theologe Melanchthon, op. cit., p. 67-81 ; id., Die theologische Philosophie Philipp Melanchthons (1497-1560), Leipzig, Benno (Erfurter Theologische Studien, 67), 1995. Gerhard Müller, « Die Aristoteles-Rezeption im deutschen Protestantismus », in : August Buck (dir.), Die Rezeption der Antike. Zum Problem der Kontinuität zwischen Mittelalter und Renaissance, Hambourg, Hauswedell (Wolfenbütteler Abhandlungen zur Renaissanceforschung, 1), 1981, p. 55-70 ; Heinz Scheible, « Aristoteles und die Wittenberger Universitätsreform. Zum Quellenwert von Lutherbriefen », in : Michael Beyer et Günther Wartenberg (dir.), Humanismus und Wittenberger Reformation. Festgabe anlässlich des 500. Geburtstags des Praeceptor Germaniae Philipp Melanchthon am 16. Februar 1997, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt, 1996, p. 123-144.

23 Sur les divisions de ce qu’Augustijn appelle l’« humanisme biblique » au cours des années 1520, voir Cornelis Augustijn, Humanismus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Die Kirche in ihrer Geschichte, H 2, 2), 2003, p. 114 sq., et sur l’humanisme tardif Notker Hammerstein et Gerrit Walther (dir.), Späthumanismus. Studien über das Ende einer kulturhistorischen Epoche, Göttingen, Wallstein, 2000.

24 Thomas Kaufmann, « Filzhut versus Barett. „Doctrina“ in der sog. radikalen Reformation der 1520 Jahre », in : Anselm Schubert, Astrid von Schlachta et Michael Driedger (dir.), Grenzen des Täufertums, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2009.

25 Heinz Scheible, Melanchthon. Eine Biographie, Munich, Beck, 1997, p. 34 sq. ; id., « Melanchthons Bildungsprogramm », in : id., Melanchthon und die Reformation..., op. cit. (note 16), p. 99-1 14 ; Martin Brecht, Martin Luther, vol. 2, Ordnung und Abgrenzung der Reformation 1521-1532, Stuttgart, Calwer, 1986, p. 235 sq. ;Wilhelm Maurer, Der junge Melanchthon zwischen Humanismus und Reformation, vol. 2, Der Theologe, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1969, réédition 1996, p. 428 sq. ; Markus Wriedt, « Die theologische Begründung der Bildungsreform bei Luther und Melanchthon », in : M. Beyer et G.Wartenberg (dir.), Humanismus und Wittenberger Reformation..., op. cit. (note 22), p. 155-183 ; Nicole Kuropka, Philipp Melanchthon. Wissenschaft und Gesellschaft. Ein Gelehrter im Dienst der Kirche (1526-1532), Tübingen, Mohr Siebeck (Spätmittelalter und Reformation, Neue Reihe, 21), 2002.

26 Karl Hartfelder, Philipp Melanchthon als Praeceptor Germaniae, Berlin, Hoffmann (Monumenta Germaniae Paedagogica, 7), 1889, réimpression Nieuwkoop, de Graaf, 1964.

27 Barbara Bauer, Melanchthon und die Marburger Professoren (1527-1627), 2 volumes, Marbourg, Universitätsbibliothek (Schriften der Universitätsbibliothek Marburg, 89), 1999 ; Hans Schneider, « Marburg », in : H. D. Betz et al. (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart..., op. cit. (note 1), vol. 5, 2002, col. 780-782.

28 Thomas Kaufmann, « Theologische Auseinandersetzungen an der Universität Königsberg im 16. und 17. Jahrhundert », in : Klaus Garber, Manfred Komorowski et Axel E. Walter (dir.), Kulturgeschichte Ostpreussens in der Frühen Neuzeit, Tübingen, Niemeyer (Frühe Neuzeit, 56), 2001, p. 243-318 ; id., « Königsberg », in : H. D. Betz et al. (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart..., op. cit. (note 1), vol. 4, 2001 ; Bernd Moeller, « Die Universität Königsberg als Gründung der Reformation », in : id., Luther-Rezeption. Kirchenhistorische Aufsätze zur Reformationsgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck 8c Ruprecht, 2001, p. 182-193.

29 T. Kaufmann, « Die Anfänge der Theologischen Fakultät Jena... », art. cit. (note 14) ; J. Bauer et al. (dir.), Dokumente zur Frühgeschichte der Universität Jena..., op. cit. (note 2) ; Helmut G. Walther, « Von Leipzig nach Jena (1409-1548). Tradition und Wandel der drei wettinischen Universitäten », in :V. Leppin et al. (dir.), Johann Friedrich I..., op. cit. (note 14), p. 129-153.

30 Luise Schorn-Schütte, « Die Geistlichen vor der Revolution. Zur Sozialgeschichte der evangelischen Pfarrer und des katholischen Klerus am Ende des Alten Reichs », in : Helmut Berding, Etienne François et Hans-Peter Ullmann (dir.), Deutschland und Frankreich im Zeitalter der Französischen Revolution, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989, p. 216-244 ; Luise SchornSchütte, Evangelische Geistlichkeit in der Frühneuzeit. Deren Anteil an der Entfaltung frühmoderner Staatlichkeit und Gesellschaft. Dargestellt am Beispiel des Fürstentums Braunschweig-Wolfenbüttel, der Landgrafschaft Hessen-Kassel und der Stadt Braunschweig, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 1996 ; C. Scott Dixon et Luise Schorn-Schütte (dir.), The Protestant Clergy of Early Modern Europe, Basingstoke, etc., Palgrave Macmillan, 2003 ; Luise Schorn-Schütte, « Geistliche Amtsträger und/oder “Staatsagenten”. Forschungsbericht zum Amtsverständnis und zum sozialen Ort der Geistlichkeit in der Frühen Neuzeit », Göttingische Gelehrte Anzeigen, 257-1/2, 2005, p. 50-58.

31 Pour les détails, voir T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 251 sq.

32 A. Schindling, Bildung und Wissenschaft..., op. cit. (note 1), p. 3 ; id., « Katholische und Protestantische Kulturlandschaften im Heiligen Römischen Reich Deutscher Nation », in : Peter Claus Hartmann (dir.), Religion und Kultur im Europa des 17. und 18. Jahrhunderts, Francfortsur-le-Main, etc., Peter Lang (Mainzer Studien zur Neueren Geschichte, 12), 2004, p. 25-49 ; Matthias Asche, « Der Ostseeraum als Universitäts- und Bildungslandschaft im Spätmittelalter und in der Frühen Neuzeit. Baustein für eine hansische Kulturgeschichte », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 135,1999, p. 1-20.

33 Sur la Scandinavie et l’Europe de l’Est, voir Günter Frank et Martin Treu (dir.), Melanchthon und Europa, vol. 1, Skandinavien und Mitteleuropa, Stuttgart, Thorbecke (Melanchthon-Schriften der Stadt Bretten, 6-1), 2001 ; Heinz Scheible, « Melanchthons Beziehungen zum DonauKarparten-Raum bis 1546 », in : id., Melanchthon und die Reformation...,op. cit. (note 16), p. 272-303 ; T. Kaufmann, Das Ende der Reformation..., op. cit. (note 10), p. 286 sq. Sur la Scandinavie, voir Simo Heininen, Die finnischen Studenten in Wittenberg 1531-1552, Helsinki, Luther-AgricolaGesellschaft (Schriften der Luther-Agricola-Gesellschaft, A-19), 1980 ; id., « Die schwedischen Schüler Melanchthons », in : G. Frank et M.Treu (dir.), Melanchthon und Europa..., op. cit., p. 91-100 ; Otfried Czaika, David Chytraeus und die Universität Rostock in ihren Beziehungen zum schwedischen Reich, Helsinki, Luther-Agricola-Gesellschaft (Schriften der Luther-Agricola-Gesellschaft, 51), 2002.

34 Sur l’université de Wittenberg, en plus des travaux mentionnés note 18, voir sur la fonction d’expertise doctrinale de la faculté de théologie Udo Sträter, « Wittenberger Responsen zur Zeit der Orthodoxie. Eine Quelle zur Fakultätsgeschichte », in : Stefan Oehmig (dir.), 700Jahre Wittenberg. Stadt Universität Reformation, Weimar, Böhlau, 1995, p. 289-302 ; Armin Kohnle, « Wittenberger Autorität. Die Gemeinschaftsgutachten als Typos », in : I. Dingel et G. Wartenberg (dir.), Die Theologische Eakultät Wittenberg..., op. cit. (note 16), p. 189-200 ; Martin Brecht, « Die Consilien der Theologischen Fakultät der Universität Wittenberg », ibid., p. 201-222. Quelques études de cas dans Thomas Kaufmann, « Nahe Fremde - Aspekte der Wahrnehmung der „Schwärmer“ im frühneuzeitlichen Luthertum », in : K. von Greyerz et al. (dir.), Interkonfessionalität..., op. cit. (note 11), p. 179-241 (version française condensée dans : Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, 148-1, 2002, p. 47-79) ; id., « Religions- und konfessionskulturelle Konflikte in der Nachbarschaft. Einige Beobachtungen zum 16. und 17.Jahrhundert », in : Georg Pfleiderer et Ekkehard W. Stegemann (dir.), Religion und Respekt. Beiträge zu einem spannungsreichen Verhältnis, Zurich, Theologischer Verlag Zürich (Christentum und Kultur, 5), 2006, p. 139-172.

35 T. Kaufmann, Das Ende der Reformation..., op. cit. (note 10) ; Andreas Waschbüsch, Alter Melanchthon. Muster theologischer Autoritätsstiftung bei Matthias Flacius Illyricus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Forschungen zur Kirchen- und Dogmengeschichte, 96), 2008. Cette description des gens de Magdebourg en « gnésioluthériens », « gnésiophilippistes » et pour tout dire « gnésiowittenbergeois » va à l’encontre de l’image unilatérale qui est donnée d’eux comme d’authentiques élèves de Luther ; voir Oliver K. Oison, Matthias Flacius and the Survival of Luther’s Reform, Wiesbaden, Harrassowitz (Wolfenbüttler Abhandlungen zur Renaissanceforschung, 20), 2002. Sur l’Intérim, voir aussi Luise Schorn-Schütte (dir.), Das Interim 1548/1550. Herrschaftskrise und Glaubenskonflikt, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 203), 2005.

36 En plus des travaux mentionnés note 29, voir Joachim Bauer et Birgitt Hellmann (dir.), Verlust und Gewinn. Johann Friedrich I., Kurfürst von Sachsen, Weimar, Hain (Bausteine zur Jenaer Stadtgeschichte, 8), 2003.

37 Pour une vue d’ensemble, voir Hans-Walter Krumwiede, « Kirchenregiment, Landes Landesherrliches», in : G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. (note 1), vol. 19, 1990, p. 59-68 ; Anneliese Sprengler-Ruppenthal, Gesammelte Aufsätze. Zu den Kirchenordnungen des 16. Jahrhunderts, Tübingen, Mohr (Jus ecclesiasticum, 74), 2004 ; Karla Sichelschmidt, Recht aus christlicher Liebe oder obrigkeitlicher Gesetzesbefehl ? Juristische Untersuchungen zu den evangelischen Kirchenordnungen des 16. Jahrhunderts, Tübingen, Mohr (Jus ecclesiasticum, 49), 1995. Sur la juridiction matrimoniale des consistoires, voir le travail fondamental de Ralf Frassek, Eherecht und Ehegericht in der Reformationszeit. Der Aufbau neuer Rechtsstrukturen im sächsischen Raum unter besonderer Berücksichtigung der Wirkungsgeschichte des Wittenberger Konsistoriums, Tübingen, Mohr (Jus ecclesiasticum, 78), 2005.

38 T. Kaufmann, Das Ende der Reformation..., op. cit. (note 10) ; L. Schorn-Schütte (dir.), Das Interim..., op. cit. (note 35).

39 Gottfried Seebass, « Andreas Osiander d.Ä. und der Osiandrische Streit. Ein Stück preussischer landes- und reformatorischer Theologiegeschichte », in : Dietrich Rauschning et Donata von Nerée (dir.), Die Albertus-Universität zu Königsberg und ihre Professoren, Berlin, Duncker & Humblot (Jahrbuch der Albertus Universität zu Königsberg/Pr., 29), 1995, p. 33-48 ; T. Kaufmann, « Theologische Auseinandersetzungen... », art. cit. (note 28) ; Anna Briskina, Philipp Melanchthon und Andreas Osiander im Ringen um die Rechtfertigungslehre. Ein reformatorischer Streit aus der Ostkirchlichen Perspektive, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang (Europäische Hochschulschriften, Reihe XXIII, 821), 2006.

40 T. Kaufmann, Konfession und Kultur..., op. cit. (note 10), p. 178 sq.

41 Silvia Serena Tschopp, « Konfessionelle Konflikte im Spiegel publizistischer Medien - der Augsburger Kalenderstreit », in : Carl A. Hoffmann, Markus Johanns, Annette Kranz et Christof Trepesch (dir.), Als Frieden möglich war. 450 fahre Augsburger Religionsfrieden, Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2005, p. 243-252.

42 Pour des données détaillées et une vue comparée sur différents territoires, voir T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 336 sq. ; id., Konfession und Kultur..., op. cit., p. 313 sq. ; L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), passim (l’appareil statistique se trouve p. 512 sq.)

43 Sur le sujet encore mal connu des pratiques d’ordination dans l’aire d’influence de la Réforme de Wittenberg, voir Dorothea Wendebourg, « Martin Luthers frühe Ordinationen », in : S. Ehrenpreis et al. (dir.), Wege der Neuzeit..., op. cit. (note 11), p. 97-115 ; Martin Krarup, Ordination in Wittenberg. Die Einsetzung in das kirchliche Amt in Kursachsen zur Zeit der Reformation, Tübingen, Mohr Siebeck (Beiträge zur historischen Theologie, 141), 2007. Krarup a pu montrer que la généralisation de l’ordination à partir de 1535 a servi à mettre en place un contrôle plus systématique de la doctrine, ainsi qu’à renforcer la situation des pasteurs dans la population.

44 T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 256 sq. ; M. Nieden, Die Erfindung des Theologen..., op. cit. (note \6),passim ; A. Stegmann, Johann Friedrich König..., op. cit. (note 9), p. 147 sq. ; Chi-Won Kang, Frömmigkeit und Gelehrsamkeit. Die Reform des Theologiestudiums im lutherischen Pietismus des 17. und frühen 18.Jahrhunderts, Giessen-Bâle, Brunnen (Kirchengeschichtliche Monographien, 7), 2001. On lira aussi avec intérêt plusieurs des contributions de Herman J. Selderhuis et Markus Wriedt (dir.), Bildung und Konfession. Theologenausbildung im Zeitalter der Konfessionalisierung, Tübingen, Mohr Siebeck (Spätmittelalter und Reformation, Neue Reihe, 27), 2006.

45 Karl Hengst, Jesuiten an Universitäten und Jesuitenuniversitäten. Zur Geschichte der Universitäten in der Oberdeutschen und Rheinischen Provinz der Gesellschaft Jesu im Zeitalter der konfessionellen Auseinandersetzung, Paderborn, etc., Schöningh (Quellen und Forschungen aus dem Gebiet der Geschichte, Neue Folge 2), 1981 ; Arno Seifert, « Das höhere Schulwesen. Universitäten und Gymnasien », in : N. Hammerstein (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte...,op. cit. (note 1), p. 197-374, en particulier p. 317 sq. ; N. Hammerstein, Bildung und Wissenschaft..., op. cit. (note 1), p. 39 sq.

46 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), p. 313, avec l’objection de T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 333, note 388 et la réplique de L. Schorn-Schütte, « Forschungsbericht zum Amtsverständnis... », art. cit. (note 30), p. 52-53.

47 Hans-Christoph Rublack, « Lutherische Predigt und gesellschaftliche Wirklichkeiten », in : id. (dir.), Die lutherische Konfessionalisierung in Deutschland, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 197), 1992, p. 344-395 ; T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 508 sq.

48 Présentation d’ensemble dans Albrecht Beutel, « Predigt VIII. Evangelische Predigt vom 16. bis 18. Jahrhundert », in : G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. (note 1), vol. 27, 1997, p. 296-311. T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 435 sq. ; Norbert Haag, Predigt und Gesellschaft. Die lutherische Orthodoxie in Ulm 1620-1740, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, 145), 1992 ; Monika Hagenmaier, Predigt und Policey. Der gesellschaftliche Diskurs zwischen Kirche und Obrigkeit in Ulm 1614-1639, Baden-Baden, Nomos (Nomos-Universitätsschriften, 9-1), 1989 ; Sabine Holtz, Theologie und Alltag. Lehre und Leben in den Predigten der Tübinger Theologen 1550-1750, Tübingen, Mohr Siebeck (Spätmittelalter und Reformation, Neue Reihe, 3), 1993 ; Werner Anetsberger, Tröstende Lehre. Die Theologie Johann Arndts in seinen Predigtwerken, Munich, Utz, 2001 ; Bernhard Liess, Johann Heermann (1585-1647). Prediger in Schlesien zur Zeit des Dreißigjährigen Krieges, Münster, Lit (Arbeiten zur historischen und systematischen Theologie, 4), 2003 ; Udo Sträter, Meditation und Kirchenreform in der lutherischen Kirche des 17. Jahrhunderts, Tübingen, Mohr Siebeck (Beiträge zur historischen Theologie, 91), 1995 ; Joachim Hahn, Zeitgeschehen im Spiegel der lutherischen Predigt nach dem Dreißigjährigen Krieg. Beispiel des kursächsischen Oberhofpredigers Martin Geier (1614-1680), Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt (Herbergen der Christenheit, Sonderband 9), 2005.

49 L’homilétique comme cure d’âme constitue une dimension particulièrement accentuée par Johann Anselm Steiger, « Rhetorica sacra seu biblica. Johann Matthäus Meyfart (1590-1642) und die Defizite der heutigen rhetorischen Homiletik », Zeitschrift für Theologie und Kirche, 92, 1995, p. 517-558 ; id., « Seelsorge I, Kirchengeschichtlich », in : G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. (note 1), vol. 31,2000, p. 7-31. Sur l’homilétique de l’orthodoxie luthérienne, voir Albrecht Beutel, « Aphoristische Homiletik. Johann Benedikt Carpzovs „Hodogeticum“ (1652), ein Klassiker der orthodoxen Predigtlehre », in : id., Reflektierte Religion. Beiträge zur Geschichte des Protestantismus, Tübingen, Mohr Siebeck, 2007, p. 66-83.

50 Sur la vaste discussion relative à la structure des disciplines ecclésiastiques et à leurs conséquences en termes de disciplination sociale, on se contentera de renvoyer à Heinz Schilling (dir.), Kirchenzucht und Sozialdisziplinierung im frühneuzeitlichen Europa, Berlin, Duncker & Humblot (Zeitschrift für Historische Forschung, Beiheft 16), 1994.

51 Voir principalement les travaux de Luise Schorn-Schütte, en particulier : Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), notamment p. 393 sq. et 416 sq. ; Aspekte der politischen Kommunikation im Europa des 16. und 17. Jahrhunderts. Politische Theologie, Res Publica-Verständnis, konsensgestiftete Herrschaft, Munich, Oldenbourg (Historische Zeitschrift, Beihefte, Neue Folge 39), 2004 ; « Luther und die Politik », Luther-Jahrbuch, 71,2004, p. 103-114. Voir également Renate Dürr, Politische Kultur in der Frühen Neuzeit. Kirchenräume in Hildesheimer Stadt- und Landgemeinden 1550-1750, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2006, notamment p. 32 sq. Sur la notion de « quant-à-soi » (Eigensinn) élaborée dans le domaine de l’histoire du quotidien, voir Alf Lüdtke, « Alltagsgeschichte, Mikro-Historie, historische Anthropologie », in : Hans-Jürgen Goertz (dir.), Geschichte. Ein Grundkurs, 3e édition revue, Reinbek bei Hambourg, Rohwolt-Taschenbuch (rororo 55 688), 2007, p. 628-649.

52 Voir les travaux mentionnés note 8, ainsi que Martin Brecht et Reinhard Schwarz (dir.), Bekenntnis und Einheit der Kirche. Studien zum Konkordienbuch, Stuttgart, Calwer Verlag, 1980. Pour la situation compliquée du xvie siècle, voir Johannes Wallmann, « Die Rolle der Bekenntnisschriften im älteren Luthertum », in : id., Theologie und Frömmigkeit im Zeitalter des Barock, Tübingen, Mohr, 1995, p. 46-60. Sur le serment de confession, voir Klaus Schreiner, « luramentum Religionis. Entstehung, Geschichte und Funktion des Konfessionseides der Staats- und Kirchendiener im Territorialstaat der Frühen Neuzeit », Der Staat, 24-2,1985, p. 211-246.

53 T. Kaufmann, « Das Bekenntnis im Luthertum... »,art. cit. (note 8) ; J. Wallmann, « Die Rolle der Bekenntnisschriften... », art. cit. (note 52).

54 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), passim ; T. Kaufmann, Universität..., op. cit. (note 14), p. 349 sq.

55 Plusieurs travaux de Wolfgang Sommer se sont intéressés à eux : Gottesfurcht und Pürstenherrschaft. Studien zum Obrigkeitsverständnis Johann Arndts und lutherischer Hofprediger zur Zeit der altprotestantischen Orthodoxie, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Forschungen zur Kirchen- und Dogmengeschichte, 41), 1988 ; Politik, Theologie und Frömmigkeit im Luthertum der Frühen Neuzeit, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Forschungen zur Kirchen- und Dogmengeschichte, 74), 1999 ; et dernièrement Die lutherischen Hofprediger in Dresden. Grundzüge ihrer Geschichte und Verkündigung im Kurfürstentum Sachsen, Stuttgart, Steiner, 2006.

56 Julian Kümmerle, « Wissenschaft und Verwandtschaft – Protestantische Theologenausbildung im Zeichen der Familie vom 16. bis zum 18. Jahrhundert », in : H. J. Selderhuis et M. Wriedt (dir.), Bildung und Konfession..., op. cit. (note 44), p. 159-210 ; Julian Kümmerle, Luthertum, humanistische Bildung und württembergischer Territorialstaat. Die Gelehrtenfamilie Bidembach vom 16. bis zum 18. Jahrhundert, Stuttgart, Kohlhammer (Veröffentlichungen der Kommission für Geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, B 170), 2008.

57 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 30), p. 479 sq.

58 Sur les disputations, voir K. G. Appold, Orthodoxie als Konsensbildung..., op. cit (note 16). Voir aussi A. Schubert, Das Ende der Sünde..., op. cit. (note 10) ; M. Nieden, Die Erfindung des Theologen..., op. cit. (note 16) ; T. Kaufmann, Konfession und Kultur..., op. cit. (note 10) ; id., « Nahe Fremde... », art. cit. (note 34), en particulier p. 239 sq.

59 Hans Emil Weber, Der Einfluss der protestantischen Schulphilosophie auf die orthodoxlutherische Dogmatik, Leipzig, Deichert, 1908, réimpression Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1969 ; H. Filser, Dogma, Dogmen, Dogmatik..., op. cit. (note 21), p. 248 sq. ; A. Stegmann,Johann Friedrich König..., op. cit. (note 9), en particulier p. 166-167.

60 Cornelia Niekus Moore et Ferdinand van Ingen (dir.), Gebetsliteratur der Frühen Neuzeit als Hausfrömmigkeit. Funktionen und Formen in Deutschland und in den Niederlanden, Wiesbaden, Harrassowitz (Wolfenbütteler Forschungen, 92), 2001 ; Matthieu Arnold et Rolf Decot (dir.), Frömmigkeit und Spiritualität - Piété et spiritualité. Auswirkungen der Reformation im 16. und 17. Jahrhundert. L’impact de la Reformation aux xvie et xviie siècles, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, Beiheft, Abteilung abendländische Religionsgeschichte, 54), 2004 ; Frederik van Lieburg (dir.), Confessionalism and Pietism. Religions Reform in Early Modern Europe, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, Beiheft, Abteilung abendländische Religionsgeschichte, 67), 2006 ; Traugott Koch, Johann Habermanns « Betbüchlein » im Zusammenhang seiner Theologie, Tübingen, Mohr Siebeck (Beiträge zur historischen Theologie, 117), 2001.

61 Sur les cantiques, voir en particulier les travaux de Patrice Veit : « Das Gesangbuch als Quelle lutherischer Frömmigkeit », Archiv für Reformationsgeschichte, 79, 1988, p. 206-229 ; « Das Gesangbuch in der Praxis Pietatis der Lutheraner », in : H.-C. Rublack (dir.), Die lutherische Konfessionalisierung..., op. cit. (note 47), p. 435-454 et 455-459 ; « Die Musik und der religiöse Gesang », in : Jean-Marie Mayeur, Charles Pietri, André Vauchez et Marc Vénard (dir.), édition allemande dirigée par Norbert Brox, Odilo Engels et Georg Kretschmar, Die Geschichte der Christentums. Religion, Politik, Kultur, vol. 8, Kurt Meier et Heribert Smolinsky, Die Zeit der Konfessionen (1530-1620/1630), Fribourg-en-Brisgau, etc., Herder, 1992, p. 1223-1 245.

62 On le constate sans peine à la lecture des catalogues des écrits des professeurs de théologie de Rostock (T. Kaufmann, Universität..., op. cit. [note 14], p. 619-701), de Hunnius (M. Matthias, Theologie und Konfession..., op. cit. [note 9]) ou de Johann Gerhard (voir Johann Anselm Steiger et Peter Fiers [dir.], Bibliographia Gerhardiana [1601-2002], Stuttgart-Bad Cannstadt, Frommann-Holzboog [Doctrina et Pietas, 1-9], 2003). Sur les modes de communication dans le luthéranisme, voir la présentation d’ensemble de Wolfgang Sommer (dir.), Kommunikationsstrukturen im europäischen Luthertum der Frühen Neuzeit, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Die lutherische Kirche. Geschichte und Gestalten, 23), 2005.

63 Gerald Strauss, Luther’s House of Learning. Indoctrination of the Young in the German Reformation, Baltimore, John Hopkins University Press, 1978 ; Hans-Jürgen Fraas, Katechismustradition. Luthers Kleiner Katechismus in Kirche und Schule, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Arbeiten zur Pastoraltheologie, 7), 1971 ; Robert James Bast, Honor Your Fathers. Catechisms and the Emergence of a Patriarchal Ideology in Germany, 1400-1600, Leyde, etc., Brill (Studies in Medieval and Reformation Thought, 63), 1997 ; Andreas Ohlemacher, Lateinische Katechismen der frühen lutherischen Orthodoxie, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2009 ; Christoph Weismann, Die Katechismen des Johannes Brenz, Berlin, etc., de Gruyter (Spätmittelalter und Reformation, 21), 1990, vol. 1.

64 U. Sträter, « Wittenberger Responsen... », art. cit. (note 34) ; M. Brecht, « Die Consilien der Theologischen Fakultät... », art. cit. (note 34) ; A. Kohnle, « Wittenberger Autorität », art. cit. (note 34) ; T. Kaufmann, Konfession und Kultur..., op. cit. (note 10), p. 323 sq. ; Andreas Gössner, « Konkordienluthertum und regionale Identität. Fallanalyse eines Gutachtens der Theologischen Fakultät Leipzig zu innerkirchlichen Streitigkeiten in Iglau (Mähren) im Jahre 1582. Mit einem Quellenanhang », in : Michael Beyer, Andreas Gössner et Günther Wartenberg (dir.), Kirche und Regionalbewusstsein in Sachsen im 16. Jahrhundert, Leipzig, Leipziger Universitäts-Verlag (Leipziger Studien zur Erforschung von regionalbezogenen Identifikationsprozessen, 10), 2003, p. 43-78 ; id., « Die Gutachten der Theologischen Fakultät Leipzig von 1540 bis 1670 », ibid., p. 189-262.

65 Pour une vue d’ensemble des visites pastorales, voir Christian Peters, « Visitation I », in : G. Krause et G. Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, op. cit. (note 1), vol. 35, 2003, p. 151-163. L’impulsion des recherches sur le sujet est venue d’Ernst Walter Zeeden : voir en particulier, édité par lui, le Repertorium der Kirchenvisitationsakten aus dem 16. und 17. Jahrhundert in Archiven der BRD, vol. I,II/1, II/2, Stuttgart, Klett-Cotta (Spätmittelalter und Frühe Neuzeit), 1982-1987 ; avec Hansgeorg Molitor, Die Visitation im Dienst der kirchlichen Reform, 2e édition, Münster, Aschendorff (Katholisches Leben und Kirchenreform im Zeitalter der Glaubensspaltung), 1977. Pour une vue d’ensemble sur l’interprétation de l’âge confessionnel par Ernst Walter Zeeden : Konfessionsbildung. Studien zur Reformation, Gegenreformation und katholischer Reform, Stuttgart, Klett-Cotta (Spätmittelalter und frühe Neuzeit, 15), 1985.

66 Jacques Le Goff, Die Intellektuellen im Mittelalter, Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag (dtv 4581), 1993, p. 89 (édition originale française : Les intellectuels au Moyen Age, Paris, Seuil, 1957).

67 Le concept a été forgé par Otto Brunner, « Das „ganze Haus“ und die alteuropäische „Ökonomik“ », in : id., Neue Wege der Verfassungs- und Sozialgeschichte, 3e édition, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1980, p. 103-127.

68 Un exemple intéressant de communication savante transconfessionnelle est analysé par Anselm Schubert, « Kommunikation und Konkurrenz. Gelehrtenrepublik und Konfession im 17.Jahrhundert », in : K. von Greyerz et al. (dir.), Interkonfessionalität..., op. cit. (note 11), p. 105-131.

Auteur

[1962] a étudié la théologie à Münster, Tübingen et Göttingen. Il est devenu professeur d’histoire de l’Église à l’université de Munich (1996) puis de Göttingen (2000) et est membre ordinaire de l’Académie des sciences de Göttingen. Derniers ouvrages parus : Das Ende der Reformation. Magdeburgs « Herrgotts Kanzlei » 1548-1551/1552, Tübingen, 2003 ; Martin Luther, Munich, 2006 (traduction italienne, 2007) ; Konfession und Kultur. Lutherischer Protestantismus in der zweiten Hälfte des Reformationsjahrhunderts, Tübingen, 2006 ; « Türckenbüchlein ». Zur christlichen Wahrnehmung « türkischer » Religion in Spätmittelalter und Reformation, Göttingen, 2008.

Philippe Büttgen (Traducteur)

[1970], chercheur au Centre national de la recherche scientifique (Laboratoire d’études sur les monothéismes, CNRS/EPHE, Paris), travaille sur le corps pastoral protestant et la confessionnalisation des savoirs dans le monde germanique (xvie-xixe siècles). Parmi ses publications : « Théologie politique et pouvoir pastoral », Annales. Histoire, sciences sociales, 62-5,2007, p. 1129-1154 ; Lire Michel de Certeau. La formalité des pratiques (dir., avec Christian Jouhaud), Francfort-sur-le-Main, 2008 ; Théologies politiques du Vormärz. De la doctrine à l’action (1817-1850) (dir., avec Franck Fischbach), Paris, 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search