Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

C. Entre État et village

Gemeinde : commune, paroisse

Claudia Ulbrich
Traduction de Christophe Duhamelle

Texte intégral

  • 1 Les recherches de Karl S. Bader et de Gerhard Dilcher ont posé les bases de l’analyse des communes (...)
  • 2 Voir le bilan historiographique d’André Holenstein et Sabine Ullmann, « „Landgemeinde“ und „Minder (...)
  • 3 Dans l’espace germanophone, l’histoire ecclésiastique est du ressort des facultés de théologie des (...)
  • 4 On trouvera un bon aperçu des travaux sur les communes bi-confessionnelles dans Frauke Volkland, K (...)
  • 5 Sur l’histoire des formes de piété, voir la contribution d’Andreas Holzem dans ce volume.
  • 6 Peter Hersche a fait suivre son histoire du catholicisme au temps du baroque d’une bibliographie d (...)
  • 7 Dans son article sur la « description dense », Clifford Geertz insiste sur le point suivant : « Le (...)
  • 8 L’école française d’histoire religieuse (Chaunu, Delumeau, Tavenaux, Quéniart, Lebrun, etc.) n’a p (...)
  • 9 Hans Medick, « Buchkultur und lutherischer Pietismus. Buchbesitz, erbauliche Lektüre und religiöse (...)
  • 10 David Warren Sabean, Property, Production, and Family in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, Cambr (...)
  • 11 David Warren Sabean, Power in the Blood. Popular Culture and Village Discourse in Early Modern Ger (...)
  • 12 Sur la juridiction ecclésiastique, Heinz Schilling (dir.), Kirchenzucht und Sozialdisziplinierung (...)
  • 13 Les recherches sur les communautés juives rurales ont avant tout concerné le sud de l’Allemagne, e (...)
  • 14 À propos de la recherche sur les minorités, voir A. Holenstein et S. Ullmann (dir.), Nachbarn..., (...)
  • 15 Les travaux que Karl Siegfried Bader et Peter Blickle ont consacrés à la commune ont pris comme po (...)
  • 16 Ibid., p. 78.
  • 17 Une étude pionnière : Etienne François, Die unsichtbare Grenze. Protestanten und Katholiken in Aug (...)
  • 18 S. Ullmann, Nachbarschaft und Konkurrenz..., op. cit. (note 13), en particulier p. 378 sq. ; Rolf (...)

1Lorsque les historiens allemands parlent de Gemeinde – un mot qui signifie aussi bien la commune que la paroisse – c’est généralement dans l’acception politique de ce terme : la « commune » qui, depuis au moins la fin des années 1970, a fait l’objet de recherches approfondies et de débats intenses parmi les spécialistes d’histoire du droit et des institutions1. Ces travaux, qui ont ensuite élargi leurs interrogations en direction de l’histoire sociale, se sont entre autres fixé pour objectif d’expliquer l’émergence des communes rurales et urbaines, d’explorer leur rôle dans la constitution du lien social parmi les petites gens et de repérer leur position dans le cadre de l’organisation politique de l’époque moderne2. Toutes ces recherches prennent parfois en considération la paroisse (Pfarrgemeinde) ; mais celle-ci n’est pas au centre des problématiques développées par l’historiographie en langue allemande sur la Gemeinde. On y voit plutôt un thème réservé à l’histoire ecclésiastique (Kirchengeschichte) qui constitue, en Allemagne, une discipline autonome3. Certes, les frontières entre ces deux champs de recherche ne sont pas totalement étanches, comme le montrent les travaux menés sur la Réforme et la confessionnalisation qui ont en particulier souligné le cas à part que constituent les communes bi-confessionnelles4. Il existe en outre une série d’enquêtes qui se sont intéressées à la religion et aux pratiques religieuses au sein du quotidien – telles qu’on peut les observer dans les communes5. Sur ce point, de très nombreux articles ont été publiés dans des ouvrages collectifs ou dans les revues d’histoire régionale6. Nos connaissances sur les attitudes religieuses « au sein des communes7 » ont été grandement enrichies par des travaux micro-historiques qui ont parfois intégré les apports de l’école des Annales et de la sociologie religieuse à la française et se sont penchés sur les mentalités religieuses8. La monographie locale de Hans Medick sur une localité proto-industrielle des montagnes de Souabe en fournit un bon exemple : il a exploré les attitudes religieuses des individus et des groupes, et s’est interrogé sur les répercussions que celles-ci pouvaient avoir sur les modalités quotidiennes du travail, sur la culture matérielle et sur le régime de la propriété. Confrontant ses résultats aux thèses de Max Weber sur l’éthique protestante, il a pu montrer que les liens entre les croyances piétistes en matière de sanctification, le goût souabe du travail bien fait, et la volonté de maintenir la petite propriété dans cette localité de Laichingen, avaient débouché sur une mentalité de maintien opiniâtre du statut sans apparition d’un « esprit du capitalisme9 ». Ce faisant, il a focalisé son attention sur les individus, les familles et les groupes sociaux, leurs relations et leurs stratégies, davantage que sur la commune et la paroisse en tant que cadres institutionnels. On peut en dire autant du travail de David Sabean sur Neckarhausen10, même si Sabean avait auparavant pris les villages et les bourgs comme points de départ de son analyse de l’exercice du pouvoir et des contradictions auxquelles il se heurte dans le Wurtemberg de l’époque moderne11. Dans ce cadre, il a également abordé la problématique des normes ecclésiastiques et de leur application – des thèmes centraux pour l’étude des rapports entre religion et Gemeinde'12. On retrouve une marginalisation comparable du thème de la communauté religieuse dans les recherches sur l’histoire des juifs, bien qu’elles prennent fréquemment la forme (au même titre que les recherches sur la Réforme) de monographies communales'13. Une grande partie d’entre elles se consacrent en effet aux relations entre chrétiens et juifs, ou bien abordent les communautés juives sous l’angle de leur statut de minorités ou de groupes marginaux14. Là encore, les thèmes de la religion et de ses pratiques ne cessent toutefois d’émerger dans ces travaux consacrés aux différentes communes. En raison, principalement, de la marqueterie territoriale et confessionnelle qui caractérisait le Saint-Empire, les communes, dans l’Allemagne de l’époque moderne, obéissaient à des schémas d’organisation extrêmement différenciés. Cette constatation s’applique également au monde des villages, qui semble pourtant plus simple à décrire15. Dans certaines régions, le village et la paroisse coïncidaient géographiquement ; dans d’autres, certaines paroisses comprenaient plusieurs villages, et cela jusqu’à l’époque contemporaine16. La Réforme n’a rien fait pour simplifier cette situation. Comme l’ont montré les études consacrées aux communes bi-confessionnelles17 et à la juxtaposition d’une communauté juive à une communauté chrétienne18, une coexistence – voire une confrontation – complexe des confessions se jouait souvent au sein même des communes.

2En fonction de cette complexité de l’objet, le spectre des problématiques appliquées par la recherche aux relations entre Gemeinde, Église, piété et religion, est extrêmement large. Un bilan historiographique ne saurait donc faire le tour de toutes ces interrogations. Par conséquent, je me centrerai ici sur un débat fondamental pour les études sur les communes : celui qui porte sur la notion de « communalisme » (Kommunalismus), développée par Peter Blickle à partir des années 1970. Je partirai de ce débat pour retracer les discussions les plus importantes qui ont eu lieu sur le rapport entre religion et commune.

I

  • 19 Peter Blickle donne un aperçu remarquable de ses approches dans l’article « Kommunalismus », in : (...)
  • 20 Peter Blickle, Landschaften im Alten Reich. Die staatliche Funktion des gemeinen Mannes in Oberdeu (...)
  • 21 Sur les révoltes rurales et urbaines comme tentatives d’imposer une intégration politique : Peter (...)
  • 22 Peter Blickle, Kommunalismus. Skizzen einer gesellschaftlichen Organisations form, 2 volumes, Muni (...)
  • 23 P. Blickle, « Kommunalismus », art. cit. (note 19), col. 986.

3Le communalisme est un concept scientifique que Peter Blickle a forgé dans les années 1980 afin de l’opposer au concept de féodalisme19. Sa réflexion sur ce sujet se fonde sur la commune villageoise comme personne juridique représentant les intérêts du village face aux communautés voisines ainsi qu’au pouvoir seigneurial, local et territorial. D’emblée, cette perspective visait à réexaminer la relation entre l’État et ses sujets – et Blickle se fixa explicitement comme objectif, par le biais des communes et des résistances qu’elles opéraient, de sortir de l’ombre les paysans en tant que sujets et acteurs de l’histoire20. Il s’agissait pour lui de pister empiriquement les espaces de liberté sur lesquels le pouvoir n’avait pas prise, et de montrer dans quelle mesure la commune était partie prenante de la construction de l’État21. Il a rassemblé ses premiers résultats en un modèle, celui du communalisme, qui repose sur l’idée que la commune et les chefs de famille forment les éléments essentiels dans la construction de la société européenne pré-moderne22. Les principales caractéristiques du communalisme sont les suivantes. Les communes sont apparues à l’aube du Moyen Age tardif (vers 1200-1300) sous la forme d’unités géographiques aux frontières bien définies. Elles résultent d’une modalité particulière de la formation du lien social, qui s’exprime dans une mutation de l’organisation du travail et de la répartition de l’habitat. À la suite de la dislocation de l’ordre qui avait prévalu lors du Moyen Age central, ceux qui jusque-là faisaient partie des non-libres ont élaboré des formes d’union politico-juridique incarnées dans des communes urbaines et rurales dotées d’une grande autonomie. Les communes revendiquèrent le droit d’élaborer leurs propres règles de fonctionnement (ius statuendi), elles mirent en place une administration propre et des instances spécifiques d’application du droit. L’émergence des communes fut conditionnée par un fonctionnement économique à la fois individuel et communautaire centré sur la maisonnée, ainsi que par une concentration de l’habitat sous forme de villes, de marchés ou de villages. Les droits et les devoirs politiques étaient attachés à l’existence d’un ménage ou d’une maisonnée et ne pouvaient donc être exercés que par le chef de chaque maisonnée. La coexistence incarnée par la commune fonda ses propres valeurs et ses propres normes, dont faisaient partie la paix, le bien commun, l’assurance de la subsistance et l’égalité sous l’angle du droit23.

  • 24 Peter Blickle, Das Alte Europa. Vom Hochmittelalter bis zur Moderne, Munich, Beck, 2008, p. 93.
  • 25 P. Blickle, Kommunalismus..., op. cit. (note 22), vol. 2, p. 303.

4Dans ce modèle du communalisme, l’Église et la religion occupent une position plutôt marginale. Certes, des parallèles sont établis entre commune et paroisse ; mais Blickle s’intéresse davantage à ce qui différencie l’une de l’autre. À propos du xiiie siècle, il souligne par exemple que « la paroisse, contrairement à la commune, n’avait pas de personnalité juridique ; elle n’était pas censée émettre une volonté, elle ne prenait aucune décision, sa vie religieuse et les formes de piété pratiquées en son sein étaient déterminées et prescrites par les papes et les évêques, les conciles et les synodes. Autant la commune politique répondait à un mode d’organisation collégial, autant celui de la paroisse était hiérarchique24 ». Toutefois, le droit lié aux fondations et l’acquisition des droits de patronage et de présentation débouchèrent à la fin du Moyen Âge sur une communalisation de l’Église25.

  • 26 Peter Blickle, Gemeindereformation. Die Menschen des 16. Jahrhunderts auf dem Weg zum Heil, Munich (...)
  • 27 Une synthèse rapide sur la paroisse chrétienne dans Volker Leppin, « Gemeinde, 1. Christliche », i (...)
  • 28 Peter Blickle, Gemeindereformation..., op. cit. (note 26), en particulier p. 110 ; id., Kommunalis (...)
  • 29 P. Blickle, Das Alte Europa..., op. cit. (note 24), p. 98.

5Le concept de « Réforme par les communes » (Gemeindereformation) rend compte de cette évolution ; il repose en effet sur la mise en exergue des éléments structurels communs à la ville et à la campagne, ainsi que des similitudes existant entre les programmes de Réforme élaborés par les villes et par les villages26. La Réforme et le communalisme se conditionnent réciproquement. De même qu’on peut voir dans la théologie des réformateurs une théorisation des progrès des idées communales, de même, il est possible d’expliquer l’accueil favorable réservé à la théologie réformatrice en soulignant à quel point elle s’insérait bien dans le système de représentations des communes. Blickle insiste sur le fait que toutes les innovations ont été mises en œuvre non par les paroisses, mais par les communes – et donc par la Gemeinde au sens politique, et non religieux. Pour la Réforme au village comme à la ville, la communalisation de l’Église et la reconfiguration de la Gemeinde politique en Gemeinde chrétienne constituent des traits distinctifs essentiels. Ce phénomène est encore plus marqué lors de la seconde Réforme27 : les communautés ecclésiastiques fondées par Zwingli et Calvin furent dotées de structures analogues à celles des communes politiques. Il existait ainsi un lien de causalité réciproque entre la sanctification de la commune politique et la politisation de la paroisse chrétienne28. En dépit des différences entre confessions engendrées par la Réforme, Blickle fait donc porter l’accent sur les points communs entre elles sous l’angle communautaire : « la diffusion de la Parole divine, la célébration des sacrements et les services caritatifs sont les trois piliers de la paroisse et le sont restés dans toutes les communautés confessionnelles chrétiennes29 ».Toutes les paroisses partagent selon lui la même fonction : conférer à la vie des hommes un supplément sacral – au sens chrétien du terme – et les enrichir spirituellement.

  • 30 P Blickle, « Kommunalismus und Republikanismus in Oberdeutschland », in : Helmut Koenigsberger (di (...)
  • 31 P. Blickle, « Kommunalismus, Parlamentarismus, Republikanismus », Historische Zeitschrift, 242-3, (...)
  • 32 Michael Mitterauer, Warum Europa ? Mittelalterliche Grundlagen eines Sonderwegs, Munich, Beck, 200 (...)

6Au moyen du concept de « communalisme », Blickle tente en définitive de « prendre en compte le fait que de 1300 à 1800, dates rondes, c’est-à-dire du Moyen Âge finissant aux débuts de la Modernité, la commune – avec la famille – représentait la référence primordiale de la vie sociale pour 95 % de la société30 ». Le communalisme est donc pour lui non seulement un concept scientifique opératoire, mais également un concept de découpage chronologique valable pour toute l’Europe. À ses yeux, l’histoire de l’Europe est en grande partie une histoire du communalisme. La commune, cette forme d’organisation sociale des bourgeois et des paysans, prit à la fin du Moyen Age le pas sur l’organisation féodale et, par ses valeurs fondées sur la paix, le bien commun et l’égalité juridique, contribua à modeler les schémas de légitimation adoptés par l’État émergent de l’époque moderne. La Réforme a donné une forte impulsion à l’idée communale – mais cette dynamique a été largement brisée par la victoire des États territoriaux consécutive à la guerre des Paysans. L’autonomie des communes a été largement vidée de son sens aux xviie et xviiie siècles, et elles sont progressivement devenues des auxiliaires des autorités étatiques. Il n’en reste pas moins – c’est un des fondements du système de Blickle – que les principes apparus dans le monde bourgeois et paysan du Moyen Age tardif et reflétés par le concept de communalisme se perpétuent ensuite jusqu’à nos jours, en passant par le parlementarisme et le républicanisme31. Dans ce modèle, communalisme et christianisme entretiennent des relations étroites. Les idées de Blickle sont reprises par Michael Mitterauer qui établit également un lien entre la promotion de la commune et la chrétienté occidentale. Selon lui, tout porte à penser que la chrétienté est une religion de la commune, que commune et chrétienté se sont renforcées réciproquement32.

II

  • 33 Robert W. Scribner, « Communities and the nature of power », in : Robert W. Scribner et Sheilagh C (...)
  • 34 A. Holenstein et S. Ullmann, « „Landgemeinde“ und „Minderheiten“... », art. cit. (note 2).
  • 35 Heinrich Richard Schmidt, « Konfessionelle Sondergruppen, Nachbarn und Gemeinden. Kommentar zu den (...)
  • 36 Sur l’importance des dissensions internes aux communes dans le contexte des résistances paysannes, (...)

7Le modèle du communalisme a été très largement repris en Allemagne et a donné lieu à de nombreuses controverses. C’est surtout la tentative effectuée par Blickle pour faire des formes d’organisation politique et de cohésion sociale élaborées dans les villes et les campagnes l’expression d’un principe unique, structurant la politique et la société, et actif jusqu’à nos jours, qui n’a cessé d’être contestée. Cette démarche néglige en effet aussi bien les dissonances et les conflits au sein des communes et entre les communes, que les tensions possibles entre la commune et la paroisse. Elle n’accorde en outre qu’une place très réduite à l’analyse des rapports de force. Car Blickle, en cherchant à construire un concept relevant de l’histoire structurelle, suppose l’existence de structures horizontales fondées sur l’équivalence de tous les membres de la commune. Ce faisant, il bâtit des continuités un peu artificielles, il aplanit les différences entre la ville et la campagne et il accorde à la diversité religieuse une place bien moins importante que celle qui lui est généralement reconnue parmi les historiens de l’époque moderne33. Les auteurs des recherches les plus récentes sur la commune sont au contraire persuadés que les communes rurales à l’époque moderne ne formaient des unités homogènes ni sous l’angle juridique, ni sous l’angle social ou économique, ni, bien souvent, en matière de religion et de confession34. On a ainsi montré à propos des communes bi-confessionnelles que le processus conjoint de mise à l’écart et de réintégration des groupes confessionnels dissidents s’était déroulé de manière similaire dans de nombreux endroits. Ce parallélisme n’est pas redevable qu’aux cadres politiques et institutionnels du processus ; il relève plutôt – selon une hypothèse proposée par Heinrich Richard Schmidt – d’une histoire des représentations qui interroge la valeur accordée au religieux ou, en ce cas, à la différence religieuse35. Les travaux portant sur les formes de résistance paysanne soulignent quant à eux la conflictualité, la fragilité et les lacunes des capacités intégratives des communes, faisant ainsi porter l’attention sur des aspects qui n’ont que peu de place dans le concept de Blickle. Ils indiquent ainsi que les communes, dès le début des troubles, se muaient en instruments collectifs de coercition exerçant une forte pression sur leurs membres individuels. De nombreux exemples ont en outre permis de montrer que, tout au long des mouvements de contestation, les communes étaient tiraillées entre plusieurs factions dont les lignes de fracture recoupaient les réseaux familiaux et de clientèle36. La capacité d’intégration des communes trouvait ici ses limites, ce qui fait planer le doute sur les continuités postulées par le communalisme.

  • 37 Kaspar von Greyerz, Religion und Kultur. Europa 1500-1800, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000 (...)
  • 38 Heinz Schilling, « Die deutsche Gemeindereformation. Ein oberdeutsch-zwinglianisches Ereignis vor (...)
  • 39 Peter Blickle, Die Reformation im Reich, 3e édition revue et augmentée, Stuttgart, Ulmer, 2000.

8Kaspar von Greyerz a entrepris un bilan critique du concept de « Réforme par les communes » défendu par Blickle ; selon lui, cette formule ne tient pas compte des tensions sociales présentes aussi bien en ville qu’à la campagne. Il convient à son sens d’attribuer au fait que « les revendications en matière de religion et d’organisation ecclésiastique, de société et de politique étaient indissolublement intriquées au début de la Réforme » une même valeur explicative qu’aux aspirations des individus au Salut – aspirations qui ne se limitaient pas à une conception collective de ce Salut37. La notion de « Réforme par les communes » a également fait l’objet de critiques de la part de Heinz Schilling, mais dans une autre direction. Il pointe le fait que la ville et la bourgeoisie ont eu bien plus d’importance pour l’éclosion de la Réforme que la société rurale. Il regrette également que le concept de Blickle concerne avant tout l’Allemagne du Sud-Ouest, négligeant ainsi les évolutions des grandes villes du Nord qui n’étaient pas des villes d’Empire et qui sont devenues luthériennes38 – une objection que Blickle a rejetée dans des publications ultérieures39.

  • 40 Olaf Mörke, Die Reformation. Voraussetzungen und Durchsetzung, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie de (...)

9En dépit de toutes ces critiques de détail, le concept de « Réforme par les communes » a fini par s’imposer. Pour reprendre les termes d’Olaf Mörke, « l’apport essentiel du concept de Réforme par les communes réside dans l’intégration du monde paysan – qui domine en termes quantitatifs l’histoire sociale de l’Europe ancienne – parmi les préoccupations de la recherche sur la Réforme dans le domaine de l’histoire de la société, de la politique et de la culture40 ».

  • 41 Rosi Fuhrmann, Beat Hodler, Beat Kümin et Andreas Würgler, « Diskussionsbericht », in : Peter Blic (...)
  • 42 Klaus Schreiner, « Teilhabe, Konsens und Autonomie. Leitbegriffe kommunaler Ordnung in der politis (...)
  • 43 Blickle explique cela par le fait que la théorie politique « ne voit que d’un seul œil », et non p (...)
  • 44 Les recherches menées par Christophe Duhamelle ouvrent des aperçus nouveaux sur la question des id (...)

10La controverse a également porté sur le rapport entre théorie et pratique41. Blickle a forgé son modèle à partir des communes rurales et l’a ensuite étendu aux villes. Klaus Schreiner rappelle toutefois que la commune rurale n’a jamais été au centre de la formation des théories politiques à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne42. Les théories du temps, qui faisaient reposer la définition de la commune politique sur ses compétences juridictionnelles mais qui en excluaient les communes rurales bien qu’elles disposassent de telles compétences, présentent une contradiction révélatrice d’une faiblesse fondamentale du concept de communalisme43. Est-il vraiment possible d’établir entre les théories et les pratiques politiques une relation aussi étroite que celle qui fonde la démarche de Blickle ? Ne faut-il pas au contraire inscrire plus largement ces deux domaines – la théorie et la pratique – dans les contextes qui sont spécifiques à chacun d’entre eux ? Est-il légitime de ne prendre en considération que la juridiction communale en faisant l’impasse sur les autres instances chargées de dire le droit, des tribunaux ecclésiastiques jusqu’aux tribunaux des États territoriaux ? D’autres domaines, comme celui de l’identité et du processus de formation des groupes sociaux, pourraient faire l’objet de questionnements similaires44.

  • 45 Heide Wunder, Die bäuerliche Gemeinde in Deutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986.
  • 46 Hartmut Zückert, « Gemeindeleben in brandenburgischen Amtsdörfern des 17. und 18. Jahrhunderts », (...)
  • 47 Sur le rôle des femmes dans la commune, voir entre autres Claudia Ulbrich, « Frauen und Kleriker » (...)
  • 48 Sur la problématique de l’exclusion : R. Fuhrmann et al., « Diskussionsbericht », art. cit. (note (...)

11Les critiques adressées à la démarche idéal-typique de Blickle sont venues, entre autres, des chercheurs qui se sont intéressés à la commune sous l’angle de l’anthropologie historique, et qui ont mis en valeur l’importance des pratiques ainsi que la nécessité de procéder à des différenciations. Heide Wunder, par exemple, a plaidé pour une meilleure évaluation de la diversité des formes prises, au même moment, par la commune. Cela ne l’a pas empêchée d’ordonner elle aussi l’évolution de la commune en Allemagne selon un schéma linéaire organisé autour de deux formules : « la domination avec les paysans » et « la domination sur les paysans »45. Récemment, Hartmut Zückert a attiré l’attention sur un problème fondamental que ni le modèle de Blickle ni celui de Wunder n’ont suffisamment pris en compte : en se référant aux communes du Brandebourg, il a rappelé que la paroisse constituait un genre spécifique de regroupement puisque, à la différence de la commune politique, elle rassemblait tous les habitants chrétiens, et pas seulement les possesseurs d’une exploitation agricole46. La recherche sur l’histoire des femmes a également souligné les limites du modèle structurel de Blickle pour l’appréhension complète des réalités vécues de tous les êtres humains47. En effet, ce modèle axé sur les valeurs communales ménage une place trop restreinte aux différents types d’appartenance – qu’ils soient fondés sur la possession, l’âge, la religion, le sexe, le statut social, l’origine ou les connexions familiales – ainsi qu’à ceux qui en sont exclus48.

  • 49 Lieselott Enders, « Die Landgemeinde in Brandenburg. Grundzüge ihrer Funktion und Wirkungsweise vo (...)
  • 50 Beat Kümin, The Shaping of a Community. The Rise & Reformation of the English Parish c. 1400-1560, (...)
  • 51 Beat Kümin (dir.), Landgemeinde und Kirche im Zeitalter der Konfessionen, Zurich, Chronos, 2004.

12Ce n’est pas un hasard si les travaux d’anthropologie historique consacrés à la commune sont ceux qui ont fait la critique la plus approfondie du concept de communalisme développé par Blickle : en effet, c’est bien lui qui, en se concentrant sur la maisonnée et la commune, a placé l’accent sur certains aspects centraux de la vie quotidienne et a éveillé l’intérêt de la recherche envers la Gemeinde. Le mouvement a concerné aussi, et même surtout, les enquêtes sur les communes rurales dans les zones orientales dominées par la seigneurie domaniale (Gutsherrschaft), où on a mis au jour l’importance institutionnelle des communes49. L’influence de Blickle est particulièrement nette dans « l’histoire du village » dirigée par Werner Trossbach et Clemens Zimmermann, et parue en 2006 ; les modalités de l’auto-organisation dans les villages y occupent une place considérable. La religion est évoquée lorsqu’il est question du prêtre, de la manière de le choisir, de sa situation au village, de son bénéfice et surtout de la juridiction ecclésiastique des mœurs, ainsi qu’à propos de la gestion des pauvres. Beat Kümin quant à lui accorde une plus grande importance aux interrelations entre commune et Église. Ses travaux portent sur certaines communes de l’Angleterre rurale50. Le recueil qu’il a dirigé en 2004 ne présente pas (ou plus) les communes comme des entités homogènes mais montre au contraire qu’elles obéissent à de fortes différenciations internes, territoriales, sociales et religieuses. Les recoupements, les synergies et les rivalités entre les unités communales séculières et ecclésiastiques font l’objet d’analyses détaillées, et l’accent est mis sur les variations existant non seulement entre les confessions, mais aussi au sein de chacune d’entre elles51.

  • 52 Irmintraut Richarz, « Das ökonomisch-autarke „Ganze Haus“ – eine Legende ? », in : Trude Ehlert (d (...)

13Les travaux sur les dissensions au sein des communes permettent de prendre la mesure des relations de pouvoir et des modalités de formation du lien social dans la Gemeinde, autant d’aspects laissés de côté par le modèle du communalisme. Ces interrogations portent en particulier sur la notion de ganzes Haus (maisonnée) qui est reprise dans le système de Blickle sans que ses présupposés soient vraiment remis en question. Irmintraut Richarz, en se confrontant à « la représentation, héritée de Riehl, d’une maisonnée qui, fondamentalement autarcique, se suffit à elle-même et qui, reposant sur une inégalité des sexes posée en loi naturelle, devait être régentée autoritairement par son patriarche », insiste sur le fait que cette notion masque la nécessité de « reconnaître la performance que constituent non pas la crispation sur une autarcie statique et sur la structure sociale qui la permet, mais bien les réponses constructives apportées aux constantes évolutions des conditions sociales »52. Les limites du concept de communalisme pour aborder de telles questions sont régulièrement soulignées par les historiens.

  • 53 W.Troßbach et C. Zimmermann, Die Geschichte des Dorfes..., op. cit. (note 15), p. 17. Les deux aut (...)
  • 54 Andreas Holzem, Religion und Lebensformen. Katholische Konfessionalisierung im Sendgericht des Für (...)
  • 55 John Theibault, German Villages in Crisis. Rural Life in Hesse-Kassel and the Thirty Years’ War, 1 (...)
  • 56 Jan Peters, « Der Platz in der Kirche. Über soziales Rangdenken im Spätfeudalismus », Jahrbuch für (...)
  • 57 Les parnassim eux aussi étaient généralement élus par les membres de la communauté puis confirmés (...)

14Les recherches les plus récentes ne se sont pas seulement penchées sur les différenciations à effectuer au sein des communes. Elles ont aussi cherché à analyser « les tensions apportées par la coexistence conflictuelle entre la puissance du lien communautaire et celle du rapport hiérarchique à l’autorité, ainsi que la transcription des structures et des relations sociales au sein du village en termes de pouvoir53 ». Sous cet angle, les paroisses, dans de nombreux contextes, apparaissent comme des Gemeinden à part entière qui peuvent entretenir avec les communes politiques des rapports de concurrence – ou de complémentarité, en particulier lorsqu’il s’agit de l’utilisation de l’église ou du cimetière, qui ne sont absolument pas réservés à un usage religieux. Plusieurs études indiquent que l’église, en tant que bâtiment, ne servait pas uniquement à la prière, mais aussi au stockage de différents produits54. De même, les cimetières n’étaient pas seulement la dernière demeure des défunts, mais aussi un lieu de marché et de rassemblement. Et les cloches ne sonnaient pas exclusivement pour appeler les paroissiens à l’office, elles étaient aussi actionnées pour convoquer les membres de la commune à une assemblée générale, pour signaler un danger d’incendie ou pour avertir de l’approche de soldats ennemis55. L’ordre dans lequel on s’asseyait à l’église reflétait les prétentions sociales de chacun des protagonistes56. Cet ordre, ainsi que celui qui était respecté dans le déroulement des processions, manifestaient aux yeux de tous la hiérarchie sociale du village et constituaient donc incontestablement un contrepoids extrêmement efficace à l’égalité théorique des membres de la commune, sur laquelle reposait le communalisme. On peut ici revenir aux questions que soulève le fait que la commune ne représentait qu’une minorité parmi les habitants d’un village. Quelle était la relation entre l’ensemble des villageois, les membres actifs de la commune, et les paroissiens ? Lequel de ces niveaux – pour qui, et à quel moment – revêtait-il le plus d’importance ? Sur laquelle de ces appartenances l’identité se fondait-elle ? Quels rapports et quelles tensions existait-il entre ces différentes acceptions de la Gemeinde d’une part, la famille et la parenté d’autre part ? Ces interrogations, que le concept de communalisme aurait pu permettre de poser dans toute leur ampleur, au-delà même des frontières du monde chrétien, n’ont pourtant jusqu’à aujourd’hui été abordées, au mieux, que dans quelques études de cas. Les prétentions concurrentes de la commune et de la paroisse pouvaient s’exercer devant les tribunaux, pour l’assistance apportée aux indigents, ou encore en matière de crédit. Sur ces points, les communautés chrétiennes ne se distinguaient pas fondamentalement de leurs homologues juives, qui devaient faire face aux mêmes types de tâches57.

  • 58 Voir sur ce point les travaux très stimulants de Jay Goodale, « Pfarrer als Außenseiter. Landpfarr (...)
  • 59 Rainer Beck, « Der Pfarrer und das Dorf. Konformismus und Eigensinn im katholischen Bayern des 17. (...)
  • 60 Sur la figure de la femme de pasteur : Louise Schorn-Schütte, « „Gefährtin“ und „Mitregentin“. Zur (...)
  • 61 C. Ulbrich, « Frauen und Kleriker », art. cit. (note 47).
  • 62 « L’assaut des femmes de Wellingen » (Wellinger Weibersturm) constitue un exemple révélateur : les (...)

15Lorsqu’il s’agit d’évaluer les rapports entre la Gemeinde chrétienne, le prêtre et les autorités territoriales, une des clés réside dans la position occupée par le curé ou le pasteur au sein du village, dans les modalités de son accession à cette fonction, dans les liens noués entre lui et la commune, et dans ses obligations envers les autorités supérieures. De ce point de vue, le monde protestant a été bien plus étudié que le catholique58. On a pourtant pu montrer que du côté du catholicisme aussi le curé, aux xviie et xviiie siècles, était soumis au contrôle de la paroisse. Même dans un territoire comme la Bavière, où le catholicisme est devenu un pouvoir auxiliaire de celui de l’État, on note la persistance d’une conception « faisant du curé une sorte de serviteur du village et un homme dont le devoir est de se plier aux règles de comportement, aux intérêts et aux besoins de sa paroisse59 ». Contrairement au pasteur protestant qui, étant marié, disposait d’un véritable ménage60, le curé catholique avait besoin du soutien d’une domestique. Dès lors, le presbytère était susceptible de se transformer en foyer de débauche et de désordre et faisait donc l’objet d’une surveillance étroite de la part des autorités ecclésiastiques, mais aussi des paroissiens61. On peut à cette occasion observer l’établissement de groupes d’intérêts et d’alliances qui peuvent être d’une grande utilité pour l’étude de la Gemeinde. Il apparaît en particulier que dans le cadre de la paroisse les chefs de ménage ne sont pas les seuls à constituer un groupe actif – les mères de famille en font autant. Leur intervention s’exerce aussi bien dans le choix des sages-femmes que dans le contrôle du comportement moral du prêtre et des paroissiens62.

  • 63 A. Holzem, Religion und Lebensformen, op. cit. (note 54), p. 392.
  • 64 Heinrich Richard Schmidt, Dorf und Religion. Reformierte Sittenzucht in Berner Landgemeinden der F (...)

16Les communes tenaient à ce que tous les villageois, curé compris, mènent une vie conforme aux préceptes divins car cela correspondait aussi à l’image que les chrétiens de l’époque moderne se faisaient de Dieu. Ils voyaient en lui un juge sévère qui ne laissait aucun péché impuni. La peccabilité des hommes était individuelle, mais la punition divine était collective. Comme le montre Andreas Holzem, la notion de salut public était liée au respect des commandements ecclésiastiques et religieux. Dans le pays de Münster qu’il a étudié, Holzem a pu en outre relever « une instrumentalisation du tribunal ecclésiastique itinérant (Sendgericht) au service de motivations sociales particulières à chaque village63 » – un processus similaire à l’utilisation des tribunaux que Heinrich Richard Schmidt a observée dans le haut-pays Bernois, en Suisse64. Ce thème permet de mettre en valeur les tensions entre l’individu et la communauté, tensions trop longtemps sous-estimées dans les discussions sur la notion de communalisme.

17Mes quelques remarques à propos des tendances récentes de la recherche sur l’histoire de la Gemeinde font apparaître que la question de la paroisse, négligée dans le débat autour du communalisme, est susceptible d’ouvrir de nouveaux horizons aux travaux sur la commune. Cette impulsion concerne moins la question de l’autonomie, si centrale pour le communalisme, que celle des appartenances et des relations de pouvoirs telles que les pratiques du quotidien permettent de les apercevoir. Elle offre une possibilité de mieux comprendre comment les communautés locales fonctionnaient.

Notes

1 Les recherches de Karl S. Bader et de Gerhard Dilcher ont posé les bases de l’analyse des communes en ternies d’histoire du droit et des institutions. Face à une tradition historiographique allemande centrée sur l’État, ces travaux ont promu une perspective axée sur les structures communautaires et sur celles des communes. Ils ont insisté sur le fait que la production du droit ainsi que les influences exercées par l’exercice du pouvoir et l’émergence de la sphère étatique n’ont pu se produire efficacement qu’à la zone de contact avec le quotidien des communes, villages et villes : Karl Siegfried Bader et Gerhard Dilcher, Deutsche Rechtsgeschichte. Land und Stadt – Bürger und Bauer im Alten Europa, Berlin, etc., Springer, 1999.

2 Voir le bilan historiographique d’André Holenstein et Sabine Ullmann, « „Landgemeinde“ und „Minderheiten“ in der Frühen Neuzeit », in : id. (dir.), Nachbarn, Gemeindegenossen und die anderen. Minderheiten und Sondergruppen im Südwesten des Reiches während der Frühen Neuzeit, Epfendorf, Bibliotheca Academica, 2004, p. 9-32, en particulier p. 19-26, ainsi que la contribution de Hartmut Zuckert, « Gemeindeleben. Verfassungsgeschichtliche, volkskundliche und historischanthropologische Zugänge », in : Thomas Rudert et Hartmut Zückert (dir.), Gemeindeleben. Dörfer und kleine Städte im östlichen Deutschland (16.-18. Jh.), Cologne, etc., Böhlau, 2001, p. 1-10.

3 Dans l’espace germanophone, l’histoire ecclésiastique est du ressort des facultés de théologie des universités publiques. Longtemps, elle a été conçue avant tout comme une histoire des institutions ecclésiastiques. Un bon tour d’horizon des différentes disciplines abordant les thèmes religieux dans : Peter Hersche, Muße und Verschwendung. Europäische Gesellschaft und Kultur im Barockzeitalter, 2 volumes, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 2006, vol. 1, p. 36 sq.

4 On trouvera un bon aperçu des travaux sur les communes bi-confessionnelles dans Frauke Volkland, Konfession und Selbstverständnis. Reformierte Rituale in der gemischtkonfessionellen Kleinstadt Bischofszell im 17.Jahrhundert, Göttingen, Vandenhœck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 210), 2005, p. 36-41.

5 Sur l’histoire des formes de piété, voir la contribution d’Andreas Holzem dans ce volume.

6 Peter Hersche a fait suivre son histoire du catholicisme au temps du baroque d’une bibliographie de 2 600 titres. À cette occasion, il a signalé la richesse des revues germanophones d’histoire régionale, tout en soulignant que leur approche restait le plus souvent très traditionnelle : P. Hersche, Muße und Verschwendung..., op. cit. (note 3), vol. 1, p. 28.

7 Dans son article sur la « description dense », Clifford Geertz insiste sur le point suivant : « Le lieu de la recherche n’est pas l’objet de la recherche. Les ethnologues n’étudient pas des villages (ou des tribus, des villes, des quartiers), ils étudient au sein des villages. » Clifford Geertz, « Dichte Beschreibung. Bemerkungen zu einer deutenden Theorie von Kultur », in : id., Dichte beschrei-bung. Beiträge zum Verstehen kultureller Systeme, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1983, p. 7-43, p. 32. Cette formule a ensuite été reprise par Giovanni Levi, « On Microhistory », in : Peter Burke (dir.), New Perspectives on Historical Writing, Cambridge, Polity, 1991, p. 93-113, et elle a exercé une influence fondamentale sur la micro-histoire allemande (Hans Medick, « Mikro-Historie », in : Winfried Schulze (dir.), Sozialgeschichte, Alltagsgeschichte, Mikro-Historie : Eine Diskussion, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1994, p. 40-53).

8 L’école française d’histoire religieuse (Chaunu, Delumeau, Tavenaux, Quéniart, Lebrun, etc.) n’a pourtant guère retenu l’attention de la recherche germanophone. De même, les travaux de Le Bras, pionniers en matière de sociologie ecclésiastique, n’ont eu pour ainsi dire aucun écho.

9 Hans Medick, « Buchkultur und lutherischer Pietismus. Buchbesitz, erbauliche Lektüre und religiöse Mentalität in einer ländlichen Gemeinde Württembergs am Ende der Frühen Neuzeit : Laichingen 1748-1820 », in : Rudolf Vierhaus (dir.), Frühe NeuzeitFrühe Moderne ? Forschungen zur Vielschichtigkeit von Übergangsprozessen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 104), 1992, p. 297-326 ; id., Weben und Überleben in Laichingen, 1650-1900. Lokalgeschichte als Allgemeine Geschichte, 2e édition, Göttingen,Vandenhoeck & Ruprecht, 1997.

10 David Warren Sabean, Property, Production, and Family in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; id., Kinship in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

11 David Warren Sabean, Power in the Blood. Popular Culture and Village Discourse in Early Modern Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

12 Sur la juridiction ecclésiastique, Heinz Schilling (dir.), Kirchenzucht und Sozialdisziplinierung im frühneuzeitlichen Europa, Berlin, Duncker & Humblot (Zeitschrift für historische Forschung, Beiheft 16), 1994 ; voir également les réflexions complémentaires de Heinrich R. Schmidt, « Gemeinde und Sittenzucht im protestantischen Europa der Frühen Neuzeit », in : Peter Blickle (dir.), Theorien kommunaler Ordnung in Europa, Munich, Oldenbourg, 1996, p. 181-214.

13 Les recherches sur les communautés juives rurales ont avant tout concerné le sud de l’Allemagne, et singulièrement la Souabe : Rolf Kießling (dir.), Judengemeinden in Schwaben im Kontext des Alten Reiches, Berlin, Akademie Verlag, 1995 ; Sabine Ullmann, Nachbarschaft und Konkurrenz. Juden und Christen in Dörfern der Markgrafschaft Burgau 1650 bis 1750, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999 ; sur la Basse-Autriche : Barbara Staudinger, « Gantze Dörfer voll Juden ». Juden in Niederösterreich, 1496-1670, Vienne, Mandelbaum (Geschichte der Juden in Niederösterreich von den Anfängen bis 1945, 2), 2005, en particulier chapitre X, p. 266 sq. : « Die religiöse Gemeinde ».

14 À propos de la recherche sur les minorités, voir A. Holenstein et S. Ullmann (dir.), Nachbarn..., op. cit. (note 2).

15 Les travaux que Karl Siegfried Bader et Peter Blickle ont consacrés à la commune ont pris comme point de départ le terrain villageois : Karl Siegfried Bader, Studien zur Rechtsgeschichte des mittelalterlichen Dorfes, vol. 1, Das mittelalterliche Dorf als Friedens- und Rechtsbereich, Weimar, Böhlau, 1957 ; vol. 2, Dorfgenossenschaft und Dorfgemeinde, Weimar, Böhlau, 1962 ; vol. 3, Rechtsformen und-sichten der Liegenschaftsnutzung im mittelalterlichen Dorf mit Ergänzungen und Nachträgen, Vienne, etc., Böhlau, 1973 ; Peter Blickle, Die Revolution von 1525, Munich, Oldenbourg, 1975. Une bonne synthèse dans Werner Troßbach et Clemens Zimmermann, Die Geschichte des Dorfes. Von den Anfängen im Frankenreich zur bundesdeutschen Gegenwart, Stuttgart, Ulmer, 2006.

16 Ibid., p. 78.

17 Une étude pionnière : Etienne François, Die unsichtbare Grenze. Protestanten und Katholiken in Augsburg. 1648-1806, Sigmaringen, Thorbecke, 1991 ; une synthèse récente : Sabine Ullmann, « Zwei Konfessionen in einer Gemeinde – Stabilisierung oder Dekonstruktion der Religion ? », in : Peter Blickle et Rudolf Schlögl (dir.), Die Säkularisation im Prozess der Säkularisierung Europas, Epfendorf, Bibliotheca Academica, 2005, p. 95-112.

18 S. Ullmann, Nachbarschaft und Konkurrenz..., op. cit. (note 13), en particulier p. 378 sq. ; Rolf Kiessling et Sabine Ullmann, « Christlich-jüdische „Doppelgemeinden“ in den Dörfern der Markgratschaft Burgau während des 17. und 18. Jahrhunderts », in : Christoph Cluse, Alfred Haverkamp et Israel J. Yuval (dir.), Jüdische Gemeinden und ihr christlicher Kontext in kulturräumlich vergleichender Betrachtung von der Spätantike bis zum 18. Jahrhundert, Hanovre, Hahn, 2003, p. 513-534 ; Nathanja Hüttenmeister, « Alltägliches Miteinander oder getrennte Gemeinden : Das Leben im Dorf am Beispiel der pappenheimischen Herrschaften », in : Rolf Kießling, Peter Rauscher, Stefan Rohrbacher et Barbara Standinger (dir.), Räume und Wege. Jüdische Geschichte im Alten Reich. 1500-1800, Berlin, Akademie Verlag, 2007, p. 107-120 ; Claudia Ulbrich, « Deux communautés dans un village : relations entre chrétiens et juifs en Lorraine au xviiie siècle », in : Colloques de la Société d’histoire des israélites d’Alsace et de Lorraine, 24-25,2002-2003, p. 85-91 ; id., Shulamit and Margarete. Power, Gender, and Religion in a Rural society in Eigteenth-Century Europe, Boston, etc., Brill, 2004 (1re édition allemande Vienne, etc., Böhlau, 1999).

19 Peter Blickle donne un aperçu remarquable de ses approches dans l’article « Kommunalismus », in : Friedrich Jaeger (dir.), Enzyklopädie der Neuzeit, 16 volumes, Stuttgart, Metzler, 2005-, vol. 6, 2007, col. 985-990.

20 Peter Blickle, Landschaften im Alten Reich. Die staatliche Funktion des gemeinen Mannes in Oberdeutschland, Munich, Beck, 1973 ; id., Die Revolution von 1525, 3e édition, Munich, Oldenbourg, 1993 ; Peter Blickle, Peter Bierbrauer et Renate Blickle (dir.), Aufruhr und Empörung ? Studien zum bäuerlichen Widerstand im Alten Reich, Munich, Beck, 1980.

21 Sur les révoltes rurales et urbaines comme tentatives d’imposer une intégration politique : Peter Blickle, Deutsche Untertanen. Ein Widerspruch, Munich, Beck, 1981.

22 Peter Blickle, Kommunalismus. Skizzen einer gesellschaftlichen Organisations form, 2 volumes, Munich, Oldenbourg, 2000.

23 P. Blickle, « Kommunalismus », art. cit. (note 19), col. 986.

24 Peter Blickle, Das Alte Europa. Vom Hochmittelalter bis zur Moderne, Munich, Beck, 2008, p. 93.

25 P. Blickle, Kommunalismus..., op. cit. (note 22), vol. 2, p. 303.

26 Peter Blickle, Gemeindereformation. Die Menschen des 16. Jahrhunderts auf dem Weg zum Heil, Munich, Oldenbourg, 1985.

27 Une synthèse rapide sur la paroisse chrétienne dans Volker Leppin, « Gemeinde, 1. Christliche », in : F. Jaeger (dir.), Enzyklopädie der Neuzeit, op. cit. (note 19), vol. 4, 2006, col. 397-401. Au même titre que le calvinisme, le baptisme est considéré comme un type d’organisation ecclésiastique centré sur la communauté paroissiale. En revanche, la conception que le luthéranisme se fait de l’Église a évolué, dès le xvie siècle, d’une focalisation sur la communauté vers une focalisation sur l’autorité hiérarchique. Selon Leppin, il acquiert alors des structures sociologiques similaires à celles de l’Église catholique romaine post-tridentine.

28 Peter Blickle, Gemeindereformation..., op. cit. (note 26), en particulier p. 110 ; id., Kommunalismus..., op. cit. (note 22), vol. 2, p. 308.

29 P. Blickle, Das Alte Europa..., op. cit. (note 24), p. 98.

30 P Blickle, « Kommunalismus und Republikanismus in Oberdeutschland », in : Helmut Koenigsberger (dir.), Republiken und Republikanismus im Europa der Frühen Neuzeit, Munich, Oldenbourg, 1988, p. 57-75, p. 58.

31 P. Blickle, « Kommunalismus, Parlamentarismus, Republikanismus », Historische Zeitschrift, 242-3, 1986, p. 529-556.

32 Michael Mitterauer, Warum Europa ? Mittelalterliche Grundlagen eines Sonderwegs, Munich, Beck, 2003. Sur la fusion entre pouvoir sacral et temporel, voir également Paolo Prodi, « Konkurrierende Mächte : Verstaatlichung kirchlicher Macht und Verkirchlichung der Politik », in : P. Blickle et R. Schlögl (dir.), Die Säkularisation..., op. cit. (note 17), p. 21-36.

33 Robert W. Scribner, « Communities and the nature of power », in : Robert W. Scribner et Sheilagh C. Ogilvie (dir.), Germany. A New Social and Economic History, vol. 1, Robert W. Scribner (dir.), 1450-1630, Londres – New York, Arnold, 19 %, p. 291-325.

34 A. Holenstein et S. Ullmann, « „Landgemeinde“ und „Minderheiten“... », art. cit. (note 2).

35 Heinrich Richard Schmidt, « Konfessionelle Sondergruppen, Nachbarn und Gemeinden. Kommentar zu den Beiträgen von Frank Konersmann, Dietmar Schiersner und Frauke Volkland », in : A. Holenstein et S. Ullmann (dir.), Nachbarn..., op. cit. (note 2), p. 265-272, p. 272.

36 Sur l’importance des dissensions internes aux communes dans le contexte des résistances paysannes, voir David Martin Luebke, His Majesty’s Rebels : Communities, Factions and rural Revolts in the Black Forest, 1725-1745, Ithaca, Cornell University Press, 1997 ; Werner Troßbach, Soziale Bewegung und politische Erfahrung. Bäuerlicher Protest in hessischen Territorien 1648-1806, Weingarten, Drumlin, 1987, p. 82-100 ; Andreas Suter, « Troublen » im Fürstbistum Basel (1726-1740). Eine Fallstudie zum bäuerlichen Widerstand im 18. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985, p. 371 ; Claudia Ulbrich, « Traditionale Bindung, revolutionäre Erfahrung und soziokultureller Wandel. Denting 1790-1796 », in : Karl Otmar von Aretin et Karl Härter (dir.), Revolution und konservatives Beharren. Das Alte Reich und die französische Revolution, Mayence, von Zabern, 1990, p. 113-130.

37 Kaspar von Greyerz, Religion und Kultur. Europa 1500-1800, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000, p. 176 sq. ; sur la Réforme dans les villes, voir id., « Stadt und Reformation. Stand und Aufgaben der Forschung », Archiv für Reformationsgeschichte, 76, 1985, p. 6-63.

38 Heinz Schilling, « Die deutsche Gemeindereformation. Ein oberdeutsch-zwinglianisches Ereignis vor der „reformatorischen Wende“ des Jahres 1525 ? », Zeitschrift für historische Forschung, 14, 1987, p. 325-332.

39 Peter Blickle, Die Reformation im Reich, 3e édition revue et augmentée, Stuttgart, Ulmer, 2000.

40 Olaf Mörke, Die Reformation. Voraussetzungen und Durchsetzung, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte, 74), 2005, p. 102-103. Nous sommes redevables à Mörke d’avoir rassemblé un vaste bilan positif du concept de Réforme par les communes et d’avoir aussi pris précisément en compte les travaux de Peter Bierbrauer, Franziska Conrad et Immacolata Saulle Hippenmeyer qui confirment et nuancent les thèses de Blickle au moyen d’études régionales : Peter Bierbrauer, Die unterdrückte Reformation. Der Kampf der Tiroler um eine neue Kirche (1521-1527), Zurich, Chronos, 1993 ; Franziska Conrad, Reformation in der bäuerlichen Gesellschaft. Zur Rezeption reformatorischer Theologie im Elsass, Wiesbaden, etc., Steiner, 1984 ; Immacolata Saulle Hippenmeyer, Nachbarschaft, Pfarrei und Gemeinde in Graubünden 1400-1600, 2 volumes, Chur, Kommissionsverlag Bündner Monatsblatt-Desertina, 1997.

41 Rosi Fuhrmann, Beat Hodler, Beat Kümin et Andreas Würgler, « Diskussionsbericht », in : Peter Blickle (dir.) Theorien kommunaler Ordnung in Europa, Munich, Oldenbourg, 1996, p. 249-263, p. 254 sq.

42 Klaus Schreiner, « Teilhabe, Konsens und Autonomie. Leitbegriffe kommunaler Ordnung in der politischen Theorie des späten Mittelalters und der Frühen Neuzeit », in : P. Blickle (dir.), Theorien.... op. cit. (note 12), p. 35-62.

43 Blickle explique cela par le fait que la théorie politique « ne voit que d’un seul œil », et non par les limites de son concept : R. Fuhrmann et al., « Diskussionsbericht », art. cit. (note 41), p. 260.

44 Les recherches menées par Christophe Duhamelle ouvrent des aperçus nouveaux sur la question des identités religieuses. Voir par exemple Christophe Duhamelle, « Konfessionelle Identität als Streitprozess. Der Gesangbuchstreit in Wendehausen (Eichsfeld), 1792-1800 », Historische Anthropologie, 11-3, 2003, p. 397-414.

45 Heide Wunder, Die bäuerliche Gemeinde in Deutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986.

46 Hartmut Zückert, « Gemeindeleben in brandenburgischen Amtsdörfern des 17. und 18. Jahrhunderts », in :T. Rudert et H. Zückert (dir.), Gemeindeleben..., op. cit. (note 2), p. 141-179, p. 169.

47 Sur le rôle des femmes dans la commune, voir entre autres Claudia Ulbrich, « Frauen und Kleriker », in : Bea Lundt et Helma Reimöller (dir.), Von Aufbruch und Utopie. Perspektiven einer neuen Gesellschaftsgeschichte des Mittelalters. Für und mit Ferdinand Seibt aus Anlaß seines 65. Geburtstages, Cologne, etc., Böhlau, 1992, p. 155-177, réimprime dans : Richard van Dülmen et Reinhard Klimmt (dir.), Saarländische Geschichte. Fine Anthologie, St. Ingbert, Röhrig, 1995.

48 Sur la problématique de l’exclusion : R. Fuhrmann et al., « Diskussionsbericht », art. cit. (note 41), p. 251.

49 Lieselott Enders, « Die Landgemeinde in Brandenburg. Grundzüge ihrer Funktion und Wirkungsweise vom 13. bis zum 18. Jahrhundert », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 129, 1993, p. 195-256.

50 Beat Kümin, The Shaping of a Community. The Rise & Reformation of the English Parish c. 1400-1560, Aldershot, etc., Scolar Press, 1996 ; Katherine L. French, Gary G. Gibbs et Beat Kümin (dir.), The Parish in English Life 1400-1600, Manchester, Manchester University Press, 1997.

51 Beat Kümin (dir.), Landgemeinde und Kirche im Zeitalter der Konfessionen, Zurich, Chronos, 2004.

52 Irmintraut Richarz, « Das ökonomisch-autarke „Ganze Haus“ – eine Legende ? », in : Trude Ehlert (dir.), Haushalt und Familie in Mittelalter und früher Neuzeit, Sigmaringen, Thorbecke, 1991, p. 269-280, p. 279.

53 W.Troßbach et C. Zimmermann, Die Geschichte des Dorfes..., op. cit. (note 15), p. 17. Les deux auteurs rejoignent ainsi les réflexions de Karl Siegfried Bader (Studien zur Rechtsgeschichte..., op. cit. [note 15]) qui soulignait, bien davantage que ne le fait Blickle, l’ambiguïté de la position des fonctionnaires locaux, représentant à la fois la commune et le pouvoir territorial. Voir aussi, sur l’Allemagne orientale, T. Rudert et H. Zuckert (dir.), Gemeindeleben..., op. cit. (note 2).

54 Andreas Holzem, Religion und Lebensformen. Katholische Konfessionalisierung im Sendgericht des Fürstbistums Münster 1570-1800, Paderborn, Schöningh, 2000, p. 238-239 ; W. Trossbach et C. Zimmermann, Die Geschichte des Dorfes..., op. cit. (note 15), p. 54.

55 John Theibault, German Villages in Crisis. Rural Life in Hesse-Kassel and the Thirty Years’ War, 1580-1720, Atlantic Highlands, Humanities Press, 1995, p. 51.

56 Jan Peters, « Der Platz in der Kirche. Über soziales Rangdenken im Spätfeudalismus », Jahrbuch für Volkskunde und Kulturgeschichte, 28, 1985, p. 77-106 ; Claudia Ulbrich, « Zankapfel „Weiber-Gestühl“ », in : Axel Lubinski, Thomas Rudert et Martina Schattkowsky (dir.), Historie und Eigensinn. Festschrift für Jan Peters zum 65. Geburtstag, Weimar, Böhlau, 1997, p. 107-114 ; Gabriela Signori, « „Umstrittene Stühle“. Spätmittelalterliches Kirchengestühl als soziales, politisches und religiöses Kommunikationsmedium », Zeitschrift für historische Forschung, 29-2,2002, p. 189-213.

57 Les parnassim eux aussi étaient généralement élus par les membres de la communauté puis confirmés par l’autorité territoriale – même si les publications portant sur l’histoire des juifs ne mettent souvent l’accent que sur la seconde de ces étapes. Sur les communautés juives : Birgit Klein, « Jüdische Gesellschaft », in : F. Jaeger (dir.), Enzyklopädie der Neuzeit, op. cit. (note 19), vol. 6, 2007, col. 105-123 ; C. Ulbrich, « Deux communautés... », art. cit. (note 18). De manière dispersée, quelques études récentes prennent en considération le fait que l’espace cultuel public du village était utilisé et partagé non seulement par les chrétiens, mais aussi par les juifs : voir par exemple Sabine Ullmann, « Sabbatmägde und Fronleichnam. Zu religiösen Konflikten zwischen Christen und Juden in den schwäbischen Landgemeinden », in : Hartmut Lehmann et Anne-Charlott Trepp (dir.), Im Zeichen der Krise. Religiosität im Europa des 17. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, p. 243-264.

58 Voir sur ce point les travaux très stimulants de Jay Goodale, « Pfarrer als Außenseiter. Landpfarrer und religiöses Leben in Sachsen zur Reformationszeit », Historische Anthropologie, 7-2, 1999, p. 191-211 ; id., « The clergyman between the cultures of state and parish : contestation and compromise in Reformation Saxony », in : C. Scott Dixon et Luise Schorn-Schütte (dir.), The Protestant Clergy of Early Modern Europe, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003, p. 100-126.

59 Rainer Beck, « Der Pfarrer und das Dorf. Konformismus und Eigensinn im katholischen Bayern des 17. und 18. Jahrhunderts », in : Richard van Dülmen (dir.), Armut, Liebe, Ehre. Studien zur historischen Kulturforschung, Frankfurt, Fischer-Taschenbücher, 1988, p. 107-143. D’autres exemples de conflits entre prêtre et village dans W. Trossbach et C. Zimmermann, Die Geschichte des Dorfes..., op. cit. (note 15), p. 97 ; voir aussi Christophe Duhamelle, « „Die Kuh“ und „die rothe Mütze“ : Gemeinde, Pfarrer und Obrigkeit im Eichsfeld in der Zeit der Aufklärung », in : Peter Claus Hartmann et Ludolf Pelizaeus (dir.), Forschungen zu Kurmainz und dem Reichserzkanzler, Francfort-sur-le-Main, etc., Peter Lang, 2005, p. 7-27.

60 Sur la figure de la femme de pasteur : Louise Schorn-Schütte, « „Gefährtin“ und „Mitregentin“. Zur Sozialgeschichte der evangelischen Pfarrfrau in der frühen Neuzeit », in : Heide Wunder et Christina Vanja (dir.), Wandel der Geschlechterbeziehungen zu Beginn der Neuzeit, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1991, p. 109-153 ; les références sont peu nombreuses sur les domestiques féminines au service des curés : C. Ulbrich, « Frauen und Kleriker », art. cit. (note 47), p. 168 sq. ; id., Shulamit and Margarete..., op. cit. (note 18), p. 63 sq.

61 C. Ulbrich, « Frauen und Kleriker », art. cit. (note 47).

62 « L’assaut des femmes de Wellingen » (Wellinger Weibersturm) constitue un exemple révélateur : les femmes du village de Saarwellingen prirent d’assaut le presbytère pour vérifier si la bonne du curé avait mis au monde un enfant illégitime. Le curé eut recours aux armes pour défendre l’accès à sa demeure (ibid., p. 155 sq.).

63 A. Holzem, Religion und Lebensformen, op. cit. (note 54), p. 392.

64 Heinrich Richard Schmidt, Dorf und Religion. Reformierte Sittenzucht in Berner Landgemeinden der Frühen Neuzeit, Stuttgart, etc., Fischer, 1995.

Auteur

Depuis 1994 professeur d’histoire moderne et d’histoire des genres à l’institut Friedrich-Meinecke de l’université libre de Berlin ; elle dirige depuis 2004 le groupe de travail (DFG) « Selbstzeugnisse in transkultureller Perspektive ». Ses recherches portent sur l’histoire moderne, et en particulier l’histoire des femmes et des genres, la religion, la société rurale, les écrits biographiques et autobiographiques, les conceptions de la personne. Parmi ses publications : Leibherrschaft am Oberrhein im Spätmittelalter, Göttingen, 1979 ; Shulamit and Margarete. Power, Gender and Religion in a Rural Society in Eighteenth-Century Europe, Boston, etc., 2004 (première édition allemande, Vienne, 1999) ; Vom Individuum zur Person. Neue Konzepte im Spannungsfeld von Auto-biographie theorie und Selbstzeugnisforschung (dir., avec Gabriele Jancke), Göttingen, 2005.

Christophe Duhamelle (Traducteur)

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre de recherches historiques, Centre d’anthropologie religieuse européenne), a été maître de conférences à l’université de Picardie-Jules-Verne (Amiens) à partir de 1995 et chercheur puis directeur de 2003 à 2007 à la Mission historique française en Allemagne (Göttingen). Ses travaux portent sur la construction des appartenances spatiales, sociales et confessionnelles dans le Saint-Empire des xviie et xviiie siècles. Parmi ses publications : L’héritage collectif. La noblesse d’Église rhénane, xviie-xviiie siècles, Paris, 1998 ; Les espaces du Saint-Empire à l’époque moderne (dir.), Paris, 2004 ; La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, à paraître en 2010.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search