Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

C. Entre État et village

Sociologie religieuse et histoire sociale : la paroisse

Anne Bonzon

Texte intégral

  • 1 L’un des plus récents insiste sur le caractère inédit de ce maillage homogène et continu : Dominiq (...)
  • 2 Paul Mercator, La fin des paroisses ? Recomposition des communautés, aménagement des espaces, Pari (...)
  • 3 Archives de sciences sociales des religions, 107, 1999, et notamment Salvatore Abbruzzese, « Catho (...)
  • 4 Jeanne-Françoise Vincent, Daniel Dory et Raymond Verdier (dir.), La construction religieuse du ter (...)

1Affirmer que la paroisse a peu préoccupé les spécialistes d’histoire moderne peut paraître surprenant. Pourtant, il faut bien constater que le nombre des articles, recueils et mises au point historiographiques et problématiques centrés sur ce sujet concernant la période médiévale – celle de la formation des paroisses comme réseau1 – contraste avec la relative discrétion des modernistes, au moins jusqu’à une date récente. La période contemporaine quant à elle, marquée ces dernières années par la disparition des paroisses comme cadre de vie, a suscité, chez les géographes2, les sociologues3 et les anthropologues4, une réflexion approfondie portant sur le lien entre religion et territoire, et singulièrement sur la paroisse.

  • 5 L’expression est employée par Marc Venard, Histoire du christianisme, vol. 8, Le temps des confess (...)

2Intercalée entre l’époque de la mise en place d’un réseau et celle de son démantèlement, la période moderne est celle qui fixe et pérennise le cadre paroissial : à la fois territoire, unité religieuse et sociale, la paroisse « canonisée » par le concile de Trente5 et maintenue pendant quatre siècles, était-elle une réalité trop évidente pour devenir objet d’étude ? Considérant ce cadre hérité comme une donnée intangible, l’histoire moderne n’a semble-t-il que tardivement ressenti la nécessité de s’interroger sur le fonctionnement de la paroisse ; pendant longtemps, elle a négligé de la prendre pour objet principal. Un retour en arrière me paraît donc s’imposer pour un parcours historiographique en trois temps qui se recouvriront en partie.

La paroisse, trop connue et méconnue

Le local : une évidence ?

  • 6 On a pu calculer par exemple que les monographies paroissiales venaient au premier rang (39 %) des (...)
  • 7 Gustave Constant, « Une source négligée de l’histoire ecclésiastique locale : les registres ancien (...)
  • 8 Le contexte – ce premier tiers du xxe siècle où les prêtres sont encore nombreux et où l’histoire (...)
  • 9 Pour paraphraser Antoine Follain au sujet du village ; Antoine Follain (dir.), L’argent des villag (...)
  • 10 C’est ce qu'a souligné Dominique Julia au sujet de l’Introduction aux études d’histoire ecclésiast (...)

3Au premier abord, ce constat d’une paroisse méconnue par les historiens pourrait être facilement démenti par la longue tradition d’histoire locale qui a produit, de la seconde moitié du xixe siècle au début du xxe siècle, de nombreux travaux intitulés La vie de telle paroisse (ou village) des origines à nos jours. Ce courant ancien de monographies paroissiales, menées souvent par des prêtres érudits6 ou au sein des sociétés savantes, est devenu lui-même objet d’histoire. Il a fourni des publications qui, bien que de qualité inégale, ne peuvent être ignorées, ne serait-ce que par leur masse, d’autant qu’elles reposent sur des documents souvent perdus et en donnent des transcriptions précieuses pour les travaux plus récents. C’est dans cette perspective d’histoire locale que Gustave Constant appelait à collecter et étudier, en 1938, les sources des fabriques7 ; c’est pour rendre les travaux conformes aux exigences scientifiques et aux règles de l’érudition que l’abbé Victor Carrière8 en proposait un modèle d’étude, en 1934, dans l’Introduction aux études d’histoire ecclésiastique locale. Intitulé « comment concevoir une monographie paroissiale ? » et rédigé par l’archiviste Joseph Guillaume, le chapitre IX du tome II dessinait une grille détaillée passant successivement en revue la situation juridique et géographique, l’église paroissiale, l’administration spirituelle, les auxiliaires du curé, le patronage et ses détenteurs, la fabrique, les services publics paroissiaux (chapelles, confréries, instruction et assistance). S’il s’inscrivait dans une logique d’histoire religieuse, ce programme ne dépassait cependant pas, comme son titre l’indique, la perspective d’une étude locale. Il s’agissait dans la plupart des cas, à partir des archives disponibles, non de faire l’histoire d’une paroisse, mais de faire l’histoire de sa paroisse9. Néanmoins, se profilait déjà l’idée que cette histoire locale pouvait servir à mieux connaître les institutions paroissiales en général. Pourtant, le projet dessiné par Victor Carrière n’a pas eu de véritable postérité10.

Une vision « par le haut »

  • 11 On remarquera avec Dominique Julia (ibid.) qu’il a fallu près d’une génération avant que le projet (...)

4De manière assez paradoxale, les études de sociologie religieuse « lebrasienne » de vaste ampleur, revêtant souvent la forme de monographies diocésaines ou régionales11 qui se sont développées dans les années 1960 et 1970, ne font pas véritablement de la paroisse l’objet privilégié de leur observation. Bien sûr, elles ne peuvent ignorer ce cadre dès lors qu’elles étudient la vie religieuse. Mais celle-ci est d’abord envisagée au sein de l’entité diocésaine et c’est prioritairement de l’évêque qu’émanent les différents phénomènes étudiés. Cette vision des transformations religieuses sous la forme de transmission de normes et de modèles du haut vers le bas, conforme à la structure hiérarchique de l’Église catholique, est influencée à la fois par les sources privilégiées par ces travaux – les visites pastorales – et par le questionnement des auteurs.

  • 12 D. Julia, « Sources nouvelles... », art. cit. (note 9) ; Marc Venard, « Les visites pastorales fra (...)
  • 13 L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle..., op. cit. (note 11), réédition École des hautes études en (...)
  • 14 Cette vision des missionnaires est analysée par Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie. Image du (...)
  • 15 J. Ferté, La vie religieuse..., op. cit. (note 11).
  • 16 Autre risque : à considérer la paroisse depuis le haut, n’y voir qu’un cadre contraignant encourag (...)

5L’historien – faut-il le rappeler ? – est dépendant des sources dont il dispose et on sait quel rôle ont joué les visites pastorales dans le développement de la sociologie religieuse historique et même, plus globalement, de l’histoire religieuse12. Ces études, qui ont donné à la fois à l’histoire religieuse sa légitimité scientifique et à la sociologie religieuse historique française sa réputation internationale, présentent la vie religieuse des fidèles « ordinaires » comme l’aboutissement d’une action conçue en haut lieu. Parce qu’elle est l’objet des visites d’évêques, d’archidiacres ou de doyens, la paroisse occupe une place essentielle dans les travaux fondés sur cette source. Les procès-verbaux de visites autorisent des développements sur l’assistance à la messe, les comportements moraux des fidèles, les confréries dans lesquelles ils s’enrôlent. Mais ces données ne peuvent être saisies que par le regard du visiteur, dont l’interlocuteur principal est tout de même le curé – même si dans certains cas les paroissiens font part de leurs doléances. La paroisse est conçue comme un « champ d’action pastorale13 » dans lequel on suit, au fil de la période étudiée, la diffusion de la prédication, la mise en place du catéchisme, le développement de la liturgie (et à cette fin, l’embellissement des édifices), la fréquentation des sacrements. Autant d’indicateurs qui permettent, par le jeu d’une comparaison entre le prescrit et le vécu, de mesurer les réussites d’un projet conçu en amont par l’évêque et son entourage. Les fidèles tendent alors à apparaître comme passifs face à la Réforme catholique, conformément, on peut le souligner, à la manière dont les dignitaires de l’Église concevaient cette entreprise de christianisation14. Le risque pour l’historien, même soucieux du chrétien « quelconque » d’autrefois, est qu’il épouse plus ou moins consciemment le point de vue du visiteur et en vienne à majorer la vision cléricale. Cela s’observe par exemple dans un travail qui dispose pourtant de sources locales en complément des visites, la thèse de Jeanne Ferté sur la vie religieuse dans les campagnes parisiennes15. La paroisse, longuement étudiée, apparaît comme le champ où se récoltent les fruits des missions, où s’impose difficilement le catéchisme, où les archidiacres visiteurs constatent la lente amélioration du comportement, de la résidence et de l’instruction des curés. Le fonctionnement même de la fabrique est étudié suivant sa conformité (ou non) aux prescriptions canoniques, ce qui amène à insister sur la négligence, la dilapidation des biens d’église, les abus et leurs remèdes16.

  • 17 Bernard Peyrous, La Réforme catholique à Bordeaux, 1600-1719 : le renouveau d’un diocèse, Talence, (...)
  • 18 Ces paroissiens n’apparaissent qu’à la page 585 de l’ouvrage...
  • 19 R. Sauzet, Contre-Réforme..., op. cit. (note 11) ; Marc Venard, Réforme protestante, Réforme catho (...)

6Les choix et le questionnement des auteurs expliquent aussi leur relative discrétion sur la paroisse. En dépit de la filiation avec l’histoire sociale, les aspects spirituels ont été longtemps privilégiés au détriment des aspects plus matériels de la vie paroissiale. Le lecteur d’aujourd’hui s’étonne de constater, en relisant l’avant-propos de Louis Pérouas, que cet auteur ressente le besoin de se justifier d’avoir étudié les « données fastidieuses sur la situation temporelle et matérielle des paroisses » et de souligner que ces données renseignent sur les relations entre les hommes et Dieu. Ce primat implicite donné au spirituel peut amener à reléguer à la dernière place les fidèles « ordinaires » dans leur paroisse : on le voit par exemple au plan que suit l’étude de Bernard Peyrous publiée en 1995 – mais datant de 1982 – sur la Réforme catholique à Bordeaux17. Celle-ci y apparaît comme un projet conçu par les archevêques réformateurs de la famille de Sourdis. Le plan de l’ouvrage présente la mise en place de la Réforme catholique sous l’angle du remodelage des structures administratives, du renouveau des ordres religieux, de la rénovation du clergé séculier et enfin la vie religieuse des chrétiens dans leur paroisse18. Ici, l’accent est mis sur le renouveau de la spiritualité et l’étude de l’action des archevêques n’échappe pas totalement aux tentations de l’apologétique. Cela dit, il serait hasardeux de généraliser à partir de ce seul exemple. Nombre de travaux fondés sur les visites pastorales prennent appui sur les réalités locales et les besoins religieux qui s’y expriment19. De même, les auteurs des recherches utilisant les visites comme source principale sont conscients que ces documents renseignent davantage sur les modalités de production et de diffusion de normes que sur la situation réelle des paroisses visitées. Ainsi, travaillant sur le diocèse de Chartres, Robert Sauzet conclut sa présentation méthodologique de la source en soulignant qu’elle est surtout fiable pour les renseignements extérieurs – les moins subjectifs – qu’elle fournit : statistique des clercs et état matériel des églises. Il n’y a plus qu’un pas à franchir avant que ces questions trouvent leur juste place.

Une attention croissante aux phénomènes locaux

En histoire religieuse : l’avènement de la paroisse ?

  • 20 Par ordre de parution : Nicole Lemaître, Le clergé et les paroisses du Rouergue, 1417-1563, 1987 ( (...)

7Le primat donné aux aspects spirituels et les risques d’épouser la vision des évêques s’amoindrissent avec le changement d’échelle, lequel s’est imposé aux historiens de la génération suivante, dans les années 1980-1990. Proches des précédents dans la mesure où ils privilégient encore le cadre diocésain et où ils demeurent attachés à la démarche sérielle, leurs travaux accordent cependant une plus grande place aux sources paroissiales proprement dites, comme le montre d’ailleurs l’apparition du mot « paroisse » ou « fidèles » dans les sous-titres20. L’utilisation de l’informatique, qui se généralise alors, est aussi le moyen de traiter des données quantitatives plus locales et plus massives.

  • 21 Jacques Chiffoleau, « Pour une économie de l’institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge », Mélan (...)

8L’étude de l’action des évêques, que l’on ne peut ignorer, est de plus en plus mise en relation avec celle de la vie paroissiale, abordée dorénavant dans ses aspects les plus quotidiens et concrets. Peut-être sous l’influence des médiévistes qui ont réfléchi plus tôt à ces questions21, la paroisse est présentée comme le lieu où s’effectue un ensemble complexe d’échanges entre le curé et les fidèles, entre les vivants et les morts, entre les fidèles eux-mêmes ; des échanges dans lesquels se mêlent inextricablement le spirituel et le matériel, qu’il s’agisse des fonctions du cimetière et des prières pour les morts, des legs pieux et des demandes de messes, des quêtes et de l’embellissement de l’église, de l’administration des sacrements et des versements de casuel... Des développements plus longs sont consacrés à la paroisse qui n’est plus vue uniquement comme le fruit ou la cible de la politique épiscopale mais comme une entité qui possède la capacité partielle de répondre à ses propres besoins.

  • 22 La construction des lieux de culte du Moyen Age à nos jours, journée d’études de la Société d’Hist (...)

9Organisée en 1986, la journée d’étude consacrée à la construction des lieux de culte et publiée dans la Revue d’histoire de l’Église de France22 traduit le déplacement de l’attention vers les aspects matériels et le souci de voir les paroissiens comme des acteurs : Marc Venard y souligne que la décision de construire l’église émane le plus souvent du groupe des fidèles et que les visites pastorales permettent moins de connaître les constructions d’églises que d’autres documents, minutes notariales, archives de l’administration publique ou fonds de fabriques. Dans sa thèse sur le Rouergue, Nicole Lemaître considère que la restauration des biens et celle de la vie paroissiale après la guerre de Cent Ans ont participé à la construction d’une identité religieuse locale. Et cet auteur n’hésite pas à affirmer, en ouverture de sa soutenance de thèse, que l’état des vitres des églises est le meilleur critère de l’identité religieuse des paroisses étudiées, aux xve-xvie siècles. En effet, la réitération lors de visites pastorales successives des mêmes ordonnances relatives à l’état matériel des lieux de culte s’observe dans un certain nombre de localités. Se dessinent ainsi des zones « rebelles », par opposition aux paroisses plus « conformistes », celles où les ordonnances des visiteurs sont appliquées. Ces critères, perçus plus globalement comme révélateurs de la relation à la médiation sacerdotale et à l’autorité épiscopale, ne manqueront pas de peser sur les choix religieux du xvie siècle, les zones plus indisciplinées face à l’institution s’ouvrant plus volontiers au calvinisme que celles où l’intervention de prêtres plus nombreux est vécue comme indispensable.

  • 23 Philippe Goujard, « Les fonds de fabriques paroissiales : une source d’histoire religieuse méconnu (...)

10De même, le questionnement initial de la thèse de Philippe Goujard s’articule autour des choix révolutionnaires et de l’hypothèse que les modalités de la mise en place de la Réforme catholique dans les paroisses rurales de Haute-Normandie donneraient peut-être la clé de ces choix. Un dimorphisme religieux comparable à celui mis en évidence par Louis Pérouas dans le diocèse de La Rochelle permettrait d’expliquer que dans le pays de Caux, les habitants choisissent de soutenir les réfractaires, au contraire du pays de Bray. L’observation, pour cette région dans laquelle la communauté d’habitants n’a guère de puissance, se concentre au niveau paroissial. L’étude, qui a été précédée d’un article méthodologique23, combine les sources traditionnelles avec les documents émanant des paroisses elles-mêmes, à commencer par les comptes des fabriques. Articulée autour d’une autre problématique (celle de la Réforme catholique), ma thèse portant sur le diocèse de Beauvais aux xvie et xviie siècles accorde également une large place aux sources paroissiales. Produites par des laïcs, bien qu’elles soient contrôlées par l’institution – ce qui rend nécessaire une interrogation préalable sur les modalités de ce contrôle —, ces sources autorisent, associées avec d’autres documents (judiciaires notamment), à parler des « attentes et besoins des fidèles », lesquels savent exprimer leur besoin de prêtres, et faire preuve d’une bonne intégration du discours de la Réforme catholique, utilisé au besoin à l’appui d’accusations contre son curé.

  • 24 On trouve notamment cette idée, au sujet des dévotions, dans l’article de Marc Venard, « Piété pop (...)

11Ces travaux plus attentifs à la paroisse et aux chrétiens « quelconques » qui la peuplent insistent donc sur les rencontres et les décalages, voire les incompréhensions, entre les aspirations des fidèles et les transformations religieuses. Ce type de questionnement avait cherché d’abord à rendre compte des échecs et des succès de la Réforme protestante. C’est dans un second temps seulement que l’on a envisagé dans des termes similaires – ceux de succès qui résulteraient d’une rencontre – des phénomènes tels que la Réforme catholique24. Cette évolution historiographique n’est probablement pas sans lien avec la présentation des deux réformes, protestante et catholique, comme deux mouvements complémentaires, sous l’impulsion, pour la France, de Jean Delumeau et Marc Venard.

  • 25 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, op. cit. (note 20) ; mais aussi Marc Bouyssou, Réforme c (...)
  • 26 À vrai dire, certains historiens attribuent cette mutation au « tour de vis fiscal » qui lui est c (...)

12De l’étude approfondie des sources paroissiales, ressort une approche renouvelée de la vie religieuse : ces archives renseignent sur des éléments jusque-là mal connus tels que la présence de vicaires ; l’étude des fondations à partir des actes conservés dans les archives de la fabrique et non des fonds notariaux25 permet de mieux comprendre l’évolution du sentiment religieux ; l’évaluation de la part des quêtes dans les revenus rend compte de l’implication collective des fidèles dans la vie de la paroisse, et de son évolution. Dans la mesure où cette participation n’est pas indispensable au culte, sa diminution dans la Normandie rurale à partir du xviie siècle, tandis que les dons individuels de notables se maintiennent, traduit assurément une mutation des comportements26.

  • 27 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, op. cit. (note 20), p. 100.
  • 28 Sur ce discours, Anne Bonzon, « Quand l’Église parle d’argent... Le contrôle ecclésiastique de l’a (...)
  • 29 Citons par exemple l’étude fine des relations entre curés et marguilliers proposée par Vladimir An (...)

13Grâce à ces documents, la communauté et son fonctionnement peuvent donc être appréhendés de l’intérieur, en termes de pouvoir, de gestion quotidienne ou de vie religieuse. Il apparaît ainsi que manier les deniers de la paroisse confère le pouvoir local – Philippe Goujard parle du trésorier comme d’un « chef temporel de la paroisse aux côtés du curé, chef spirituel27 ». Apparues en Normandie au cours du xviiie siècle, de nouvelles tâches qui « préparent » à la fonction de marguillier constitueraient comme une propédeutique à la vie municipale à partir de la Révolution. L’étude de ces comptabilités est également le moyen de retrouver la logique interne de la gestion. Elle permet aussi d’échapper à la vision « cléricale » qui condamne moralement le fait d’utiliser l’argent de l’Église pour des besoins non religieux28 tels que les frais occasionnés par le paiement de la taille ou les dépenses pour l’entretien des chemins. Ainsi le rôle des autorités dans la prise de décision est relativisé : c’est l’état du heu de culte et les moyens financiers dont dispose la communauté qui sont déterminants pour commander telle ou telle dépense. Il existe parfois une véritable appropriation de la fabrique par les laïcs qui l’administrent, d’où la difficulté pour les évêques réformateurs d’imposer une remise en ordre selon leurs critères. Les relations, qu’elles soient ou non conflictuelles, entre curés et marguilliers révèlent l’existence d’une large zone de négociation autour de sujets qui intéressent chacun : l'entretien de l’église, bâtiment communautaire s’il en est, la beauté du culte, les priorités dans l’emploi de l’argent commun29.

14Parallèlement, les spécialistes d’histoire rurale française réhabilitaient à leur manière l’approche locale et revisitaient les sources paroissiales pour mieux cerner les logiques communautaires.

La réhabilitation du local au prix de l’occultation du religieux ?

  • 30 Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », in : Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micr (...)

15Ce déplacement des curiosités vers le local relève d’un mouvement qui dépasse largement l’histoire religieuse. Il faut évoquer l’intérêt pour les changements d’échelle, sous l’influence peut-être de la « micro-histoire » ; une telle démarche s’inscrit dans une tendance historiographique analysée par Bernard Lepetit en 1996, et qui se caractérise par le choix d’un horizon borné et par la volonté d’« orienter le projecteur du bas vers le haut, à partir des exploitations paysannes et des villages et non de l’État et des villes30 » – non parce que l’approche par le local est en soi meilleure, mais parce que le changement d’échelle, comme en géographie, permet d’observer d’autres phénomènes, complémentaires de ceux que l’on connaît déjà.

  • 31 Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux Temps modernes, IVe Journées i (...)
  • 32 A. Follain, « Les communautés rurales en Normandie... », art. cit. (note 26).
  • 33 Le même auteur a souligné, à partir de l’étude du passage aux communes lors de la Révolution, l’op (...)
  • 34 Antoine Follain, « Fiscalité et religion : les travaux aux églises et presbytères dans les paroiss (...)
  • 35 Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois 1760-1848, Lille, Presses universit (...)

16Dans un premier temps, l’intérêt semble s’être davantage porté sur le village ou la communauté villageoise que sur la paroisse. Une histoire rurale revigorée, attentive à l’infinie diversité des situations locales, s’interroge sur les structures dans lesquelles les intérêts collectifs locaux se sont incarnés31. Refusant, tout comme l’histoire religieuse, d’aborder les phénomènes par le haut, elle s’intéresse au groupe d’individus et à la manière dont il fonctionne face aux multiples tutelles et contraintes qui s’imposent à lui. Il lui arrive d’utiliser les sources paroissiales, là où elles existent : comptes, états de frais, délibérations de fabriques et même registres de confréries. Le constat, pour certaines provinces – à commencer par la Normandie observée par Antoine Follain-, de l’imbrication des affaires religieuses et non religieuses dans la vie collective et la gestion locale autorise à s’appuyer sur ces sources et amène à s’interroger sur l’identité communautaire, les institutions du gouvernement local et les formes de sociabilité32. Dans cette province où l’existence du groupe passe par la réalité paroissiale33, tout ce qui concerne les intérêts communs relève des mêmes instances : le trésorier qui tient les comptes, un conseil des anciens trésoriers, une assemblée générale aux très larges pouvoirs. Dans un contexte d’alourdissement de la contrainte fiscale, la solidarité communautaire se développe face à l’extérieur. Par ailleurs, l’étude de la logique comptable montre une véritable appropriation des églises et de leurs annexes par des communautés rurales prêtes à utiliser toutes leurs ressources financières pour entretenir et au besoin reconstruire les édifices paroissiaux34 : l’église apparaît comme la « véritable maison commune de la paroisse ». Antoine Follain constate que des pratiques politiques existent incontestablement dans les villages normands du xvie au xviiie siècle. Il rejoint en cela d’autres travaux, notamment ceux de Jean-Pierre Jessenne, qui abordaient les questions de pouvoir local et de gestion des intérêts communs, de part et d’autre de la Révolution française, en laissant il est vrai dans l’ombre les aspects religieux35.

  • 36 Sur les différentes configurations que peut recouvrir le terme de « communauté », deux articles de (...)
  • 37 Ainsi dans la région des Landes étudiée par A. Zink, Clochers et troupeaux..., op. cit. (note 31), (...)
  • 38 Sur la prise en charge des questions religieuses par la communauté, voir M. Venard, Réforme protes (...)
  • 39 Sur ces zones dans lesquelles le village se subdivise en hameaux, Pierre Charbonnier, « Les commun (...)

17Concentrés autant que se peut sur la logique de la gestion locale, ces travaux ne cessent de souligner la difficulté qui tient à l’extrême diversité des situations d’une province à l’autre et les dangers d’une généralisation abusive. Dans cette perspective, le colloque consacré à L’argent des villages en 1998 élargit ce questionnement sur le lien complexe entre paroisse et communauté d’habitants36. L’identification des structures porteuses d’identité communautaire passe par l’étude de la coïncidence ou non de leurs ressorts territoriaux37, de leurs institutions, ainsi que de l’origine et de la destination de l’argent commun. 19e multiples configurations sont mises en évidence, au-delà de l’opposition entre les « communautés municipales » du Midi et les « communautés paroissiales » d’un large quart nord-ouest du royaume. Si la fusion entre communauté et paroisse observée en Normandie et en Île-de-France semble le modèle dominant, ailleurs la paroisse peut n’être qu’un cadre « surimposé » à la communauté38, voire une structure dissociée du village dans certaines zones de la France centrale39.

  • 40 Antoine Follain affirme dans son rapport introductif à L’argent des villages..., op. cit. (note 9) (...)
  • 41 En effet, aborder la réalité paroissiale en termes de paix et de sécurité renvoie précisément au t (...)

18On voit ici tout ce que ces recherches peuvent apporter à une démarche de sociologie religieuse. Il me semble pourtant que l’interrogation féconde sur la communauté locale, surtout quand elle s’appuie sur des provinces comme la Normandie où l’imbrication des affaires religieuses et « civiles » est forte, a eu trop tendance à négliger la vocation religieuse de la paroisse. Par exemple, quand elle définit la communauté comme un espace de paix et de sécurité40, elle néglige toute la dimension spirituelle, pourtant essentielle, que renferment ces notions41. Par ailleurs, l’analyse exclusive des institutions locales en termes de pouvoir risque d’en affaiblir la signification. Comment comprendre, par exemple, que les trésoriers acceptent toutes les contraintes de leur fonction, contraintes soi-disant mal compensées par les avantages et privilèges ? Faut-il ne concevoir l’Église que comme une instance externe et coercitive, sans tenir compte du fait que tous ceux qui participent à l’administration de la paroisse sont des chrétiens pour qui le respect des injonctions de l’évêque, les questions de place à l'église et aux processions, le maniement des ornements et des objets sacrés revêtent une signification toute particulière, singulièrement au temps de la Réforme catholique ?

Un observatoire privilégié et un objet d’étude

  • 42 De l’élan de publication de sources paroissiales constaté depuis une dizaine d’années, on ne retie (...)

19La confluence de ces deux courants, l’un ancien et issu de l’histoire religieuse, l’autre plus récent venu de l’histoire rurale, a placé la paroisse, dans la dernière décennie, au cœur de l’observation ; en témoignent les publications de sources qui renouent avec la tradition érudite évoquée plus haut42 ainsi que la multiplication des mémoires de maîtrise, exercice universitaire auquel s’adapte particulièrement bien l’étude d’une paroisse ; mais aussi des travaux de plus vaste ampleur. Pour rendre compte de l’orientation de ces recherches, j’évoquerai successivement trois approches qui privilégient la paroisse comme un espace, comme une communauté, comme un territoire.

Un espace : l’approche anthropologique et géographique

  • 43 B. Restif, La révolution des paroisses..., op. cit. (note 25).
  • 44 Alphonse Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages, images et langages, Paris, Gallimard, 1987.
  • 45 P. Martin, Les chemins du sacré, op. cit. (note 20) ; Marie-Hélène Frœschlé-Chopard, Espace et sac (...)
  • 46 Dans ses nombreux travaux, Marie-Hélène Frœschlé-Chopard distingue les saints du « dedans » et « d (...)
  • 47 R Martin, Les chemins du sacré, op. cit. (note 20) ; M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré en Pr (...)
  • 48 P. Martin, Les chemins du sacré, op. cit. (note 20) ; id., « Le triomphe de la paroisse en Lorrain (...)

20Tout d’abord, les travaux les plus récents sur la paroisse – notamment la thèse de Bruno Restif parue en 200643 – intègrent le questionnement de l’approche anthropologique héritière des travaux d’Alphonse Dupront44. Les recherches sur l’inscription dans l’espace du religieux45, en effet, ont ouvert la voie à une étude, sur la longue durée, de la géographie paroissiale et de l’organisation des sacralités au sein de cet espace. Je me contenterai ici d’évoquer quelques-uns des apports de ces recherches qui dépassent très largement le cadre de mon propos. Une histoire des lieux de culte menée sur le temps long permet de comprendre les relations qui se jouent, au sein d’un terroir, entre l’église paroissiale, lieu officiel, les chapelles votives et les sanctuaires de pèlerinage, l’ensemble constituant un maillage religieux différencié dont chaque élément est nécessaire, à sa manière, au groupe des habitants. Elle s’interroge sur les titulatures des églises et des chapelles, mettant en évidence des complémentarités entre les saints invoqués ici et là46. Dans des provinces aussi différentes que la Provence, la Lorraine, le Languedoc47, on a montré que la répartition des chapelles s’organisait en fonction des données naturelles, de la localisation de l’église paroissiale et de l’habitat. Au sein d’un questionnement plus général sur la relation au sacré et la perception de l’espace, Philippe Martin, pour la Lorraine, a analysé la construction conjointe – par l’Église et les fidèles qui recherchent l’adéquation entre village et paroisse48 – d’un espace paroissial cohérent et hiérarchisé, organisé autour de l’église, mais aussi du cimetière, des chapelles, des croix.

  • 49 Une croix représente six fois la dépense ordinaire annuelle en 1500 en Bretagne (B. Restif, La rév (...)
  • 50 Ce processus complexe de la commande avait déjà été mis en évidence par P. Goujard, « Les fonds de (...)

21Les jeux d’échelles et l’étude d’espaces emboîtés invitent à aborder dans la même perspective l’église qui représente le centre de la paroisse. Dans la thèse de Bruno Restif sur les paroisses de Haute-Bretagne, l’approche spatiale, convoquée pour observer la disposition interne de l’église avec l’organisation des autels et des retables, se prolonge par une étude du rapport aux objets, présentés comme une source à part entière. Les inventaires des trésors de fabrique donnent une idée de ce que pouvait représenter financièrement l’achat d’une croix de procession49 ou d’une bannière ; ils renseignent aussi sur le soin constant apporté à l’entretien de ces objets. L’étude du processus de la commande (qui décide ? qui choisit ? quel est le motif de l’achat ?) montre que celle-ci combine prescriptions de la hiérarchie et goûts de la société laïque50. Le nettoyage, l’illumination de l’église – à certaines dates, pour certaines fêtes – participent aussi de cette appropriation. L’attention apportée par l’historien au cadre matériel s’ouvre à une étude des dévotions à partir de leurs supports iconographiques. Ainsi, à la fin du xviie siècle, en Bretagne, les statues sont placées en hauteur, dans des niches ; on ne peut plus les toucher. Il est ainsi possible de faire le lien entre les évolutions de la liturgie du xvie au xviiie siècle et les aspects matériels du culte, à travers la mise en valeur du maître-autel ou les exigences en matière d’ornements.

Une communauté active

  • 51 B. Restif, La révolution des paroisses..., op. cit. (note 25), p. 16.
  • 52 Bruno Restif emprunte cette expression à Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », introduction (...)
  • 53 P. Goujard, « Les fonds de fabriques... », art. cit. (note 23).
  • 54 Bruno Restif étudie leur mode de financement, tente d’en mesurer les effets plus ou moins durables (...)

22La « révolution » – pour reprendre son titre – que propose Bruno Restif consiste à donner la première place à la paroisse à partir du constat qu’elle a été jusque-là quelque peu négligée dans l’étude de la Réforme catholique – peut-être parce qu’elle n’est pas une création de l’époque moderne, contrairement, par exemple, aux confréries de dévotion51. Au lieu de partir des évêques pour étudier la Réforme catholique, l’étude se concentre sur la vie paroissiale et cherche à mesurer les changements qui l’affectent, quitte à abandonner pour ce faire le cadre du diocèse. Ce choix enrichit considérablement l’utilisation des comptes de fabriques : ils ne renseignent pas sur la seule gestion commune ou sur le processus de décision à l’échelle locale. Combinés avec d’autres sources locales, ils permettent de faire l’histoire des paroissiens, lesquels forment une communauté qui participe à l’organisation de sa vie religieuse. Cette vision « au ras du sol52 » complète les acquis des travaux plus classiques, notamment au sujet de la diffusion des normes. La fréquentation de la messe d’un dimanche à l’autre, les rites communautaires lors des fêtes, la manière de communier, le choix du lieu de sépulture53, et même la perception et les effets des missions54 laissent de nombreuses traces dans les comptabilités paroissiales.

23Les études récentes montrent donc que les paroissiens disposent au moins jusqu’à la fin du xviie siècle d’un assez large pouvoir de décision et d’intervention, jusqu’à exercer parfois un contrôle sur les prêtres. Au sein du vaste processus que représente la Réforme catholique, ils ne se caractérisent pas nécessairement par leur passivité ou leur hostilité face à la hiérarchie : ils ont des aspirations, rejettent, acceptent, assimilent ou infléchissent des impulsions venues d’en haut.

  • 55 Ibid., p. 197-216 ; Gilles Deregnaucourt, « Collateurs, curés et fidèles dans les conflits paroiss (...)
  • 56 Revue du Nord, 83, 340, 2001, « La paroisse depuis 1 000 ans », avant-propos de Bernard Delmaire, (...)

24Mais la notion de communauté paroissiale doit être elle-même questionnée, d’autant qu’elle évolue au cours du temps. Partout a été constatée une tendance à la restriction du nombre de participants aux décisions à partir du xviie siècle. Il faut prendre également en compte l’hétérogénéité d’un groupe de « fidèles » qui ne forme pas une masse indifférenciée. On le perçoit quand on travaille sur les archives judiciaires : cherchant à cerner à partir de témoignages à l’officialité les attentes dominantes des paroissiens quant à leur clergé, je n’ai pu que constater, même au sein d’une paroisse et à la même date, toutes sortes de contradictions. De même, Gilles Deregnaucourt, étudiant les conflits paroissiaux en milieu urbain, invite à prendre en compte différents éléments de différenciation parmi les « fidèles » : le niveau socioculturel, mais aussi l’engagement dans des rouages administratifs ou des sociabilités dévotes, sans parler des liens de parenté ou de clientèle possibles avec les patrons ou curés primitifs55. Ainsi, la paroisse apparaît comme le lieu où se conjuguent et s’opposent divers pouvoirs tout autant que comme une communauté56.

Un territoire

  • 57 Roger Brunet (dir.), Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, 3e édition, Montpellier, Re (...)
  • 58 P. Martin, « Le triomphe de la paroisse... », art. cit. (note 48), p. 17-33.
  • 59 Philippe Martin, « Vers une religion de proximité ? L’évolution de la carte paroissiale des archip (...)
  • 60 Anne Bonzon, « Accorder selon Dieu et conscience : le rôle des curés dans le règlement des conflit (...)

25Les géographes définissent le territoire comme « un espace approprié » : il y faut à la fois le sentiment d’appartenance (je suis de là) et le sentiment d’appropriation (c’est à moi)57. Cette notion s’applique donc particulièrement bien à la paroisse. La mesure du sentiment d’appartenance peut passer par l’étude des testaments58, par les objets – la bannière, « drapeau de la paroisse » en Bretagne-, mais aussi par la perception des limites et, dans les zones où la carte paroissiale se modifie encore, les créations de nouvelles structures territoriales59. Par ailleurs, l’idée que la paroisse se définit comme espace de paix ouvre la voie à une étude du règlement des conflits locaux par le curé, qui semble une piste prometteuse60.

  • 61 C’est ce que fait remarquer Marc Venard dans sa préface à V. Angelo, Les curés de Paris..., op. ci (...)
  • 62 Robert Mandrou, Introduction à la France moderne (1500-1640). Essai de psychologie historique, Par (...)
  • 63 Jean-Louis Boscardin, « Le parcours du sacré dans le centre de Paris au xviiie siècle : une approc (...)
  • 64 Anne Bonzon, « Paroisse rêvée, paroisse vécue : le point de vue de curés citadins au temps de la R (...)
  • 65 Philippe Salvadori, « Communauté catholique et société : fabriques et parrainages dans trois paroi (...)

26La question du sentiment d’appartenance se pose avec une acuité particulière dans le cas des villes, moins étudiées en histoire religieuse que les campagnes61. Robert Mandrou, plaçant la paroisse au rang des « solidarités fondamentales », le soulignait déjà dans son Introduction à la France moderne : en ville, l’église paroissiale n’est pas le seul lieu de culte, et le sentiment d’appartenance à la paroisse se trouve en concurrence avec l’identité citadine et l’esprit de clocher qui s’y attache62. Pour aborder cette identité de la paroisse urbaine, il faut emprunter des chemins détournés, comme le montreront quelques exemples. Dans le cas de Paris au xviiie siècle, les descriptions des almanachs ont permis d’analyser les processions comme un élément de visibilité des paroisses dans l’espace urbain, grâce à la mise en spectacle de l’histoire et des particularités de chacune d’elles63. J’ai pour ma part tenté d’analyser la logique du discours des curés eux-mêmes et le besoin qu’ils éprouvent, dans une ville comptant douze paroisses, d’affirmer les spécificités de leur encadrement pastoral : ignorant le cadre urbain, ils définissent une paroisse sans référence spatiale, au sein de laquelle leur est due une fidélité absolue, sur le modèle de la paroisse rurale64. Dans le cas de Dijon aux xviie et xviiie siècle, l’implication des laïcs dans la fabrique a été croisée avec les parrainages afin de montrer l’échec de la communauté paroissiale à produire un lien social spécifique65.

  • 66 Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous (...)
  • 67 Serge Brunet et al. (dir.), Montagnes sacrées d’Europe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005 ; (...)
  • 68 Frédéric Schwindt, La communauté et la foi. Confréries et société dans l’ouest de l’espace lorrain (...)
  • 69 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, op. cit. (note 27).
  • 70 Stéfano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne, 1450-1830, Villeneuve-d’Ascq, Presses (...)
  • 71 B. Restif, La révolution des paroisses..., op. cit. (note 25).

27Hors des villes, se pose aussi la question de la concurrence avec d’autres entités territoriales. Les travaux de Serge Brunet nous rappellent que la paroisse n’est pas nécessairement le cadre dominant de l’existence religieuse des campagnards : dans des espaces à fortes contraintes naturelles comme les Pyrénées, les parties de vallées jouent un rôle bien plus déterminant66. Cela a été montré également à l’occasion de la série de colloques récents sur la religion des montagnes, où se posait plus globalement le problème de la relation entre communautés et espaces67. Enfin, la question du rapport entre paroisses et confréries de dévotion est abordée sous des angles très divers, certains auteurs présentant ces dernières comme des concurrentes68, des structures « extra paroissiales69 », tandis que d’autres soulignent leur complémentarité avec la paroisse70 ou même y voient un facteur de renforcement de la cohésion paroissiale71.

28La paroisse constitue donc un terrain d’observation pertinent pour la vie religieuse communautaire et son évolution. L’intérêt croissant pour les phénomènes locaux ne s’explique pas seulement par un certain épuisement du « genre » de la monographie diocésaine. D’abord considéré comme un élément constitutif d’un processus plus général, l’échelon paroissial apparaît désormais comme révélateur de ce processus.

29Pour rebondir sur le titre de l’ouvrage de Bruno Restif – la révolution des paroisses – celui-ci renvoie non seulement à la démarche historiographique, mais aussi aux bouleversements actuels qui la sous-tendent peut-être. Ce n’est sans doute pas par hasard que ce déplacement de la curiosité s’opère au moment où disparaît la correspondance séculaire – du moins pour les campagnes – entre commune et paroisse.

30Grâce à ces évolutions récentes de l’historiographie, la paroisse n’est plus vue seulement comme une entité contrôlée et modelée par la hiérarchie, mais comme un cadre de vie religieuse fait d’échanges multiples et bénéficiant d’une part d’autonomie voire d’initiative, même s’il n’est pas un moule unique et coexiste suivant les régions avec d’autres structures, elles aussi génératrices d’identité.

Notes

1 L’un des plus récents insiste sur le caractère inédit de ce maillage homogène et continu : Dominique Iogna-Prat et Élisabeth Zadora-Rio, « Formation et transformations des territoires paroissiaux », in : id. (dir.), La paroisse. Genèse d’une forme territoriale, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes (Médiévales, 49), 2005, p. 5-10 ; voir également Michel Aubrun, La paroisse en France des origines au xve siècle, Paris, Picard, 1986 ; Alain Dierkens, « Les paroisses rurales dans le nord de la Gaule pendant le haut Moyen Âge. Etat de la question et remarques critiques », in : Yannick Coutiez et Daniel Van Overstraeten (dir.), La paroisse en questions. Des origines à la fin de l’Ancien Régime, Ath, Cercle royal d’histoire et d’archéologie, 1998, p. 21-47 ; Joseph Avril, « Paroisse et clergé paroissial, du haut Moyen Âge à la Révolution », Revue d’histoire de l’Église de France, LXXXIV, 1998, p. 349-370 (surtout sur la période médiévale en dépit du titre) ; Christine Delaplace (dir.), Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, ive-ixe siècles, Paris, Errance, 2005.

2 Paul Mercator, La fin des paroisses ? Recomposition des communautés, aménagement des espaces, Paris, Desclée de Brouwer, 1997 ; numéro thématique sur la religion de la revue Norois, 44-174, 1997.

3 Archives de sciences sociales des religions, 107, 1999, et notamment Salvatore Abbruzzese, « Catholicisme et territoire : pour une entrée en matière » (p. 5-19) ; Jean-Paul Willaime, « De l’inscription territoriale du religieux à sa prise en charge individuelle et subjective : les mutations du religieux chrétien en Occident » (p. 139-145).

4 Jeanne-Françoise Vincent, Daniel Dory et Raymond Verdier (dir.), La construction religieuse du territoire, Paris, L’Harmattan, 1995.

5 L’expression est employée par Marc Venard, Histoire du christianisme, vol. 8, Le temps des confessions, Paris, Desclée de Brouwer, 1992, p. 925.

6 On a pu calculer par exemple que les monographies paroissiales venaient au premier rang (39 %) des ouvrages publiés par des ecclésiastiques du diocèse de Dijon au xixe siècle. Voir Sylvain Milbach, « Les prêtres érudits du diocèse de Dijon au xixe siècle. Une historiographie au service de l’Église (1850-1914) », Revue d’histoire de l’Église de France, LXXXIII, 211, 1997, p. 367-394.

7 Gustave Constant, « Une source négligée de l’histoire ecclésiastique locale : les registres anciens de marguilliers. Étude d’un de ces registres du xvie siècle », Revue d’histoire ecclésiastique, 34, 1938, p. 504-541 ; id., « Une source trop négligée de l’histoire paroissiale : les registres de marguilliers ». Revue d’histoire de l’Église de France, XXIV, 1938, p. 171-183.

8 Le contexte – ce premier tiers du xxe siècle où les prêtres sont encore nombreux et où l’histoire religieuse doit faire la preuve de sa scientificité – a été présenté par Marc Venard, « L’histoire religieuse dans l’histoire de la France au xxe siècle. Les curiosités et les attentes d’un public », Revue d’histoire de l'Église de France, LXXXVI, 217, 2000, p. 327-339, et Dominique Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées. Le traitement des sources dans l’historiographie religieuse du xxe siècle », ibid., p. 409-436.

9 Pour paraphraser Antoine Follain au sujet du village ; Antoine Follain (dir.), L’argent des villages du xiiie au xviie siècle. Comptabilités paroissiales et communales, fiscalité locale, Rennes, Association d’histoire des sociétés rurales, 2000, p. 11.

10 C’est ce qu'a souligné Dominique Julia au sujet de l’Introduction aux études d’histoire ecclésiastique locale : « cette somme, avec tous les mérites qu’elle présente, est déjà, au moment où elle paraît, un tombeau, tant les paradigmes qui gouvernent l’historiographie sont en train de se modifier [...] » (« Sources nouvelles... », art. cit. [note 9], p. 421).

11 On remarquera avec Dominique Julia (ibid.) qu’il a fallu près d’une génération avant que le projet de Gabriel Le Bras prenne corps dans les recherches des historiens (voir aussi Dominique Julia, « Un passeur de frontières : Gabriel Le Bras et l’enquête sur la pratique religieuse en France », Revue d’histoire de l’Église de France, XCII, 229, 2006, p. 381-413). Parmi de nombreux travaux, retenons par ordre de parution : Michel Join-Lambert, « La pratique religieuse dans le diocèse de Rouen sous Louis XIV », Annales de Normandie, 3, 1953, p. 247-274 et 5, 1955, p. 35-49 ;Thérèse-Jean Schmitt, L’organisation ecclésiastique et la pratique religieuse dans l’archidiaconé d’Autun de 1650 à 1750, Autun, imprimerie L. Marcelin, 1957 ; Jeanne Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris, Vrin, 1962 ; Louis Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964 ; Georges Baccrabere, Les paroisses rurales du diocèse de Toulouse aux xvie- xviie siècles. Exercice du droit de visite, Strasbourg, imprimerie Muh-Le Roux, 1968 ; Michel Pernot, Étude sur la vie religieuse de la campagne lorraine à la fin du xvie siècle. Le visage religieux du Xaintois d'après la visite canonique de 1687, Nancy, Faculté des lettres et sciences humaines, 1971 ; Jean-François Soulet, Traditions et réformes religieuses dans les Pyrénées centrales au xviie siècle. Le diocèse de Tarbes de 1602 à 1716, Pau, Marrimpouey jeune, 1974 ; Robert Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle : essai de sociologie religieuse, Rome, Edizioni di storia e litteratura, 1975 ; id., Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Louvain, Nauwelaerts, 1979.

12 D. Julia, « Sources nouvelles... », art. cit. (note 9) ; Marc Venard, « Les visites pastorales françaises du xvie au xviiie siècle », 1984, repris dans Le catholicisme à l’épreuve dans la France du xvie siècle, Paris, Cerf, 2000, p. 27-63. Ce dernier article fournit en outre une liste des monographies restées inédites.

13 L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle..., op. cit. (note 11), réédition École des hautes études en sciences sociales, 1999, p. 272.

14 Cette vision des missionnaires est analysée par Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, Paris, Le Centurion, 1985, p. 205. La synthèse de René Metz parue en 1974 dans la Revue d'histoire de l’Église de France – fondée sur les travaux utilisant les visites pastorales – reflète bien cette manière de voir les choses : la pratique religieuse des fidèles y est présentée comme la « manifestation tangible de la réussite ou de l’échec du ministère pastoral réalisé dans le cadre de la paroisse » ; l’auteur, reprenant à son insu les critères des visiteurs, appelle à distinguer, pour juger du comportement religieux d’une communauté paroissiale, « les signes qui témoignent d’une foi authentique de ceux qui ne sont que des restes de superstition », etc. Il ne parle qu’à peine des aspects matériels, sauf pour évoquer les conflits autour de la question de l’entretien (René Metz, « La paroisse en France à l’époque moderne et contemporaine, du concile de Trente à Vatican IL Les nouvelles orientations », Revue d’histoire de l’Église de France, LX, 165, 1974, p. 269-295).

15 J. Ferté, La vie religieuse..., op. cit. (note 11).

16 Autre risque : à considérer la paroisse depuis le haut, n’y voir qu’un cadre contraignant encouragé voire imposé par l’Église post-tridentine – comme le fait par exemple l’exposé introductif de S. Abbruzzese, « Catholicisme et territoire... », art. cit. (note 3). Une telle vision n’a de pertinence que pour certaines régions méridionales du royaume.

17 Bernard Peyrous, La Réforme catholique à Bordeaux, 1600-1719 : le renouveau d’un diocèse, Talence, Fédération historique du Sud-Ouest, 1995.

18 Ces paroissiens n’apparaissent qu’à la page 585 de l’ouvrage...

19 R. Sauzet, Contre-Réforme..., op. cit. (note 11) ; Marc Venard, Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au xvie siècle, Paris, Cerf, 1993 [1977].

20 Par ordre de parution : Nicole Lemaître, Le clergé et les paroisses du Rouergue, 1417-1563, 1987 (publiée sous le titre Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez 1417-1563, Paris, Cerf, 1988) ; Philippe Martin, Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du xvie au xixe siècle, Metz, Serpenoise, 1995 ; Philippe Goujard, Un catholicisme bien tempéré. La vie religieuse dans les paroisses rurales de Haute-Normandie, 1680-1789, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1996 ; Anne Bonzon, L’esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais (1535-1650), Paris, Cerf, 1999.

21 Jacques Chiffoleau, « Pour une économie de l’institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Age – Temps modernes, 96-1, 1984, p. 247-279 ; Francis Rapp, « La paroisse et l’encadrement religieux des fidèles (du xive au xvie siècle) », in : L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Age et jusqu’au concile de Trente. Actes du 109e Congrès national des sociétés savantes (Dijon, 1984), section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, vol. 1, 1985, p. 27-43 ; Agostino Paravicini Bagliani et Véronique Pasche (dir.), La parrochia nel medio evo. Economia, scambi, solidarietà, Rome, Herder, 1995 (colloque de Lausanne, 1991).

22 La construction des lieux de culte du Moyen Age à nos jours, journée d’études de la Société d’Histoire religieuse de la France (1986), publiée dans la Revue d’histoire de l’Église de France, LXXII, 1987.Voir aussi sur un sujet voisin l’article d’Alain Mérot, « Les paroisses parisiennes et les peintres dans la première moitié du xviie siècle : le rôle des fabriques », in : Roland Mousnier et Jean Mesnard (dir.), L’âge d’or du mécénat (1598-1661), Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1985, p. 183-190.

23 Philippe Goujard, « Les fonds de fabriques paroissiales : une source d’histoire religieuse méconnue », Revue d’histoire de l’Église de France, LXVIII,180,1982, p. 99-111.

24 On trouve notamment cette idée, au sujet des dévotions, dans l’article de Marc Venard, « Piété populaire et confessionnalisation », en allemand dans : Wolfgang Reinhard et Heinz Schilling (dir.), Die Katholische Konfessionalisierung, Münster, Aschendorff, 1995, p. 258-270 ; en français dans Le catholicisme à l’épreuve..., op. cit. (note 12), p. 205-218.

25 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, op. cit. (note 20) ; mais aussi Marc Bouyssou, Réforme catholique et déchristianisation dans le sud du diocèse de Chartres. Les testaments des ruraux du Blésois et du Vendômois, xvie- xviiie siècles, 2 volumes, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1998 (cet ouvrage se proposant d’étudier la manière dont les ruraux ont reçu la Réforme catholique du xviie siècle) ; et plus récemment Bruno Restif, La révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne aux xvie et xviie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

26 À vrai dire, certains historiens attribuent cette mutation au « tour de vis fiscal » qui lui est contemporain (Antoine Follain, « Les communautés rurales en Normandie sous l’Ancien Régime : identité communautaire, institutions du gouvernement local et solidarités », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-4, 1998, p. 691-721) ; c’est sans doute évacuer un peu trop rapidement les facteurs de nature purement religieuse.

27 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, op. cit. (note 20), p. 100.

28 Sur ce discours, Anne Bonzon, « Quand l’Église parle d’argent... Le contrôle ecclésiastique de l’argent des villages dans la France du Nord au xviie siècle », in : A. Follain (dir.), L’argent des villages..., op. cit. (note 9), p. 291-307.

29 Citons par exemple l’étude fine des relations entre curés et marguilliers proposée par Vladimir Angelo pour Paris au xvie siècle (Vladimir Angelo, Les curés de Paris au xvie siècle, Paris, Cerf, 2005, chap. XII).

30 Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », in : Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Seuil-Gallimard, 1996, p. 71-94.

31 Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux Temps modernes, IVe Journées internationales d’histoire de Flaran (1982), Auch, Centre culturel de l’abbaye de Flaran, 1984 ; Communautés rurales. Rural communities. Recueils de la société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, tome IV (Europe occidentale), Paris, Dessain &Tolra, 1984 ; Michel Derlange, Les communautés d'habitants en Provence au dernier siècle de l’Ancien Régime, Toulouse, Publications de l’université, 1987 ; Anne Zink, Clochers et troupeaux. Les communautés rurales des landes et du Sud-Ouest avant la Révolution, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1997 ; A. Follain (dir.), L’argent des villages..., op. cit. (note 9) (colloque d’Angers, 1998).

32 A. Follain, « Les communautés rurales en Normandie... », art. cit. (note 26).

33 Le même auteur a souligné, à partir de l’étude du passage aux communes lors de la Révolution, l’opposition entre Bretagne et Normandie, deux provinces où le cadre le plus vigoureux de la vie collective est la paroisse (contrairement à la Bourgogne par exemple, où c’est la seigneurie qui joue ce rôle) : dans la première, aux paroisses étendues, le passage aux communes signifie la disparition des trêves ; en Normandie, le maintien d’un réseau paroissial à mailles très serrées aboutit à la mise en place de petites communes (Antoine Follain, « Des communautés paroissiales aux communes en Bretagne et en Normandie. Un conflit pour l’identité communautaire », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 104-1,1997, p. 33-66).

34 Antoine Follain, « Fiscalité et religion : les travaux aux églises et presbytères dans les paroisses normandes du xvie siècle au xviiie siècle », Revue d’histoire de l'Église de France, LXXXII, 208, 1996, p. 41-61.

35 Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois 1760-1848, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987. Comme l’indiquent clairement le titre et l’introduction, l’ouvrage marque bien la curiosité renouvelée pour l’échelon local, tout en se donnant prioritairement comme objet l’étude du politique.

36 Sur les différentes configurations que peut recouvrir le terme de « communauté », deux articles de synthèse sont parus presque simultanément : Claudine Wolikow, « Communautés, territoires et villageois en France aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, 1999-1 et 2, p. 34-51 ; Antoine Follain, « Les communautés rurales en France du xve au xixe siècle », Histoire et Sociétés rurales, 12, 1999, p. 11-62.

37 Ainsi dans la région des Landes étudiée par A. Zink, Clochers et troupeaux..., op. cit. (note 31), la paroisse n’est porteuse d’identité collective que dans les cas où son ressort coïncide avec celui de la communauté d’habitants. Elle coexiste avec d’autres structures, telles que la juridiction ou la cellule fiscale, qui jouent également un rôle prépondérant dans les solidarités locales.

38 Sur la prise en charge des questions religieuses par la communauté, voir M. Venard, Réforme protestante..., op. cit. (note 19) ; M. Derlange, Les communautés d'habitants en Provence, op. cit. (note 31).

39 Sur ces zones dans lesquelles le village se subdivise en hameaux, Pierre Charbonnier, « Les communautés à plusieurs étages en Auvergne et en Bas-Limousin », in : Les communautés villageoises..., op. cit. (note 31), p. 209-214.

40 Antoine Follain affirme dans son rapport introductif à L’argent des villages..., op. cit. (note 9), p. 22 : « La raison d’être de la communauté était d’assurer dans les campagnes la paix que pouvaient troubler aussi bien les conflits agraires que de voisinage ; d’assurer la sécurité matérielle et spirituelle, et l’équité entre ses membres. »

41 En effet, aborder la réalité paroissiale en termes de paix et de sécurité renvoie précisément au territoire religieux tel que le définissent les anthropologues : un lieu dont le groupe donné fait ou s’efforce de faire un espace de paix où il se sente en sécurité. C’est ce que souligne l’introduction d’André Vauchez à : André Vauchez (dir.), Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires. Approches terminologiques, méthodologiques, historiques et monographiques, Rome, École française de Rome, 2000.

42 De l’élan de publication de sources paroissiales constaté depuis une dizaine d’années, on ne retiendra ici que quelques titres : A. Follain (dir.), L’argent des villages..., op. cit. (note 9) ; id., « Une comptabilité villageoise normande du xvie siècle », Histoire et Sociétés rurales, 6, 1996, p. 127-142 ; Nicole Lemaître (éd.), L’obituaire de Saint-Michel-sur-Orge, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2002 ; Bruno Restif et Yann Lagadec, « Pouvoir et religion dans une paroisse rurale de Haute-Bretagne au xvie siècle : le compte de fabrique de Louvigné-de-Bais (1503-1504) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 109-1, 2002, p. 31-59 ; Joffrey Merlin, « Les plus anciens comptes de fabrique de l’église paroissiale de Lambersart (1483-1513) », Revue du Nord, 83, 340, 2001, p. 295-317.

43 B. Restif, La révolution des paroisses..., op. cit. (note 25).

44 Alphonse Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages, images et langages, Paris, Gallimard, 1987.

45 P. Martin, Les chemins du sacré, op. cit. (note 20) ; Marie-Hélène Frœschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence. Cultes, images, confréries ( xvie- xxe siècles), Paris, Cerf, 1994.

46 Dans ses nombreux travaux, Marie-Hélène Frœschlé-Chopard distingue les saints du « dedans » et « du dehors ».

47 R Martin, Les chemins du sacré, op. cit. (note 20) ; M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence..., op. cit. (note 45) ; Marc Bouyssou, « Chapelles rurales en Languedoc d’après la carte de Cassini (diocèses d’Alet, Carcassonne, Narbonne et Saint-Pons) », in : Brigitte Maillard (dir.), Foi, fidélité, amitié en Europe à l’époque moderne. Mélanges offerts à Robert Sauzet, 2 volumes, Tours, Publications de l’université de Tours, 1995, vol. 1, p. 25-35.

48 P. Martin, Les chemins du sacré, op. cit. (note 20) ; id., « Le triomphe de la paroisse en Lorraine (1610-1760) », Annales de l’Est, 2000-1, p. 17-33.

49 Une croix représente six fois la dépense ordinaire annuelle en 1500 en Bretagne (B. Restif, La révolution des paroisses..., op. cit. [note 25], p. 69).

50 Ce processus complexe de la commande avait déjà été mis en évidence par P. Goujard, « Les fonds de fabriques... », art. cit. (note 23), et avant lui par Michèle Ménard, Une histoire des mentalités religieuses aux xviie et xviiie siècles : mille retables de l’ancien diocèse du Mans, Paris, Beauchesne, 1980.

51 B. Restif, La révolution des paroisses..., op. cit. (note 25), p. 16.

52 Bruno Restif emprunte cette expression à Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », introduction à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. I-XXXIII.

53 P. Goujard, « Les fonds de fabriques... », art. cit. (note 23).

54 Bruno Restif étudie leur mode de financement, tente d’en mesurer les effets plus ou moins durables ; voir aussi le cas de la paroisse de Maignelay dans A. Bonzon, L'esprit de clocher..., op. cit. (note 20), p. 320-322.

55 Ibid., p. 197-216 ; Gilles Deregnaucourt, « Collateurs, curés et fidèles dans les conflits paroissiaux en milieu urbain. L’exemple de l’archevêché de Cambrai (xviie-xviiie siècles) », in : Y. Coutiez et D. Van Overstraeten (dir.), La paroisse en questions..., op. cit. (note 1), p. 128-151 ; Éric Wenzel, Curés des Lumières. Dijon et son diocèse, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2006, p. 164-166.

56 Revue du Nord, 83, 340, 2001, « La paroisse depuis 1 000 ans », avant-propos de Bernard Delmaire, Gilles Deregnaucourt et Yves-Marie Hilaire.

57 Roger Brunet (dir.), Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, 3e édition, Montpellier, Reclus et Paris, La Documentation française, 1996, p. 480-481.

58 P. Martin, « Le triomphe de la paroisse... », art. cit. (note 48), p. 17-33.

59 Philippe Martin, « Vers une religion de proximité ? L’évolution de la carte paroissiale des archiprêtrés de Saint-Avold et Saint-Arnuald au xviiie siècle », Les Cahiers lorrains, 1997, p. 205-230 ; Stéphane Gomis, « Délimitation de paroisses et identité paroissiale sous l’Ancien Régime. L’exemple du diocèse de Clermont », in : Jean-Luc Fray et Céline Perol (dir.), L’historien en quête d’espaces, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2004, p. 407-427.

60 Anne Bonzon, « Accorder selon Dieu et conscience : le rôle des curés dans le règlement des conflits locaux sous l’Ancien Régime », in : Antoine Follain (dir.), Les justices locales dans les villes et villages du xve au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 159-178.

61 C’est ce que fait remarquer Marc Venard dans sa préface à V. Angelo, Les curés de Paris..., op. cit. (note 29).

62 Robert Mandrou, Introduction à la France moderne (1500-1640). Essai de psychologie historique, Paris, Albin Michel, 1961, p. 122-137.

63 Jean-Louis Boscardin, « Le parcours du sacré dans le centre de Paris au xviiie siècle : une approche quantitative et typologique », Sources-Travaux historiques, 51-52, 1997, p. 115-136.

64 Anne Bonzon, « Paroisse rêvée, paroisse vécue : le point de vue de curés citadins au temps de la Réforme catholique. L’exemple de Beauvais », Revue du Nord, 83, 340, 2001, p. 319-340. De manière très significative, les trois contributions de ce recueil intitulé « La paroisse depuis 1 000 ans » portant sur la période moderne posent le problème de la paroisse urbaine.

65 Philippe Salvadori, « Communauté catholique et société : fabriques et parrainages dans trois paroisses de Dijon (vers 1650-1750), Annales de Bourgogne, 7-1 et 2, 1999, p. 139-156. Pour ces marguilliers qui occupent souvent de hautes fonctions judiciaires, la paroisse est comme « le lieu d’épanouissement de leurs prérogatives sociales » : leur prééminence sociale et leur zèle pour l’Église se renforcent mutuellement. Ils usent de leur droit à désigner les mépartistes et interviennent dans les réaménagements intérieurs de l’église. Ce qui n’est pas pour plaire à des curés gradués de théologie et imbus de leur dignité sacerdotale, parfois exclus des délibérations de la fabrique. Quant aux parrainages, ils ont tendance, surtout dans les classes supérieures, à se replier sur la famille. L’étude de l’investissement des laïcs dans les affaires paroissiales de Saint-Germain-l’Auxerrois au xviiie siècle montre une situation comparable : Nicolas Lyon-Caen, « Labrüe au paradis, Chapeau aux enfers. Les notables de Saint-Germain-l’Auxerrois face à leurs curés au xviiie siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, XCII, 228, 2006, p. 117-145.

66 Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime, Aspet, PyréGraph, 2001 ; id., « Le prêtre, le consul et le missionnaire. Réforme catholique et finances des communautés dans les Pyrénées centrales au xviie siècle », in : A. Follain (dir.), L’argent des villages..., op. cit. (note 9), p. 265.

67 Serge Brunet et al. (dir.), Montagnes sacrées d’Europe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005 ; Serge Brunet et Nicole Lemaître (dir.), Clergés, communautés et familles des montagnes d’Europe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005.

68 Frédéric Schwindt, La communauté et la foi. Confréries et société dans l’ouest de l’espace lorrain ( xiiie-xxe siècles), thèse de l’université de Nancy-II, 2004.

69 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, op. cit. (note 27).

70 Stéfano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne, 1450-1830, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002.

71 B. Restif, La révolution des paroisses..., op. cit. (note 25).

Auteur

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégée et docteur en histoire, est maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris-8 – Vincennes – Saint-Denis. Après avoir travaillé sur le clergé paroissial et la vie religieuse locale dans la France des xvie et xviie siècles, elle s’intéresse maintenant au rôle du clergé catholique dans le règlement des conflits et l’accommodement des procès dans le cadre de la France d’Ancien Régime. Parmi ses publications : L’esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais (1535-1650), Paris, 1999 ; « Accorder selon Dieu et conscience : le rôle des curés dans le règlement des conflits locaux sous l’Ancien Régime », in : Antoine Follain (dir.), Les justices locales dans les villes et villages du xve au xixe siècle, Rennes, 2006, p. 159-178 ; « Fonctions et fonctionnement des communautés de curés : le cas des villes épiscopales de la province ecclésiastique de Reims au temps de la Réforme catholique », Revue d’histoire de l’Église de France, XCIII, 230, 2007, p. 323-342.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search