Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

C. Entre État et village

Confessions et relations internationales à l’époque moderne

L’historiographie de langue allemande

Birgit Emich
Traduction de Nicolas Le Moigne

Texte intégral

  • 1 Achevé en décembre 2006, ce texte ne prend pas en compte la littérature scientifique parue ultérieu (...)
  • 2 Pour un aperçu synthétique de l’état actuel de la recherche, H. Kugeler, C. Sepp et G. Wolf, « Einf (...)

1Cette contribution essaiera de mettre en lumière le rôle qu’a joué, et joue encore aujourd’hui, la catégorie du « confessionnel » dans la recherche historique en langue allemande sur les relations internationales à l’époque moderne. L’histoire de l’historiographie y occupera donc le premier plan, davantage que l’histoire de la période à proprement parler. On cherchera à montrer à quel moment et pour quelles raisons le facteur « confession » a été pris en compte dans l’histoire des relations internationales. Cette présentation se fera en trois étapes. Elle commencera par un panorama de l’histoire de la recherche historique dans ce domaine, en incluant le passage de l’histoire diplomatique à l’histoire des relations internationales. La deuxième séquence montrera quels ont été les facteurs de ce renouvellement des méthodes, en mettant l’accent sur le rôle de l’analyse en termes de confessions. La notion de confessionnalisation occupe en effet une place centrale dans les relations internationales à l’époque moderne, à la fois au plan factuel avec l’importance croissante prise par les données confessionnelles à partir du xvie siècle, mais aussi au plan conceptuel, avec l’utilisation du paradigme de la confessionnalisation dans l’exploration scientifique de ce domaine. Une fois définis les mérites du prisme confessionnel, la troisième partie s’interrogera sur son impact sur les évolutions récentes de la recherche, jusqu’aux tendances et perspectives actuelles. Cet exposé tentera donc de retracer les grandes lignes de l’évolution de ce champ de recherche, qui s’épanouit aujourd’hui à nouveau1. Dans cette tentative pour montrer l’importance du « confessionnel » dans les relations internationales en Europe, il serait utopique de prétendre à l’exhaustivité bibliographique, et l’on se limitera donc à l’essentiel2.

Une longue éclipse

  • 3 NDT : La recherche française en relations internationales emploie depuis quelques années concurremm (...)
  • 4 Pour ce qui suit, Andreas Wirsching, « Internationale Beziehungen », in :Joachim Eibach et Günther (...)
  • 5 Leopold von Ranke, Die großen Mächte. Politisches Gespräch, édition commentée par Ulrich Muhlack, F (...)

2Le survol de l’évolution de la recherche dans le domaine de l’histoire des relations internationales3 nous ramène en fait aux commencements de la discipline4. Les relations internationales appartiennent aux thèmes qui ont suscité l’intérêt de la science historique naissante dès le xixe siècle. En témoigne l’essai de Léopold von Ranke Die großen Mächte paru en 1833, qui en est aussi le coup d’envoi5. Ranke y jette un regard qui personnalise les grandes puissances, tendant à ériger les États en individus historiques. « Idées de Dieu », ces derniers y sont vus comme des « êtres vivants doués de force créatrice et d’une essence spirituelle propre »,suivant des « évolutions spécifiques » qu’il appartient à l’historien de retracer. Ranke pouvait bien rappeler lui-même que les « conditions extérieures sont en relation avec celles de la politique intérieure, dans la diversité de leurs influences réciproques », et qu’il faut prendre en compte ce va-et-vient entre aspects internes et externes. Il demeure que sa position est celle du « primat de la politique extérieure », pour reprendre les termes de débats plus récents. Dans la pratique historiographique, l’histoire des relations internationales se cantonna ainsi dans un premier temps à une histoire diplomatique au sens le plus strict, c’est-à-dire à une description de négociations interétatiques, sur la base des archives administratives. Tout l’intérêt se portait sur l’action des États ; les relations internationales s’y trouvaient réduites à l’alternance de la guerre et de la paix, dont les acteurs étaient les États souverains et leurs représentants. La confession pouvait d’ailleurs jouer un rôle dans ce prisme, mais comme l’un des facteurs qui motivaient les « grands hommes » à agir.

3Cette façon de voir les choses n’est pas sortie indemne des évolutions de fond qui ont touché la discipline. Ceux qui l’ont défendue s’y sont crispés, et elle dut peu à peu changer sous le feu des critiques. La contradiction lui a surtout été portée par l’histoire sociale, ou histoire des structures, qui prend forme après la Seconde Guerre mondiale.

  • 6 Cité dans Sven Externbrink, « Internationale Beziehungen und Kulturtransfer in der Frühen Neuzeit » (...)
  • 7 Ce qui est injuste au regard des services rendus à l’historiographie par Max Braubach, ne serait-ce (...)
  • 8 Leurs interventions ont été publiées l’année suivante : Andreas Hillgruber, « Politische Geschichte (...)

4Dans un entretien accordé en 2000, Hans-Ulrich Wehler a résumé ce qui dérangeait l’école de Bielefeld, c’est-à-dire les tenants d’une « science sociale historique », dans l’historiographie traditionnelle de la politique internationale : « Le moderniste Braubach enseignait ainsi l’histoire diplomatique : “Le roi pensait, l’ambassadeur disait, etc.” – c’était épouvantable6. » Max Braubach incarnait aux yeux de Wehler une perspective qui, loin des structures, ne s’intéressait qu’aux personnalités et qui croyait pouvoir expliquer la politique extérieure sans prêter attention aux structures et aux processus internes7. La « science sociale historique » des historiens de Bielefeld en tenait au contraire pour le « primat de la politique intérieure ». Les structures plutôt que les acteurs, la société plutôt que la politique, analyser plutôt que raconter : tels sont les termes dans lesquels Jürgen Kocka a résumé son opposition frontale à l’histoire traditionnelle. Ce débat sur le « primat » a culminé en 1972 au congrès des historiens (Historikertag) de Ratisbonne, avec la collision entre deux figures de proue : Hans-Ulrich Wehler et Andreas Hillgruber. Wehler y présenta l’histoire politique comme une branche de l’histoire sociale, et la politique étrangère comme une sorte de dérivée auxiliaire de la politique intérieure. Hillgruber défendait de son côté ce qu’il a appelé une « histoire politique moderne », et campait sur l’idée d’un poids propre du politique, et d’une autonomie relative de la politique étrangère8.

  • 9 Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales (...)

5En jetant un coup d’œil comparatif vers la France, on constate que ce débat n’était pas spécifiquement allemand, même s’il prit un tour très violent en Allemagne. L’historiographie française connut en effet un débat parallèle : le conflit entre l’histoire diplomatique ou « histoire des relations internationales » autour de Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle d’une part, et les représentants de l’école des Annales d’autre part. Les termes en étaient à peu près les mêmes : chez ceux-ci le rejet d’une histoire politique réduite aux événements et aux grandes personnalités, chez ceux-là la défense de l’autonomie du politique. Les résultats de la querelle par la suite furent cependant très différents de ce qu’ils furent en Allemagne. L’histoire diplomatique française saisit au vol, pour ainsi dire, l’élan des Annales. Stimulés par le souci des Annales de mettre au jour les facteurs structurels et collectifs de l’histoire, les historiens des relations internationales découvrirent à leur tour les « forces profondes », c’est-à-dire les mécanismes qui, s’ils dépassent les capacités d’action des individus, n’en influent pas moins sur les relations entre les nations : les données géographiques, les mouvements de population, les modèles économiques, les contraintes financières, ou encore les luttes d’intérêts et les mentalités collectives, à travers les études sur « l’opinion publique ». C’est ainsi que se produisit un tournant décisif : sous l’action de ses représentants, dont la perception qu’ils avaient d’eux-mêmes et de leur travail avait progressivement évolué, l’histoire diplomatique s’élargissait en direction d’une histoire des relations internationales9.

  • 10 Michael Hochedlinger, « Die Frühneuzeitforschung und die „Geschichte der internationalen Beziehunge (...)

6Il en fut tout autrement en Allemagne. Le conflit autour du « primat » de la politique intérieure ou extérieure y a conduit en effet à une certaine paralysie historiographique. La critique sans nuances de l’histoire politique a entraîné son discrédit, l’histoire diplomatique apparaissant comme singulièrement poussiéreuse. Cela est vrai particulièrement chez les modernistes, les contemporanéistes ayant pour leur part rapidement entrepris de renouveler la recherche en relations internationales – d’où le constat, dressé en 1998 par Michael Hochedlinger, que ce débat avait conduit, en histoire moderne, à un « abandon généralisé de ce champ de recherches10 ».

  • 11 Heinz Duchhardt et Franz Knipping, « Vorwort zum Gesamtwerk », qui introduit chacun des volumes de (...)
  • 12 Heinz Duchhardt et Franz Knipping, Handbuch der Geschichte der Internationalen Beziehungen, 9 volum (...)
  • 13 La présentation complète de la collection sur Internet se trouve sous l’adresse http://www.historic (...)
  • 14 NDT : En français dans le texte.

7C’est seulement avec la redécouverte du politique à la fin du xxe siècle que l’intérêt pour ces thèmes est réapparu. À l’origine de ce renouveau se trouvent des raisons en partie extra-scientifiques : les bouleversements géopolitiques des années 1989-1990 avaient rendu nécessaire un remodelage de l’ordre international, et l’intérêt suscité par ces évolutions dans la sphère publique a conduit aussi à s’interroger sur leur dimension historique. Cette situation nouvelle a eu des répercussions rapides en termes de publications. Dès le début des années 1990 est ainsi lancée une collection qui doit « rendre compte du nouvel intérêt pour la dimension historique des relations internationales », dans la période s’étendant de 1450 à nos jours11 Dirigée par Heinz Duchhardt et Franz Knipping, la série comprendra en tout neuf volumes, dont huit sont déjà parus à ce jour depuis 1997 ; le dernier devrait être disponible prochainement12. Comme veut l’indiquer son titre, cette collection ne se conçoit pas comme la continuation de l’histoire diplomatique classique, mais bien comme une histoire des relations internationales dont la méthode s’appuierait sur les dernières avancées de la recherche. L’avant-propos des directeurs de la publication, de même que la présentation de la série sur Internet explique ce qu’il en est concrètement13. En s’appuyant explicitement sur le concept des « forces profondes14 », il s’agit de

  • 15 H. Duchhardt et F. Knipping, « Vorwort zum Gesamtwerk », art. cit. (note 11).

[...] dépasser l’histoire diplomatique ancienne manière pour incorporer à l’interprétation des relations internationales les données et les motivations économiques, culturelles, confessionnelles, mentales, géopolitiques, stratégiques, etc., afin de pouvoir les appréhender dans une multitude de perspectives15.

  • 16 Présentation de la collection sur Internet (voir note 13).
  • 17 L’objet d’une telle histoire des relations internationales n’est plus l’action des États et des hom (...)

8En arrière-plan, c’est de tout le « système international » qu’il s’agit, et de sa genèse au début de l’époque moderne, avec ses structures et ses catégories dominantes. La perspective n’est dès lors plus centrée sur l'État-Nation, mais devient bel et bien « transnationale », dans la mesure où la façon d’envisager les acteurs de cette histoire s’élargit. On ne s’intéresse plus uniquement aux relations politiques entre les États, mais aussi aux contacts économiques, culturels ou autres, et à ceux qui les mettent en œuvre. Si les acteurs principaux restent les « États », c’est-à-dire en fait les détenteurs du pouvoir et les titulaires des fonctions clés, « ce qui se passe par-dessus les frontières n’est cependant pas exclusivement de leur fait, puisque se meuvent également entre les États des organisations subgouvernementales, des groupes privés, ou des individus, avec ce qu’ils emportent d’idées, de marchandises, ou de pressions16 ». La rupture avec l’histoire diplomatique classique est définitive, puisque cette entreprise éditoriale fait le pari d’une histoire des relations internationales au sens large du terme, en y incluant aussi des acteurs non-étatiques17.

  • 18 Voir le compte rendu du volume de Michael Erbe par Günther Kronenbitter sur le site Schepunkte, no  (...)

9La mise en œuvre de ce programme dans les volumes parus jusqu’à présent a certes été diversement appréciée18. Par ailleurs, comme nous allons le voir, la recherche a depuis lors emprunté de nouveaux chemins. Mais il reste d’abord à montrer comment on en est arrivé à cette réorientation – ce qui sera notre deuxième point.

De la diplomatie aux relations internationales

  • 19 « Die deutschen Historikertage 1951-2000 als Spiegel der Frühneuzeitforschung » est aussi le titre (...)
  • 20 Les communications tenues dans le cadre de cette section ont été publiées par Heinz Duchhardt (dir. (...)
  • 21 Un panorama, réduit cependant aux positions de Kunisch, Schilling et Burkhardt, est proposé par Hol (...)

10Afin de percevoir les impulsions qui ont mené à ce passage de l’histoire diplomatique traditionnelle à l’histoire des relations internationales, le meilleur exemple est sans doute le Historikertag, ce congrès à travers lequel la recherche historique allemande présente régulièrement ses travaux. Organisé par l’Association des historiens allemands (Verband der Historiker und Historikerinnen Deutschlands), ce forum tenu tous les deux ans entend porter dans la sphère publique l’état le plus récent des travaux de la corporation. Comme l’avait montré l’échange de vue houleux lors du Historikertag de 1972, cette manifestation est l’occasion d’exposer au grand jour les débats et les ruptures à l’intérieur de la discipline19. Dans le domaine qui nous intéresse ici, le Historikertag tenu en 1990 a joué ce rôle une fois de plus, du moins dans sa section consacrée aux « paramètres généraux et marges de manœuvre dans la politique européenne au temps de Louis XIV », conduite par Heinz Duchhardt. À ses côtés, trois autres historiens, qui règnent en maîtres aussi bien sur le champ de l’histoire des relations internationales que sur celui des ouvrages de référence : Johannes Kunisch, Johannes Burkhardt et Klaus Malettke20, dont l’apport à notre domaine mérite d’être expliqué ici21.

  • 22 Ce recueil d’articles est paru à Cologne en 1992. On se reportera également à son ouvrage pionnier (...)
  • 23 L’expression a été empruntée à Ekkehard Krippendorf ; voir Johannes Kunisch, « La guerre, c’est moi (...)
  • 24 Johannes Kunisch, « Der Nordische Krieg von 1665-1660 als Parabel frühneuzeitlicher Staatenkonflikt (...)
  • 25 Kunisch ne s’étend pas longuement sur le rôle de la confession (ibid., p. 18 sq.), car il estime qu (...)

11Le titre de l’un des principaux ouvrages de Johannes Kunisch est assez représentatif de ses recherches : Fürst – GesellschaftKrieg. Studien zur bellizistischen Disposition des absoluten Fürstenstaates (Prince, guerre et société : études sur les dispositions belliqueuses du principat absolu)22. Kunisch, qui est l’un des principaux représentants de la recherche sur l’« absolutisme » (notion qui a elle aussi connu bien des vicissitudes), s’appuie depuis la fin des années 1970 sur une prémisse presque oubliée et reprise surtout des travaux d’Otto Hintze – le lien entre les institutions et la politique de puissance —, en se demandant dans quelle mesure la propension des États absolutistes à faire la guerre plonge précisément ses racines dans leurs structures institutionnelles. Il part de l’idée, qui est au cœur de l’héritage de la recherche sur l’absolutisme, que le Prince seul décide de la guerre et de la paix – et qu’il est donc, toujours d’après Klinisch, seul compétent en matière de politique étrangère : « la guerre, c’est moi ! », en quelque sorte23. Ce faisant, il apporte une contribution importante au problème des conflits entre États à l’époque moderne, dont il a développé les variations et les paramètres dans sa communication au Historikertag de 199024. À partir de l’exemple de la guerre du Nord (1655-1660), il y montre combien les facteurs du conflit sont divers, depuis les intérêts commerciaux jusqu’au contentieux confessionnel en passant par les enjeux propres à la genèse interne des États25. Il tient cependant les facteurs propres à la personnalité du prince pour décisifs : au premier chef les questions dynastiques, éternelles fauteuses de guerres du fait des querelles successorales, mais aussi le désir de gloire des souverains. Les thèses de Kunisch peuvent être caractérisées comme un élargissement important des perspectives de l’histoire diplomatique, tout en restant au fond très attachées à la figure du souverain ou du « grand homme ».

  • 26 Johannes Burkhardt, Abschied vom Religionskrieg. Der Siebenjährige Krieg und die päpstliche Diploma (...)
  • 27 Johannes Burkhardt, « Konfession als Argument in den zwischenstaatlichen Beziehungen. Friedenschanc (...)
  • 28 Duchhardt le souligne également dans son introduction aux actes des travaux de la section, ibid., p (...)
  • 29 Johannes Burkhardt, « Die Friedlosigkeit der Frühen Neuzeit. Grundlegung einer Theorie der Bellizit (...)

12Le visage guerrier qu’offre l’époque moderne est tout aussi important pour Johannes Burkhardt, mais sa perspective est celle d’une histoire de la guerre et de la paix, axée non pas sur l’action et la personne du prince comme chez Kunisch, mais sur les conditions structurelles de la formation de l’État. Cette prémisse l’entraîne à s’intéresser davantage à l’aspect confessionnel des relations internationales à l’époque moderne. Dans sa thèse d’habilitation publiée en 1985, il se penche ainsi sur « l’adieu aux guerres de Religion », et plus précisément sur la diplomatie pontificale durant la guerre de Sept Ans26. L’aspect confessionnel de cette guerre tient pour Burkhardt à la mobilisation idéologique des partis confessionnels au sein des deux blocs antagonistes, qui sont homogènes en termes de confession, même s’il s’agit avant tout d’un conflit entre États. D’après lui, la confession sert ici de ciment et d’idéologie de démarcation ; elle fournit les arguments du langage politique, aussi bien dans les publications que dans les échanges diplomatiques. C’est pourquoi l’idée de la « confession comme argument » est le thème choisi par Burkhardt pour son intervention au Historikertag de 199027. Il y montre ainsi que la confession a été utilisée dès le règne de Louis XIV dans la perspective d’un rapprochement entre Vienne et Versailles. Sans toutefois présenter l’appartenance confessionnelle comme un simple moyen d’alimenter d’autres mobiles, Burkhardt reprend ici une distinction soulignée déjà par Konrad Repgen, entre le discours de légitimation de la politique extérieure dans l’espace public d’une part, et les motivations effectives de l’action diplomatique d’autre part. Le facteur confessionnel joue selon lui de part et d’autre, du moins jusqu’à l’époque des traités de Westphalie28. Il continue d’ailleurs d’après lui à être central même après 1648, du moins au plan de la théorie, aussi bien dans l’affermissement de la structure de l’État que parmi les facteurs qui aiguillonnent les guerres. Les analyses de Burkhardt reposent sur l’idée de guerres motivées par la construction de l’État : il les a par la suite développées dans une « théorie de la bellicité en Europe ». Sous ce prisme, c’est le rôle fonctionnel – ou à l’occasion dysfonctionnel – joué par la confession qui domine29. En s’intéressant aussi à son rôle dans le discours politique, dans la propagande ou dans les publications, Burkhardt a également introduit un nouvel aspect de la question dans le débat scientifique, et par là même un nouvel acteur : la population en tant que masse à mobiliser. Burkhardt se révèle en outre l’un des rares historiens à traiter de problèmes confessionnels pour l’histoire des relations internationales après 1648.

  • 30 Klaus Malettke, « Ludwigs XIV. Außenpolitik zwischen Staatsräson, ökonomischen Zwängen und Sozialko (...)
  • 31 Klaus Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa im 17. und 18. Jahrhundert. Beiträge zum Einflus (...)
  • 32 Sa thèse de doctorat était déjà consacrée à ces questions : Sven Externbrink, Le cœur du monde. Fra (...)
  • 33 De même que chez Christoph Kampmann, le successeur de Malettke à l’université de Marbourg. Voir par (...)

13Klaus Malettke a donné de son côté une impulsion supplémentaire à la discussion. Historien de la France, ancien élève de Pierre Renouvin à Paris, il a lui aussi consacré ses travaux, ainsi que sa contribution au Historikertag de 1990, à la dimension intérieure des relations internationales30. La question centrale est chez lui celle de la perception. En partant du principe que la façon dont la situation est vécue et appréciée importe plus que l’état « réel » des choses, Malettke s’est maintes fois occupé dans ses recherches de l’image de la France dans l’Empire et de celle de l’Empire en France31. Ses élèves lui ont emboîté le pas, comme Sven Externbrink, dont la thèse d’habilitation en 2003 portait sur la perception, la collecte et la livraison de l’information dans la constitution des relations internationales32. Mais si l’attention accrue portée aux représentations doit beaucoup à Malettke et à ses élèves, la question confessionnelle ne joue pas pour autant un rôle particulier dans leurs travaux33.

  • 34 Du moins aussi bien sa thèse de doctorat que son habilitation traitent-elles de questions concernan (...)
  • 35 Alfred Kohler, Das Reich im Kampf um die Hegemonie in Europa 1521-1648, Munich, Oldenbourg (Enzyklo (...)
  • 36 Et ce dès les années 1970, voir par exemple Heinz Duchhardt, Gleichgewicht der Kräfte, Convenance, (...)
  • 37 Sur sa problématique générale, voir par exemple Heinz Duchhardt, « Grundmuster der internationalen (...)

14Cette remarque vaut pour Heinz Duchhardt lui-même. À l’origine principalement historien de l’Empire, celui-ci est venu à l’étude des relations internationales par le biais de la structure supranationale du Reich34. Il a dirigé, avec Alfred Kohler, la publication des ouvrages de référence disponibles sur le marché germanophone. Ces deux auteurs ont en effet co-rédigé les deux volumes consacrés aux relations internationales à l’époque moderne dans la série Enzyklopädie deutscher Geschichte (Encyclopédie de l’histoire de l’Allemagne), et tous deux participent au compendium dont il a été question plus haut35. Les travaux de Duchhardt se caractérisent par l’importance qu’il attache à une réflexion systématique sur l’histoire des relations internationales. C’est là que réside la valeur de sa contribution à la discipline36. En traitant des relations internationales surtout à travers les grandes catégories dominantes à une période donnée, il élargit la perspective, qui passe d’un point de vue national à une analyse en termes de système international. Chez lui, les concepts centraux sont donc ceux d’équilibre européen ou de pentarchie – la confession en revanche n’appartient pas pour Duchhardt aux facteurs fondamentaux de ce système international37.

15Il serait sans doute injuste de reprocher aux historiens qui s’occupent de la seconde moitié de la période moderne d’avoir négligé jusqu’à présent la place des facteurs confessionnels dans les rapports entre les nations. En effet, l’opinion la plus répandue est que la confession perd de son importance après les traités de Westphalie de 1648, ce qui explique en grande partie ce manque d’intérêt. Il n’en demeure pas moins que le résultat du Historikertag de 1990 et des directions de recherche qui ont été suivies à la suite de ses travaux n’a pas été d’intégrer la confession aux analyses du « système » des relations internationales de l’époque moderne – à l’exception des études de Johannes Burkhardt. Sur le plan de la méthode et des concepts, le bilan est tout aussi mitigé. Les intervenants au Historikertag avaient certes lancé toute une série de pistes et de propositions ; néanmoins, on ne peut vraiment affirmer que les objectifs méthodologiques que s’était fixés le Handbuch zur Geschichte der internationalen Beziehungen aient été atteints. L’exemple de la question des « acteurs » des relations internationales est parmi les plus parlants : comme auparavant, le projecteur restait fixé sur les États et leurs représentants, et la recherche n’avait toujours pas découvert les acteurs non étatiques.

  • 38 Axel Gotthard insiste sur ce point dans Konfession und Staatsräson. Die Außenpolitik Württembergs u (...)
  • 39 Sans vouloir annexer Bernard Vogler à la recherche allemande, voir comme exemple récent de ses trav (...)
  • 40 A. Gotthard, Konfession und Staaträson..., op. cit. (note 38) ; Holger Thomas Graf, Konfession und (...)

16Si l’on recherche quelles impulsions ont été à l’origine du développement ultérieur de nouvelles orientations et de nouveaux concepts, on finit en fait par retourner à l’histoire de l’Empire et à l’histoire régionale. Je fais ici allusion à toute une série de travaux sur les États territoriaux allemands, où l’analyse régionale est menée dans une perspective d’histoire de l’Empire38. Comme la phase préliminaire à la guerre de Trente Ans y jouit d’une attention particulière, la place accordée aux variables confessionnelles y prend automatiquement une certaine importance, que ce soit dans les relations extérieures des différents territoires, dans les marges de manœuvre des acteurs ou dans les mécanismes diplomatiques. Et ce n’est donc sans doute pas un hasard si les puissances calvinistes que sont le Palatinat, la Hesse-Cassel et le Wurtemberg sont des objets privilégiés de ces études. Après Bernard Vogler, Andreas Wirsching en 1986 et plus récemment Eike Wolgast se sont ainsi intéressés au Palatinat39, tandis qu’Axel Gotthard et Holger Thomas Graf se sont consacrés respectivement au Wurtemberg et à la Hesse-Cassel40. Les titres de quelques-uns de ces travaux permettent d’avoir un aperçu de leur apport à l’histoire des relations internationales : tandis que Wirsching parle à propos du Wurtemberg d’une « confessionnalisation de la politique », Gotthard situe la politique extérieure « entre confession et raison d’État ». Il est important de souligner à cet égard qu’ici, la notion de « confessionnalisation » est employée sur le ton du simple constat objectif, et non comme une hypothèse théorique générale. Contrairement à Heinz Schilling et Wolfgang Reinhard qui l’ont développé depuis les années 1980, ce concept ne recouvre pas dans les travaux d’histoire régionale ou d’histoire de l’Empire l’idée que le partage confessionnel serait la ligne directrice de l’organisation générale des sociétés allemandes ; on se borne à y constater qu’il joue un rôle croissant dans la détermination de la politique extérieure. Concrètement, la confession intervient ici dans les motivations de l’action, ainsi que comme objet dans les négociations ou comme argument dans les échanges diplomatiques. Certes, les acteurs qui apparaissent dans ces travaux continuent à être principalement les titulaires du pouvoir étatique : princes, diètes et ambassadeurs. Mais sans en avoir eu le dessein, ces travaux sur l’Empire et ses États ont apporté une contribution décisive aux recherches d’histoire des relations internationales, en prenant en considération les facteurs confessionnels.

  • 41 H.T. Graf, Konfession und Internationales System..., op. cit. (note 40).

17Il n’est toujours pas possible, à ce stade, de constater une imprégnation profonde du champ de recherche des relations internationales par le paradigme de la confessionnalisation. L’un de ces travaux d’histoire régionale, qui à première vue ressemble aux autres et pourtant s’en éloigne, représente un grand pas dans cette direction : la thèse de doctorat de Holger Thomas Gräf, parue en 1993, sur la politique extérieure de la Hesse-Cassel à l’âge confessionnel41. Comme l’indique son titre – « confession et système international » – Gräf se lance sur une piste de recherche différente de celle des travaux précédemment évoqués. En effet, il traite la Hesse-Cassel avant tout comme un exemple du rôle joué par les enjeux confessionnels dans la formation progressive d’un système européen. La confession n’est ici plus seulement une catégorie qui sert à caractériser les mobiles internes de l’action politique, mais une catégorie d’interprétation dans l’analyse de l’émergence d’un système international cohérent. La raison de ce déplacement théorique est en fait assez simple : Graf part en effet du paradigme de la « confessionnalisation » tel que l’entendent Heinz Schilling et Wolfgang Reinhard, et il est logique que les notions de confession et de confessionnalisation prennent chez lui un sens analytique – d’autant plus que son travail sur la Hesse-Cassel a été dirigé par Heinz Schilling.

  • 42 Schilling a développé son modèle théorique dans nombre de conférences et de textes depuis le début (...)

18Les travaux de Heinz Schilling montrent au demeurant tout ce que le paradigme de la confessionnalisation a apporté à l’étude des relations internationales sur le plan de la méthode et des concepts. Schilling compte en effet, aux côtés des historiens évoqués auparavant, parmi ceux qui dominent désormais ce champ de recherche. S’il n’a pas participé à la section consacrée à ce sujet lors du Historikertag de 1990, il a néanmoins proposé, au même moment, un modèle alternatif en histoire des relations internationales42. Schilling explique lui-même son hypothèse de départ :

  • 43 Heinz Schilling, « Konfessionalisierung und Formierung eines internationalen Systems während der fr (...)

Si l’on considère comme pertinent de dire que la confessionnalisation de la chrétienté européenne a représenté un processus fondamental à l’époque moderne, aussi bien pour les Églises que pour les États ou les sociétés, une question s’impose d’elle-même, celle de savoir si elle n’a pas joué le même rôle transversal dans la formation du système international à cette époque43.

  • 44 H. Schilling, « Formung und Gestalt... », art. cit. (note 42), distingue quatre phases, déterminées (...)
  • 45 Pour ce qui suit, voir surtout H. Schilling, « Konfessionalisierung und Formierung... », art. cit. (...)
  • 46 Voir sur ce thème les études de Robert Bireley, depuis sa thèse de doctorat de 1975, Maximilian von (...)
  • 47 L’existence d’« internationales calvinistes » a été étudiée par Art Van Schelven, « Der Generalstab (...)
  • 48 Sur les liens, dans les processus de confessionnalisation, entre la situation extérieure et la poli (...)

19Une réponse positive est évidente pour Schilling : l’« âge confessionnel » dont il parle, et qui s’étend selon lui de 1555 à 1648, serait non seulement l’époque où la confessionnalisation conduit à la construction à marche forcée des États, mais aussi une phase bien distincte des relations internationales. Marquée par l’hégémonie espagnole et sa contestation, entre autres par les Pays-Bas, cette étape de la diplomatie a pour caractéristique ce qui donne son style général à l’époque : l’appartenance confessionnelle44. Schilling analyse l’impact de celle-ci sur différents plans45. En premier lieu, l’histoire des institutions et des grandes figures historiques : Schilling y inclut les institutions ecclésiastiques et leur personnel, en tant qu’agents (non étatiques) de communication dans le système international. Chez les catholiques, les ordres religieux et en particulier les Jésuites eurent ainsi une influence non négligeable, ne serait-ce qu’à travers la fonction de confesseur exercée par certains de leurs membres – et ce parallèlement aux nonciatures et à la diplomatie pontificale46. Chez les protestants, en particulier les calvinistes, Schilling attire l’attention sur les communautés réfugiées à l’étranger, les prédicateurs itinérants ou encore les exilés de toutes sortes. Conformément à son idée que le paradigme de la confessionnalisation suppose de prendre en compte les évolutions parallèles aux trois confessions, Schilling oppose à l’« internationale calviniste », réseau de personnes qui s’étend au-delà des frontières, une « internationale de la Contre-Réforme47 ». Il voit par ailleurs un deuxième ensemble d’interactions entre les confessions et les relations internationales dans le domaine de l’histoire des mentalités. C’est ici la sémantique confessionnelle qui est en jeu et consécutivement la perception en termes religieux des rapports de puissance en Europe. Schilling pense que les visions d’un ordre international ainsi que les concepts qui sont à l’œuvre dans les relations entre États sont d’abord de nature religieuse, ainsi que le langage politique que l’on trouve dans les livres ou les écrits de propagande. La radicalisation de l’affrontement, qui s’exprime par le passage à des interprétations de la situation internationale en termes d’Apocalypse, se retrouve avant tout dans les publications du camp calviniste. Mais dans les autres camps aussi, on partait d’une constatation semblable : l’antagonisme politique reflétait la lutte eschatologique entre deux blocs de puissances séparés par la religion. C’est précisément ceci, c’est-à-dire la perception des rapports de puissance comme un face-à-face entre un bloc catholique et un bloc protestant sur le terrain politique et militaire, qui a contribué d’après Schilling à former le système international comme « système »,c’est-à-dire comme un ensemble qui ne doit rien au hasard, mais qui suit des règles que l’on peut connaître et maîtriser. Ce qui conduit au troisième ensemble d’interactions mis en lumière par Schilling : la formation du système international dont les données et les équilibres se construisent en liens étroits avec ceux de la confessionnalisation. De ce point de vue, l’observation des représentations coïncide tout à fait avec les données de la Realpolitik. L’édification de ce système se fait ainsi en suivant les frontières confessionnelles. Enfin, et l’on touche ici un quatrième ensemble d’interactions, l’affrontement confessionnel n’est pas sans effets sur la construction intérieure des Etats modernes48. En effet, le vis-à-vis de deux blocs confessionnels a facilité l’instauration de mesures de renforcement de l’État moderne, au premier rang desquelles la mise en place d’importantes armées permanentes. Celles-ci permettent certes de disposer d’une plus grande capacité d’action sur l’échiquier extérieur, mais aussi, à l’intérieur, d’imposer l’introduction de nouvelles formes de financement. Ces innovations, menées dans l’intérêt de la croissance de l’« État d’impôts et de finances », pouvaient par la même occasion être légitimées par des arguments religieux. On pourrait penser que cela n’a fait que les rendre politiquement acceptables – or, cela va plus loin, et on touche ici à un ensemble d’interactions supplémentaires : celui de la mobilisation pour la première fois d’une grande partie de la population par la politique étrangère. À côté des ecclésiastiques, de simples fidèles se trouvèrent ainsi touchés par des enjeux de relations internationales. Et l’on finit par vouloir leur démontrer clairement, par les mots ou les images, dans les prêches comme dans les publications, que leur salut personnel dépendait de leurs prises de positions dans ce domaine. C’est donc aussi grâce au mécanisme de la confessionnalisation que l’intérêt des simples sujets pour le système international finit par croître.

20Dans le tableau « confessionnalisant » des relations internationales proposé par Schilling, la nouveauté ne vient pas vraiment de ses éléments pris isolément, beaucoup d’entre eux ayant déjà été discuté avant lui. L’innovation réside dans la combinaison de tous ces facteurs dans un schéma conceptuel global. Les acteurs ne sont plus seulement les dignitaires ou les grandes figures politiques, mais aussi les personnes et les groupes « non étatiques », tandis que sont désormais prises en compte les implications en termes d’histoire des mentalités, ou encore les interférences entre politique internationale et construction de l’État. Par ailleurs, les populations sont enfin partie prenante de l’analyse, ne serait-ce qu’en tant que cible des publications de propagande et des sémantiques de légitimation qui y furent développées. Et Schilling éclaire finalement cet ensemble de problématiques au moyen d’un concept interprétatif supranational : on lui est donc plus ou moins redevable, s’il faut qualifier ce bilan, d’avoir ouvert l’histoire des relations internationales aux perspectives de l’histoire sociale et culturelle. Par là même, il a aussi ouvert des pistes – du moins dans le domaine de la théorie – qui permettent enfin à l’histoire des relations internationales de donner des réponses aux exigences nouvelles d’une « histoire science sociale ».

  • 49 H. Schilling, « Die Konfessionalisierung und die Entstehung... », art. cit. (note 45), p. 129.
  • 50 Il faut ici citer avant tout les travaux de Holger Thomas Graf : à côté de ceux déjà évoqués, voir (...)

21Cette ouverture est aussi interdisciplinaire : Schilling appelle en effet à encourager la collaboration entre historiens d’une part, et théologiens et historiens des églises d’autre part. Comme il l’a déclaré dans sa contribution aux mélanges offerts à l’historien de l’église Gottfried Seebaß : « c’est une perspective nouvelle pour les historiens des relations internationales, et qui transforme leurs habitudes49 » – et il faut bien reconnaître que ce travail interdisciplinaire reste inhabituel pour beaucoup d’historiens. L’ouverture conceptuelle apportée par Schilling a en revanche été largement suivie, et de nombreux travaux ont pris la suite de ses réflexions sur la nature confessionnelle des relations internationales à l’époque moderne50. Il est désormais difficile de ne pas emprunter la voie tracée par Schilling, qui signe d’ailleurs le tome correspondant à la « première époque moderne » du compendium général dont j’ai parlé auparavant, avec pour titre significatif Konfessionalisierung und Staatsinteressen. Internationale Beziehungen 1559-1659 (Confessionnalisation et intérêts d’États : les relations internationales de 1559 à 1659).

Nouvelles impulsions

22Il faut donc souligner les apports évidents de cette nouvelle façon d’explorer les relations internationales – même si d’autres tendances se sont faites jour dans ce champ de recherche, et nous en arrivons à notre troisième point. En effet, le développement du paradigme de la confessionnalisation par Schilling et ses élèves a suscité, à travers la critique, de nouvelles attentes, impulsions, ou prémisses.

  • 51 Andreas Holzem, Religion und Lebensformen. Katholische Konfessionalisierung im Sendgericht des Fürs (...)
  • 52 Le regain d’attention est particulièrement visible dans le cas de la Bavière. La politique étrangèr (...)

23Deux champs peuvent laisser espérer que la recherche se développe encore. En premier lieu, le rôle des facteurs confessionnels dans les relations internationales après 1648 ne rencontre toujours pas le même intérêt que la période antérieure. Cet état de fait est lié aux prémisses de Schilling, pour qui l’âge d’or de la confessionnalisation trouve sa fin avec les traités de Westphalie ; il y a donc peu à attendre de ses élèves pour la période qui suit. Les études qui plaident pour une datation plus large et tentent d’explorer la poursuite de la confessionnalisation après 1648, en particulier dans la politique intérieure comme le fait Andreas Holzem, restent une exception51. Par ailleurs, les prolongements méthodologiques et conceptuels du paradigme de la confessionnalisation ont jusqu’à présent surtout concerné les États protestants ; même si le nombre des travaux sur les relations extérieures des puissances catholiques augmente peu à peu, force est de constater la persistance d’un retard certain dans ce domaine52.

  • 53 Sur ce sujet Wolfgang Reinhard, « Zwang zur Konfessionalisierung ? Prolegomena zu einer Theorie des (...)
  • 54 Wolfgang Reinhard, Freunde und Kreaturen. „Verflechtung“ als Konzept zur Erforschung historischer F (...)
  • 55 Sur la secrétairerie d’État comme cœur de la politique de la Curie romaine, Birgit Emich, Bürokrati (...)
  • 56 Les relations extérieures de la Curie ont en dernière analyse toujours à voir avec des enjeux ecclé (...)
  • 57 En tant que citoyen suisse, Christian Windler (Berne) n’est pas à classer à proprement parler dans (...)

24Ce constat pose une question : pourquoi les travaux sur les États catholiques n’ont-ils pas été stimulés par les recherches de Wolfgang Reinhard, qui est avec Heinz Schilling le deuxième concepteur de la confessionnalisation, et s’est de son côté surtout penché sur le côté catholique de celle-ci ? En fait, Reinhard lui-même semble ne s’être vraiment intéressé à l’impact de la confessionnalisation sur les relations extérieures que dans la mesure où il recoupe les mécanismes en œuvre, à l’intérieur, dans le processus de construction de l’État53. Cependant, Reinhard a lancé une nouvelle ligne méthodologique qui a porté ses fruits et dont le sillage s’est montré très visible dans les Historikertage de ces dernières années, à savoir les analyses en termes de réseaux. Ce concept considère les relations internationales comme étant avant tout des relations de personnes, que celles-ci fonctionnent à l’intérieur d’un État ou dans l’espace international. Cette idée, développée à partir de 1979, a débouché sur un projet de recherche sur les relations extérieures de la Curie romaine au xviie siècle54. Les travaux issus de ce programme recouvrent un domaine géographique sans équivalent pour de telles études comparatives55. Même si cette entreprise se limite en fait aux relations de la Curie avec les puissances catholiques, elle n’est pas sourde à la perspective confessionnelle56. Les relations internationales y sont vues comme un ensemble de relations personnelles, et celles-ci dépassent largement les frontières confessionnelles. Christian Windler a par exemple repris les prémisses de Reinhard dans le cadre de ses propres travaux sur la diplomatie comme perception de l’Autre, et dirigé conjointement avec Hillard von Thiessen les travaux de la section « Proximité dans le lointain » (Nähe in der Ferne) au Congrès des historiens tenu en 200057. Wolfgang Reinhard a saisi l’occasion pour résumer ce qu’il y a de conceptuellement utile dans ces analyses en termes de relations personnelles :

  • 58 Wolfgang Reinhard, « Kommentar : Mikrogeschichte und Makrogeschichte », in : H. von Thiessen et C.W (...)

Le discours idéaliste dominant, qui tend à nier les rôles des acteurs individuels, est neutralisé. Cela signifie que l’on ne parle plus de « l’Allemagne » ou de « la France », ou du moins de ceux qui sont censés les représenter – les souverains et les ministres, supposés agir dans l’intérêt des nations –, et qu’on ne considère plus ces entités comme des sujets agissants. À la place, on regarde une multitude d’individus et de groupes, dont l'intérêt propre n’est pas moins important dans le déroulement des processus historiques que les facteurs « nationaux », même si on les a longtemps négligés, par commodité58.

  • 59 Sur cette attente : ibid., p. 10.

25En d’autres termes : la prosopographie ne se contente pas d’élargir le champ des acteurs. Elle repousse également les limites du champ des facteurs et des motivations qui ont formé la pensée et l’action de ces acteurs. Ce regard nouveau permet également d’espérer des connexions entre la recherche sur les relations internationales à l’époque moderne et les travaux d’histoire sociale transnationale, qui pour l’histoire contemporaine ont déjà acquis leurs lettres de noblesse59.

  • 60 Sur cette critique voir Winfried Schulze, « Konfessionalisierung als Paradigma zur Erforschung des (...)
  • 61 La présentation du projet sous http//www.ahf.muenchen.de/Forschungsberichte/Jahrbuchl998/Beiderbeck (...)
  • 62 Stefan Ehrenpreis, « Der Reichshofrat im System der Hofbehörden Kaiser Rudolfs II. (1576-1612). Org (...)
  • 63 Deux exemples méritent d’être cités sur ce point (sur les résultats des travaux d’Ehrenpreis et Rut (...)
  • 64 F. Beiderbeck et al. (dir.), Dimensionen der europäischen Außenpolitik..., op. cit. (note 31). Le c (...)

26Les impulsions nouvelles n’ont cependant pas été l’apanage de ce que l’on pourrait appeler 1’« école de la Confessionnalisation ». Les historiens qui ont gardé une position critique vis-à-vis de ce paradigme ont eux aussi poussé plus loin les recherches dans le domaine des relations internationales en général, et du rôle qu’y jouent les confessions en particulier. Il faut ici citer en premier lieu Winfried Schulze, qui a très tôt reproché à Schilling et à Reinhard de surestimer la portée du facteur confessionnel60. L’un des buts du programme de recherche sur « L’Union protestante, l’Empire et l’Europe occidentale de 1580 à 1621 » (Die Union, das Reich und Westeuropa 1580-1621) était d’ailleurs de montrer combien les critiques de fond portées par Schulze au concept de confessionnalisation s’appliquaient aussi aux relations internationales61. Ce projet financé de 1994 à 1998 par la Fondation Volkswagen est aussi une réaction explicite aux thèses de Schilling sur les « forces motrices », dans la mesure où il pose la question du poids relatif des forces confessionnelles par rapport aux autres ressorts en présence. Les thèmes qui ont été traités sous l’égide du programme sont très variés, depuis les juridictions du Reich jusqu’à l’Union, en passant par les relations entre les États protestants et la France62 ; leurs résultats se rassemblent néanmoins sous un dénominateur commun : le facteur confessionnel est moins significatif que Schilling ne le suppose63. Deux manifestations scientifiques ont par la suite propagé le même son de cloche, à travers des contributions tout aussi diverses : un colloque d’envergure tenu en 1997, dont les actes publiés en 2003 constituent, pour reprendre leur titre, une des plus importantes contributions des dernières années aux « [...] dimensions de la politique étrangère européenne au tournant du xvie et du xviie siècle », et la section du Historikertag tenu à Francfort en 1998 sous l’intitulé « Intentions pacifiques – effets belliqueux : la guerre de Trente Ans était-elle inévitable64 ?»

  • 65 De nombreux travaux ont montré la persistance de la confessionnalisation dans les armées – voir les (...)
  • 66 On trouvera la définition complète de la « culture confessionnelle » chez Thomas Kaufmann, Dreissig (...)
  • 67 Matthias Pohlig, « Konfessionskulturelle Deutungsmuster internationaler Konflikte um 1600 – Kreuzzu (...)

27Dans d’autres cas également, la critique du paradigme confessionnel a ouvert de nouvelles voies à l’histoire des relations internationales65. Ainsi de la notion de « cultures confessionnelles », développée surtout par Thomas Kaufmann : elle s’intéresse aux caractères propres des différentes confessions, à rebours de l’école de la Confessionnalisation qui s’attache d’abord à leur rôle en tant que forces sur l’échiquier social, politique ou international66. Ce nouveau point de vue a porté ses fruits jusque dans l’entourage de Schilling, avec par exemple la thèse de doctorat de Matthias Pohlig. Celui-ci tente la synthèse entre les deux paradigmes dans un article de 2002 sur la portée des schémas culturels d’origine confessionnelle dans les conflits entre États autour de 160067.

  • 68 Ce champ de recherches, à nouveau florissant depuis quelques années, ne peut ici être présenté de m (...)
  • 69 Les travaux de Barbara Stollberg-Rillinger sont fondamentaux à ce sujet, voir : « Die Wissenschaft (...)
  • 70 Nicole Reinhardt, « Les relations internationales à travers les femmes au temps de Louis XIV », Rev (...)
  • 71 Par exemple la thèse de doctorat, soutenue en 2003 et dirigée par Winfried Schulze, de Cornel A. Zw (...)
  • 72 Il faut citer ici d’autres travaux de Christian Windler comme : « Diplomatie history as a field for (...)

28Le travail de Pohlig ne démontre pas seulement combien les différentes prémisses peuvent être combinées. Sa perspective d’histoire culturelle montre aussi que l’attention de plus en plus grande portée par la science historique en général aux facteurs culturels ouvre encore de nouveaux horizons à l’histoire des relations internationales et en particulier à leur dimension confessionnelle. Cela peut paraître étonnant : en effet, rien dans les études d’histoire culturelle qui ont le vent en poupe depuis quelques années ne permet d’affirmer que les analyses en termes de confessions y ont un poids prépondérant68. Cette remarque vaut aussi bien pour les travaux sur le rôle du cérémonial et de la communication politique69 que des ébauches sur la « diplomatie des femmes70 », sur la communication en général71, ou encore – last but not least – sur la perception de l’Autre et de l’étranger dans l’activité diplomatique72. Dans tous ces projets ou travaux, le rôle des confessions n’est pas encore au cœur des préoccupations, et ne fait pas l’objet d’un traitement en profondeur qui serait souhaitable.

  • 73 Ce concept a été développé depuis 1985 par Michel Espagne et Michael Werner, à l’origine à partir d (...)
  • 74 Les travaux de T. Fuchs et S. Trakulhun (dir.), Das eine Europa..., op. cit. (note 6). Parmi les co (...)
  • 75 Thomas Fuchs et Sven Trakulhun, « Kulturtransfer in der Frühen Neuzeit, Europa und die Welt », in :(...)

29Quelques courants du même ordre, qui prennent davantage en compte la dimension confessionnelle, montrent toute la valeur ajoutée que l’on peut espérer de l’histoire culturelle. Il en est ainsi par exemple de la recherche sur les transferts culturels. Depuis quelques années, les tentatives se multiplient pour acclimater à l’histoire moderne ce prisme d’analyse fabriqué d’abord pour l’époque contemporaine73. Le rôle des confessions y est aussi évident que central, qu’il s’agisse de la Compagnie de Jésus ou des ambassadeurs réformés, des sermons à teneur politique ou des missions74. Comme le rappellent Thomas Fuchs et Sven Trakulhun, « les Églises et leurs émissaires constituaient sans doute le système de transferts le plus puissant de l’Europe moderne75 ».

  • 76 Tous les historiens des relations internationales ne se situent évidemment pas dans le sillage de l (...)

30Dans le débat sur les rapports entre confessions et transferts culturels, les élèves de Schilling, Malettke et Schulze figurent au premier plan, comme Holger Thomas Gräf, Sven Externbrink ou Cornel Zwierlein. Dans l’étude des transferts culturels, les différentes tendances évoquées jusqu’à présent trouvent en effet un dénominateur commun, alors qu’elles travaillaient auparavant de manière parallèle. Les impulsions venues de l’école de la Confessionnalisation continuent par ailleurs d’être fécondes à travers les travaux sur l’histoire des transferts culturels76.

  • 77 On peut cultiver cet espoir en voyant les travaux prometteurs qui se penchent sur les questions d’h (...)

31C’est ainsi que se ferme le cercle – comment maintenant résumer ce long panorama sur le rôle joué par la notion de confession dans l’étude des relations internationales ? Pour le faire en quelques phrases, il faut souligner l’importance du concept de « confessionnalisation », qui a ouvert la recherche en relations internationales sur l’histoire sociale ainsi que sur la collaboration avec la théologie et l’histoire ecclésiastique. La question du rôle que jouera une recherche placée sous le signe de l’histoire culturelle reste encore ouverte. Mais on peut espérer qu’une synergie féconde se mette en place entre les différentes tendances de l’historiographie77, afin peut-être d’y voir plus clair sur la question qui reste centrale en ce domaine, même si elle a un arrière-goût d’historicisme : celle du rôle que jouent effectivement les convictions religieuses sur la prise de décision en politique étrangère.

Notes

1 Achevé en décembre 2006, ce texte ne prend pas en compte la littérature scientifique parue ultérieurement. La cadre général du colloque de Göttingen étant de se concentrer sur l’Europe, cette contribution laisse de côté deux aspects importants dans l’étude de la dimension confessionnelle des relations internationales : le rôle de l’Empire ottoman dans le système international européen ainsi que le rôle non négligeable des missions dans l’expansion européenne dans le monde. Le rôle joué par les « marges » et les frontières dans le système européen n’a été pris en considération que très progressivement par la recherche, comme l’ont également constaté Heidrun Kugeler, Christian Sepp et Georg Wolf, « Einführung : Internationale Beziehungen in der Frühen Neuzeit, Ansätze und Perspektiven », in : id. (dir.), Internationale Beziehungen in der Frühen Neuzeit. Ansätze und Perspektiven, Hambourg, Lit, 2006, p. 9-35, ici p. 27. Ce dernier volume est par ailleurs un bon exemple de la fortune que connaît la notion d’histoire des « relations internationales » dans le domaine de l’historiographie qui nous intéresse ici. Cette formulation peut être considérée comme quelque peu anachronique lorsqu’elle est appliquée à l’époque moderne. Elle contribue néanmoins à la mise en forme de ce champ de recherches redécouvert récemment, et à la définition de son identité.

2 Pour un aperçu synthétique de l’état actuel de la recherche, H. Kugeler, C. Sepp et G. Wolf, « Einführung : Internationale Beziehungen... », art. cit. (note 1).

3 NDT : La recherche française en relations internationales emploie depuis quelques années concurremment les termes « relations internationales » et « relations inter-statonationales » pour faire la distinction entre le système des États et les contacts ou transferts entre pays indépendants de la sphère diplomatique. Seul le terme de « relations internationales » a été retenu dans la traduction, par souci de clarté et non pour écarter cette distinction méthodologique – qui est perceptible dans le texte lorsque l’auteur emploie l’adjectif zwischenstaatlich, qui correspondrait aux relations de puissance entre les États.

4 Pour ce qui suit, Andreas Wirsching, « Internationale Beziehungen », in :Joachim Eibach et Günther Lottes (dir.), Kompass der Geschichtswissenschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 112-125, ainsi que les indications bibliographiques, ibid., p. 169-171. De manière plus détaillée pour le xixe siècle : Ulrich Muhlack, « Das europäische Staatensystem in der deutschen Geschichtsschreibung des 19. Jahrhunderts », Annali dell’ Istituto storico italiano-germanico in Trento, 16, 1990, p. 43-92, texte repris dans : id., Staatensystem und Geschichtsschreibung. Ausgewählte Aufsätze zu Humanismus und Historismus, Absolutismus und Aufklärung, textes réunis par Notker Hammerstein et Gerrit Walther, Berlin, Duncker Sc Humblot (Historische Forschungen, 83), 2006, p. 313-353 ; Gerhard Th. Mollin, « Internationale Beziehungen als Gegenstand der deutschen Neuzeithistoriographie seit dem 18. Jahrhundert. Eine Traditionskritik in Grundzügen und Beispielen », in : Wilfried Loth et Jürgen Osterhammel (dir.), Internationale Geschichte. ThemenErgebnisse – Aussichten, Munich, Oldenbourg (Studien zur internationalen Geschichte, 10), 2000, p. 3-30.

5 Leopold von Ranke, Die großen Mächte. Politisches Gespräch, édition commentée par Ulrich Muhlack, Francfort-sur-le-Main, Insel, 1995, p. 95,86,10 et 12.

6 Cité dans Sven Externbrink, « Internationale Beziehungen und Kulturtransfer in der Frühen Neuzeit », in : Thomas Fuchs et Sven Trakulhun (dir.), Das eine Europa und die Vielfalt der Kulturen. Kulturtransfer in Europa 1500-1850, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2003, p. 227-251, ici p. 227, note 3.

7 Ce qui est injuste au regard des services rendus à l’historiographie par Max Braubach, ne serait-ce qu’à travers l’édition en cours des archives du congrès des traités de Westphalic : Max Braubach et Konrad Repgen (éd.), Acta Pacis Westphalicae, 3 séries : 1. Instruktionen, 2. Korrespondenzen, 3. Protokolle, Verhandlungsakten, Diarien, Varia, Münster, Aschendorff, 1962.

8 Leurs interventions ont été publiées l’année suivante : Andreas Hillgruber, « Politische Geschichte in moderner Sicht », Historische Zeitschrift, 216, 1973, p. 528-552 ; la réplique de Wehler porte un titre significatif : Hans-Ulrich Wehler, « Moderne Politikgeschichte oder „Grosse Politik der Kabinette“ ? », Geschichte und Gesellschaft, 1, 1975, p. 344-369.

9 Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, 1964. Dès les années 1950, Pierre Renouvin intitule son traité de référence en huit volumes Histoire des relations internationales, tandis qu’une revue intitulée Relations internationales est à la disposition des chercheurs depuis 1974. Notre objet n’est pas ici de traiter de l’évolution ou de l’état de la recherche française. Il faut cependant citer Lucien Bély, sans doute l’auteur le plus actif dans le domaine de l’histoire moderne, ainsi que la série « Nouvelle Histoire des relations internationales », dont l’inspiration méthodologique varie beaucoup d’un volume à l’autre. Jean-Michel Sallmann, Géopolitique du xvie siècle, 1490-1618, Paris, Seuil, 2003 ; Claire Gantet, Guerre, paix et construction des États, 1618-1714, Paris, Seuil, 2003 ; Jean-Pierre Bois, De la paix des rois à l’ordre des empereurs, 1714-1815, Paris, Seuil, 2003. Georges-Henri Soutou donne un panorama historiographique dans « Die französische Schule der Geschichte internationaler Beziehungen », in : W. Loth et J. Osterhammel (dir.), Internationale Geschichte..., op. cit. (note 4), p. 31-44. Sur l’influence durable des Annales : Robert Frank, « Mentalitäten,Vorstellungen und internationale Beziehungen », ibid., p. 159-185.

10 Michael Hochedlinger, « Die Frühneuzeitforschung und die „Geschichte der internationalen Beziehungen“. Oder : Was ist aus dem „Primat der Außenpolitik“ geworden ? », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichte, 106,1998, p. 167-179, ici p. 171. Ce jugement est toutefois un peu injuste, au vu de l’engagement de certains modernistes allemands dans des entreprises éditoriales d’envergure, comme les Acta Pacis Westphalicae (voir note 7) ou les dépêches des nonciatures : Alexander Koller (dir.), Kurie und Politik. Stand und Perspektiven der Nuntiaturberichtsforschung, Tübingen, Niemeyer, 1998. Mais de nombreuses publications récentes témoignent de l’intérêt plus soutenu dont jouissent les relations internationales de l’époque contemporaine, par rapport à celles de l’époque moderne : celles-ci ne font ainsi l’objet d’aucune contribution dans W. Loth et J. Osterhammel (dir.), Internationale Geschichte..., op. cit. (note 4), ni dans Eckart Conze, Ulrich Lappenküper et Guido Müller (dir.), Geschichte der internationalen Beziehungen. Erneuerung und Erweiterung einer historischen Disziplin, Cologne, etc., Böhlau, 2004. Dans d’autres ouvrages collectifs, l’histoire moderne apparaît, mais de manière seulement marginale : Jens Siegelberg et Klaus Schlichte (dir.), Strukturwandel internationaler Beziehungen. Zum Verhältnis von Staat und internationalem System seit dem Westfälischen Frieden, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 2000.

11 Heinz Duchhardt et Franz Knipping, « Vorwort zum Gesamtwerk », qui introduit chacun des volumes de la collection.

12 Heinz Duchhardt et Franz Knipping, Handbuch der Geschichte der Internationalen Beziehungen, 9 volumes, Faderborn, Schöningh, 1997-. La Neuzeit est traitée dans les volumes 1 à 6 : vol. 1, Alfred Kohler, Expansion und Hegemonie. Internationale Beziehungen 1450-1559, 2008 ; vol. 2, Heinz Schilling, Konfessionalisierung und Staatsinteressen. Internationale Beziehungen 1559-1659, 2007 ; vol. 3, Klaus Malettke, Hegemonie – multipolares System – Gleichgewicht. Internationale Beziehungen 1648/1659-1713, 2009 ; vol. 4, Heinz Duchhardt, Balance of Power und Pentarchie. Internationale Beziehungen 1700-1785, 1997 ; vol. 5, Michael Erbe, Revolutionäre Erschütterung und erneuertes Gleichgewicht. Internationale Beziehungen 1785-1830, 2004 ; vol. 6, Winfried Baumgart, Europäisches Konzert und nationale Bewegung. Internationale Beziehungen 1830-1878, 1999.

13 La présentation complète de la collection sur Internet se trouve sous l’adresse http://www.historicum.net/themen/ig/material/v_handbuch.html [page consultée le 11 mars 2006]. L’avant-propos des directeurs de la collection reprend des passages entiers de cette présentation, sur laquelle se fonde aussi le résumé ci-dessus. Les deux textes ne sont pas paginés.

14 NDT : En français dans le texte.

15 H. Duchhardt et F. Knipping, « Vorwort zum Gesamtwerk », art. cit. (note 11).

16 Présentation de la collection sur Internet (voir note 13).

17 L’objet d’une telle histoire des relations internationales n’est plus l’action des États et des hommes d’État, comme dans l’histoire diplomatique traditionnelle, mais bien « les relations publiques ou privées, politiques ou autres, qui supposent le franchissement des frontières par des hommes, des marchandises ou des idées. L’investigation historique s’y empare de toutes les interactions entre les membres de différentes sociétés, en général organisées sous forme d’États, ainsi que des modèles d’interaction qui se forment au cours du temps à partir de ces interactions », explique Reinhard Meyers, Die Lehre von den Internationalen Beziehungen. Ein entwicklungsgeschichtlicher Überblick, Königstein, Athenäum, 1981, p. 20, cité également chez Sven Externbrink, « Internationale Beziehungen... », art. cit. (note 6), p. 231. Il est évident que la montée de la puissance des États face aux « corps intermédiaires » divers, qui en fait les acteurs centraux des relations extérieures, n’en restera pas moins un objet de la recherche, tant cette évolution représente une dimension importante du processus de formation des États, et notamment dans la première phase de l’époque moderne.

18 Voir le compte rendu du volume de Michael Erbe par Günther Kronenbitter sur le site Schepunkte, no 4, 2005.

19 « Die deutschen Historikertage 1951-2000 als Spiegel der Frühneuzeitforschung » est aussi le titre d’un chapitre de l’ouvrage de Jaana Eichhorn, Geschichtswissenschaft zwischen Tradition und Innovation. Diskurse, Institutionen und Machtstrukturen der bundesdeutschen Frühneuzeitforschung, Göttingen, V & R unipress, 2006, p. 153-191, qui laisse cependant de côté la problématique des relations internationales.

20 Les communications tenues dans le cadre de cette section ont été publiées par Heinz Duchhardt (dir.), Rahmenbedingungen und Handlungsspielräume europäischer Außenpolitik im Zeitalter Ludwigs XIV, Berlin, Duncker & Humblot (Zeitschrift für Historische Forschung, Beiheft 11), 1991. Ont contribué aussi à cette section Marie-Luise Recker, « Wilhelm III. Und die französische Herausforderung », p. 73-88, ainsi que Bernhard Sicken, « Heeresaufbringung und Koalitionskriegführung im Pfälzischen und im Spanischen Erbfolgekrieg », p. 89-134, qui se sont toutefois détournés de ces questions par la suite.

21 Un panorama, réduit cependant aux positions de Kunisch, Schilling et Burkhardt, est proposé par Holger Thomas Graf, « Funktionsweise und Träger internationaler Politik in der Frühen Neuzeit »,in :J. Siegelberg et K. Schlichte (dir.), Strukturwandel internationaler Beziehungen..., op. cit. (note 10), p. 105-123, ici p. 108-110.

22 Ce recueil d’articles est paru à Cologne en 1992. On se reportera également à son ouvrage pionnier de 1979 : Johannes Kunisch, Staatsverfassung und Mächtepolitik. Zur Genese von Staatenkonflikten im Zeitalter des Absolutismus, Berlin, Duncker & Humblot, 1979.

23 L’expression a été empruntée à Ekkehard Krippendorf ; voir Johannes Kunisch, « La guerre, c’est moi ! Zum Problem der Staatenkonflikte im Zeitalter des Absolutismus », in : id., Fürst – Gesellschaft – Krieg. Studien zur bellizistischen Disposition des absoluten Fürstenstaats, Cologne, etc., Böhlau, 1992, p. 1-41.

24 Johannes Kunisch, « Der Nordische Krieg von 1665-1660 als Parabel frühneuzeitlicher Staatenkonflikte », in : H. Duchhardt (dir.), Rahmenbedingungen..., op. cit. (note 20), p. 9-42. Repris dans J. Kunisch, Fürst – Gesellschaft – Krieg..., op. cit. (note 23), p. 43-82.

25 Kunisch ne s’étend pas longuement sur le rôle de la confession (ibid., p. 18 sq.), car il estime que l’exemple qu’il développe montre que « le degré de tension des antagonismes confessionnels tend à décroître progressivement. Il est cependant évident que, même à la fin du xviie siècle, ils continuent à compter parmi les facteurs qui influencent et attisent les conflits, sans être nécessairement décisifs » (p. 18).

26 Johannes Burkhardt, Abschied vom Religionskrieg. Der Siebenjährige Krieg und die päpstliche Diplomatie, Tübingen, Niemeyer, 1985. L’ouvrage concerne avant tout la papauté. Celle-ci passe ainsi au cours de la guerre d’une politique confessionnelle offensive à une simple volonté de défense des intérêts existants, par crainte d’une possible annexion par la Prusse et le Hanovre anglais de cinq territoires ecclésiastiques à la suite de la mort de l’archevêque-électeur de Cologne Clément-Auguste de Bavière en 1761. Ce tournant marque la fin pour le Saint-Siège de l’espoir d’une victoire politique et militaire du camp catholique, qui avait été ranimé par l’alliance franco-autrichienne de 1756.

27 Johannes Burkhardt, « Konfession als Argument in den zwischenstaatlichen Beziehungen. Friedenschancen und Religionskriegsgefahren in der Entspannungspolitik zwischen Ludwig XIV. und dem Kaiserhof »,in : H. Duchhardt (dir.), Rahmenbedingungen..., op. cit. (note 20), p. 135-154.

28 Duchhardt le souligne également dans son introduction aux actes des travaux de la section, ibid., p. 5 sq., en particulier p. 6.

29 Johannes Burkhardt, « Die Friedlosigkeit der Frühen Neuzeit. Grundlegung einer Theorie der Bellizität Europas », Zeitschrift für historische Forschung, 24, 1997, p. 509-574 ; id., « Reichskriege in der frühneuzeitlichen Bildpublizistik », in : Rainer A. Müller (dir.), Bilder des Reiches, Sigmaringen, Thorbecke, 1997, p. 51-95. Sur l’état le plus récent des réflexions sur ce sujet, Johannes Burkhardt, Vollendung und Neuorientierung des frühmodernen Reiches 1648-1763, Stuttgart, Klett-Cotta (Gebhardt. Handbuch der deutschen Geschichte, 10e édition, 11), 2006.

30 Klaus Malettke, « Ludwigs XIV. Außenpolitik zwischen Staatsräson, ökonomischen Zwängen und Sozialkonflikten », in : H. Duchhardt (dir.), Rahmenbedingungen..., op. cit. (note 20), p. 43-72. La contribution se concentre sur les troubles intérieurs provoqués par la stagnation économique et les atteintes portées par la couronne aux privilèges des corps constitués (hausses d’impôts).

31 Klaus Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa im 17. und 18. Jahrhundert. Beiträge zum Einfluss französischer Theorie, Verfassung und Außenpolitik in der Frühen Neuzeit, Marbourg, Hitzeroth, 1994 ; Olaf Asbach (dir.), Altes Reich, Frankreich und Europa. Politische, philosophische und historische Aspekte des französischen Deutschlandbildes im 17. und 18. Jahrhundert, Berlin, Duncker & Humblot, 2001 ; ainsi que Sven Externbrink et Jörg Ulbert (dir.), Formen internationaler Beziehungen in der Frühen Neuzeit. Frankreich und das Alte Reich im europäischen Staatensystem. Festschrift für Klaus Malettke zum 65. Geburtstag, Berlin, Duncker & Humblot (Historische Forschungen, 71), 2001. Parmi ses derniers travaux voir Klaus Malettke, « Die Entwicklung eines Systems der europäischen Außenpolitik im späten 16. und 17. Jahrhundert aus französischer Perspektive », in : Friedrich Beiderbeck, Gregor Horstkemper et Winfried Schulze (dir.), Dimensionen der europäischen Außenpolitik zur Zeit der Wende vom 16. zum 17. Jahrhundert, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2003, p. 285-305.

32 Sa thèse de doctorat était déjà consacrée à ces questions : Sven Externbrink, Le cœur du monde. Frankreich und die norditalienischen Staaten (Mantua, Parma, Savoyen) im Zeitalter Richelieus 1624-1635, Münster, Lit, 1999. Id, Friedrich der Große, Maria Theresia und das Alte Reich. Deutschlandbild und Diplomatie Frankreichs im Siebenjährigen Krieg, Berlin, Akademie Verlag, 2006.

33 De même que chez Christoph Kampmann, le successeur de Malettke à l’université de Marbourg. Voir par exemple Christoph Kampmann, Arbiter und Friedensstiftung. Die Auseinandersetzung um den politischen Schiedsrichter im Europa der Frühen Neuzeit, Paderborn, Schöningh, 2001. L’ouvrage étudie la corrélation qui se fait jour entre la prétention à jouer un rôle d’arbitre politique d’une part, et la montée de la France et son accession au statut de puissance prépondérante en Europe au cours du xviie siècle d’autre part. Mais là encore, l’intérêt porté aux aspects confessionnels est limité. Il est plus marqué dans Christoph Kampmann, Europa und das Reich im Dreißigjährigen Krieg. Geschichte eines europäischen Konflikts, Stuttgart, Kohlhammer, 2008.

34 Du moins aussi bien sa thèse de doctorat que son habilitation traitent-elles de questions concernant d’abord la politique interne de l’Empire : Heinz Duchhardt, Philipp Karl von Eltz, Kurfürst von Mainz, Erzkanzler des Reiches (1732-1743). Studien zur kurmainzischen Reichsund Innenpolitik, Mayence, Selbstverlag der Gesellschaft für mittelrheinische Kirchengeschichte, 1969 ; id., Protestantisches Kaisertum und Altes Reich. Die Diskussion über die Konfession des Kaisers in Politik, Publizistik und Staatsrecht, Wiesbaden, Steiner (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, 87 : Abteilung Universalgeschichte, Beiträge zur Sozial- und Verfassungsgeschichte des Alten Reiches, 1), 1977.

35 Alfred Kohler, Das Reich im Kampf um die Hegemonie in Europa 1521-1648, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte, 6), 1990 ; Heinz Duchhardt, Altes Reich und europäische Staatenwelt, 1648-1806, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte, 4), 1990. Voir note 12 pour leur contribution au Handbuch der Geschichte der internationalen Beziehungen. Dans la présentation qu’il en a faite sur historicum.net, Alfred Kohler précise déjà que, dans le livre de la nouvelle série comme dans sa première synthèse, il retracera « le développement de l’univers international pluraliste du Moyen Age tardif jusqu’au combat pour l’hégémonie en Europe » sans pour autant donner une place à la confession. Lors du congrès de Münster en 1997, il affirmait de même que « la confession n’a été en rien décisive dans la formation du système des puissances européennes » (je cite ici ses propos d’après le résumé de la discussion finale par Friedrich Beiderbeck, « Einleitung », in : F. Beiderbeck et al. (dir.), Dimensionen der europäischen Außenpolitik..., op. cit. [note 31], p. 9-22, ici p. 21).

36 Et ce dès les années 1970, voir par exemple Heinz Duchhardt, Gleichgewicht der Kräfte, Convenance, Europäisches Konzert. Friedenskongresse und Friedensschlüsse vom Zeitalter Ludwigs XIV. bis zum Wiener Kongress, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1976.

37 Sur sa problématique générale, voir par exemple Heinz Duchhardt, « Grundmuster der internationalen Beziehungen in der Frühen Neuzeit », in : J. Siegelberg et K. Schlichte (dir.), Strukturwandel internationaler Beziehungen..., op. cit. (note 10), p. 74-85. Dans le contexte de l’histoire interne de l’Empire, Duchhardt attache plus d’importance aux facteurs confessionnels : voir H. Duchhardt, Protestantisches Kaisertum..., op. cit. (note 34), où il insiste sur la menace que représentait pour les membres catholiques de l’Empire l’éventualité de voir le trône impérial échoir à un protestant, et sur l’influence que cette peur exerçait sur leur politique étrangère.

38 Axel Gotthard insiste sur ce point dans Konfession und Staatsräson. Die Außenpolitik Württembergs unter Herzog Johann Friedrich (1608-1628), Stuttgart, Kohlhammer, 1992. Dans son introduction, il présente son travail comme une étude d’histoire régionale, mais en demandant d’en « peser les acquis à l’aune des problématiques d’histoire de l’Empire ».

39 Sans vouloir annexer Bernard Vogler à la recherche allemande, voir comme exemple récent de ses travaux sur le Palatinat depuis les années 1970, Bernard Vogler, « Die Rolle der Pfalz in den deutsch-französischen Beziehungen um 1600 », in : F. Beiderbeck et al. (dir.), Dimensionen der europäischen Außenpolitik..., op. cit. (note 31), p. 187-198. Andreas Wirsching, « Konfessionalisierung der Außenpolitik. Die Kurpfalz und der Beginn der französischen Religionskriege (1559-1562) », Historisches Jahrbuch, 106, 1986, p. 333-360 ; Eike Wolgast, Reformierte Konfession und Politik im 16. Jahrhundert. Studien zur Geschichte der Kurpfalz im Reformationszeitalter, Heidelberg, Winter, 1998.

40 A. Gotthard, Konfession und Staaträson..., op. cit. (note 38) ; Holger Thomas Graf, Konfession und Internationales System. Die Außenpolitik Hessen-Kassels im konfessionellen Zeitalter, Darmstadt, etc., Hessische Historische Kommission, 1993.

41 H.T. Graf, Konfession und Internationales System..., op. cit. (note 40).

42 Schilling a développé son modèle théorique dans nombre de conférences et de textes depuis le début des années 1990. Il faut évoquer entre autres un texte publié en 1991 et qui reprend une allocution de 1989 : Heinz Schilling, « Formung und Gestalt des internationalen Systems in der werdenden Neuzeit – Phasen und bewegende Kräfte », in : Peter Krüger (dir.), Kontinuität und Wandel in der Staatenordnung der Neuzeit. Beiträge zur Geschichte des internationalen Systems, Marbourg, Hitzeroth (Marburger Studien zur neueren Geschichte, 1), 1991, p. 19-45, repris dans Heinz Schilling, Ausgewählte Abhandlungen zur europäischen Reformations- und Konfessionsgeschichte, textes réunis par Luise Schorn-Schütte et Olaf Mörke, Berlin, Duncker & Humblot, 2002, p. 588-617. Schilling est maintes fois revenu sur son modèle explicatif, avec quelques inflexions dans le titre ou le contenu, comme on le verra dans les notes suivantes.

43 Heinz Schilling, « Konfessionalisierung und Formierung eines internationalen Systems während der frühen Neuzeit », in : Hans Rudolf Guggisberg et Gottfried G. Knodel (dir.), Die Reformation in Deutschland und Europa. Interpretationen und Debatten, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 1993, p. 591-613, ici p. 592.

44 H. Schilling, « Formung und Gestalt... », art. cit. (note 42), distingue quatre phases, déterminées par les « forces motrices » qui y sont à l’œuvre (voir en particulier la première partie, « Phasen und bewegende Kräfte »). La première phase est celle des prétentions universelles de la maison d’Autriche, qui va de l’entrée des Français en Italie en 1494 jusqu’à la paix de Cateau-Cambrésis en 1559 et qui est marquée d’abord par le facteur dynastique. Suit la période de l’hégémonie espagnole, qui se termine avec les traités de Westphalie en 1648 et des Pyrénées en 1659, et dans laquelle le facteur dominant est l’appartenance confessionnelle. Le système international mis en place par les traités de Westphalie en 1648 dure jusqu’à la paix de Nystad en 1721 et se voit remplacé à partir de 1721, et de manière stable après le traité de Paris de 1763, par le système de la pentarchie, qui forme la quatrième et dernière phase. Les « force motrices » de Schilling, qu’il relie aux « forces profondes » de l’historiographie française, sont donc les dynasties, l’appartenance confessionnelle, les intérêts des États et la tradition.

45 Pour ce qui suit, voir surtout H. Schilling, « Konfessionalisierung und Formierung... », art. cit. (note 43).Très semblable, mais augmenté des réflexions macro-historiques sur le profil religieux de l’ancienne Europe auxquelles Schilling s’est entre-temps consacré : Heinz Schilling, « Die Konfessionalisierung und die Entstehung eines internationalen Systems in Europa », in : Irene Dingel, Volker Leppin et Christoph Strohm (dir.), Reformation und Recht. Festgabe für Gottfried Seebass zum 65. Geburtstag, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2002, p. 127-144, récemment publié en français, « La confessionnalisation et le système international », in : Lucien Bély (dir.), L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, Presses universitaires de France, 2000, p. 411-428.

46 Voir sur ce thème les études de Robert Bireley, depuis sa thèse de doctorat de 1975, Maximilian von Bayern, Adam Contzen S.J. und die Gegenreformation in Deutschland 1624-1635, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1975 ; Religion and Politics in the Age of Counterreformation. Emperor Ferdinand II, William Larmormani S.J., and the Formation of Imperial Policy, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1981 ; The Counter-Reformation Prince. Anti-Machiavellianism or Catholic Statecraft in Early Modem Europe, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1990 ; et The Jesuits and the Thirty Years War. Kings, Courts, and Confessors, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

47 L’existence d’« internationales calvinistes » a été étudiée par Art Van Schelven, « Der Generalstab des politischen Calvinismus in Zentraleuropa zu Beginn des Dreissigjährigen Krieges », Archiv für Reformationsgeschichte, 36,1939, p. 117-141. Voir les interprétations en termes de réseaux de Johannes Arndt, Das Heilige Römische Reich und die Niederlande 1566 bis 1648. Politisch-konfessionelle Verflechtung und Publizistik im Achtzigjährigen Krieg, Cologne, etc., Böhlau, 1998. Sur les réseaux catholiques, voir note 54.

48 Sur les liens, dans les processus de confessionnalisation, entre la situation extérieure et la politique intérieure, Wolfgang Reinhard, note 53 ; Winfried Schulze, Reich und Türkengefahr im späten 16. Jahrhundert. Studien zu den politischen und gesellschaftlichen Auswirkungen einer äußeren Bedrohung, Munich, Beck, 1978. Cette question de la menace représentée par l’Empire ottoman dépasse cependant la perspective qui est ici la nôtre, et nous la laissons donc de côté.

49 H. Schilling, « Die Konfessionalisierung und die Entstehung... », art. cit. (note 45), p. 129.

50 Il faut ici citer avant tout les travaux de Holger Thomas Graf : à côté de ceux déjà évoqués, voir « Die Kasseler Hofschule als Schnittstelle zwischen Gelehrtenpolitik und internationalem Calvinismus. Ein Beitrag zu den Institutionen- und sozialgeschichtlichen Grundlagen frühneuzeitlicher Diplomatie », Zeitschrift des Vereins für hessische Geschichte und Landeskunde, 105, 2000, p. 17-32. Heike Scherneck, « Außenpolitik, Konfession und nationale Identitätsbildung in der Pamphletistik des elisabethanischen Englands », in : Helmut Berding (dir.). Nationales Bewusstsein und kollektive Identität, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1994, p. 282-300 ; Uwe Sibeth, « Gesandter einer aufständischen Macht. Die ersten Jahre der Mission von Dr. Pieter Cornelisz Brederode im Reich (1602-1609) », Zeitschrift für Historische Forschung, 30-1, 2003, p. 19-52. Sur les aspects confessionnels dans la littérature anti-espagnole en France, voir Rainer Babel,« Frankreichs Gegner », in : Franz Bosbach (éd.), Feindbilder. Die Darstellung des Gegners in der politischen Publizistik des Mittelalters und der Neuzeit, Cologne, etc., Böhlau (Bayreuther historische Kolloquien, 6), 1992, p. 95-116, et notamment p. 105-107. Dans son dernier ouvrage en date, l’auteur n’est cependant pas systématiquement revenu sur le rôle des confessions dans les relations internationales : Rainer Babel. Deutschland und Frankreich im Zeichen der habsburgischen Universalmonarchie 1500-1648, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2005.

51 Andreas Holzem, Religion und Lebensformen. Katholische Konfessionalisierung im Sendgericht des Fürstbistums Münster 1570-1800, Paderborn, Schöningh, 2000. Il faut signaler, parmi les rares travaux qui se sont penchés sur l’impact de la confession sur les affaires internationales, ceux qui concernent les migrations causées par la politique confessionnelle des États, comme celles des huguenots français ou des protestants de Salzbourg : Manuela Böhm, Jens Häseler et Robert Violet (dir.), Hugenotten zwischen Migration und Integration. Neue Forschungen zum Refuge in Berlin und Brandenburg, Berlin, Metropol, 2005 ; Gabriele Emrich, Die Emigration der Salzburger Protestanten 1731-1732. Reichsrechtliche und konfessionspolitische Aspekte, Münster, Lit, 2002. Les cas de conversions princières sont une autre voie d’accès à ces problématiques, y compris pour l’époque moderne tardive. La recherche actuelle s’y intéresse à nouveau, quoiqu’en se concentrant sur la période antérieure à 1648 : Eric-Oliver Mader, « Staatsräson und Konversion. Politische Theorie und praktische Politik als Entscheidungshintergründe für den Übertritt Wolfgang Wilhelms von Pfalz-Neuburg zum Katholizismus », in : H. Kugeler et al. (dir.), Internationale Beziehungen..., op. cit. (note 1), p. 120-150 ; Ute Lotz-Heumann, Jan-Friedrich Mißfelder et Matthias Pohlig (dir.), Konversion und Konfession in der Frühen Neuzeit, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2007.

52 Le regain d’attention est particulièrement visible dans le cas de la Bavière. La politique étrangère de l’État bavarois avait déjà suscité l’interet de Dicter Albrecht, avant d’être thématisée de manière accrue ces dernières années : voir Andreas Edel, « Auf dem Weg in den Krieg. Zur Vorgeschichte der Intervention Herzog Maximilians I. von Bayern in Österreich und Böhmen 1620 », Zeitschrift für Bayerische Landesgeschichte, 65, 2002, p. 157-251 ; voir aussi la thèse de doctorat bientôt achevée de Georg J. Wolf, Bayerische Außenpolitik unter Herzog Maximilian I. zwischen 1606 und 1618 ; ainsi que Michael Kaiser, Politik und Kriegführung. Maximilian von Bayern, Tilly und die katholische Liga im Dreißigjährigen Krieg, Münster, Aschendorff (Schriftenreihe der Vereinigung zur Erforschung der Neueren Geschichte, 28), 1999. Pour la France prise comme exemple de puissance catholique extérieure au Reich, voir Nicole Handschuher, Das Reich in Europa. Die Außenbeziehungen von Kaiser und Reichständen 1565-1570, thèse de doctorat à l’université de Passau, 2001 (en ligne), ainsi que Friedrich Beiderbeck, Zwischen Religionskrieg, Reichskrise und europäischem Hegemoniekampf. Heinrich IV. von Frankreich und die protestantischen Reichsstände, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2005.

53 Sur ce sujet Wolfgang Reinhard, « Zwang zur Konfessionalisierung ? Prolegomena zu einer Theorie des konfessionellen Zeitalters », Zeitschrift für Historische Forschung, 10, 1983, p. 257-277 ; id., « Konfession und Konfessionalisierung in Europa », in :Wolfgang Reinhard (dir.), Bekenntnis und Geschichte. Die Confessio Augustana im historischen Zusammenhang, Munich, Vögel (Schriften der Philosophischen Fakultäten der Universität Augsburg, 20), 1981, p. 165-189.

54 Wolfgang Reinhard, Freunde und Kreaturen. „Verflechtung“ als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen. Römische Oligarchie um 1600, Munich, Vögel (Schriften der Philosophischen Fachbereiche der Universität Augsburg, 14), 1979 ; réimprimé sous forme abrégée dans : Ausgewählte Abhandlungen, Berlin, Duncker & Humblot, 1997, p. 289-310.

55 Sur la secrétairerie d’État comme cœur de la politique de la Curie romaine, Birgit Emich, Bürokratie und Nepotismus unter Paul V (1605-1621). Studien zur frühneuzeitlichen Mikropolitik in Rom, Stuttgart, Hiersemann (Päpste und Papsttum, 30), 2001. Sur les relations extérieures de la Curie à l’époque moderne,Tobias Mörschel, Buona Amicitia ? Die römisch-savoyischen Beziehungen unter Paul V. (1605-1621). Studien zur frühzeitlichen Mikropolitik in Italien, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, 193), 2002 ; Christian Wieland, Fürsten, Freunde, Diplomaten. Die römisch-ssorentinischen Beziehungen unter Paul V. (1605-1621), Cologne, etc., Böhlau, 2004 ; Wolfgang Reinhard (dir.), Römische Mikropolitik unter Papst Paul V. Borghese (1605-1621) zwischen Spanien, Neapel, Mailand und Genua, Tübingen, Niemeyer, 2004, avec les contributions suivantes : Hillard von Thiessen, « Außenpolitik im Zeichen personaler Herrschaft. Die römisch-spanischen Beziehungen in mikropolitischer Perspektive », p. 21-177 ; Guido Metzler, « Die doppelte Peripherie. Neapel als römische Kolonie und als spanische Provinz », p. 179-334 ;Julia Zunckel, « Quasi-Nuntius in Mailand. Giulio dellaTorre als Vertrauensmann spanischer Gouverneure und des Papstes », p. 335-426 et « Handlungsspielräume eines Mailänder Erzbischofs. Federico Borromeo und Rom », p. 427-567 ; Jan-Christoph Kitzler, « Nützliche Beziehungen. Rom und Genua unter Paul V. », p. 569-704.

56 Les relations extérieures de la Curie ont en dernière analyse toujours à voir avec des enjeux ecclésiastiques ou confessionnels, et ceux-ci occupent toujours une place de choix dans le traitement des questions diplomatiques ; Birgit Emich, « Staat und Kirche im Kirchenstaat : Plädoyer für einen mikropolitischen Etatismus in der Konfessionalisierungsforschung », in : Peter Burschei, Mark Häberlein, Volker Reinhardt, Wolfgang E.J. Weber et Reinhard Wendt (dir.), Historische Anstöße. Festschrift für Wolfgang Reinhard zum 65. Geburtstag am 10. April 2002, Berlin, Akademie Verlag, 2002, p. 112-130. Pour mesurer la portée de l’analyse en termes de réseau pour l’histoire de la Réforme et l’histoire politique des confessions, voir les résultats d’un projet de recherche plus ancien sur les villes de l’espace sud-allemand, résumés dans Wolfgang Reinhard, « Oligarchische Verflechtung und Konfession in oberdeutschen Städten », in : Antoni Maczak (dir.), Klientelsysteme im Europa der Frühen Neuzeit, Munich, Oldenbourg, 1988, p. 47-62. Il faut néanmoins remarquer que la définition reinhardienne, en posant le « micropolitique » comme l’utilisation d’un réseau de relations informelles à des fins politiques, braque certes le projecteur sur les relations entre les individus, mais le détourne aussi d’autres facteurs, comme la confession, qui peuvent aussi influencer la « micropolitique » entendue comme l’échelle la plus petite de l’action politique ; Birgit Emich, Territoriale Integration in der Frühen Neuzeit. Ferrara und der Kirchenstaat, Cologne, etc., Böhlau, 2005, p. 35.

57 En tant que citoyen suisse, Christian Windler (Berne) n’est pas à classer à proprement parler dans la recherche allemande. Néanmoins son projet, ainsi que ses relations personnelles étroites avec Fribourg-en-Brisgau et le groupe de recherches sur l’Italie autour de Wolfgang Reinhard, le rattachent à la constellation historiographique allemande. Les contributions de la section ont été publiées par Hillard von Thiessen et Christian Windler (dir.), Nähe in der Ferne. Personale Verflechtung in den Außenbeziehungen der Frühen Neuzeit, Berlin, Duncker & Humblot (Zeitschrift für historische Forschung, Beiheft 36), 2005. Certaines contributions sont directement issues des travaux du groupe de recherche de Reinhard : Hillard von Thiessen, « Patronageressourcen in Außenbeziehungen : Spanien und der Kirchenstaat im Pontifikat PaulsV. (1605-1621) », p. 15-39 ; Guido Metzler, « Pensionspolitik und Familienstrategien : Frankreichs Beziehungen zur römischen Kurie im Pontifikat Pauls V (1605-1621) », p. 41-68. La contribution de Christian Windler, « „Ohne Geld keine Schweizer“ : Pensionen und Söldnerrckrutierung auf eidgenössischen Patronagemärkten », p. 105-133, dépasse les frontières confessionnelles pour en arriver à la conclusion que « le long des lignes de partage confessionnelles, mais aussi en fonction du degré d’indépendance dans la gestion des relations extérieures, se forment les cultures diplomatiques les plus diverses, dans lesquelles le sentiment de loyauté envers un être collectif abstrait est très variable ». Du même auteur : « Außenbeziehungen vor Ort. Zwischen „Grosser Strategie“ und Privileg », Historische Zeitschrift, 281-3,2005, p. 593-619. On trouve des prémisses comparables chez Friedrich Edelmayer, par exemple dans « Das Netzwerk Philipps II. von Spanien im Heiligen Römischen Reich », in : Heinz Duchhardt et Matthias Schnettger (dir.), Reichsständische Libertät und habsburgisches Kaisertum, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte Mainz, Abteilung Universalgeschichte, Beiheft 48), 1999, p. 57-79. La première étude de Windler dans cette direction concernait les réseaux de relations personnelles dans un contexte interculturel, à partir de l’exemple des consuls de France au Maghreb : Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’Autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Droz, 2002.

58 Wolfgang Reinhard, « Kommentar : Mikrogeschichte und Makrogeschichte », in : H. von Thiessen et C.Windler (dir.), Nähe in der Ferne..., op. cit. (note 57), p. 135-144, ici p. 137. Des analyses comparables dans l’introduction par les deux responsables de l’ouvrage (p. 9-13, ici p. 10) : « Les relations extérieures des puissances de l’époque moderne ont été considérées jusqu’à présent comme des relations entre États, dans lesquelles les membres des élites de gouvernement fonctionnaient d’abord comme des serviteurs de l’État, obligés envers l’État central. Inconsciemment, nous projetons de cette manière le “type idéal” des rapports interétatiques des États-nations du xixe siècle vers une époque dans laquelle, au contraire, les relations interpersonnelles prédominaient, tandis que le sentiment de loyauté envers des entités abstraites restait faible. »

59 Sur cette attente : ibid., p. 10.

60 Sur cette critique voir Winfried Schulze, « Konfessionalisierung als Paradigma zur Erforschung des Konfessionnellen Zeitalters ? », in : Burkhard Dietz et Stefan Ehrenpreis (dir.), Drei Konfessionen in einer Region. Beiträge zur Geschichte der Konfessionalisierung im Herzogtum Berg vom 16. bis zum 18. Jahrhundert, Cologne, Rheinland-Verlag et Bonn, Habelt (Schriftenreihe des Vereins für Rheinische Kirchengeschichte, 136), 1999, p. 15-30. Sur les travaux de Schulze au sujet des relations internationales, voir note 48.

61 La présentation du projet sous http//www.ahf.muenchen.de/Forschungsberichte/Jahrbuchl998/Beiderbeck.html [page consultée le 25 septembre 2006].

62 Stefan Ehrenpreis, « Der Reichshofrat im System der Hofbehörden Kaiser Rudolfs II. (1576-1612). Organisation, Arbeitsabläufe, Entscheidungsprozesse », Mitteilungen des Österreichischen Staatsarchiv, 45, 1997, p. 187-205, ainsi que la version remaniée de sa thèse de doctorat : Kaiserliche Gerichtsbarkeit und Konfessionskonflikt. Der Reichshofrat unter Rudolf II. 1576-1612, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Schriftenreihe der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 72), 2006 ; Bernhard Ruthmann, Die Religionsprozesse am Reichskammergericht (1555-1648). Eine Analyse anhand ausgewählter Prozesse, Cologne, etc., Böhlau, 1996. Sur l’Union : Gregor Horstkemper, « Zwischen Bündniszielen und Eigeninteressen. Grenzen konfessionneller Solidarität in der protestantischen Union », in : F. Beiderbeck et al. (dir.), Dimensionen der europäischen Außenpolitik..., op. cit. (note 31), p. 223-246. Sur la France voir la thèse de doctorat de 1998-1999, parue un peu tardivement, de F. Beiderbeck, Zwischen Religions krieg..., op. cit. (note 53).

63 Deux exemples méritent d’être cités sur ce point (sur les résultats des travaux d’Ehrenpreis et Ruthmann voir la contribution d’Axel Gotthard dans ce volume). D’après G. Horstkemper, « Zwischen Bündniszielen... », art. cit. (note 62), la ligne de fracture entre réformés et luthériens a joué un rôle secondaire au sein de l’Union : au moment de la radicalisation de celle-ci, la force motrice ne fut pas un quelconque « bloc réformé », mais un ensemble régional autour du Palatinat et de ses voisins directs, comme le Brandebourg-Ansbach, la Bade, et pendant un moment le Wurtemberg. Friedrich Beiderbeck note à propos d’Henri IV de France et des États protestants allemands que « le processus de confessionnalisation et la formation d’un système international européen restent différentiels. À l’apogée de la confessionnalisation vers 1600, la division du continent, entre les deux camps catholique et protestant, ne recouvre que partiellement un système de puissance qui oppose les deux pôles de l’ancienne religion que sont la France et l’Espagne » (Zwischen Religionskrieg..., op. cit. |note 53], p. 449).Y compris lors d’affaires comme celle du chapitre cathédral de Strasbourg ou de la succession de Clèves, qui « pouvaient apparaître à première vue comme des interventions de nature confessionnelle, il s’agissait d’abord d’action de stabilisation motivées par le souci de l’équilibre politique. Si la confession peut jouer un rôle de catalyseur ou de facteur aggravant des conflits, elle passe néanmoins derrière les intérêts de l’État et de la dynastie » (ibid.). Ces exemples, parmi bien d’autres, d’une « politique d’équilibre entre les puissances qui transcende les confessions », peuvent être pris selon Beiderbeck comme des « modèles de la sécularisation et de la rationalisation des relations internationales. Cette constatation n’enlève rien à la signification de premier plan qu’a la confessionnalisation dans l’Europe du début du xviie siècle ; elle souligne plutôt l’apparition d’une autonomisation du politique importante pour l’avenir, particulièrement visible à travers l’exemple de la coopération entre la France et les États allemands. Et cette tendance a été renforcée par des représentations de l’ordre politique et de la légitimité qui étaient de nature séculière » (ibid., p. 451). Des résultats comparables sont présentés chez Markus Reinbold, Jenseits der Konfession. Die frühe Frankreichpolitik Philipps II. von Spanien 1559-1571, Ostfildern,Thorbecke (Beihefte der Francia, 61), 2005. 11 reste à souligner que Schilling lui-même ne part pas du principe que les facteurs confessionnels sont prédominants dans les motivations des différents souverains, mais qu’il y a une conjugaison étroite entre motivations politiques et confessionnelles, d’une manière rendue explicite par le titre de l’étude d’Andreas Wendland, Der Nutzen der Pässe und die Gefährdung der Seelen. Spanien, Mailand und der Kampf ums Veltlin, 1620-1641, Zurich, Chronos, 1995. H. Schilling, « Die Konfessionalisierung und die Entstehung... », art. cit. (note 45), p. 132, note qu’il est « méthodologiquement trompeur de vouloir séparer ou opposer, dans une histoire de l’Europe autour de 1650, les facteurs religieux et spirituels d’une part, et les facteurs politiques et séculiers, ou encore économiques d’autre part ».

64 F. Beiderbeck et al. (dir.), Dimensionen der europäischen Außenpolitik..., op. cit. (note 31). Le colloque comme ses actes ont une allure de rencontre au sommet : il fut organisé par Schulze, Malettke vint prononcer une communication, Schilling intervint activement dans la discussion après avoir introduit les débats. Les actes du colloque furent abondamment recensés par Duchhardt dans la Historische Zeitschrift et par Externbrink dans la Zeitschrift für Historische Forschung. À la suite de la discussion finale, reprise dans l’introduction des actes, Schilling s’est défini comme « confessionnaliste » et Schulze comme « séculariste ». La section du Historikertag a été publiée par Winfried Schulze (dir.), Friedliche Intentionen – kriegerische Effekte. War der Ausbruch des Dreissigjährigen Krieges unvermeidlich ? St. Katharinen, Scripta mercaturae Verlag, 2002. Des travaux plus récents sur le sujet, issus de l’entourage de Winfried Schulze, ont été rassemblés dans H. Kugeler et al. (dir.), Internationale Beziehungen..., op. cit. (note 1).

65 De nombreux travaux ont montré la persistance de la confessionnalisation dans les armées – voir les contributions du volume de Michael Kaiser et Stefan Kroll (dir.), Militär und Religiosität in der Frühen Neuzeit, Münster, Lit (Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit, 4), 2004, p. 145-166. Particulièrement intéressantes pour notre sujet sont les contributions de Cornel A. Zwierlein, « Intention und Funktion. Machiavellismus und „Konfessionalisierung“. Einige Überlegungen zum militärischen Eingreifen Papst Pius’V. in die französischen Religionskriege 1569 », p. 145-166 ; Maren Lorenz, « Religion und Region. Zum Verhältnis von Christentum, Konfession und Staatsraison in der Kriegspublizistik der nordischen Kriege (1655-1679) », p. 167-192 ; ainsi que Antje Fuchs, « „Man versuchte den Krieg zu einem Religions-Kriege zu machen“. Beispiele von konfessioneller Propaganda und ihre Wirkung im Kurfürstentum Hannover während des Siebenjährigen Krieges (1756-1763) », p. 207-224.

66 On trouvera la définition complète de la « culture confessionnelle » chez Thomas Kaufmann, Dreissigjähriger Krieg und Westfälischer Friede. Kirchengeschichtliche Studien zur lutherischen Konfessionskultur, Tübingen, Mohr Siebeck (Beiträge zur historischen Theologie, 104), 1998, p. 7.

67 Matthias Pohlig, « Konfessionskulturelle Deutungsmuster internationaler Konflikte um 1600 – Kreuzzug, Antichrist, Tausendjähriges Reich », Archiv für Reformationsgeschichte, 93, 2002, p. 278-316.

68 Ce champ de recherches, à nouveau florissant depuis quelques années, ne peut ici être présenté de manière exhaustive. Une bonne introduction pour en avoir un panorama serait, parmi de nombreux travaux qui ouvrent sur une histoire diplomatique vue sous l’angle culturel, l’introduction à H. Kugeler et al. (dir.), Internationale Beziehungen..., op. cit. (note 1), p. 19-33. Là aussi, on fait le constat que la question du rôle de la religion dans les relations internationales n’a toujours pas été réglée de manière satisfaisante (p. 32 sq.).

69 Les travaux de Barbara Stollberg-Rillinger sont fondamentaux à ce sujet, voir : « Die Wissenschaft der feinen Unterschiede. Das Präzedenzrecht und die europäischen Monarchien vom 16. bis zum 18. Jahrhundert », Majestas, 10, 2002, p. 125-150. Ces impulsions ont également porté leurs fruits chez les élèves de Heinz Duchhardt : voir Matthias Schnettger, « Rang, Zeremoniell, Lehnssysteme. Hierarchische Elemente im europäischen Staatensystem der Frühen Neuzeit », in : Ronald G. Asch (dir.), Die frühneuzeitliche Monarchie und ihr Erbe. Festschrift für Heinz Duchhardt zum 60. Geburtstag, Münster, Waxmann, 2003, p. 179-195.

70 Nicole Reinhardt, « Les relations internationales à travers les femmes au temps de Louis XIV », Revue d'histoire diplomatique, 117-3, 2003, p. 193-230 ; id., « Von Amazonen und Landesmüttern. Isabelle-Angélique, Duchesse de Châtillon und Christian Louis Herzog von Mecklemburg : Ein deutsch-französisches Missverständnis ? », Mecklemburgische Jahrbücher, 119,2004, p. 161-182. Le projet de recherche d’Eva Pollmann et de Corina Schneider, dirigé à Berne par Christian Windler, porte également sur la question d’une diplomatie « féminine », c’est-à-dire adaptée aux marges de manœuvres et d’action laissées aux femmes par les conventions de la société d’alors.

71 Par exemple la thèse de doctorat, soutenue en 2003 et dirigée par Winfried Schulze, de Cornel A. Zwierlein, Discorso und Lex dei. Die Entstehung neuer Denkrahmen im 16. Jahrhundert und die Wahrnehmung der französischen Religionskriege in Italien und Deutschland, Göttingen,Vandenhoeck & Ruprecht (Schriftenreihe der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 74), 2006. Zwierlein, en prenant l’exemple de la Savoie et du Palatinat, entreprend une ambitieuse combinaison d’approches inspirées par l’histoire des perceptions et par celle de la communication ; mais, sans surprise, il relativise l’importance du confessionnel à l’âge des confessions. Selon lui, il est certes utile d’en parler pour cadrer le travail, mais la surévaluation de ce thème est duc avant tout aux lacunes de la recherche ou à « l’attention trop sélective accordée à certaines thématiques » (p. 29). Il reprend cette constatation dans « Intention und Funktion... », art. cit. (note 65). Le projet de recherche conduit par Luise Schorn-Schütte sur la communication politique et l’analyse comparative des langages politiques à l’époque moderne part au contraire de l’hypothèse d’une interpénétration entre pensée politique et religieuse, du moins pour le xvie siècle : Luise Schorn-Schütte, Aspekte der politischen Kommunikation im Europa des 16. und 17. Jahrhunderts : politische Theologie, res publica, Verständnis, konsensgestützte Herrschaft, Munich, Oldenbourg, 2004 (Historische Zeitschrift, Beihefte, Neue Folge 39) ; et plus récemment, id., « Politische Kommunikation in der Frühen Neuzeit : Obrigkeitskritik im Alten Reich », Geschichte und Gesellschaft, 32-3,2006, p. 273-314.

72 Il faut citer ici d’autres travaux de Christian Windler comme : « Diplomatie history as a field for cultural analysis : Muslim-Christian relations in Tunis, 1700-1840 », The Historical Journal, 44-1,2001, p. 79-106 ; « Diplomatie als Erfahrung fremder politischer Kulturen. Gesandte von Monarchen in den eidgenössischen Orten (16. und 17. Jahrhundert) », Geschichte und Gesellschaft, 32-1, 2006, p. 5-44.Voir aussi le colloque organisé par Maximilian Lanzinner, Michael Rohrschneider et Arno Strohmeyer à Bonn-Königswinter, du 17 au 19 mars 2005 : Aneignung des Fremden. Differenzerfahrungen von Diplomaten in Europa (1500-1648). Les contributions doivent être publiées dans une collection de l’Association pour la recherche en histoire moderne (Vereinigung zur Erforschung der Neueren Geschichte).

73 Ce concept a été développé depuis 1985 par Michel Espagne et Michael Werner, à l’origine à partir de l’analyse des relations franco-allemandes dans les domaines de la littérature, de l’art et de la philosophie au xixe siècle. On trouve une première tentative d’analyse des relations entre les États dans une perspective de tranfert culturel chez Thomas Höpel, « Diplomatischer Dienst und Kulturtransfer. Die Wirkungen der Tätigkeit von Bernhard Wilhelm von der Goltz in Berlin und Paris », Grenzgänge, 2, 1995, p. 23-44. Depuis le milieu des années 1990, ces travaux se sont multipliés, surtout sur la question des relations entre France et Allemagne(s) ; voir pour un panorama méthodologique Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichhardt, « Kulturtransfer im Epochenumbruch. Fragestellungen, methodische Konzepte, Forschungsperspektiven », in : id. (dir.), Kulturtransfer in Epochenumbruch. kreich – Deutschland 1770 bis 1815, 2 volumes, Leipzig, Leipziger Universitäts-Verlag, vol. 1, 1997, p. 9-26.

74 Les travaux de T. Fuchs et S. Trakulhun (dir.), Das eine Europa..., op. cit. (note 6). Parmi les contributions, sur les questions confessionnelles : Alexander Jendorff, « Römischer Katholizismus als Kulturtransfersystem : die Gesellschaft Jesu und die Implementierung tridentinischer Religionskultur », p. 109-135 ; Holger Th. Gräf, « „International Calvinism revisited“ oder europäischer Transferleistungen im konfessionnellen Zeitalter », p. 137-158 ; Joachim Eibach, « Politische Predigten in England und Brandenburg-Preussen zwischen konfessionnellem Zeitalter und Frühaufklärung : Prolegomena zur Erschliessung eines Felds der Religionsgeschichte für die Kulturvergleichs- und Transferforschung », p. 159-183 ; Thomas Fuchs, « Aufbruch in fremde Welten. Die Formierung der protestantischen Missionsbewegung im 18. Jahrhundert », p. 185-204. Voir aussi le volume de Wolfgang Schmale (dir.), Kulturtransfer. Kulturelle Praxis im 16. Jahrhundert, Innsbruck, etc., Studien-Verlag (Wiener Schriften zur Geschichte der Neuzeit, 2), 2003 ; dans celui-ci, Cornel A. Zwierlein, « Komparative Kommunikationsgeschichte und Kulturtransfer im 16. Jahrhundert – Methodische Überlegungen entwickelt am Beispiel der Kommunikation über die französischen Religionskriege (1559-1598) in Deutschland und Italien », p. 85-120, ainsi que Arno Strohmeyer, « Kulturtransfer durch Diplomatie : Die kaiserlichen Botschafter in Spanien im Zeitalter Philipps II. und das Werden der Habsburgermonarchie (1560-1598) », p. 205-230. Pour un regard sur les migrations comme élément confessionnel des relations internationales, Birgit Emich, « Jesuiten in Europa seit der Frühen Neuzeit », in : Klaus J. Bade, Pieter C. Emmer, Leo Lucassen et Jochen Oltmer (dir.), Enzyklopädie Migration in Europa. Vom 17. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Paderborn, Schöningh et Munich, Fink, 2007, p. 710-715.

75 Thomas Fuchs et Sven Trakulhun, « Kulturtransfer in der Frühen Neuzeit, Europa und die Welt », in : id. (dir.), Das eine Europa..., op. cit. (note 6), p. 7-24, ici p. 22 : « Les Églises et leurs dignitaires ont constitué le système de transferts culturels le plus efficace dans l’Europe de l’époque moderne, jusqu’à ce que la diplomatie entre en concurrence avec elles à partir du xviie siècle et qu’au xixe siècle les Églises transnationales éclatent en autant de structures nationales, tout en se joignant à l’œuvre éminemment transnationale que fut l’évangélisation outre-mer. »

76 Tous les historiens des relations internationales ne se situent évidemment pas dans le sillage de l’histoire culturelle. Et il est tout aussi évidemment légitime de plaider pour l’autonomie de la sphère des relations internationales, comme le fait M. Hochedlinger, « Die Frühneuzeitforschung... », art. cit. (note 10), ou encore de mettre en garde contre la « démocratisation » de la paix et de la guerre, comme Axel Gotthard dans la discussion tenue à Göttingen : qui s’intéresse en effet à la décision de faire la paix ou la guerre ne peut pas passer à côté de la figure du Prince. Hochedlinger insiste néanmoins sur le fait qu’il n’y a aucune raison d’opposer l’histoire diplomatique fondée sur les princes, les diètes et les ambassadeurs, et celle dont nous parlons ici. Pour mesurer le potentiel d’une histoire diplomatique étendue à sa dimension culturelle : H. Kugeler et al. (dir.), Internationale Beziehungen..., op. cit. (note 1).

77 On peut cultiver cet espoir en voyant les travaux prometteurs qui se penchent sur les questions d’histoire culturelle à partir de la portée du facteur confessionnel. Par exemple dans la façon dont les acteurs se perçoivent eux-mêmes, ainsi que le monde extérieur – même si ces études ont jusqu’à présent laissé entre parenthèses le monde des « décideurs », voir Frauke Volkland, Konfession und Selbstverständnis. Reformierte Rituale in der gemischtkonfessionnellen Kleinstadt Bischofszell im 17. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005. Il faut ici souligner tout ce que ces travaux, mêmes s’ils ont une attitude critique envers le paradigme « confessionnaliste », doivent tout de même à celui-ci.

Auteur

[1967], après des études d’histoire et de sciences politiques, est devenue docteur en 1999 et habilitée en 2002. Elle a obtenu une bourse Heisenberg de la Deutsche Forschungsgemeinschaft et a été professeur remplaçant aux universités de Fribourg, Münster et Dresde. Ses recherches portent sur les destructions de cités à l’époque moderne, sur l’histoire culturelle de la papauté et sur l’histoire culturelle du politique. Parmi ses publications : Territoriale Integration in der Frühen Neuzeit. Ferrara und der Kirchenstaat, Cologne, Weimar et Vienne, 2005 ; Geschichte der Frühen Neuzeit studieren, Constance, 2006 ; Kriegs/Bilder in Mittelalter und Früher Neuzeit (dir., avec Gabriela Signori), Berlin, 2009.

Nicolas Le Moigne (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search