Version classiqueVersion mobile

Religion ou confession

 | 
Philippe Büttgen
, 
Christophe Duhamelle

B. Encadrements

Le clergé évangélique dans les États territoriaux allemands à l’époque moderne

Manfred Jakubowski-Tiessen
Traduction de Anne Saada

Texte intégral

I

  • 1 Voir Karl Arndt et Bernd Moeller, Albrecht Dürers « Vier Apostel ». Eine kirchen- und kunsthistori (...)

1À l’automne 1526, Albrecht Dürer fit don au conseil municipal de Nuremberg de son célèbre tableau, Les Quatre Apôtres1. Ce geste comportait pour l’artiste une dimension éminemment politique. Le diptyque monumental, haut de près de 2,5 mètres, combine l’image et le texte pour adresser au conseil un message en forme de feuille de route et de mise en garde pour les temps à venir :

  • 2 Ibid., p. 70.

En cette heure solennelle, tous les dirigeants de ce monde doivent veiller à ne pas placer la conduite des hommes avant la parole divine. Car Dieu ne veut pas qu’on ajoute ou qu’on retranche quoi que ce soit à sa parole. Sur ce point, prêtez l’oreille aux avertissements de ces quatre hommes remarquables, Pierre, Jean, Paul et Marc2.

  • 3 2P 2, 1-3 ; 1Jn 4,1-3 ; 2Tm 3,1-7 ; Mc 12, 38-40.

2Ces mots figurent sur un panneau adjoint au tableau. Pour comprendre de quels avertissements il s’agit, il convient de se reporter aux textes bibliques qui les accompagnent3 : ils mettent en garde contre les faux prophètes qui nient le Christ, contre les sectaires qui falsifient la parole de Dieu, contre les hommes orgueilleux et pécheurs qui veulent donner l’apparence d’une vie pieuse, et contre ceux qui, versés dans l’étude de l’Écriture, prétendent en détenir seuls le sens. L’image et les inscriptions forment des entités complémentaires et constituent l’expression d’une revendication politique fondamentale : seule la « parole divine » doit régner sur la ville de Nuremberg, et le conseil de la ville, qui venait l’année précédente de se prononcer pour l’introduction de la Réforme, doit veiller à ce que cette autorité unique de l’Écriture soit respectée. Ce qu’il faut noter ici, c’est que Dürer attribue au conseil de la ville – comme si c’était une évidence – la plus haute autorité dans les affaires ecclésiastiques, de même qu’il présuppose l’administration de l’Église par les autorités temporelles. Il considère celles-ci comme une instance fiable pour réaliser l’ordre nouveau qui commence à s’instaurer dans l’appareil ecclésiastique, et comme garante de la conservation de la pure doctrine évangélique.

  • 4 Friedrich Wilhelm Kantzenbach, Christentum in der Gesellschaft. Grundlinien der Kirchengeschichte, (...)
  • 5 Karl August Hugo Burkhardt, Geschichte der sächsischen Kirchen- und Schulvisitationen von 1524 bis (...)
  • 6 Wolfgang Reinhard, Probleme deutscher Geschichte 1495-1806. Reichsreform und Reformation 1495-1555(...)

3À peu près au moment où Albrecht Dürer faisait don de ses Quatre Apôtres au conseil de sa ville natale, commençait en Saxe électorale l’inspection des églises et des écoles, mesure dont la portée allait au-delà de ce que ce terme laissait entendre : il s’agissait pour l’Église et le système scolaire du territoire d’une complète réorganisation dont les conséquences à long terme, en matière de politique ecclésiastique, « ne relevaient plus de l’assistance traditionnelle procurée par l’intervention de l’État, mais inauguraient une évolution inexorable vers le gouvernement de l’Église par le prince4 ». L’administration de l’Église passa intégralement sous la coupe du prince-électeur qui, à l’initiative de Martin Luther, avait pris en main la réorganisation ecclésiastique provoquée par la Réforme, en instituant notamment des commissions ad hoc5. L’inspection des églises en Saxe électorale a servi plus tard de modèle pour l’administration des Églises par les princes dans les autres territoires protestants. Cette refonte ecclésiastique avait été rendue possible par le compromis élaboré à l’été 1526 à la diète de Spire, qui permettait à chaque État d’Empire d’agir en matière religieuse de la manière qui lui semblait propre à pouvoir en répondre devant Dieu et l’Empereur6.

  • 7 Martin Heckel, Deutschland im konfessionellen Zeitalter, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Deutsc (...)
  • 8 Martin Heckei, « Religionsbann und landesherrliches Kirchenregiment », in : Hans-Christoph Rublack (...)

4Ancré dans la paix de religion d’Augsbourg en 1555, le droit du prince à déterminer la confession dans son territoire – sous le nom de jus reformandi – finit par inscrire dans le droit d’Empire les conditions juridiques permettant la formation d’une administration territoriale de l’Église7. Afin d’assurer la protection des appareils ecclésiastiques en gestation chez les luthériens, les États territoriaux de cette confession se virent attribuer la responsabilité exclusive sur l’Église protestante et le droit d’en déterminer les caractéristiques. Sur la base du principe général d’une unité de l’Église dans l’Empire, c’est comme vicaire temporel et mandataire de l’Église que le prince protestant se vit confier une autorité sur les affaires ecclésiastiques, « avec l’obligation de conserver ces prérogatives de l’Église et d’administrer selon ses règles », faisant en quelque sorte office d’administrateur par interim jusqu’à la réunion des Églises permise par un concile général8.

  • 9 Ibid., p. 147 sq.
  • 10 Ibid., p. 147.
  • 11 Ibid., p. 149.
  • 12 Voir Bernhard Lohse, Martin Luther. Eine Einführung in sein Leben und sein Werk, Munich, Beck, 198 (...)

5Au cours du temps, cette construction juridique est toutefois devenue de plus en plus une fiction, même si les canonistes catholiques, jusqu’au cœur du xviiie siècle, ont maintenu que la paix de religion n’était qu’une mesure d’exception issue d’une situation d’urgence, limitée dans ses applications et dans le temps, et même s’ils ont affirmé comme une évidence que le Saint-Empire romain et l’Église catholique demeuraient liés par une symbiose indissoluble9. Pour les protestants à l’inverse, la paix de religion d’Augsbourg de 1555 est passée du statut de mesure d’urgence à celui d’une « loi fondamentale d’Empire10 », à une « constitution temporelle normative » sans limitation de durée11 Les juristes protestants se sont efforcés d’ancrer la paix de religion dans des théories juridiques qui n’étaient pas fondées sur la théologie de la Réforme, mais sur le droit canon et le droit d’Empire, afin de mieux pouvoir se défendre contre la prétention du camp catholique à détenir seul toute compétence juridique en ce domaine. Sur la base de cette paix de religion que les protestants ont vite élevée au rang de loi fondamentale, se mit en place dans chacun des territoires passés à la Réforme, sous l’égide d’une administration princière des affaires ecclésiastiques, une Église dont les dignitaires principaux formèrent un clergé protestant. Non sans prendre en partie congé de la conception que Luther se faisait de l’Église – la séparation des règnes temporel et spirituel-, on élabora désormais un appareil ecclésiastique protestant dont l’autorité territoriale était le summus episcopus et dont les pasteurs étaient des fonctionnaires d’État12.

II

  • 13 Sur Paul Drews, voir Gerhard Krause et Gerhard Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, Berli (...)
  • 14 Johannes Schilling, « Paul Drews und seine Konzeption einer Kirchenkunde. Eine Vorstellung », in : (...)
  • 15 Citation extraite de Paul Drews, Der evangelische Geistliche in der deutschen Vergangenheit, Iéna, (...)

6L’importance que finit par revêtir, à partir de sa formation au xvie siècle, ce nouveau groupe social des pasteurs protestants pour la société et l’État a d’abord été perçue dans les domaines relevant de l’histoire culturelle et a donc été étudiée par les spécialistes de ce champ. Parmi les premiers qui ont mis en avant l’apport culturel du clergé protestant, il faut citer Paul Drews, professeur de théologie pratique à l’université de Giessen13. Influencé par les développements contemporains de l’ethnologie, Drews ne s’est pas contenté d’aborder l’histoire de l’Église sous l’angle de la théologie ; jugeant qu’il fallait également la traiter dans une perspective culturelle, il a élaboré le programme d’une « ecclésiographie » (Kirchenkunde) autonome14. En 1905, il publia un ouvrage prenant en compte de nombreux aspects, Der evangelische Geistliche in der deutschen Vergangenheit (« Le pasteur protestant dans l’histoire allemande »), qui parut dans la série des monographies sur l’histoire culturelle allemande éditées par Georg Steinhausen. Dans l’introduction, on lit : « Presque aucun autre ordre socioprofessionnel [Stand] que celui des pasteurs protestants ne peut se targuer d’avoir participé de façon si vivante à la vie intellectuelle de notre peuple. De même, on peut affirmer sans crainte d’exagérer qu’il a apporté la plus forte contribution au développement culturel15

  • 16 Wilhelm Baur, Das deutsche evangelische Pfarrhaus. Seine Gründung, seine Entfaltung und sein Besta (...)
  • 17 Les premières études qui aient pris en compte les aspects d’histoire sociale sont : Martin Hasselh (...)
  • 18 La confessionalisation est considérée comme un « processus sociétal fondamental » de l’époque mode (...)
  • 19 Pour une perspective favorable à une modification de la thèse sur la confessionnalisation et oppos (...)
  • 20 Heinz Schilling (dir.), Kirchenzucht und Sozialdisziplinierung im frühneuzeitlichen Europa, Berlin (...)
  • 21 Voir sur ce point l’étude de Frank Fätkenheuer, Lebenswelt und Religion. Mikro-historische Untersu (...)

7Si l’on fait abstraction des travaux anciens sur le pasteur protestant et le foyer pastoral – travaux qui, dans une optique d’histoire culturelle, ont souvent tendance à idéaliser les choses16 —, il est très étonnant de constater que l’extraordinaire rôle social et culturel joué par le clergé protestant, et sur lequel Drews avait à juste titre attiré l’attention, est longtemps resté méconnu des historiens, même récemment, et n’a donné lieu à aucune étude sérieuse17. Même dans le cadre des nombreuses recherches qui ont vu le jour depuis une vingtaine d’années sur le processus de la confessionnalisation18 les pasteurs ont surtout été envisagés dans une perspective d’histoire de l’État19, c’est-à-dire comme courroies de transmission des normes confessionnelles et sociales – constat qui vaut surtout dans le domaine des recherches sur la discipline ecclésiastique20 – sans que les auteurs de ces travaux vérifient ou démontrent au cas par cas dans quelle mesure le clergé s’est vraiment fait le relais d’une confessionnalisation imposée par les autorités21.

  • 22 Voir Luise Schorn-Schütte et Walter Sparn (dir.), Evangelische Pfarrer. Zur sozialen und politisch (...)
  • 23 Luise Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit in der Frühneuzeit. Deren Anteil an der Entfaltun (...)
  • 24 Jonathan Strom, Orthodoxy and Reform. The Clergy in Seventeenth Century Rostock, Tübingen, Mohr Si (...)
  • 25 Frank-Michael Kuhlemann, Bürgerlichkeit und Religion. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der ev (...)

8C’est seulement dans les quinze dernières années qu’on a vu paraître des travaux solides, relevant de l’histoire sociale et de celle des mentalités, sur le clergé protestant considéré comme groupe imposant sa marque sur la société22. Ces travaux sont nés en partie dans le cadre des recherches sur la bourgeoisie. L’étude pionnière de Luise Schorn-Schütte – son habilitation à diriger des recherches – sur le clergé à l’époque moderne marque à ce titre une étape importante23. Son travail porte sur le duché de Brunswick-Wolfenbüttel, le landgraviat de Hesse-Cassel et la ville de Brunswick du xvie au xviiie siècle. Il examine l’interaction entre la situation sociale qu’occupe le clergé protestant à l’époque moderne et la représentation qu’il se fait de lui-même. Il fut suivi de près, quelques années plus tard, par les monographies régionales de Jonathan Strom et Johannes Wahl sur le clergé protestant à Rostock et dans le Wurtemberg au xviie siècle24. Pour être complet, il faut aussi mentionner les travaux fondamentaux de Franz-Michael Kuhlemann et Oliver Janz sur le clergé entre le milieu du xixe siècle et la Première Guerre mondiale25. Le premier s’est intéressé aux pasteurs en Bade, le second en Prusse – plus précisément dans la province prussienne de Westphalie.

  • 26 Sur l’importance du corps pastoral pour l’histoire culturelle, voir Martin Greiffenhagen (dir.), D (...)

9Le clergé protestant à l’époque moderne représente au sein de la société allemande un groupe social restreint comparé à celui des paysans et des ouvriers ; mais à l’intérieur de l’élite lettrée ayant suivi une formation universitaire, il constitue jusqu’au début du xixe siècle la fraction la plus importante numériquement. Par rapport à ce qu’un groupe de lettrés pouvait espérer, l’impact que les pasteurs purent avoir sur la société et la culture par le biais du sermon et du catéchisme fut d’autant plus considérable que leur présence « couvrait », pour ainsi dire, toute la superficie des différents territoires26.

  • 27 Voir Luise Schorn-Schütte, « Prediger an protestantischen Höfen der Frühneuzeit. Zur politischen u (...)
  • 28 Franz Blanckmeister, Die sächsischen Feldprediger. Zur Geschichte der Militärseelsorge in Krieg un (...)
  • 29 « Il n’était quasiment plus possible d’exercer une pression par des méthodes coercitives sur une p (...)

10Les pasteurs opéraient aussi bien dans les villes que dans les villages, ils accomplissaient leur service à la cour27 – c’est-à-dire au cœur du pouvoir –, de même qu’auprès des militaires28, ainsi que dans les communautés les plus petites, celles des îles et des montagnes, situées à cent lieues des centres culturels. Parmi leurs ouailles, ils exerçaient leur influence en toute responsabilité, tout en assurant le contact avec la hiérarchie ecclésiastique à laquelle ils appartenaient29.

  • 30 Sur la biographie de Paulus Egardus, voir les articles de Dieter Lohmeier in : Biographisches Lexi (...)

11Il serait faux cependant de considérer le clergé protestant comme un groupe social homogène, en raison de la diversité de ses origines sociales et de sa formation d’une part, et de la variété de ses positionnements théologiques et ecclésiologiques d’autre part. Le pasteur de village et celui d’une ville de taille importante ne différaient pas seulement d’un point de vue matériel par la dotation de leur cure, mais on note également souvent un véritable gouffre entre leurs formations intellectuelles. Ce dernier contraste est cependant loin d’être toujours avéré. De nombreux pasteurs avaient d’abord commencé leur carrière dans des villages avant de s’installer dans des villes ; et ce n’est pas parce qu’un pasteur avait passé sa vie dans une communauté villageoise qu’il était nécessairement moins bien formé que son collègue officiant en ville. On peut prendre l’exemple de Paulus Egardus (1578-1655), un important auteur de littérature édifiante au xviie siècle, qui exerça exclusivement à la campagne. Une des meilleures preuves de la place qu’occupa en son temps ce pasteur rural du Holstein réside dans le fait qu’un personnage aussi éminent que Philipp Jakob Spener, le fondateur du piétisme luthérien, a fait rééditer une partie des œuvres d’Egardus alors que ce dernier était mort depuis vingt ans déjà30.

  • 31 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 393 sq.

12En raison des différences qui touchent tant aux conditions matérielles qu’au niveau de formation, il n’est guère possible de donner une image cohérente du clergé protestant. Toutefois, avec la consolidation du protestantisme à la fin du xvie siècle, des sortes de cursus obligés sont apparus, empruntés par tous les membres du clergé protestant en matière de formation et de déroulement de carrière, et des conditions structurelles semblables se sont imposées pour l’exercice de chaque fonction spirituelle. Il convient enfin de ne pas oublier que depuis le milieu du xvie siècle, le groupe social des pasteurs protestants a acquis le statut d’un véritable corps (Statut) autonome doté d’une « conscience spirituelle à part31 » et se distinguant des autres corps socioprofessionnels de l’époque moderne.

III

  • 32 M. Brecht, « Herkunft und Ausbildung... », art. cit. (note 17), p. 166.
  • 33 Sur la Saxe électorale, Nuremberg et le margraviat de Brandenbourg, voir Bernhard Klaus, « Soziale (...)
  • 34 H.-W. Krumwiede, Zur Entstehung..., op. cit. (note 5), p. 91-109.
  • 35 On trouve un répertoire des auteurs et des éditions les plus importants de sermonnaires évangéliqu (...)
  • 36 Heinrich Richard Schmidt, Konfessionalisierung im 16. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädi (...)

13Dans quelles couches se recrutait ce nouveau corps de pasteurs protestants, pilier social essentiel de la nouvelle organisation ecclésiastique territoriale ? Lors des débuts des Églises protestantes, le nombre de pasteurs qualifiés et versés dans la doctrine de la Réforme était encore insuffisant. Bien souvent, les ecclésiastiques catholiques convertis au protestantisme ont simplement été maintenus dans leur office. « La part la plus importante des pasteurs protestants de la première génération est composée des mêmes individus que ceux qui étaient catholiques à l’origine32.» Ce constat a été fait pour le Wurtemberg. En dépit des efforts effectués par les administrations territoriales pour élever la formation théologique des clercs catholiques convertis au luthéranisme, les premiers rapports d’inspection montrent que les pasteurs – en particulier dans les campagnes – avaient de grosses lacunes en ce qui concerne la connaissance de la doctrine33. C’est aussi à la réduction de ces déficits de formation en théologie protestante au sein des jeunes Églises territoriales que furent destinées les « Instructions des inspecteurs aux pasteurs de la Saxe » (Unterricht der Visitatoren an die Pfarrherrn im Kurfürstentum Sachsen) rédigées par Melanchthon et légèrement revues par Luther et Bugenhagen. Ces « Instructions », parues en 1528, étaient conçues comme un complément à l’inspection des églises et des écoles en Saxe. On s’en servit au xvie siècle, dans de nombreux territoires protestants, comme d’un moyen pour aider les pasteurs dans l’exercice de leur fonction34. Au nombre des autres moyens mobilisés pour faciliter l’activité pastorale lors des débuts de l’Église luthérienne, on compte les sermonnaires – et avant tout celui qui constitue le prototype de tous les sermonnaires luthériens, la Hauspostille de Luther. Dans la deuxième moitié du xvie siècle, on enregistre dans les églises protestantes un accroissement très important du nombre de sermonnaires. Ces collections de sermons disposées suivant l’ordre ordinaire des péricopes émanaient en général de théologiens luthériens de renom. Elles devaient avant tout servir à faciliter la tâche des pasteurs dans la rédaction de leurs sermons35. Dans les premières décennies qui ont suivi l’introduction de la Réforme, il n’était pas question d’accuser un ecclésiastique d’indolence lorsqu’il avait recours au sermonnaire d’un théologien célèbre pour rédiger son propre sermon et qu’il en reprenait les textes, parfois même littéralement. C’est seulement au xviie siècle qu’on a considéré comme une faiblesse de l’activité pastorale le fait que le pasteur ne soit pas en mesure de produire un sermon par lui-même. Ce changement d’attitude indique clairement que la situation des Églises protestantes avait connu une amélioration continue dans la seconde moitié du xvie siècle. L’élévation progressive du niveau de formation était désormais indéniable, surtout dans le domaine de la connaissance du dogme protestant ; entre-temps, en effet, beaucoup de pasteurs avaient étudié à l’université36.

  • 37 Voir Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, vol. 2, Von der Reformation zur Fr (...)
  • 38 Walter Friedensburg, Geschichte der Universität Wittenberg, Halle (Saale), Niemeyer, 1917 ; Heiner (...)
  • 39 T. Kaufmann, dans son ouvrage Universität und lutherische Konfessionalisierung..., op. cit. (note (...)

14À la suite de la Réforme, de nouvelles universités avaient été fondées dans plusieurs territoires protestants ; elles avaient pour fonction de constituer autant d’incubateurs de la nouvelle doctrine, mais aussi des centres de formation pour la haute administration nécessaire à la genèse de l’État moderne. L’université de Marbourg en 1527 avait été la première création protestante ; elle fut suivie ensuite par la fondation des universités de Königsberg (1544), Iéna (1558), Helmstedt (1576) et Giessen (1607). Les universités qui existaient déjà comme celles de Rostock, Greifswald et Heidelberg furent réorganisées au xvie siècle dans l’esprit de la Réforme37. Et bien sûr, la jeune université de Wittenberg (fondée en 1502) où avait officié Martin Luther s’était hissée avant toutes les autres au rang de foyer et de centre de diffusion du mouvement réformateur38. C’est dans ces universités territoriales que les ecclésiastiques protestants furent formés, même s’il n’existait pas encore de cursus standardisé et si la durée des études pouvait considérablement varier d’un territoire à l’autre39.

  • 40 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 84 sq.
  • 41 Ibid., p. 89-97.
  • 42 M. Hasselhorn, Der altwürttembergische Pfarrstand..., op. cit. (note 17), p. 30-38.
  • 43 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 92 sq.
  • 44 Ibid., p. 97,453.
  • 45 F.-M. Kuhlemann, Bürgerlichkeit und Religion..., op. cit. (note 25), p. 121, insiste sur le fait q (...)

15Qu’en est-il de l’origine sociale des pasteurs ? Pendant la première phase qui a suivi la Réforme, c’est-à-dire pour la période qui va de 1525 à 1585, ceux-ci se recrutaient essentiellement à l’intérieur de deux groupes sociaux : les hommes d’Église eux-mêmes, et les fonctionnaires de l’administration territoriale et municipale40. À partir de la fin du xvie siècle, on remarque d’abord une augmentation puis, de 1630 à 1750, une « consolidation de l’autorecrutement du clergé »41. On sait cependant depuis l’étude de Martin Hasselhorn (1958) que le recrutement du clergé protestant, même au cours de cette période, n’était pas majoritairement endogène, au moins en ce qui concerne le Wurtemberg. Les recherches de Hasselhorn ont montré que parmi les 3 067 candidats en théologie qui, entre 1700 et 1800, ont passé leur examen au consistoire de Stuttgart, 44 % étaient fils de pasteurs (auxquels il faut ajouter 3 % de candidats fils de précepteurs qui avaient eux-mêmes suivi un cursus théologique), 23,4 % étaient fils de fonctionnaires et un peu moins de 10 % fils d’artisans. En outre, presque tous les pasteurs du Wurtemberg étaient issus de ce territoire42. Les régions étudiées par Luise Schorn-Schütte jusqu’au milieu du xviiie siècle donnent un résultat semblable : l’autorecrutement chez les ecclésiastiques était un peu plus élevé, avec un pourcentage de 50 %43. On ne peut donc pas dire que le recrutement du clergé évangélique à l’époque moderne ait été essentiellement endogène, comme Schorn-Schütte l’a souligné avec justesse44 ; il n’en reste pas moins qu’un autorecrutement de 50 % est considérable45. Le plus remarquable est que les pasteurs protestants à l’époque moderne ne sont presque plus jamais issus de la paysannerie – alors que la chose était encore fréquente, avant la Réforme, pour le bas-clergé – et qu’ils ne proviennent pas davantage de la noblesse.

  • 46 Voir Jörg Schneider, Die evangelischen Pfarrer der Markgrafschaft Baden-Durlach in der zweiten Häl (...)
  • 47 Ibid., p. 148 sq. H. Werdermann, Der evangelische Pfarrer..., op. cit. (note 16), p. 70, écrit : « (...)

16En raison du degré élevé d’autorecrutement, on vit apparaître à l’époque moderne de véritables dynasties de pasteurs, qui se mirent en place soit par la transmission directe des offices – du père au fils, puis au petit-fils, etc. – soit par les liens issus du mariage et par la transmission d’une charge pastorale d’une lignée à l’autre dans la même famille46. Comme le montrent certaines généalogies de pasteurs, il arrivait que la succession sur le même office pastoral prenne une forme familiale bien particulière : le nouveau pasteur épousait en effet soit la veuve, soit la fille de son prédécesseur. C’est ainsi qu’un poste de pasteur a pu rester, en succession féminine, en possession d’une même famille pendant plus d’un siècle47.

  • 48 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 97 sq.

17En dépit des progrès de l’autorecrutement depuis la fin du xvie siècle, le clergé protestant a continué à former un réseau étroit avec d’autres fractions de la bourgeoisie, en particulier les juristes qui étaient employés dans les administrations des villes et des États territoriaux. Ces réseaux se sont tissés, d’une part au travers de la mobilité sociale, et d’autre part par le biais des alliances matrimoniales. Les pasteurs et les fonctionnaires forment ensemble une seule et même élite du savoir et de la fonction – et à l’échelle de ce groupe tout entier, l’autorecrutement domine largement48. Les relations personnelles étroites qui animent ce réseau commun des clercs et des fonctionnaires font largement coïncider leurs manières de percevoir le monde et entraînent une grande proximité entre le clergé protestant et la bourgeoisie de l’époque moderne.

  • 49 F.-M. Kuhlemann, Bürgerlichkeit und Religion..., op. cit. (note 25), p. 122 sq.

18L’origine sociale des ecclésiastiques a connu une évolution au xixe siècle : la part des fils de fonctionnaires de rang intermédiaire et des fils d’instituteurs a continuellement augmenté. Cependant, le milieu pastoral lui-même demeura, jusque dans la seconde moitié du xixe siècle, le groupe où se recrutaient le plus grand nombre de pasteurs. Parmi le clergé badois, par exemple, le taux d’autorecrutement qui se situait encore autour de 40 % dans la première moitié du xixe siècle ne cessa ensuite de décliner, pour s’établir à 18 % au début de la Première Guerre mondiale49.

IV

  • 50 Heinz Schilling, « Die Reformation und die Einheit Europas – die konfessionellen Identitäten als W (...)
  • 51 Eike Wolgast, « Einführung der Reformation als politische Entscheidung », in : Hans R. Guggisberg (...)
  • 52 Thomas Barth, « Konsistorium », in : H. D. Betz et alii (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwa (...)
  • 53 K. Sichelschmidt, « Zur Entwicklung des Superintendentenamtes... », art. cit. (note 29).
  • 54 Ibid., p. 646.
  • 55 Ernst Troeltsch, Die Soziallehren der christlichen Kirchen und Gruppen, Tübingen, Mohr, 1919 (réim (...)
  • 56 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23),p. 26 ; voir aussi p. 455 sq.
  • 57 J. Strom, Orthodoxy and Reform..., op. cit. (note 24), p. 120-168.

19Nul ne songe à contester que la mise en œuvre d’une administration territoriale des Églises ait contribué au morcellement politique de l’Empire en de nombreux territoires ainsi qu’au processus interne de formation de l’État territorial50. L’administration territoriale de l’Église a conduit à multiplier les prérogatives de l’État et à élargir les domaines de compétence de ses institutions, car les nouvelles instances dirigeantes du système ecclésiastique étaient des autorités territoriales51. Il convient de réserver la première place à l’instauration du consistoire, une instance collégiale formée de théologiens et de juristes, et chargée au nom du souverain d’assurer en dernier ressort, dans les territoires protestants, la direction et l’administration de l’Église52. Au niveau inférieur, la gestion de l’Église par le territoire était exercée par le superintendant général (ou territorial) et par les superintendants subordonnés53. Ces diverses instances, ainsi que les pasteurs eux-mêmes, vecteurs sociaux de l’administration ecclésiastique territoriale, devinrent autant de rouages de l’État moderne et de sa genèse. Il ne faut cependant pas considérer le clergé uniquement comme une sorte d’outil permettant aux autorités de l’époque moderne de ratisser plus large. Superintendants généraux et simples superintendants disposaient en effet de « remarquables marges de manœuvres pour agir et faire évoluer les choses54 » – ces marges étant plus ou moins grandes selon, entre autres, la personnalité de chacun et ses compétences sociales et théologiques. La thèse qui veut, depuis Ernst Troeltsch, que le clergé luthérien ait entretenu une relation de soumission docile avec les autorités55 a été fort justement contredite. Luise Schorn-Schütte a montré dans son étude que « l’on ne peut pas plus parler d’un confinement dans une abstention politique et une confiance aveugle dans les autorités » à l’époque moderne « que d’une réinterprétation purement fonctionnelle – voire d’une mise au service – de la charge ecclésiastique en fonction des objectifs poursuivis par la genèse pré-moderne de l’État »56. Ce résultat rejoint les conclusions d’autres travaux, par exemple l’étude de Jonathan Strom sur le clergé de Rostock au xviie siècle57. Les ecclésiastiques de l’époque moderne n’hésitaient pas à critiquer les autorités dont ils dépendaient, ce qui pouvait parfois mettre leur carrière en danger.

  • 58 Christoph Fischer (né le 20 janvier 1518 à Sankt Joachimsthal et mort le 11 septembre 1598 à Celle (...)
  • 59 Georg Ernst von Henneberg-Schleusingen régna de 1559 à 1583. Le territoire de Henneberg-Schleusing (...)
  • 60 Cité d’après : Joachim Sölter, « Zum Kirchenregiment des Grafen Georg Ernst von Henneberg-Scheusin (...)

20Le superintendant territorial Christoph Fischer58, par exemple, se fit en 1567 l’interprète d’une critique des pasteurs contre le projet de réglementation des tâches des diverses autorités qu’avait élaboré le comte d’Empire de Henneberg-Schleusingen59. Il formula cette contestation dans les ternies suivants : « Votre Grâce intervient au cœur de l’office pastoral et du gouvernement de l’Église, de nombreux pasteurs se plaignent [...] et il ne sied pas du tout à un prédicateur d’avoir un pied dans sa chaire et l’autre dans l’hôtel de ville. Il ne sied pas davantage à Votre Grâce d’avoir un pied dans la chaire et dans l’office du prédicateur. Vous avez bien assez à faire avec votre charge temporelle60. » Ce que le superintendant et les pasteurs du comté de Henneberg reprochaient en termes si vigoureux à leur autorité territoriale était de brouiller les frontières entre les fonctions ecclésiastiques et profanes. Ils exigeaient pour cette raison une stricte séparation entre les affaires religieuses et temporelles. Toutefois, cette exigence n’a jamais été satisfaite à l’époque moderne, ni dans l’organisation des États ni dans celle des Églises – en tout cas pas d’une manière aussi stricte que ce que réclamait cette admonestation.

  • 61 Nikolaus Seinecker, né en 1530 à Hersbruck, fut de 1558 à 1565 prédicateur à la cour de Dresde. C’ (...)
  • 62 Wolfgang Sommer, Die lutherischen Hofprediger in Dresden. Grundzüge ihrer Geschichte und Verkündig (...)
  • 63 L. Schorn-Schütte, « Prediger an protestantischen Höfen... », art. cit. (note 27), p. 306.
  • 64 L’influence d’un prédicateur de cour sur son prince était réduite : Philipp Jakob Spener, premier (...)

21Même les prédicateurs de cour n’ont pas hésité à critiquer l’autorité territoriale, bien qu’ils aient entretenu avec elle une relation étroite du fait de leur fonction de confesseurs et de directeurs de conscience. Nikolaus Seinecker, prédicateur à la cour de Saxe61, ne s’est pas seulement vu obligé de se protéger contre les interventions de l’autorité dans les affaires de l’Église, mais il a également considéré qu’il était de son devoir de dénoncer dans des sermons publics la passion immodérée que son prince affichait pour la chasse, parce que celle-ci, jugeait-il, le conduisait à négliger les obligations que Dieu lui avait imposées pour le gouvernement du territoire. En raison des critiques qu’il formula à l’égard de l’autorité, il fut démis de ses fonctions en 156562. À partir du milieu du xviie siècle, à la suite de la réalisation de l’unité confessionnelle dans chaque territoire, la charge de prédicateur aulique dans les cours protestantes connaît des évolutions qui remettent en cause le périmètre même de cette fonction. La construction de l’administration territoriale de l’Église ayant été menée à bien, on fait dorénavant rarement appel au prédicateur de cour pour ses compétences de conseiller politique ou pour les affaires ecclésiastiques. Les fonctions des prédicateurs de cour se réduisent désormais surtout au rôle de directeur et de redresseur de conscience63. Ils se conçoivent certes encore comme une instance critique face à la cour et à son mode de vie, mais leurs exhortations ont de moins en moins de poids politique64.

  • 65 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 416-452, p. 450 sq.

22Les ecclésiastiques protestants justifiaient leur critique des autorités en se référant avant tout à l’idée qu’ils se faisaient de leur propre fonction ainsi qu’à ce qu’on pourrait désigner comme leur « conscience spirituelle séparée ». En référence à la conception médiévale des trois ordres, ils accordaient par principe une place particulière à l’Église par rapport au politique et à l’économique65. Cette prétention à une position autonome s’appuyait en particulier sur la fonction de veille et de mise en garde qui incombait selon eux aux ecclésiastiques. Cette fonction avait pour corrélat le devoir de veiller à la conservation de la pure doctrine évangélique dans l’Église, et de prendre des mesures contre les membres de la communauté qui manqueraient à leurs devoirs moraux – et cela quelle que fût leur position sociale.

  • 66 Voir Thomas Kaufmann, « The clergy and the theological culture of the age : the education of luthe (...)
  • 67 Sur les ressources matérielles des pasteurs protestants, voir par exemple Marie Luisa Allemeyer, « (...)
  • 68 Manfred Jakubowski-Tiessen, « „Harte Exempel göttlicher Strafgerichte“. Kirche und Religion in Kat (...)

23La constitution d’une « conscience spirituelle séparée » chez les pasteurs n’a pas été sans conséquences sur la position qu’ils occupaient au sein de leur communauté ; elle a notamment instauré une distance entre eux et leurs ouailles. Le pasteur protestant reste en outre la plupart du temps, au sein du monde rural où il vit, un étranger, le représentant d’une culture urbaine formée à l’université. La relation qu’il entretient avec sa paroisse pâtit enfin de la perception qu’on a de lui comme représentant, sur place, des autorités – surtout lorsqu’il prend à cœur sa fonction d’admonestation morale et qu’il met en application la juridiction des mœurs exercée par l’Église. Toutefois, le statut singulier et la conscience d’une particularité forment un violent contraste avec la dépendance matérielle dans laquelle se trouve le pasteur vis-à-vis des membres de sa communauté. Du point de vue économique, en effet, le pasteur n’a pas d’autres ressources que les redevances et les casuels fournis par la paroisse ; aussi la position des pasteurs protestants est-elle restée foncièrement ambivalente au sein de leurs communautés, surtout dans les campagnes66. Pour assurer la subsistance de sa propre famille, le pasteur ne pouvait avoir recours qu’à l’exploitation des terres assignées à son office, ainsi qu’aux corvées et charrois que lui devaient ses ouailles, de sorte que le presbytère était dans une certaine mesure intégré aux structures agraires de la communauté67. En même temps, le pasteur, qui accompagnait les familles de la paroisse dans toutes les situations de la vie et qui assumait également la fonction de directeur de conscience, constituait un élément structurant du vécu des habitants. La dépendance matérielle – au moins partielle – dans laquelle le pasteur se trouvait vis-à-vis de la communauté n’avait en règle générale pas d’incidence sur son intégrité : elle ne le conduisait à renoncer ni aux remontrances qui étaient justifiées au plan théologique ni aux mesures disciplinaires à l’encontre des paroissiens, même dans les périodes de crise où son manque d’indépendance matérielle était encore plus élevé qu’en temps ordinaire68.

  • 69 La vraie marge de manœuvre dont disposaient les ecclésiastiques à l’époque moderne est attestée ég (...)

24Comme en témoignent les observations sur la position du clergé dans la société et dans l’État à l’époque moderne, le rapport des ecclésiastiques à leurs communautés s’est caractérisé par un mélange de proximité et de distance. Mais ce rapport singulier, constitué de liberté d’action et de dépendance, recélait un important potentiel de conflit, comme le prouvent les nombreux démêlés qui ont opposé certains pasteurs et leurs communautés. On retrouve d’ailleurs une même ambivalence dans le rapport entre le pasteur et l’autorité princière. L’ecclésiastique protestant n’était pas exclusivement un agent de l’administration territoriale de l’Église dont la mission se serait réduite à imposer les normes et les ordres provenant des autorités, mais il concevait également son rôle en général comme celui d’un intermédiaire entre l’autorité territoriale et la communauté. En dépit de tous les types de dépendances relevés, on ne peut donc parler ni de tendance à la soumission absolue envers les autorités, ni de renoncement à toute distance pour se fondre dans la communauté. Grâce à son statut à part et à la conception qu’il se faisait de sa fonction, l’ecclésiastique protestant de l’époque moderne conservait toujours une certaine liberté de manœuvre et une marge lui permettant d’imposer sa propre marque69.

Notes

1 Voir Karl Arndt et Bernd Moeller, Albrecht Dürers « Vier Apostel ». Eine kirchen- und kunsthistorische Untersuchung, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 202), 2003.

2 Ibid., p. 70.

3 2P 2, 1-3 ; 1Jn 4,1-3 ; 2Tm 3,1-7 ; Mc 12, 38-40.

4 Friedrich Wilhelm Kantzenbach, Christentum in der Gesellschaft. Grundlinien der Kirchengeschichte, vol. 2, Reformation und Neuzeit, Hambourg, Siebenstern, 1976, p. 85.

5 Karl August Hugo Burkhardt, Geschichte der sächsischen Kirchen- und Schulvisitationen von 1524 bis 1545, Leipzig, Grunow, 1879, réimpression Aalen, Scientia, 1981 ; Hans-Walter Krumwiede, Zur Entstehung des landesherrlichen Kirchenregiments in Kursachsen und BraunschweigWolfenbüttel, Göttingen,Vandenhœck & Ruprecht (Studien zur Kirchengeschichte Niedersachsens, 16), 1967, p. 48-145 ; Martin Brecht, Martin Luther, vol. 2, Ordnung und Abgrenzung der Reformation, 1521-1532, Stuttgart, Calwer Verlag, 1986, p. 253-266 ; Bernd Moeller, Deutschland im Zeitalter der Reformation, 2e édition, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Deutsche Geschichte, 4), 1981, p. 116-118.

6 Wolfgang Reinhard, Probleme deutscher Geschichte 1495-1806. Reichsreform und Reformation 1495-1555, Stuttgart, Klett-Cotta (Gebhardt. Handbuch der deutschen Geschichte, 10e édition, 9), 2001, p. 314 ; Horst Rabe, Reich und Glaubensspaltung. Deutschland 1500-1600, Munich, Beck, 1989, p. 211.

7 Martin Heckel, Deutschland im konfessionellen Zeitalter, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Deutsche Geschichte, 5), 1983, p. 33-66.

8 Martin Heckei, « Religionsbann und landesherrliches Kirchenregiment », in : Hans-Christoph Rublack (dir.), Die lutherische Konfessionalisierung in Deutschland, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus Gerd Mohn (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 197), 1992, p. 130-162, p. 155.

9 Ibid., p. 147 sq.

10 Ibid., p. 147.

11 Ibid., p. 149.

12 Voir Bernhard Lohse, Martin Luther. Eine Einführung in sein Leben und sein Werk, Munich, Beck, 1981, p. 86-91 et p. 190. Si Martin Luther avait d’abord voulu construire l’Église évangélique en partant de la base, il fit ensuite appel, après les expériences de la guerre des Paysans, à la personne du prince. Dans la conception de Luther, pour les dernières heures de ce inonde appelé à disparaître bientôt, il était nécessaire que le prince, évêque par nécessité et loyal prévôt de Dieu, prît sa part dans la construction de l’Église évangélique. Ce droit fondé sur les contraintes de l’urgence s’est finalement transformé en prérogative permanente ; le prince territorial ne restitua plus jamais les droits et les compétences acquis. Voir B. Moeller, Deutschland im Zeitalter der Reformation, op. cit. (note 5), p. 116.

13 Sur Paul Drews, voir Gerhard Krause et Gerhard Müller (dir.), Theologische Realenzyklopädie, Berlin, etc., de Gruyter, vol. 9,1982, p. 188-190 ;Wolfgang Rudolph, Paul Drews, der Vater der evangelischen Kirchenkunde und religiösen Volkskunde, thèse, Leipzig, 1968 ; plus récemment Volker Drehsen, Neuzeitliche Konstitutionsbedingungen der Praktischen Theologie. Aspekte der theologischen Wende zur sozialkulturellen Lebenswelt christlicher Religion, Gütersloh, Mohn, 1988.

14 Johannes Schilling, « Paul Drews und seine Konzeption einer Kirchenkunde. Eine Vorstellung », in : Joachim Mehlhausen (dir.), Pluralismus und Identität, Gütersloh, Kaiser-Gütersloher Verlagshaus (Veröffentlichungen der Wissenschaftlichen Gesellschaft für Theologie, 8), 1995, p. 413-425.

15 Citation extraite de Paul Drews, Der evangelische Geistliche in der deutschen Vergangenheit, Iéna, Diederichs, 1924.

16 Wilhelm Baur, Das deutsche evangelische Pfarrhaus. Seine Gründung, seine Entfaltung und sein Bestand, 2e édition révisée, Brême, Müller, 1878 ; Wilhelm Wiener, Das evangelische Pfarrhaus in seiner sozialen Bedeutung. Ein Wort zur Aufklärung und Verständigung, Gotha, Perthes, 1881 ; Eduard Meuss, Lebensbild des evangelischen Pfarrhauses vornehmlich in Deutschland. Ein Beitrag zur Kulturgeschichte und Pastoraltheologie, 2e édition Bielefeld,Velhagen & Klasing, 1884 ; Hermann Werdermann, Der evangelische Pfarrer in Geschichte und Gegenwart, Leipzig, Quelle & Meyer, 1925 ; Manfred Köhler, Über die soziale Bedeutung des evangelischen Pfarrhauses in Deutschland, thèse de philosophie, Heidelberg, 1952.

17 Les premières études qui aient pris en compte les aspects d’histoire sociale sont : Martin Hasselhorn, Der altwürttembergische Pfarrstand int 18. Jahrhundert, Stuttgart, Kohlhammer (Veröffentlichungen der Kommission für Geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Reihe B, 6), 1958 ; Bernard Vogler, Le clergé protestant rhénan au siècle de la réforme (1555-1619), Paris, Ophrys, 1976. À côté de ces ouvrages, on trouve des études plus ponctuelles : Martin Brecht, « Herkunft und Ausbildung der protestantischen Geistlichen des Herzogtums Württemberg im 16. Jahrhundert », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 80, 1969, p. 163-175 ; Hans-Christoph Rublack, « Der wohlgeplagte Priester. Vom Selbstverständnis lutherischer Geistlichkeit im Zeitalter der Orthodoxie », Zeitschrift für Historische Vorsehung, 16, 1989, p. 1-30.

18 La confessionalisation est considérée comme un « processus sociétal fondamental » de l’époque moderne, qui a « bouleversé en profondeur la vie privée et publique en Europe » : Heinz Schilling, « Die Konfessionalisierung von Kirche, Staat und Gesellschaft – Profil, Leistung, Defizite und Perspektiven eines geschichtswissenschaftlichen Paradigmas », in : Heinz Schilling et Wolfgang Reinhard (dir.), Die katholische Konfessionalisierung. Wissenschaftliches Symposion der Gesellschaft zur Herausgabe des Corpus Catholicorum und des Vereins für Reformationsgeschichte, 1993, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 198), 1995, p. 1-49, p. 4 ; id., « Die Konfessionalisierung im Reich. Religiöser und gesellschaftlicher Wandel in Deutschland zwischen 1555 und 1620 », Historische Zeitschrift, 246, 1988, p. 1-45 ; Wolfgang Reinhard, « Zwang zur Konfessionalisierung ? Prolegomena zu einer Theorie des konfessionellen Zeitalters », Zeitschrift für Historische Forschung, 19, 1983, p. 257-277.

19 Pour une perspective favorable à une modification de la thèse sur la confessionnalisation et opposée, entre autre, à sa réduction au rôle de l’État, voir Kaspar von Greyerz, Manfred Jakubowski-Tiessen, Thomas Kaufmann et Hartmut Lehmann (dir.), Interkonfessionalität – Transkonfessionalitätbinnenkonfessionelle Pluralität. Neue Forschungen zur Konfessionalisierungsthese, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 201), 2003 ; voir également Heinz Schilling, « Disziplinierung oder „Selbstregulierung der Untertanen“ ? Ein Plädoyer für die Doppelperspektive von Makro- und Mikrohistorie bei der Erforschung der frühmodernen Kirchenzucht », Historische Zeitschrift, 264, 1997, p. 675-691 ; Heinrich Richard Schmidt, « Sozialdisziplinierung ? Ein Plädoyer für das Ende des Etatismus in der Konfessionalisierungsforschung », Historische Zeitschrift, 265, 1997, p. 639-682. La belle étude de Thomas Kaufmann sur les professeurs de théologie de Rostock constitue une exception face aux travaux qui privilégient une perspective étatique, voir Thomas Kaufmann, Universität und lutherische Konfessionalisierung. Die Rostocker Theologieprofessoren und ihr Beitrag zur theologischen Bildung und kirchlichen Gestaltung im Herzogtum Mecklenburg zwischen 1550 und 1675, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Quellen und Forschungen zur Reformationsgeschichte, 66), 1997.

20 Heinz Schilling (dir.), Kirchenzucht und Sozialdisziplinierung im frühneuzeitlichen Europa, Berlin, Duncker & Humblot (Zeitschrift für Historische Forschung, Beiheft 16), 1994 ; voir également Helga Schnabel-Schüle, « Distanz und Nähe. Zum Verhältnis von Pfarrer und Gemeinden im Herzogtum Württemberg vor und nach der Reformation », Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte, 5, 1986, p. 339-348 ; id., « Calvinistische Kirchenzucht in Württemberg ? Zur Theorie und Praxis der württembergischen Kirchenkonvente », Zeitschrift für Württembergische Landesgeschichte, 49, 1990, p. 169-223.

21 Voir sur ce point l’étude de Frank Fätkenheuer, Lebenswelt und Religion. Mikro-historische Untersuchungen an Beispielen aus Franken um 1600, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 198), 2004 ; voir également Anton Schindling, « Konfessionalisierung und Grenzen der Konfessionalisierbarkeit », in : Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), Die Territorien des Reichs im Zeitalter der Reformation. Land und Konfession 1500-1650, vol. 7, Bilanz – Forschungsperspektiven – Register, Münster, Aschendorff (Katholisches Leben und Kirchenreform im Zeitalter der Glaubensspaltung, 57), 1997, p. 8-44, p. 12.

22 Voir Luise Schorn-Schütte et Walter Sparn (dir.), Evangelische Pfarrer. Zur sozialen und politischen Rolle einer bürgerlichen Gruppe in der deutschen Gesellschaft des 18. bis 20.Jahrhunderts, Stuttgart, etc., Kohlhammer (Konfession und Gesellschaft, 12), 1997. Certains travaux sur le clergé menés dans une perspective d’histoire sociale – la plupart du temps plus brefs et concentrés sur des aspects et des périodes limités de l’époque moderne – ont déjà été cités dans la note 17.

23 Luise Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit in der Frühneuzeit. Deren Anteil an der Entfaltung frühmoderner Staatlichkeit und Gesellschaft. Dargestellt am Beispiel des Fürstentums Braunschweig-Wolfenbüttel, der Landgrafschaft Hessen-Kassel und der Stadt Braunschweig, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Quellen und Forschungen zur Reformationsgeschichte, 62), 1996.

24 Jonathan Strom, Orthodoxy and Reform. The Clergy in Seventeenth Century Rostock, Tübingen, Mohr Siebeck, 1999 Johannes Wahl, Lebensplanung und Alltagserfahrung. Württembergische Pfarrfamilien im 17. Jahrhundert, Mayence, von Zabern (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, 181), 2000.

25 Frank-Michael Kuhlemann, Bürgerlichkeit und Religion. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der evangelischen Pfarrer in Baden 1860-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Bürgertum. Beiträge zur europäischen Gesellschaftsgeschichte, 20), 2001 ; Oliver Janz, Bürger besonderer Art. Evangelische Pfarrer in Preussen 1850-1914, Berlin, de Gruyter (Veröffentlichungen der Historischen Kommission zu Berlin, 87), 1994.

26 Sur l’importance du corps pastoral pour l’histoire culturelle, voir Martin Greiffenhagen (dir.), Das evangelische Pfarrhaus. Eine Kultur- und Sozialgeschichte, Stuttgart, Kreuz, 1984.

27 Voir Luise Schorn-Schütte, « Prediger an protestantischen Höfen der Frühneuzeit. Zur politischen und sozialen Stellung einer neuen bürgerlichen Führungsgruppe in der höfischen Gesellschaft des 17. Jahrhunderts », in : Heinz Schilling et Herman Diederiks (dir.), Bürgerliche Eliten in den Niederlanden und in Nordwestdeutschland. Studien zur Sozialgeschichte des europäischen Bürgertums im Mittelalter und in der Neuzeit, Cologne, etc., Böhlau (Städteforschung, Reihe A : Darstellungen, 23), 1985, p. 275-336 ; Rudolf von Thadden, Die Brandenburgisch-Preussischen Hofprediger im 17. und 18. Jahrhundert. Ein Beitrag zur Geschichte der absolutistischen Staatsgesellschaft in Brandenburg Preußen, Berlin, de Gruyter (Arbeiten zur Kirchengeschichte, 32), 1959.

28 Franz Blanckmeister, Die sächsischen Feldprediger. Zur Geschichte der Militärseelsorge in Krieg und Frieden, Leipzig, Richter, 1893 ; Helmut Risch, Der kurbrandenburgisch-preussische Feldprediger und seine Bedeutung für das Heer, 1655-1806, thèse, Iéna, 1942 ; Benjamin Marschke, Absolutely Pietist. Patronage, Factionalism, and State-Building in the Early Eighteenth-Century Prussian Army Chaplaincy, Tübingen, Niemeyer (Hallesche Forschungen, 16), 2005 ; id., « Die Sozial- und Alltagsgeschichte der preussischen Feldprediger im frühen 18.Jahrhundert », in : Manfred Jakubowski-Tiessen (dir.), Geistliche Lebenswelten. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der Geistlichen in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Neumünster,Wachholtz (Studien zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte SchleswigHolsteins, 37), 2005, p. 225-252 ; Hartmut Lehmann, « In the service of two kings. Protestant Prussian military chaplains, 1713-1918 », in : Doris L. Bergen (dir.), The Sword of the Und. Military Chaplains front the First to the Twenty-First Century, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2004, p. 125-140.

29 « Il n’était quasiment plus possible d’exercer une pression par des méthodes coercitives sur une personne qui avait réussi l’examen au consistoire et qui avait obtenu un office de pasteur », juge Karla Sichelschmidt – qui va toutefois trop loin dans sa mise en valeur de l’indépendance du pasteur : Karla Sichelschmidt, « Zur Entwicklung des Superintendentenamtes. Einige Betrachtungen am Beispiel Braunschweig-Wolfenbüttels von der Reformation bis zum Ende des landesherrlichen Kirchenregiments », Zeitschrift der Savigny-Stiftung zur Rechtsgeschichte, 122, Kanonistische Abteilung, 91,2005, p. 625-649, p. 638.

30 Sur la biographie de Paulus Egardus, voir les articles de Dieter Lohmeier in : Biographisches Lexikon für Schleswig-Holstein und Lübeck, Neumünster, Wachholtz, vol. 9, 1991, p. 102 sq. ; Udo Sträter, « Paul Egard », in : Hans Dieter Betz, Don S. Browning, Bernd Janowski et Eberhard Jüngel (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart. Handwörterbuch für Theologie und Religionswissenschaft, 4e édition, mise à jour intégrale, Tübingen, Mohr Siebeck, vol. 2, 1999, col. 1065 ; voir en outre Manfred Jakubowski-Tiessen, « Kirchenkritik und neue Frömmigkeit in Schleswig-Holstein im 17. Jahrhundert », in : Marion Bejschowetz-Iserhoht et Reimer Witt (dir.), Kirchliches Leben in Schleswig-Holstein im 17. Jahrhundert, Schleswig, Landesarchiv SchleswigHolstein (Veröffentlichungen des Schleswig-Holsteinischen Landesarchivs, 78), 2003, p. 115-134.

31 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 393 sq.

32 M. Brecht, « Herkunft und Ausbildung... », art. cit. (note 17), p. 166.

33 Sur la Saxe électorale, Nuremberg et le margraviat de Brandenbourg, voir Bernhard Klaus, « Soziale Herkunft und theologische Bildung lutherischer Pfarrer der reformatorischen Frühzeit », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 80, 1969, p. 22-49 ; voir également Wilhelm Schmidt, Die Kirchen- und Schulvisitation im sächsischen Kurkreise vom Jahre 1555, vol. 1, Die kirchlichen und sittlichen Zustände, vol. 2, Die wirtschaftlichen Verhältnisse, Halle, Verein für Reformationsgeschichte (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 90-92), 1906.

34 H.-W. Krumwiede, Zur Entstehung..., op. cit. (note 5), p. 91-109.

35 On trouve un répertoire des auteurs et des éditions les plus importants de sermonnaires évangéliques allemands entre 1550 (env.) et 1620 dans l’annexe de l’ouvrage de Erkki I. Kouri, Saksalaisen käyttökirjallisuuden vaikutus Suomessa 1600-luvulla : Ericus Ericin Postillan lähteet, Helsinki, Suomen Kirkkohistoriallinen Seura, 1984, p. 308-325 ; Hans-Henrik Krummacher, Der junge Gryphius und die Tradition. Studien zu den Perikopensonetten und Passionsliedern, Munich, Fink, 1976, p. 69-90 ; H. D. Betz et al. (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart..., op. cit. (note 30), vol. 6, 2003, col. 1514 (Lutz Friedrichs).

36 Heinrich Richard Schmidt, Konfessionalisierung im 16. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie Deutscher Geschichte, 12), 1992, p. 60 ; Ernst Walter Zeeden, Konfessionsbildung. Studien zur Reformation, Gegenreformation und katholischen Reform, Stuttgart, Klett-Cotta (Spätmittelalter und Frühe Neuzeit, 15), 1985, p. 172.

37 Voir Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, vol. 2, Von der Reformation zur Französischen Revolution (1500-1800), Munich, Beck, 1996 ; Wolfgang E. J. Weber, Geschichte der europäischen Universität, Stuttgart, Kohlhammer, 2002.

38 Walter Friedensburg, Geschichte der Universität Wittenberg, Halle (Saale), Niemeyer, 1917 ; Heiner Lück (dir.), Martin Luther und seine Universität, Cologne, etc., Böhlau, 1998.

39 T. Kaufmann, dans son ouvrage Universität und lutherische Konfessionalisierung..., op. cit. (note 19), p. 12, indique que par ses origines mêmes, la Réforme tendait vers la création d’universités.

40 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 84 sq.

41 Ibid., p. 89-97.

42 M. Hasselhorn, Der altwürttembergische Pfarrstand..., op. cit. (note 17), p. 30-38.

43 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 92 sq.

44 Ibid., p. 97,453.

45 F.-M. Kuhlemann, Bürgerlichkeit und Religion..., op. cit. (note 25), p. 121, insiste sur le fait que le pastorat jusqu’à la fin du xviiie siècle se recrutait, selon lui, essentiellement dans ses propres rangs. On ne saurait dire que les résultats de Luise Schorn-Schütte contredisent ce donné de base, même si l’image d’un « autorecrutement exclusif » a été relativisée.

46 Voir Jörg Schneider, Die evangelischen Pfarrer der Markgrafschaft Baden-Durlach in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts, Lahr in Baden, Schauenburg (Veröffentlichungen des Vereins für Kirchengeschichte in der Evangelischen Landeskirche Badens, 10), 1936, p. 27 sq. ; Hans Hejselbjerg Paulsen, « Frau Skolebaenk til Prædikestol », in : id. (dir.), Slesvigs delte Bispedømme, Copenhague, Samleren, 1949, p. 146-155.

47 Ibid., p. 148 sq. H. Werdermann, Der evangelische Pfarrer..., op. cit. (note 16), p. 70, écrit : « Du fait que l’Église évangélique allemande disposait d’un corps de pasteurs légitimement mariés, un véritable “corps constitué” a pu se former au fil du temps, corps dans lequel chacun pouvait faire fructifier dans son propre exercice du métier la sagesse héréditaire et l’expérience qui lui venaient de son père et de sa mère. Une tradition pouvait désormais se mettre en place, fondée sur la succession du père au fils ou du beau-père au gendre. »

48 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 97 sq.

49 F.-M. Kuhlemann, Bürgerlichkeit und Religion..., op. cit. (note 25), p. 122 sq.

50 Heinz Schilling, « Die Reformation und die Einheit Europas – die konfessionellen Identitäten als Wegbereiter von Partikularstaatlichkeit », in : Heiner Faulenbach (dir.), Standfester Glaube. Festgaben zum 65. Geburtstag von Johann Friedrich Gerhard Goeters, Cologne, Rheinland Verlag et Bonn, Habelt (Schriftenreihe des Vereins für Rheinische Kirchengeschichte, 100), 1991, p. 37-46 ; Frank Konersmann, Kirchenregiment und Kirchenzucht im frühneuzeitlichen Kleinstaat. Studien zu den herrschaftlichen und gesellschaftlichen Grundlagen des Kirchenregiments der Herzoge von Pfalz-Zweibrücken 1410-1793, Cologne, Rheinland Verlag et Bonn, Habelt (Schriftenreihe des Vereins fur Rheinische Kirchengeschichte, 121), 1996, p. 419.

51 Eike Wolgast, « Einführung der Reformation als politische Entscheidung », in : Hans R. Guggisberg et Gottfried G. Krodel (dir.), Die Reformation in Deutschland und Europa. Interpretationen und Debatten, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus (Archiv für Reformationsgeschichte, Sonderband), 1993, p. 474 sq.

52 Thomas Barth, « Konsistorium », in : H. D. Betz et alii (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart..., op. cit. (note 30), vol. 4, 2001, col. 1617.

53 K. Sichelschmidt, « Zur Entwicklung des Superintendentenamtes... », art. cit. (note 29).

54 Ibid., p. 646.

55 Ernst Troeltsch, Die Soziallehren der christlichen Kirchen und Gruppen, Tübingen, Mohr, 1919 (réimpression de l’édition de 1912), p. 601.

56 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23),p. 26 ; voir aussi p. 455 sq.

57 J. Strom, Orthodoxy and Reform..., op. cit. (note 24), p. 120-168.

58 Christoph Fischer (né le 20 janvier 1518 à Sankt Joachimsthal et mort le 11 septembre 1598 à Celle) avait suivi l’enseignement de Martin Luther à Wittenberg et fut nommé en 1555 au poste de superintendant dans le comté de Henneberg après avoir exercé diverses fonctions à Jüterbog et Bensen.Voir Allgemeine Deutsche Biographie, Leipzig, Duncker & Humblot, vol. 7,1878, p. 51. Philipp Meyer (dir.), Die Pastoren der Landeskirchen Hannovers und Schaumburg-Lippes seit der Reformation, Göttingen.Vandenhoeck & Ruprecht, vol. 1, 1941, p. 161.

59 Georg Ernst von Henneberg-Schleusingen régna de 1559 à 1583. Le territoire de Henneberg-Schleusingen était un comté franconien, dont le chef-lieu, le château de Bertholdsbourg près de Schleusingen, se trouve actuellement en Thuringe. Après la mort du dernier comte d’Henneberg, Georg Ernst, le comté a été rattaché à la Saxe.

60 Cité d’après : Joachim Sölter, « Zum Kirchenregiment des Grafen Georg Ernst von Henneberg-Scheusingen », Jahrbuch des Hennebergischen-Fränkischen Geschichtsvereins, 11, 1996, p. 271-292, p. 282.

61 Nikolaus Seinecker, né en 1530 à Hersbruck, fut de 1558 à 1565 prédicateur à la cour de Dresde. C’était un des plus grands théologiens de la seconde moitié du xvie siècle et l’un des pères de la Formule et du Livre de Concorde. Voir Wolfgang Sommer, « Konkordienformel », in : H. D. Betz et al. (dir.), Religion in Geschichte und Gegenwart..., op. cit. (note 30), vol. 7, 2004, col. 1187.

62 Wolfgang Sommer, Die lutherischen Hofprediger in Dresden. Grundzüge ihrer Geschichte und Verkündigung im Kurfürstentum Sachsen, Stuttgart, Steiner, 2006, p. 50 sq.

63 L. Schorn-Schütte, « Prediger an protestantischen Höfen... », art. cit. (note 27), p. 306.

64 L’influence d’un prédicateur de cour sur son prince était réduite : Philipp Jakob Spener, premier prédicateur à la cour de Saxe à Dresde de 1686 à 1691, dut en faire l’amère expérience. Le prince-électeur s’est tout simplement dérobé devant son confesseur et directeur de conscience ; celui-ci a fini par démissionner de son poste et est devenu chanoine à Berlin. Il faut noter cependant que l’Électeur n’a pas osé renvoyer lui-même son prédicateur, car l’affaire faisait déjà grand bruit en Allemagne. Il réfléchissait plutôt à changer le lieu de sa résidence. Voir Martin Brecht, « Philipp Jakob Spener, sein Programm und dessen Auswirkungen », in : id. (dir.), Geschichte des Pietismus, vol. 1, Der Pietismus vom 17. bis zum frühen 18. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993, p. 332.

65 L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 416-452, p. 450 sq.

66 Voir Thomas Kaufmann, « The clergy and the theological culture of the age : the education of lutheran pastors in the sixteenth and seventeenth centuries », in : C. Scott Dixon et Luise Schorn-Schütte (dir.), The Protestant Clergy of Early Modem Europe, Basingstoke, etc., Palgrave Macmillan, 2003, p. 120-136 ; L. Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 251 et p. 390.

67 Sur les ressources matérielles des pasteurs protestants, voir par exemple Marie Luisa Allemeyer, « „Weilen der Dienst sehr beschwerlich, und die Einkünffte nicht gross...“. Zur materiellen Versorgung schleswig-holsteinischer Pastoren am Beginn des 18. Jahrhunderts », in : M. Jakubowski-Tiessen (dir.), Geistliche Lehenswelten..., op. cit. (note 28), p. 117-139 ; L. SchornSchütte, Evangelische Geistlichkeit..., op. cit. (note 23), p. 227-251.

68 Manfred Jakubowski-Tiessen, « „Harte Exempel göttlicher Strafgerichte“. Kirche und Religion in Katastrophenzeiten : Die Weihnachtsflut von 1717 », Niedersächsisches Jahrbuch für Landesgeschichte, 73, 2001, p. 119-132.

69 La vraie marge de manœuvre dont disposaient les ecclésiastiques à l’époque moderne est attestée également par le rôle qu’ils ont pu jouer dans la diffusion de nouveaux mouvements religieux et dans la promotion d’idées théologiques novatrices. D’après Andreas Gestrich, Absolutismus und Öffentlichkeit. Politische Kommunikation in Deutschland zu Beginn des 18. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, 103), 1994, p. 156, les pasteurs au temps de l’absolutisme disposaient « du plus grand espace légal pour la libre expression de leur opinion ». « Ils furent les “leader d’opinion” et les “multiplicateurs” les plus importants de l’Ancien Régime. »

Auteur

Ancien membre de l’Institut Max-Planck d’histoire à Göttingen, est professeur d’histoire moderne à l’université de Göttingen. Ses recherches portent sur l’histoire sociale et des mentalités, l’histoire religieuse et celle de l’environnement. Parmi ses publications : Sturmflut 1717. Die Bewältigung einer Naturkatastrophe in der Frühen Neuzeit, Munich, 1992 ; Geistliche Lebenswelten. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der Geistlichen in Schleswig-Holstein und Dänemark (dir.), Neumünster, 2005 ; Von der Gottesgabe zur Ressource. Konflikte um Wald, Wasser und Land in Spanien und Deutschland seit der Frühen Neuzeit (dir., avec Marie-Luisa Allemeyer et Salvador Rus Rufino), Essen, 2007.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search