Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification biométrique

 | 
Ayse Ceyhan
, 
Pierre Piazza

I. Les racines historiques de la biométrie

Chapitre 2

Classer le corps : l’anthropométrie judiciaire et ses alternatives, 1880-1930

Ilsen About

Texte intégral

1La lecture indiciaire du corps, de sa surface comme de ses parties intérieures, et les usages de signes ou de mesures permettant d’attester l’identité d’un individu se renouvellent profondément à la fin du xixe siècle (Thouard 2007). Afin de s’affranchir des incertitudes de l’écrit et du témoignage, des experts policiers, magistrats, médecins ou anthropologues, spécialisés dans l’identification des personnes, tentent de recourir à des techniques présentées alors comme infaillibles. La science des indices, la photographie judiciaire, la mensuration de parties du corps, le classement des empreintes digitales apparaissent comme les éléments d’une transformation des activités de police en une série de pratiques guidées par la rationalité et la science. Comme l’ont montré les recherches sur la médecine légale à l’époque moderne et tout au long du xixe siècle, la valeur de cette transformation ne réside pas particulièrement dans les usages indiciaires du corps : dans le principe, la valeur identificatoire de parties extrêmement infimes de l’anatomie humaine était admise depuis longtemps (Renneville 1997 ; Chauvaud 2000 ; Porret 2008). Plusieurs études portant sur des pratiques plus anciennes ont aussi montré la multiplicité des usages du corps à des fins d’identification et l’élaboration de codes et de systèmes de signalement adaptés aux modes de reconnaissance, de recherche et de surveillance alors en usage (Groebner 2007 ; Denis 2008).

  • 1 En une vingtaine d’années, la plupart des institutions de police se dotent de services spécialisés (...)

2Le tournant opéré à la fin du xixe siècle semble résider davantage dans l’avènement d’une articulation entre des savoirs policiers sur le corps, amplifiés et rationalisés, et une application à grande échelle du principe de classement des fichiers de police ou de justice par le corps (About 2004 et 2005). Cette articulation prend place en particulier dans des services policiers spécialisés créés dans pratiquement tous les pays du monde entre 1880 et 19101. Au sein de ces services, deux domaines d’activités se développent simultanément : le premier consiste à transformer les méthodes de l’enquête judiciaire par l’introduction de techniques d’observation, de relevé des traces et d’analyse des indices ; le second porte sur l’organisation des fichiers de police par l’amélioration des techniques de transcription, des contenus et de la forme des fiches individuelles elles-mêmes et, surtout, par l’introduction de nouvelles techniques de classement de ces fiches. C’est dans ce tout dernier domaine qu’intervient une rupture majeure consistant à joindre au fichier alphabétique préexistant un autre fichier, classé suivant les mesures du corps – méthode de l’anthropométrie –, puis, à partir des années 1890, suivant les formes des empreintes digitales – méthode dactyloscopique.

  • 2 Concrètement, son système s’appuie sur une répartition des fiches individuelles suivant une série d (...)

3C’est précisément cette transformation des fichiers qui semble être à l’origine de toutes les activités de police touchant à l’identité. L’exemple de la préfecture de police le montre très clairement, suivant des connaissances désormais bien établies (Phéline 1985 ; Piazza 2000 ; About 2008) : en 1882, la première intervention d’Alphonse Bertillon (1853-1914), directeur des services d’identification successifs de la préfecture de police jusqu’en 1914 et promoteur de nombreuses techniques originales d’identification, consiste à classer les fiches suivant une série de mensurations réalisées sur chaque individu arrêté2. En appliquant une répartition des fiches en fonction de mesures, qui se substituent aux lettres de l’alphabet, la dissociation entre l’individu et son propre corps change de nature, en particulier lorsque cette nouvelle logique s’applique aux fichiers de la justice et de la police.

4Bien souvent, l’histoire de cette révolution anthropométrique est uniquement appréhendée à travers l’enjeu que constitue l’opposition entre les mesures du corps et les empreintes digitales comme critères de classement. Dans cette optique, centrée sur l’histoire des techniques policières d’identification, la conversion successive des fichiers de police, à l’échelle mondiale, est analysée tout d’abord à travers les apports de l’anthropométrie dans les années 1880, puis à travers ceux de la dactyloscopie à partir des années 1890. Les résistances, voire l’obstination, des partisans du premier système, le rôle actif de personnalités de transition qui reconnaissent leur dette envers Bertillon tout en défendant le principe dactyloscopique de classement, la rapidité avec laquelle s’élabore un champ spécialisé de recherche sur les empreintes et, plus généralement, la fascination que suscitent les « lignes papillaires », tous ces éléments alimentent un récit autrefois caricaturé à l’extrême (Thorwald 1967 ; Rhodes 1968). En considérant l’anthropométrie et la dactyloscopie comme des espaces scientifiques en mouvement, animés par des formes de compétition entre experts, entre systèmes dominants ou secondaires, entre pays, entre institutions, une part de complexité peut être apportée à ce récit linéaire. En effet, le milieu savant, partagé par les spécialistes de l’identification, apparaît comme tiraillé par de multiples tensions dont les débats relatifs à l’efficacité des systèmes ne sont qu’une expression très partielle. L’étude des formes variées que revêtent ces antagonismes constitue ainsi un moyen de restituer la complexité d’un sujet bien trop souvent confiné au chapitre des techniques policières et qui, au contraire, mérite d’apparaître comme un des enjeux scientifiques majeurs des années 1880-1930 (Cole 2001 ; Piazza 2005).

  • 3 Edmond Locard (1877-1966) est un acteur important de l’histoire des techniques policières d’identif (...)

5À cette époque, de multiples techniques apparaissent dans le champ de l’anthropométrie mais aussi dans celui de la dactyloscopie, comme en témoignent les projets concurrents fondés sur des classements dédadactylaire, monodactylaire ou sur la répartition des pores situés entre les lignes des empreintes, étudiée par la « poroscopie ». Dépassant donc l’affrontement traditionnel entre les deux systèmes, se dessine alors un large paysage de techniques corporelles destinées au classement des fichiers policiers. Plus largement, la recherche de systèmes alternatifs mobilise de nombreux spécialistes de l’identification qui s’appuient sur une série de principes communs décrits notamment par Edmond Locard. Celui-ci résume à trois termes les conditions indispensables à la mise en place d’un système de classement des fichiers par le corps3 : il évoque la nécessité de recourir à un ou plusieurs critères caractérisés simultanément par leur immutabilité, leur inaltérabilité et leur variété (Locard 1935). Très tardivement, la recherche de signes corporels qui réuniraient ces trois conditions et la quête de systèmes de classement susceptibles de se substituer à l’anthropométrie ou la dactyloscopie se poursuivent dans les cercles spécialisés de la police scientifique. Du fait des contradictions qui traversent l’un et l’autre champ dominant, des espaces de contestation apparaissent, des fenêtres d’innovation s’ouvrent, des projets qui cherchent à établir de nouveaux critères s’élaborent, parfois pour mettre un terme à l’un ou l’autre système, parfois, plus modestement, pour venir les compléter.

6Dès lors, l’étude des modèles alternatifs au système anthropométrique et dactyloscopique offre une perspective intéressante sur les lieux de production du savoir consacré à l’identification des personnes. La variété des profils que présentent les inventeurs de ces modèles, la diversité des connaissances anthropologiques, médicales, juridiques et techniques auxquelles ils font appel dans leurs recherches, les formes variées prises par cette production, permettent aussi d’appréhender la transformation d’un sujet étroit – l’identification des personnes – en un thème public et en une question d’ordre politique. Ce champ de savoir se distingue par une large diffusion des connaissances, à travers des ouvrages et des revues spécialisés ou de vulgarisation, lors de congrès de spécialistes ou lors d’expositions publiques où sont mis en valeur à la fois les avantages de l’identification et l’efficacité des technologies employées. Dans cette perspective, l’étonnante inventivité qui caractérise ce domaine, observée à l’époque par les uns comme un signe de vitalité, par les autres comme un signe de confusion, apparaît dans sa dimension complexe (Locard 1909 ; Durand 1910). De plus, un tel angle d’analyse permet de mieux comprendre comment cette question a été à l’origine de la mobilisation d’importants moyens institutionnels, financiers et humains, non sans difficulté la plupart du temps, investis durant les étapes de mise en œuvre de ces techniques d’identification. L’introduction des principes de l’identité judiciaire et les usages des signes du corps à grande échelle n’ont, en effet, pas pu s’imposer sans le concours de multiples acteurs et sans pénétrer de nombreuses sphères de la société.

Les principes discutés du système anthropométrique de classement

  • 4 Paul Broca (1824-1880), médecin de formation, est l’auteur de travaux importants en neuronatomie et (...)
  • 5 Adolphe Quételet (1796-1874), savant belge, à la fois astronome, mathématicien, statisticien et soc (...)

7Le principe du système anthropométrique de classement des fiches de police, imaginé par Alphonse Bertillon au début des années 1880 et réalisé à partir de la fin de l’année 1882, s’inspire explicitement de deux sources (Kaluszynski 1987 ; Dias 2004). La première repose sur l’essor des savoirs anthropologiques en France, dans le sillage de l’école parisienne, guidée par Paul Broca4. La seconde s’appuie sur le développement d’une science statistique appliquée aux proportions du corps, théorisée et appliquée par Adolphe Quételet5 au début des années 1870. Son ouvrage principal – Anthropométrie, ou Mesure des différentes facultés de l’homme –, qui connaît alors un grand succès, démontre que les caractères anthropométriques, quels qu’ils soient, obéissent tous à une loi de répartition statistique. S’appuyant sur cette idée et partant d’une sélection de différentes mesures du corps, Bertillon, qui est alors employé au service des fichiers, propose d’appliquer l’anthropométrie aux fiches d’identité de la préfecture de police de Paris. Proche des milieux savants de l’anthropologie et de la statistique, par ses liens familiaux, animé d’une soif de reconnaissance, il parvient à convaincre le préfet d’appliquer son système aux criminels arrêtés afin de découvrir les récidivistes dissimulés sous de faux noms. Précisément, la question de la récidive mobilisait alors en France l’attention de la classe politique, sensible aux manifestations de l’opinion et aux études sur le sujet, développées par les magistrats et criminologues de l’époque : l’enjeu de l’identification des criminels d’une arrestation à l’autre apparaît ainsi comme une question majeure dans la discussion d’une loi spéciale votée en 1885 prévoyant l’aggravation des peines en cas de récidive (Kaluszynski 2002 ; Briegel et Porret 2006). C’est donc pour répondre à une question précise – comment s’assurer de l’identité d’un individu ayant commis des délits séparés dans le temps ? – que Bertillon élabore son système fondé sur le choix de différentes mesures significatives du corps, considérées à la fois comme singulières d’un individu à l’autre, inaltérables et permanentes.

  • 6 Bertillon avance le chiffre, très difficile à vérifier, de 4 500 criminels récidivistes arrêtés grâ (...)

8Les failles d’un tel système apparurent cependant immédiatement aux yeux de Bertillon lui-même et des autres spécialistes en la matière : d’une part, de très nombreuses fiches se trouvaient concentrées en certains points du fichier anthropométrique en raison des ressemblances physiques entre les individus ; d’autre part les mesures situées aux limites des subdivisions entraînaient un très grand risque de confusion et d’erreur. Or le refus de Bertillon de réformer complètement ce système, qui avait apporté certains résultats dès sa création, le conduisit à développer une série d’améliorations des moyens secondaires d’identification tels que la photographie et le « signalement descriptif »6. Malgré l’apport des nouvelles techniques, le système restait dominé par le choix adopté en matière de classement anthropométrique, fondé principalement sur une répartition statistique des mesures du corps. Dès lors, plusieurs projets tentèrent de remettre en question les fondements de ce système tout en conservant l’idée d’une identification des individus par les mesures de leur corps.

9L’une des alternatives les plus sérieuses à ce système consistait à transformer les mesures du corps en une formule suffisamment précise pour permettre la répartition des fiches criminelles de police suivant des sections ou subdivisions assez réduites pour effectuer une rapide recherche. C’est précisément cette idée qui est ébauchée par Joseph Bonomi en 1872. Spécialiste anglais d’Antiquité orientale, il s’intéresse à la statuaire ancienne, étudie les théories relatives aux proportions humaines et publie une brochure inspirée de l’œuvre de l’architecte romain Vitruve et de ses théories relatives à l’anatomie humaine, mises en image par Léonard de Vinci dans le célèbre Homme de Vitruve (Bonomi 1872a). La même année, il élabore aussi un instrument de mesure permettant d’obtenir un indice de proportion entre la taille et l’envergure des bras. Son projet, très rudimentaire, devait s’appliquer à l’identification des personnes autant pour des usages artistiques ou scientifiques que pour des usages militaires, judiciaires ou policiers (Bonomi 1872b). À plusieurs décennies d’écart, c’est à peu près le même système étendu à davantage de variables anthropométriques qui est soumis par un médecin français, Ed. Crouzel. Cette méthode, appelée par son inventeur « digitimétrie », s’appuyait sur un quotient anthropométrique qui permettait d’obtenir une formule numérique individuelle et de structurer le classement d’un éventuel fichier (Crouzel 1931).

10Toutefois, la réponse la plus immédiate aux imperfections de classement de l’anthropométrie parisienne fut apportée, paradoxalement, par un des futurs promoteurs des empreintes digitales : le scientifique anglais Francis Galton. Avant d’œuvrer à la connaissance de la dactyloscopie, il présenta, dès 1884, un Laboratoire anthropométrique au cours de l’International Health Exhibition de Londres, présentation qui marque un cap important dans l’internationalisation des méthodes parisiennes d’identification. Manifestant un réel enthousiasme pour la méthode appliquée par Bertillon à la préfecture de police, il prit conscience des multiples usages civils et scientifiques auxquels pouvait donner lieu l’anthropométrie, et qui lui serviraient plus tard pour conduire ses recherches consacrées à la Biometry (Galton 1884 ; Bulmer 2003). Précisément, les mesures effectuées auprès du public lors de l’exposition londonienne le conduisent à discuter le système de Bertillon et à y apporter des modifications substantielles. Sa proposition s’appuie sur un appareil qu’il appelle le Mechanical Selector. Cet appareil n’est rien d’autre qu’un moyen mécanique permettant de réaliser un classement de fiches en fonction des mesures du corps. Ressemblant lointainement au système des cartes perforées, cet appareil tente de fusionner l’ordre de classement avec les données qui sont portées sur les fiches afin de supprimer l’étape de la lecture et de la comparaison des données :

  • 7 « Son objet est de trouver quelle fiche, issue d’une collection standard de nombreuses fiches de me (...)

« Its object is to find which set out of a standard collection of many sets of measures, resembles any one given set within specified degrees of unlikeness. No one measure in any of the sets selected by the instrument can differ from the corresponding measure in the given set, by more than a specified value. The apparatus is very simple, it applies to sets of measures of every description, and ought to act on a large scale with great rapidity, and as well as it does on a small one, testing several hundred sets by each movement. It relieves the eye and brain from the intolerable strain of tediously comparing a set of many measures with each successive set of a large series, in doing which a mental allowance has to be made for a plus or minus deviation of a specified amount in every entry7 » (Galton 1888 : 175).

11La mécanisation du classement et des opérations de triage écarte ainsi la fonction essentielle des mesures dans la répartition des subdivisions et tend à éliminer la marge d’interprétation des agents chargés de l’identification des personnes. Dans le même article, Galton propose par ailleurs d’établir un quotient numérique résultant de différentes mesures du visage et laisse entrevoir les possibilités offertes par les empreintes digitales en matière d’identification. Ce dernier projet soumis par Galton au moment même où la recherche d’une alternative au système anthropométrique s’impose comme une nécessité, traduit bien les orientations qui dominent : améliorer les classements fondés sur l’anthropométrie, déterminer des techniques de classement mécaniques ou numériques qui facilitent les opérations de lecture et de comparaison, faciliter la recherche des fiches dans des fichiers de plus en plus volumineux. Plus radicalement encore, d’autres projets concurrents souhaitent abroger totalement les mensurations pour permettre le classement des fiches de police suivant d’autres critères du corps.

Des alternatives aux mesures du corps : l’identification par la main et l’œil

  • 8 Ambroise Tardieu (1818-1879), médecin renommé, fut président de l’Académie nationale de médecine et (...)
  • 9 En 1860, Maxime Vernois (1809-1877) publie un traité important d’hygiène industrielle qui marque la (...)
  • 10 Nicolas Vaschide (1874-1907), psychologue roumain, collaborateur d’Alfred Binet, développe une œuvr (...)

12Alors même que la valeur de la dactyloscopie est reconnue par un nombre croissant d’experts en identification, à partir de l’ouvrage Finger Prints publié par Galton en 1892, plusieurs systèmes alternatifs proposent de remplacer les mesures du corps sur lesquelles se fonde l’anthropométrie en recourant à d’autres parties du corps susceptibles de réunir des propriétés uniques pour chaque individu. Quelques propositions centrées sur les mains voient ainsi le jour et s’inscrivent dans la lignée des études d’hygiène sociale s’intéressant aux conséquences des travaux manuels sur la condition physique des personnes qui les exercent. Dès les années 1840, le médecin légiste Ambroise Tardieu8 avait souligné l’existence et l’importance en matière d’identification des « stigmates professionnels » (Tardieu 1849). De même, le médecin Maxime Vernois, spécialiste d’hygiène et de médecine légale, étudie plus spécifiquement les particularités des marques sur les mains des ouvriers et des paysans (Vernois 1862)9. Suivant la même voie, Nicolas Vaschide10 affirme plus tard l’importance de la main en matière d’identification et s’appuie sur l’étude de multiples exemples pour souligner l’existence d’une véritable « psychologie de la main » (Vaschide 1909). Bertillon lui-même s’intéresse aussi de près à la valeur identificatoire des mains, comme en témoignent son étude sur les déformations professionnelles ou, plus indirectement, ses commentaires sur l’ambidextrie (Bertillon 1909 et 1910).

13En 1908, Arrigo Tamassia, professeur de médecine légale à l’université de Padoue, avance l’idée que les veines dorsales, ce qu’il appelle « l’arc veineux du dos de la main », possèdent des propriétés uniques pour chaque individu, voire une « anarchie morphologique » qui fait de cette partie du corps un élément important pour identifier les personnes (Tamassia 1908). Il présente tout d’abord l’importance de ce « signe d’identité » parmi les marques signalétiques traditionnelles et reste prudent sur sa capacité de se substituer à l’ensemble des mesures du corps. Cependant, Tamassia souligne clairement que

« cette disposition varie assez d’une main à l’autre main chez le même individu et plus encore d’un individu à un autre pour que la figure dessinée par le cours des veines dans cette région soit considérée comme caractéristique de chaque personne » (Tamassia 1908 : 833-834).

14Pour permettre l’enregistrement de ce signe de la main, il propose d’employer à la fois une description écrite détaillée, le « relief graphique » obtenu par décalque ainsi qu’une photographie. Un classement en six catégories différentes suivant les configurations prises par les veines – générique, arboriforme, réticulée, etc. – ordonne la variété observée et s’applique aux deux mains. L’inaltérabilité de ce caractère dans le temps, voire même après la mort, l’absolue différence observée d’un individu à l’autre, la visibilité et la facilité des relevés, constituent les principaux arguments avancés en faveur de ce critère dans l’ébauche de projet présentée par Tamassia.

  • 11 Ces petits livrets portatifs permettaient aux agents chargés des recherches de consulter plusieurs (...)

15L’oreille offre aussi un autre exemple intéressant car cet organe aux contours extrêmement variables d’un individu à l’autre suscite de nombreuses études criminologiques. Des cartographies détaillées de l’oreille, de ses parties, de ses volumes sont établies et aboutissent à des numérotations extrêmement précises de chacun de ses contours (Lannois 1887 ; Frigerio 1888). Bertillon utilise d’ailleurs une division en trois formes fondamentales des contours de l’oreille – « lobe à contour descendant ou équerre », « antitragus à profil cave ou rectiligne », « pli inférieur à coupe convexe » – pour ordonner le classement des signalements dans les albums dits DKV11. L’étude des propriétés de l’oreille en matière d’identification demeure cependant très limitée, même si l’on rencontre encore dans les années 1920 des procédés innovants de moulage qui permettent d’effectuer des reproductions millimétriques (Anonyme 1932). En revanche, l’effort de description et de catalogage de l’œil humain conduit à l’élaboration de dispositifs présentés comme des alternatives crédibles à l’anthropométrie. Cet organe suscite en effet un intérêt particulier chez les experts en identification qui tentent de déceler dans cette partie centrale du visage les caractéristiques propres à chaque individu. Tour à tour, le contour de l’œil, la couleur de l’iris, le fond de l’œil ou la disposition des veinules du globe oculaire font l’objet d’investigations approfondies. À travers différents projets, l’ambition de fixer l’identité rejoint, plus ou moins ouvertement, celle de maîtriser le corps criminel en lui imposant l’examen d’un organe à la fois extérieur et intérieur, public et intime.

16De nombreuses études d’anthropologie criminelle centrées sur l’œil, le champ de vision ou la couleur de l’iris contribuent à la reconnaissance de cet organe comme lieu spécifique de l’identité criminelle (Ottolenghi 1891 ; Gaudibert 1896 ; Cochy de Moncan 1904). Plus largement, la place accordée au regard dans l’étude de la déviance, sociale ou mentale, ou dans le champ de l’anthropologie des races légitime, dans la seconde moitié du xixe siècle, la nécessité de déterminer les caractéristiques individuelles et singulières qui sont prétendument situées à cet emplacement (Féré 1886 ; Guibert 1891 ; Pittard 1905). Directement inspiré par les travaux anthropologiques de Paul Broca sur ce sujet, Bertillon élabore une première classification de la couleur de l’iris en vue d’améliorer la méthode anthropométrique. Il faut souligner toutefois que l’apport de cette classification demeure très secondaire dans l’ensemble de son système d’identification : la couleur de l’iris figure en toute fin de la liste des mesures employées pour le classement des fiches anthropométriques et Bertillon estime explicitement, en 1886, que « cette indication n’est pas d’ailleurs indispensable » (Bertillon 1886a : 21).

17Pour définir une gamme chromatique de la couleur de l’iris, Bertillon écarte la division en quatre couleurs essentielles – brun, bleu, gris et vert –, définies par Broca, et élabore une échelle chromatique différente. Son raisonnement s’appuie sur l’exclusion à la fois du gris et du noir et sur l’idée selon laquelle l’œil humain possède toujours un fond coloré. Les dizaines de milliers d’observations anthropométriques qu’il prétend avoir effectuées lui permettent d’affirmer que l’échelle chromatique de l’iris repose sur la couleur bleue, plus ou moins pigmentée d’une teinte jaune orangée (Bertillon 1886b : 228). Suivant ce raisonnement, sept couleurs sont ainsi définies : « Impigmenté » ; « Pigmenté de jaune » ; « Pigmenté d’orange » ; « Pigmenté de châtain » ; « Pigmenté de marron en cercle » ; « Pigmenté de marron rayé de verdâtre » ; « Pigmenté de marron pur » (Bertillon 1893 : 47). Un vague héritage darwinien apparaît subrepticement dans cette échelle chromatique aux accents évolutionnistes. En effet, Bertillon déclare pour justifier sa classification : « l’opposé de l’œil bleu est l’œil marron foncé du nègre, de l’espagnol, etc., improprement appelé encore œil brun noir ou chocolat » (Bertillon 1886: 233). Dans ce domaine, comme dans l’ensemble des écrits de Bertillon consacrés à l’observation des corps, les discours de l’anthropologie criminelle irriguent une œuvre qui hésite sans cesse, comme c’est le cas chez la plupart des experts en identification de l’époque, entre la recherche des meilleurs moyens pour aboutir à l’identification certaine des personnes et la volonté de contribuer à la connaissance du criminel, alors généralement défini comme une exception sociale et biologique (Guillo 2008). Au-delà de cette question qui intéresse la sphère intellectuelle des experts en identification, le détail de la classification de l’iris imaginée par Bertillon traduit la volonté de constituer une classification systématique des individus à partir de ce seul organe.

18En utilisant les moyens dont il dispose, c’est-à-dire essentiellement des techniques écrites de transcription, Bertillon conçoit, parallèlement aux sept couleurs essentielles, une série d’abréviations ; une variable du ton, qui est divisé en clair, moyen et foncé, ainsi qu’une dénomination des limites entre l’une ou l’autre couleur ou, au contraire, de leur qualité indiscutable désignée par le mot franc. Il distingue aussi l’auréole, c’est-à-dire la partie entièrement colorée de l’iris, de la périphérie pour laquelle s’appliquent différentes nuances (telles qu’azurée ou ardoisée) ainsi qu’un système utilisé en cas de mélange de couleurs afin de signaler les teintes secondaires, par des parenthèses, et les teintes dominantes, par un soulignement. Enfin, il caractérise la forme de l’auréole de l’iris par des adjectifs tels que « dentelée », « concentrique » ou « rayonnante » (Bertillon 1893 : 41-55). Un système de notation alphanumérique associé à des signes tels que des points, des lignes, des tirets ou des parenthèses produit ainsi une « formule descriptive des couleurs de l’iris » d’une très grande précision.

  • 12 L’absence de personnel féminin au sein des services d’identification empêche une mensuration complè (...)

19La très grande complexité de ce système et le caractère finalement très subjectif de l’observation des couleurs réduisent pourtant à néant cette tentative d’objectivation de la couleur de l’iris. Pour autant, un observateur constate que la classification par l’iris permet à Bertillon d’introduire un compartimentage très utile des fiches à l’intérieur des casiers qui composent les fichiers de la police parisienne. C’est le cas en particulier des parties qui concernent les femmes et les enfants, auxquels s’applique difficilement l’anthropométrie12. De plus, il semble que la couleur de l’iris joua un rôle important dans la classification des signalements utilisés dans les albums DKV (Stockis 1908). Tout en défendant le principe du classement par l’anthropométrie, Bertillon inspire donc lui-même l’idée selon laquelle d’autres critères que les mesures du corps pourraient jouer un rôle central dans l’organisation des fichiers de police.

20L’idée d’une classification des identités par l’œil suit son cours, comme en atteste un projet soumis par Jean-Maurice Capdevielle à la même période. En 1903, ce médecin de Bordeaux publie un ouvrage dans lequel il expose un système de classement des individus fondé sur l’étude de quatre paramètres relatifs à l’œil : le rayon de courbure des cornées, la couleur de l’iris, la distance entre les deux pupilles et celle qui sépare les extrémités des deux orbites (Capdevielle 1903). Pour permettre le calcul de ces distances, il met en place un appareil spécial appelé « ophtalmostatomètre », censé garantir la précision des mesures. L’intérêt de ce système, qui reste à l’état de projet, est de faire apparaître un déplacement de l’observation de l’iris vers les contours de l’œil. Dès lors, l’influence des connaissances de l’époque et l’avancement des techniques ophtalmologiques alimentent les projets successifs de classification.

21En 1899, un médecin allemand nommé Levinsohn avait déjà conçu un système fondé sur l’examen du fond de l’œil (Levinsohn 1899). En observant la « papille optique » située dans l’œil, il avait remarqué la diversité des fibres du nerf optique et leur position aléatoire sur la paroi postérieure du globe oculaire. Son projet de classement s’appuyait à la fois sur la mesure des nerfs, leur forme et la disposition des vaisseaux, définis à la fois comme unique d’un individu à l’autre et d’une remarquable permanence dans le temps. Ce type d’approche est poursuivi dans les années 1920 par le criminologue autrichien Siegfried Türkel, directeur de l’Institut de criminalistique auprès de la direction de la police de Vienne, qui élabore un système prenant appui sur la description des empreintes digitales et conçoit un appareil spécial destiné à l’examen policier du fond de l’œil (Türkel 1927). À l’aide des techniques photographiques développées spécialement pour l’observation de cet organe, il remarque la très grande diversité dans la répartition des vaisseaux du globe oculaire et parvient à rationaliser leur répartition à l’aide de critères comme l’orientation, le fractionnement des veinules et leur configuration générale. Chaque forme identifiée par Türkel est alors convertie en chiffres qui permettent d’obtenir une formule réunissant les propriétés des deux yeux. Au moment où la dactyloscopie est définitivement reconnue dans les années où celui-ci élabore sa méthode, l’importation de techniques médicales assez complexes, la nécessité de recourir à un savoir-faire très spécialisé et le recours à une technique fondée exclusivement sur l’observation condamnent pourtant, provisoirement, tous les systèmes fondés sur la lecture de l’œil.

Du corps au chiffre : la tentation numérique

22Réduire le corps de l’individu à une série de chiffres s’impose rapidement, dans le champ de la police scientifique, comme un moyen idéal pour simplifier à la fois l’opération des relevés dont le corps des individus fait l’objet et le classement des fiches de police. La difficulté consiste essentiellement à convertir des données corporelles, comme les mesures du corps ou les formes des empreintes digitales, en un nombre qui comprendrait des détails significatifs de l’identité et serait suffisamment élevé pour s’appliquer à un grand nombre d’individus. Les projets qui apparaissent ambitionnent ainsi de supprimer les supports écrits de l’identité et de les transformer en séries de chiffres ou de lettres, finalement en un véritable « code d’identité » unique pour chaque personne. De plus, la réduction des signalements en codes apporte un moyen concret d’identification à distance et correspond directement au régime technologique des transmissions employées autour des années 1900. En effet, en limitant le stock d’informations communicables, le télégraphe et le téléphone exigent l’utilisation d’un langage policier simplifié, voire universel, à la fois secret et aisément déchiffrable par des agents peu familiers des codes numériques (Leonard 1938).

  • 13 La notice signalétique est introduite en France par Bertillon après 1893. En quelques lignes, les a (...)

23Les projets de codes signalétiques répondaient initialement aux difficultés rencontrées dans l’envoi des notices signalétiques par télégraphe13. En 1909, Edmond Locard observait que le coût des envois et l’incompatibilité entre le système des abréviations employées et les appareils Morse rendaient difficiles les envois de notices signalétiques par télégraphe, envois qui étaient également contrariés par l’obstacle des langues dans le cas de communication internationale (Locard 1909 : 71). C’est pour remédier à ces différents problèmes – la traduction des signalements, l’emploi de signes graphiques, la longueur des notices – que plusieurs projets s’appuient sur l’usage de codes numériques, en théorie plus courts que les mots et fondés sur un langage universel.

24En 1906, suivant un système de classification décimale appliquée en bibliographie, Paul Otlet, fondateur de l’Institut international de bibliographie de Bruxelles, propose d’ordonner les fiches anthropométriques suivant une formule chiffrée attribuée à chaque individu mesuré par les services d’identité judiciaire. Selon lui, ce dispositif permettrait d’obtenir

« un numéro classificateur basé sur les éléments recognitifs les plus caractéristiques de leur personne physique et inscrit en quelque sorte dans leurs organes » (Otlet 1906 : 92).

25Juriste de formation, ayant fréquenté les cercles de l’anthropologie criminelle, Otlet contribue à la naissance d’une science bibliographique et défend l’idée d’un répertoire bibliographique universel. Promoteur du mouvement internationaliste avant 1914, son projet d’appliquer la classification bibliographique aux fiches criminelles s’inscrit alors dans un plus vaste système utopique de classification universelle (Rayward 1975, 1990 et 1991). Son idée imposait cependant de convertir entièrement les fichiers anthropométriques suivant un classement numérique et de renoncer à tous les systèmes précédemment mis en œuvre.

26Même si les freins à un tel projet s’avèrent nombreux, Rudolph A. Reiss, professeur de police scientifique à l’université de Lausanne, reprend une partie des idées d’Otlet pour proposer l’emploi d’un « code télégraphique du portrait parlé » (Reiss 1907). Ce système projeté afin d’être appliqué à l’échelle internationale reposait sur l’adoption d’un code de plus de 100 chiffres qui renvoyaient successivement à l’âge, à la taille et à toute une série d’autres caractéristiques se rapportant aux éléments du visage. Ce code se décomposait en séries de chiffres commençant par zéro pour délimiter ces caractéristiques, suivi des chiffres premiers, de un à neuf, renvoyant spécifiquement à neuf parties différentes du visage (front, nez, oreille, bouche profil, etc.). Environ vingt-deux sections renvoyaient ensuite aux particularités de chacune de ces parties définies par la méthode du portrait parlé. Toute la méthode reposait donc sur le respect rigoureux de l’ordre dans lequel cette série de chiffres était communiquée par télégraphe (Reiss 1907 : 92). Dans sa démonstration, Reiss oppose la version rédigée, longue et complexe, et la version numérique, courte et simple, du signalement et souligne l’intérêt du système sur le plan financier en particulier. Il estime à plus de la moitié du coût l’économie réalisée pour chaque envoi télégraphique. Malgré ces atouts, le code de Reiss s’appuyait essentiellement sur la méthode du portrait parlé mise au point en français par Bertillon et, pour cette raison, excluait un usage véritablement universel. De plus, ce code ne permettait de transmettre que des notices signalétiques dont l’usage pouvait s’avérer utile lors des opérations policières de recherche mais sans constituer toutefois une preuve irréfutable d’identité, la possibilité d’un signalement unique désignant deux individus différents n’étant pas absolument exclue. Louis Marchesseau, magistrat français, auteur de plusieurs rapports importants en matière d’identification et d’un manuel consacré à l’apprentissage du portrait parlé, porta un jugement plutôt positif sur ce code, mais lui reprochait surtout sa complexité, évaluant à près de 650 les chiffres nécessaires à l’établissement d’un « portrait parlé » complet (Marchesseau 1911).

  • 14 Après des études de médecine, Séverin Icard (1860-1932) se consacre à l’application de sa méthode s (...)

27Une autre méthode complémentaire pouvait consister à réduire l’ensemble des informations contenues sur les fiches d’identité en un unique numéro permettant de classer ces mêmes fiches suivant un classement strictement numérique. C’est ce projet que poursuit, à partir de 1908, un médecin et inventeur français, Séverin Icard, très proche des cercles français de l’anthropologie criminelle14. Son analyse s’appuie sur le constat d’un échec relatif des systèmes d’identification alors en usage qui, selon lui, permettaient à de multiples criminels d’échapper aux recherches. À ses yeux, ce phénomène était surtout rendu possible par les lacunes caractérisant les dispositifs de transmission des données :

« L’insuccès doit être attribué uniquement à l’absence de tout échange régulier des fiches d’identité judiciaire entre nations et même entre villes d’une même nation. Le remède devra consister dans le fonctionnement d’un service complet d’identification judiciaire qui, s’étendant sur le monde entier, enserrera étroitement toutes les nations, de manière à ne laisser passer aucun repris de justice à travers les mailles de son réseau » (Icard 1908 : 128).

28Icard imagine le développement d’une union judiciaire internationale fondée sur l’entraide et une communauté d’esprit soudée par la lutte contre les récidivistes (Icard 1911a : 43). Afin de créer cet unique service d’identification à trois étages, composé de relais à l’échelle régionale, nationale et internationale, Icard envisage de généraliser la méthode proposée par Reiss et préconise l’établissement d’une « fiche-numéro » composée d’une série de chiffres dont l’ordre indique des éléments précis du signalement :

« Exprimer les qualités par des chiffres et grouper les chiffres toujours suivant le même ordre, telles sont les deux règles fondamentales de notre méthode », explique-t-il (Icard 1908 : 130).

  • 15 Juan Vucetich (1858-1925), policier argentin, applique dès 1891 à très grande échelle sa méthode da (...)

29Icard adapte ce principe à la dactyloscopie en obtenant un nombre à dix chiffres compris entre 1 et 4 et correspondant aux quatre formes essentielles des empreintes définies par Juan Vucetich15. À partir de ce « nombre digital » offrant la possibilité de plus d’un million de formules différentes, Icard établit une « fiche-numéro dactyloscopique » qui comporte, selon ses termes, « l’individualité digitale de tout sujet identifié » (Icard 1908 : 132). Il conçoit également une formule similaire correspondant au signalement anthropométrique : un nombre à onze chiffres compris entre 1 et 3 suivant la dimension petite, moyenne ou grande indique onze mesures différentes du corps, notamment celles de la longueur du pied gauche, de la tête ou encore de l’oreille. Le « nombre anthropométrique » qui pouvait donner lieu à plus de 170 000 formules différentes, permettait d’obtenir une « fiche-numéro anthropométrique » (Icard 1908 : 134). Les deux formules réunies constituaient dès lors une « fiche-numéro dactylo-anthropométrique » composées de vingt-et-un chiffres. De même, Icard entrevoit la possibilité de créer un « mot signalétique » dont l’association des lettres et des types de caractères est susceptible de traduire en un seul terme le portrait parlé dans son entier et ainsi de se substituer éventuellement au portrait photographique. Icard écarte cependant cette dernière formule dans son plan d’organisation des fichiers classés uniquement suivant les « numéros dactylo-anthropométriques » définis.

30L’originalité de ce projet consiste à transformer les transcriptions, voire les images, photographiques ou digitales, en des codes, à s’affranchir du classement alphabétique et à imaginer la conservation des fiches originales dans un lieu unique correspondant au seul niveau régional du système constitué par les bureaux d’identification répartis sur le territoire. En prévoyant la suppression des fichiers centraux, Icard entrevoit ainsi la possibilité d’une dématérialisation des fichiers et d’une internationalisation de leur contenu : chaque service national de police peut ainsi obtenir facilement les registres numériques imprimés des pays voisins. Icard évalue même à six volumes de 1000 pages chacun la taille du registre pouvant conserver l’identité d’un million d’individus (Icard 1908 : 139).

  • 16 Icard emploie le système développé par Juan Vucetich.

31Le point faible de ce projet se situait dans le risque de voir certaines rubriques dactyloscopiques encombrées par un grand nombre de signalements. En effet, tout système de classement fondé sur les empreintes s’appuyait alors sur une simplification des formes prises par le dessin des lignes digitales. Or, d’une part, cette simplification provoquait de fait une concentration de fiches à l’intérieur de certaines subdivisions qui correspondaient aux empreintes d’un grand nombre d’individus16. D’autre part, l’élimination des fichiers au niveau central, remplacés par des registres, écartait la possibilité d’ajouter ou de supprimer rapidement des fiches, en rendant les agents dépendants de l’impression des volumes signalétiques.

32À cette formule numérique au centre du dispositif imaginé, Icard souhaitait ajouter également une « formule chiffrée topographique » indiquant la place occupée par la formule dans un premier registre simple, dit « registre des fiches-numéros » dans lequel les fiches-numéros seraient notées les unes à la suite des autres. Renonçant au principe même du fichier, Icard prévoit un second registre comportant les numéros notés selon un ordre numérique, l’organisation de chaque volume étant déterminé par les études statistiques menées précédemment sur les registres dactyloscopiques. Mais le système apparaît inapplicable en raison d’une série d’obstacles pratiques que l’auteur tente vainement de résoudre :

« Il n’y aurait qu’à transcrire à nouveau, mais à sa bonne place, la première formule ; puis, sur la place abandonnée par celle-ci, coller une bandelette de papier sur laquelle on aurait transcrit, au préalable, la nouvelle formule : chacune des deux formules se trouverait ainsi à sa véritable place » (Icard 1911b : 32).

33Bandelettes, pages volantes, modification du classement pour les formules identiques, rigidité d’un système fondé sur des registres, complexité de l’ordre des formules, semblent condamner d’emblée le « système idéal » d’Icard. La réception de son système est difficile à connaître, mais il est certain qu’aucun essai ne fut tenté par les responsables des services de police. En 1909, Locard rejette en particulier ce projet en insistant sur les difficultés liées à l’utilisation croisée des classifications dactyloscopiques et anthropométriques et sur l’impossibilité de définir positivement un individu à l’aide de son numéro, si précis soit-il (Locard 1909 : 413-418).

34Au regard de la diversité des systèmes alternatifs proposés en matière d’identification, l’anthropométrie et la dactyloscopie judiciaires ne peuvent être considérées comme des édifices structurés ou monolithiques. Certes, les experts en identification, en quête perpétuelle de légitimité et de reconnaissance, tendaient à affirmer le caractère scientifique de leurs recherches et la solidité des projets qu’ils soumettaient en même temps à leurs collègues, à leur hiérarchie et au public. L’étude des alternatives proposées durant cette période permet de relativiser leurs discours bien souvent triomphateurs et replace ces innovations dans un espace de concurrence où les victoires côtoyaient les échecs. Ces projets éphémères et fragiles rappellent aussi la dimension empirique de la police scientifique et conduisent à interroger l’histoire des sciences policières de l’identité en soulevant la part importante d’incertitude qui accompagna la naissance de principes qui semblent aujourd’hui naturels. Classer par le corps, définir l’identité par des mesures, par l’iris, par des lignes digitales ou par l’image : toutes ces possibilités ne furent pas seulement réalisées par le truchement de technologies, elles résultent d’un effort collectif, international et souvent contradictoire. Paradoxalement, l’assurance des experts, l’énergie déployée dans cet espace concurrentiel mondial de recherches, la multiplicité des systèmes mis en place semblent avoir facilité l’édification de l’identification en science policière. Incidemment, la présence de ce réseau complexe de savoir permit de convaincre les acteurs politiques et les responsables des offices de sécurité de la nécessité de convertir les sociétés modernes au régime général et permanent de l’identification des personnes. L’histoire de cette lente persuasion apparaît ainsi plus clairement, par le biais de systèmes inaboutis qui contribuèrent à la transformation des savoirs sur l’identité en science de l’identification, mais elle reste encore très largement à écrire.

Bibliographie

About Ilsen, 2004. « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914). Anthropométrie, signalements et fichiers », Genèses, 54 : 28-52.

— 2005. « Naissance d’une science policière de l’identification en Italie (1902-1922) », Les Cahiers de la sécurité, 56 : 167-200.

— 2008. La police des identités. Histoire comparée d’une administration d’État en France et en Italie, 1880-1914, thèse d’histoire. Florence, Institut universitaire européen.

Anonyme, 1932. « Le créateur du visage artificiel », Revue internationale de criminalistique, 4 : 223-225.

Bertillon Alphonse, 1886a. « De l’identification par les signalements anthropométriques. Conférence faite le 22 novembre au congrès pénitentiaire de Rome », Archives de l’anthropologie criminelle, 1 : 193-223.

— 1886b. La couleur de l’iris, exposé de la nomenclature des nuances de l’œil telle qu’elle est adoptée par le service d’identification du dépôt de la préfecture de police de Paris et dans le service pénitentiaire de France. Paris, Masson.

— 1893. Identification anthropométrique. Instructions signalétiques. Melun, Imprimerie administrative.

— 1909. Les déformations professionnelles. Paris, G. Vitry.

— 1910. « Main droite et main gauche », Archives d’anthropologie criminelle, 25 : 88-90.

— 1912. « Les empreintes digitales », Archives d’anthropologie criminelle, 27 : 36-52.

Bonomi Joseph, 1872a. The Proportions of the Human Figure..., Londres, Charles Roberson & Co.

— 1872b. Project of an Instrument for the Identification of Persons for Use in Military Establishments, Police Offices, & c. and for Physiological and Artistic Research. Londres, Longmans, Green, and Co.

Briegel Françoise, Porret Michel (éd.), 2006. Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au xxe siècle. Genève, Droz.

Bulmer Michael, 2003. Francis Galton : Pioneer of Heredity and Biometry. Baltimore (MD), Johns Hopkins University Press.

Capdevielle Jean-Maurice, 1903. L’œil, base d’un système d’identification anthropométrique. Bordeaux, Imprimerie Y. Cadoret.

Chauvaud Frédéric, 2000. Les experts du crime. La médecine légale en France au xixe siècle. Paris, Aubier.

Cochy de Moncan Georges, 1904. Contribution à l’étude des stigmates de la criminalité. L’œil et la vision chez les criminels (Œil criminel). Paris, Imprimerie de la faculté de médecine H. Jouve.

Cole Simon A., 2001. Suspect Identities : A History of Fingerprinting and Criminal Identification. Cambridge (MA), Harvard University Press.

Crouzel Ed., 1931. « Procédé d’identification par la digitimétrie ou quotient anthropométrique », Revue internationale de criminalistique, 3 : 312-318.

Denis Vincent, 2008. Une histoire de l’identité. France, 1715-1815. Seyssel, Champ Vallon.

Dias Nélia, 2004. La mesure des sens. Les anthropologues et le corps humain au xixe siècle. Paris, Aubier.

Durand Paul, 1910. L’identité au point de vue judiciaire, son histoire. Lyon, Imprimerie de la Revue judiciaire.

Féré Charles, 1886. De l’asymétrie chromatique de l’iris considérée comme stigmate névropathique (stigmate iridien). Paris, Delahaye & Lecrosnier.

Frigerio Luigi, 1888. « L’oreille externe. Étude d’anthropologie criminelle », Archives d’anthropologie criminelle, 3 : 438-481.

Galton Francis, 1884. Anthropometric Laboratory. Londres, William Clowes and Sons.

— 1888. « Personal Identification and Description », Nature, 38 : 173-177 et 201-202.

— 1889. « Personal Identification and Description », The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 18 : 177-191.

— 1892. Finger Prints. Londres, Macmillan and Co.

Gaudibert Joseph, 1896. Contribution à l’étude de l’œil et de la vision chez les criminels. Examen oculaire et visuel de 362 jeunes détenus de la colonie pénitentiaire d’Aniane. Montpellier, Imprimerie de Hamelin frères.

Groebner Valentin, 2007. Who are you ? Identification, Deception, and Surveillance in Early Modern Europe, traduit de l’allemand par Mark Kyburz et John Peck. Brooklyn (NY), Zone Books.

Guibert Armand, 1891. La vision chez les idiots et les imbéciles. Paris, Steinheil.

Guillo Dominique, 2008. « Bertillon, l’anthropologie criminelle et l’histoire naturelle. Des réponses au brouillage des identités », Crime, Histoire & Sociétés, 12, 1 : 97-117.

Icard Séverin, 1908. « Nouvelle méthode de notation et de classification des fiches d’identité judiciaire permettant la création et le facile fonctionnement d’un service complet d’identification judiciaire (Services régionaux, Services nationaux, Service international) », Archives d’anthropologie criminelle, 23 : 128-149.

— 1910. « Nouvelle méthode d’identification en histoire naturelle (Zoologie et botanique) », Revue scientifique, 7 : 206-209.

— 1911a. Un service complet d’identification judiciaire par l’emploi de la méthode de la fiche-numéro et du registre digital. Services régionaux, services nationaux, service international. Corbeil, Imprimerie Crété.

— 1911b. « Procédé pour marquer d’un signe indélébile et non infamant les professionnels du crime », Archives d’anthropologie criminelle, 26 : 30-34.

Kaluszynski Martine, 1987. « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie », in Philippe Vigier et Alain Faure (éd.), Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au xixe siècle. Paris, Créaphis : 269-285.

— 2002. La République à l’épreuve du crime. La construction du crime comme objet politique, 1880-1920. Paris, LGDJ.

Lannois M., 1887. « De l’oreille au point de vue anthropologique et médico-légal », Archives d’anthropologie criminelle, 2 : 336-358 et 389-406.

Leonard Vivian A., 1938. Police Communication Systems, Berkeley (CA), University of California Press.

Levinsohn, 1899. « Beiträge zur Feststellung der Identität », Archiv für Kriminologie, 2, 4 : 211-220.

Locard Edmond, 1906. « Les services actuels d’identification et la fiche internationale », Archives d’anthropologie criminelle, 21, 145-206.

— 1909. L’identification des récidivistes. Paris, Maloine.

— 1932. Traité de criminalistique, vol. 3-4, Les Preuves de l’identité. Lyon, Joannès Desvigne et ses fils.

— 1935. « Note sur l’identification des suspects », Revue internationale de criminalistique, 7 : 151-178.

Marchesseau Louis, 1911. Le Portrait parlé et les recherches judiciaires. Paris, Marchal et Godde.

Moriceau Caroline, 2009. « Les perceptions des risques au travail dans la seconde moitié du xixe siècle : entre connaissance, déni et prévention », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56, 1 : 11-27.

Niceforo Alfredo, 1907. La police et l’enquête judiciaire scientifiques. Paris, Librairie universelle.

Otlet Paul, 1906. « De quelques applications non bibliographiques de la classification décimale », Bulletin de l’Institut international de bibliographie de Bruxelles, 11 : 92-99.

Phéline Christian, 1985. L’image accusatrice. Paris, Les Cahiers de la photographie.

Piazza Pierre, 2000. « La fabrique bertillonienne de l’identité. Entre violence physique et symbolique », Labyrinthe, 6, 33-50.

— 2005. « Alphonse Bertillon face à la dactyloscopie. Nouvelle technologie policière d’identification et trajectoire bureaucratique », Les Cahiers de la sécurité, 56 : 251-270.

Pittard Eugène, 1905. « La couleur des yeux et des cheveux et la forme du nez chez 1 270 Tsiganes des deux sexes de la péninsule des Balkans », Revue de l’école d’anthropologie de Paris, 15 : 367.

Polson Cyril John, 1951. « Finger Prints and Finger Printing : An Historical Study », Journal of Criminal Law and Criminology, 41, 4 et 5 : 495-517 et 690-704.

Porret Michel, 2008. Sur la scène du crime : pratique pénale, enquête et expertises judiciaires à Genève (xiiie-xixe siècle). Montréal, Presses de l’université de Montréal.

Quételet Adolphe, 1870. Anthropométrie, ou Mesure des différentes facultés de l’homme. Bruxelles, C. Muquardt.

Rayward W. Boyd, 1975. The Universe of Information : The Work of Paul Otlet for Documentation and International Organisation. Moscou, International Federation for Documentation.

— (éd.), 1990. International Organisation and Dissemination of Knowledge. Selected Essays of Paul Otlet. Amsterdam, Elsevier.

— 1991. « The Case of Paul Otlet. Pioneer of Information Science, Inter-nationalist, Visionary : Reflections on Biography », Journal of Librarianship and Information Science, 23 : 135-145.

Reiss Rudolphe A., 1907. « Un code télégraphique du portrait parlé », Archives d’anthropologie criminelle, 22 : 73-94.

Renneville Marc, 1997. La médecine du crime. Essai sur l’émergence d’un regard médical sur la criminalité en France (1785-1885). Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Rhodes Henry, 1968. Alphonse Bertillon : Father of Scientific Detection. New York, Greenwood Press.

Stockis Eugène, 1908. « L’identification judiciaire et le signalement international », Revue de droit pénal et de criminologie, 2, 1 et 2 : 9-41 et 89-132.

Tamassia Arrigo, 1908. « Les veines dorsales de la main comme moyen d’identification », Archives de l’anthropologie criminelle, 23 : 833-837.

Tardieu Ambroise, 1849. Mémoire sur les modifications physiques et chimiques que détermine dans certaines parties du corps l’exercice des diverses professions, pour servir à la recherche médico-légale de l’identité. Paris, J.-B. Baillière.

Thorwald Jürgen, 1967. La grande aventure de la criminologie, traduit de l’allemand par Joseph-Marie Ursyn. Paris, Albin Michel.

Thouard Denis (éd.), 2007. L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg. Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Türkel Siegfried, 1927. Das Auge als Identifizierungsgrundlage. Unter Berücksichtigung von Blascheks Photofundoskopie. Ein Kapitel aus der Geschichte der Erkennungslehre. Graz, Ulr. Mosers Buchhandlung (J. Meyerhoff).

Vaschide Nicolas, 1909. Essai sur la psychologie de la main. Paris, Marcel Rivière.

Vernois Maxime, 1862. De la main des ouvriers et des artisans au point de vue de l’hygiène et de la médecine légale. Paris, J.-B. Baillière et fils.

Notes

1 En une vingtaine d’années, la plupart des institutions de police se dotent de services spécialisés dans l’identification des personnes. Ces créations suivent une expansion qui touche toutes les grandes métropoles du monde (Locard 1906) : Paris (1882), Buenos Aires (1889), Mexico (1892), Bucarest (1893), Berlin et Madrid (1896), Chicago (1897), Lisbonne (1900), Londres (1901), Le Caire et Rome (1902).

2 Concrètement, son système s’appuie sur une répartition des fiches individuelles suivant une série d’une dizaine de mesures du corps successivement divisées en trois parties – petit, moyen et grand – (Bertillon 1893) : les fiches sont d’abord divisées en trois parties selon la taille, chacune de ces trois parties est ensuite divisée selon l’envergure des bras, puis selon la taille du buste, la longueur de la tête, etc.

3 Edmond Locard (1877-1966) est un acteur important de l’histoire des techniques policières d’identification. En 1910, il fonde un laboratoire spécialisé auprès de la police de Lyon et publie une synthèse marquante consacrée à tous les aspects de la police scientifique dans un Traité de criminalistique, paru entre 1931 et 1937 (Locard 1932).

4 Paul Broca (1824-1880), médecin de formation, est l’auteur de travaux importants en neuronatomie et fonde, en 1859, la Société d’anthropologie de Paris. Pionnier de l’anthropologie physique et de l’anthropométrie du corps humain, il développe une anatomie comparée des races qui est à la base de l’anthropologie raciale.

5 Adolphe Quételet (1796-1874), savant belge, à la fois astronome, mathématicien, statisticien et sociologue. Son œuvre foisonnante s’intéresse en particulier à la définition statistique des propriétés de l’homme. Sa théorie de l’ « homme moyen » concerne les mesures anatomiques, la masse corporelle ou la propension au crime. Son influence fut très importante dans l’histoire des sciences criminologiques et des savoirs portant sur la santé publique.

6 Bertillon avance le chiffre, très difficile à vérifier, de 4 500 criminels récidivistes arrêtés grâce à la méthode anthropométrique entre 1883 et 1892. Malgré ce succès apparent, il est conscient de la fragilité de son système et entreprend de moderniser tous les aspects du portrait photographique et développe plusieurs méthodes de transcription de toutes les particularités individuelles relevées sur le corps et le visage à travers le « signalement descriptif », le « relevé des marques particulières » et le « portrait parlé » (Bertillon 1893).

7 « Son objet est de trouver quelle fiche, issue d’une collection standard de nombreuses fiches de mensurations, ressemble à l’une des fiches données, sur la base d’un ensemble prédéfini de critères de divergence. Aucune mesure de n’importe quelle fiche sélectionnée par l’instrument ne peut différer sur plus d’une des valeurs prédéfinies par rapport aux mesures correspondantes de la fiche donnée. L’appareil est très simple, il s’applique à des fiches de mesures de toutes sortes de descriptions et devrait pouvoir agir sur une large échelle avec une grande rapidité et avec la même efficacité que sur une plus petite échelle, en testant plusieurs centaines de fiches à chaque mouvement. Il soulage les yeux et l’esprit de l’effort intolérable d’une pénible comparaison entre une fiche contenant plusieurs mesures et toutes celles qui appartiennent à une vaste série, opération durant laquelle la pression sur l’esprit occasionne une plus ou moins grande déviation d’une quantité donnée pour chaque entrée. »

8 Ambroise Tardieu (1818-1879), médecin renommé, fut président de l’Académie nationale de médecine et se spécialisa dans l’étude de l’hygiène sociale et de la médecine légale. Ses travaux sont consacrés à des sujets aussi divers que les tatouages, l’avortement, la salubrité, les maladies sexuelles, l’empoisonnement et l’infanticide.

9 En 1860, Maxime Vernois (1809-1877) publie un traité important d’hygiène industrielle qui marque la naissance d’un champ d’études sur les risques professionnels et les rapports entre salubrité et monde du travail (Moriceau 2009).

10 Nicolas Vaschide (1874-1907), psychologue roumain, collaborateur d’Alfred Binet, développe une œuvre originale sur les rapports entre physiologie et psychologie. Ses études « physio-psychologiques » portent aussi bien sur les différentes parties du corps, les sens, la perception, les rêves que sur les troubles de l’esprit.

11 Ces petits livrets portatifs permettaient aux agents chargés des recherches de consulter plusieurs centaines de notices individuelles munies de photographies et classées suivant l’âge et différentes caractéristiques du visage comme l’oreille ou le nez (Niceforo 1907 : 370-377 ; Locard 1909 : 68-71).

12 L’absence de personnel féminin au sein des services d’identification empêche une mensuration complète du corps des femmes tandis que la croissance des enfants rend inefficace la prise de mesures, ce qui rend nécessaire l’emploi de subdivisions fondées sur d’autres parties du corps. Pour un état général des failles du système anthropométrique voir les travaux de synthèse d’Edmond Locard (Locard 1909 et 1932).

13 La notice signalétique est introduite en France par Bertillon après 1893. En quelques lignes, les annotations du « portrait parlé », c’est-à-dire la description signalétique complète des caractéristiques individuelles du visage et du corps, s’y trouvent abrégées par des mots, des lettres et des signes typographiques particuliers. Cette méthode favorisa, en France mais aussi à l’étranger, la généralisation des bulletins et journaux de police utilisés comme moyen de communication entre services de police, de gendarmerie et lieux de détention (Locard 1932).

14 Après des études de médecine, Séverin Icard (1860-1932) se consacre à l’application de sa méthode signalétique chiffrée à l’identification des personnes mais aussi à la zoologie, la botanique et la numismatique. Il se distingue également par sa proposition d’appliquer à nouveau le tatouage judiciaire aux criminels (Icard 1911b) et devient par la suite un numismate et héraldiste de renom, spécialisé dans les blasons du sud de la France.

15 Juan Vucetich (1858-1925), policier argentin, applique dès 1891 à très grande échelle sa méthode dactyloscopique et invente une méthode dactyloscopique spéciale employée spécialement en Amérique du Sud mais aussi dans de nombreux pays du monde (Polson 1951 ; Cole 2001).

16 Icard emploie le système développé par Juan Vucetich.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par