Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cognition réparée ?

 | 
Roland Jouvent
, 
Georges Chapouthier

Illustrations en couleur

Texte intégral

Réorganisation du conduit vocal – Figure 1, page 8.

Réorganisation du conduit vocal -Figure 6, page 21.

Réorganisation du conduit vocal – Figure 7, page 23.

Corrélats linguistiques, cognitifs et neurologiques de la dyslexie – Figure 1, page 75.

Vision périphérique des objets, performances et niveau de conscience – Figure 1, page 151.

Vision périphérique des objets, performances et niveau de conscience – Figure 2, page 152.

Vision périphérique des objets, performances et niveau de conscience – Figure 3, page 154.

Schéma d’une vue sagittale du cerveau d’un oiseau représentant les principaux noyaux impliqués dans la production (en bleu), la perception (en rouge) et l’apprentissage (en vert) du chant Les noyaux représentés en rose sont des noyaux sensori-moteurs. La zone pointillée correspond au thalamus, seule région dans laquelle des connexions entre les deux hémisphères existent.
An : nucleus angularis ; Mld : noyau dorso-latéral du mésencéphale ; Ov : nucleus ovoidalis ; NCM : nidopallium caudo-médian ; HVC : noyau supérieur de contrôle du chant ; RA : noyau robuste de l’arcopallium ; DM : nucleus intercollicularis pars dorso median ; NXIIts : nucleus nervi hypoglossi tracheosyringealis ; UVA : nucleus uvaeformis ; Nif : nucleus interfacialis nidopallii ; DLM : partie médiane du noyau dorso-latéral antérieur du thalamus ; X : aire X ; MAN : noyau magnocellulaire du nidopallium antérieur (m : médian ; 1 : latéral). – Figure 1, page 164.

Vues classique et moderne des relations entre cerveau des oiseaux et cerveau humain (figure reproduite avec l’autorisation des auteurs : Erich D. Jarvis, Duke University, et Zina Deretsky, NSF) – Figure 2, page 165.

Figure 3, page 166
Cartes d’activité enregistrées dans le Complexe L d’un oiseau sauvage (A) et d’un oiseau expérimental (B) pendant la diffusion d’un sifflement spécifique naturel. Le sonagramme du sifflement est montré entre les séries de cartes d’activité A et B. Le sifflement représenté est un thème à harmoniques de 800ms. Chaque carte correspond à la réponse neuronale moyenne pendant 80ms. L’activité neuronale est exprimée en pourcentage de l’activité spontanée. Les différentes zones d’activité sont représentées par des couleurs allant du bleu pour l’inhibition au rouge pour l’activation.
A – La zone d’activation des cartes de l’oiseau sauvage est petite, bien localisée et entourée d’inhibition. Cette zone passe d’une position rostro-ventrale à une position dorso-caudale au fur et à mesure que la fréquence du sifflement diminue. Lorsque le premier harmonique apparaît dans le stimulus, une deuxième zone d’activation apparaît sur les cartes (de 480 à 720 ms). Ce modèle d’activation est en accord avec l’organisation tonotopique du Complexe L.
B – Les cartes d’activité de l’oiseau expérimental contiennent plusieurs petites zones dispersées dans le Complexe L. Ces zones sont plus larges au début du stimulus et leurs positions ne changent pas en fonction de la fréquence de façon aussi systématique que chez les oiseaux sauvages. Ces résultats montrent que l’organisation tonotopique du Complexe L est altéré chez les oiseaux expérimentaux.

Table des illustrations

Légende Réorganisation du conduit vocal – Figure 1, page 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Réorganisation du conduit vocal -Figure 6, page 21.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Réorganisation du conduit vocal – Figure 7, page 23.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Corrélats linguistiques, cognitifs et neurologiques de la dyslexie – Figure 1, page 75.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Vision périphérique des objets, performances et niveau de conscience – Figure 1, page 151.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Vision périphérique des objets, performances et niveau de conscience – Figure 2, page 152.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Légende Vision périphérique des objets, performances et niveau de conscience – Figure 3, page 154.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Schéma d’une vue sagittale du cerveau d’un oiseau représentant les principaux noyaux impliqués dans la production (en bleu), la perception (en rouge) et l’apprentissage (en vert) du chant Les noyaux représentés en rose sont des noyaux sensori-moteurs. La zone pointillée correspond au thalamus, seule région dans laquelle des connexions entre les deux hémisphères existent.An : nucleus angularis ; Mld : noyau dorso-latéral du mésencéphale ; Ov : nucleus ovoidalis ; NCM : nidopallium caudo-médian ; HVC : noyau supérieur de contrôle du chant ; RA : noyau robuste de l’arcopallium ; DM : nucleus intercollicularis pars dorso median ; NXIIts : nucleus nervi hypoglossi tracheosyringealis ; UVA : nucleus uvaeformis ; Nif : nucleus interfacialis nidopallii ; DLM : partie médiane du noyau dorso-latéral antérieur du thalamus ; X : aire X ; MAN : noyau magnocellulaire du nidopallium antérieur (m : médian ; 1 : latéral). – Figure 1, page 164.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Vues classique et moderne des relations entre cerveau des oiseaux et cerveau humain (figure reproduite avec l’autorisation des auteurs : Erich D. Jarvis, Duke University, et Zina Deretsky, NSF) – Figure 2, page 165.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 3, page 166Cartes d’activité enregistrées dans le Complexe L d’un oiseau sauvage (A) et d’un oiseau expérimental (B) pendant la diffusion d’un sifflement spécifique naturel. Le sonagramme du sifflement est montré entre les séries de cartes d’activité A et B. Le sifflement représenté est un thème à harmoniques de 800ms. Chaque carte correspond à la réponse neuronale moyenne pendant 80ms. L’activité neuronale est exprimée en pourcentage de l’activité spontanée. Les différentes zones d’activité sont représentées par des couleurs allant du bleu pour l’inhibition au rouge pour l’activation.A – La zone d’activation des cartes de l’oiseau sauvage est petite, bien localisée et entourée d’inhibition. Cette zone passe d’une position rostro-ventrale à une position dorso-caudale au fur et à mesure que la fréquence du sifflement diminue. Lorsque le premier harmonique apparaît dans le stimulus, une deuxième zone d’activation apparaît sur les cartes (de 480 à 720 ms). Ce modèle d’activation est en accord avec l’organisation tonotopique du Complexe L.B – Les cartes d’activité de l’oiseau expérimental contiennent plusieurs petites zones dispersées dans le Complexe L. Ces zones sont plus larges au début du stimulus et leurs positions ne changent pas en fonction de la fréquence de façon aussi systématique que chez les oiseaux sauvages. Ces résultats montrent que l’organisation tonotopique du Complexe L est altéré chez les oiseaux expérimentaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13849/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site