Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cognition réparée ?

 | 
Roland Jouvent
, 
Georges Chapouthier

Perception, plasticité et vie sociale : les apports d’un modèle animal

Martine Hausberger et Jean-Émile Gombert

Texte intégral

Introduction

1Si le recours aux modèles animaux est classique dans les domaines de la physiologie, de la neurobiologie ou de la psychologie comparée, les modèles utilisés se restreignent généralement aux rongeurs, modèles traditionnels, ou aux primates de par leur proximité génétique avec l’espèce humaine. Ceci est particulièrement vrai de toutes les études sur la cognition pour lesquelles la logique suggèrerait que de proches parents phylogénétiques partagent davantage de processus. N’est cependant pas prise en compte l’importance, de plus en plus en plus affirmée par les phylogénéticiens, des phénomènes d’homoplasie (similarités acquises indépendamment du lien phylogénétique : Martins, 1996 ; Deleporte, 2002). Des convergences, c’est-à-dire des adaptations fonctionnelles similaires, peuvent en effet apparaître dans différentes lignées en réponse à des conditions similaires (socioécologiques par exemple), ce qui n’implique pas nécessairement que les structures sous-jacentes et les mécanismes en jeu soient identiques en tout point.

2Cette approche est particulièrement intéressante quand on s’intéresse au langage et à la communication vocale en général. C’est essentiellement chez les oiseaux chanteurs et les mammifères marins que se recrutent les meilleurs modèles de développement du langage en termes d’apprentissage, de plasticité et d’influences sociales sur l’acquisition des structures et usages. Il est généralement admis que les primates non humains utilisent de leur côté des signaux vocaux fixes et innés (Seyfarth et Cheney, 1997), même si une certaine flexibilité semble admise maintenant (Oller et Griebel, 2008).

3Dans ce contexte, il est classique de considérer le développement du chant chez les oiseaux chanteurs comme un excellent terrain d’étude du développement du langage. Le chant assure chez les oiseaux des fonctions de communication dans le cadre de la reproduction et de la vie sociale. Il s’agit d’un comportement appris et un jeune oiseau chanteur isolé sera incapable de produire un chant normal à l’âge adulte. Comme l’avait souligné Marier (1970), les parallèles avec le développement du langage humain incluent : des stades de développement bien déterminés (babillage/préchant), des périodes privilégiées d’apprentissage (« périodes sensibles »), la nécessité d’un modèle auditif mais aussi d’un feedback auditif (ajustement entre le modèle entendu et ses propres productions). Ces convergences se sont encore enrichies avec la découverte d’une importance des influences sociales sur l’apprentissage du chant (Baptista et Petrinovitch, 1986), certaines espèces n’apprenant que d’un modèle vivant avec qui le jeune peut établir un lien (Baptista et Gaunt, 1997). Pepperberg (1985) a proposé qu’il puisse y avoir chez l’oiseau, comme chez l’homme, un modelage social de l’apprentissage (Bandura, 1977). Des phénomènes de plasticité insoupçonnés sont apparus sous l’influence de facteurs sociaux : extension des périodes sensibles, apprentissage de signaux non spécifiques en particulier.

Les bases neurobiologiques de la perception du chant : quels apports pour l’homme ?

4Les travaux sur les bases neurobiologiques de la production du chant ont connu un essor considérable dès les années 1970, essentiellement grâce à l’équipe de Nottebohm qui a identifié tout un réseau central de noyaux impliqués dans la production, la perception et l’apprentissage du chant (voir fig. 1 p. 219, cahier HT couleur ; Nottebohm et al., 1976). Le « système de chant » des oiseaux est d’autant plus devenu un modèle classique de neuroéthologie que des phénomènes intéressants s’y rattachent : latéralisation de la production (Nottebohm, 1971) et de la perception (Cynx et al., 1992 ; Okanoya et al., 2001 ; George et al., 2004, 2005a), interfaces entre systèmes moteur et sensoriel, plasticité développementale, apprentissage. C’est ainsi que Nottebohm (1981, 1985) a décrit pour la première fois un phénomène de neurogenèse chez un vertébré supérieur adulte.

5La pertinence du système de chant comme modèle d’étude en neuro-éthologie est devenue particulièrement évidente depuis la comparaison entreprise entre le cerveau des oiseaux et celui des mammifères. En effet, une nouvelle nomenclature a été proposée qui reflète notre compréhension actuelle de l’évolution du cerveau, montrant qu’une portion substantielle du télencéphale des oiseaux est similaire au cortex des mammifères (Jarvis et al., 2005 ; voir fig. 2 p. 219, cahier HT couleur).

6Pour toutes ces raisons, les oiseaux chanteurs, et particulièrement ceux présentant une vie sociale, apparaissent comme des modèles intéressants en vue d’appréhender les questions liées aux effets de perturbations précoces du système auditif, ainsi qu’aux conditions possibles de récupération. Il s’agit d’un enjeu extrêmement important chez l’homme, les prothèses auditives classiques ne permettant pas l’accès au monde sonore et à la communication orale dans des cas de surdité profonde et sévère. D’excellents résultats sont certes obtenus lors de la pose d’implants électroniques chez des sourds postlinguaux (surdité acquise après maîtrise du langage), de même que l’implantation cochléaire chez de jeunes enfants sourds congénitaux leur permet d’acquérir de bonnes compétences langagières. En revanche, la même opération donne des résultats décevants dans le cas de sourds congénitaux adultes. Se trouve donc posée la question d’éventuelles périodes sensibles. Par ailleurs, même chez les jeunes enfants, une variabilité interindividuelle importante apparaît, montrant que les phénomènes de récupération font aussi entrer en jeu des facteurs comme le mode de scolarisation, le niveau de stimulation intrafamilial ou la fréquence d’utilisation de l’implant.

7Enfin, il ressort des quelques travaux menés sur la communication entre pairs chez les enfants sourds que si ceux-ci manifestent une réelle appétence à entrer en relation avec des pairs entendants, les spécificités de leurs modalités interactives (mimiques, hochements de tête…) rendent difficiles les échanges mixtes et vouent à l’échec la plupart de ces tentatives d’interaction (Vandell et George, 1981 ; Verlaeten, 1985). Des difficultés récurrentes apparaissent également quant aux conséquences que provoque un accès progressif aux informations sonores et au langage oral sur le développement cognitif et social de l’enfant implanté (Deleau et Le Maner-Idrissi, 2005).

8Les questions qui se posent dans ce contexte sont donc celles de la plasticité cérébrale, des capacités de récupération du système auditif, mais aussi des liens entre perception et vie sociale.

Le rôle de l’expérience : plasticité développementale dans les aires centrales du système auditif

9L’influence précoce de l’environnement acoustique sur la perception des sons et l’apprentissage du langage chez l’homme est bien connue (Eimas, 1985 ; Aslin et al., 1998) mais les processus neuronaux en jeu clans cette plasticité précoce restent mal élucidés. Si les effets de l’expérience précoce sur le développement du cortex visuel ont été bien démontrés chez les chatons (Hubel et Wiesel, 1963 ; Blakemore et Cooper, 1970), il existe peu d’exemples de la plasticité développementale du système auditif central. Des études récentes (Zhang et al., 2001) révèlent cependant que l’environnement acoustique précoce influence le développement du cortex auditif chez le rat, tant en termes de sélectivité neuronale que d’organisation fonctionnelle. Ainsi, de jeunes rats élevés dans un environnement acoustique limité à une seule fréquence développent une représentation exagérée de cette fréquence, une sélectivité neuronale faible envers d’autres fréquences et une tonotopie dégradée dans le cortex auditif. De plus, ils présentent à terme une aire auditive bien plus large que des rats adultes normaux : chez eux est absente la restriction développementale de l’aire normalement observée avec l’âge.

10De façon intéressante, un phénomène similaire est observé en maintenant de jeunes étourneaux sans contact avec du chant d’adulte pendant leur développement. Chez les oiseaux chanteurs, l’aire auditive centrale (le « complexe L ») joue un rôle de relais entre les noyaux thalamiques et les centres plus intégrés du système de chant (Gehr et al., 1999). Analogue, voire homologue, du cortex auditif primaire des mammifères, le complexe L présente comme celui-ci une tonotopie représentative de la répartition des fréquences dans la cochlée (Leppelsack, 1974 ; Heil et Scheich, 1991), ainsi qu’une sélectivité neuronale envers des éléments clés des signaux de communication (Hausberger et al., 2000) indispensable à la constitution d’une organisation fonctionnelle, avec les réponses tonotopiques dans la zone centrale et les réponses plus spécialisées en périphérie de l’aire (Cousillas et al., 2005).

11Chez de jeunes étourneaux élevés sans chant adulte, et bien qu’ils puissent entendre et interagir avec d’autres jeunes inexpérimentés, des déficits s’observent tant sur le volet de la production que sur celui de la perception. Si leurs chants restent très anormaux, les perturbations sur le plan de l’aire auditive centrale sont particulièrement marquées : sélectivité neuronale faible, tonotopie altérée, et aire auditive centrale trois fois plus large que celle d’adultes témoins (Cousillas et al., 2004 ; voir fig. 3 p. 219, cahier HT couleur). L’altération de la tonotopie a cela de remarquable qu’elle apparaît de façon mature dès l’âge de 30 jours dans la partie centrale du complexe L chez le diamant mandarin (Gehr et al., 2000). Il est impossible à ce stade de savoir si la tonotopie existait à l’origine pour se dégrader ensuite par manque de stimulations appropriées ou si elle ne s’est tout simplement pas développée dans ce contexte appauvri.

12Le développement des aires auditives centrales pourrait donc, si l’on en juge par la similarité des résultats entre rats et étourneaux, suivre des règles similaires chez des oiseaux et des mammifères. Le fait que non seulement les réponses neuronales soient affectées, mais aussi l’organisation fonctionnelle entière de l’aire centrale, en cas de perturbation auditive précoce, pose des questions extrêmement intéressantes sur l’impact de déficiences en début de croissance comme c’est le cas chez les jeunes enfants sourds : peut-on imaginer que l’organisation tonotopique soit affectée ? En quoi les remédiations doivent-elles prendre cette hypothèse en compte ? Comment stimuler largement le système auditif pour l’ouvrir vers une large gamme de fréquences ? Jusqu’à quel point de telles altérations laissent-elles la possibilité d’une récupération ? Autant de questions qui doivent conditionner la réflexion sur l’implantation cochléaire et ses effets.

Les limites à la récupération sont-elles d’ordre sensoriel ou social ?

13Les effets d’une privation sensorielle précoce sont donc majeurs, mais sont-ils irréversibles ? Dans une expérience de longue durée, de jeunes étourneaux ont été élevés à la main en l’absence de chant adulte jusqu’à des âges de un ou deux ans, puis replacés avec des adultes dans des groupes sociaux de composition similaire. A l’âge de trois ans, après un ou deux ans passés avec des adultes, un certain degré de récupération est apparu : l’aire auditive était plus restreinte (du même ordre que chez des adultes sauvages) et la proportion de neurones spécialisés clairement plus forte que chez les animaux totalement isolés du chant d’adulte jusque-là. Une réintroduction avec des modèles adultes a donc permis une récupération tardive. Cependant, celle-ci n’est que partielle : le pourcentage de neurones spécialisés est très inférieur à celui des modèles adultes (George et al., 2005b). On pourrait dès lors penser à un exemple typique de « période sensible » au-delà de laquelle le développement sensoriel est impossible, ou au moins limité. Un résultat intrigant apparaît cependant quand on compare les deux groupes d’oiseaux « réintégrés » : la récupération est meilleure chez les animaux privés de stimulation auditive adulte pendant deux ans que chez ceux qui l’ont été une seule année : elle ne dépend donc pas uniquement du facteur temps. Or, les observations du comportement social révèlent, sans qu’on puisse pleinement l’expliquer, qu’à l’opposé des individus d’un an qui n’établissaient aucun contact social avec les adultes et restaient entre jeunes, ceux de deux ans (introduits dans le groupe à l’état adulte) ont montré un degré d’intégration bien supérieur avec les adultes témoins. Même si aucun de ces groupes expérimentaux n’a pu atteindre la qualité de chant des adultes témoins, le fait d’intégrer socialement un groupe avec un chant normal semble avoir induit une certaine plasticité du système auditif central.

14Ceci va de pair avec l’observation selon laquelle les jeunes individus ont besoin d’un lien particulier avec un adulte pour développer un chant normal : ceux élevés en groupes de pairs en compagnie d’adultes apprennent entre eux, négligent le chant adulte et développent un chant moins élaboré (Bertin et al., 2007). De telles observations ont été faites chez l’enfant quand le ratio enfants/adultes est très déséquilibré : l’interaction privilégiée entre pairs peut amener au développement d’un langage présentant des imperfections (Bernicot et al., 2005).

15Cette étude unique sur les possibilités de récupération tardive interroge donc sur l’interface entre stimulation sensorielle et fonctionnalité, et sur l’importance du contexte social qui peut, selon les cas, stimuler ou inhiber le développement de la communication et par conséquent le développement sensoriel. Ces résultats ouvrent cependant des pistes très importantes, en particulier chez l’homme : quel contexte — social en particulier — et quels types de stimulations — sensorielles et sociales — favorisent la récupération ? Est-il imaginable que la stimulation sociale puisse déclencher des phénomènes de plasticité tardive ?

Entendre ne suffit pas : quand le contact social surpasse l’information sensorielle

16La communication vocale, et en particulier le langage, est avant tout un acte social. Comme tel, son développement est guidé par les influences sociales qui agissent de différentes façons en impliquant multimodalité, renforcement et émotions (Snowdon et Hausberger, 1997), et sont supposées aussi renforcer l’attention (Posner et Rothbart, 1998), facteur majeur dans la formation de la mémoire et de l’ajustement sensoriel (Bolhuis et al., 1999).

17Chez un certain nombre d’espèces d’oiseaux chanteurs, les jeunes n’apprennent pas les chants diffusés par un haut-parleur : ils ont besoin d’un modèle vivant (Baptista et Gaunt, 1997). Chez l’homme, des enfants « négligés » et recevant peu d’attention acquièrent le langage plus lentement que les enfants en recevant normalement (Allen et Oliver, 1982). Si le constat dans ces différents cas est bien celui d’un développement ralenti et altéré de la production vocale, on peut aussi s’interroger sur l’impact qu’ont eu ces expériences précoces sur les capacités auditives ou le traitement central de l’information auditive. Est-ce que d’autres facteurs que l’information sensorielle pourraient avoir une influence sur le développement d’une aire sensorielle centrale ? C’est ce que suggère une étude récente sur le diamant mandarin, un oiseau chanteur vivant en groupes sociaux : lorsque l’environnement social est appauvri, des déficits auditifs apparaissent.

18Dans le but de mieux appréhender les effets respectifs de l’expérience auditive et de l’expérience sociale sur l’apprentissage de la communication et le développement sensoriel, de jeunes étourneaux ont été pris au nid, élevés à la main, puis placés dans trois situations sociales différentes : en groupe avec des adultes, en paires de jeunes inexpérimentés, ou seuls. Par un système de haut-parleurs, les paires et isolés pouvaient seulement entendre les sons émis par les groupes sociaux sans aucun autre contact social. Tous bénéficiaient donc de la même expérience auditive. Deux ans plus tard, alors que ces animaux avaient atteint l’âge adulte, de grandes différences étaient observables dans leur comportement vocal : les jeunes élevés en groupe présentaient des chants à peu près normaux, les isolés possédaient un répertoire très faible, essentiellement copié des chants entendus via le haut-parleur, tandis que les paires avaient totalement négligé l’information provenant des haut-parleurs (donc le chant adulte) et improvisé des structures nouvelles spécifiques à chaque paire. Des analyses plus précises indiquent qu’ils ne prêtaient en fait aucune attention à l’information auditive provenant de l’extérieur, contrairement aux isolés qui arrêtaient leurs activités quand on leur diffusait des chants (Poirier et al., 2004).

19Ces résultats comportementaux reflètent de surcroît le développement sensoriel (fig. 4). Bien qu’ils aient pu bénéficier du chant d’adulte pendant deux ans, les oiseaux élevés seuls ou en paires affichent des déficits importants dans l’aire auditive centrale : en particulier, ils présentent, au même degré que des animaux totalement privés de stimulation, une aire auditive très large et une très faible sélectivité neuronale. Les effets d’une privation sociale précoce se révèlent être aussi importants que ceux d’une privation auditive.

20Par ailleurs, même chez les animaux élevés socialement, le degré de spécialisation neuronale n’atteint pas celui d’adultes témoins. Or, les jeunes étourneaux tendant, en groupes mixtes, à former des liens avec des individus de même âge et même sexe, ils avaient dans ce cas précis clairement établi une ségrégation sociale par rapport aux adultes qui, certes, ne les empêchait pas de développer un chant globalement correct, mais ne les avait pas non plus incités à en apprendre les détails. Une ségrégation sociale peut donc amener à des effets proches, même si moins marqués, de ceux d’une séparation physique (Cousillas et al., 2005)

Figure 4 – Résultats comportementaux.

21L’ensemble de ces résultats suggère que des phénomènes attentionnels pourraient ici se trouver en jeu. Un partenaire social est une source d’attention sélective. Or, l’attention sélective sur une autre source peut amener une altéreration de l’audition en changeant les propriétés mécaniques de la cochlée (Puel et al., 1988). Le fait d’entendre des stimuli acoustiques dans un contexte social inapproprié (sans contact visuel ou direct avec l’émetteur) pourrait donc, par un filtrage périphérique, empêcher la simple perception du son et par conséquent la « construction » du cerveau. Peut-être la différence entre entendre et écouter peut-elle rendre compte de telles différences dans la construction d’une aire auditive centrale, ainsi que des limitations à la récupération mentionnées plus haut.

22Deux résultats issus de cette étude s’illustraient donc particulièrement si on veut s’intéresser à la plasticité développementale et aux possibilités de récupération dans le système auditif : 1) le fait que privation auditive et privation sociale entraînent des effets également importants sur le développement de l’aire auditive centrale ; 2) le fait qu’une ségrégation sociale ait des effets proches de ceux d’une séparation physique. Les processus précis en jeu restent inconnus même si des phénomènes attentionnels sont certainement impliqués. Il en résulte aussi que l’apprentissage et le développement sensoriel nécessitent des stimulations bi- ou multimodales, via au moins un couplage vision-audition (Hultsch et al., 1999).

23Chez l’homme, on dit que des individus qui manquent d’expérience d’une langue pendant le développement sont « sourds » à certaines caractéristiques de cette langue (Logan et al, 1991). Au vu des résultats obtenus chez l’animal, lequel est probablement moins dépendant des interactions sociales que l’homme, se pose la question de la possible origine sociale des déficits auditifs ou de production langagière observés parfois. Le fait qu’une ségrégation sociale au sein d’un groupe puisse altérer le développement auditif incite à la réflexion dans ce domaine.

24Enfin, s’il est bien connu que les enfants ont besoin de recevoir de l’attention pour développer le langage, les résultats sur l’animal suggèrent qu’elle leur est également nécessaire pour leur développement sensoriel et la construction fonctionnelle du cerveau.

Quelles pistes pour la récupération auditive et sociale chez de jeunes sourds implantés ?

25On ne dispose pas de données d’imagerie cérébrale concernant les réorganisations fonctionnelles après implantation cochléaire chez de jeunes enfants sourds prélinguaux. Une étude chez le chaton sourd congénital montre une augmentation nette de l’activation des différentes couches de neurones du cortex auditif après implantation (Klinke et al., 1999). Par contre, les auteurs s’accordent sur le fait que l’implantation cochléaire chez de jeunes enfants amènent à une amélioration de la production et de la perception de la parole (Cheng et al., 1999).

26Grâce à l’utilisation d’un nouveau protocole (PEPS : protocole d’évaluation de la perception et de la production de la parole avec des stimuli standardisés), il a été possible de suivre le développement du langage d’une population d’enfants sourds implantés, tant sur le versant perceptif que productif (Serniclaes et Schepers, 2002). En particulier, des évaluations du répertoire phonémique ont été recueillies lors du suivi longitudinal de 20 enfants implantés. L’ajout de modalités de présentation auditive et visuelle a permis d’examiner le gain apporté par la perception bimodale par rapport aux perceptions unimodales. Les résultats ainsi obtenus montrent que le répertoire pré-implant et la durée d’implantation expliquent plus de 70 % de la variabilité individuelle dans la production de la parole (Simon et al., 2002). Il n’en reste pas moins que 30 % de la variabilité restent inexpliqués et suggèrent d’autres facteurs potentiels d’influence.

27Ainsi, l’observation d’une meilleure performance dans les modalités audiovisuelles ou auditives que dans la modalité visuelle témoigne de la part de l’information auditive fournie par l’implant dans la perception de la parole. Néammoins, les plus jeunes enfants de l’échantillon ont obtenu de meilleurs scores d’identification de mots dans la modalité audiovisuelle que dans la modalité auditive (Leybaert et al., 2002) : chez l’enfant comme chez le jeune animal, le développement du traitement de l’information semble donc nécessiter, surtout en cas de perturbations précoces, l’intervention d’autres modalités que la seule modalité auditive.

28La récupération fonctionnelle assurée par l’implant sur le plan sensoriel s’accompagne de changements observables dans le développement cognitif et social des enfants. Ainsi, l’utilisation d’une échelle non verbale d’efficience intellectuelle, le SON préscolaire de Snijers-Oomen (1996) dans sa version française (Deleau et al., 1989), indique une progression significative des performances des enfants dans les deux années qui suivent l’implantation, particulièrement la première année. De la même façon, l’évaluation du développement social par la Vineland Social Maturity Scale de Doll (1985) témoigne d’une progression régulière lors des deux premières années dans le domaine de la communication (appétence à communiquer, registre lexical) et lors de la première année dans celui de la socialisation (maîtrise des conventions sociales et des codes culturels ; Le Maner-Idrissi et al., soumis à publication).

29Dans des situations de jeu libre avec des pairs, les enfants semblent évoluer très nettement au niveau de leur implication sociale (engagement dans des activités associatives et coopératives) après implantation (Barbu et Le Maner-Idrissi, en preparation).

30Il apparaît donc qu’une récupération auditive soit indéniable après implantation cochléaire chez de jeunes enfants sourds prélinguaux. L’impact de l’accès au mode sonore sur leur développement non seulement perceptuel, mais aussi cognitif et social, apparait comme très important. Il n’en demeure pas moins une très grande variabilité interindividuelle qu’il reste à expliquer et qui, sans doute, constituera une source de réflexion sur la manière d’améliorer l’aide à la récupération perceptuelle.

31À ce stade, les données obtenues chez l’animal ouvrent des pistes prometteuses. Si l’accès au mode sonore chez les jeunes enfants sourds encourage leur intégration sociale, on peut s’interroger à l’inverse sur le poids de ces facteurs sociaux sur la récupération. Les jeunes qui récupèrent le mieux sont-ils également ceux faisant montre d’une plus grande appétence sociale ? Quel est l’impact des liens entretenus avec un ou des adultes, ou bien avec les pairs, sur la récupération sensorielle ? Se pourrait-il que l’environnement social offert (milieu familial, institution, école avec entendants) possède un impact sur la rapidité et le degré de récupération ? Les données tirées de modèles animaux aussi éloignés que les oiseaux chanteurs suggèrent qu’une attention toute particulière mériterait d’être portée sur le rôle potentiel de la stimulation sociale sur la récupération auditive. Seules les études à venir sur l’enfant nous permettront de corroborer ou non ces hypothèses.

En conclusion, l’étourneau et ses apports à la connaissance du langage

32L’ensemble des résultats présentés ici montre bien l’intérêt dans un domaine comme celui du langage, acte social par excellence, de la comparaison avec des espèces animales où plasticité et influences sociales vont de pair. De tels travaux nous permettent, grâce à des expérimentations précises, de mettre en évidence des principes généraux de fonctionnement susceptibles de déborder largement du seul cadre des oiseaux chanteurs. Des aspects très fondamentaux se sont révélés lors de ces travaux : l’influence de l’expérience sur la tonotopie - considérée généralement comme un principe de base du traitement auditif dans les aires primaires ; encore plus étonnant, l’importance de l’expérience sociale per se, laquelle se révèle aussi déterminante que l’expérience sensorielle pour le développement d’une aire sensorielle ; le rôle des contacts sociaux qui peuvent, par l’intermédiaire de processus attentionnels et motivationnels, étendre certaines périodes sensibles d’apprentissage ou, au contraire, s’opposer à toute forme de récupération ; la nature de l’environnement social et le ratio adulte-jeune, et leur influence sur le choix du modèle à imiter. Autant d’aspects qui pourraient bien trouver aussi un sens chez l’homme, maintenant que le modèle animal a permis d’« aventurer » ces questions… La plasticité est-elle plus grande également chez l’homme dès lors que les influences sociales prennent du poids ? L’apprentissage d’une seconde langue à l’âge adulte ne dépend-il pas du degré « d’investissement social » ?

33Les enfants sont-ils en retrait social parce qu’ils entendent mal, ou bien les facteurs sociaux entrent-ils en jeu dans le déficit sensoriel souvent observé ?

34D’autres questions sont possibles qui pourraient à leur tour éclairer des problématiques communes à l’homme et l’animal (par exemple : qu’est finalement une influence sociale ? Par quels mécanismes agit-elle ? Comment identifie-t-on un individu comme un « modèle acceptable » ?), questions que l’oiseau permet de tester relativement simplement et grâce à une flexibilité vocale inégalée chez les primates, même les plus proches génétiquement de l’homme.

35Si les mécanismes en jeu peuvent différer, ces modèles animaux nous rappellent que sur bien des points notre système de communication s’appuie aussi sur des bases biologiques, les convergences pouvant se retrouver jusque dans certaines règles de communication, ce qui suggère qu’une part de nos propres « normes » pourraient s’appuyer sur ces fondements biologiques (Hausberger et al., sous presse).

36Mais bien sûr, toute comparaison interspécifique a ses limites : ces parallèles n’enlèvent rien au degré de sophistication inégalé du langage humain.

Remerciements

37Nous sommes particulièrement reconnaissants à Isabelle George et Stéphanie Barbu pour leur aide dans la préparation de ce texte. Celui-ci a aussi bénéficié des échanges avec Hugo Cousillas, Laurence Henry, Gaid Le Maner-Idrissi, Jacqueline Leybaert et Willi Serniclaes.

38Ce chapitre a bénéficié des recherches menées dans le cadre du projet Cognitique « Perception, plasticité et vie sociale : perturbation du traitement de l’information auditive. Perception comparative animal/humain », COG no 169b, auxquelles ont participé l’UMR 6552 « Ethologie-Evolution-Écologie », (CNRS/université de Rennes 1), l’ЕА 1285 « Centre de recherche en psychologie, cognition et communication » (université de Rennes 2), le centre d’implantation cochléaire (CHU Pontchaillou et clinique de la Sagesse, université de Rennes 1), l’équipe d’imagerie médicale (CHU Pontchaillou, université de Rennes 1), le Laboratoire de psychologie expérimentale (Faculté des sciences psychologiques et de l’éducation, Université libre de Bruxelles), et l’Institut d’implant cochléaire (Université libre de Bruxelles).

Bibliographie

Références bibliographiques

Allen, R. E. et J. M. Oliver. 1982. « The Effects of Child Maltreatment on Language Development ». Child Abuse and Neglect, 6 : 299-305.

Aslin, R. N., Saffran, J. R. et E. L. Newport. 1998. « Computation of Conditional Probability Statistics by 8-month-old Infants ». Psychological Science, 9 : 321-324.

Bandura, A. 1977. Social Learning Theory. New York, General Learning Press.

Baptista, L. F. et S. L. L. Gaunt. 1997. « Social Interaction and Vocal Development in Birds ». In C. T. Snowdon et M. Hausberger (éds), Social Influences on Vocal Development. Cambridge, Cambridge University Press : 23-40.

Baptista, L. F. et L. Petrinovich. 1986. « Song Development in the White-Crowned Sparrow : Social Factors and Sex Differences ». Animal Behavior, 34 : 1359-1371.

Bernicot J., Laval, V, Bareau, B. et A. Lacroix. 2005. « L’évaluation des capacités pragmatiques chez l’enfant : présentation de nouveaux outils ». In B. Piérart (éd.), Le langage de l’enfant : comment l’évaluer ? Bruxelles, de Boeck : 61-179.

Bertin, A., Hausberger, M., Henry, L. et M. Richard-Yris. 2007. « Adult and Peer Influences on Starling Song Development ». Developmental Psychohiology, 49 : 362-374.

Blakemore, C. et G. F. Cooper. 1970. « Development of the Brain Depends on the Visual Environment ». Nature, 228 : 477-478.

Bolhuis, J. J., Van Mil, D. P. et B. B. Houx. 1999. « Song Learning with Audiovisual Compound Stimuli in Zebra Finches ». Animal Behavior, 58 : 1285-1292.

Cheng, A. K., Grant, G. D. et J. K. Niparko. 1999. « Meta-analysis of Pediatric Cochlear Implant Literature ». The Annals of Otology, Rhinology and Laryngology, 108 : 124-128.

Cousillas, H., George, L, Richard, J.-P, Mathelier, M., Henry, L. et M. Hausberger. 2006. « Social Experience as a Major Factor in the Development of a Central Auditory Area ». Naturwissenschaften, 93 : 588-596.

Cousillas, H., Leppelsack, H. J., Leppelsack, E., Richard, J. P, Mathelier, M. et M. Hausberger. 2005. « Functional Organization of the Forebrain Auditory Centres of the European Starling : A Study Based on Natural Sounds ». Hearing Research, 207 : 10-21.

Cousillas, H., Richard, J.-P., Mathelier, M., Henry, L., George, I. et M. Hausberger. 2004. « Experience-dependent Neuronal Specialization and Functional Organization in the Central Auditory Area of a Songbird ». European Journal of Neurosciences, 19 : 3343-3352.

Cynx, J., Williams, H. et F. Nottebohm. 1992. « Hemispheric Differences in Avian Song Discrimination ». Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 89 : 1372-1375.

Deleau, M. et G. Le Maner-Idrissi. 2005. « Le développement des habiletés pragmatiques chez les enfants sourds ». In C.Transler, J. Leybaert et J.-E. Gombert (éds), L’acquisition du langage par l’enfant sourd. Marseille, Éditions Solal : 147-172.

Deleporte, P. 2002. « Introduction : biogéographie et systématique, problèmes et méthodes ». In P. Deleporte, J.-F. Silvain et J.-P. Hugot (éds), Systématique et bio-géographie, Biosystema 20. Paris, Société française de systématique.

Eimas, P. D. 1985. « The Perception of Speech in Early Infancy ». In Wang W. S.-Y. (éd.), The Emergence of Language Development and Evolution. New York, W. H. Freeman : 117-127.

Gehr, D. D., Capsius, B., Grabner, P., Gahr, M. et H. J. Leppelsack. 1999. « Functional Organisation of the Field-L-Complex of Adult Male Zebra Finches ». Neuroreport, 10 : 375-380.

Gehr, D. D., Hofer, S. B., Marquardt, D. et H. Leppelsack. 2000. « Functional Changes in Field-L-Complex during Song Development of Juvenile Male Zebra Finches ». Developmental Brain Research, 125 : 153-65.

George, I., Cousillas, H., Richard, J.-P. et M. Hausberger. 2005a. « State-dependent Hemispheric Specialization in the Songbird Brain ». Journal of Comparative Neurology, 488 : 48-60.

George, I, Cousillas, H., Vernier, B., Richard, J.-P, Henry, L., Mathelier, M., Lengagne, T. et M. Hausberger. 2005b. « Sound Processing in the Auditory-cortex Homologue of Songbirds : Functional Organization and Developmental Issues ». Journal de physiologie, 98 : 385-393.

George, I., Vernier, B., Richard, J.-P., Hausberger, M. et H. Cousillas. 2004. « Hemispheric Specialization in the Primary Auditory Area of Awake and Anesthetized Starlings ». Behavioral Neurosciences, 118 : 597-610.

Hausberger, M., Leppelsack, E., Richard, J.-P. et H. J. Leppelsack. 2000. « Neuronal Bases of Categorization in Starling Song ». Behavioral Brain Research, 114 : 89-95.

Hausberger, M., Henry, L., Testé, B. et S. Barbu. Sous presse. « Social Life and Communication : Contextual Flexibility of Fixed Rules ». In K. Oller et U. Griebel (éds), Vienna Series in Theoretical Biology. Cambridge MA, MIT Press.

Heil, P. et H. Scheich. 1991 « Functional Organization of the Avian Auditory Cortex Analogue. I. Topographic Representation of Isointensity Bandwidth ». Brain Research, 539 : 110-120.

Hubel, D. H. et T. N. Wiesel. 1963. « Receptive Fields of Cells in Striate Cortex of Very Young, Visually Inexperienced Kittens ». Journal of Neurophysioloqy, 26 : 994-1002.

Hultsch, H., Schleuss, F. et D. Todt. 1999. « Auditory-visual Stimulus Pairing Enhances Perceptual Learning in a Songbird ». Animal Behavior, 58 : 143-149.

Jarvis, E. D., Güntürkün, O., Bruce, L., Csillag, A., Karten, H., Kuenzel,W., Medina, L., Paxinos, G., Perkel, D. J., Shimizu,T., Striedter, G., Wild, J. M., Ball, G. F., Dugas-Ford, J., Durand, S. E., Hough, G. E., Husband, S., Kubikova, L., Lee, D. W., Mello, C.V., Powers,A., Siang, C., Smulders, T. V., Wada, K., White, S. A., Yamamoto, K., Yu, J., Reiner, A. et A. B. Butler. 2005. « Avian Brains and a New Understanding of Vertebrate Brain Evolution ». Avian Brain Nomenclature Consortium, Nature Reviews. Neuroscience, 6 : 151-159.

Klinke, R., Kral, A., Heid, S., Tillein, J. et R. Hartmann. 1999. « Recruitment of the Auditory Cortex in Congenitally Deaf Cats by Long-term Cochlear Electrostimulation ». Science, 285 : 1729-33.

Leppelsack, H. J. 1974. « Funktionelle eigenschaften der höhrbahn im feld-L des neostriatum caudale des Staren (Sturnus vulgaris) ». Journal of Comparative Physiology, 88 : 271-320.

Leybaert, J., Schepers, F., Renglet, T., Serniclaes, W., Mansbach, A. L. et C. Ligny. 2002. « The Effect of Cochlear Implant on Speech Perception by Children with Profound Hearing Loss : A Comparison between Auditory, Audiovisual and Visual Modes ». Proc. 6th European Symposium on Paediatric Cochlear Implantation, Las Palmas.

Logan, J. D., Lively, S. E. et D. B. Piston. 1991. « Training Japanese Listeners to Identify English/r/and/l/ : A First Report ». The Journal of the Acoustical Society of America, 89 : 874-56.

Marler, P. 1970. «Birdsong and Speech Development: Could there Be Parallels?». American Scientist, 58: 669-673.

Martins, E. P. 1996. «Conducting Phylogenetic Comparative Studies when the Phylogeny is not Known». Evolution, 50: 12-22.

Nottebohm, F. 1971. «Neural Lateralization of Vocal Control in a Passerine Bird, I. Song». Journal of Experimental Zoology, 177: 229-262.

Nottebohm, F. 1981. «A Brain for all Seasons: Cyclical Anatomical Changes in Song Control Nuclei of the Canary Brain». Science, 214: 1368-1370.

Nottebohm, F. 1985. «Neuronal Replacement in Alduthood». Annals of the New York Academy of Sciences, 457: 143-161.

Nottebohm, F., Stokes, T. M. et C. M. Leonard. 1976. « Central Control of Song in the Canary, Serinus anarius ». Journal of Comparative Neurology, 165 : 457-486.

Okanoya, K., Ikebuchi, M., Uno, H. et S.Watanabe. 2001. « Left-side Dominance for Song Discrimination in Bengalese Finches (Lonchura striata var. domestica) ». Animal Cognition, 4 : 241-245.

Oller, D. K. et Griebel U. 2008 (sous presse). Contextual Flexibility in Animal Communication. Vienna Series in Theoretical Biology, MIT Press.

Pepperberg, I. M. 1985. «Social Modeling Theory: A Possible Framework for Avian Vocal Learning». Auk, 102: 854-864.

Poirier, C., Henry, L., Mathelier, M., Lumineau, S., Cousillas, H. et M. Hausberger. 2004 « Direct Social Contacts Override Auditory Information in the Song-learning Process in Starlings (Sturnus vulgaris) ». Journal of Comparative Psychology, 118 : 179-93.

Posner, M. I. et M. K. Rothbart. 1998. « Attention, Self Regulation and Consciousness ». Philosophical Transactions of the Royal Society of London. Series R, Biological Sciences, 353 : 1915-1927.

Puel, J.-L., Bonfils, P. et R. Pujol. 1988. « Selective Attention Modifies the Active Micromechanical Properties of the Cochlea ». Brain Research, 447 : 380-383.

Serniclaes, W. et F. Schepers. 2002. « Évaluation des performances de l’enfant implanté à l’aide de mesures de production de la parole et autres compléments du TEPPP ». Actes de l’Atelier GEORRIC.

Seyfarth, R. L. et D. L. Cheney. 1997. « Some General Features of Vocal Development in Nonhuman Primates ». In C. T. Snowdon et M. Hausberger (Eds), Social Influences on Vocal Development. Cambridge, Cambridge University Press : 249-273.

Simon, P., Schepers, F., Renglet, T., Ligny, C., Mansbach, A. L., Leybaert, J., Deltenre, P., Hassid, S. et W. Serniclaes. 2002. « Phoneme Production as an Index in Speech Communication ». Proc. 6th European Symposium on Paediatric Cochlear Implantation, Las Palmas.

Snowdon, C. T. et M. Hausberger. 1997. Social Influences on Vocal Development. Cambridge, Cambridge University Press.

Vandell, D. L. et L. B. George. 1981. « Social Interaction in Hearing and Deaf Preschoolers : Successes and Failures in Initiations ». Child Development, 52 : 627-635.

Verlaeten, M. 1985. « Approche de la communication entre enfants déficients auditifs et enfants entendants lors d’activités libres en classe maternelle ». Revue belge de psychologie et pédagogie, 47 : 27-33.

Zhang, L. I., Bao, S. et M. M. Merzenich. 2001. « Persistent and Specific Influences of Early Acoustic Environments on Primary Auditory Cortex ». Nature Neuroscience, 4 : 1123-1130.

Table des illustrations

Légende Figure 4 – Résultats comportementaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site