Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cognition réparée ?

 | 
Roland Jouvent
, 
Georges Chapouthier

Contribution des recherches en psychopharmacologie à la compréhension du fonctionnement de la mémoire normale et pathologique : effets d’une molécule amnésiante sur le phénomène du « mot sur le bout de la langue »

Elisabeth Bacon

Résumé

Les benzodiazépines, qui induisent des amnésies transitoires, peuvent être utilisées comme outils pour explorer les mécanismes de la mémoire, normale ou pathologique. Avec le lorazépam, notamment, on peut provoquer expérimentalement une amnésie soit temporaire (dans le cas de la mémoire épisodique), soit réversible (pour la mémoire sémantique). Nous avons étudié les effets du lorazépam sur un trouble de mémoire banal qui affecte occasionnellement les sujets sains : « le mot sur le bout de la langue » (MBL). Cette situation cognitive très particulière est caractérisée par une dissociation entre l’état cognitif, c’est-à-dire l’incapacité à produire une information connue, et l’état métacognitif à savoir la conviction intense de connaître néanmoins cette information. Avec un questionnaire de culture générale, nous avons pu observer que le lorazépam augmente la fréquence de la dissociation temporelle entre la composante cognitive et celle du ressenti subjectif, du processus du mot sur le bout de la langue. En effet, les sujets sous lorazépam sont plus fréquemment dans la situation dite de « MBL substitution » : il y a inaccessibilité transitoire d’une information connue, production d’un mot proche de la bonne réponse, mais sans que les sujets ressentent l’imminence de la récupération de la bonne réponse. Les sujets produisent donc une réponse incorrecte et ne ressentent l’expérience subjective du mot sur le bout de la langue qu’après avoir été informés de leur erreur. L’effet anxiolytique et anticonflit de la benzodiazépine semble précisément impliqué dans la façon dont les sujets ressentent (ou ne ressentent pas) le conflit entre l’incapacité provisoire d’accéder à une information en mémoire et la perception intense et aiguë de l’existence de cette information. Cette illusion sémantique pourrait constituer une des explications à la perturbation de la mémoire sémantique sous l’effet du lorazépam. Elle pourrait aussi être à l’origine d’un certain nombre de troubles de mémoire observés dans les amnésies organiques.

Texte intégral

« Éperdue, lointaine, elle essayait, l’œil fixé sur rien, étincelante, de faire venir à elle dans le silence le mot qu’elle avait sur le bout de la langue. Nous étions nous-mêmes sur le bord de ses lèvres. Nous étions aux aguets, comme elle. Nous l’aidions de notre silence — de toute la force de notre silence. Nous savions qu’elle allait faire revenir le mot perdu, le mot qui la désespérait. Elle hélait, hallucinée, sa masse vacillant dans l’air. Et son visage s’épanouissait. Elle le retrouvait : elle le prononçait comme une merveille. C’était une merveille. Tout mot retrouvé est une merveille. »
Pascal Quignard

1Qui n’a jamais éprouvé cette sensation frustrante de ne pouvoir retrouver le mot exact à l’instant souhaité ? Oubli on ne peut plus commun, et pourtant révélateur de la conscience qu’a chacun de sa propre mémoire. Et si, pour décrypter ce type de phénomène, on faisait appel à des molécules fort communes, les benzodiazépines, ces outils de l’oubli ? En effet, le lorazépam, une benzodiazépine, provoque des perturbations antérogrades de la mémoire qui sont à présent bien connues (Vidailhet, 2004). Ce qu’on sait moins, en revanche, c’est que cette molécule peut affecter aussi, de manière temporaire et réversible, la récupération d’informations connues depuis longtemps, notamment celles qui sont reliées à nos connaissances et notre culture générale, en d’autres termes, la mémoire sémantique (Bacon et al., 1998 ; Izaute et al., 2004). L’étude de ces effets peut contribuer à une meilleure compréhension du fonctionnement de la mémoire, normale ou pathologique.

Des molécules comme outil pour explorer la mémoire

2Nos connaissances actuelles sur la mémoire résultent de recherches menées sur différentes populations. La manière la plus classique d’étudier la mémoire porte sur des sujets sains et permet de mettre en évidence des notions fondamentales, partagées par tous. Un autre courant de recherches se base sur l’étude de personnes souffrant de pathologies de la mémoire, suite à un choc traumatique, ou de patients atteints de la maladie d’Alzheimer par exemple. Cependant, l’étude des cas pathologiques pose problème car la nature ou l’étendue des lésions peut parfois grandement différer d’un sujet à l’autre. Certains médicaments, comme les benzodiazépines, susceptibles de provoquer des épisodes d’amnésie de courte durée et totalement réversibles, se révèlent des outils intéressants pour mettre en évidence les principes de fonctionnement de la mémoire (encadrés 1 et 2).

Encadré 1 — Les benzodiazépines
Depuis l’arrivée du Librium (ND) en 1960, les benzodiazépines, molécules de synthèse, ont fait une entrée remarquée dans la pharmacopée. Elles sont utilisées pour quatre grandes propriétés : leur effet anxiolytique, anticonvulsivant, myorelaxant et hypnotique. Ce sont les médicaments les plus consommés dans le monde occidental.

3En effet, celles-ci peuvent entraîner des modifications spécifiques de certains aspects particuliers du fonctionnement de la mémoire, cependant que les autres fonctions sont préservées. Le lorazépam (ND : Témesta), notamment, a fait l’objet de nombreuses études. En effet, il présente par rapport aux autres molécules de cette famille l’avantage de ne pas posséder de métabolites actifs. Avec le lorazépam, nous sommes en mesure de provoquer expérimentalement une amnésie de durée limitée (dans le cas de la mémoire épisodique) ou réversible (pour la mémoire sémantique). En outre, le nombre de sujets pouvant participer aux études pharmacologiques est en théorie illimité. Le recours aux benzodiazépines ne permet pas seulement d’ajouter un type donné de déficit de mémoire à la liste de ceux déjà répertoriés : leur utilisation rend aussi possible l’investigation de certains processus de mémoire et l’obtention d’informations inaccessibles avec des sujets normaux ou malades (Danion, 1994). Le fait de pouvoir correctement localiser les étapes et les processus perturbés par le médicament fournit une opportunité irremplaçable d’augmenter nos connaissances sur le fonctionnement de la mémoire et de mettre à l’épreuve les diverses théories avancées par les chercheurs pour expliquer son fonctionnement.

Encadré 2 — Mémoire et benzodiazépines
La mémoire se subdivise en mémoire à court terme et mémoire à long terme. La mémoire à court terme conserve l’information entre trente secondes et deux minutes. Au sein de la mémoire à long terme, on distingue la mémoire sémantique (mémoire des connaissances générales qui renferme notre culture générale, notre langage, nos règles et nos concepts), la mémoire procédurale (la mémoire d’un savoir-faire) et la mémoire épisodique (mémoire des épisodes que nous avons vécus, ou des événements autobiographiques). C’est essentiellement la mémoire épisodique que perturbent les benzodiazépines. Toutes peuvent provoquer des amnésies antérogrades : le sujet oublie tous les événements consécutifs à la prise du médicament, durant un laps de temps de quelques heures. Ces effets cessent lorsque le médicament est éliminé de l’organisme, ce qui signifie qu’il n’a pas de conséquences permanentes sur la mémoire.

Le mot sur le bout de la langue : une « microamnésie » transitoire et banale

4Le mot sur le bout de la langue (MBL) est une expérience banale, qui arrive par surprise. Parmi 51 langues examinées par Bennett Schwartz, de l’université de Floride (Schwartz, 1999), 45 emploient une expression où la métaphore de la « langue » est utilisée pour exprimer la sensation de ne pas arriver à retrouver un mot pourtant ressenti comme sur le point d’être accessible. La plupart du temps, on arrive à « résoudre » le MBL, c’est-à-dire qu’on retrouve par la suite le mot manquant. Avec l’âge, les MBL ont tendance à survenir plus fréquemment, mais la résolution des MBL reste la même, les sujets plus âgés mettant simplement plus de temps à retrouver le mot manquant. D’après Roger Brown et David Mc Neil (1966), les signes accompagnant l’expérience du mot sur le bout de la langue sont reconnaissables entre mille : « Il nous met dans un état de léger tourment, un peu comme lorsqu’on est sur le point d’éternuer, et lorsqu’enfin on trouve le mot, on ressent un soulagement considérable ». Le MBL peut être considéré comme une microamnésie : en effet, sur le moment on ne retrouve pas le mot désiré, que l’on connaît pourtant. Mais cette microamnésie est transitoire et réversible : dans 89 à 95 % des cas, la bonne réponse affleure à notre conscience après un intervalle de temps qui varie entre quelques secondes et une semaine.

la mémoire retient l’oubli

5C’est ce qu’affirme Saint Augustin dans ses Confessions : « À partir d’un fragment conservé, on cherche le reste. (…) Sont présents à la fois la mémoire — par laquelle je me souviens - et l’oubli, dont je me souviens. (…) La mémoire retient l’oubli ». Depuis que John Flavell a introduit le terme de métamémoire, en 1971, les psychologues expérimentaux désignent par ce terme les capacités introspectives dont dispose l’homme sur son propre savoir. La métamémoire concerne les croyances et les connaissances de chacun sur sa propre mémoire. Par exemple, la sensation d’avoir le mot sur le bout de la langue, que chacun a expérimenté dans son existence, est bien l’expression d’une croyance ou d’une connaissance sur sa propre mémoire. On a le sentiment aigu de connaître une information qui sur le moment nous échappe. Or, et ce n’est pas une lapalissade, comment peut-on être si sûr de savoir quelque chose alors que, justement, sur le moment, on l’ignore ? C’est ce qu’ont exploré les psychologues expérimentaux pour finalement se rendre compte que ces jugements, apparemment subjectifs, sont en effet un bon reflet de notre savoir. En d’autres termes, chez le sujet normal, ces jugements portés sur ce que l’on sait — ou sur ce que l’on ne sait pas — permettent de prédire avec une exactitude supérieure au hasard les performances de notre mémoire (Chambres et al., 2003). Toutefois, ces évaluations ne sont pas toujours correctes. Une des tâches du chercheur est de déterminer dans quel contexte les évaluations métamnésiques permettent de prédire correctement la performance de mémoire.

Les leçons de l’expérience : la mémoire peut oublier l’oubli

6Quelle peut être la qualité de ce savoir sur le savoir lorsque la mémoire elle-même a des failles, et en particulier sous l’effet des benzodiazépines ? Les observations cliniques tendent à montrer que les sujets sous benzodiazépine ne semblent pas conscients de leurs problèmes de mémoire. Nous avons mis en œuvre un protocole clinique pour vérifier expérimentalement l’existence de troubles de la métamémoire sous l’effet du lorazépam (Bacon et al., 1998). Nous avons posé aux sujets des questions de culture générale, plus ou moins difficiles (« Quel est le numéro du matricule de James Bond ? » ; « Que signifie en français le titre du journal PRAVDA ? », etc.). Les participants avaient le choix de répondre ou de s’abstenir de produire une réponse, et il leur était recommandé d’éviter de répondre au hasard. Lorsqu’ils fournissaient une réponse, on leur demandait d’estimer leur degré de confiance dans la réponse donnée, sur une échelle allant de « Je ne suis pas sûr du tout que ma réponse soit correcte » à « Je suis tout à fait sûr que cette réponse est correcte ». Nous avons alors constaté que les sujets ayant pris le lorazépam fournissaient spontanément autant de réponses que les sujets ayant simplement eu un placebo. Ils conservaient donc, malgré l’effet du médicament, un accès à un certain nombre d’informations. Toutefois, les sujets sous lorazépam fournissaient plus de réponses fausses que les témoins, signe d’une perturbation évidente de leur mémoire. De surcroît, ils attribuaient à ces réponses fausses une confiance plus élevée que les témoins, surévaluaient donc la justesse de leurs rappels faux, ce qui est révélateur d’une conscience altérée de l’état de leur savoir.

Dans quelle situation des personnes sans problème de mémoire donnent-elles parfois des réponses fausses ?

7On a vu que les sujets sous lorazépam fournissaient plus de réponses fausses que les sujets ayant simplement avalé une gélule de lactose, et que de surcroît ils surestimaient la justesse de leurs rappels faux. Or, on le sait, l’amnésie induite par ces molécules étant transitoire, il n’y avait aucune raison que les sujets aient oublié pour toujours des informations de culture générale, qu’ils connaissent souvent depuis longtemps. Nous avons donc testé à nouveau deux ans plus tard, et dans leur état normal, trois des sujets ayant été précédemment sous lorazépam : leur performance de mémoire était améliorée, tandis que celle d’un participant sous placebo n’avait pas varié entre-temps. La question qui se posait dès lors était : pourquoi ces réponses fausses viennent-elles à l’esprit des sujets sous l’effet du médicament ? Pourquoi ne les ont-ils pas éliminées ? Et pourquoi sont-ils si confiants dans l’exactitude de ces réponses ?

8Nous nous sommes alors demandé dans quelle situation des personnes ne souffrant pas de problèmes de mémoire particuliers fournissaient parfois une réponse fausse (Bacon et al., 2006). Nous avons considéré que cet événement arrive effectivement parfois lorsque l’on se trouve dans la situation d’avoir « le mot sur le bout de la langue » (MBL). Dans ces cas-là, souvent, c’est un mot différent de la bonne réponse qui arrive à notre conscience, mot dont on sait, avec une conviction intense, que ce n’est pas le bon. On a par ailleurs l’impression que ce mot-écran bloque la récupération de la bonne réponse.

Le mot sur le bout de la langue  : pas seulement une sensation subjective anecdotique mais une fenêtre ouverte sur les processus cognitifs et un sujet pertinent d’investigation pour des chercheurs de tous horizons

9Avoir le mot sur le bout Je la langue est une expression commune, utilisée pour décrire une sensation commune. Nous l’employons lorsque nous nous jugeons capables de récupérer un mot à un moment où, justement, nous échouons à le faire. Bennett Schwartz, chercheur en Floride, s’est demandé si cette expérience est universelle et si la métaphore de la « langue » est utilisée dans d’autres langages pour désigner cet état si particulier. Il a pu constater que parmi les cinquante et une langues qu’il a explorées, quarante-cinq d’entre elles, indo-européennes ou non, emploient effectivement une expression faisant appel à la métaphore de la « langue » pour décrire cette situation (Schwartz, 1999). Dans son échantillonnage, seuls le langage des signes américain, l’islandais, l’amharique (langage sémitique parlée en Éthiopie), deux langues africaines subsahariennes et l’indonésien n’utilisent pas cette métaphore. La façon dont la langue est mise en scène dans la métaphore peut varier légèrement, ainsi l’expression cheyenne : « je l’ai perdu sur ma langue ». La formulation la plus poétique est sans doute l’énonciation coréenne où le mot « scintille sur le bout de la langue »…

10Dans leurs tentatives de capter et de quantifier cette expérience, les scientifiques ont conservé ce même terme. Le mot sur le bout de la langue (MBL, Tip of the tongue ou TOT en anglais) intéresse les psychologues depuis la description qu’en fit, en 1890, William James dans ses Principes Je psychologie, description qui fut reprise par la suite dans de nombreux articles et manuels (voir encadré 3).

Encadré 3 — Dans ses Principes de psychologie (1890), William James a donné une description remarquable du « mot sur le bout de la langue » :
« Nous cherchons un mot en mémoire. L’état de notre conscience est bizarre. Il y a un trou quelque part. (…) Mais c’est une brèche intensément active. Elle contient une sorte de fantôme du mot, qui nous fait signe pour nous emmener dans une certaine direction, qui par moment nous chatouille avec l’impression d’être tout près du but, et à d’autres nous laisse sombrer encore plus profondément dans notre ignorance sans nous donner le mot tant désiré. Si des mots incorrects se présentent, cette brèche, singulièrement bien ancrée, entre en action pour refuser ces mots. Ils ne rentrent pas dans le moule. »

11Pourtant, ce n’est que depuis la publication en 1966 de l’article de Roger Brown et David Mc Neil (1966), chercheurs à Harvard, que le MBL est devenu un véritable sujet de recherche. Les phénomènes sous-tendant le « mot sur le bout de la langue » se trouvent à l’intersection des théories de la mémoire, du langage et de la métacognition, et remplissent désormais des livres entiers (Schwartz, 2002). De nombreuses hypothèses explicatives du MBL ont été avancées, qui font encore actuellement l’objet de controverses entre chercheurs (Schwartz, 2002). Deux d’entre elles ont alimenté notre réflexion à propos des fausses réponses fournies par les sujets sous benzodiazépines en mémoire sémantique.

12Selon l’hypothèse du blocage ou de l’activation partielle, qui relève de la psycholinguistique, la récupération de la bonne réponse est inhibée par le ou les mots-écran (ou bloqueurs), mais ces mots-écran sont reconnus comme étant incorrects (Harley et Bown, 1998). Une fois l’inhibition levée, par une modification des indices récupérés ou par l’élimination du bloqueur, le MBL est résolu. Dans cette hypothèse, les erreurs sont à l’origine du MBL : c’est parce qu’on récupère le mot-écran qu’on déclare avoir le mot sur le bout de la langue.

13L’idée maîtresse de l’approche métacognitive est que l’impression phénoménologique (le ressenti du sujet) est provoquée par un processus différent de celui mis en œuvre pour la recherche en mémoire. Un processus serait à l’origine du MBL et un autre à l’origine de la récupération. L’approche métacognitive met l’accent sur le jugement, la conviction que la bonne réponse est sur le point d’émerger à la conscience. La question entraînerait l’activation de tout un ensemble d’informations ayant un rapport avec le mot recherché et exerçant deux effets contradictoires : elles gêneraient l’accès à l’information correcte tout en augmentant en même temps la conviction subjective que la bonne réponse va émerger, puisqu’on dispose de beaucoup d’informations la concernant (Koriat et Lieblich, 1974 ; Koriat, 1998).

Approche psycholinguistique vs approche métacognitive des MBL

14Les psycholinguistes et les chercheurs en métacognition ont des points de vue différents sur le phénomène du « mot sur le bout de la langue ». Pour les psycholinguistes, le MBL ouvre une fenêtre sur l’échec d’un processus de récupération lexicale. De ce fait, il ne s’accompagne pas forcément d’une sensation caractéristique. Étudier le MBL permet d’obtenir des informations sur les processus de récupération des mots. Selon le point de vue métacognitif, les MBL constituent des expériences subjectives au cours desquelles nous sommes sûrs de connaître quelque chose que nous ne pouvons rappeler pour le moment. Étudier les MBL nous informe sur la métacognition. Des résultats d’études menées en IRMf semblaient devoir apporter de leur côté un jour nouveau sur la question. Partant des hypothèses de Bennett Schwartz (2002, 2005) — les MBL sont le résultat d’activations insuffisantes des entrées lexicales —, on pouvait s’attendre à observer une activité neuronale dans des zones comme le cortex temporal gauche ou d’autres zones cérébrales reliées au langage. Si, en revanche, les MBL étaient de l’ordre de la métacognition, alors on devait observer une activation dans le cortex préfrontal. Maril et al. (2001,2005) et Kikto et al. (2001), qui ont exploré L’IRMf des MBL chez des sujets sains, ont observé des activations dans le cortex préfrontal (le cortex préfrontal dorsolatéral gauche) et la zone cingulaire antérieure. Les MBL activent donc les zones cérébrales prédites par la théorie métacognitive et non par la théorie psycholinguistique. Mais la survenue de MBL s’accompagne aussi d’activations de la zone cingulaire antérieure, laquelle est impliquée à la fois dans l’enregistrement de la surprise (qui peut être assimilée à l’évaluation métacognitive) et de la motivation (qui peut être associée au contrôle), tout en étant également impliquée dans la phonologie. Le débat reste donc toujours ouvert…

Lorazépam et mot sur le bout de la langue ? Hypothèse de travail

15Se pourrait-il que la benzodiazépine entraîne une dissociation entre les aspects cognitifs et métacognitifs du « mot sur le bout de la langue » ? La situation cognitive serait la suivante : le sujet produit un mot, mais un mot incorrect. On retrouverait là le « mot-écran ». Le « mot-écran » est en général proche du mot recherché : soit le mot-écran ou des éléments de ce mot se rapprochent phonétiquement du mot recherché, soit ce mot en est proche sémantiquement, c’est-à-dire qu’il fait partie d’un même ensemble de connaissances que la bonne réponse qui fait provisoirement défaut (Harley et Bown, 1998 ; Burke et al., 1991). L’analyse linguistique des réponses a montré que les réponses fausses fournies par les sujets sous lorazépam obéissaient aux mêmes critères. Toutefois, la situation phénoménologique, c’est-à-dire le ressenti de ces sujets, différait souvent de celui des sujets sous placebo (voir encadré 4).

Encadré 4 – La phénoménologie du « mot sur le bout de la langue »
La phénoménologie recouvre le vécu subjectif du sujet. Trois sensations sont caractéristiques de l’état MBL :
* L’intensité : le sentiment de connaître la réponse qui nous échappe est extrêmement intense.
* Le sens de l’imminence du rappel : on se sent sur le point de retrouver la réponse d’un instant à l’autre.
* L’émotion : un MBL. entraîne un état de frustration intense
Les méthodes de la psychologie expérimentale permettent d’explorer ces trois aspects du MBL. Les benzodiazépines ayant un effet sur l’émotion, on peut imaginer qu’elles puissent intervenir dans les événements cognitifs et phénoménologiques du MBL.

16Les sujets sous lorazépam ne ressentaient pas de MBL., et la confiance qu’ils exprimaient dans leurs réponses fausses était supérieure à celle exprimée par les sujets sous placebo vis-à-vis de leurs réponses incorrectes. On pourrait dès lors imaginer que l’indice de confiance du sujet sous médicament à l’égard de ses mauvaises réponses est équivalent à celui qu’il aurait attribué à ses bonnes réponses, conservées quelque part en mémoire mais auxquelles il n’a provisoirement pas accès. Il y aurait dissociation entre le processus cognitif — la production d’un mot-écran et le phénomène métacognitif, l’impression subjective de « mot sur le bout de la langue ». De l’hypothèse psycholinguistique du blocage, nous gardons l’idée que le mot-écran bloque l’accès à la bonne réponse. Pour les psycholinguistes, un MBL sans ressentir la sensation de MBL. (sa phénoménologie) est tout à fait possible. Des théories métacognitives, nous faisons nôtre l’opinion selon laquelle le MBL est provoqué par un autre processus que celui mis en œuvre pour la recherche en mémoire. On est donc autorisé à imaginer que les deux processus, le cognitif et le métacognitif, puissent être différemment perturbés par une molécule affectant la mémoire.

Comment organiser l’approche expérimentale d’une expérience apparemment subjective comme « avoir le mot sur le bout de la langue » ? mise en œuvre d’une approche pluridisciplinaire

17La consultation de journaux de bord tenus à cet effet permet d’obtenir des informations sur la survenue de ce phénomène dans un environnement naturel. On sait ainsi que cette sensation survient au moins une fois par semaine, qu’elle est plus fréquente au fur et à mesure qu’on vieillit. 89 à 96 % des MBL survenant naturellement sont résolus, c’est-à-dire que le mot manquant revient à l’esprit, et très souvent de manière inattendue.

18Peut-on, en laboratoire, saisir ces instants si particuliers — voire les provoquer — et en déterminer les caractéristiques ? Depuis Robert Brown et David Mc Neil (1966), qui furent les premiers à mettre au point un protocole expérimental pour tester le « mot sur le bout de la langue », un certain nombre de chercheurs se sont intéressés à la question. Bennett Schwartz, en particulier, a proposé un modèle expérimental permettant d’explorer, entre autres, ce qu’il a appelé des MBL substitution : quand les sujets donnaient une réponse fausse à une question de culture générale, il leur demandait après qu’ils aient produit cette erreur : « Votre réponse est fausse, maintenant que vous le savez, est-ce que vous avez le sentiment d’avoir le mot sur le bout de la langue ? » (Schwartz et al., 2000). Il a constaté que, dans un certain nombre de cas, le fait de donner cet indice mettait effectivement les sujets dans l’état d’avoir le « mot sur le bout de la langue ». En outre, ces MBL substitution avaient toutes les autres propriétés des « MBL omission » (quand le sujet a le mot sur le bout de la langue, mais n’est pas capable de produire une réponse). On retrouvait notamment le fait que, suite à un MBL substitution, les sujets retrouvaient plus facilement la bonne réponse que quand ils déclaraient ne pas ressentir de MBL. Or, c’est justement ce type de situation que nous avons suspecté d’arriver plus fréquemment chez les sujets sous lorazépam : ils seraient provisoirement dans l’état cognitif du MBL, c’est-à-dire dans l’incapacité provisoire de produire une information connue, avec présent à l’esprit un mot incorrect mais en rapport avec la bonne réponse, le mot-écran. Les sujets ne ressentiraient pas spontanément la phénoménologie, c’est-à-dire cette sensation de frustration et d’imminence de la réponse : en l’absence de la sensation métacognitive appropriée, les sujets donneraient donc de bonne foi le mot-écran en guise de bonne réponse. Cela permettrait d’expliquer pourquoi, sous l’effet du lorazépam, des sujets de niveau de culture équivalent donnent le même nombre de réponses, mais plus de réponses fausses, que ceux qui ont reçu un placebo à un ensemble de questions de culture générale.

Exploration des MBL omission et substitution sous l’effet du lorazépam

19Nous avons donc testé cette hypothèse avec le lorazépam (Bacon et al., 2002). Un questionnaire de cent questions a été présenté aux participants de l’étude, des sujets sains sous lorazépam ou sous placebo (selon une procédure en double aveugle). Si une personne n’avait pas de réponse à proposer, ou si elle fournissait une réponse incorrecte, on lui demandait de dire si elle était dans un état « mot sur le bout de la langue ». Au départ, nous avions prédit que les sujets sous lorazépam fourniraient plus de réponses fausses aux questions. Nous avions également postulé que si l’on aidait une personne sous lorazépam à prendre conscience qu’elle avait donné un mot incorrect, elle devait ressentir un « mot sur le bout de la langue ». Mais il nous était difficile de prédire si le processus du « mot sur le bout de la langue » allait être profondément altéré par le médicament. Les étapes suivantes du protocole expérimental devaient nous permettre d’obtenir les informations complémentaires nécessaires pour confirmer que les MBL substitution ressentis sous l’effet de la benzodiazépine étaient les mêmes que ceux que peuvent expérimenter des sujets dans la vie de tous les jours. Nous avons ainsi notamment vérifié la capacité de résolution du MBL.

20Les résultats ont confirmé notre attente : les sujets sous lorazépam ont en effet produit cette fois encore autant de réponses que les sujets sous placebo, mais avec plus de réponses fausses. Si l’on comptabilise le nombre de fois où les sujets ont déclaré avoir « le mot sur le bout de la langue », on constate que les deux groupes ont donné un nombre similaire de MBL omission (en cas d’absence de réponse). Cependant, le groupe de sujets sous lorazépam a présenté 29 cas supplémentaires de MBL substitution (les sujets ont ressenti le MBL seulement après avoir été informés qu’ils avaient donné une réponse fausse). L’examen ultérieur des propriétés mnésiques et métamnésiques de ces MBL substitution a révélé que ceux ressentis sous l’effet du lorazépam étaient en tout point similaires à ceux ressentis sous placebo et dans la vie quotidienne. C’est ainsi que la restitution des réponses aux questions ayant été à l’origine de MBL s’est révélée meilleure que lors des situations non-MBL, ou que, suite à un MBL, les sujets ont exprimé le sentiment de connaître la réponse de manière plus intense que pour les questions qui n’ont pas entraîné la sensation MBL, etc. Nous avons également constaté que la nature des réponses incorrectes produites lors d’un MBL substitution sous Lorazépam en faisait des mots-écran parfaitement plausibles.

Des réponses qui amènent de nouvelles questions : existerait-il dans certaines situations une régulation émotionnelle de la mémoire ?

21La différence entre MBL substitution lors de la prise d’un placebo ou du lorazépam est donc uniquement quantitative, cette situation étant plus fréquente sous l’effet de la benzodiazépine. Le MBL substitution est une sorte de « microamnésie », temporaire et réversible, phénomène courant chez les sujets normaux mais accentué sous l’effet du lorazépam. Cette fréquence plus élevée de MBL substitution expliquerait en partie pourquoi les sujets sous médicament ont donné plus de réponses fausses, tout en connaissant par ailleurs les réponses exactes aux questions posées. Sous l’emprise du lorazépam, les participants seraient plus volontiers sujets à ces petits troubles de mémoire « naturels » et transitoires. Cette observation entraîne un certain nombre d’observations. D’un point de vue général, l’existence de MBL substitution montre que la conscience n’est pas nécessairement le miroir du processus mnésique en cours, ou en tout cas n’agit pas forcément simultanément au processus cognitif. Par ailleurs, le MBL est une situation conflictuelle s’accompagnant d’états émotifs comme la frustration ou un léger tourment, pour reprendre les termes de Brown et Mac Neil (1966). Or, les benzodiazépines étant des anxiolytiques qui ont un effet sur l’émotion et des effets anticonflit (Kleven et Koek, 1999), et le lorazépam entraînant plus de MBL substitution — c’est-à-dire d’erreurs sur des informations connues — sans que soit ressenti l’état émotif du MBL spontané, on en déduit que cette absence de conflit et d’émotion qui due à l’effet anticonflit et anxiolytique du lorazépam est n’a de ce fait pas permis aux sujets de détecter leur erreur ! Cette régulation émotionnelle du conflit constitué par le MBL s’est opérée au prix d’une erreur de mémoire, et la benzodiazépine aurait ainsi réalisé une régulation contre-productive de l’émotion. Il est toutefois intéressant de constater que le feedback permet aux sujets sous lorazépam de récupérer les sensations subjectives et de retrouver par la suite la réponse correcte d’un MBL.

Conclusion et perspectives

22Nous avons donc confirmé que le lorazépam perturbe les mécanismes d’inhibition cognitive des réponses non pertinentes et place plus fréquemment les sujets qui en ont consommé dans des situations, par ailleurs naturelles, de microamnésies temporaires comme le « mot sur le bout de la langue ». Nous avons aussi pu observer que le lorazépam augmente la fréquence de la dissociation temporelle entre la composante cognitive et celle du ressenti subjectif du processus du « mot sur le bout de la langue », les sujets sous lorazépam présentant plus fréquemment la situation dite de « MBL substitution » au cours de laquelle il y a inaccessibilité transitoire d’une information connue, production d’un mot proche de la bonne réponse, mais sans que les sujets ressentent l’imminence de la récupération de la bonne réponse. D’un point de vue fondamental, nous avons démontré que la conscience n’est pas forcément simultanée au processus cognitif correspondant. L’effet anxiolytique et anticonflit de la benzodiazépine semble précisément impliqué dans la façon dont les sujets ressentent (ou ne ressentent pas) le conflit entre l’incapacité provisoire d’accéder à une information en mémoire et la perception intense et aiguë de l’existence de cette information. Cette illusion sémantique pourrait constituer une des explications à la perturbation de la mémoire sémantique sous l’effet du lorazépam. Nous avons aussi pu augmenter expérimentalement la fréquence des « mots sur le bout de la langue », sans en modifier les qualités cognitives et métacognitives. L’utilisation du lorazépam comme outil cognitif pourrait donc intéresser les chercheurs — linguistes, métacognitivistes, spécialistes du vieillissement, etc. — qui cherchent à approfondir notre connaissance de ce phénomène. Les résultats de cette recherche ont également des implications pratiques, en anesthésie d’abord, mais aussi pour l’accompagnement des personnes consommant quotidiennement ces médicaments, sachant que les effets des benzodiazépines sur la mémoire ne disparaissent pas totalement avec la répétition des prises. En outre, ils croisent les préoccupations des chercheurs en psychiatrie et dans le domaine du vieillissement, ces types très particuliers de perturbations de la mémoire pouvant être à l’origine d’un certain nombre de troubles de mémoire observés dans diverses situations les concernant.

Des mémoires vides aux mémoires présentes mais fausses

23On a vu qu’une sensation aussi banale que d’« avoir le mot sur le bout de la langue » possède une signification concrète en termes de mécanismes de fonctionnement de la mémoire. En outre, la psychologie expérimentale dispose de protocoles permettant l’approche expérimentale, scientifique, de cette sensation apparemment totalement subjective. Le plus intéressant dans le comportement des sujets sous benzodiazépines lorsqu’on explore leurs connaissances générales, c’est que la mémoire est présente, mais incorrecte. Le sujet ne dit pas « je ne sais pas », il donne une réponse fausse. On peut imaginer que cette dissociation entre le processus cognitif et métacognitif du MBL puisse exister également dans certaines psychopathologies accompagnées de troubles de mémoire. Nous avons notamment entrepris d’explorer cette hypothèse auprès de patients schizophrènes.

24Il existe d’autres manières par lesquelles la mémoire peut nous induire en erreur. On observe ainsi des distorsions de la mémoire épisodique, sous la forme de ce que l’on appelle les faux souvenirs : dans certaines conditions, un sujet peut avoir la ferme conviction de se rappeler un mot qu’il n’a en fait jamais appris, ou un événement qu’il n’a jamais vécu. D’autres fausses remémorations sont observées au cours de certaines amnésies, comme la maladie d’Alzheimer, à l’occasion desquelles on surprend parfois les patients à confabuler (Schacter et al., 1998). La confabulation est une sorte de « mensonge honnête » qui ne laisse pas d’intriguer les chercheurs. Les patients produisent des informations fausses mais « sans l’intention de tromper ». La confabulation peut aller de la légère distorsion de la vérité jusqu’à des scénarios très bizarres que les patients racontent lorsqu’ils décrivent leur histoire personnelle ou l’histoire de leur famille.

25La plus grande partie des connaissances dont on dispose sur les distorsions de la mémoire ne peut encore être classée ou comprise sans ambiguïté. En articulant les diverses hypothèses concernant les causes et les processus de ces distorsions, nous parviendrons peut-être à en débrouiller les mécanismes. L’utilisation des benzodiazépines contribuera sans doute à une meilleure connaissance du fonctionnement de la mémoire normale et pathologique.

Bibliographie

Références Bibliographiques

Bacon, E., Danion, J.-M., Kauffmann-Muller, F., Schelstraete, M. A., Bruant, A., Sellal, F. et D. Grange. 1998. « Confidence Level and Feeling of Knowing for Episodic and Semantic Memory : An Investigation of Lorazépam Effects on Metamemory ». Psychopharmacology, 138 : 318-325.

Bacon, E., Schwartz, B., Paire-Ficout, L. et M. Izaute. 2007. « Dissociation between the Cognitive Process and the Phenomenological Experience of the TOT : Effect of the Anxiolytic Drug Lorazépam on TOT States ». Consciousness & Cognition, 2 : 360-373.

Bacon, E., Paire-Ficout, L. et M. Izaute. 2006. « Je l’ai sur le bout de la langue ». Les dossiers de La Recherche, 22 : 72-77.

Brown, R. et D. Mc Neil. 1966. « The “Tip of the Tongue Experience” ». Psychological Bulletin, 1090 : 339-47.

Burice, D. M., MacKay, D. G., Worthley, J. S. et E. Wade. 1991. « On the Tip of the Tongue : What Causes Word Finding Failures in Young and Older Adults ? ». Journal of Memory and Language, 30 : 542-579.

Chambres, P., Izaute, M. et P. Marescaux (éds). 2002. Metacognition : Process, Function and Use. Dordrecht, Kluwer academic publishers.

Danion, J.-M. 1994. «Drugs as Tools for Investigating Memory». European Neuropsychopharmacology, 4: 179-180.

Flavell, J. H. 1971. «What is Memory Development the Development of?». Human Development, 14: 272-278.

Harley, T. A. et H. E. Bown. 1998. « What Causes a Tip-of-the-Tongue State ? Evidence for Lexical Neighbourhood Effects in Speech Production ». British Journal of Psychology, 89 : 151-174.

Izaute, M., Pairc-Ficout, L. et E. Bacon. 2004. « Benzodiazepines and Semantic Memory : Effects of Lorazépam on the Moses Illusion ». Psychopharmacology, 172 : 309-1 S.

James, W. 1890. The Principles of Psychology : vol 1. New York, Holt.

Kikyo, H., Ohki, K. et K. Sekihara. 2001. « Temporal Characterization of Memory Retrieval Processes : An fMRI study of the “Tip of the Tongue” Phenomenon ». European Journal of Neurosciences, 14 : 887-92.

Kleven, M. S. et W. Koek. 1999. « Effects of Benzodiazepine Agonists on Punished Responding in Pigeons and their Relationship with Clinical Doses in Humans”. Psychopharmacology, 141 : 206-12.

Koriat, A. et I. Lieblich. 1974. « What does a Person in a “TOT State” Know that a Person in a “Don’t Know State” doesn’t Know ? ». Memory and Cognition, 2 : 647-655.

Koriat, A. 1998. « Illusions of Knowing : The Link between Knowledge and Metaknowledge ». In V. Y. Yzerbyt, G. Lories et B. Dardenne (éds), Metacognition : Cognitive and Social Dimensions. Londres, Sage publications Ltd. : 16-34.

Maril, A, Wagner, A. D. et D. L. Schacter. 2001. « On the Tip of the Tongue : An Event-Related fMRI Study of Semantic Retrieval Failure and Cognitive Conflict ». Neuron, 31 : 653-60.

Maril, A., Simons, J. S., Weaver, J. J. et D. L. Schacter. 2005. « Graded Recall Success : An Event-Related fMRI Comparison of Tip of the Tongue and Feeling of Knowing ». Neuroimage, 15 : 1130-1138.

Quignard, R 1993. Le nom sur le bout Je la langue. Paris, Editions POL.

Saint Augustin. Confessions. Cité par M. Olender. 1999. « Fiction technique et résistance théologique ». Alliage, numéro spécial « L’écrit de la science », 37-38 : 156-162.

Schacter, D., Norman, K. et W. Koustaal. 1998. « The Cognitive Neuroscience of Constructive Memory ». Annual Revue of Psychology, 49 : 289-318.

Schwartz, B. L. 1999. « Sparkling at the End of the Tongue :The Etiology of Tip-of-the-Tongue Phenomenology ». Psychonomic Bulletin and Review, 6 : 379-393.

Schwartz, B. L., Travis, D. M. et A. M. Castro. 2000. « The Phenomenology of Real and Illusory Tip-of-the-Tongue States ». Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory and Cognition, 28 : 18-27.

Schwartz, B. L. (éd.). 2002. Tip-of-the-Tongue States. Phenomenology, Mechanism, and Lexical Retrieval. Mahwah, Erlbaum.

Schwartz, B. L. et E. Bacon. Sous presse. « Metacognitive neuroscience ». In J. Dunlosky et R. Bjork (éds), A Handbook of memor and metacognition. Mahawk, Erlbaum.

Vidailhet, P 2004. « Apport des neurosciences cognitives à l’étude des effets amnésiants des benzodiazépines ». In M. Ferreri (éd.), Anxiété, anxiolytiques et troubles cognitifs. Paris, Elsevier : 95-118.

Auteur

INSERM U 666, Physiopathologie clinique et expérimentale de la schizophrénie, clinique psychiatrique, Strasbourg.
bacon@alsace.u-strasbg.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site