Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cognition réparée ?

 | 
Roland Jouvent
, 
Georges Chapouthier

Introduction

Roland Jouvent et Georges Chapouthier

Texte intégral

1Par nature interdisciplinaire, le programme Cognitique, lorsqu’il fut mis en place, avait d’emblée refusé de distinguer atteintes neurologiques et psychiatriques, en particulier en ce qui concerne la réparation des dysfonctionnements de la cognition. Rien d’étonnant au fond à cela. L’avancée des connaissances, lorsqu’elle connaît une progression importante, rend caduques les découpages disciplinaires. Si, à l’origine, les maladies du corps et de l’esprit possédaient chacune leur autonomie, si elles connurent ensuite au xixe siècle un rapprochement conduisant à la neuropsychiatrie, la déflagration de mai 1968 contribua à les isoler de nouveau. L’émergence des sciences cognitives, et d’un esprit radicalement interdisciplinaire, a fait éclater ces replis dogmatique. C’est bien là l’esprit des neurosciences cognitives, où l’émotion et la cognition constituent deux phénomènes tellement rapprochés et intriqués que leur séparation, si elle peut garder un intérêt au niveau de l’enseignement et de la pratique, n’a plus de sens au niveau de l’identification des mécanismes physiopathologiques. Leurs moyens d’investigation sont les mêmes, qu’il s’agisse de l’imagerie cérébrale, de la génétique cognitive, de la modélisation, voire de la cognition sociale.

2On verra dans cet ouvrage une illustration répétée de l’intrication de ces deux disciplines lorsqu’il s’agit de s’intéresser aux dysfonctionnements qu’elles étudient l’une et l’autre. C’est bien ici le mérite du programme Cognitique d’avoir su fédérer des communautés à l’origine isolées pour créer une nouvelle mouvance de recherche.

3On constatera, au fil des chapitres, des phénomènes de réparation remarquables sur le plan clinique, même s’ils ont encore leurs limites. Dans les troubles du langage d’abord : réorganisation de la parole après des perturbations expérimentales ou postchirurgicales des lèvres ou de la langue (Savariaux et al.) ; développement des capacités verbales après une aphasie de l’enfant, mais avec certaines séquelles dans la composante phonologique de la mémoire à court terme (Metz-Lutz). Une analyse expérimentale des dyslexies conduit en outre à compléter l’hypothèse phonologique classique par la prise en compte d’un déficit de perception catégorielle, et montre comment l’imagerie cérébrale permet de pénétrer certains mécanismes compensatoires des dyslexies (Sprenger-Charolles et Serniclaes). Une présentation des dyslexies décrit à la fois leurs multiples facettes et les techniques de remédiation, phonologiques, articulatoires ou intermodalitaires, qui peuvent être utilisées (Habib). Les troubles mnésiques peuvent également être modulés, comme le suggèrent les expériences de simulation du phénomène « mot sur le bout de la langue » sous l’action des benzodiazépines (Bacon).

4Dans le domaine de la psychiatrie et des perturbations observées chez les schizophrènes, une analyse des différents marqueurs de la vulnérabilité, génétiques ou physiologiques, est présentée par F. Thibaut. En ce qui concerne les syndromes neurodéveloppementaux, comme l’autisme ou le syndrome de Williams, la difficulté à reconnaître les visages et les stratégies adoptées par les enfants ont été analysées par C. Deruelle. Seule une meilleure connaissance des marqueurs et des stratégies cognitives utilisées dans ces diverses pathologies pourra permettre, à terme, des réhabilitations fonctionnelles efficaces. Dans le domaine des pathologies sensorielles, les troubles de la perception visuelle liés à la dégénérescence maculaire pourraient être partiellement compensés par des stratégies de réhabilitation fondées sur une meilleure utilisation des informations de la rétine périphérique, comme le montrent Fabre-Thorpe et Boucart.

5La dernière partie de l’ouvrage traite de l’importante question des modèles, en présentant deux modèles animaux et un modèle informatique. Hausberger et Gombert indiquent comment l’étude de la plasticité du chant des oiseaux peut éclairer celle du langage humain, et comment les récupérations auditives après des privations précoces chez les oiseaux, liées à des contacts sociaux, peuvent servir de modèle pour la récupération des jeunes enfants sourds prélinguaux. Un intéressant modèle de déficit d’utilisation du contexte chez le rat, et ses conséquences pour l’analyse expérimentale des psychoses délirantes chez l’homme, est proposé par Oberling et Carnicella. Fondé sur le conditionnement pavlovien, ce modèle utilise les déficits de l’utilisation d’un contexte, lesquels semblent caractéristiques des patients humains. Le modèle est en outre validé par l’utilisation d’agents cholinergiques (les mêmes qui modulent les symptômes délirants chez l’homme). Le livre se termine par un modèle de transcodage des nombres de leur forme verbale en chiffres arabes (Camos et Barrouillet). Ce modèle (ADAPT), qui peut être implémenté dans des systèmes informatiques, permet de simuler à la fois le mode de fonctionnement cérébral des enfants présentant des difficultés d’apprentissage et celui des patients cérébrolésés.

6Un ouvrage collectif entraîne nécessairement des difficultés et des bénéfices. Les difficultés, inhérentes à la conception même d’une œuvre à plusieurs voix, résident dans l’inévitable diversité des approches, des tempéraments ou des styles des différents auteurs. Dans le présent ouvrage, on a évidemment tenté de gommer ces disparités originelles pour proposer une présentation et un ton plus homogènes et plus unitaires. Mais de cette diversité dérivent aussi les avantages d’une œuvre collective : son ouverture vers des domaines de recherche différents, une riche confrontation des idées et des pratiques, une succession de modes d’expression qui laisse dans l’esprit du lecteur des traces variées et des souvenirs aux facettes multiples, même si le thème traité conserve évidemment la pertinence de son unité et que toutes les réponses des auteurs conduisent à des conclusions semblables.

7Le présent ensemble de contributions concourt à cerner, sous ses divers aspects, le problème si important de la cognition réparée, un problème qui, sur le plan philosophique, s’intègre dans le champ de la créativité technique qui fonde l’humanité de l’homme. Dans de nombreux domaines en effet, l’homme, par son activité culturelle, rejoue, à sa manière, humaine et technologique, ce que faisait avant lui la nature. Il en est ainsi de la récupération des fonctions cognitives.

8Certes la nature, à travers le fonctionnement des organismes, sait réparer des insuffisances ou des déficits nerveux variés. Mais, au fur et à mesure que s’améliore les capacités cérébrales des animaux, cette réparation devient plus difficile. Beaucoup d’invertébrés, on le sait, sont doués de capacités de régénération totale, y compris du système nerveux. Les animaux dits supérieurs et l’homme, du fait même de leur grande spécialisation intellectuelle, sont beaucoup moins favorisés dans ces capacités de régénération, laquelle n’est jamais totale. Mais ils disposent tout de même de nombreuses capacités pour suppléer, au moins partiellement, à des insuffisances ou à des manques, surtout chez l’homme quand ces capacités reçoivent l’aide de la technologie. Par sa science et par la technologie qui en découle, notre espèce est en effet capable d’aider la nature à accomplir d’étonnantes réparations des perturbations cognitives. C’est le thème du présent ouvrage.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site