Version classiqueVersion mobile

La transmission des savoirs

 | 
Paul Jorion
, 
Geneviève Dalbos

Avertissement

Texte intégral

1Le cadre de notre réflexion est la région côtière qui s’étend de Lorient au Croisic, les activités que nous avons étudiées sont la saliculture, la petite pêche et la conchyliculture. Notre recherche n’a cependant porté ni sur une région particulière ni sur des activités spécifiques. Nous voulons dire que notre étude aurait tout aussi bien pu porter sur d’autres métiers et se dérouler dans une autre région. Pour éviter tout malentendu à ce sujet, nous aurions voulu que toutes les activités et tous les lieux mentionnés soient anonymes. Ceci est malheureusement impossible pour de nombreuses raisons ; la plus évidente est que, ce faisant, nous enfreindrions les droits légitimes à la propriété intellectuelle des auteurs que nous citons. Nous soulignons cependant qu’il ne s’agit ici ni d'une monographie régionale, ni d’une monographie des activités littorales, mais d’une réflexion critique, qui s’étaye de données concrètes puisées dans les métiers de la mer que nous étudions, sur le savoir pratique et sa transmission. Et si nous parlons de transmission ce n’est jamais comme d’un processus, voire d’un dispositif, autonome dont la logique ne devrait rien aux conditions d'existence d’une population donnée, et qui se développerait indépendamment de celles de sa reproduction économique dans nos sociétés européennes contemporaines. De même nous parlons de savoirs au pluriel non par référence à la diversité des métiers observés mais en raison de la division économique des savoirs entre gens de la science, gens de l’école et gens du terrain entre lesquels s’établit un commerce inégal de connaissances.

2Certains jugeront hybride la composition des différents chapitres et incongrus ou superfétatoires certains de leurs éléments. Nous répondrons que notre positivisme militant — c’est le sens du credo de Paracelse cité en exergue — est un discours critique généraliste qui se préoccupe peu des frontières conventionnelles entre domaines spécialisés, mobilisant toutes les ressources de la connaissance humaine : des sciences naturelles à la philosophie en passant par les humanités, pour atteindre à une certaine vérité, vérité non pas transcendante bien entendu, mais historique et interactionnelle.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search