Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

Présentation des auteurs

Full text

1Soufian Al Karjousli, linguiste et islamologue, est enseignant de langue et civilisation arabes à l’école d’ingénieurs SUPELEC de Rennes. « La polysémie et le Coran » est le titre de la thèse de doctorat qu’il a soutenue en 2005. Depuis, une trentaine de publications ont vu le jour. Soufian Al Karjousli a également participé à de nombreux colloques internationaux, dans son pays natal, la Syrie, ainsi qu’en Chine, au Canada, dans les pays du Maghreb, en Égypte, en Afrique Noire et en Europe. Son cheval de bataille est le caractère pluriel de l’islam : il s’attache à montrer que, tel un caméléon, cette religion a réussi à s’adapter à différents pays et à différents lieux.

2Salah Basalamah est actuellement professeur agrégé à l’École de traduction et d’interprétation de l’université d’Ottawa. Il est l’auteur de l’ouvrage Le droit de traduire. Une politique culturelle pour la mondialisation (2009) paru aux Presses de l’université d’Ottawa. Il a également traduit en français l’ouvrage de Fred A. Reed : Images brisées sur l’histoire de l’iconoclasme en Syrie, paru en 2010 chez VLB, à Montréal. Ses domaines de recherche vont de la philosophie au droit de la traduction, en passant entre autres par le postcolonialisme, les Cultural Studies, les philosophies sociale et politique, ainsi que l’islam et les musulmans d’Occident.

3Peter Caws est depuis 1982 professeur de philosophie à l’université George Washington de Washington D. C. Auteur de livres sur la philosophie des sciences, le structuralisme, la morale, ainsi que d’une étude de l’œuvre philosophique de Jean-Paul Sartre, il s’occupe actuellement de philosophie des sciences humaines et de philosophie politique.

4Myriam de Beaulieu est depuis 2 000 interprète de conférence aux Nations-Unies, à New York. Elle fait des traductions simultanées de l’anglais vers le français et du russe vers le français. Actuellement, elle prépare en outre un doctorat en linguistique à l’université d’Orléans, sous la direction de Pierre Cadiot.

5Andrea Benvenuto est docteur en philosophie et auteur d’une thèse intitulée Qu’est-ce qu’un sourd ? De la figure au sujet philosophique. À l’Université Paris 8, elle enseigne la philosophie en langue des signes française (LSF), et co-anime un séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sur le thème de la surdité et de la langue des signes. Elle a rassemblé et présenté les textes de Bernard Mottez dans l’ouvrage Les sourds existent-ils ? Elle participe également à la chaire « participation sociale et situations de handicap » de l’INSERM-EHESP.

6Bénédicte Coste est professeur de littérature victorienne à l’université de Bourgogne, et membre de l’équipe des Études montpelliéraines du monde anglophone (EMMA). Après avoir traduit Walter Pater, elle travaille actuellement à la traduction de The Seven Lamps of Architecture de Ruskin, ce qui l’a conduite à s’intéresser à la réception française de cet auteur.

7Valérie Capdevielle-Hounieu est doctorante en langue et littérature françaises à l’université de Pau. Travaillant sur le bilinguisme et le biculturalisme de l’écrivain Jorge Semprún, elle s’est penchée sur les questions du métissage littéraire, de l’identité et du renouvellement du genre autobiographique dans la littérature contemporaine.

8Carole Chapin prépare une thèse de littérature comparée consacrée à la diffusion des théories et des idées théâtrales dans la presse européenne du xviiie siècle. Ses recherches, menées sous la co-direction de Jean-Paul Sermain et d’Alexandre Stroev, portent particulièrement sur les échanges entre la France, l’Angleterre et la Russie. Elle pratique parallèlement des activités de traduction et d’interprétariat littéraire et scientifique, en russe et en anglais.

9Jennifer K. Dick est maître de conférences à l’université de Haute-Alsace (Mulhouse) et membre de l’Institut de recherche en langues et cultures européennes (ILLE). Spécialiste de la relation entre texte et image dans la littérature contemporaine mais aussi poète, elle a traduit des poèmes et des œuvres d’auteurs contemporains comme Jérôme Mauche, Jean-Michel Espitallier, Jacques Demarcq, Philippe Beck et Albane Gellé. Elle a co-édité avec Stephanie Schwerter Transmissibility and Cultural Transfer : Dimensions of Translation in the Humanities, paru aux éditions Ibidem en 2012.

10Christophe Ippolito enseigne au Georgia Institute of Technology, à Atlanta. Il est l’auteur de Narrative Memory in Flaubert’s Works (2001) et de Poéticité de la description au dix-neuvième siècle (2012). Il est aussi l’éditeur de Lebanon : Poems of Love and War (2006), et de Résistances à la modernité dans la littérature française de 1800 à nos jours (2010). Il a publié plusieurs articles dans Contemporary French and Francophone Studies, dans Romance Studies, dans Romantisme et dans la Revue d’histoire littéraire de la France. Il fait partie de l’équipe travaillant sur le futur Dictionnaire Flaubert pour les classiques Garnier, et du centre de recherches « Écritures » de l’université de Lorraine.

11Sündüz Öztürk Kasar est professeur à l’université technique de Yildiz à Istanbul. Après ses études à l’université d’Istanbul et à l’université de Franche-Comté, elle a réalisé à l’EHESS une thèse de doctorat intitulée L’univers balzacien sous le double point de vue narratologique et sémiotique. Depuis 1994, elle enseigne au département de traduction et d’interprétation de l’université technique de Yildiz. Elle est l’auteur de livres, articles et communications publiés dans plusieurs pays et traitant de linguistique, de sémiotique et de traductologie. Elle a aussi réalisé des traductions littéraires, comme L’espace littéraire de Maurice Blanchot, S/Z de Roland Barthes et Sur la traduction de Paul Ricœur.

12Smaïl Khris, doctorant à l’EHESS, prépare une thèse intitulée Histoire sociale de la traduction dans le monde arabo-musulman, viiie-xe et xviiie-xxe siècles. Il travaille aussi comme interprète-traducteur indépendant. Auparavant, il a enseigné à l’Université d’Ottawa en tant que chargé de cours, et occupé plusieurs postes d’assistant de recherche dans cette université. Il a établi pour le compte de l’UNESCO et de l’International Association for Translation and Intercultural Studies (IATIS) un rapport de 50 pages sur le rôle de la traduction dans la promotion de la diversité linguistique et culturelle dans le monde arabe contemporain.

13Jean-René Ladmiral est maître de conférence émérite de traductologie à l’université Paris X – Nanterre. Il enseigne en outre la traduction et la traductologie à l’Institut supérieur d’interprétation et de traduction (ISIT) de Paris. En tant que traducteur, il s’est concentré sur les philosophes allemands comme Jürgen Habermas, Kant et Nietzsche. Outre ses travaux sur la philosophie allemande et la didactique des langues, ses recherches ont porté principalement sur la traduction. Il a notamment écrit Traduire : théorèmes pour la traduction, ainsi que La communication interculturelle – ce dernier ouvrage en collaboration avec Edmond Mark Lipiansky.

14Isabelle Marc, professeur au département de français de l’université Complutense de Madrid, est docteur en philologie française et traductrice éditoriale. Sa recherche est axée sur la France contemporaine, notamment sur la culture et la chanson populaires. Elle a travaillé sur le hip-hop français dans sa dimension performative, esthétique et identitaire. Elle a publié plusieurs articles et chapitres de livres sur l’esthétique et l’intertextualité des musiques actuelles et sur leur dimension transculturelle. En 2011, elle a créé un groupe de recherche sur la musique au sein du Popular Cultures Research Network (PCRN) de l’université de Leeds. Elle travaille actuellement sur la transculturalité et le thématisme populaire dans les musiques amplifiées en Europe.

15Andrés Vélez Posada, doctorant en histoire et civilisation à l’EHESS de Paris, est l’auteur d’un livre sur l’herméneutique et la pratique rhétorique, intitulé Figuras de Ingenio (Medellín, 2006), ainsi que de quelques articles sur l’histoire de la philosophie et sur la géographie historique. Dans ses recherches actuelles, il s’intéresse à la dimension géographique et paysagiste de la pensée moderne sur l’Ingenium, notamment dans les traités de médecine, de rhétorique et de cosmographie de la fin du xvie siècle européen.

16Nadine Rentel est professeur de langues romanes (français et italien) à la faculté de langues étrangères appliquées et de communication interculturelle de l’université des sciences appliquées de Zwickau (Allemagne). En 2010-2011, elle a occupé un poste d’assistante « postdoc » à l’université de sciences économiques et commerciales de Vienne. De 2006 à 2010, elle a travaillé en tant que lectrice dans les universités de Franche-Comté et de Paris IV – Sorbonne. De 2008 à 2010, elle a géré au bureau parisien le programme des lecteurs en France de l’Office allemand des échanges universitaires.

17Thibaut Rioufreyt est docteur en science politique. De 1997 à 2008, il a réalisé une thèse sur la traduction du néo-travaillisme dans la gauche socialiste française. Plus largement, ses recherches actuelles se situent à la croisée de la sociologie des idées, de la socio-histoire des intellectuels, de la sociologie du parti socialiste et de l’épistémologie des sciences sociales.

18Pierre Schmitt, après avoir mené différentes recherches concernant les sourds (en histoire et en sciences sociales), est actuellement doctorant à l’EHESS en anthropologie sociale, sous la direction de Jean-Loup Amselle. Il s’intéresse aux problématiques de la langue des signes.

19Stephanie Schwerter est maître de langue à l’EHESS, et dirige le programme franco-allemand de traduction de la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris). Son enseignement et ses recherches tournent autour de la traduction, de la communication interculturelle et de la littérature comparée. Elle a co-édité avec Jennifer K. Dick Transmissibility and Cultural Transfer : Dimensions of Translation in the Humanities, paru aux éditions Ibidem en 2012.

20Delphine Soulard, docteur en études du monde anglophone, se trouve actuellement rattachée au LERMA (EA 853) d’Aix-Marseille Université. Dans le cadre de sa thèse sur La fortune de l’œuvre politique de John Locke dans la République des Lettres, elle a travaillé sur la circulation des idées entre l’Angleterre et le continent aux xviie et xviiie siècles, ce qui l’a amenée à étudier le rôle des journalistes, des traducteurs et des éditeurs. Parmi ses publications on peut citer : « Les journalistes du Refuge et la diffusion de la pensée politique de J. Locke sur le Continent » (Studies on Voltaire and the eighteenth century, 2010) et « Les traducteurs français de John Locke » (Dix-septième siècle, 2011).

21Dirk Weissmann est maître de conférences en langue et littérature allemandes à l’université Paris-Est Créteil. Membre de l’Institut des mondes anglophone, germanique et roman (IMAGER), ses recherches portent principalement sur l’interculturalité dans la littérature allemande moderne et contemporaine : transferts culturels, littérature et migration, plurilinguisme, etc. En outre, il travaille sur des questions de traductologie littéraire et s’intéresse à la didactique de la traduction.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site