Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

IV. Éléments intraduisibles ?

Se raconter en langue des signes, s’écrire en langue vocale. Les autobiographies de sourds, une écriture-traduction ?

Andrea Benvenuto e Pierre Schmitt

Testo integrale

  • 1 La seule étude réalisée à titre officiel en France estime que 80 % des sourds profonds sont illett (...)

1À partir de l’Abbé de l’Épée, au xviiie siècle, et de la revendication par celui-ci de l’éducabilité des sourds au moyen de la langue des signes, les personnes sourdes ont progressivement cheminé vers leur statut contemporain de sujets bilingues. Cependant, face à un illettrisme1 persistant dans cette communauté et aux rapports difficiles que les sourds entretiennent avec l’écrit des langues vocales, force est de constater que ceux-ci continuent de se représenter ces langues comme étrangères à eux-mêmes. Ainsi, la langue des signes ne possédant pas d’écriture, lorsque les sourds se racontent, s’écrivent, c’est principalement dans une langue « étrangère » qu’ils sont contraints de le faire.

2De ce fait, les autobiographies de sourds relèvent d’un processus de traduction singulier. Car il ne s’agit pas uniquement de la manipulation du texte et de la voix d’autrui par un traducteur. Étant locuteur d’une langue qui n’a pas d’écriture, l’auteur doit se traduire dans une langue écrite pour s’adresser à autrui.

3Au cours de ce processus bilingue d’écriture-traduction, les autobiographies des sourds impliquent presque toujours l’intervention d’un personnage tiers, contribuant à l’acte d’écriture. Dans certains cas un récit en langue des signes est traduit en langue vocale, dans d’autres, il s’agit de co-écriture. Le rôle et la place de celui qui « traduit » vers l’écrit (c’est généralement une personne entendante) sont aussi variés que le rapport qu’entretiennent les auteurs sourds à « leur » texte et à la langue dans laquelle ils s’écrivent.

  • 2 Aux États-Unis, ce type de réflexion est mené essentiellement par Brenda Jo Brueggemann. Cette che (...)

4La nature des interactions qui conduisent à ces écritures-traductions de soi posent la question du statut des voix qui nous parviennent à travers elles. C’est d’autant plus vrai que ces autobiographies occupent également un rôle particulier dans la construction d’un savoir sur la surdité, car elles assurent la transmission de l’expérience des sourds2.

5Ainsi, nous nous interrogerons sur la tension entre la figure de l’auteur et celle du traducteur, afin de montrer que cette question dépasse le terrain linguistique, pour devenir un enjeu d’ordre anthropologique et philosophique. Un détour par les conditions du bilinguisme des sourds et la situation de diglossie entre langue des signes et langue vocale sera nécessaire, avant d’aborder la question du statut de la voix des auteurs sourds dans le processus d’écriture-traduction de leurs autobiographies. Enfin nous réfléchirons aux conditions de dépassement des contraintes de ces écritures-traductions.

Deux langues, deux modalités, une écriture

6L’enjeu de la traduction entre langue des signes et langue vocale est souvent centré sur la difficulté entraînée par la différence de modalités entre ces langues : visuo-gestuelle pour la langue des signes et audio-phonatoire pour la langue vocale. Ainsi, une telle traduction n’impliquerait pas seulement le fait de changer de langue mais également celui de changer de modalité. Cette particularité a aussi été avancée pour expliquer les échecs pédagogiques des sourds, dont témoigne l’histoire de leur éducation.

7Pourtant, alors que la maîtrise phonatoire des langues vocales est entravée par la surdité, celle-ci ne fait nullement obstacle à l’appropriation de l’écrit par les sourds, ni d’un point de vue physiologique ni d’un point de vue cognitif. À travers une pédagogie qui prend acte de la contrainte de la surdité et des spécificités de l’enfant sourd, l’écrit des langues vocales – expression visuelle – est pleinement accessible aux sourds.

8En outre, bien que langue des signes et langue vocale soient construites sur des modalités distinctes, la traduction de la langue des signes vers l’écrit n’implique pas nécessairement le passage par l’oralité d’une langue vocale. Autrement dit, le processus d’écriture-traduction peut se dérouler sans recours à la modalité audio-phonatoire, ce qui veut dire, sans changement de modalité : l’écriture d’une langue vocale et la langue des signes reposent sur la modalité visuelle.

9En atteste la récente création du métier de traducteur LSF-français (langue des signes françaises – français) exercé par un nombre croissant de sourds qui (en utilisant des vidéos) traduisent de ou vers la langue des signes des écrits en langues vocales. Le conflit de modalité (audio-phonatoire/visuo-gestuelle) peut donc être écarté. Cependant, la démarche d’écrire un livre ne laisse pas le choix de la langue. Nous allons le voir à présent.

La double contrainte de l’écriture des sourds

  • 3 En France, le pionnier dans la recherche d’une écriture de la langue des signes fut Roch-Ambroise (...)

10Que l’écrit des langues vocales puisse être maîtrisé par les sourds n’enlève rien à la contrainte que constitue l’impossibilité pour les sourds d’écrire dans leur langue. La langue des signes ne possédant pas d’écriture graphique suffisamment standardisée pour que l’on puisse l’écrire couramment3, le passage par l’écriture des langues vocales est incontournable.

11Le passage par l’écriture des langues vocales est au cœur des interrogations sur le bilinguisme et l’intégration des sourds (Hugounenq, 2009). Les réflexions autour du bilinguisme des sourds, postulant leur maîtrise de la langue des signes, demeurent souvent clivées en ce qui concerne la place à accorder à la langue vocale dans ses modalités audio-phonatoire et visuelle : les sourds doivent-ils maîtriser la modalité audio-phonatoire de la langue vocale ? ou leur bilinguisme doit-il être monomodal (visuel), c’est-à-dire incluant la langue des signes comme langue de l’oralité et la langue vocale comme langue de l’écrit ? Ce questionnement relève d’une réflexion qui est, à notre sens, propre au bilinguisme des entendants, car pour ceux-ci la maîtrise d’une langue vocale est incontournable.

12Ainsi, le discours sur le bilinguisme des sourds entre dans une double impasse. Tout d’abord, il prend parfois une allure d’injonction. On semble dire aux sourds : « Vous devez maîtriser la langue vocale ». Cette position fait de la question sociolinguistique du bilinguisme un enjeu de normalisation du corps des sourds, et parler une langue vocale serait le moyen d’être ou devenir un peu moins sourd.

13Ensuite, le profil bilingue ou polyglotte de sourds maîtrisant une diversité de langues des signes est généralement absent des réflexions sur le bilinguisme des sourds, ce qui renforce l’idée que le concept de bilinguisme (ou tout au moins la discussion qui l’entoure) est lié au rapport des sourds aux langues vocales. Si les conditions d’accès des sourds aux langues vocales constituent l’un des aspects que le « bilinguisme des sourds » doit explorer, celles-ci ne sont nullement suffisantes pour définir le concept.

14Ces conditions sont marquées par l’inertie historique des objectifs de l’enseignement aux sourds, à laquelle on doit l’échec généralisé en matière d’enseignement de l’écrit. L’oralisme, idéologie et méthode visant à faire parler les sourds, et son corollaire historique, l’interdiction de la langue des signes dans leur enseignement à la fin du xixe siècle (Cuxac, 1983), ont entraîné un déplacement dans l’éducation de l’enfant sourd : d’abord vue comme un moyen, la maîtrise de la parole vocale est devenue l’objectif principal. À travers cette politique oraliste qui est toujours d’actualité, les sourds empruntent le chemin tortueux de l’apprentissage d’une langue vocale, qui joue le double rôle de langue par laquelle on les instruit et d’objet même de leur instruction (Benvenuto, 2009 : 88).

15Ce n’est donc pas la surdité qui fait de la langue vocale, y compris écrite, une langue étrangère aux sourds, et qui pourrait seule expliquer la distance qui sépare actuellement les sourds de ces langues. Ce sont des contraintes socio-historiques, institutionnelles et pédagogiques qui les empêchent de se les approprier harmonieusement. Écoliers d’un système éducatif qui échoue globalement à identifier, valoriser et mobiliser les compétences en langues des signes, locuteurs privilégiés d’une langue sans écriture, entretenant des rapports complexes et parfois conflictuels avec l’écrit des langues vocales, les sourds sont doublement contraints lorsqu’ils doivent s’écrire dans une langue qu’ils ne maîtrisent pas.

Les autobiographies de sourds

16À l’instar de l’entreprise de leur éducation, le geste de se raconter en s’écrivant est historiquement récent pour les sourds. Ainsi, ces rares témoignages (cf. Desloges, 1779 ; Guillemont, 1836 ; Clerc, 1852 ; Laborit, 1993 ; Chalude, 2002 ; Pelletier-Delaporte, 2002 ; Tarabbo, 2006 ; Biedma, 2007 ; de La Selle, 2009 ; Sanroma, 2010), constituent un corpus très peu exploré.

17Cependant, ils éclairent les relations que les sourds entretiennent avec les langues vocales et les langues gestuelles, ainsi que les enjeux que soulève cette écriture de soi. D’autre part, ils interrogent les contextes socio-historiques au sein desquels se construisent les rapports entre sourds et entendants, mais également entre auteurs et traducteurs.

18Le processus d’écriture d’un sourd qui décide de raconter sa vie comporte plusieurs cas de figure, de même que les interactions entre langue des signes et langue écrite liées à ce processus. Selon la maîtrise de celles-ci par l’auteur, on assiste à différentes configurations du couple auteur/traducteur.

19Tout d’abord, ces deux figures peuvent être incarnées par une personne sourde maîtrisant suffisamment la langue vocale dans laquelle elle s’écrit pour se traduire elle-même. Si une autre personne intervient, son rôle ne diffère pas fondamentalement du travail d’accompagnement, d’édition et de relecture que l’on trouve dans tout projet d’écriture.

20Ainsi, dans le cas d’un sourd au parcours éducatif strictement oraliste, qui serait arrivé à la langue des signes après avoir maîtrisé l’oral et l’écrit d’une langue vocale, la figure du traducteur disparaît. Dans ce cas, il n’y a pas traduction, mais bien écriture.

21Cependant, en général, dans ces autobiographies d’autres personnes que l’auteur sont présentes lors de la mise en œuvre du projet d’écriture. L’une des formes qu’elle peut prendre est que l’auteur sourd se raconte en langue des signes, et que le traducteur, à partir d’échanges et de prises de notes, traduise de la langue des signes vers la langue vocale écrite. La traduction s’effectue alors au sein du binôme.

22Il est aussi possible que le traducteur, celui qui rédige le texte de l’autobiographie, ne maîtrise pas suffisamment la langue des signes. Il fait alors appel à un interprète de langue des signes. Le traducteur n’a pas ici d’accès au discours en langue des signes mais à une interprétation de la langue des signes vers l’oral de la langue vocale – dont il se servira pour établir le texte.

23Dans le cas du binôme, lorsque le travail d’écriture proprement dit s’appuie sur des notes prises par le traducteur, il n’y a pas de traduction de texte à texte, puisque les notes constituent déjà une base de travail en langue vocale. Ainsi, dans le cas des Mémoires d’Armand Pelletier, Yves Delaporte affirme qu’il a effectué la prise des notes en même temps que la traduction : « Lorsque le chercheur se trouve devant l’écran de son ordinateur pour la rédaction finale, il n’a donc pas sous les yeux le texte original, mais déjà une traduction. Ce qui accroît encore sa part d’intervention dans l’écriture » (cf. Pelletier et Delaporte, 2002 : 18).

24De même, dans le cas du triangle avec un interprète intervenant au niveau de l’oralité des deux langues, le texte original en langue des signes n’est pas fixé, il appartient à une oralité éphémère. Cependant, et pour chacun de ces exemples, nous parlons d’écriture-traduction dans la mesure où l’acte d’écriture et l’acte de traduction – qu’ils soient répartis entre un, deux, ou trois individus – forment ensemble un processus bilingue constituant les étapes d’une démarche première, celle du choix d’un individu sourd de s’écrire en langue vocale. Alors que ces différents cas peuvent se conjuguer dans le processus d’écriture d’une autobiographie (cf. Laborit, 1993 : 9), la tension entre les figures d’auteur et de traducteur se déplace sur un continuum entre une écriture-traduction de soi et une traduction-écriture de soi.

Écriture, traduction et voix de l’auteur

25Comment attribuer le statut d’auteurs à des sujets qui se disent dans une langue sans écriture et qui « s’écrivent » dans une langue qu’ils ne maîtrisent pas ? C’est le cas d’Armand Pelletier. Alors que le discours d’Armand Pelletier constitue bien à l’origine un ensemble discursif articulé et formalisé, il n’en existe pas de traces indépendamment de sa traduction, de sorte qu’Yves Delaporte apparaît comme un traducteur dépourvu de texte lorsqu’il déclare : « C’est évidemment dans sa langue [la langue des signes française] qu’Armand m’a livré son récit. Ma première tâche a donc été celle d’un traducteur » (Pelletier et Delaporte, 2002 : 17).

26Ce statut de traducteur semble en revanche inapproprié pour les scripteurs qui travaillent avec un interprète. Si, comme Yves Delaporte, ils s’approprient et mettent en forme une parole vivante, celle-ci est celle de l’interprète. Porteurs de plumes, sont-ils pour autant traducteurs de l’autobiographie de cet autre qui a choisi de se raconter et dont ils fixent le récit ? Autrement dit, lorsqu’il s’agit du récit de vie d’une personne, recueilli et raconté par une autre personne, quelle est donc la place de celui qui prête sa plume pour donner corps à la « voix » du sourd ?

  • 4 Auteur de sa propre autobiographie et de divers écrits, ce sourd français a participé, en 1817, à (...)

27Alors que l’histoire s’écrit à partir de traces, et que celles-ci sont essentiellement textuelles, la question du statut de ces écritures-traductions est primordiale lorsque l’on s’intéresse à l’histoire des sourds. En effet, celle-ci fut longtemps racontée à partir des écrits de gestionnaires, médecins et pédagogues, presque exclusivement entendants. Ceux de Laurent Clerc4 font figure d’exception : ils ont eu une grande importance et ont fait autorité dans la construction récente d’une histoire des sourds américains. En revanche, les quelques textes laissés par l’élite lettrée des sourds au xixe siècle n’ont pas réussi à concurrencer l’hégémonie des sources laissées par les entendants (cf. Clerc, 1852 ; Schmitt, 2008).

  • 5 Notamment sous la forme d’anthologies à l’usage des étudiants américains, qui rassemblent les text (...)

28Il faut attendre le derniers tiers du xxe siècle et l’avènement des Deaf Studies dans le monde anglo-saxon (cf. Schmitt, 2009 : 32-34) pour qu’une attention spécifique soit accordée à ce déséquilibre et aux voix à même de le réduire. Wrigley (1996) évoque ainsi une Hearing Deaf History, une « histoire sourde entendante », ainsi qu’une réduction de l’histoire des sourds à l’histoire de leur éducation. Christopher Krentz exhume les écrits de nombreux sourds du xixe siècle (cf. Krentz, 2000). Des corpus sont édités, des manuels sont rédigés5, en même temps que s’institutionnalise l’enseignement de l’histoire des sourds dans divers établissements d’enseignement supérieur américains (Van Cleeve, 1989 ; Gannon, 1981).

29Pour leur part, les récits autobiographiques portent la voix de la communauté sourde et décrivent des parcours de vie auxquels de nombreux sourds sont en mesure de s’identifier. Expérience nécessairement subjective sur laquelle se bâtissent des savoirs collectifs, l’écriture autobiographique des sourds constitue bel et bien un récit de soi autant qu’un récit de l’histoire de leur communauté.

30Mais la présence active d’au moins un scripteur aux côtés de l’auteur qui ne maîtrise pas la langue dans laquelle il se raconte publiquement rend complexe la détermination du statut de la voix qui s’exprime dans ces œuvres. C’est celle d’un auteur qui n’est pas toujours en mesure de se lire, et dont l’histoire nous parvient par la plume d’un autre (cf. Benvenuto, 2009).

Dépasser l’écriture-traduction

31Les autobiographies de sourds issues d’un processus d’écriture-traduction peuvent être rapprochées d’autres situations d’écritures : celle d’un auteur dont la langue maternelle ne possède pas d’écriture ; celle d’un auteur choisissant d’écrire dans une langue seconde ; ou encore celle d’un auteur illettré dont le discours est retranscrit dans sa langue. Pour autant, ces autobiographies se caractérisent par une double situation : la langue première ne possède pas d’écriture ; et la personne ayant choisi de se raconter est illettrée. Le passage dans une seconde langue est donc à la fois obligé et complexe, d’où le recours au scripteur et/ou au traducteur.

32Si nous considérons qu’il est possible de parler d’écriture-traduction dans le cas d’un auteur sourd qui s’écrit dans une langue qu’il ne maîtrise pas, et qu’il ressent souvent comme n’étant pas la sienne, c’est en raison des difficultés et de la distance exprimées lorsque la relation à cette langue étrangère est explicitée par l’auteur (cf. Laborit, 1993 : 207). Ces difficultés ne concernent pas tous les sourds, comme nous l’avons déjà souligné. Certains se sont pleinement approprié la langue vocale écrite, et s’émancipent ainsi du cadre d’un processus d’écriture-traduction.

33Il est donc nécessaire de lever toute impossibilité de principe : l’illettrisme des sourds n’est pas dû à leur surdité. La double contrainte que nous avons exposée précédemment – celle de devoir s’écrire et celle de le faire dans une langue que l’on ne maîtrise pas – est d’ordre social et historique. Le degré de traduction pouvant être mis en relation avec le degré d’appropriation de la langue dans laquelle on s’écrit, c’est au système éducatif d’assumer la tâche d’apprendre à écrire aux sourds et de contribuer ainsi à mettre fin aux contraignantes situations d’écriture-traduction : dans une langue que l’on se représente et que l’on vit comme étant la sienne, on ne se traduit pas, on s’écrit.

34D’autre part, dans le processus d’écriture de l’autobiographie présenté ci-dessus (celui de Pelletier et Delaporte), il n’y a pu y avoir dans un premier temps écriture, et dans un second temps traduction, car le texte original n’était pas fixé, de sorte qu’on ne pouvait distinguer les deux étapes. D’où le continuum d’écriture-traduction que nous avons analysé.

35Il s’agirait donc de trouver des modes de dire, de faire et d’écrire qui interrompent ce continuum, en déplaçant les frontières normatives, afin que les sourds puissent se raconter dans leur propre langue. À travers les outils multimédias et le développement de supports vidéo, il est possible d’obtenir des corpus en langue des signes enregistrée. Ces supports s’accordent aux fonctions de l’écrit car ils fixent le discours à travers une trace durable.

36Cette nouvelle voie devenant nouvelle voix, le montage de tels enregistrements pourrait donner naissance à un premier « texte » en langue des signes, indépendant de la traduction et de l’écriture en langue vocale. Il s’agirait d’une « voix » directe de l’auteur sourd, désolidarisant l’acte d’écriture de celui de la traduction.

37Pour conclure, si le passage d’une langue visuo-gestuelle à une langue audio-phonatoire peut susciter des interrogations en relation à la traductibilité entre ces langues, nous avons souligné que la difficulté due à la modalité pouvait être écartée, dans la mesure où l’écrit des langues vocales repose sur la modalité visuelle. D’autre part, afin de lever toute impossibilité de principe liée à la surdité elle-même, nous avons insisté sur le fait que la complexité de la relation des sourds à l’écrit des langues vocales trouvait sa source dans une double circonstance d’ordre strictement sociohistorique : l’absence d’écriture standardisée de la langue des signes, et un important taux d’illettrisme.

38En ce qui concerne les autobiographies de sourds et les diverses formes que prend leur démarche d’écriture, elles nous ont permis de réfléchir aux figures de l’auteur et du traducteur. Nous les avons placées sur un continuum qui va de l’écriture à la traduction et de la traduction à l’écriture. Ainsi, nous avons introduit l’idée d’une écriture-traduction, pour désigner la démarche d’un individu sourd qui se raconte en langue des signes et s’écrit en langue vocale. Du dire à l’écrire, de la voix à la plume, ce continuum amène à s’interroger en retour sur la place de ceux qui accompagnent les sourds dans leur projet de s’écrire dans une langue qu’ils ne maîtrisent pas. Enfin, nous avons exploré la possibilité de dépasser les écritures-traductions, par l’enregistrement de la langue des signes et par l’appropriation des langues vocales par les sourds.

39Au-delà de ces autobiographies, on constate que l’analyse de toute situation de traduction implique une étude aussi étendue que possible des conditions sociales, historiques et linguistiques dans lesquelles elle se produit, ainsi que des interactions qu’elle suscite entre les langues et les locuteurs. Il n’existe pas de traduction sans contexte : celui d’au moins deux langues en présence, de leurs histoires respectives et de l’histoire de leurs relations. Seule l’étude de ce contexte peut nous permettre d’éclairer les enjeux de la traduction et des relations entre les individus et les communautés linguistiques concernées.

40Posant de manière paradigmatique qu’en sa qualité de langue, la langue des signes (tout comme la langue vocale) permet de tout dire et de tout traduire, nous avons choisi de nous intéresser aux autobiographies de sourds, dans la mesure où elles impliquent de s’écrire publiquement dans une langue autre, et représentent de ce fait un cas limite du rapport à l’écrit. Nous parlons ici de geste et d’intention : au-delà des dispositifs d’écriture et de la place des traducteurs, ce sont bien les sujets sourds qui décident de se raconter par l’écrit. À cet égard, quel est l’enjeu de la traduction, si ce n’est celui d’un « vouloir dire » mis en acte dans un contexte spécifique, où le rapport entre les langues éclaire les écarts – et les ponts – entre les cultures ?

Bibliografia

Bibliographie

Bebian Roch-Ambroise Auguste, 1825. Mimographie ou Essai d’écriture mimique propre à régulariser le langage des sourds-muets. Paris, Louis Colas.

Benvenuto Andrea, 2009. Qu’est-ce qu’un sourd ? De la figure au sujet philosophique, thèse de doctorat en philosophie. Université Paris 8.

Biedma Roberto, 2007. Ça ne va pas être possible, tu es sourd ! Paris, Éditions du Lys.

Brueggeman Brenda Jo, 2005. « Deaf, She Wrote : Mapping Deaf Women’s Autobiography », Publications of the Modern Language Association of America, vol. 120, no 2 : 577-583.

— 2007. « Introduction : Deaf Lives Leading Deaf Lives », Sign Language Studies : Special Issue : Narrating Deaf Lives, vol. 7, no 2 : 111-134.

— 2009. Deaf Subjects : Between Identities and Places. New York, New York University Press.

Clerc Laurent, 2001 [1852]. « Autobiography », in L. Bragg (dir.), Deaf World : A Historical Reader and Primary Sourcebook. NewYork, NewYork University Press : 2-9.

Cuxac Christian, 1983. Le langage des sourds. Paris, Payot.

La Selle Aurélie de, 2009. Rien ne sert de parler si fort. Paris, L’Harmattan.

Gannon Jack R., 1981. Deaf Heritage, A Narrative History of Deaf America. Silver Spring (MD), National Association of the Deaf.

Garcia Brigitte, 2000. Contribution à l’histoire des débuts de la recherche linguistique sur la langue des signes française (LSF) : les travaux de Paul Jouison, thèse de doctorat en sciences du langage, Université Paris 5.

Gillot Dominique, 1998. Le droit des sourds : 115 propositions, rapport au Premier ministre. Document en ligne, consulté le 30 janvier 2013 : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001595/index.shtml.

Hugounenq Hélène, 2009. Pratiques langagières des sourds et discours autour de la langue des signes, l’intégration en question, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie. Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Jouison Paul, 1995. Écrits sur la langue des signes française. Édité par B. Garcia. Paris, L’Harmattan.

Krentz Christopher (dir.) 2000. A Mighty Change : An Anthology of Deaf American Writing, 1816-1864. Washington, Gallaudet University Press.

Laborit Emmanuelle, 1993. Le cri de la mouette. Paris, Robert Laffont.

Pelletier Armand et Delaporte Yves, 2002. Moi, Armand, né sourd et muet. Paris, Plon.

Sanroma Gérard, 2010. L’amour au-delà du désert. Paris, Édilivre Éditions.

Schmitt Pierre, 2008. « Sources » d’identité : écrire l’histoire des sourds-muets, mémoire de master 2, Université de Strasbourg/Purdue University (IND).

— 2009. Signes d’ouverture : anthropologie de la surdimutité, mémoire de master 2 en ethnologie, anthropologie sociale. Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Tarabbo Antoine, 2006. La tête au carreau. Les Essarts-le-Roi, Les Éditions du Fox.

Van Cleve John et Crouch Barry, 1989. A Place of Their Own : Creating the Deaf Community in America. Washington, Gallaudet University Press.

Wrigley Owen, 1996. The Politics of Deafness. Washington, Gallaudet University Press.

Note

1 La seule étude réalisée à titre officiel en France estime que 80 % des sourds profonds sont illettrés. Bien que ce chiffre n’ait jamais fait l’objet d’une véritable légitimation et que les données méthodologiques n’aient pas été explicitées, cette étude a fortement contribué au développement de l’idée que la maîtrise de l’écrit par les sourds posait un sérieux problème (cf. Gillot, 1998 : 90).

2 Aux États-Unis, ce type de réflexion est mené essentiellement par Brenda Jo Brueggemann. Cette chercheuse a été à l’origine du colloque Narrating Deaf Lives, qui s’est tenu du 4 au 6 novembre 2004 à l’université Gallaudet (Washington). Responsable de diverses publications (Brueggemann, 2005 ; 2007 ; 2009), elle dirige également la collection The Deaf Lives Series aux presses de l’université Gallaudet. Globalement, sa démarche concerne le genre biographique et les histoires de vies au sens large – y compris sous des formes expérimentales en relation avec la fiction. Sa recherche sur les autobiographies concerne principalement leurs publics, leur réception et la motivation de leurs auteurs ; ainsi que, dans une moindre mesure, les processus d’écriture et leurs enjeux. Dans l’espace de la recherche française, l’intérêt pour ces écrits est quasiment inexistant. Mais ils suscitent depuis peu un engouement à l’échelle internationale. En témoigne la thématique choisie pour la 8e conférence internationale d’histoire des sourds qui s’est tenue à Toronto du 24 au 29 juillet 2012 : « Telling Deaf Lives : Biographies and Autobiographies ».

3 En France, le pionnier dans la recherche d’une écriture de la langue des signes fut Roch-Ambroise Auguste Bébian dans Mimographie ou Essai d’écriture mimique propre à régulariser le langage des sourds-muets (1825). Au cours de ces vingt dernières années, l’œuvre de Paul Jouison, dont le système est resté inachevé, a été recueillie dans Écrits sur la langue des signes française (1995), ainsi que dans la thèse de doctorat de Brigitte Garcia (cf. 2000).

4 Auteur de sa propre autobiographie et de divers écrits, ce sourd français a participé, en 1817, à l’ouverture de la première école pour sourds, à Hartford, aux États-Unis. Il y enseigna jusqu’à la retraite. Aux côtés de l’entendant Thomas Hopkins Gallaudet, il est considéré comme le père fondateur de la communauté sourde américaine.

5 Notamment sous la forme d’anthologies à l’usage des étudiants américains, qui rassemblent les textes fondateurs d’une discipline, en y ajoutant parfois quelques éclairages.

Autori

Docteur en philosophie et auteur d’une thèse intitulée Qu’est-ce qu’un sourd ? De la figure au sujet philosophique. À l’Université Paris 8, elle enseigne la philosophie en langue des signes française (LSF), et co-anime un séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sur le thème de la surdité et de la langue des signes. Elle a rassemblé et présenté les textes de Bernard Mottez dans l’ouvrage Les sourds existent-ils ? Elle participe également à la chaire « participation sociale et situations de handicap » de l’INSERM-EHESP.

Après avoir mené différentes recherches concernant les sourds (en histoire et en sciences sociales), est actuellement doctorant à l’EHESS en anthropologie sociale, sous la direction de Jean-Loup Amselle. Il s’intéresse aux problématiques de la langue des signes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site