Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

IV. Éléments intraduisibles ?

Se raconter en langue des signes, s’écrire en langue vocale. Les autobiographies de sourds, une écriture-traduction ?

Andrea Benvenuto et Pierre Schmitt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À partir de l’Abbé de l’Épée, au xviiie siècle, et de la revendication par celui-ci de l’éducabilité des sourds au moyen de la langue des signes, les personnes sourdes ont progressivement cheminé vers leur statut contemporain de sujets bilingues. Cependant, face à un illettrisme1 persistant dans cette communauté et aux rapports difficiles que les sourds entretiennent avec l’écrit des langues vocales, force est de constater que ceux-ci continuent de se représenter ces langues comme étrangères à eux-mêmes. Ainsi, la langue des signes ne possédant pas d’écriture, lorsque les sourds se racontent, s’écrivent, c’est principalement dans une langue « étrangère » qu’ils sont contraints de le faire.

De ce fait, les autobiographies de sourds relèvent d’un processus de traduction singulier. Car il ne s’agit pas uniquement de la manipulation du texte et de la voix d’autrui par un traducteur. Étant locuteur d’une langue qui n’a pas d’écriture, l’auteur doit se traduire dans une langue écrite pour ...

Auteurs

Docteur en philosophie et auteur d’une thèse intitulée Qu’est-ce qu’un sourd ? De la figure au sujet philosophique. À l’Université Paris 8, elle enseigne la philosophie en langue des signes française (LSF), et co-anime un séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sur le thème de la surdité et de la langue des signes. Elle a rassemblé et présenté les textes de Bernard Mottez dans l’ouvrage Les sourds existent-ils ? Elle participe également à la chaire « participation sociale et situations de handicap » de l’INSERM-EHESP.

Après avoir mené différentes recherches concernant les sourds (en histoire et en sciences sociales), est actuellement doctorant à l’EHESS en anthropologie sociale, sous la direction de Jean-Loup Amselle. Il s’intéresse aux problématiques de la langue des signes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540