Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

IV. Éléments intraduisibles ?

Latin et langues vulgaires aux débuts de la modernité. Une réflexion sur la notion d’ingenium chez Descartes

Andrés Vélez Posada

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Parmi les objets appartenant à Descartes, trouvés après son décès à Stockholm en 1650, il y avait un manuscrit intitulé Regulae ad directionem ingenii. Ce texte, écrit en latin vers 1628 et traduit sous le titre de Règles pour la direction de l’esprit, fut imprimé pour la première fois à Amsterdam en 1701 et a, vraisemblablement, accompagné Descartes pendant toute sa vie, sans qu’il parvienne à l’achever ni à le publier (cf. Gibson, 1898).

Dans ce traité, un petit passage qui porte sur l’emploi du latin comme langue philosophique attire l’attention. À partir des quelques explications fournies par le philosophe, on tentera de montrer ici à quel point la méditation cartésienne est un exercice de traduction qui fait appel aux ressources de l’intériorité, c’est-à-dire à l’activité de l’ingenium.

Sur la méditation comme traduction spirituelle

Dans la règle numéro 3 des Regulae ad directionem ingenii, Descartes réfléchit sur la différence existant entre les idées conçues par la pure intuitio...

Autore

Doctorant en histoire et civilisation à l’EHESS de Paris, est l’auteur d’un livre sur l’herméneutique et la pratique rhétorique, intitulé Figuras de Ingenio (Medellín, 2006), ainsi que de quelques articles sur l’histoire de la philosophie et sur la géographie historique. Dans ses recherches actuelles, il s’intéresse à la dimension géographique et paysagiste de la pensée moderne sur l’Ingenium, notamment dans les traités de médecine, de rhétorique et de cosmographie de la fin du xvie siècle européen.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540