Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

IV. Éléments intraduisibles ?

Multiplication des emprunts à l’anglais et accélération de l’évolution du français contemporain

Myriam de Beaulieu

Volltext

  • * L’auteur utilise l’expression « francophone de France » afin de désigner les francophones parlant (...)

1Francophone de France* et interprète de conférences aux États-Unis, j’ai décidé en 2009 de commencer une thèse de doctorat dans le prolongement du sujet de mon diplôme d’études approfondies (DEA), réalisé en 1996. Celui-ci avait pour thème la multiplication massive et récente des anglicismes et des calques de l’anglais en français contemporain. Depuis 1992, en effet, l’informatique puis l’Internet semblent avoir multiplié les anglicismes dans les médias, et le français journalistique ne reflète plus les spécificités du français décrites par Jean-Paul Vinay et Jean Darbelnet en 1977.

2J’émets l’hypothèse suivante : une langue est porteuse d’un angle de vue interne, issu de l’histoire de ses locuteurs. Ceux-ci perçoivent, découpent et désignent le réel dans leur langue selon leur expérience collective. Le locuteur chemine sur le fil du temps et exprime le réel selon l’angle de vue interne de sa langue. Au sein de chaque langue, chaque énoncé reflète le scénario global interne de la langue, lui-même engendré par l’angle de vue interne. Avec l’actuel emprunt massif d’anglicismes, cette égalité entre une langue et un angle de vue est remise en cause, comme nous allons le voir au travers d’exemples issus de la langue journalistique.

3Pour tenter de vérifier cette hypothèse, je présenterai dans un premier temps des exemples en anglais et en français, pour illustrer la notion d’angle de vue interne : cette manière d’envisager la langue a en effet été le moteur principal de son évolution jusqu’à il y a environ cinquante ans. Ensuite, j’examinerai la nouvelle situation d’activité langagière induite par l’informatique puis par l’Internet. Je constaterai la gestation d’un angle de vue commun aux internautes dans leurs langues réciproques, entraînant une uniformisation linguistique. Ensuite, je décrirai la réduction de la diversité lexicale due aux anglicismes, et la déperdition sémantique qui en découle. Pour finir, je proposerai des solutions pour restaurer en partie la charge sémantique des énoncés.

L’angle de vue interne d’une langue

L’angle de vue interne peut être issu du cadre géographique dans lequel s’inscrivent les locuteurs

4La langue anglaise porte en elle des traces d’insularité. L’insularité comme composante de l’angle de vue anglais est l’équivalent d’une propriété extrinsèque (Nemo et Cadiot, 1996 : 1-19), mais nous la qualifierons d’inhérente au locuteur anglophone anglais, en raison de son rapport au monde.

  • 1 Expression entendue dans l’émission Télématin du 18 mai 2010, sur la chaine de télévision TV5 Mond (...)

5Par exemple, en anglais, a sea change signifie « un bouleversement ». Un mariage raté est « un mariage sur les rochers », à l’image d’un bateau échoué (their mariage is on the rocks). « Marche ou crève » pourrait être un équivalent de sink or swim [coule ou nage]. Le premier sens de to emerge (et d’émerger) est « sortir de l’eau », mais l’expression a beaucoup de sens figurés en anglais. On entend parfois « émerger » au sens « d’apparaître », ou « d’ouvrir ». Lorsqu’un francophone dit : « des boutiques-restaurants émergent dans Paris1 » au sujet de nouveaux restaurants qui ouvrent, ne prend-il pas l’angle de vue d’un insulaire ? Si le locuteur est décalé par rapport à l’angle de vue interne de sa langue, ne pouvons-nous pas dire que ce locuteur « dé-parle » ?

L’angle de vue interne peut être issu de l’histoire des locuteurs

6« Être dans le pétrin » est un équivalent de to be in hot waters. On remarque en français le champ lexical de la tradition du pain. En revanche, on trouve en anglais beaucoup d’expressions issues de la navigation, essentielle pour des insulaires. En effet, jusqu’à la première guerre mondiale, le Royaume-Uni a été la première puissance navale. Les expressions issues du chemin de fer sont liées à l’époque où le Royaume-Uni était à la tête de la Révolution industrielle, qui fut la révolution de la machine à vapeur. L’expression, to go full steam [se lancer à fond] remonte sans doute à cette époque. En français, les traditions agricoles et vinicoles sont à l’origine d’« un bon cru », d’« engranger des résultats », etc. L’équitation est aussi à l’origine de nombreuses expressions en anglais. L’anglais américain, lui, s’est enrichi d’expressions du base-ball, de la vie des cowboys, de la voiture, etc.

7Au fil des siècles, les angles de vue de deux langues peuvent diverger jusqu’à la contradiction. En France, un responsable politique que l’on dit « de droite » passerait pour un homme « de gauche » aux États-Unis, compte tenu du système social français. Inversement, le président Obama a été qualifié de « socialiste » aux États-Unis, ce qui est incompréhensible en français.

8Chaque groupe de locuteurs imprègne sa langue de son expérience collective, de son histoire, de ses métaphores. Le découpage de la réalité sociale n’est pas identique en anglais américain et en français de France.

9Mais il arrive que, pour un même découpage de la réalité, deux langues aient des désignations différentes. Le locuteur exprime alors son rapport à l’objet désigné selon la langue choisie. Par exemple, il prend parti pour le gouvernement britannique ou argentin en disant « Iles Falkland » ou « Îles Malouines ».

10L’expression d’un locuteur francophone est caractérisée par une tendance à l’abstraction. À l’inverse, l’expression du locuteur anglophone est caractérisée par une tendance au concret. Je donnerai deux exemples : How do you feel about it ? peut se traduire par : « Qu’en pensez-vous ? » Et, l’expression nuts and bolts [des écrous et des boulons] signifie les détails, par opposition à l’essentiel.

11Le common law, ou droit britannique, est en grande partie fondé sur la jurisprudence, c’est-à-dire l’ensemble des décisions concrètes prises dans des affaires antérieures. En revanche, le droit français est fondé sur des règles abstraites, des principes.

12On retrouve cela dans la pédagogie : elle a tendance à être plus concrète dans certains pays anglo-saxons. Ainsi, à la French American School of New York (FASNY), on enseigne les mathématiques à la française et à l’américaine, en mettant respectivement l’accent sur le raisonnement ou le résultat. Comme on le voit, on trouve des échos de ces deux tendances (l’abstraction francophone et le concret anglophone) dans des domaines très différents.

13Il y a donc équation entre langue et culture : l’une reflète l’autre. Les tendances dont nous avons parlé constituent l’angle de vue interne autour duquel s’organise le scénario interne à la langue.

14C’est ainsi que nous comprenons George Lakoff et Mark Johnson (1980 : 159), quand ils écrivent : « Most of our metaphors have evolved in our culture over a long period. » [La plupart de nos métaphores sont le fruit d’une longue évolution culturelle]. L’angle de vue interne de la langue enveloppe le locuteur à son insu, avant même qu’il n’ait pris la parole pour exprimer son point de vue personnel, son opinion, en choisissant tel mot plutôt que tel autre. Plus il existe de langues, plus il existe d’angles de vue internes qui constituent la diversité culturelle.

15Il va sans dire que l’angle de vue interne, moteur de l’évolution linguistique, est ouvert sur l’extérieur, car une langue est un organisme vivant qui assimile les emprunts. La colonisation indienne a enrichi l’anglais de plusieurs mots : a Juggernaut désigne un gros camion ; a pundit désigne un expert ; a mogul désigne un magnat (ou une locomotive a vapeur très puissante). De tels emprunts se sont faits de façon ponctuelle et graduelle au gré des événements (invasions, guerres, colonies, commerce, diplomatie, etc.) ce qui a donné aux locuteurs le temps de se les approprier.

16L’angle de vue interne est resté le moteur de l’évolution de la langue, et de son enrichissement, jusqu’au bouleversement intervenu avec l’informatique puis avec l’Internet : c’est-à-dire jusqu’à la globalisation des moyens de communication. Désormais, l’évolution des langues va de pair avec un contact permanent avec l’anglais.

Rupture récente de l’évolution linguistique

Première rupture, due à l’usage de l’informatique

17Le vocabulaire de l’informatique a été la première strate linguistique de l’activité langagière en contact permanent avec l’anglais. Le français s’est montré très créatif en forgeant les mots « ordinateur », « logiciel », etc. D’autres langues, comme le russe, ont été bien plus perméables à l’anglais, transcrivant phonétiquement les termes de cette langue. Mais le français a fini par être mis à mal lui aussi.

18D’emblée, le domaine d’utilisation principal de l’informatique fut l’entreprise, et de nombreux anglicismes surgirent dans ce contexte. Par exemple, management, qui signifie direction, administration, hauts responsables, gestion, dirigeants.

19Cette polysémie contraint l’interlocuteur à rétablir le sens selon le contexte. La langue est devenue saturée d’anglicismes et ne peut plus remplir sa fonction de transmission des énoncés.

20Si l’emploi dans notre langue du mot management n’est pas un anglicisme aux yeux de l’Académie française, cet emploi est contesté par Michel Voirol (2006 : 56) – tandis que René Meertens (2009 : 289) propose plusieurs traductions pour management autres que « le management ». L’inintelligibilité de l’énoncé est à son paroxysme quand, bien qu’écrit en français, un livre de gestion comme Scrum : le guide de la méthode agile la plus populaire (Aubry, 2010), est difficile à lire sans dictionnaire anglais-français.

Seconde rupture, due à l’usage de l’Internet

21La Toile est non seulement un moyen de communication, mais aussi un contenu, contrairement à l’informatique qui n’était qu’une page blanche commune à tous. Elle constitue donc une deuxième strate linguistique en permanence ouverte sur l’anglais, et une seconde occasion constante de superposition de contextes culturo-linguistiques.

  • 2 Journal officiel, 20 juin 2003, « Vocabulaire du courrier électronique ».

22La langue française a plus de difficulté à s’affirmer dans ce contexte qu’à l’époque des débuts de l’informatique. On le voit avec le mot mail que l’on utilise en France de façon floue, pour dire « message électronique » ou « adresse électronique ». La base de données France Terme, qui regroupe tous les termes publiés au Journal officiel, distingue pourtant « messagerie électronique », « mél » et « courriel »2.

23On voit ici une tentative institutionnelle d’intervenir dans l’évolution linguistique. L’institution semble s’adapter à la pratique de la langue en trouvant des équivalents à des termes qui existent déjà en anglais.

24On constate un quasi-monopole de l’anglais sur l’influence linguistique extérieure exercée sur le français. Comme alternative à spam, l’Office de la langue française du Québec a accepté le mot pourriel, qui fait écho à courriel. Mais pourriel ne figure pas sur le site France Terme, où l’on ne trouve que les termes inscrits au Journal officiel. Ce désaccord entre institutions favorise l’emploi de spam en France.

25Les internautes partagent l’espace virtuel de la communication qui est un nouvel espace d’activité langagière. Ceux-ci semblent parler le même langage dans différentes langues, quand ils n’utilisent pas tout bonnement l’anglais, nouvelle lingua franca.

26Dans leurs langues respectives, les internautes fondent leur langage commun sur un angle de vue commun : à savoir, un angle de vue global en gestation. On constate ainsi « une immense uniformisation » lexicale « qui revient à rassembler tous les pays […] mis en réseau par les technologies de l’information » (Taguieff, 2001 : 111). D’où la traduction littérale de networking par réseautage et la mort accélérée d’expressions comme « avoir des relations », « avoir de l’entregent », etc.

27D’ailleurs, réseau est un mot essentiel de la nouvelle société et de sa « movlangue », ce « sociolecte transnational » décrit par Pierre-André Taguieff (2001 : 78) et qui nous semble nourri d’anglicismes. Les métaphores du langage des internautes voient le jour.

28Prenons l’exemple de « surfer sur la Toile ». Une telle métaphore appartient à l’angle de vue global du langage des internautes. Autre exemple : des expressions comme « être formaté » (par la télévision, par exemple) montrent que l’Internet a banalisé l’outil informatique.

  • 3 Jean-René Ladmiral, préface de ce livre.

29Or auparavant, les métaphores pouvaient être la quintessence de la spécificité culturelle. En bonne logique, la question du choix entre une traduction « sourcière » et une traduction « cibliste » – dans la terminologie proposée par Jean-René Ladmiral3 – se pose peut-être moins aujourd’hui. Nous assistons à l’apparition d’un nouvel apprentissage de la langue, au travers de ce langage commun à toutes les langues mais amputé de toutes leurs spécificités culturelles, car coupé de leurs angles de vue internes. C’est ainsi que les jeunes locuteurs apprennent à communiquer sur Internet.

Anglicismes et perte de l’angle de vue interne

30Quand, à la conférence organisée à Londres le 28 janvier 2010 pour aider l’Afghanistan à régler le conflit avec les talibans, un journaliste a dit « Le Président Karzaï est venu vendre son plan […] » c’est l’expression anglaise to sell an idea qu’il a traduite littéralement. Ce faisant, il a induit une vision marchande des choses. Il s’agit d’un glissement culturel. Un tel anglicisme devient vecteur de la « marchandisation mondialisée » (Taguieff, 2001 : 82). Culturellement, le journaliste qui emploie cette expression « dé-parle », car son énoncé est décalé par rapport à l’angle de vue interne du français.

  • 4 « La fréquence du passif en anglais tient en partie à la structure de la langue. »

31En matière de développement, par exemple, quand on utilise l’expression « vision partagée », on l’emploie au sens de « vision commune », de « politique commune de développement », etc. On sous-entend que la vision est partagée. L’emploi de la voix passive, pourtant considérée comme une caractéristique de l’anglais (Vinay et Darbelnet4, 1977 : 136), se banalise en français. N’entend-on nous pas souvent : « je suis intéressé par » au lieu de « ceci m’intéresse », voire « j’ai envie de » ?

32Le briefing est une séance d’information pour présenter (introduire) un sujet. Le débriefing est une réunion pour faire le point, où il est fréquent que l’on tire une (première) conclusion. Ne risque-t-on pas de moins employer les mots français conclusion et introduction ? Dire « une implication » (anglicisme copié sur an implication) à la place d’« une conséquence » nuit à l’emploi du tandem cause/conséquence qui offrait un cadre logique, abstrait, transmis par la langue.

33Des mots valises apparaissent, surchargés de polysémies. Développement (de l’anglais developpment), signifie évolution ou mise au point ; dans l’expression « un nouveau développement » (a new developpment), le mot signifie événement, rebondissement, etc. Mais comme on ne dit pas : « un ancien développement », la cohérence lexicale du français est mise à mal. En français, leader signifie : roi, magnat, chef de file, de parti, patron, cacique, maître, etc. On constate une déperdition de la charge sémantique et un appauvrissement stylistique.

34Un journal télévisé inclut des communications avec des correspondants à l’étranger. On assiste alors en direct à des superpositions de contextes culturo-linguistiques. Pour décrire la vie politique d’un pays anglophone, on entend souvent le mot libéral (d’après l’anglais liberal) mais on ne nous explique pas qu’en anglais il évoque le centre gauche, alors qu’en français, il fait référence au libéralisme économique, classé à droite.

35Autres exemples : en janvier 2010, des journalistes se corrigeaient de bulletin d’information en bulletin d’information, pour évoquer la remarque du président Obama sur les revenus des banquiers, qualifiés « d’obscènes » (obscene), puis d’« indécents ». La quasiinstantanéité de l’information exigerait du journaliste d’être aussi traducteur ! Après le séisme de 2010 au Chili, on a entendu, en espagnol et en anglais respectivement, la présidente du Chili, Madame Bachelet et Madame Hilary Clinton parler, l’une d’« hôpital de campagne », et l’autre d’« hôpital mobile » (mobile hospital) – dans les deux cas via la traduction du journaliste en français. C’est l’image qui a rétabli la charge sémantique en montrant que les deux femmes désignaient bien la même chose.

36Paradoxalement, indépendamment de toute superposition de contextes culturo-linguistiques, les anglicismes sont également fréquents dans des énoncés de responsables francophones destinés à leurs administrés, sur des sujets franco-français. Je citerai deux exemples : la première secrétaire du parti socialiste français a employé en mai 2010 l’expression « la société du care », qui fut beaucoup commentée par la presse ; et le Premier ministre français François Fillon a employé en décembre 2008 l’expression « booster l’économie ».

37L’anglicisme est à la mode et donne l’illusion d’une charge sémantique. Rappelons la citation de George Orwell faite par Pierre-André Taguieff (2001 : 9) : « Le langage politique est destiné […] à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que du vent ». Le pendant de la démagogie politique serait la publicité mensongère : ainsi, les « packages » (bancaires, etc.) bernent le client qui ne comprend pas toujours les frais cachés sous cette appellation opaque.

Comment réduire le nombre d’anglicismes pour rétablir la charge sémantique du français ?

Redonner une profondeur historique au lexique

38Au printemps 2010, comme si l’on essayait de restituer l’histoire et l’angle de vue de la langue française, nous avons remarqué – en particulier sur la chaîne de télévision TV5Monde – l’utilisation de termes très connotés historiquement. La Chine était « un Gargantua de l’énergie » ; les travailleurs grecs avaient leur « Fronde » ; les lycées, leurs « États généraux de la sécurité » ; et le président Obama était « adoubé par ses pairs lors d’une conférence » (« adouber » indiquait que, bien qu’élu président des États-Unis, il devait encore faire ses preuves devant les autres présidents). Ajoutons le recours à des adjectifs comme corvéable, taillable, hérités du Moyen Âge, et souvent suivis de « à merci », employés pour éviter le mot français flexible, calqué sur l’anglais flexible, et issu du capitalisme libéral. Dans certains contextes, « dans l’air du temps » remplace « politiquement correct » (politically correct) qui implique une binarité réductrice du réel et plaque une page d’histoire étrangère sur l’énoncé francophone de France (Goffart et al., 1996 : 237). L’histoire récente a elle aussi engendré de nouvelles métaphores, comme : « le Grenelle de l’environnement ».

39En outre, les journalistes pourraient éviter des anglicismes incompréhensibles en réintroduisant des mots simples. Par exemple « projet de texte », « brouillon » au lieu de draft, que l’on a pu lire dans le journal Le Monde du 3 décembre 2009 au sujet de la Conférence sur le changement climatique à Copenhague.

Organiser la communication multilingue

40Des anglicismes comme coach ; comme package (ce dernier mot employé pour « forfait » ou « train de mesures ») ; comme focus (au lieu de « gros plan sur ») etc., si fréquents dans les médias français, ne se trouvent pas dans les documents d’une organisation internationale comme les Nations unies. Pourtant, une organisation internationale est une superposition de contextes culturo-linguistiques. Mais il y existe des services linguistiques composés de traducteurs professionnels et de terminologues.

41Il s’y développe une pratique nouvelle du français, distincte des pratiques linguistiques nationales. Des expressions employées fréquemment à l’Organisation des Nations unies (ONU) peuvent être plus rares en France. Par exemple : « maintien de la paix robuste », ou « dialogue politique sans exclusive ».

42Autre exemple : la base de données de l’ONU, Unterm, donne le nom Mumbai en anglais, français, russe et espagnol, avec une note pour le français : « Variantes : Bombay ; Mumbay (rare). La variante Bombay demeure plus répandue en français qu’en anglais, mais elle est considérée comme un vestige du double héritage anglais et portugais de cette partie du pays ». En revanche, sur le site de France Terme, on recommande d’éviter les exonymes anglais « que l’on rencontre de plus en plus en français (…) Beijing au lieu de Pékin, Mumbaï au lieu de Bombay » (Délégation…, 2010 : 1).

43Unterm représente un angle de vue commun, global et France Terme, l’angle de vue interne du français de France. En France et aux Nations Unies, les francophones ont deux systèmes normatifs de référence différents ; chacun d’eux veillant à l’intelligibilité dans son espace respectif.

44L’expression « développement durable », utilisée dans le rapport Brutland en 1987, résulta du dialogue multilatéral. Elle appartient à un langage commun (traduit en plusieurs langues) qui se forge autour d’un angle de vue global multilatéral. Pourtant, en France les mots écologique et vert existaient avant 1987 et on les accolait au mot développement dans les expressions « développement écologique » et « développement vert ». Certaines personnes, d’autre part, auraient préféré que l’on choisisse l’expression « développement soutenable ». Elles expliquent que l’important n’est pas la durée du développement, mais le fait que l’environnement n’en pâtisse pas. Nous voyons donc cohabiter deux angles de vue dans l’évolution linguistique actuelle : l’angle de vue interne propre à chaque langue et de nouveaux angles de vue globaux.

Conclusion

45Avec l’introduction récente et massive d’anglicismes, l’égalité entre une langue et un angle de vue interne a été brisée. Notre hypothèse s’est vérifiée. Nous concluons que l’angle de vue interne cohabite à présent avec l’angle de vue global, et qu’il faut organiser cette cohabitation. Il faut maîtriser la nouvelle situation d’activité langagière. Les francophones peuvent prendre conscience des anglicismes pour ne plus les subir et se réapproprier leur outil d’expression.

46Il faut d’autant plus préserver l’angle de vue interne qu’il doit désormais partager avec l’angle de vue global la pratique de la langue et son évolution. L’angle de vue global est porteur d’uniformisation. L’angle de vue interne, lui, est porteur de diversité linguistique et culturelle. Il nous semble que la langue compte parmi les « systèmes d’appartenance, de transmission et de filiation dotés d’une invariance relative » dont on ne peut se passer (Taguieff, 2001 : 173).

47Les opinions exprimées ici dont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de l’Organisation des Nations unies.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Aubry Claude, 2010. Scrum : le guide de la méthode agile la plus populaire. Paris, Dunod.

Délégation générale à la langue française et aux langues de france, 2010. « À mots découverts. Le tour du monde en 194 toponymes. Recommandation concernant les noms d’États, d’habitants, de capitales (liste établie par le ministère des Affaires étrangères et européennes), d’après le Journal officiel du 24 septembre 2008 », in Vous pouvez le dire en français. Document en ligne consulté le 10 juin 2010 : http://www.dglflf.culture.gouv.fr/publications/vouspouvez/Relations_internationales.pdf, page 1.

Goffart Michel et al., 1996. Lexique de civilisation américaine et britannique. Paris, Presses universitaires de France.

Lakoff George et Johnson Mark, 1980. Metaphors we live by. Chicago, The University of Chicago Press.

Meertens René, 2009. Guide anglais-français de la traduction. Paris, Chiron.

Nemo François et Cadiot Pierre, 1996. « Propriétés extrinsèques en sémantique lexicale », Journal of French Language Studies, no 7. Cambridge, Cambridge University Press.

Taguieff Pierre-André, 2001. Résister au bougisme. Paris, Mille et une nuits.

Vinay Jean-Paul et Darbelnet Jean, 1977. Stylistique comparée du français et de l’anglais. Paris, Didier.

Voirol Michel, 2006. Anglicismes et anglomanie. Paris, Presses universitaires de France.

Anmerkungen

1 Expression entendue dans l’émission Télématin du 18 mai 2010, sur la chaine de télévision TV5 Monde.

2 Journal officiel, 20 juin 2003, « Vocabulaire du courrier électronique ».

3 Jean-René Ladmiral, préface de ce livre.

4 « La fréquence du passif en anglais tient en partie à la structure de la langue. »

Endnoten

* L’auteur utilise l’expression « francophone de France » afin de désigner les francophones parlant le français de l’hexagone et les différencier, ainsi, des autres francophones. Il en est de même pour le « français de France ». [N.d.É.]

Autor

Depuis 2000 interprète de conférence aux Nations-Unies, à New York. Elle fait des traductions simultanées de l’anglais vers le français et du russe vers le français. Actuellement, elle prépare en outre un doctorat en linguistique à l’université d’Orléans, sous la direction de Pierre Cadiot.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site