Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

III. Histoire(s) : Représentation, témoignage et effacement

Visions coraniques du temps à travers les traductions : enjeux et retombées

Soufian Al Karjousli

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La naissance de l’islam au vie siècle a suscité un besoin de réorganisation du temps, afin de marquer une coupure avec le passé, ses repères temporels et ses croyances. Ces dernières mettaient en jeu des symboles associés à diverses religions.

À travers les noms des mois de l’année, les repères temporels venant de l’empire perse, par exemple, renvoyaient à la religion de Zarathoustra et au dieu du feu. Les repères temporels venant du monde gréco-latin puisaient dans des visions temporelles se rattachant au polythéisme, au monde judéo-chrétien, ou encore pouvaient s’appuyer sur le calendrier syriaque, comportant des noms de mois inspirés des divers dieux babyloniens et cananéens. La période islamique, quant à elle, tire ses visions temporelles de trois sources essentielles : les mythes arabes préislamiques ; le Coran ; et enfin les appropriations du message par les Musulmans.

Dans cette étude, nous nous centrerons sur la vision coranique du temps, à travers le problème de la traduction...

Auteur

Linguiste et islamologue, est enseignant de langue et civilisation arabes à l’école d’ingénieurs SUPELEC de Rennes. « La polysémie et le Coran » est le titre de la thèse de doctorat qu’il a soutenue en 2005. Depuis, une trentaine de publications ont vu le jour. Soufian Al Karjousli a également participé à de nombreux colloques internationaux, dans son pays natal, la Syrie, ainsi qu’en Chine, au Canada, dans les pays du Maghreb, en Égypte, en Afrique Noire et en Europe. Son cheval de bataille est le caractère pluriel de l’islam : il s’attache à montrer que, tel un caméléon, cette religion a réussi à s’adapter à différents pays et à différents lieux.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540