Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

III. Histoire(s) : Représentation, témoignage et effacement

La connaissance et l’étude de John Locke sur le continent. Le cas de Two Treatises of Government1

Delphine Soulard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin de l’année 1689, paraissaient à Londres les Two Treatises of Government de John Locke. Ce livre publié de façon anonyme était cependant doté d’une préface de l’auteur qui le présentait comme un ouvrage polémique, destiné à terrasser la pensée du « patriarcaliste2 » Sir Robert Filmer et à justifier la légitimité sur le trône de Guillaume III, le prince d’Orange sacré roi d’Angleterre au lendemain de la Glorieuse Révolution3 (1688-1689), conjointement avec son épouse Marie Stuart (Locke, 1690 : signets A3r -A5r).

Si, dans sa préface, Locke semblait définir Two Treatises comme une œuvre ancrée dans le contexte de son époque et adressée à un public anglais, il exprimait aussi l’ambition que la portée de celle-ci dépasse ce cadre étroit, et parvienne à justifier « devant le monde » (Lessay, 1998 : 261) la légitimité de la révolution menée à bien par le peuple anglais.

Or rien ne prédisposait l’œuvre à connaître pareille destinée. En effet, n’oublions pas qu’à la charnière des xvii...

Auteur

Docteur en études du monde anglophone, se trouve actuellement rattachée au LERMA (EA 853) d’Aix-Marseille Université. Dans le cadre de sa thèse sur La fortune de l’œuvre politique de John Locke dans la République des Lettres, elle a travaillé sur la circulation des idées entre l’Angleterre et le continent aux xviie et xviiie siècles, ce qui l’a amenée à étudier le rôle des journalistes, des traducteurs et des éditeurs. Parmi ses publications on peut citer : « Les journalistes du Refuge et la diffusion de la pensée politique de J. Locke sur le Continent » (Studies on Voltaire and the eighteenth century, 2010) et « Les traducteurs français de John Locke » (Dix-septième siècle, 2011).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540