Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

II. Discours et pouvoir : la traduction socio-théorique

De Beyrouth à New York : traduction, politique, marketing

Christophe Ippolito

Texte intégral

  • 1 À quelques modifications près, cette contribution est la traduction de mon article « Intercultural (...)

1Comme l’a noté Sherry Simon, les traductions se fondent sur des théories portant sur les cultures qui les environnent ; elles tracent des frontières entre l’identité et la différence (cf. Simon, 1997). Cette contribution1 s’inscrit dans la problématique globale de la traduction de la culture.

2Beaucoup d’interrogations dérivent de cette question générale. En s’appuyant sur mon expérience pratique d’édition et de traduction, le présent article réfléchira aux opérations interculturelles inhérentes à une telle entreprise : il passera en revue les problèmes qui se sont posés, ainsi que les facteurs qui m’ont facilité le travail.

3Je commencerai par présenter mon édition de Lebanon : Poems of Love and War/Liban : Poèmes d’amour et de guerre, ainsi que l’auteur francophone Nadia Tuéni, (1935-1983) et son environnement culturel. J’aborderai ensuite le problème central, à savoir, la façon dont on peut envisager la traduction de la culture, dans le cas d’une copublication entre une maison d’édition occidentale et une maison d’édition du Moyen-Orient, en tenant compte de la situation politique. En conclusion de cette analyse, nous proposerons quelques solutions pratiques aux questionnements nés de ce contact étroit entre deux cultures.

4Certaines informations sont nécessaires pour comprendre le mode de fonctionnement de l’entreprise de traduction et d’édition dont il est question. Le projet s’appuyait sur un contrat entre les éditions de l’université de Syracuse (États-Unis), qui avaient accepté mon manuscrit, constitué de poésies accompagnées d’essais, et Dar An-Nahar, une maison d’édition libanaise appartenant à Ghassan Tuéni, le mari de l’auteur dont j’éditais le travail. Par le biais d’une fondation, Ghassan Tuéni possédait également les droits de Nadia Tuéni en français. J’étais un intermédiaire, placé entre deux éditeurs et deux cultures.

  • 2 Ghassan Tuéni est décédé le 8 juin 2012.

5Il est également nécessaire de décrire brièvement la matière du projet. Le cadre des poèmes de Lebanon : Poems of Love and War/Liban : Poèmes d’amour et de guerre est celui de la guerre civile libanaise. Les textes de cette anthologie furent choisis parmi les deux recueils édités en 1979 et en 1982 par Nadia Tuéni, pendant la guerre civile. L’auteur, née dans une ancienne, puissante et prestigieuse famille druze, d’une mère catholique française, parlant couramment l’arabe, le grec, le français et l’anglais – épousa Ghassan Tuéni, Grec orthodoxe, directeur de journaux, journaliste de renom, patron de la maison d’édition mentionnée ci-dessus, député de Beyrouth, et futur ministre et ambassadeur du Liban aux Nations Unies2.

6J’ai fait allusion ci-dessus à des facteurs qui ont facilité mon travail. Le fait que Nadia Tuéni, qui a habité au Liban, en Grèce, en France et aux États-Unis ait elle-même été un exemple d’identité multiculturelle n’est pas le moindre de ces facteurs.

7La plupart des œuvres de Nadia Tuéni ont d’abord été publiées en France, chez Pierre Seghers, Flammarion et Belfond. L’un des recueils traduits avait été édité par Jean-Jacques Pauvert.

8Les deux recueils dans lesquels puise mon ouvrage sont très différents l’un de l’autre : le premier, Liban : Vingt Poèmes pour un amour (Lebanon : Twenty Poems for One Love), a des accents apparemment nationalistes, et célèbre vingt sites libanais célèbres car symboliques d’un Liban « éternel ». Il a été traduit en entier. Le deuxième, Archives sentimentales d’une guerre au Liban (Sentimental Archives of a War in Lebanon) traite de la réalité quotidienne de la guerre. Seule la traduction de vingt poèmes de ce recueil a été autorisée par Ghassan Tuéni (il m’a cependant laissé les choisir librement). Mon édition comprend : une introduction ; quarante poèmes ; deux essais qui aident le lecteur à mieux comprendre les poèmes en en expliquant le contenu et le contexte ; et une courte bibliographie.

  • 3 Sauf mention contraire, les traductions des auteurs cités sont de mon cru.

9Je voudrais à présent aborder la question centrale de la traduction de la culture. Dans un essai marquant, Susan Bassnett et André Lefevere ont montré comment, aux yeux des traducteurs de la fin du xxe siècle, la culture est devenue la réalité la plus importante sur laquelle porte le travail d’un traducteur ; la prise en compte de la dimension culturelle est désormais considérée comme un préalable à tout travail sur le texte lui-même ; c’est même elle qui oriente tout ce travail : « la culture […] devient l’unité opérationnelle de la traduction3 » (Bassnett et Lefevere, 1990 : 8).

10Ce qui a été souvent considéré auparavant comme un élément quelque peu accessoire de la compétence du traducteur est désormais considéré comme la matière principale de son travail. Bassnett et Lefevere ont ouvert la voie à une cascade de questions théoriques et pratiques (souvent négligées dans les travaux de traduction qui s’inspiraient strictement du structuralisme). Nombre d’entre elles concernent au premier chef l’édition et la traduction dont je traite ici.

11Peut-on traduire le contexte d’un texte ? Peut-on traduire « l’esprit » d’un texte ? Ces questions sont-elles primordiales dans le choix de l’éditeur et du traducteur ? Et quel rôle joue l’expérience du traducteur, puisque le plus souvent celui-ci est étranger au moins à l’une des cultures ? Si l’on considère que toute traduction est comparable à l’appropriation d’un élément d’une autre culture, alors ce qui est « pris » à une culture peut-il lui être restitué sous forme de traduction éthique, responsable, voire « sustainable » (pour employer ce récent néologisme) ? Et qu’en est-il de ce qui ne peut être transmis explicitement, de la part d’ombre que constituent certains aspects invisibles, mais bien réels, du travail du traducteur ? La traduction vole-t-elle simplement une culture par fragments ? Je ne peux aborder toutes ces questions dans cet espace limité. Je me focaliserai donc sur celle de la réception et sur le cas de l’exemple cité : dans quelle mesure le processus de la traduction (impliquant les contraintes de l’éditeur et les limitations du traducteur et de l’éditeur) a-t-il permis la compréhension d’une culture étrangère ?

12Il est extrêmement difficile de traduire les tensions de la guerre civile libanaise : les plaisanteries sur les bombes et celles sur les dangers de la Ligne verte qui divisait alors Beyrouth ; le regard des victimes ; les soirées sur la Corniche ou rue Moinot ; les forteresses et les cimetières des montagnes druzes ; les mosquées et les églises détruites ; la torture, les sentiments, la mémoire – toutes choses que les lecteurs libanais partagent et comprennent. Dès lors, compte tenu des pièges de ce que George Steiner et d’autres ont appelé « le syndrome fidélité-trahison », comment nous y prendre pour être fidèle à l’esprit de l’auteur, aux nuances et au contexte culturel, plutôt qu’aux mots écrits ?

13Comment un lecteur issu d’une autre culture peut-il comprendre ce que la traduction passe sous silence, ce qu’elle rend invisible ?

14Dans certains cas, les difficultés commencent par les préjugés à l’égard d’une région du monde. Aux alentours de l’année 2001, étant donné le regard que les États-Unis portaient sur le Moyen-Orient, il n’était pas facile de publier dans ce pays un livre comme celui-ci.

15Par exemple, voici ce qu’une maison d’édition universitaire américaine répondit à ma proposition (je cite sans donner la source car il s’agit d’une lettre privée) : elle se disait « peu disposée à se risquer à la traduction de poèmes du Moyen-Orient ». Évidemment, le fait que les poèmes portaient sur la guerre civile au Liban m’a obligé à appréhender d’autant plus la portée politique de leur publication. Après les attentats terroristes contre le World Trade Center et le Pentagone, le 11 septembre 2001, la dimension politique de certains textes du Moyen-Orient devint de plus en plus importante dans la réception de ceux-ci par les commentateurs.

16Naturellement, dans mon expérience limitée de traducteur et d’éditeur (et le travail de l’éditeur est également de diriger et d’harmoniser la traduction), j’ai rencontré ce que j’appellerais des exemples apolitiques de différences culturelles. Tout n’est pas politique. Je ne pourrais passer en revue ici toutes les différences culturelles mineures qui apparaissent dans les poèmes que j’ai traduits. Je peux cependant en donner un exemple, et laisserai le lecteur en juger.

17C’est un exemple de « foreignization » du texte. Je reviendrai sur le concept de « foreignization » au cours des paragraphes qui suivent. Il est issu de la distinction entre deux attitudes de traduction, établie par Lawrence Venuti : foreignizing (c’est-à-dire : rester le plus proche possible du texte-source, quitte à produire une certaine étrangeté au regard de la langue-cible) et domesticating (adapter le plus possible le texte-source à la culture-cible, en s’éloignant dans une certaine mesure du texte-source) (Venuti, 1995 : 148 et suivantes).

18En français, l’un des poèmes commence par ces deux vers : « Je suis ou ne suis pas, selon la loi du rêve,/ mais forcément siège du Temps ». La traduction initiale du premier vers était : « I am or am not, depending on the laws of dreams. » L’excellent éditeur des presses universitaires a proposé le changement suivant : « according to the laws of dreams ». J’ai cependant gardé la traduction initiale du vers, pensant que, dans ce poème, le selon français était beaucoup plus fort que according. Il implique un sentiment d’urgence : c’est l’existence même de ce « Je » qui dépend de la loi des rêves.

19Et j’aimerais préciser que, bien évidemment, les corrections ont été faites dans l’intention de respecter l’auteur (en tenant compte des blancs, des espaces etc.) Dans le processus de traduction, il doit y avoir une certaine « transparence » quand on en vient au corps du texte : en effet, le discours doit être parfaitement clair et compréhensible pour le lecteur de la langue-cible – sans aller jusqu’à exiger la transparence, si célébrée aux États-Unis, et que certains dénoncent en disant que c’est une règle contraignante et non un simple outil dont on peut jouer (cf. Venuti, 1992 : 5). Cette transparence est nécessaire, ne serait-ce que pour permettre un dialogue constructif entre domesticate [rendre familier] et foreignise [rendre étranger]. Mais à mon avis, ce qui relève de la culture, de l’environnement, se prête plus facilement à la « foreignization ».

20L’un des articles publiés dans mon ouvrage a engendré un malentendu politique. L’auteur de cet article est palestinienne. Dans son texte, elle parle « des désastres nationaux constitués par la création d’Israël en 1948 et la Guerre des Six Jours de juin 1967 » (Tuéni, 2006 : 99).

21L’éditeur chargé de revoir le texte par la maison d’édition américaine a suggéré alors qu’aucune explication sur la guerre des Six Jours n’était nécessaire pour le public américain ; une explication au sujet de ces « désastres » de 1948 devait être donnée. Je lui ai répondu que je ne pensais pas qu’une note sur 1948 fût nécessaire (ni d’ailleurs sur certains autres événements comme la loi de 1949 sur la réquisition de la propriété pendant l’état d’urgence), car de nombreux ouvrages de référence contiennent des informations sur ce qui s’est produit en 1948 (780 000 réfugiés palestiniens, etc.) J’ai soumis la suggestion à ma collaboratrice, qui a été d’accord avec moi. Elle ajouta que l’expression « désastre national » était commune à tous les pays arabes, depuis les années 1970 jusqu’à nos jours, pour parler de 1948 : on la trouve partout, y compris dans les traités officiels.

22Comme éditeur, je me rendais compte que j’avais le choix entre les deux types d’attitudes évoquées par Lawrence Venuti : foreignizing ou domesticating. J’ai choisi d’éviter de récrire le texte de ma collaboratrice, et ainsi d’être dans la démarche du foreignizing.

  • 4 Douglas Robinson, entre autres, a qualifié la théorie de Venuti d’élitiste (cf. Robinson, 1997).

23Si j’avais choisi la démarche du domesticating, je n’aurais pas été fidèle au point de vue de ma collaboratrice. En effet, j’aurais « gommé la différence linguistique et culturelle du texte étranger » qui « aurait été récrit dans le discours transparent dominant de la culture de langue-cible » (Venuti, 1992 : 5). Or il y avait là un marqueur de différence culturelle que je me suis senti contraint de reproduire. Certains trouvent que la distinction de Venuti est naïve, moderniste et particulièrement élitiste4, mais je pense personnellement qu’elle est bienvenue, en particulier dans le contexte postcolonial et dans un marché globalisé. Dans le même ordre d’idées, j’ai choisi de maintenir quelques mots et expressions qui peuvent sembler quelque peu étrangers en anglais.

24Il y eut également une petite discussion au sujet de la date réelle de l’invasion du Sud du Liban par Israël sous la direction du général Sharon, alors ministre de la défense. Cette opération militaire est également nommée « opération Paix pour la Galilée ».

25Si le bombardement des quartiers de l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) a commencé le 4 juin 1982 et a été immédiatement suivi d’attaques de mortier de la part de l’OLP, les forces israéliennes ne sont entrées au Sud-Liban que le 6 juin. Mais c’est le 4 juin qui est considéré par beaucoup de collègues spécialistes du Moyen-Orient comme la date du commencement des opérations militaires.

26L’auteur dont j’ai parlé plus haut avait cité le 6 juin comme date de l’invasion israélienne. Au Moyen-Orient, cette date est en effet très symbolique, en particulier pour les Palestiniens (le 6 juin marque également le commencement de l’invasion de la Cisjordanie et de Jérusalem en 1967, pendant la guerre des Six Jours). Et c’est elle que l’on retient habituellement dans les manuels d’histoire des pays arabes. Je dois préciser ici que l’un des deux recueils, Archives sentimentales, a paru au moment de l’invasion israélienne, en 1982. Il s’agissait du dernier recueil de Tuéni, et il était publié au moment le plus critique de la guerre civile. D’autre part, la guerre de 1967 avait eu une grande influence sur le poète.

27Ainsi, dans les deux cas que nous venons de mentionner, on voit que les différences culturelles sont liées à la façon d’évoquer le contexte international. Sur les deux points, j’ai soutenu mon auteur. En outre, dans mon introduction, j’ai modifié la date du 4 juin en 6 juin, de façon à harmoniser les textes.

28Une troisième occurrence de différence culturelle a surgi au sujet de la stratégie de marketing à adopter pour le livre. La maison d’édition américaine voulait que la formule « révolution du langage poétique » apparaisse sur la couverture de livre ; elle était déjà utilisée dans l’argumentaire sur le catalogue. Par ailleurs, dans mon introduction aux poèmes, à propos d’un point spécifique, je citais La Révolution du langage poétique, de Julia Kristeva (1974).

  • 5 J’ai suggéré d’autres phrases pour la couverture, par exemple un court vers de Tuéni en anglais, c (...)

29Il me semblait que la référence culturelle contenue dans cette formule était trop fortement codée pour apparaître sur la couverture. Il y avait à cela toute une série de raisons, dont certaines étaient apolitiques : cela aurait créé une association abusive entre Tuéni et Mallarmé (l’auteur étudié dans le livre de Kristeva) ; cela aurait créé un lien entre Tuéni et la position féministe de Kristeva ; de plus, la formule ne s’appliquait pas du tout au premier recueil, Liban : Vingt poèmes pour un amour, car ce recueil est très traditionnel et n’a rien de révolutionnaire. Enfin et surtout, j’ai suggéré que le mot révolution avait une connotation très négative au Liban5. Il ne faut pas oublier qu’il s’agissait d’une coédition entre une maison d’édition libanaise et une maison d’édition américaine.

30Les problèmes politiques évoqués ci-dessus concernent la réception du texte étranger, la réception de la culture étrangère. Mais il existe aussi des problèmes politiques liés à la production du texte, c’est-à-dire à la façon dont il doit être présenté.

31Si la production d’un ouvrage en collaboration présente des avantages et rend certaines choses plus faciles, elle engendre également des difficultés. Les problèmes énumérés ci-dessous concernent principalement mon introduction.

32J’ai naturellement porté une attention minutieuse à cette introduction. Ainsi, j’ai fait vérifier son contenu historique et religieux (et la façon de le présenter) par plusieurs spécialistes, au Liban comme aux États-Unis.

33Il me faut faire ici une parenthèse. Ghassan Tuéni, mari de Nadia Tuéni, a été une figure politique importante au Moyen-Orient et avait intérêt à prêter attention aux aspects politiques et religieux du livre, d’autant plus que le livre avait été également prévu pour le public libanais. Et ce, à un moment où deux de ses collaborateurs venaient d’être assassinés à Beyrouth.

34Parmi les facteurs qui ont facilité mon travail, les plus importants étaient ma bonne relation personnelle avec Ghassan Tuéni, et le fait que nous étions constamment en contact pour régler certains aspects de cette édition bilingue. Il faut dire qu’au cours de l’été 2005, j’avais travaillé dans sa maison d’édition à Beyrouth.

35Ghassan Tuéni, qui a fait plusieurs suggestions, a aussi fait des corrections et des additions mineures au volume. En voici un exemple : j’avais parlé de Fouad Gabriel Naffah dans mon introduction, car je pensais que ce poète libanais avait pu influencer Nadia Tuéni ; Ghassan Tuéni m’a indiqué que Naffah était un ami intime du couple, confirmant donc qu’en parler était justifié. C’est d’ailleurs ce poète qui a traduit le dernier texte de Nadia Tuéni, un fragment testamentaire. Il a suggéré qu’il soit ajouté au volume, ce qui a été fait, et ce fut là un excellent ajout.

36Au sujet de la religion, nous avons mené une réflexion en commun. Il a insisté sur le fait que, bien que son épouse ait été élevée dans la religion druze et que sa croyance druze en l’immortalité et en la réincarnation ait été importante – cependant, d’autres aspects familiaux de son identité multiculturelle (comme le fait qu’elle ait épousé un chrétien orthodoxe et ait eu une mère chrétienne) devaient être soulignés. J’en venais presque à subodorer qu’il voulait réduire au minimum la part druze de son identité. Sous son influence, j’ai ajouté dans l’introduction quelques mots inspirés par le christianisme, sur la catharsis et le drame du pardon. Il était ma source principale, naturellement, pour les informations biographiques sur Nadia Tuéni.

37Il m’a également invité à modifier quelques aspects politiques mineurs de mon texte. Par exemple, en 2005, j’avais écrit une phrase disant que les accords de Taïf qui ont mis fin à la guerre civile en 1989 étaient loin d’avoir résolu tous les problèmes constitutionnels. Ghassan Tuéni a toujours eu un rôle très important dans la vie politique nationale et internationale du Liban (en particulier en tant qu’ambassadeur du Liban aux Nations unies) ; il a participé au travail qui a mené aux accords de Taïf. Il a donc proposé d’écrire que les accords de Taïf « avaient mis un terme à la violence et aux crises constitutionnelles », et avec son accord j’ai corrigé cette phrase, écrivant que ces accords avaient « mis un terme à la violence et aux crises constitutionnelles graves » (car il y avait encore des crises constitutionnelles au Liban en 2005, comme le retard de l’élection pour un nouveau président, mais on peut les considérer comme de moindre gravité par rapport aux crises de la guerre civile). Il y eut également une discussion sur l’invasion israélienne de 1982, et sur la façon dont on devait souligner que l’armée israélienne n’était pas restée à Beyrouth mais était retournée assez rapidement dans le Sud.

38J’ai parlé jusqu’ici de mes interactions avec les deux maisons d’édition en tant qu’éditeur et traducteur. J’aimerais à présent donner l’exemple d’un travail de collaboration entre les maisons d’édition. Ce travail touchait à la fois la production et la réception, puisqu’il s’agissait d’insérer une image et de la traduire d’une culture à l’autre.

39Je crois utile ici de donner quelques informations sur un aspect technique de l’édition. Le contrat de 2004 entre Dar An-Nahar et les presses universitaires de Syracuse avait été signé après des négociations, sur lesquelles je ne m’étendrai pas ici, bien que ces activités constituent une part essentielle de mon travail d’éditeur. Il avait défini les termes de la copublication, en spécifiant que la production serait entièrement faite à Syracuse.

40Le contrat ajoutait que les deux parties devraient maintenir un échange d’idées, de suggestions et d’informations tout au long de la période de production et de distribution. Cela a sans nul doute facilité l’aspect collaboratif de cette édition, et la résolution des difficultés qui allaient inévitablement surgir, comme le montre ce qui suit.

41Il y a deux photographies sur la couverture du livre : celle de Nadia Tuéni, et une photographie de l’Agence France-Presse (AFP) sur la guerre civile. Cette dernière a été prise en 1976 et représente, après un bombardement à Beyrouth, une femme courant, en larmes, parmi les débris et les cadavres.

42Ghassan Tuéni voulait une photographie de Nadia Tuéni, et les presses universitaires de Syracuse allaient dans le même sens ; il n’a pas été très difficile de faire un choix à partir des photographies de Nadia Tuéni assemblées par Dar An-Nahar. Cependant, la présence sur la couverture de la photographie représentant la scène de l’après-bombardement est due à un courriel de Ghassan Tuéni. En effet, le mari de l’auteur suggérait qu’au lieu d’un paysage typique du Liban (ce que proposaient les presses universitaires de Syracuse), il serait plus adapté de choisir quelque chose sur la guerre, un sujet inspiré par le Liban tel qu’il est présent dans la poésie de Nadia Tuéni. Sous sa direction, l’équipe technique de Dar An-Nahar a finalement choisi une photographie d’une scène réaliste de la guerre qui, selon Ghassan Tuéni, correspondait parfaitement aux images qui ont inspiré les Archives sentimentales.

43À mon avis, ce qu’a montré la collaboration entre les deux maisons, c’est la manière dont la signification et l’identité des textes peuvent être adaptées aux lecteurs des différentes cultures et des différents marchés, notamment par le biais des images. Les attentes qu’on prête à un lecteur de poésie peuvent pousser l’éditeur à créer une couverture qui n’est pas nécessairement compatible avec la signification générale d’un texte telle qu’elle est perçue par des personnes appartenant à la culture-source.

44Je vais aborder à présent des questions qui portent également sur la représentation, mais à une échelle plus vaste. À une époque où la globalisation devient une sorte de pensée unique, comment peut-on garder un équilibre entre ce qui est spécifique à une culture donnée et ce qui fait partie de la lingua franca acceptable de l’acte de globalisation ? Nous nous appuierons sur des exemples liés à la représentation de la culture et de la religion.

45Dans un premier temps, je reviendrai sur l’importance de la religion, à laquelle j’ai fait allusion ci-dessus : comment – dans l’espace limité de l’introduction de mon ouvrage – expliquer l’importance de la religion druze, si grande dans les poésies de Nadia Tuéni ? La religion druze est pratiquement inconnue du public américain. J’ai donc dû élaborer une explication très courte dans mon introduction. J’ai notamment pu compter sur l’aide de Farès Sassine, directeur littéraire de Dar An-Nahar : allant plus loin que les résumés habituels, qui se contentent souvent de classer cette religion dans le groupe chiite hétérodoxe, il m’en a exposé les quelques points centraux.

46Il reste que je ne pourrais transmettre complètement au lecteur la manière dont cette religion (et au-delà, ce mode de vie) imprègne la vie des gens parmi lesquels Nadia Tuéni est née. Les mots, si précis qu’ils puissent être, ne peuvent remplacer l’expérience de l’univers étroit des montagnes druzes, de leurs châteaux médiévaux, de leur climat social et politique, ou encore de leurs cimetières, dans lesquels différentes formes de réincarnation sont représentées par des éléments du paysage et de l’architecture : toutes ces choses m’ont aidé à comprendre la religion druze et les textes de Nadia Tuéni.

47Peut-être ce type d’information se situe-t-il au-delà du linguistique. À mon sens, cela fait partie de ce que María Pinto appelle la « compétence documentaire » du traducteur (cf. Pinto, 1999 : 106 et suivantes). La compétence documentaire du traducteur inclut, selon Pinto : l’utilisation d’informations adéquates (notamment sur la culture-source) ; le processus de traduction lui-même (c’est-à-dire le travail sur le texte) ; et la capacité à créer de nouveaux documents (par exemple, pour accompagner la traduction) ; c’est également une compétence technique qui permet de mieux planifier et de mieux réaliser le processus de traduction.

48Dans un second temps, j’aborderai brièvement un problème qui a été largement étudié (cf. Beydoun, 1993 et Nassif Tar Kovacs, 1998) : comment représenter la culture libanaise, en particulier pendant la guerre civile ? Les éléments du Liban mythique (monuments, paysages, villes) tels que Nadia Tuéni les a évoqués sont-ils reconnaissables, ou au moins perceptibles, dans le livre que j’ai édité ? Plusieurs sites décrits par Nadia Tuéni se trouvent en pays druze, région qui est surreprésentée en comparaison des sites musulmans ou chrétiens célébrés par l’auteur. En cela, Nadia Tuéni exprime sa différence et celle d’une minorité. Cela me paraît intéressant, dans la mesure où aux États-Unis le Liban est parfois vu, à tort, comme un pays uniforme au sein d’un monde arabe uniforme.

49Mais tandis qu’on s’attendrait à ce que Nadia Tuéni (comme tant d’autres l’ont fait pendant la guerre) défende le point de vue des familles, des réseaux, des minorités et des groupes sociaux auxquels elle a appartenu, en tant que femme d’une grande famille druze, mariée à un chrétien orthodoxe grec – en fait, au cœur d’un pays dévasté par la guerre civile, il semble qu’elle ait tenté de rendre sensible et d’exprimer un sentiment d’unité nationale. Et ce, au moment où elle-même était emportée inexorablement par le cancer (elle est morte un an après la parution d’Archives sentimentales). À l’heure de la guerre civile, dans le contexte complexe de la culture, de la politique, des religions, de la société et de l’histoire libanaises, il est difficile de traduire l’urgence qu’elle a pu ressentir, et ses motivations particulières.

50D’autre part, certains de ses poèmes incluent des mots décrivant des éléments clés de la culture libanaise ou du contexte de cette guerre civile. Il n’est pas toujours possible d’expliquer ces mots et leur importance dans chaque contexte.

51La traduction donne un sentiment d’imperfection – on le dit souvent. On ne peut qu’espérer que l’effort de traduction sera continué par des lecteurs et d’autres traducteurs (seule une fraction des travaux de Nadia Tuéni a été traduite en anglais).

52Je voudrais finir en passant en revue certains des facteurs qui m’ont facilité le travail. Le défi le plus important était la traduction elle-même. Ce qui a le plus facilité les choses était la composante de diversité inhérente à cette traduction. Certains y verraient probablement une forme d’hybridité (mais toutes les traductions ne sont-elles pas hybrides ?) En effet, il y avait deux traducteurs différents pour les deux recueils de poèmes représentés dans le livre (un poète et universitaire libano américain ; un universitaire américain) : ceci a produit deux approches culturelles des poèmes très différentes.

53Naturellement, pour l’éditeur, le défi consistait à harmoniser les différents styles et choix linguistiques afin d’avoir un volume cohérent. Mon intention première était d’éditer seulement le recueil de 1982. J’avais choisi un traducteur qui avait l’expérience des traductions universitaires mais n’était pas encore connu dans le milieu de la traduction. Les presses universitaires ont proposé un de leurs traducteurs, qui avait édité une traduction du recueil de 1979 – traduction qui était restée assez confidentielle. Elles ont d’abord suggéré que puisque ce traducteur était relativement bien connu dans le milieu, le livre serait plus commercialisable si c’était aussi lui qui traduisait le recueil de 1982, en plus de celui de 1979. Une négociation s’en est suivie. Finalement, j’ai maintenu le traducteur choisi pour le recueil de 1982, et la traduction du recueil de 1979 a été incluse dans le livre, dans la mesure où ces deux recueils étaient les deux derniers écrits par le poète, et partageaient le même point de vue sur la guerre civile libanaise.

54Combiner deux recueils très différents (l’un plus traditionnel ; l’autre plus avant-gardiste) m’a semblé raisonnable dans ce cas précis : car le premier recueil a en quelque sorte servi d’introduction à l’autre. Mais cette solution, dont j’ai été finalement satisfait, n’était pas mon idée de départ.

55Je pense que le fait que ce projet soit devenu une véritable collaboration a été très positif. Je rejoins ici Barbara Godard qui semble penser que la multiplicité des traducteurs est un bon mode de fonctionnement dans le domaine des traductions des littératures postcoloniales (Godard, 1997).

56Dans la même perspective, dès le commencement de ce projet, je me suis rendu compte qu’une approche interculturelle de l’édition était la meilleure manière de procéder. Pour faire face à la difficulté présentée par cette approche, j’ai pressenti deux auteurs très différents, pour les deux essais qui devaient accompagner les poèmes. Cela a favorisé, je pense, la prise en compte dans ce livre de différentes voix (poétique, universitaire), approches (comparatiste, philosophique) et points de vues culturels (musulman, chrétien, palestinien, libanais, francophone, anglophone).

57Ce choix des traducteurs et des contributeurs et le fait d’avoir travaillé avec deux maisons d’édition m’ont permis de maintenir un équilibre entre différents points de vues. Je me trouve ici en conformité avec les propositions de Gayatri Spivak concernant l’appareil critique qui accompagne les traductions : celui-ci devrait être attentif aux spécificités caractérisant le texte-source et la culture-source (cf. Spivak, 2003). Avec elle, je pense que la meilleure manière de procéder, de résoudre les défis lancés au traducteur et à l’éditeur par le marché occidental dominant, est d’inclure un appareil critique aussi développé que possible.

58Je conclurais en évoquant cette pratique d’intermédiaire et de passeur, que certains considèrent centrale pour le traducteur ou l’éditeur de textes postcoloniaux. Il me semble que dans le cas de cette traduction, la réflexion commune menée par des acteurs et des publics linguistiquement et culturellement différents a été une action interculturelle en constant devenir. L’apparition de points de vue très différents au sein de l’équipe en a facilité le fonctionnement.

59Je comprends que chaque traduction est une étape, et mon but n’était pas de présenter un modèle à suivre. Cette traduction imparfaite était également une expérience.

60Elle m’a permis de mieux mesurer les problèmes auxquels font face les traducteurs et éditeurs de textes postcoloniaux provenant de cultures multilingues. D’autre part, il est vrai que la politique a été au cœur de cette entreprise, car cette dimension était essentielle au texte traduit (et ce, dans une perspective internationale). D’autres textes, bien sûr, pourront être moins concernés par la dimension politique.

61Il est également probable qu’en tant qu’éditeur et traducteur je manque de la distance nécessaire à l’analyse. Cependant, à mon sens, le rôle de l’éditeur responsable d’une édition bilingue n’est pas tant de faire une synthèse des différents points de vue que de présenter des matériaux assez divers pour rendre justice aux différents membres de son équipe et, à travers eux, aux différents publics qu’idéalement ils représentent.

Bibliographie

Bibliographie

Bassnett Susan et Lefevere André (dir.), 1990. Translation, History and Culture. Londres, Pinter.

Beydoun Ahmad, 1993. Le Liban : itinéraires dans une guerre incivile. Paris, Karthala.

Day James et al. (dir.) 2009. Translation in French and Francophone Literature and Film. Amsterdam, Rodopi.

Godard Barbara, 1997. « Translation as Culture », in S. Ramakrishna (dir.), Translation and Multilingualism : Post-Colonial Contexts. New Delhi, Pencraft International : 157-182.

Ippolito Christophe, 2009. « Intercultural Politics : Translating Post-Colonial Lebanese Literature in the United States », in J. Day (dir.), Translation in French and Francophone Literature and Film. Amsterdam, Rodopi : 170-190.

Kristeva Julia, 1974. La révolution du langage poétique. Paris, Seuil.

Pinto María, 1999. « Competencias del traductor de textos literarios desde la perspectiva documental », Terminologie et traduction (Luxembourg), no 3 : 99-111.

Ramakrishna Shanta (dir.), 1997. Translation and Multilingualism : Post-Colonial Contexts. New Delhi, Pencraft International.

Robinson Douglas, 1997. What is Translation ? Centrifugal Theories, Critical Interventions. Kent (Ohio), Kent State University Press.

Simon Sherry, 1997. « Translation and Cultural Politics in Canada », in S. Ramakrishna (dir.), Translation and Multilingualism : Post-Colonial Contexts. New Delhi, Pencraft International : 192-204.

Spivak Gayatri Chakravorty, 2003. Death of a Discipline. New York, Columbia University Press.

Nassif Tar Kovacs Fadia, 1998. Les rumeurs dans la guerre du Liban. Les mots de la violence. Paris, Centre national de la recherche scientifique.

Tuéni Nadia, 1979. Liban : Vingt poèmes pour un amour. Beyrouth, Dar An-Nahar.

— 1982. Archives sentimentales d’une guerre au Liban. Paris, Pauvert.

— 1986. Œuvres complètes. Édité par J. Hatem. Beyrouth, Dar An-Nahar.

— 1990. Lebanon : Twenty Poems for One Love. Traduit du français par S. Hazo. New York, Byblos Press.

— 2006. Lebanon : Poems of Love and War/Liban : Poèmes d’amour et de guerre. Édité par C. Ippolito. Syracuse (NY) et Beyrouth, Syracuse University Press et Dar An-Nahar.

Venuti Lawrence et al. (dir.), 1992. Rethinking Translation. Discourse, Subjectivity, Ideology. Londres, Routledge.

— 1995. TheTranslator’s Invisibility. A History of Translation. Londres, Routledge.

Notes

1 À quelques modifications près, cette contribution est la traduction de mon article « Intercultural Politics : Translating Post-Colonial Lebanese Literature in the United States » (2009). Je remercie James Day et l’université de Caroline du Sud, ainsi que l’éditeur Rodopi, de m’avoir donné l’autorisation de reproduire ici cet article sous cette forme.

2 Ghassan Tuéni est décédé le 8 juin 2012.

3 Sauf mention contraire, les traductions des auteurs cités sont de mon cru.

4 Douglas Robinson, entre autres, a qualifié la théorie de Venuti d’élitiste (cf. Robinson, 1997).

5 J’ai suggéré d’autres phrases pour la couverture, par exemple un court vers de Tuéni en anglais, comme « I survive my own ashes » ou « a sob keeps vigil » (en français : « Je survis à ma propre poussière » et « un sanglot veille ».

Auteur

Enseigne au Georgia Institute of Technology, à Atlanta. Il est l’auteur de Narrative Memory in Flaubert’s Works (2001) et de Poéticité de la description au dix-neuvième siècle (2012). Il est aussi l’éditeur de Lebanon : Poems of Love and War (2006), et de Résistances à la modernité dans la littérature française de 1800 à nos jours (2010). Il a publié plusieurs articles dans Contemporary French and Francophone Studies, dans Romance Studies, dans Romantisme et dans la Revue d’histoire littéraire de la France. Il fait partie de l’équipe travaillant sur le futur Dictionnaire Flaubert pour les classiques Garnier, et du centre de recherches « Écritures » de l’université de Lorraine.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site