Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

II. Discours et pouvoir : la traduction socio-théorique

Des intermédiaires aux médiateurs. Contribution à une sociologie de la traduction internationale des idées

Thibaut Rioufreyt

Texte intégral

1Au début des années 2000, le sociologue Pierre Bourdieu s’est intéressé aux relations internationales dans un cadre théorique issu d’une réflexion historiquement et culturellement située dans la société kabyle, puis dans la société française des années 1960-1990 (cf. Bourdieu, 2002). Le programme qu’il proposait alors, sur les conditions sociales de la circulation internationale des idées, constitue l’un des chantiers de recherche les plus féconds.

2À la suite de Pierre Bourdieu, un certain nombre de travaux, en France et dans le monde anglo-saxon, ont repris ses méthodes et ses concepts pour étudier la formation et les activités des élites transnationales (cf. Dezalay et Garth, 2002 ; Denord, 2002), les échanges culturels internationaux (Heilbron et Sapiro, 2007), ou encore pour mettre en œuvre de nouvelles approches dans le domaine des relations internationales (cf. Bigo, 1994 ; Guzzini, 2006 ; Merand et Pouliot, 2008 ; Klozt et Prakash, 2008). Pour souligner la dimension collective et paradigmatique de ces travaux, je les engloberai sous l’appellation de « paradigme structuralo-constructiviste » (PSC), en référence à l’expression « structuralisme constructiviste » proposée par Bourdieu lui-même (Bourdieu, 1987a : 147).

  • 1 Pour des raisons pratiques, je ne pourrai malheureusement pas revenir sur ses apports, déjà relevé (...)

3Les travaux du PSC constituent un modèle d’analyse particulièrement fécond1, par rapport à d’autres approches de la circulation d’entités (idées ; dispositifs techniques ; œuvres artistiques ; mesures législatives ; etc.) d’un pays à l’autre. Toutefois, certains postulats constitutifs du PSC sont problématiques.

4Je montrerai que si le PSC permet d’effectuer une sociologie des individus participant à la circulation des idées, cette approche tend à les appréhender comme de simples intermédiaires et non comme des médiateurs (cf. Heilbron et Sapiro, 2007 : 8). Supposant que les mécanismes à l’œuvre dans la traduction – au sens le plus restrictif, d’opération de transposition du sens d’un texte d’une langue à une autre, ce que je nommerai par la suite translation – sont analogues aux mécanismes à l’œuvre dans la circulation internationale des idées, je souhaite opérer un examen critique de certains postulats bourdieusiens, et montrer la fécondité du concept de traduction pour porter sur ces derniers un nouveau regard.

Les apports du PSC

5En proposant une sociologie des acteurs participant à la circulation internationale des idées, le PSC offre des outils pour analyser les mécanismes concrets d’interprétation en fonction du contexte. En cela, il correspond à la première fonction du concept de traduction : celle de penser la circulation d’une entité d’un espace à un autre comme une interprétation contextualisée.

6Dans le modèle de la communication (cf. Rastier, 1995), l’ensemble des messages est réduit à une communication inter-individuelle, ignorant la production collective de discours, celle de ces « êtres sans corps » que sont les collectifs (Boltanski, 2009 : 115). Mais le PSC va plus loin, dans la mesure où il cherche à dépasser l’antinomie mortelle holisme/individualisme, à travers les concepts d’habitus et de champ.

  • 2 Sur les différences entre relation structurale chez Bourdieu et interaction chez Weber, voir égale (...)

7En effet, pour Bourdieu, même dans le cas où il n’y a que deux agents en présence (l’auteur et l’interprète), la relation de traduction n’est jamais réductible à une simple inter-individualité. Dans la mesure où il existe des relations objectives ou structurales qui déterminent en amont les interactions2, la relation ne se réduit pas à une interaction.

8Ainsi, chez cet auteur, la distinction entre production inter-individuelle et production collective s’efface, dans la mesure où, lorsque deux individus sont connectés dans un processus de traduction, ils sont bien plus que deux, car ils ont intériorisé les règles et les logiques des univers sociaux dans lesquels ils se sont individués. De plus, leurs pratiques sont déterminées par la position qu’ils occupent dans leurs champs respectifs.

9Toute traduction se fait donc entre des espaces nationaux, mais également entre des univers sociaux, à l’intérieur du même espace national. Resituer le texte traduit dans son contexte passe nécessairement par la déconstruction du niveau national, et celle-ci s’opère à la fois en aval et en amont.

10En examinant les catégories socio-discursives que les agents emploient, et la manière dont ils les utilisent pour construire une légitimité de porte-parole ou des rapports de domination, la théorie bourdieusienne contribue à placer la focale d’analyse non plus sur les États, considérés comme des entités constituées et observables – mais sur les agents et sur la manière dont ils défendent, acceptent ou non, et diffusent des pratiques ou des discours dans des univers spécifiques. C’est non seulement en fonction de facteurs culturels nationaux, mais aussi en fonction de leurs positions sociales que les traducteurs interprètent. Christophe Charle commente ainsi le travail de ces derniers :

« La référence étrangère et le refus de l’autre ne s’identifient pas non plus à la novation ou au conservatisme de façon univoque. Les novateurs opèrent toujours une lecture particulière, propre à leur horizon social et à leurs intérêts, des emprunts acceptables ou non » (Charle, 2003 : 19).

11Mais les travaux s’inscrivant dans la lignée du PSC déconstruisent le national également par le haut. En effet, ils montrent que tous les acteurs ne sont pas immergés dans leurs champs respectifs : car il existe des agents dont la spécificité est de maîtriser un capital cosmopolite, et dont les ressources et les dispositions font qu’ils sont, en quelque sorte, des spécialistes de la traduction internationale. En s’intéressant au capital spécifique des acteurs cosmopolites, les travaux de Garth et Dezalay permettent d’ouvrir la boîte noire trop souvent présente entre le point de départ et le point d’arrivée.

12Une telle analyse suppose l’étude des trajectoires des acteurs. Celles-ci sont « d’autant plus diversifiées qu’elles se déroulent le plus souvent à des niveaux multiples (internationaux et nationaux), avec des aller-retour et des chevauchements fréquents qui permettent d’accroître leur capacité stratégique » (Dezalay et Garth, 2002 : 3).

  • 3 Bourdieu définit la trajectoire comme ensemble des positions occupées par un acteur.

13À l’échelle internationale, chaque espace peut potentiellement être appréhendé comme un champ. Le concept de champ permet d’analyser et de cartographier les trajectoires des acteurs3, les multipositionnements, les pratiques et les discours, les transactions d’acteurs individuels, dans des espaces de relations aussi variés que les États, l’Union européenne ou les organisations internationales (cf. Guiraudon, 2000 ; Favell, 2000 ; Kauppi, 2006 et Merand, 2008). Le PSC permet ainsi d’analyser les processus de normalisation des pratiques, les processus de formation des élites ainsi que les processus de distinction, et par conséquent aussi l’autonomisation et la légitimation de nouveaux espaces (Georgakakis et Lassale, 2007 ; Dezalay, 2007).

De la transposition à la traduction

14Si le PSC permet de mettre en œuvre une sociologie des agents, de les montrer comme les produits d’un espace social et d’une histoire, ceux-ci n’en restent pas moins considérés comme des entités abstraites : c’est la position qu’ils occupent, et non leur singularité qui constitue la partie dans la distribution des rôles propre à la théorie des champs. Alors qu’il est commun de considérer que le tout correspond au champ, et que l’élément correspond à l’individu – Bourdieu se distingue de l’individualisme méthodologique wébérien, en refusant à l’individu le rôle de l’élément (cf. Bourdieu, 1992a : 82).

15Ainsi, ce qui joue le rôle de médiation entre le tout social et les agents, ce sont des positions dans le champ, qui deviennent des éléments clés pour déterminer les rapports dominants/dominés dans les rapports de force (cf. Bourdieu, 1992b : 321). De ce point de vue, les agents sont interchangeables.

16C’est ce qui explique le passage du couple émetteur/récepteur ou encodeur/décodeur au couple importation/exportation. La métaphore technique du modèle de la communication a laissé place à la métaphore économique.

17Il ne s’agit pas ici de faire un mauvais procès à Bourdieu en l’accusant d’« économicisme », mais de prendre au sérieux cette métaphore, et d’en montrer les limites dans l’étude des données empiriques. La métaphore économique conduit à faire des agents des courtiers, des intermédiaires qui ont un effet sur le produit importé, moins en fonction de leur individuation spécifique que de la position qu’ils occupent dans le champ.

18Or, l’analyse de la trajectoire concrète d’une entité d’un espace à un autre amène à constater des modifications qui ne sont pas seulement des effets de positions. Si la traduction est interprétation contextualisée, elle ne peut se réduire à une « trans-position », au passage d’un texte d’une position à une autre. Autrement dit : certes, la traduction est bien une transposition, mais la position de l’auteur et celle du traducteur ne sont que des variables parmi d’autres.

19C’est sur ce point que le concept de traduction révèle toute sa fécondité. Si la première fonction de ce concept (penser la circulation d’une idée comme interprétation en fonction du contexte) est convergente avec les analyses de Pierre Bourdieu, la seconde fonction qu’il remplit constitue une innovation par rapport au PSC : elle est de penser ensemble les fonctions et les processus.

20Le terme même de traduction désigne à la fois l’opération de traduction et son résultat. Ainsi, le concept de traduction permet de saisir non seulement ce qui est traduit, mais aussi le processus par lequel un objet est traduit.

21De ce double sens du terme traduction, on peut tirer des conséquences méthodologiques fortes. En effet, pour appréhender une entité traduite (une idéologie, un texte, un procédé technique, une réforme…), on ne peut se contenter d’étudier les fonctions qu’elle joue dans la culture-cible, il faut également restituer finement les processus concrets de circulation.

22Ce couple fonction/processus, dans le cadre d’une problématique de la réception d’un ensemble d’idées, rejoint un autre couple fonction/processus, celui qui caractérise la problématique de la socialisation. En effet, à moins de céder à l’illusion d’une autonomie radicale des idées vis-à-vis des acteurs qui les produisent, les reçoivent et les font circuler, il faut admettre que la traduction d’une idée est une opération conditionnée par les propriétés sociales de ceux-ci.

23Cette propriété du concept de traduction est confirmée par un certain nombre d’approches sociologiques : elles défendent que l’étude de la circulation d’idées et de pratiques d’un pays et d’un espace social à l’autre implique d’analyser les facteurs de socialisation. Ces facteurs permettent de comprendre d’où viennent les idées et les pratiques des acteurs de la réception d’une idée, ainsi que les processus concrets par lesquels ceux-ci s’individuent.

24L’introduction d’une dimension « processuelle » dans l’analyse de la circulation internationale des idées permet de prendre en compte deux dimensions fondamentales de l’individuation, trop peu considérées par la sociologie bourdieusienne, à savoir : « dans une perspective diachronique », la dimension « de la transformation des identités, et des mécanismes sociaux à l’œuvre dans ces transformations » ; et « dans une perspective synchronique », « celle de la pluralité des sites d’inscription des acteurs sociaux » (Fillieule, 2001 : 205 et suivantes).

25Les échanges d’idées internationaux s’opèrent par la médiation d’acteurs collectifs (les partis politiques et les réseaux intellectuels tels que les fondations, les clubs, les think tanks, les revues, les maisons d’éditions, les universités…) et d’acteurs singuliers (les hommes politiques, les intellectuels, les savants, les traducteurs, les éditeurs…) relevant de logiques et d’espaces sociaux différents. La théorie des champs permet de rendre compte des propriétés sociales spécifiques aux différents acteurs, expliquant qu’ils s’intéressent et qu’ils ont intérêt à contribuer à la circulation de telle ou telle idée.

26Cependant, elle tend à produire aussi un « enfermement dans le champ », c’est-à-dire à expliquer en dernière instance les prises de position et les pratiques d’un agent par la position qu’il occupe dans un champ (Lahire, 2010). Ce postulat est d’autant plus problématique que Bourdieu tend à faire de tout univers social un champ (cf. Lahire, 2001 : 32-37).

27Cela amène Bourdieu à faire de l’habitus un système de dispositions homogènes. Ainsi, il néglige le fait que les dispositions peuvent être plurielles et même, dans une situation donnée, entrer en conflit. Plus largement, en donnant le primat à la position sur les dispositions, Bourdieu néglige le fait que celles-ci continuent à avoir un effet spécifique sur les pratiques et les prises de position d’un agent.

  • 4 Les présupposés méthodologiques et théoriques qui sous-tendent l’analyse structurale des réseaux s (...)

28D’autre part, les individus entrent dans des interactions qui dépassent les frontières de leurs champs respectifs et constituent ce que j’appelle un espace de traduction – ainsi, l’analyse des réseaux sociaux est une étape nécessaire à l’analyse du processus de circulation des idées4. En effet, non seulement les frontières des champs ne sont pas étanches, mais (en raison de son haut degré d’hétéronomie structurale) le champ intellectuel se caractérise a fortiori par l’hybridation de positions et de dispositions, à la croisée des champs politique, académique et médiatique. Pour rendre compte de la capacité des individus à connecter des champs différenciés sous de nouveaux rapports – et à produire, au sein des espaces hybrides ainsi formés, des formes inédites et imprévisibles – nous allons devoir revisiter un autre postulat du PSC : celui du caractère actif et générateur des dispositions.

29À ce stade, je soutiens que, chez Bourdieu, les dispositions n’ont pas réellement d’effet propre. Elles permettent de comprendre en quoi un agent a des chances plus ou moins grandes d’accéder à une position et de se sentir justifié de l’occuper. Mais, une fois la position occupée, les effets qu’elles produisent sur les pratiques des acteurs restent largement impensés.

30Bourdieu distingue soigneusement l’habitus de l’habitude. Il insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un mécanisme automatique de reproduction de schèmes préétablis, mais plutôt d’un principe « puissamment générateur » de comportements (Bourdieu, 1984 : 134), qui ne peuvent être mécaniquement déduits des conditions objectives de sa production (cf. Bourdieu, 1980 : 92). Ainsi, l’habitus est bien loin de constituer un destin, une fatalité entièrement déductible d’une condition de classe.

31Or, force est de constater le décalage entre

« une définition théorique pure, dans Le Sens pratique par exemple, qui définit clairement l’habitus au-delà du couple épistémologique, et une application dans les études “régionales” – on songe à La Reproduction ou à La Distinction notamment –, qui évolue tendanciellement vers une détermination de l’action par les structures sociales » (Mounier, 2001 : 192).

32Olivier Filleule note ainsi avec justesse le primat qu’accorde Bourdieu aux positions, par rapport aux dispositions, dans l’explication du changement social :

« […] même en admettant que […] de manière générale, l’habitus ne “s’actualise” qu’en relation avec un champ, ce qui revient à dire que le même habitus peut mener à des pratiques et à des prises de position très différentes selon l’état du champ, il n’en reste pas moins que les tensions et les contradictions de l’acteur trouvent leur origine dans la modification de l’environnement extérieur » (Fillieule, 2001 : 206).

33Ainsi, dans la mesure où ce qui prime, c’est le changement de la structure du champ sous l’effet d’un déséquilibre, les dispositions n’ont pas d’effet propre sur les prises de position.

34De ce fait, l’articulation formulée théoriquement entre l’extériorité intériorisée (l’habitus) et l’intériorité extériorisée (les champs) s’avère asymétrique. Elle penche tendanciellement vers une détermination de l’habitus par les structures sociales objectives, c’est-à-dire une détermination des dispositions par les positions occupées dans le champ.

35Cette asymétrie s’explique par le fait que chez Bourdieu l’habitus n’a en réalité pas de caractère réellement générateur, dans la mesure où la disposition a une relation hylémorphique à sa matière : en effet, la disposition impose sa forme, toujours la même, à n’importe quelle situation. Elle digère toute extériorité en la soumettant à une forme unique. Chez Bourdieu, les dispositions sont donc transposables, mais ne génèrent pas de formes inédites et nouvelles.

36À l’encontre de Bourdieu, on peut constater que les dispositions sont génératrices, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas simplement transposées, déplacées d’un univers à un autre : car ce déplacement a pour effet leur modification. Si elles sont durables, elles se modifient afin de créer, à partir du « déjà-là » social, de nouvelles formes, de nouvelles pratiques.

  • 5 Ce devrait être l’objet d’un prochain article, actuellement en préparation.

37Bref, si elles sont bel et bien le produit du passé social intériorisé, elles constituent également les conditions de possibilité d’innovation et d’invention. Si un tel déplacement du concept de disposition dans le cadre d’une problématique de l’innovation et de l’invention méritent à lui seul une explication approfondie5 – d’ores et déjà, les réflexions de quelques auteurs (cf. Frère, 2005) et nombre d’observations empiriques permettent de justifier l’ouverture d’un tel chantier de recherche.

38La sociologie de la circulation internationale des idées est féconde, en ce qu’elle prend en compte la sociologie des acteurs. Mais elle le fait pour ainsi dire en s’arrêtant au milieu du gué.

39Certains postulats de la conceptualité bourdieusienne l’empêchent en effet de saisir le rôle actif des individus. Ces derniers restent appréhendés comme des agents déterminés par leurs positions sociales et la possession de capitaux, qui adaptent le bien importé au « marché » de destination, en fonction de stratégies non-intentionnelles. Ce faisant, les traducteurs restent de simples intermédiaires, dont les effets sur la nature de l’objet traduit restent encore largement impensés.

  • 6 Apparu en anglais sous l’appellation Actor Network Theory, cet acronyme a été traduit en français (...)

40À l’inverse, l’Actor Network Theory (ANT)6, paradigme développé notamment par des auteurs comme Bruno Latour et Michel Callon, repose sur le principe suivant :

« […] tous les acteurs que nous allons déployer peuvent se trouver associés de telle sorte qu’ils font agir les autres. Ils y parviennent, non pas à titre d’intermédiaires fidèles transportant une force qui resterait tout du long semblable à elle-même, mais en entraînant des transformations manifestées par les nombreux événements inattendus, déclenchées chez les autres médiateurs qui les suivent tout au long de la chaîne » (Latour, 2007 : 155).

41Nous ne souhaitons pas reprendre tous les présupposés théoriques de l’ANT, mais la distinction opérée entre intermédiaires et médiateurs nous semble féconde :

« […] intermédiaire désigne […] ce qui véhicule du sens ou de la force sans transformation : définir ses entrées, ses inputs suffit à définir ses sorties, ses outputs […] En revanche, on ne saurait comptabiliser des médiateurs comme de simples unités […] Leur input ne permet jamais de prédire vraiment leur output : il faut à chaque fois prendre en compte leur spécificité. Les médiateurs transforment, traduisent, distordent et modifient le sens ou les éléments qu’ils sont censés transporter » (Latour, 2007 : 58).

42Prendre en compte les acteurs – si on les considère comme de simples intermédiaires – ne fait que rendre l’analyse plus compliquée en termes quantitatifs. Au contraire, si on les appréhende comme des médiateurs, cela amène à complexifier l’analyse.

43On peut ainsi saisir les effets d’émergence, par lesquels l’objet n’est plus le même avant le processus de traduction et après. Dans cette perspective, chaque acteur qui constitue un maillon de la chaîne de la traduction n’est plus un intermédiaire neutre par lequel passe la traduction, mais un médiateur doté de capacités de traduction, qui a des effets sur l’objet traduit.

44Alors que les tenants de l’ANT réfutent radicalement la sociologie critique de Pierre Bourdieu, notre propos est de reprendre les apports de cette dernière tout en opérant vis-à-vis d’elle les déplacements théoriques, qui constituent autant de conditions permettant de faire des individus de véritables acteurs. Pour résumer, voici ces conditions :

  1. les individus ne sont pas enfermés dans le champ, mais socialisés dans une pluralité d’espaces sociaux qui ne sont pas tous appréhendables en termes de champ ;
  2. l’habitus n’est pas nécessairement homogène, car les dispositions peuvent être plurielles et même potentiellement en tension ;
  3. les dispositions ne se limitent pas à expliquer l’accès à une position ; elles ont des effets spécifiques, non réductibles aux effets de position, sur l’entité traduite ;
  4. les dispositions sont non seulement transposables, mais réellement génératrices.

45Ces quatre conditions réunies font des individus qui participent à la circulation d’idées des médiateurs (c’est-à-dire des acteurs) et non de simples intermédiaires (c’est-à-dire des agents). Cela nous amène à la troisième et dernière fonction du concept de traduction dans cette perspective : penser le rôle actif des individus.

46En effet, la singularité du traducteur est un élément essentiel. Ceci est vrai en particulier dans les cas d’« auto-translation » (voir contribution de Capdeville-Hounieu à cet ouvrage) mais également dans les cas de « translation » d’entités discursives originellement collectives, comme le mythe (Sushytska, 2010). Ainsi, la translation est co-création entre les différents acteurs qui y participent (et qui, par conséquent, sont tous co-auteurs).

Bibliographie

Bibliographie

Bigo Didier, 1994. « Sociologie politique de l’international : une alternative ». Cultures et Conflits, nos 9-10 : 45-59.

Boltanski Luc, 2009. De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre, 1971a. « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie, vol. 12, no 3 : 295-334.

— 1971b. « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives européennes de sociologie, vol. 12, no 1 : 3-21.

— 1980. Le sens pratique. Paris, Éditions de Minuit.

— 1984. « Le marché linguistique », in P. Bourdieu, Questions de sociologie. Paris, Éditions de Minuit : 121-137.

— 1987a. « Espace social et pouvoir symbolique », in P. Bourdieu, Choses dites. Paris, Éditions de Minuit : 147-166.

— 1987b. « Legitimation and Structured Interests in Weber’s Sociology of Religion », in S. Whimster et S. Lash (dir.), Max Weber, Rationality and Modernity. Londres, Allen and Unwin : 119-136.

— 1992a. « La logique des champs », in P. Bourdieu et L. Wacquant, Réponses. Pour une anthropologie réflexive. Paris, Seuil : 71-90.

— 1992b. Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil.

— 2002. « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, no 145 : 3-8.

Bourdieu Pierre et De Saint-Martin Monique, 1982. « La sainte famille. L’épiscopat français dans le champ du pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, nos 44-45 : 2-53.

Charle Christophe, 2003. « Les références étrangères des universitaires. Essai de comparaison entre la France et l’Allemagne, 1870-1970 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 148 : 8-19.

Denord François, 2002. « Le prophète, le pèlerin et le missionnaire. La circulation internationale du néo-libéralisme et ses acteurs », Actes de la recherche en sciences sociales, no 145 : 9-20.

Dezalay Yves et Garth Bryant, 2002. La mondialisation des guerres de palais. La restructuration du pouvoir d’État en Amérique latine. Entre notables du droit et « Chicago Boys ». Paris, Seuil.

Dezalay Yves, 2007. « De la défense de l’environnement au développement durable. L’émergence d’un champ d’expertise des politiques européennes », Actes de la recherche en sciences sociales, nos 166-167 : 66-79.

Favell Adrian, 2000. « L’européanisation ou l’émergence d’un nouveau champ politique : le cas de la politique d’immigration », Cultures et conflits, nos 38-39 : 153-185.

Fillieule Olivier, 2001. « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, no 1 : 199-215.

Frère Bruno, 2005. « Incertitudes sur l’habitus », Archives européennes de sociologie, vol. 46, no 3 : 469-494.

Georgakakis Didier et De Lassale Marine, 2007. « Genèse et structure d’un capital institutionnel européen. Les très hauts fonctionnaires de la Commission Européenne », Actes de la recherche en sciences sociales, nos 166-167 : 38-53.

Guiraudon Virginie, 2000. « L’espace sociopolitique européen, un champ encore en friche ? », Culture et Conflits, nos 38-39 : 7-37.

Guzzini Stefano, 2006. « Applying Bourdieu’s Framework of Power Analysis to IR : Opportunities and Limits ». Paper presenter at the 47th Annual Convention, Chicago.

Heilbron Johan et Sapiro Gisèle, 2007. « Pour une sociologie de la traduction : bilan et perspectives », in M. Wolf (dir.), Construction a Sociology of Translation. Amsterdam, Benjamins Press : 93-107.

Kauppi Niilo, 2006. Democracy, Social Resources and Political Power in European Union. Londres, Palgrave Mcmillan.

Klozt Audie et Prakash Deepa, 2008. Qualitative Methods in International Relations. A pluralist Guide. Londres, Palgrave Mcmillan.

Lahire Bernard, 2001 [1999]. « Champ, hors-champ, contrechamp », in B. Lahire (dir.), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques. Paris, La Découverte : 23-57.

— 2010. « L’enfermement dans le champ », in B. Lahire. Franz Kafka, éléments pour une théorie de la création littéraire. Paris, La Découverte : 21-48.

Latour Bruno, 2007. Changer de société, refaire de la sociologie. Paris, La Découverte.

Merand Frédéric, 2008. European Defence Policy : Beyond the Nation State. Oxford, Oxford University Press.

Merand Frédéric et Pouliot Vincent, 2008. « Le monde de Pierre Bourdieu : éléments pour une théorie sociale des relations internationales ». Revue canadienne de sciences politiques, vol. 43, no 1 : 1-23.

Mercklé Pierre, 2004. Sociologie des réseaux sociaux. Paris, La Découverte et Syros.

Mounier Pierre, 2001. Pierre Bourdieu, une introduction. Paris, Pocket.

Rastier François, 1995. « Communication ou transmission ? », Césure, no 8 : 151-195.

Sapiro Gisèle, 2006. « Réseaux, institution(s) et champ », in D. de Marneffe et B. Denis (dir.), Les réseaux littéraires. Bruxelles, Le Cri.

Sushytska Julia, 2010. « Translation as co-creation : What can myth tell us about the author ? ». Communication dans le cadre du colloque intitulé : « La traduction, la transmissibilité et la communication culturelle dans les sciences sociales », Atelier VIII : « La traduction est-elle un travestissement du texte originel ? » (Paris, 10-11 mai 2010), Fondation Maison des sciences de l’homme/École des hautes études en sciences sociales.

Notes

1 Pour des raisons pratiques, je ne pourrai malheureusement pas revenir sur ses apports, déjà relevés par de nombreux auteurs. Je me centrerai sur les critiques qu’on peut adresser à cette approche et sur les déplacements théoriques qu’à mon sens il convient d’opérer.

2 Sur les différences entre relation structurale chez Bourdieu et interaction chez Weber, voir également Bourdieu, 1971a, 1971b, 1987b et 1992a : 89.

3 Bourdieu définit la trajectoire comme ensemble des positions occupées par un acteur.

4 Les présupposés méthodologiques et théoriques qui sous-tendent l’analyse structurale des réseaux sociaux nécessitent un travail de re-conceptualisation et de déplacement théorique. C’est à ce prix que l’on pourra articuler leurs analyses avec celle du PSC (cf. Sapiro, 2006). Pour une présentation synthétique de la sociologie des réseaux sociaux, voir Mercklé, 2004.

5 Ce devrait être l’objet d’un prochain article, actuellement en préparation.

6 Apparu en anglais sous l’appellation Actor Network Theory, cet acronyme a été traduit en français de diverses façons, y compris par ses fondateurs eux-mêmes. C’est pourquoi j’ai choisi de le garder sous sa forme anglaise.

Auteur

Docteur en science politique. De 1997 à 2008, il a réalisé une thèse sur la traduction du néo-travaillisme dans la gauche socialiste française. Plus largement, ses recherches actuelles se situent à la croisée de la sociologie des idées, de la socio-histoire des intellectuels, de la sociologie du parti socialiste et de l’épistémologie des sciences sociales.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site