Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

I. Pratiques, techniques et outils

La question du littéralisme et les traductions de Freud

Jean-René Ladmiral

Texte intégral

La Lettre et l’Esprit

  • 1 J’ai proposé ces deux concepts lors d’une allocution à Londres, le 18 juin 1983, avant de les repr (...)

1Traduction littérale ou traduction « libre » ? La lettre ou l’esprit ? La question du littéralisme en traduction est immémoriale. De ce couple de termes opposés ont été proposées plusieurs variantes. En opposant les « sourciers » et les « ciblistes », je n’ai pas craint d’en ajouter une, dans la mesure où je me suis attaché à reconceptualiser la problématique sur nouveaux frais1. Entre temps, comme on sait, le couple formé par ces deux concepts a fait florès, et s’est retrouvé au centre de nombreuses discussions.

2La question de savoir pour laquelle de ces deux options il convient de se décider reste posée. Plus précisément : s’agit-il des deux termes d’une dichotomie, ou forment-ils une polarité ? Et surtout : la véhémence polémique que revêtent souvent, contre toute attente, les débats touchant ces questions (à commencer par le fait que certaines personnes refusent a priori ces deux concepts) donne à penser qu’il y a là des enjeux plus profonds que la traduction elle-même – tant au niveau philosophique et métaphysique qu’au niveau politique, au niveau idéologique, et même au niveau psychanalytique. Entre autres choses, cet état de fait jette une lumière particulière sur la question de l’interculturel. En outre, il appelle un questionnement spécifique en matière d’épistémologie des sciences humaines.

Sourciers ou ciblistes

3La liberté n’est pas une absence de contraintes, mais plutôt la gestion des contraintes. L’absence de contraintes, ce serait l’illusion qu’on est libre de faire ce qu’on veut, tout ce qu’on veut – un peu comme la colombe de Kant, qui pensait que plus elle volerait haut, moins il y aurait d’air pour la freiner et plus son vol serait facile, sans penser qu’elle ne pourrait plus s’appuyer sur la résistance de l’air. De même, le traducteur a à gérer au minimum deux contraintes : en premier lieu, le texte dont il part, le texte original (To) ; et en second lieu, la langue, la culture, le public, les traditions où il doit faire accueillir le message qu’il traduit.

4J’ai choisi de traiter de la question du littéralisme parce qu’il me semble que, dans la théorie de la traduction, c’est toujours plus ou moins le même problème qui se pose, à savoir : comment gérer la distance au texte-source (To) ? comment respecter en partie la lettre, et surtout s’en éloigner pour rejoindre l’esprit ?... En réalité, la question est double : 1) doit-on être littéral ? 2) peut-on être littéral ?

5Et je répondrai non dans les deux cas (« non et non »). Quand bien même on croirait devoir traduire de façon littérale, il s’avère qu’on ne le peut pas.

6Pour traiter cette question, j’ai repris une opposition fondamentale qui remonte à Saint Jérôme, ou même à Cicéron. Ce dernier opposait traduire « ut interpres » et traduire « ut orator » – ce que je traduirai moi-même ainsi : traduire comme un simple traducteur ou traduire comme un écrivain. Avant de lui donner une formulation écrite, j’ai retrouvé cette même opposition sous la plume (et dans la bouche) de bien des auteurs.

7J’ai cru bon d’en renouveler les termes, en opposant les « sourciers » et les « ciblistes ». Les « sourciers » restent attachés à la langue-source (Lo), ou pour ainsi dire collés à elle, tandis que les « ciblistes » prennent le risque de faire tout le chemin nécessaire pour rejoindre pleinement la langue-cible (Lt).

8Mais ce n’est pas simplement une question de positionnement par rapport aux deux langues en présence : en fait, le problème se modalise aussi selon d’autres instances. Je dirais, pour aller vite, que les sourciers s’attachent au signifiant de la langue-source, alors que les ciblistes assument le risque et la difficulté de donner de l’importance, non pas au signifiant, ni même au signifié, mais au sens d’un message – donc, non pas à la langue, mais à la parole. Les ciblistes s’efforcent de faire advenir le message qu’ils ont à traduire par tous les moyens propres à la langue-cible.

9En somme, l’opposition serait la suivante : signifiant et langue-source versus sens, parole et langue-cible. Mais il serait aussi possible de reformuler cette opposition en des termes plus littéraires : ainsi y aurait-il ceux qui accordent plus d’importance au message de l’auteur, les sourciers ; et ceux qui ont un plus grand respect du lecteur, les ciblistes.

10On pourrait multiplier les formulations de cette opposition. Mais, pour en finir, je dirais simplement qu’il y a opposition entre la ettre et l’esprit. Et la position cibliste (qui est la mienne) fait sienne la leçon de la théologie catholique, selon laquelle il convient d’aller à l’Esprit, sachant qu’on n’accède à l’Esprit que par la Lettre.

11Comme on le voit, le problème a plusieurs dimensions. Je rappelle ici des choses que, d’une certaine façon, tous connaissent déjà. Après avoir campé la problématique, je voudrais à présent donner de la chair à ce squelette formel.

Le travail de la subjectivité

12Pour commencer, rappelons que la traduction n’est pas une transformation de code, une translation de codes : la traduction n’est pas un transcodage, dirais-je pour reprendre un concept que j’avais proposé en 1971 et qui, depuis lors, est couramment admis dans le domaine (Ladmiral, 2010 : 249 et suivantes). Cela peut paraître une évidence pour ceux qui la pratiquent. Mais chez ceux qui n’en ont pas l’expérience, un fantasme de ce genre existe bel et bien. Nous pourrions même nous demander si nous n’avons pas tous la nostalgie d’un tel transcodage, si nous ne rêvons pas tous qu’à chaque mot de la langue source corresponde systématiquement un mot de la langue-cible.

13On sait que cela ne correspond pas à la réalité de l’expérience. J’irai même jusqu’à dire qu’un des aspects intéressants voire fascinants de la traduction, c’est précisément que « ça ne marche jamais très bien », qu’il y a toujours « quelque chose qui cloche ». À mes étudiants de l’Institut supérieur d’interprétation et de traduction (ISIT), j’ai coutume de dire qu’en cuisine, on ne peut pas appliquer simplement la recette, mais qu’il faut goûter : et que ce ne sera jamais, d’une fois sur l’autre, tout à fait le même plat.

14Or il y a bien des similitudes, ou tout du moins des analogies, entre la traduction et la cuisine. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agira avant tout d’assumer sa part de subjectivité, ainsi qu’un « côté artiste ».

15Artiste au bon sens du terme, car la traduction comporte tout un aspect créatif. Mais artiste aussi avec une nuance de légèreté, car la traduction a un petit côté « ça ira comme ça, on ne va tout de même pas y passer sa vie » ; « il faudra bien que ça passe d’une manière ou d’une autre ». Éventuellement, on pourrait faire mieux, mais ce ne sera pas toujours le cas.

16Parallèlement, au niveau du métalangage d’une réflexion sur l’objet lui-même (la traduction), on notera aussi des analogies fortes entre la traductologie, la psychanalyse et la philosophie. Dans ces trois disciplines, il se fait un travail réflexif sur le sujet : il convient d’entendre ici le concept de travail au sens fort que revêt justement le mot en psychanalyse, voire au sens que lui donne l’obstétrique.

17Il est clair que la traduction n’est pas un transcodage. À vrai dire, le transcodage serait le degré zéro de la position sourcière. Ce serait le littéralisme absolu, comme si les langues étaient des ensembles de symboles qui autoriseraient une permutation quasi automatique (a, b, c remplacés par A, B, C). C’est le projet dont procède la traduction automatique, qui travaille certes avec tout un ensemble de matrices de complexification, mais au bout du compte, repose toujours sur l’idée qu’à des éléments du texte-source (To) correspondent des éléments homologues du texte-cible (Tt), en vertu d’une concordance biunivoque.

18Or notre expérience nous dit bien que ce n’est pas tellement le texte que l’on traduit : on ne traduit pas ce qui est écrit, mais ce qu’on pense qu’a pu penser celui qui a écrit ce qu’il a écrit quand il l’a écrit – dirais-je, pour reprendre une de mes propres formules, quelque peu provocatrice, qui vise paradoxalement à la simplicité de l’évidence par un surcroît de complexité... (Ladmiral et Lipiansky, 1989 : 53). On traduit l’idée qu’on se fait de ce qu’on pense qu’a pensé l’auteur. Plus simplement, le regretté Daniel Moskowitz se plaisait à répéter : « On ne traduit pas les mots, on traduit les idées » (1972 : 110-117).

19Alors que toute traduction ne peut que passer par la médiation de la subjectivité du traducteur, le projet implicite (et peut-être inconscient) des sourciers consiste à objectiver le problème. Cette tentation de « l’objectivisme », à laquelle succombent les sourciers, est sans doute l’une des maladies de la modernité : on n’assume plus la subjectivité de ce que l’on fait, on est convaincu que « ce serait bien si on faisait tous pareil »...

  • 2 J’ai consacré plusieurs études à analyser cette dimension des problèmes de la traduction, dont l’i (...)

20Il y a là des arrière-plans épistémologiques et métaphysiques, voire théologiques, que je laisse de côté pour donner maintenant quelques exemples concrets, aptes à alimenter le débat2.

Traduire Freud

21Comme il a été dit, les sourciers, mettent l’accent sur le signifiant. Ils se basent sur l’idée qu’il existerait une concordance biunivoque, et qu’à chaque élément du texte-source (To), dans sa texture, dans sa matérialité signifiante, on pourrait trouver un équivalent exact, disponible dans la langue-cible (Lt) et pouvant lui faire écho.

22J’emprunterai trois exemples à la nouvelle traduction française de Freud, publiée sous la direction de Jean Laplanche : les Œuvres complètes : Psychanalyse, de Freud à paraitre aux Presses universitaires de France. Son propos est de fournir un Freud traduit en un « français freudien », qui soit en mesure de garder intacte l’intégralité du projet scientifique de la psychanalyse.

23Il semble être parti de l’idée qu’on puisse se dispenser de lire l’original allemand, et que le français de la traduction devait avoir toute l’exactitude du texte allemand. C’est un peu le rêve que nous avons tous, bien sûr : c’est l’utopie de la traduction. Mais en poursuivant cet objectif, le traducteur fait l’économie du travail subjectif de la traduction, de la médiation contingente qu’apporte nécessairement sa subjectivité – on a le droit d’y rêver...

24Comme je le dis souvent à mes étudiants en philosophie : « Vous n’avez jamais lu Platon, ni Kant, ni Hegel, ni Habermas. Mais vous avez lu Émile Chambry, Léon Robin, Jules Barni, Jean-Pierre Lefebvre, Jean Hippolyte, Jean-René Ladmiral et quelques autres ! » Le lecteur d’une traduction a spontanément tendance à oublier que le texte qu’il lit est écrit par un traducteur et que les éventuelles erreurs, mais aussi les choix d’écriture et de vocabulaire, les implicites du texte, etc., sont largement l’affaire de cette réécriture qu’est la traduction. Dans les traductions de certains textes philosophiques ardus ou dans celles des textes fondateurs des sciences humaines, par exemple, il y a des problèmes d’interprétation posés par ce que j’appelle les aspérités du texte. Or ces aspérités sont très souvent des difficultés propres au texte-cible, c’est-à-dire à la traduction elle-même (Tt).

  • 3 Prix Sigmund Freud pour la prose scientifique.

25Tout ceci est particulièrement vrai dans le cas de Freud, qui est non seulement le fondateur de la psychanalyse, mais aussi un grand écrivain de langue allemande. C’est si vrai que le prix de la prose scientifique allemande de la ville de Francfort a pour titre Sigmund-Freud-Preis für wissenschaftliche Prosa3.

26Dès lors, le traducteur de Freud devra choisir entre deux projets de traduction : traduire Freud écrivain ou traduire Freud psychanalyste. Certes, on parviendra souvent à traduire les deux en même temps. Mais, dans certains cas, on devra forcément privilégier l’un au détriment de l’autre. Dans le projet de Jean Laplanche, il s’agit de privilégier la « freudologie scientifique » au détriment de la prose freudienne.

Trois exemples

27Je prendrais l’exemple précis du mot Angst qui, en allemand, veut couramment dire peur. En outre, le mot a la même racine que le français angoisse, et il recouvre l’aire sémantique des deux termes français.

28Dans ma jeunesse, en traduisant des ouvrages allemands d’Erich Fromm, j’avais rendu Angst tantôt par peur, tantôt par angoisse, et j’en avais fait confidence dans ma Note du traducteur (Fromm, 1971 : 228). Ce contre quoi mon maître et ami Henri Meschonnic avait formulé la critique suivante : « N’y a-t-il pas lieu de dire psychanalytiquement la psychanalyse ? » (Ladmiral et Meschonnic, 1981 : 15). On a là une de ces merveilleuses tautologies par lesquelles on semble avoir tout dit en n’ayant précisément rien dit, si ce n’est une banalité (ou une contrevérité) à valeur d’anathème. À peu de chose près, Jean Laplanche a formulé une critique analogue au cours d’un colloque. (Ibid.) Dès lors, impressionné par ces bons maîtres, j’ai pris soin de re-vérifier ce qu’il en était, en relisant avec grande attention Le Petit Hans de Freud (1935). J’ai pu alors m’assurer qu’effectivement, dans de très nombreux cas (dans peut-être 95 % d’entre eux), il convenait de traduire Angst par angoisse, comme le voulait l’orthodoxie terminologique freudienne prônée par Jean Laplanche et son entourage. En effet, dans tous ces cas, le terme désignait un affect psycho-physiologique fait d’une sorte d’alarme intérieure commandée par un blocage : l’énergie vitale ne peut circuler dans l’appareil psychique, et cette inhibition induit un malaise au sein de ce même appareil ; le tout se manifeste par des symptômes physiques (oppression thoracique, accélération du rythme cardiaque, « boule œsophagienne », sueurs, bouche sèche, etc.) En somme, dans la majorité des cas, il est vrai que le terme français de peur ne convenait pas. Mais il restait un certain nombre d’occurrences, assez limité (peut-être 5 % des cas), où traduire par angoisse aurait été pour le moins ridicule.

  • 4 Les mots précédés d’un astérisque sont des formes reconstituées dans la philologie des langues anc (...)

29Ainsi arrive-t-il au petit Hans qu’il ait « Angst vor dem Pferd ». C’est même son symptôme le plus important. Fallait-il traduire par « *angoisse devant le cheval »4 ? On verrait alors une situation où : 1) il y a un cheval ; 2) il y quelqu’un – en l’occurrence, le petit Hans – devant ce cheval ; et 3) ce quelqu’un – le petit Hans – a par ailleurs un vécu d’angoisse. Ce n’est pas tout à fait inconcevable, mais c’est très hautement improbable. Et en tout cas, ce n’est certainement pas ce qu’a voulu dire l’auteur. Le petit Hans avait bel et bien peur du cheval.

  • 5 À ce compte, nous pourrions tous faire des voyages présidentiels, pour peu que nous en ayons les m (...)

30Si j’avais vraiment voulu être littéraliste (malgré tout !), sans doute aurais-je dû changer de préposition, et proposer quelque chose du genre : « peur sur le cheval ». Mais cela n’aurait-il pas renvoyé à une expérience d’équitation périlleuse ? ou bien à celle d’un parieur malheureux... ? J’aurais pu proposer « une angoisse de cheval » – comme on dit une « fièvre de cheval » ! ou encore une « angoisse chevaline »... dans la ligne de la tendance du « néo-français » à adjectiver à tour de bras (puisqu’aussi bien on ne parle plus du « voyage du président » mais de cette chose bizarre, le « voyage présidentiel » : comme si ce voyage était de nature présidentielle5 !) Soyons sérieux : dans des cas comme celui-là, c’est bien le concept de peur qu’il convenait d’employer en françaiscible (Lt) pour traduire l’allemand-source (Lo) Angst.

31Autre exemple. Il existe en allemand l’adjectif hilflos, qui signifie littéralement « sans aide » (il n’a pas tout à fait le même sens que l’adjectif anglais helpless) et qui, en fait, veut dire désemparé. De hilflos peut dériver le substantif Hilflosigkeit (dont le signifiant pourra aussi être rapproché de l’anglais helplessness) : c’est l’état du * désemparement, du désarroi, de la détresse. On l’a longtemps traduit en français par « état de détresse ». Hilflosigkeit nous suggère réellement l’image de l’enfant, qui est « sans aide », perdu, en état de dénuement matériel et affectif, de détresse psychologique.

32Évidemment, jamais la traduction ne sera l’exact équivalent de la langue-source. Selon la métaphore de Benedetto Croce, le traducteur est comme l’homme qui a perdu la femme qu’il aime : on a beau lui en présenter une autre – « équivalente » – blonde elle aussi, qui exerce la même profession et vient du même milieu, qui a les mêmes mensurations et une voix comparable, etc., à peu près la même femme en somme, qui donc en théorie devrait faire l’affaire – rien ne remplacera pour lui la première. C’est l’autre qu’il voulait, la sienne !

33De même, l’adéquation des mots n’étant à peu près jamais complète, notre travail consistera à jouer sur les interstices de la langue, à mettre en oeuvre le « théorème de la sauce », pour reprendre l’isotopie culinaire de tout à l’heure. Qu’en est-il pour hilflos et Hilflosigkeit ? La traduction usuelle par « état de détresse » n’est certes pas parfaite, mais elle est adéquate et aisée.

34La difficulté vient aussi de ce qu’il y a souvent en français des adjectifs dont ne dérivent aucun substantif et des substantifs ne dérivant d’aucun adjectif (des « célibataires morphologiques », pour ainsi dire). Par exemple : désarroi existe mais non * désarroyeux ; désemparé existe mais non * désemparement, * désemparage, * désemparance, etc. ; détresse existe mais non * détressif... Que faire ? L’option traductologique de Jean Laplanche étant résolument sourcière, il va s’attacher au signifiant, et sa proposition est de traduire par la (ou le) « * désaide » !

35Il me semble que ce n’est pas vraiment praticable. Il y a là un asservissement au signifiant qui vient aggraver un ascendant tout à fait excessif et « mythique » de l’étymologie. Comme si la vérité des mots était dans leur étymologie : comme s’il y avait une sorte de socle et de profondeur ontologiques du langage, d’où adviendrait une mystérieuse parousie de la signification. Or ce fantasme de l’étymologie guette souvent ceux qui s’occupent (d’assez loin) des langues. Et il faut y voir une autre figure de ce mirage de l’objectivisme dont je parlais au début. C’est la volonté de trouver quelque chose à quoi se raccrocher, qui nous absoudrait par avance de tout péché et nous « délivrerait de notre liberté ».

36Un dernier exemple, qui peut apparaître comme un contre-exemple. L’allemand Sehnsucht, cher aux romantiques, renvoie à une sorte d’aspiration vague, de malaise affectif diffus ; à un désir violent mais imprécis, tel qu’on en trouve par exemple chez Chateaubriand. (« Levez-vous vite, orages désirés qui devez emporter René dans les espaces d’une autre vie ! ») Ce terme allemand étant emblématique – notamment de la poésie romantique – il a été traduit le plus souvent en français par nostalgie. Cela ne me paraît pas mal, car dans nostalgie, il y a le flou, le vague, le passionné. Mais l’inconvénient est que ce terme n’échappe pas à une connotation passéiste : la nostalgie, c’est le regret vague et passionné de quelque chose de passé ; or cette connotation est absente de l’allemand Sehnsucht.

37Jean Laplanche a proposé de traduire par « désirance ». Ce terme me semble parfaitement bienvenu, car c’est du « français possible ». Tous les verbes du premier groupe (en -er) appellent effectivement un substantif en -ance, qui est la nominalisation du participe présent. Un tel dérivé n’est ni la désignation de l’action, comme les mots formés avec le suffixe -ation ; ni celle de son résultat, comme les mots formés avec les suffixes -age, et -erie ; il désigne une sorte de disposition, de propension, d’inclination.

38Je fais le pari que « désirance » deviendra du français courant avant notre mort. Souvenons-nous que le traducteur de Darwin éprouvait quelque scrupule à utiliser le mot sélection, qui lui paraissait alors un néologisme presque trop audacieux. Qui pourrait aujourd’hui imaginer l’absence du mot sélection en français ? Je fais la même hypothèse pour « désirance ».

Conclusion

39Ce dernier exemple rééquilibrerait les choses, en partie : il n’est pas vrai que les sourciers soient toujours totalement déraisonnables. Il peut leur arriver de faire de véritables trouvailles – mais elles ne s’avèrent telles que si elles se situent dans une perspective cibliste.

40Ainsi, « désirance » est du français possible, c’est-à-dire que ce mot n’est pas (ou plus) un emprunt à la langue-source, mais une création endogène de la langue-cible. C’était du français in statu nascendi qui sommeillait encore dans le jardin des possibles de la langue, comme la princesse endormie dans l’attente d’un prince charmant, qui allait venir la réveiller. Conclusion : les sourciers n’ont jamais raison... que pour des raisons ciblistes !

Bibliographie

Bibliographie

Freud, Sigmund, 1935. Le petit Hans, traduit par R. Loewnstein. Paris, Denoël et Steele.

Fromm, Erich, 1971. Crise de la psychanalyse. Essais sur Freud, Marx et la psychologie sociale, traduit de l’anglais et de l’allemand par J. Ladmiral et M. Brudny. Paris, Anthropos.

Ladmiral, Jean-René, 1986. « Sourciers et ciblistes », Revue d’esthétique, no 11 : 13-22.

— « Pour une théologie de la traduction », Traduction, Terminologie, Rédaction, no 2 : 121-138.

— 1999a. « Sourciers et ciblistes : la question du littéralisme en traduction », Idioma, no 11 : 13-22.

— 1999b. « Sur la philosophie de la culture impensée de la traduction », in R. Hess (dir.), Parcours, passages et paradoxes de l’interculturel. Paris, Anthropos : 141-164.

— 2010 (réédition). Traduire : Théorèmes pour la traduction. Paris, Gallimard.

Ladmiral, Jean-René et Meschonnic, Henri. « Poétique de/Théorèmes pour la traduction, Langue française, no 51 : 15.

Ladmiral, Jean-René et Lipiansky, Edmond Marc, 1989. La communication interculturelle. Paris, Armand Colin.

Laplanche, Jean, 1989. « Traduire Freud », in J. Ladmiral et C. Zins (dir.), Actes des cinquièmes assises de la traduction littéraire. Arles, Actes Sud-Atlas.

Moskowitz, Daniel, 1972. « Enseignement de la traduction à l’ESIT », Langues, no 28 : 110-117.

Notes

1 J’ai proposé ces deux concepts lors d’une allocution à Londres, le 18 juin 1983, avant de les reprendre dans mon étude intitulée « Sourciers et ciblistes » (1986 : 33-42). Très souvent cité, et âprement discuté, ce texte a été plusieurs fois réédité. J’ai été amené à en publier plusieurs autres sur ces problèmes, notamment dans le cadre de la Haute École Francisco Ferrer de Bruxelles : « Sourciers et ciblistes : la question du littéralisme en traduction » (1999 : 13-22). La présente étude s’inscrit dans le prolongement de ces différents travaux.

2 J’ai consacré plusieurs études à analyser cette dimension des problèmes de la traduction, dont l’importance proprement déterminante ne m’était longtemps pas apparue dans toute son ampleur : « Pour une théologie de la traduction » (1990), « Sur la philosophie de la culture impensée de la traduction » (1999b).

3 Prix Sigmund Freud pour la prose scientifique.

4 Les mots précédés d’un astérisque sont des formes reconstituées dans la philologie des langues anciennes, ou bien des mots qui n’existent pas.

5 À ce compte, nous pourrions tous faire des voyages présidentiels, pour peu que nous en ayons les moyens matériels – ce qui, il faut bien le dire, est assez rare dans nos métiers... Tout récemment, en France, le ministère de l’Intérieur a fait envoyer une « carte électorale » aux citoyens de ce pays, au lieu de la traditionnelle carte d’électeur : encore un déplorable cocktail administratif, où s’allient l’idéologie féministe et l’inculture « énarchique » – avec pour conséquence une faute de français (une de plus !) qui donne fallacieusement à penser qu’il ne s’agit pas d’une pièce établie pour permettre le vote des citoyens, mais d’une figuration topographique de la sociologie électorale, comme en utilisent les politologues spécialistes et les états-majors des partis, lorsqu’ils vont à la pêche aux voix.

Auteur

Maître de conférence émérite de traductologie à l’université Paris X – Nanterre. Il enseigne en outre la traduction et la traductologie à l’Institut supérieur d’interprétation et de traduction (ISIT) de Paris. En tant que traducteur, il s’est concentré sur les philosophes allemands comme Jürgen Habermas, Kant et Nietzsche. Outre ses travaux sur la philosophie allemande et la didactique des langues, ses recherches ont porté principalement sur la traduction. Il a notamment écrit Traduire : théorèmes pour la traduction, ainsi que La communication interculturelle – ce dernier ouvrage en collaboration avec Edmond Mark Lipiansky.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site