Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire : transmettre ou trahir ?

 | 
Jennifer K. Dick
, 
Stephanie Schwerter

Introduction

Stephanie Schwerter et Jennifer K. Dick

Texte intégral

1En cherchant à relier deux langages par une sorte de pont d’équivalences, la traduction déforme et transforme. Dans le domaine spécifique des sciences sociales – la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnographie… – on rêve d’une traduction dont la précision serait légitimée par la mise en commun des terminologies entre toutes les langues du monde.

2De fait, dans un monde en évolution permanente, le fait de naviguer entre les langues et les cultures devient de plus en plus crucial. Il n’existe pas deux langues qui soient suffisamment similaires pour représenter la même réalité. Notre manière de penser se traduit dans la langue que nous employons, tandis que cette dernière influence notre façon de raisonner. Langue et culture sont étroitement liées. Et changer de langue, c’est changer de culture.

3D’une manière ou d’une autre, la traduction fait partie de la vie quotidienne d’un grand nombre de personnes. Et des livres abordant la théorie et la pratique de la traduction ne cessent de paraître, en particulier dans le monde anglophone.

4Citons par exemple Translation Zone d’Emily Apter ; Translation Studies de Susan Bassnett ; et Translation and Identity de Michael Cronin – ouvrages qui explorent les facettes les plus diverses de la thématique. Concernant les écrits français, Traduire : théorèmes pour la traduction de Jean-René Ladmiral et Les belles infidèles de Georges Mounin s’imposent comme des publications phares étudiant les questionnements générés par l’action de traduire.

5Liant la théorie à la pratique, le présent ouvrage cherche à explorer les enjeux de la traduction dans plusieurs domaines des sciences humaines. En réunissant des textes et des réflexions autour de cette thématique, il aborde la sociologie, l’histoire, la traductologie, la linguistique, la littérature et la musique.

6En tant que chercheurs, enseignants et/ou traducteurs, nos auteurs se trouvent régulièrement confrontés aux problèmes posés par la traduction. Leurs expériences personnelles ont donné lieu à des raisonnements et à des prises de position multiples. En outre, nous avons souhaité donner la parole à des auteurs provenant de pays et de contextes culturels divers.

  • 1 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63(...)
  • 2 Walter Benjamin, « L’auteur comme producteur », in Essais sur Bertolt Brecht. Traduit de l’alleman (...)
  • 3 Déterritorialisation est un terme crée par Gilles Deleuze et Félix Guattari dans L’Anti-Œdipe (Par (...)
  • 4 Cf. « Qu’est-ce qu’un auteur », op. cit.

7Des questions théoriques et philosophiques se posent également. Notamment celle-ci : peut-on traiter dans le cadre exclusif de la traduction les idées présentées dans des textes théoriques tels que « Qu’est-ce qu’un auteur ? » de Michel Foucault1, « L’auteur comme producteur » et « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin2 ? Comment pourrait-on réexaminer la discipline de la traductologie en fonction du concept de la « déterritorialisation3 du langage » ? Quelles erreurs et quelles omissions, délibérées ou accidentelles, sont apparues dans des traductions erronées (mistranslations) de textes scientifiques et historiques ? Cela a-t-il eu des conséquences désastreuses, ou paradoxalement fructueuses pour la recherche et pour l’histoire des idées ? Si l’on accepte que la traduction implique une conversion culturelle du texte, comment peut-on conserver la valeur initiale (culturelle, ethnique ou autre) d’un texte, en s’éloignant de sa forme originale ? Comment la pratique de la traduction changerait-elle le double concept d’identité nationale et culturelle, issu des représentations hiérarchiques et des perceptions du monde formées par la culture d’origine ? L’organisation des sociétés présente-t-elle des équivalences culturelles et linguistiques qui faciliteraient les traductions dans le domaine des sciences sociales ? Au lieu de diminuer les tensions transculturelles dans les domaines de recherche spécifiques aux sciences sociales – le travail du traducteur n’en crée-t-il pas de nouvelles ? Doit-on appeler « auteur » le traducteur d’un ouvrage qui, en le transposant dans la langue cible4, modifie les idées et les connotations culturelles de la langue d’origine ? Un bon traducteur doit-il partager l’identité culturelle de l’auteur, ou comprendre la pensée des deux cultures ?

8En jetant une lumière particulière sur la question de l’interculturel, le premier chapitre de notre étude porte sur les enjeux de la traduction au niveau philosophique, linguistique et psychanalytique. Il réunit quatre articles axés sur la problématique de l’opposition du texte-source et du texte-cible, et réfléchissant à la primauté de l’un ou de l’autre.

9Dans le premier article, intitulé « Combien de langues, combien de traductions ? », Peter Caws aborde la question de savoir si, dans un monde comptant plus de 6 000 langues, un traducteur peut se permettre de n’en maîtriser que deux. Il avance l’argument que la traduction constitue un passage « impersonnel » de la langue-source à la langue-cible, qui transpose un individu particulier dans un nouveau contexte linguistique, tout en faisant ressentir une partie de ce que peuvent éprouver ceux dont la langue cible est la langue maternelle.

10Dans « La question du littéralisme et les traductions de Freud », Jean-René Ladmiral poursuit l’argumentation de l’article précédent, en reprenant sa théorie selon laquelle chaque traducteur est soit « sourcier » soit « cibliste » : les sourciers se concentrent sur la langue-source du texte original, contrairement aux ciblistes, qui, mettent l’accent sur la langue-cible. Il se penche particulièrement sur la question du « littéralisme » en se demandant : doit-on/peut-on être littéral ?

11L’article suivant, de Smaïl Khris, apporte des éléments de réponses à cette question. Dans « Vers une traduction empathique : du dialogue de sourds au dialogue critico-éthique », l’auteur prend comme point de départ, la métaphore de l’art du kuoshu, qui révèle nos rapports à l’autre et à nous-mêmes. S. Khris défend une traduction qui – par son positionnement anti-ethnocentrique et par son effort pour affirmer « l’essence plurielle, hybride et multi-identitaire » de l’autre – se veut éthique et empathique. Pour lui, la traduction implique plus que la communication avec l’autre, elle suppose un vrai dialogue critique et dialectique qui vise la compréhension. La traduction est un espace de l’altérité de l’identité, qui transforme notre connaissance de l’autre et de nos propres origines, assurant la continuité du dialogue entre les cultures-mondes.

12Enfin, pour terminer notre premier chapitre, dans « Traductions sociales : les défis du conflit des représentations », Salah Basalamah – en se basant sur la théorie de J.-R. Ladmiral – propose trois niveaux de conceptualisation épistémologique de la traduction : un niveau historique, un niveau métadisciplinaire et un niveau illustratif. Il prend l’exemple des interprétations distinctes de l’islam entre l’Occident et l’Orient.

13Dans un deuxième chapitre, nous abordons la problématique des aspects sociothéoriques, politiques et commerciaux de la traduction. Thibaut Rioufreyt se concentre sur les conditions sociales de la circulation internationale des idées. Citant Pierre Bourdieu, il avance que le processus de traduction ne crée pas seulement un lien entre deux individus, mais établit simultanément une connexion entre deux espaces nationaux.

14Dans l’article suivant : « De Kafka à la théorie postcoloniale : l’invention de la littérature mineure », Dirk Weissman reprend la thématique sociopolitique annoncée dans l’article précédent. Il explore la dimension politique des traductions des ouvrages de Kafka. Selon lui, un texte de Kafka a servi de modèle à l’analyse d’une création littéraire qui ne peut entrer dans des catégories traditionnelles eurocentrées. Il défend l’idée que les concepts « postcoloniaux » de décentrement et de déterritorialisation sont liés à la lecture et à la traduction des ouvrages de l’auteur tchèque.

15Christophe Ippolito poursuit la problématique de la traduction littéraire dans un contexte postcolonial. Dans son article « De Beyrouth à New York : traduction, politique, marketing », il discute les enjeux politiques et éditoriaux des traductions anglaises de la poésie de Nadia Tuéni, inspirée de la guerre civile libanaise. Dans un deuxième temps, Ippolito analyse les stratégies de marketing employées pour vendre aux États-Unis les traductions des écrits de ce poète.

16La contribution de Nadine Rentel s’inscrit dans une réflexion socioéconomique semblable à celle de l’article d’Ippolito. Dans « La dimension interculturelle de la communication de masse », elle aborde la problématique de la communication publicitaire dans des environnements culturels différents. Tirant ses exemples des contextes français et allemand, elle analyse les différents modes de fonctionnement d’une publicité dans les deux pays. Jusqu’où peut-on se servir d’une publicité globale et standardisée ? Et dans quelle mesure une publicité doit-elle être adaptée aux systèmes de valeurs de la culture dans laquelle elle est traduite ?

17Le troisième chapitre réunit des articles où l’on peut suivre dans leurs mutations successives des traductions de textes historiques, philosophiques et religieux. Dans tous les cas, des erreurs accidentelles ou délibérées des traducteurs ont pu engendrer des conséquences fructueuses et désastreuses.

18Dans « La connaissance et l’étude de John Locke : le cas de Two Treatises of Government », Delphine Soulard examine les effets immédiats et durables de la première traduction de l’ouvrage anglais, qui est toujours étudiée en France. Il s’agit de mettre en lumière les raisons pour lesquelles l’ouvrage de Locke a été mal traduit en français pendant très longtemps. Elle évoque certaines difficultés qu’ont rencontrées les traducteurs et les causes de celles-ci.

19Dans « No disciple of mine : une étape de la réception française de John Ruskin », Bénédicte Coste étudie notre perception de la figure historique de John Ruskin, et évoque les traductions de ses écrits sur les questions sociales. Elle défend que les écrits de John Ruskin ont été traduits pour servir le mouvement coopératif et celui de l’éducation populaire.

20Puis, Soufian Al Karjousli discute des effets socioéconomiques et politiques des traductions du Coran, dans « Visions coraniques du temps à travers les traductions : enjeux et retombées ». Il s’intéresse à la question de la chronologie dans la traduction de cet ouvrage. Les positions des théologiens musulmans et des traducteurs du texte coranique reflètent différentes conceptions de la chronologie, puisque l’arrivée de l’islam a suscité un besoin de réorganisation du temps, afin de marquer une coupure avec le passé et ses croyances, qui renvoyaient à des symboles du polythéisme. Les traducteurs devraient intégrer cette réflexion sur les différentes temporalités, et comprendre que traduire, c’est aussi interpréter.

21Le quatrième chapitre porte sur les éléments intraduisibles dans le transfert interculturel d’un texte. Il aborde divers aspects linguistiques de la traduction.

22Dans « Multiplication des emprunts à l’anglais et accélération de l’évolution du français contemporain », Myriam de Beaulieu part de ses expériences d’interprète francophone de l’anglais. Elle montre comment, au fil du temps, se sont forgés des anglicismes dans la langue française, et comment se maintient leur appartenance à la langue source, linguistiquement et culturellement opposée au français. Elle analyse ainsi l’influence que les anglicismes exercent sur la production d’une certaine pensée culturelle en France.

23Andres Posada Vélez est l’auteur de « Latin et langues vulgaires aux débuts de la modernité. Une réflexion sur le concept d’ingenium chez Descartes ». Partant d’un texte de ce philosophe, cet auteur explore le concept d’ingenium, et analyse la pensée de Descartes selon laquelle la méditation constituerait un exercice de traduction.

24Sündüz Öztürk Kasar, en faisant référence à ses propres expériences de traductrice des œuvres de Maurice Blanchot, Roland Barthes et Paul Ricœur (du français vers le turc), met en évidence les limites de la traduction en sciences sociales. Dans son article « Traduire les signes en sciences sociales », elle classifie les difficultés rencontrées dans les trois catégories suivantes : problèmes notionnels et informationnels, obstacles linguistiques et terminologiques et difficultés discursives et stylistiques. Selon S. Öztürk Kasar, le traducteur génère son propre discours en reproduisant l’original à un autre moment de l’instance et dans d’autres conditions.

25Pierre Schmitt et Andréa Benvenuto reprennent la notion de signe, abordée dans l’article précédent, en lui attribuant une tout autre dimension. Dans « Se raconter en langue des signes, s’écrire en langue vocale », les deux auteurs illustrent à quel point l’écriture des autobiographies de sourds relève d’un processus de traduction singulier. Ils soulignent entre autres la difficulté à traduire la langue gestuelle en langue textuelle, et la part de l’interprétation du texte-source par le traducteur.

26Les aspects de « l’intraduisibilité » abordés dans ce chapitre par les différents auteurs montrent la difficulté à naviguer entre les cultures. La problématique commune aux quatre articles signale à quel point un transfert culturel est essentiel pour effectuer une traduction, mais en montre également les limites.

27Les articles des trois auteurs réunis dans le dernier chapitre explorent diverses dimensions des traductions dans les arts et, par-là, soulignent l’universalité de la problématique. Même si les domaines de la musique, du théâtre ou de la littérature sont de natures très différentes, les problèmes auxquels se heurtent les traducteurs y sont comparables.

28La contribution d’Isabelle Marc Martinez, « Musiques populaires transnationales : l’exemple de Brassens en Espagne » place les problématiques liées à la traduction dans une perspective interdisciplinaire nouvelle, impliquant langue, littérature, civilisation et musique. Se penchant sur la chanson populaire, elle considère que la réception en Espagne de chansons comme « La Mauvaise Réputation » illustre les enjeux de la transculturalité.

29Carole Chapin, dans « Les adaptations de V. I. Loukine et le statut de la traduction dans le développement du théâtre russe au xviiie siècle : enjeux et représentations », montre que concernant la traduction de pièces de théâtre, le phénomène de la traduction a été considéré par certains critiques comme s’opposant à l’émergence d’une culture propre, mais qu’il faut nuancer cette idée.

30Dans « L’autotraducteur : passeur de mots, passeur de culture », face aux dérives possibles de la traduction évoquées précédemment, Valérie Capdeville-Hounieu s’intéresse à la solution spécifique de l’autotraduction. Cette opération pourrait apparaître comme une panacée. À travers le cas des œuvres autotraduites de Jorge Semprún, V. Capdeville-Hounieu montre qu’il n’en est rien.

31Même si les domaines qui se réunissent sous l’appellation de sciences humaines sont de natures très différentes, les problèmes spécifiques auxquels se heurtent les traducteurs sont comparables. Nous espérons donc que ce livre pourra servir de point de départ pour des débats futurs sur les réflexions posées ici par de nombreux contributeurs, tous concernés par la traduction des sciences humaines – car toute traduction est une rencontre à travers les mots et les langues.

Notes

1 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, no 3, 1969 : 73-104.

2 Walter Benjamin, « L’auteur comme producteur », in Essais sur Bertolt Brecht. Traduit de l’allemand par P. Laveau, Paris, Maspero, 1969 [1934] : 2, 123. « La tâche du traducteur », in Œuvres. Traduit de l’allemand par M. de Gandilliac. Paris, Denoël, 1971, t. I : 261-275.

3 Déterritorialisation est un terme crée par Gilles Deleuze et Félix Guattari dans L’Anti-Œdipe (Paris, Éditions de Minuit, 1972 : 1). Ce concept est appliqué aux questions du langage, de la composition et de la traduction, dans leur livre Kafka, pour une littérature mineure. Paris, Éditions de Minuit, 1975 : 12, 19, 29, 43.

4 Cf. « Qu’est-ce qu’un auteur », op. cit.

Auteurs

Maître de langue à l’EHESS, et dirige le programme franco-allemand de traduction de la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris). Son enseignement et ses recherches tournent autour de la traduction, de la communication interculturelle et de la littérature comparée. Elle a co-édité avec Jennifer K. Dick Transmissibility and Cultural Transfer : Dimensions of Translation in the Humanities, paru aux éditions Ibidem en 2012.

Maître de conférences à l’université de Haute-Alsace (Mulhouse) et membre de l’Institut de recherche en langues et cultures européennes (ILLE). Spécialiste de la relation entre texte et image dans la littérature contemporaine mais aussi poète, elle a traduit des poèmes et des œuvres d’auteurs contemporains comme Jérôme Mauche, Jean-Michel Espitallier, Jacques Demarcq, Philippe Beck et Albane Gellé. Elle a co-édité avec Stephanie Schwerter Transmissibility and Cultural Transfer : Dimensions of Translation in the Humanities, paru aux éditions Ibidem en 2012.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site