Version classiqueVersion mobile

Les outils de la pensée

 | 
Akira Saito
, 
Yusuke Nakamura

Quatrième partie. Rencontre des traditions textuelles

Les cartes et leurs usages en Asie du Sud et en Grande-Bretagne, xviiie-xixe siècles

Kapil Raj

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Catherine Delano-Smith et Roger J. P. Kain, English Maps. A History, Londres, B (...)
  • 2 Jerry Brotton, Trading Territories. Mapping the Early Modern World, Londres, Reaktion Books, 1997  (...)

1La disponibilité des cartes est aujourd’hui si répandue et leur usage si commun – partout présentes dans le monde d’aujourd’hui, elles sont vues comme un moyen indispensable d’orientation et de communication – qu’il est difficile d’imaginer que celles-ci ne sont entrées dans le domaine public qu’il y a à peine deux cent cinquante ans. Quasi unanimes sur ce constat, les innombrables récits de leur avènement le sont également quant aux raisons de leur ubiquité : l’inéluctable victoire de la modernité (européenne)1. Cependant, comme pour l’histoire d’autres objets et produits culturels, tels les livres ou des biens de consommation, l’anachronisme et la téléologie sont des obstacles majeurs à la compréhension de la manière dont des objets nouveaux et jusqu’alors inconnus sont introduits et prennent tels ou tels forme, ou usage. Car il n’y a rien d’inhérent dans la carte qui dicterait les usages des cartes que nous connaissons aujourd’hui et que nous pensons comme allant de soi. Cette vision est elle-même le résultat d’un long processus. Nous avons souvent tendance à négliger le fait que les cartes elles-mêmes ont une histoire incorporant l’évolution des réseaux sociaux de producteurs de cartes, de leurs patrons, des utilisateurs de cartes, et aussi des questions épistémologiques relatives à leurs fonctions comme documents précis2. À l’aune des historiens du livre et de la lecture, celui des cartes et de la cartographie doit restituer les contingences historiques qui ont contribué à créer la carte et ses usages tels que nous les connaissons.

2Étant donné le contexte, impérial et planétaire, des enjeux qui président aux mutations de la carte et de la cartographie durant les xviiie et xixe siècles, les cartographes et les publics qu’ils visent sortent largement des cadres purement nationaux pour s’étendre aux quatre parties du monde, faisant appel à une approche globale, ou du moins « transnationale », pour aborder l’histoire de cette entreprise. Un exercice détaillé et mondial étant largement hors de mes compétences, je me propose ici de me borner à une petite partie de cette histoire – celle des péripéties de la carte en Grande-Bretagne et dans son empire entre 1760 et 1830 – pour illustrer la manière dont la carte moderne a émergé et ses usages ont été transformés.

  • 3 Kapil Raj, « Circulation and the Emergence of Modern Mapping. Great Britain and Early Colonial Ind (...)
  • 4 Yasha Beresiner, British County Maps, Londres, Antique Collectors’ Club, 1983 : 22. Voir aussi P.  (...)
  • 5 David H. Fletcher, The Emergence of Estate Maps. Christ Church, 1600-1840, Oxford, Clarendon Press (...)
  • 6 Raleigh Ashlin Skelton, « The Military Survey of Scotland 1747-1755 », The Scottish Geographical M (...)

3Dans un précédent travail, j’ai montré les origines sud-asiatiques, durant la seconde moitié du xviiie siècle, de la cartographie britannique3. En effet, la cartographie de grands espaces basée sur des mesures précises – bien que théoriquement maîtrisée depuis les travaux du mathématicien néerlandais, Regnier Gemma, dit Frisius (1508-1555) – n’était alors pratique courante que dans la France de l’Ancien Régime et dans l’empire des Habsbourg. En ce qui concerne la Grande-Bretagne, il n’existait pas de carte détaillée unifiée des îles Britanniques – à l’exception notable d’une carte d’Écosse, réalisée par des Écossais sous la direction de William Roy à la suite du soulèvement écossais de 1745. Cependant, il n’y avait nullement pénurie de cartes côtières, portuaires et de fortifications réalisées pour l’état-major, et de cartes de routes, de propriétés et de comtés dans le domaine civil. En effet, à partir du xvie siècle, ces derniers commencent à prendre une importance grandissante en tant qu’unités administratives avec une autonomie dans leur organisation et fonctionnement à la suite de la dissolution, sous le règne d’Henry VIII, des monastères en 1536. Les terres de l’Eglise sont alors redistribuées parmi la noblesse et les commerçants, créant le besoin de mesurer la terre et de faire des relevés des nouvelles propriétés. Le comté devient la plus grande unité administrative du royaume représentée sous la forme de cartes, et chacun développe ses propres normes de représentation topographique. Vrais objets d’art, soigneusement coloriées à la main, les cartes des comtés, trouvent rapidement un marché lucratif parmi les nouveaux propriétaires, décorant les murs des demeures nobles et roturières. Et, si l’on peut constater une augmentation générale de la production de cartes, celle-ci n’est pas pour autant accompagnée d’une augmentation uniforme et consistante de leur utilisation par les propriétaires et administrateurs terriens. En effet, les cartes des comtés donnent peu d’importance aux ressources naturelles, et à la qualité ou à l’usage des terres, mais beaucoup aux réseaux routiers et aux péages4. En outre, les cartes n’ont aucune valeur juridique, au moins jusqu’au milieu du xixe siècle. Elles peuvent au mieux accompagner les documents écrits (tels les procès-verbaux), qui, seuls, font foi5. Ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle que le royaume entreprend la construction d’une carte à l’échelle nationale incluant les nouvelles entités qui en font désormais partie : l’Écosse et l’Irlande. Le service cartographique de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, l’Ordnance Survey of Great Britain and Ireland, est fondé en 1791, et ce n’est pas avant 1801 qu’est produite sa première carte, soit presque vingt ans après l’édition de la première carte britannique détaillée de toute l’Inde6.

4Cette carte de l’Hindoostan fut produite en 1782, à peine trente ans après le commencement de la conquête britannique du sous-continent indien, par un certain James Rennell (1742-1830), marin anglais rompu à l’hydrographie qui transposa des techniques de levé côtier et portuaire propres à la cartographie maritime à l’arpentage terrestre. En outre, ce dernier se servit des itinéraires des missionnaires européens, des journaux de marche de soldats et arpenteurs, tant indiens qu’européens, ainsi que d’annuaires moghols à usage administratif. Ceux-ci fournissaient des descriptions systématiques des provinces et de leurs subdivisions, précisaient leur situation et leur étendue, remplissant largement, mais non exclusivement, la fonction des cartes telles que nous les concevons aujourd’hui (Fig. 1).

  • 7 Susan Gole, Indian Maps and Plans from Earliest Times to the Advent of European Surveys, Delhi, Ma (...)
  • 8 The Imperial Gazetteer of India – Madras, 2 : 134, cité par Reginald Henry Phillimore, Historical (...)

5En effet, si les Anglais n’avaient jusqu’alors pas réalisé de carte détaillée et unifiée des îles Britanniques, les Indiens n’avaient pas non plus construit une carte détaillée de l’ensemble du sous-continent. Toutefois, là également il n’y avait point pénurie de cartes locales répondant à différents besoins. Selon une étude récente, il en existait plus de deux cents antérieurement au xviiie siècle, principalement du nord-ouest, du centre et de l’ouest du sous-continent7. En outre, des relevés routiers et cadastraux détaillés étaient fréquemment réalisés. Il est mentionné que Rajaraja I de Thanjavour (985-1011) « dirigea un levé soigné des terres cultivées afin d’évaluer leur importance8 ». En fait, depuis le début de la modernité, il existe des registres cadastraux relevant l’étendue et la propriété des terres cultivées et une tradition de l’arpentage dans presque tout le sous-continent. Un texte sanscrit du début du xviiie siècle traitant d’arpentage, traduit pour Benjamin Heyne (naturaliste morave et arpenteur au service de l’East India Company), décrit une méthode basée sur des techniques corporelles :

  • 9 National Archives of India, New Delhi (NAI), « The ‘Chetrie Ganietam’ — A Sanskrit Work on Land Me (...)

La mesure fondamentale est celle d’un pouce qui est déterminée de trois façons différentes :
Premièrement, en alignant trois épis de riz en longueur. Cela s’appelle un pouce.
Deuxièmement, en mesurant la circonférence du pouce de la main, longueur dont la moitié est un pouce.
Troisièmement, en mesurant la seconde jointure du médius, dont la moitié vaut un pouce.
12 de ces pouces font un pied, 32 pieds font un bambou et 4 bambous en carré font un are.
Ces mesures [...] sont comprises universellement9.

Figure 1 : La carte de l’Hindoostan, 1782.
© Kapil Raj

6Dans l’empire moghol, les mesures terrestres étaient conservées dans les archives du comptable du village et régulièrement contrôlées par les fonctionnaires de l’État. Pour les levés des routes, le jésuite Antonio Monserrate (1536-1600), qui passa de nombreuses années à la cour d’Akbar, écrit que

  • 10 Antonio Monserrate, « Mongolicae Legationis Commentarius », in H. Hosten (dir.), Memoirs of the As (...)

[...] ces mesures sont ultérieurement très utiles pour calculer la superficie des provinces et les distances de différents lieux, pour les missions, envoyés et messagers royaux, et en cas d’urgence10.

  • 11 ‘Abu ‘al-Fazl ibn Mubarak, Ain-i Akbari, traduit en anglais par H. Blochmann (vol. 1) et H. S. Jar (...)

7En outre, on exploitait alors les distances mesurées sous forme tabulaire, d’annuaires ou de manuels utilisés pour l’administration, la collecte des impôts et autres besoins. Ces annuaires fournissaient des descriptions systématiques (statistiques à l’appui) des provinces et de leurs subdivisions. Le plus connu de ces annuaires étant l’Ain-i Akbari compilé par le publiciste ‘ Abu ‘ al-Fazl ibn Mubarak (1551-1602) à la fin du xvie siècle, mais la tradition a continué jusqu’à la fin du xixe siècle comme l’attestent plusieurs manuscrits conservés dans des bibliothèques en Inde aussi bien qu’en Grande-Bretagne11.

8L’utilisation d’une carte comme document juridique : dans son mémoire, Tarikh-i Asad Beg Qazwini, Asad Beg écrit comment il rendit compte à l’empereur Akbar des responsabilités dans l’échappée d’un prince rajput rebelle, pourtant encerclé :

  • 12 Traduit des Oriental and India Office Collections, British Library (OIOC), Mss. Or. 1996. Je remer (...)

Une pièce de tissu de plusieurs aunes fut apportée [...] sur lequel fut esquissé le fort d’Iraj avec la rivière d’un côté, les murs et les portes du fort sur les trois autres côtés. L’endroit par où s’était enfui Bir Singh fut également indiqué, ainsi que là où il avait traversé la rivière. Les forces campées autour du fort furent indiquées et [...] le Bakshi [fonctionnaire moghol chargé du recrutement et de la gestion des personnels] écrivit les noms de leurs commandants. Chacun d’eux dut poser son propre sceau sur le document, affirmant ainsi son assentiment avec ce dessin comme représentation. Quand tous les nobles eurent imprimé leur sceau sur le plan, [Asad Beg] leur déclara que cela était le rapport qu[‘il] enverrait à l’empereur12.

  • 13 Voir J. E. Schwartzberg, « South Asian... », op. cit. : 356.

9Un grand nombre de cartes ont existé dans l’Inde précoloniale. La variété des styles de ces cartes témoigne du fait que l’Asie du Sud, région aussi vaste et aussi diversifiée que l’Europe, pratiquait de longue date des échanges intensifs avec les cultures majeures du Vieux Monde. Relevons que certaines de ces cartes font usage de conventions de couleur : marron clair pour des terrains, brun foncé pour les montagnes, bleu pour les rivières, blanc pour les océans13...

  • 14 Un exemplaire du Shahid-i Sadiq se trouve dans OIOC (IO Islamic 1537 et Egerton 1016). Voir Irfan (...)
  • 15 Simon Digby, « The Bhugola of Ksema Karna. A Dated Sixteenth Century Piece of Indian Metalware », (...)
  • 16 Voir, par exemple, William Norman Brown, « A Painting of a Jaina Pilgrimage », in Rosane Rocher (d (...)

10Bien que les usages de tous ces artéfacts ne puissent être précisément déterminés, certains d’entre eux avaient des visées clairement militaires, fiscales, religieuses (comme ces cartes de pèlerinage et ces cartes et globes cosmographiques). Au moins un atlas mondial est connu, faisant partie d’une encyclopédie Shahid-i Sadiq, rédigée au xviie siècle par un Persan résidant dans le nord de l’Inde ; il comporte 34 cartes réalisées suivant les techniques persanes de projection cylindrique ; il est important de noter qu’à cette époque l’Inde avait été au contact constant, et que le Nord faisait même partie du monde islamique depuis plus de mille ans14 ! On connaît également l’existence, dans différentes collections en Grande-Bretagne et en Inde, d’une demi-douzaine de globes cosmographiques, tous largement basés sur les Puranas. Le plus ancien et peut-être le plus fascinant de ces globes est le Bhugola de Ksema Karna – une boîte sphérique en cuivre délicatement travaillée pour représenter les divers constituants de l’Univers selon des sources puraniques, mais assorties d’une influence ptolémaïque (probablement un réceptacle à épices)15. Des peintures jaïnes ont été identifiées comme cartes routières de pèlerinages16. Un manuel de navigation, comportant des cartes maritimes, daté du milieu du xviie siècle, a été découvert récemment.

  • 17 Voir James Rennell, « Explanation of the Emblematical Frontispiece to the Map », in Memoir of a Ma (...)

11Les Britanniques étaient bien conscients de l’existence de ces annuaires et de leur usage dans des pratiques administratives dans le sous-continent. Dans le cartouche emblématique situé en bas à droite de la carte de l’Inde dressée par James Rennell, on voit représentée la coopération entre élites indiennes et britanniques, un brahmane offrant à la Britannia des manuscrits sacrés, d’autres brahmanes attendant avec d’autres manuscrits dans leurs étuis17 (Fig. 2).

12La carte de Rennell était bien plus dense en informations que les cartes d’Angleterre ou de ses territoires d’outre-mer réalisées jusqu’alors et allait servir de modèle, quant au détail et à la précision, pour la future carte d’Angleterre. En reconnaissance de ses réalisations, Rennell reçut de la Royal Society la médaille Copley en 1791. À cette occasion, Sir Joseph Banks (1743-1820), président de la société, proclama :

  • 18 Royal Society Journal, 1790-1793, 34 : 389-390.

Pourrais-je me permettre de dire que l’Angleterre, fière d’être estimée la reine du progrès scientifique par les nations voisines, [peut] se vanter d’une carte générale aussi bien exécutée que celle du Bengale et du Bihar par le Major [Rennell], un territoire considérablement plus grand que toute la Grande Bretagne et l’Irlande ; [...] la précision de ses levés demeure sans rivale comparée aux meilleures cartes des comtés que cette nation a jusqu’alors été capable de produire18.

Figure 2 : Le cartouche de la carte de l’Hindoostan de James Rennell.
© Kapil Raj

  • 19 Voir la préface à la deuxième édition de Rennell, Memoir of a Map..., op. cit., Londres, 1785 : VI (...)

13Rennell et son ami le général William Roy, renommé pour sa carte de l’Écosse, échauffaient depuis plusieurs années l’opinion publique en ridiculisant les cartes existantes de l’Angleterre et de ses côtes pour engager le gouvernement à entreprendre une cartographie uniforme des îles Britanniques19. Rejoints désormais par Banks, leurs plaidoyers portèrent leurs fruits cette année même, qui vit la fondation de l’Ordnance Survey of Great Britain and Ireland.

  • 20 Allie Wilson Richeson, English Land Measuring to 1800. Instruments and Practices, Cambridge, Mass. (...)

14Toutefois, les techniques et instruments d’arpentage utilisés dès lors en Grande-Bretagne furent très différents de ceux qui avaient été développés en Inde. Cela pour plusieurs raisons. Tandis que les cartes furent dressées par des arpenteurs professionnels, la prise des mesures terrestres fut exécutée par des géomètres qui utilisaient tables des aires, boussoles, compas, règles, tables à dessiner, équerres, odomètres et quadrants comme principaux instruments. Ils acquéraient souvent leur savoir-faire sur le tas20. Parfaitement adaptés pour des relevés des propriétés et des routes, ces instruments ainsi que les savoir-faire des géomètres ne pouvaient en revanche servir pour faire des levés à l’échelle nationale. De plus, étant donné le manque d’uniformité dans les échelles et méthodes employées dans les différents comtés, sans évoquer le fait que l’Écosse et l’Irlande n’avaient pas de cartes de comtés, on ne pouvait pas non plus songer à dresser une carte nationale par simple agrégation de celles des comtés. C’est précisément parce que la carte de Rennell démontre que les Britanniques sont capables de réaliser une carte précise de grands espaces qu’elle séduit Joseph Banks et William Roy.

Figure 3 : Le cercle répétiteur.
© Kapil Raj

  • 21 Voir C. Close, The Early Years..., op. cit. ; Sven Widmalm, « Accuracy, Rhetoric, and Technology. (...)

15La seule technique retenue comme procédé de levé à grande échelle fut la triangulation, perfectionnée principalement en France au milieu du xviiie siècle. Cependant, les Britanniques ne voulurent pas utiliser le cercle répétiteur conçu par les Français pour réaliser la triangulation (Fig. 3) ; ils conçurent eux-mêmes un nouvel instrument dédié à réaliser les levés : un théodolite altazimutal de 3 pieds de diamètre construit par le célèbre fabricant d’instruments londonien, Jesse Ramsden21 (1735-1800) (Fig. 4). Cette reconfiguration des techniques utilisées, auxquelles auront contribué des savoir-faire indiens, français et britanniques, est une illustration générale de la façon dont est pondérée l’appropriation des objets techniques ou des savoirs composites. Elle suscite le développement de savoirs et d’instruments à caractère national. Réaliser cette entreprise de cartographie à échelle nationale allait relier autour de ces savoirs, savoir-faire et instruments tous les participants comme membres d’un État-nation émergent, résultat tant de l’aventure coloniale que de la rivalité intra européenne.

16Si l’on peut dire que les pratiques cartographiques résultent de la circulation des acteurs, savoir-faire, instruments, procédures... que peut-on dire de l’usage des cartes qui en sortent ? Si les cartes indiennes avaient des usages multiples et variés, quels étaient les usages des cartes du sous-continent indien produites pour ou par les Européens, censées représenter de façon parfaitement scientifique le monde « réel », être un instrument indispensable pour le déplacement des Européens dans des régions non familières ? Un examen des destinées de ces cartes jusqu’au tournant du xixe siècle répand une lumière surprenante sur les utilisations qui en ont été faites en pratique.

  • 22 La British Library et la Bibliothèque nationale de France en détiennent chacune un exemplaire.
  • 23 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Éclaircissements géographiques sur la carte de l’Inde, Paris, (...)

17Commençons par les cartes de l’Inde préparées en 1770 sous la direction du Français Jean-Baptiste-Joseph Gentil (1726-1799), alors en mission à la cour d’Oudh. Bien que cet atlas de 21 feuillets, destiné à illustrer la traduction de l’Ain-i Akbari de Gentil, couvrît des régions pratiquement inconnues des Européens (et encore inaccessibles pour de nombreuses décennies) et fût ainsi bien plus dense en informations que n’importe quel atlas contemporain, les deux exemplaires connus de l’atlas étaient à but initialement décoratif22. De même la carte de l’Inde, réalisée par d’Anville pour les Français, les plus entraînés à utiliser des cartes, était destinée à décorer les bureaux de « Messieurs les Commissaires du Roi à la Compagnie des Indes » à Paris et non pas à servir aux administrateurs des comptoirs français en Inde23.

Figure 4 : Le grand théodolite de Jesse Ramsden.
© Kapil Raj

18Il faut noter que Rennell ne commença nullement son séjour en Inde en s’embarquant dans la compilation d’une carte de l’une quelconque de ses régions. Initialement, le gouverneur du Bengale, Henry Vansittart, lui demanda seulement ceci :

  • 24 « Orders from the Hon’ble Henry Vansittart Esq., Governor of Fort William, dated 6 May 1764 to Jam (...)

[...] tenir un journal consacré à votre progression, notant l’aspect et la production des régions traversées, le nom de chaque village, et tout ce qui vous semble remarquable ; de ce journal, vous me donnerez une copie accompagnée des croquis des rivières et des criques que vous aurez pu faire24.

  • 25 Robert Orme, History of the Military Transactions of the British Nation in Indoostan from the Year (...)
  • 26 Voir John Malcolm, The Life of Robert, Lord Clive, 3 vols, Londres, 1836, vol. 2 : 523. Quelques-u (...)

19Ce fut seulement un an plus tard à la demande de Robert Clive, revenu en Inde comme successeur de Vansittart, que Rennell entreprit de réaliser la première carte du Bengale, non pas comme outil administratif ou militaire, mais bien pour illustrer le deuxième tome de l’ouvrage en trois volumes de Robert Orme25. Rennell dessina aussi de nombreuses cartes pour la collection privée de Clive, afin de se gagner le patronage de ce tout-puissant nouveau gouverneur26. Le même sort advint à de nombreuses cartes contemporaines dessinées par d’autres cartographes, quoique fonctionnaires de l’East India Company, motivés par l’arrivisme et le goût du lucre. En effet, ces dessins étant des objets uniques, étaient hautement prisés pour leurs qualités esthétiques, nombre d’entre eux trouvant place dans les collections privées de membres du Parlement ou de sociétés savantes, et jusque chez certains directeurs et hauts fonctionnaires de l’East India Company. Tant et si bien que la Compagnie, pressée d’obtenir toute l’information sur les possessions en Inde, commença à s’inquiéter de cette fuite des cartes. Déjà, en 1766 le directoire à Londres écrivait au gouverneur du Bengale :

Un respect très léger a été montré aux ordres fréquemment réitérés concernant la transmission des copies de tous ces cartes et plans [...] ; pourtant, il nous semble que certaines copies ont fait leur apparition ici [à Londres] en particulier la carte de la région de Calcutta. Nous vous tiendrons donc hautement coupable de négliger l’attention que vous devez porter à ce sujet important, sauf à nous faire parvenir les copies de tous les croquis, plans et levés en votre possession, de nos fortifications, terrains, ou autres.

20et deux ans plus tard :

Nous recevrons avec plaisir la carte en cours de réalisation par le capitaine Rennell, mais nous devons néanmoins remarquer que cette carte nous devrait être envoyée en premier et qu’aucune copie n’en soit donnée sauf avec notre accord, règle jusqu’à présent non respectée puisque Lord Clive et M. Vansittart sont tous deux en possession de cartes de différentes provinces réalisées par le capitaine Rennell.

21Bientôt, les membres du Directoire s’exprimèrent de façon plus énergique :

  • 27 OIOC, Court Despatches to Bengal, datées respectivement du 19 février 1766, 16 mars 1768 et 11 nov (...)

Quand un levé est réalisé, personne n’est autorisé à en prendre copie, ce qui nous conduit à redire notre étonnement face à la conduite déloyale de nos géographes, qui ne nous ont envoyé aucun produit de leur travail, bien qu’ils aient largement mis la Compagnie à contribution [...] Cette négligence s’aggrave en découvrant que des cartes de toutes les provinces sont à titre privé entre les mains de Lord Clive et du gouverneur Vansittart. Nous aurions poussé notre ressentiment envers leur conduite jusqu’à les licencier n’eût [été] le dernier bateau [qui a] transmis des nouvelles nous assurant que les cartes seront achevées et nous seront envoyées l’an prochain27.

22Ces complaintes et menaces à peine voilées durèrent bien jusqu’au tournant du xixe siècle. Les cartes toutefois continuaient à fuir, non pas tant à destination de puissances ennemies comme la France, mais de membres influents de la direction même de la Compagnie, qui soit les achetaient, soit les recevaient en cadeaux en échange de faveurs passées ou futures. Même

  • 28 Thomas Best Jervis, « Historical and Geographical Account of the Western Coast of India », Transac (...)

[...] les cartes originales [de Rennell] [...] furent rapportées en Angleterre par certaines des plus hautes autorités en Inde et considérées comme propriété privée jusqu’à leur découverte accidentelle dans la collection d’une noble dame [...] et rachetées par le directoire pour la somme de cent livres28.

23Qu’advint-il des cartes imprimées du sous-continent ? Ces objets produits en quantité n’étaient-ils pas destinés à un plus large public habitué à lire des cartes et à des fonctionnaires sur le terrain ? La réponse est surprenante : elles ne ciblèrent un public ou un usage précis en Grande-Bretagne que bien après, au xixe siècle. Le public britannique lettré éprouvant, à la lumière des conquêtes britanniques, un intérêt croissant pour l’Inde, un marché potentiellement lucratif poussa Rennell à éditer sa carte de l’Inde. En préface aux deux premières éditions, il écrit :

  • 29 Rennell, Memoir of a Map..., 1re éd., op. cit. : I.

Tant que le théâtre des guerres britanniques en Hindoustan fut limité à une zone particulière, la géographie générale de cette région suscita peu de curiosité ; mais, maintenant que nous sommes engagés dans des guerres, alliances ou négociations avec toutes les puissances principales de l’Empire, et que nous avons hissé le drapeau britannique d’un bout à l’autre, une carte de l’Hindoustan, détaillant les conditions locales de nos liens politiques et les mouvements de nos armées, ne peut qu’intéresser hautement quiconque frappé par la splendeur de nos victoires ou dont s’éveille l’attention pour le présent état critique de nos affaires dans cette région du globe29.

24Rennell précise que cette carte

[...] tient en deux larges feuilles que l’on peut joindre en un tout pour la vue, ou qui peuvent être reliées séparément en atlas, suivant la convenance ou la fantaisie de l’acquéreur.

  • 30 Jean Bernoulli (dir.), Description historique et géographique de l’Inde, 3 vols, Berlin, Pierre Bo (...)

25Toutefois, en considérant le cartouche décoré et les gravures, il est clair que Rennell préférait la première option. De plus, une carte en papier couché épais ne convenait pas à l’insertion dans un livre. Jean III Bernoulli (1744-1807), traducteur et éditeur en français de Rennell, décida, pour sa part, de couper cette carte en trois parties à la même échelle et de l’imprimer sur du papier fin et résistant autorisant son insertion dans un livre relié et capable de supporter de fréquents dépliages et repliages. Cette présentation correspondait mieux au contexte de l’Europe continentale, où la culture cartographique était déjà plus répandue30.

26Quant au processus du développement de la culture cartographique dans le grand public britannique, d’une part, et de l’évolution de ces cartes vers le statut d’instruments univoques de représentation géographique indispensable aux déplacements terrestres, d’autre part, c’est une longue histoire. Elle ne provient pas de la seule évolution interne aux îles Britanniques et ne peut être séparée des pratiques et praticiens, des instruments et cartes issus de l’aventure coloniale indienne et des efforts de la Compagnie anglaise des Indes orientales pour réguler la circulation de ce nouveau type d’information, à préserver au bénéfice exclusif de la Compagnie et de la nation britannique.

27En effet, les interdictions de la Compagnie ne pouvant enrayer la fuite des cartes vers le marché de l’art, ce n’est qu’au début du xixe siècle que fut avérée l’utilité de ces cartes comme instruments de terrain. La Compagnie des Indes forma, dans son école militaire d’Addiscombe (près de Londres), créée en 1809, des générations de militaires entraînés à lire et à utiliser les cartes. Les cartes commencèrent alors à devenir utiles et à remplacer progressivement les guides autochtones. De ce fait, apparut une demande soutenue de cartes dans les divers services de la Compagnie, et surgit la nécessité de standardiser les conventions topographiques. Des techniques de reproduction en nombre, la lithographie par exemple, contribuèrent à simplifier les cartes, les dissociant de leur tendance classique à l’esthétisme et des demandes du marché de l’art. En résumé, une culture cartographique telle que nous la connaissons maintenant fut imposée d’abord par le contrôle de la circulation des cartes, puis par la formation d’un public apte à les considérer comme des outils de terrain, enfin par la standardisation des conventions topographiques. Par son rayon d’action transnational, la Compagnie des Indes prit une part décisive dans ce processus. Comme quoi, l’histoire des cartes n’est pas plus simple que celle du livre !

Notes

1 Voir, par exemple, Catherine Delano-Smith et Roger J. P. Kain, English Maps. A History, Londres, British Library, 1999 (notamment chap. 7, p. 215 sq.) ; Alan Geoffrey Hodgkiss, Understanding Maps. A Systematic History of their Use and Development, Folkestone, Dawson, 1981 ; Jean Lefort, L’aventure cartographique, Paris, Belin, 2005.

2 Jerry Brotton, Trading Territories. Mapping the Early Modern World, Londres, Reaktion Books, 1997 : 19 sq.

3 Kapil Raj, « Circulation and the Emergence of Modern Mapping. Great Britain and Early Colonial India », in C. Markovits, J. Pouchepadass et S. Subrahmanyam (dir.), Society and Circulation. Mobile People and Itinerant Cultures in South Asia 1750-1950, Delhi, Permanent Black, 2003 : 23-54.

4 Yasha Beresiner, British County Maps, Londres, Antique Collectors’ Club, 1983 : 22. Voir aussi P. D. A. Harvey et Harry Thorpe, The Printed Maps of Warwickshire 1576-1900, Warwick, Records and Museum Committee, 1959 ; David Kingsley, Printed Maps of Sussex 1575-1900, Lewes, Sussex Record Society, 1982 ; R. A. Carroll, The Printed Maps of Lincolnshire 1576-1900. A Carto-Bibliography, Woodbridge, Lincoln Record Society, 1996.

5 David H. Fletcher, The Emergence of Estate Maps. Christ Church, 1600-1840, Oxford, Clarendon Press, 1995.

6 Raleigh Ashlin Skelton, « The Military Survey of Scotland 1747-1755 », The Scottish Geographical Magazine, 1967, 83 : 1-15 fournit une histoire détaillée de cette première cartographie de l’Écosse. Pour l’histoire des débuts de la cartogaphie unifiée de la Grande-Bretagne, voir Charles Close, The Early Years of the Ordnance Survey, Newton Abbot, David et Charles reprints, 1969 ; W. A. Seymour (dir.), A History of the Ordnance Survey, Folkestone, William Dawson, 1980.

7 Susan Gole, Indian Maps and Plans from Earliest Times to the Advent of European Surveys, Delhi, Manohar, 1989 ; Reginald Henry Phillimore, « Three Indian Maps », Imago Mundi, 1952, 9 : 111-114. Pour une histoire générale de la cartographie en Asie du Sud, voir Joseph E. Schwartzberg, « South Asian Cartography », in John Brian Harley et David Woodward (dir.), The History of Cartography, vol. 2, livre 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1992 : 400 sq.

8 The Imperial Gazetteer of India – Madras, 2 : 134, cité par Reginald Henry Phillimore, Historical Records of the Survey of India, 5 vols, Dehra Dun, Survey of India, 1945-1968, vol. 1 : 133.

9 National Archives of India, New Delhi (NAI), « The ‘Chetrie Ganietam’ — A Sanskrit Work on Land Measurement Translated by Benjamin Heyne », Memoirs of the Survey of India (1773-1866), vol. 3, f. 2.

10 Antonio Monserrate, « Mongolicae Legationis Commentarius », in H. Hosten (dir.), Memoirs of the Asiatic Society of Bengal, 1914, 3, 9 : 513-704. Cette citation est extraite de la traduction anglaise du récit, en latin, de Monserrate : John S. Hoyland et S. N. Banerjee, The Commentary of Father Monserrate, S.J. on his Journey to the Court of Akbar, Cuttack-Londres, Oxford University Press, 1922 : 78.

11 ‘Abu ‘al-Fazl ibn Mubarak, Ain-i Akbari, traduit en anglais par H. Blochmann (vol. 1) et H. S. Jarrrett (vols 2 et 3), 3 vols, Calcutta, Asiatic Society of Bengal, 1873-1894. Dans la description des douze soubahs, ou provinces, de l’empire d’Akbar, ‘Abu ‘al-Fazl décrit les différentes unités de mesure utilisées à travers l’empire pour des levés cadastraux et routiers (vol. 2 : 58-62, 414-418). Dans la partie consacrée aux croyances et aux savoirs des Hindous, il détaille les moyens utilisés dans la région pour déterminer la longitude et la latitude, à laquelle il joint une table des coordonnées des lieux connus de l’océan Atlantique jusqu’à la Chine (vol 3 : 33-36, 46-105). Pour une traduction de deux des annuaires du xviiie siècle, voir Jadunath Sarkar, The India of Aurangzib (Topography, Statistics, and Roads) Compared with the India of Akbar. With Extracts from the Khulasatu-t-tawarikh and the Chahar Gulshan Translated and Annotated, Calcutta, Bose Brothers, 1901.

12 Traduit des Oriental and India Office Collections, British Library (OIOC), Mss. Or. 1996. Je remercie Muzaffar Alam et Sanjay Subrahmanyam de m’avoir signalé son existence et de m’en avoir fourni une traduction.

13 Voir J. E. Schwartzberg, « South Asian... », op. cit. : 356.

14 Un exemplaire du Shahid-i Sadiq se trouve dans OIOC (IO Islamic 1537 et Egerton 1016). Voir Irfan Habib, « Cartography in Mughal India », Medieval India. A Miscellany, 1977, 4 : 122-134.

15 Simon Digby, « The Bhugola of Ksema Karna. A Dated Sixteenth Century Piece of Indian Metalware », Art and Archeology Research Papers, 1973, 4 : 10-31. Le globe se trouve actuellement au musée de l’histoire des sciences de l’Université d’Oxford.

16 Voir, par exemple, William Norman Brown, « A Painting of a Jaina Pilgrimage », in Rosane Rocher (dir.), India and Indology. Selected Articles, Delhi, Motilal Banarsidass, 1978 : 256-258 ; Chandramani Singh, « Early 18th-Century Painted City Maps on Cloth », in Robert Skelton et al. (dir.), Facets of Indian Art, Londres, Victoria and Albert Museum, 1986 : 185-192.

17 Voir James Rennell, « Explanation of the Emblematical Frontispiece to the Map », in Memoir of a Map of Hindoostan, or the Mogul’s Empire, 1re éd., Londres, imprimé par H. Brown, 1783 : XII.

18 Royal Society Journal, 1790-1793, 34 : 389-390.

19 Voir la préface à la deuxième édition de Rennell, Memoir of a Map..., op. cit., Londres, 1785 : VI-VII, note de bas de page. Roy avait déjà essayé à deux reprises, en 1763 et en 1766, de convaincre le gouvernement britannique d’entreprendre un levé de toute la Grande-Bretagne. Voir Catherine Delano-Smith et Roger J. P. Kain, English Maps..., op. cit. : 218.

20 Allie Wilson Richeson, English Land Measuring to 1800. Instruments and Practices, Cambridge, Mass., MIT Press, 1966.

21 Voir C. Close, The Early Years..., op. cit. ; Sven Widmalm, « Accuracy, Rhetoric, and Technology. The Paris-Greenwich Triangulation, 1784-88 », in Tore Frängsmyr, John L. Heilbron et Robin E. Rider (dir.), The Quantifying Spirit in the Eighteenth Century, Berkeley, Cal., University of California Press, 1990 : 179-206.

22 La British Library et la Bibliothèque nationale de France en détiennent chacune un exemplaire.

23 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Éclaircissements géographiques sur la carte de l’Inde, Paris, Imprimerie royale, 1753 : III.

24 « Orders from the Hon’ble Henry Vansittart Esq., Governor of Fort William, dated 6 May 1764 to James Rennell », in Thomas Henry Digges La Touche (dir.), The Journals of Major James Rennell Written for the Information of the Governors of Bengal during his Surveys of the Ganges and Brahmaputra Rivers 1764 to 1767, Culcutta, Asiatic Society, 1910 : 9.

25 Robert Orme, History of the Military Transactions of the British Nation in Indoostan from the Year 1745, 2 vols, Londres, 1773-1778.

26 Voir John Malcolm, The Life of Robert, Lord Clive, 3 vols, Londres, 1836, vol. 2 : 523. Quelques-unes des cartes de la collection privée de Clive se trouvent à la bibliothèque de l’université de Cambridge (MS Plans. x.13).

27 OIOC, Court Despatches to Bengal, datées respectivement du 19 février 1766, 16 mars 1768 et 11 novembre 1768.

28 Thomas Best Jervis, « Historical and Geographical Account of the Western Coast of India », Transactions of the Bombay Geographical Society, 1840, 4, 1 : 1-244, ici 170.

29 Rennell, Memoir of a Map..., 1re éd., op. cit. : I.

30 Jean Bernoulli (dir.), Description historique et géographique de l’Inde, 3 vols, Berlin, Pierre Bourdeaux, 1786-1788, vol. 3 : II.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La carte de l’Hindoostan, 1782.© Kapil Raj
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Figure 2 : Le cartouche de la carte de l’Hindoostan de James Rennell.© Kapil Raj
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Légende Figure 3 : Le cercle répétiteur.© Kapil Raj
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 4 : Le grand théodolite de Jesse Ramsden.© Kapil Raj
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

Auteur

Directeur d’études à l’EHESS. Ses recherchers portent sur l’histoire du rôle des circulations et des interactions culturelles dans la formation et la transformation des savoirs et des sciences dans un monde globalisé, xvie-xxe siècles.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search