Version classiqueVersion mobile

Les outils de la pensée

 | 
Akira Saito
, 
Yusuke Nakamura

Quatrième partie. Rencontre des traditions textuelles

Babel au xvie siècle. Mondialisation et globalisation des langues

Serge Gruzinski

Texte intégral

  • 1 Adriano Prosperi, America e Apocalisse e altri saggi, Pisa et Roma, Istituti Editoriali e Poligraf (...)

1Un tableau célèbre de Pierre Breughel l’Ancien, aujourd’hui conservé au Musée de Vienne (Kunsthistorische) et peint en 1563, montre la construction de la tour de Babel. Le vieux mythe biblique associe la question de la multiplication des langues à l’idée d’une unité perdue de l’humanité et de sa dispersion sur la planète. Tout au long du xvie siècle, la découverte de la Babel planétaire ne manqua pas de déconcerter Espagnols et Portugais. Mais ils furent aussi les premiers Européens à réfléchir sur la diversité des langues et à chercher les moyens de prendre sous contrôle ce formidable obstacle à leur domination : le xvie siècle chrétien devait être celui de la plenitudo gentium, plenitudo temporum (plénitude des peuples et plénitude des temps)1. Une plenitudo qui signifiait la fin de l’histoire et la fin de Babel...

2Qu’est-ce que cette Monarchie catholique qui me sert de cadre de réflexion ? La Monarchie catholique (1580-1640) est une construction dynastique, politique et idéologique dont les historiens ont disséqué les tenants et les aboutissants. Retenons que c’est la première fois qu’une puissance européenne est présente sur les autres continents et qu’elle couvre des territoires aussi étendus. On prendra la mesure de la nouveauté absolue introduite par la domination philippine en se rappelant que, pour asseoir les prétentions universelles de la Monarchie, les juristes espagnols invoquaient l’extension planétaire sans précédent de ses possessions. La Monarchie catholique est aussi, comme on le sait, le berceau d’une première économie-monde liée au démarrage d’un capitalisme intercontinental. Ces dimensions économiques ont cependant laissé dans l’ombre d’autres manifestations tout aussi spectaculaires et sans précédent : à commencer par le déploiement des premières bureaucraties opérant à l’échelle planétaire, qui sont indissociables du quadrillage religieux partout implanté par une Église étroitement soumise au monarque catholique. Sans se confondre avec la Monarchie, pour la première fois dans l’histoire, des réseaux établis par les ordres religieux et la Compagnie de Jésus, par des banquiers italiens ou des hommes d’affaires d’origine basque et juive relient les quatre continents entre eux. Mais cette domination planétaire ne passe pas que par les armes, la foi ou le commerce. Les manifestations littéraires, plastiques et musicales de la domination philippine attestent le succès d’un art, le maniérisme, qui s’est épanoui sur plusieurs continents à la fois. C’est la première fois que des églises maniéristes sont élevées en Inde, que la musique de la Renaissance hispano-flamande résonne sous les voûtes des cathédrales d’Amérique. Ces facettes multiples font de la Monarchie catholique un objet aussi singulier que fascinant : il oblige à revisiter le passé européen en explorant un espace qui déborde constamment et même planétairement celui de la chrétienté latine.

3La Monarchie est ainsi au cœur de circulations planétaires qui rattachent non seulement l’Europe au reste du monde mais qui également mettent en rapport, c’est une autre grande première, l’Afrique des esclaves avec le Nouveau Monde, les côtes du Mexique et de la Californie avec le Japon et la Chine via les Philippines. La Monarchie ibérique recouvre un espace qui réunit plusieurs continents, met en rapport ou télescope toutes sortes de formes de gouvernement, de formes d’exploitation matérielle et d’organisation sociale. S’y croisent et s’y mélangent des hommes, des sociétés et des civilisations. En ce sens, la Monarchie n’est pas une aire culturelle unifiée ou unique, elle en rassemble de multiples, toutes bordées d’innombrables périphéries, forêts amazoniennes et africaines, déserts du nord du Mexique, empire chinois, sultanats musulmans de l’Inde. En jouant partout la carte de la christianisation, la Monarchie catholique se heurte souvent brutalement à des croyances et des traditions religieuses que tout oppose au catholicisme. Elle est ainsi le théâtre d’interactions planétaires entre le christianisme, l’islam et ce que les Ibériques appelaient « les idolâtries », une catégorie fourre-tout au sein de laquelle on trouve aussi bien les cultes de l’Amérique et de l’Afrique que les grandes religions asiatiques – hindouisme, bouddhisme, confucianisme et autres. Partout ses missionnaires tentent de mener une conquête spirituelle plus ou moins couronnée de succès. Partout l’Église, étroitement contrôlée par la couronne d’Espagne, déploie ses organismes de contrôle et de répression. Établi à Goa, à Mexico, à Carthagène des Indes et à Lima, le Saint-Office de l’Inquisition doit ainsi apprendre à se mesurer à des milieux, à des populations, à des immensités et à des langues qui transforment immanquablement les modalités et la portée de son action planétaire.

4Ces défis planétaires nous apparaissent aujourd’hui d’une étonnante modernité. Mais d’une modernité bien différente de la modernité classique qui s’est patiemment construite à l’intérieur du continent européen, entre l’Italie de la Renaissance, la France des Lumières et la Hollande protestante et marchande. Car nous avons ici affaire à un espace planétaire où se jouent des phénomènes qui de près ou de loin ont à voir avec ce que nous appelons aujourd’hui « globalisation » ou « mondialisation ».

5Comment cerner cette première mondialisation européenne qui marque le passage décisif de l’Europe précolombienne à l’Europe colombienne ?

6La Monarchie catholique connecte des lieux aussi éloignés géographiquement et historiquement que Lisbonne, Séville, Anvers, Milan, Naples, Mexico, Lima, Salvador de Bahia, Manille, Macao, Goa ou Luanda. Dans le sillage de l’expansion portugaise et de la conquête castillane, la domination ibérique a donc fait prodigieusement reculer les horizons européens. Ce phénomène de planétarisation de l’espace européen se traduit par un changement d’échelle qui apparaît décisif. On l’observe dans des domaines aussi divers que l’urbanisme, la littérature ou le droit. Mais l’expansion de l’espace européen joue également sur des registres moins spectaculaires comme celui des langues européennes et non européennes, celui de l’usage de l’alphabet latin et du rapport à d’autres formes d’écriture, ainsi que celui de la production, de la reproduction et la diffusion de textes à l’échelle planétaire. N’oublions pas la musique, elle aussi répandue sur la planète, à la fois un langage et un mode d’écriture des sons typiquement européens.

La circulation du livre européen

  • 2 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, (...)

7C’est alors pour la première fois dans l’histoire du monde que des livres imprimés sur la péninsule Ibérique et dans le reste de l’Europe voyagent sur les océans Atlantique, Indien et Pacifique. C’est un phénomène quantitativement considérable. Entre 1558 et la fin du xviie siècle on calcule que plus de huit mille livres ont quitté l’Espagne pour l’Amérique espagnole mais il faut probablement multiplier cette quantité par dix pour tenir compte de la contrebande et de tout ce qui a pu échapper aux autorités ibériques2. La circulation des livres européens hors d’Europe a de multiples conséquences. Elle entraîne l’apparition d’un public de lecteurs d’origine européenne, indigène ou métisse disséminés aux quatre coins du monde. Un roman « grand public » aussi fameux et aussi diffusé au xvie siècle que la Diana de Montemayor recrute ses lecteurs aussi bien autour de la baie de Salvador de Bahia au Brésil que dans les bourgades étouffantes des Espagnols des Philippines. À l’aube du xviie siècle, une partie de la première édition de Don Quichotte est écoulée dans les Andes par des libraires d’Espagne soucieux d’engranger des profits de l’autre côté de l’Atlantique.

  • 3 « La esencia de la edad moderna es la conquista del mundo como imagen » : Peter Sloterdijk, Esfera (...)

8La diffusion transocéanique des livres européens n’a pas que des objectifs commerciaux : elle illustre concrètement le mouvement planétaire, la mobilisation qui s’empare alors de tous les supports et de tous les outils savants de la Renaissance européenne. La couverture intellectuelle du monde par les Européens a été rendue possible par la diffusion du livre. Au fur et à mesure qu’il accompagne la pénétration ibérique, ce phénomène répand sur une partie de la planète, y compris dans les mondes de l’islam, l’image du monde telle que la construisent et l’imaginent les Européens. En ce sens l’histoire – ou l’« essence » (Heidegger, Sloterdijk) – de la modernité européenne se joue autant dans la conquête du monde que dans l’impo sition planétaire d’une façon de représenter le monde, qui triomphe encore aujourd’hui3. Cette représentation s’impose via la cartographie, la production de nouveaux outils – l’atlas d’Ortelius (1571) – et toutes les formes de projections inventées et répandues par les cosmographes européens. Mais la construction de l’image du monde passe également à travers tous les textes rendant compte de la diversité des peuples du globe selon des critères européens, l’anthropologie en étant la lointaine héritière. Il est significatif que, loin de la domination de la Monarchie catholique, sur les terres du Japon et de la Chine on puisse regarder ou imaginer le monde à travers des modélisations d’origine européenne. Témoin les paravents japonais inspirés des grands atlas européens.

La mondialisation des langues européennes

9Avec les livres, ce sont les langues européennes qui circulent. « Siempre la lengua fue compañera del imperio (la langue a toujours été la compagne de l’Empire) » (Antonio de Nebrija à la reine Isabelle la Catholique). Avant même que ne se déploie la mondialisation ibérique, les choses étaient donc écrites et Nebrija proclame alors son projet linguistico-impérial, qui est une projection dans l’avenir :

[...] acordé ante todas las otras cosas reduzir en artificio este nuestro lenguaje castellano para que lo que agora e de aqui adelante en él se escriviere pueda quedar en tenor y estender se en toda la duración de los tiempos que están por venir como vemos que se ha hecho en la lengua griega y latina. (Je me suis avant tout attaché à simplifier notre langue castillane pour que ce que l’on écrit maintenant et que dorénavant l’on écrira en cette langue puisse conserver sa substance et durer pour la suite des temps à venir comme cela a été le cas pour le latin et le grec).

  • 4 Le facteur (factor ou feitor) est un haut fonctionnaire représentant les intérêts commerciaux de l (...)

10Le xvie siècle est pour une partie de l’Europe le siècle de la mondialisation des langues. Le castillan et le portugais sont les langues des découvreurs, des conquérants, des marchands et des missionnaires. À quoi s’ajoutent la diffusion du latin et celle, non négligeable bien qu’encore trop mal étudiée, de l’italien, qui véhicule l’histoire, la poésie et les sciences : Pétrarque, l’Arioste, Guichardin... Pour la première fois dans l’histoire, des langues du Vieux Monde sont physiquement mondialisées, portées qu’elles sont par les voix des conquérants, des missionnaires et des marchands. Quand vers 1520 le Portugais Duarte de Resende part prendre ses fonctions de facteur du roi de Portugal aux Moluques, il emporte avec lui les œuvres de Cicéron4.

11Un réseau d’institutions créées en Amérique, en Afrique et en Asie prend tôt leur relais : couvents, collèges jésuites, universités, tribunaux civils et ecclésiastiques, organes de gouvernement orchestrent la diffusion des langues ibériques tandis que le culte catholique réalise l’universalité enfin assumée du latin. On passe ainsi de l’exportation pure et simple à la reproduction et à l’enseignement in situ. Les bouleversements que nous venons d’évoquer apparaissent évidemment indissociables de la création d’imprimeries et d’établissements d’enseignement supérieur en Amérique et en Asie. Or non seulement les savoirs européens s’exportent mais dorénavant ils sont reproduits sur place. À Mexico (à partir de 1538) puis à Lima et à Manille on imprime en espagnol et en latin ; à Goa, à Macao et à Nagasaki on le fait en portugais. À Mexico comme à Nagasaki, et pratiquement à la même date, on publie la grammaire latine du jésuite Manuel Alvarez, un instrument essentiel pour l’enseignement et la diffusion de la langue de Cicéron.

  • 5 Serge Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire. Sociétés indigènes et occidentalisation dans le (...)

12L’essor d’une production en espagnol, en portugais et en latin hors d’Europe marque une date cruciale pour l’Europe et le reste du monde : elle scelle la fin de l’Europe précolombienne et l’acte de naissance de la culture occidentale, c’est-à-dire d’une culture qui n’est plus physiquement attachée au sol de l’Europe occidentale. Cette déterritorialisation, dont nous observons encore aujourd’hui les effets partout sur le globe, n’est pas qu’un mouvement de diaspora, c’est aussi une forme de conquête qui se déploie par le biais de l’occidentalisation5. Elle s’opère grâce aux « textes » entendus dans toutes leurs dimensions, imprimés et manuscrits, iconiques, musicales et cartographiques. Une déterritorialisation réussie dont il conviendrait d’examiner les précédents chinois et islamiques... Et les effets locaux car l’arrivée des livres hors des frontières de la Monarchie catholique met en contact d’autres sociétés et d’autres civilisations avec les instruments d’expression et les outils intellectuels de l’Europe occidentale : alphabet latin, conventions de la figuration, systèmes de représentation cartographique et de notation musicale. C’est le cas quand le Théâtre du monde de l’Anversois Ortelius est offert à l’empereur de Chine par Matteo Ricci. Même chose pour les ouvrages qui arrivent chez les Tokugawa ou dans les grandes cours de l’Inde hindoue, musulmane et moghole.

La découverte des langues non européennes

13Mais les langues non européennes ne sont pas pour autant négligées. Les travaux sur les langues indiennes de l’Amérique vont se multiplier. À quoi il convient d’ajouter les ouvrages qui portent sur les langues d’Afrique et d’Asie. Ce sont en priorité les missionnaires qui vont s’atteler à la tâche d’apprendre et de comprendre les langues indigènes. Ils le feront en bénéficiant de l’aide d’indigènes et de métis qui vont jouer le rôle crucial de passeurs entre les langues et les cultures.

14Mais les formes et les modes d’écriture rencontrées hors d’Europe retiennent également l’attention des Européens : des idéogrammes chinois sont pour la première fois reproduits en Espagne, à Séville, en 1577 dans l’ouvrage que le Galicien Bernardino de Escalante consacre à la navigation des Portugais en Asie. Les pictographies mexicaines sont observées avec autant d’intérêt, des codex sont envoyés en Europe et certains même sont copiés par des mains européennes (Codex Ríos). C’est au métis Diego Valadés que revient le mérite d’avoir été l’un des premiers à reproduire des glyphes mexicains dans un ouvrage majeur de la Contre-Réforme, publié en latin à Pérouse en 1579, la Rhetorica christiana.

15L’intérêt pour les langues non européennes et leurs systèmes d’écriture ne contredit pas le mouvement de mondialisation des langues européennes. Les deux mouvements expriment la volonté d’enraciner la domination ibérique sur des contrées lointaines. L’emploi du castillan et du portugais dans l’administration et les transactions commerciales marque la suprématie du vainqueur. Mais cet emploi est tempéré chaque fois que le rapport des forces impose le recours à des truchements ou à d’autres langues comme c’est le cas en Afrique et en Asie, où la domination européenne est beaucoup moins assurée. La curiosité pour les langues locales anime deux entreprises complémentaires : l’une est théorique, elle consiste à évaluer, à partir de l’existence ou non d’une écriture, le niveau de civilisation des peuples soumis ou à soumettre (José de Acosta) ; l’autre est pratique, elle s’emploie à faire pénétrer dans leurs rangs les rudiments du christianisme et les principes de l’obéissance aux souverains ibériques et à l’Église universelle. C’est dans ce but que les presses locales d’origine ibérique vont stimuler l’essor d’une littérature chrétienne en langue indigène, accélérant la circulation des textes, des idées et des croyances européennes. Partout l’objectif prioritaire est l’endoctrinement des naturels. En ce sens les efforts de l’archevêque de Mexico Juan de Zumárraga préfigurent ceux de l’archevêque de Goa Gaspar de Leão et du jésuite Alessandro Valignano au Japon. Les catéchismes et les dictionnaires édités à Goa, à Macao et à Amacusa sont les pendants asiatiques des dictionnaires et des manuels de confession qu’Alonso de Molina et Maturino Gilberti composent et publient au Mexique dans les langues nahuatl et purepecha.

  • 6 Sur le tupi du Brésil, Greg Urban, « A história da cultura brasileira segundo as línguas nativas » (...)

16Conséquence de ces campagnes d’impression, les langues amérindiennes, dont aucune ne s’écrivait au sens européen du terme, sont transcrites et fixées en caractères latins. Mais la victoire de l’alphabet en Amérique reste continentale. Les transcriptions du japonais en caractères latins resteront, elles, sans lendemain. Ajoutons qu’en Amérique cette fixation – qui est aussi normalisation et généralisation – peut avoir des conséquences importantes sur la structure et l’évolution des langues considérées : à ce titre elle marque une intervention dans les profondeurs de l’expression linguistique des sociétés soumises à la domination ibérique. Nous pensons, entre autres, à la lengua geral, le tupi, mise au point par les jésuites au Brésil6.

Métissages linguistiques et traductions

  • 7 James Lockhart, The Nahuas after the Conquest. A Social and Cultural History of the Indians of Cen (...)

17Les langues européennes s’introduisent dans les trois autres parties du monde. De leur rencontre ou de leur choc avec les langues locales naissent des formes métisses dont certaines ont été remarquablement étudiées. C’est le cas du nahuatl, la langue des Indiens du centre du Mexique, qui a vécu des phases successives d’adaptation à l’espagnol. Se fondant sur les textes conservés en nahuatl du xvie au xviiie siècle, James Lockhart a bien mis en valeur les étapes successives de ce que l’on peut considérer aussi bien comme une occidentalisation progressive de cette langue indigène que comme l’expression renouvelée de sa capacité d’adaptation aux pressions de la société coloniale et de la langue des vainqueurs7.

18Le métissage linguistique doit donc ici être abordé sous deux angles différents, celui des envahisseurs et celui des envahis. Avec leurs artes et leurs dictionnaires les missionnaires espagnols ont capturé le nahuatl et les autres langues de l’Amérique dans les filets d’une conception de la langue et de la grammaire spécifiquement européenne et unitaire. Un peu à la manière dont les cartographes européens, à la même époque, ont pris la représentation du monde dans la trame de leurs projections cartographiques. Les missionnaires ont ainsi introduit des termes et des tournures d’origine européenne qui leur semblaient absents du lexique local : cheval, livre, etc. Mais cette colonisation venue du haut a dû tenir compte des réactions et des initiatives des populations locales, contraintes de se familiariser avec quantité de nouveaux termes imposés par les exigences de la christianisation ou par les nouveaux métiers qui leur étaient enseignés. Ces populations forgent alors une foule de néologismes en exploitant de vieux termes nahuatl détournés de leur sens initial ou en employant carrément des termes castillans pourvus de terminaisons indigènes. Les appropriations et les emprunts ne vont pas toujours dans le sens escompté par les vainqueurs : ainsi le mot espagnol tomín – usité pour désigner une pièce de monnaie – finit par signifier pour les Indiens les espèces et l’argent en général alors que le terme castillan dinero n’est jamais passé dans la langue nahuatl.

  • 8 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translation as a Cultural World-System  (...)
  • 9 Abram de Swaan (dir.), « The Emergent World Language System », International Political Science Rev (...)

19La question du métissage linguistique incite à s’interroger sur la traduction que provoque la mise en circulation des langues8. Les mélanges et les télescopages du quotidien donnent partout lieu à des bricolages linguistiques dont sortiront des langues comme le créole des Antilles ou qui laisseront des traces bien moins tangibles. Par contre l’effort pour passer d’une langue à l’autre soulève des problèmes intellectuels, souvent pris en charge par des experts, dénommés prácticos ou práticos dans l’espace de la Monarchie catholique. Il conviendrait de s’interroger sur les milieux où se recrutent des traducteurs, leur formation intellectuelle, leur rôle de passeurs entre les sociétés et les formes de pouvoir, mais également sur les centres de traduction et les moyens mis à leur disposition. À Mexico, au xvie siècle, le rôle du collège de Santiago de Tlatelolco est bien connu : on y formait les traducteurs indiens et espagnols, on y traduisait les textes religieux destinés au catéchisme des indigènes, on y imprimait des livres en langues indigènes. Mais on pourrait également évoquer le rôle, à des milliers de kilomètres de là, du collège jésuite de Nagasaki. Les grands centres mexicains, péruviens, indiens (Goa), japonais (Nagasaki), chinois (Macao), philippins (Manille) de traduction occupent une place exceptionnelle à la charnière des mondes. Ces centres intermédiaires constituent incontestablement une des assises essentielles de la mondialisation ibérique. Si c’est la mondialisation qui rend possible cette circulation des textes et des traductions, c’est également cette mobilité des lettres et des mots qui dynamise la mondialisation lancée par les Ibériques. Traduites à Mexico dans la langue des Aztèques et en japonais à Nagasaki, les Fables d’Esope deviennent tout à coup accessibles aux élites nippones et indiennes récemment conquises au christianisme. Et ce n’est pas un détail. Notre Antiquité, remise au goût du jour par les Européens de la Renaissance, se « planétarise » sans crier gare. Et cette planétarisation ne peut être dissociée de l’émergence d’un lectorat « international » susceptible d’aborder la civilisation européenne en lisant aussi bien des langues européennes que non européennes. On peut donc parler, dès cette époque, d’un emerging world language system9 à condition de bien comprendre que le phénomène n’a rien de contemporain, ce que les spécialistes des sciences sociales, tout amnésiques qu’ils sont, ignorent royalement. La rédaction de dictionnaires en Amérique, en Europe et en Asie prend alors toute son importance : celui que le franciscain Alonso de Molina publie au Mexique en 1571, qui est un dictionnaire castillan-nahuatl et nahuatl-castillan, celui que les jésuites publient à Amacusa en 1595, Dictionarium latino lusitanicum ac japonicum. Il nous semble fondamental aujourd’hui de mettre enfin côte à côte ces entreprises considérables pour mieux évaluer leurs enjeux au croisement des aires de civilisation.

La globalisation des langues européennes

20En étudiant sur une échelle planétaire la circulation des différentes langues du globe on perçoit mieux la manière dont des productions intellectuelles ont soudainement pu sortir de leur espace de création – la chrétienté latine – pour pénétrer des régions jusque là inaccessibles. Mais on est frappé par le fait que la circulation des patrimoines s’opère presque toujours à sens unique : c’est en turc que sont traduites les grandes chroniques espagnoles de la conquête du Nouveau Monde (le Tarih-i Hind-i garbi), c’est dans les langues d’Amérique et d’Asie que sont traduites les œuvres de piété d’origine chrétienne tout comme Aristote l’est en chinois ou Esope en japonais et en nahuatl. Le passage en sens inverse est attesté mais il implique obligatoirement une interprétation et un filtrage systématiques des sources étrangères à l’Europe et pas à proprement parler une traduction : les grandes chroniques espagnoles sur l’Amérique puisent constamment dans les patrimoines indigènes mais toutes les retranscrivent, les découpent et les réécrivent à leur manière. Quand le franciscain Bernardino de Sahagún donne la parole à ses informateurs indigènes, leur version des choses – c’est le cas notamment pour la conquête de Mexico – restera jusqu’au xxe siècle rédigée dans leur propre langue, en nahuatl, sans qu’on dispose d’aucune traduction en espagnol ou en anglais. Ce déséquilibre révèle une dissymétrie qui se trouve au cœur du processus de mondialisation qui nous intéresse ici.

  • 10 Cornelis W. Schoneveld, Intertraffic of the Mind. Studies in the Seventeenth-Century Anglo-Dutch T (...)

21Le phénomène laisse transparaître des zones de perméabilité mais également de forte étanchéité qu’on ne peut pas toujours expliquer par de simples rapports de domination : centres/périphéries ; métropoles/colonies10. Car tout ne se mélange pas dans les espaces soumis à la Monarchie catholique. En Amérique, en Afrique et en Asie, des sphères de savoir et de pratique demeurent à l’écart de tout mélange, comme si des secteurs entiers, d’ordinaire stratégiques pour la domination ibérique, devaient éviter tout contact avec les mondes extérieurs indigènes au sein desquels ils se trouvent transplantés. Cet isolement de la sphère intellectuelle peut s’exprimer visuellement. Il est particulièrement manifeste dans un ensemble de fresques conservées dans le couvent mexicain d’Actopan : l’escalier du couvent forme un gigantesque cube, couvert de peintures qui représentent les grandes figures de l’ordre des augustins. Des fenêtres peintes en trompe-l’œil ouvrent sur des paysages européens, alors que rien ne perce de l’environnement steppique qui entoure le couvent. Toutes ces figures sont entourées de livres et saisies dans l’acte de lire ou d’écrire. L’escalier d’Actopan est emblématique d’une situation qui se répète dans toutes les régions dominées par la Monarchie catholique. La sphère du castillan comme celle du portugais, du latin et de l’italien est transportée sous les tropiques en prenant bien soin de préserver dans sa pureté la langue de l’université et de la pensée, de l’administration et de l’Église, de la science et de la littérature, ou encore de la poésie, de toute contamination extérieure. Alors qu’à l’intérieur de la maison, sur le marché, à chaque coin de rue, sur les places, dans les cours des tribunaux, langues européennes et non européennes se côtoient et se télescopent, dans les espaces fermés du pouvoir, il ne saurait être question de s’écarter d’une norme linguistique fixée en Europe et pour l’Europe. On distinguera donc l’espace du métissage des langues du monde – qui s’effectue dans les conditions précitées de la mondialisation ibérique – et une sphère de globalisation intellectuelle et linguistique qui s’opère par réplication fidèle, pour ne pas dire mimétique des modèles européens, à l’exclusion de tout emprunt aux patrimoines intellectuels, philosophiques, artistiques et linguistiques locaux. Que vise cette globalisation ? Elle est bien évidemment fondamentalement politique. Face aux métissages et aux mélanges que l’occidentalisation ne maîtrise jamais qu’en partie, la sphère infranchissable de la globalisation ibérique protège les acquis et cristallise les positions des élites intellectuelles d’origine européenne. Le cas de l’université de Mexico est exemplaire de ce type de repliement sur soi et de « ghettisation ».

22S’étonnera-t-on dans ces conditions que, malgré des siècles de métissage du castillan et des langues indiennes du continent américain, la langue du Mexicain Octavio Paz ou de l’Argentin Borges demeure un espagnol impeccable et « international », castizo, lointain héritier de cette globalisation isolante qui bien évidemment ne s’est pas limitée au domaine de la langue ? Dès la fin du xve siècle, Nebrija rappelait cet impératif : les grandes langues doivent être protégées : comme ce fut le cas du grec et du latin, lesquels « aunque sobre ellas an passado muchos siglos, toda via quedan en una uniformidad (bien des siècles aient passé sur elles, elles constituent encore un ensemble uniforme) » (Nebrija).

Babel à nouveau

23L’étude des langues au sein de la Monarchie catholique est un domaine gigantesque qui nécessite une vision comparative et synoptique, une approche transcontinentale, seule susceptible de mettre en valeur les politiques linguistiques de domination autant que les multiples formes de résistance et d’accommodement auxquelles eurent recours les indigènes et les métis des différentes parties du monde.

  • 11 On ajoutera que la débâcle des langues indiennes sur le continent américain se doit moins aux effe (...)

24Ce passé est-il si lointain, ou si insignifiant aujourd’hui ? Un coup d’œil sur le monde d’aujourd’hui ne peut que souligner l’exceptionnelle réussite de l’espagnol sur le continent américain, y compris les États-Unis et la présence non négligeable du portugais au Brésil et dans certaines parties d’Afrique. De quoi reconsidérer l’héritage de la Monarchie catholique, si l’on ajoute que le succès de l’espagnol en Amérique et ses progrès constants aux États-Unis s’accompagnent depuis longtemps de l’éclosion de formes culturelles d’une prodigieuse vitalité, de la littérature à la musique, de la chanson au cinéma11. Il est significatif que ce soit du Mexique d’aujourd’hui que nous vienne Babel, le film d’Alejandro Gonzalez Iñarittu, qui reprend avec une exceptionnelle maîtrise le thème de la disparité des langues et de la fondamentale unité du monde. Un film qui fait sauter les frontières, pas seulement celles qui séparent le Mexique des États-Unis mais également celles qui se dressent entre l’Afrique, l’Asie et les Amériques. L’historien ne peut s’empêcher de rappeler que le cinéaste mexicain reprend ainsi avec le Japon le dialogue amorcé à Mexico et sur l’archipel nippon il y a quatre cents ans par le créole Rodrigo de Vivero et l’Indien Domingo Chimalpahin.

Notes

1 Adriano Prosperi, America e Apocalisse e altri saggi, Pisa et Roma, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 1999.

2 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004 : 58.

3 « La esencia de la edad moderna es la conquista del mundo como imagen » : Peter Sloterdijk, Esferas II, Madrid, Siruela, 2004 : 712, commentant Martin Heidegger, « La época de la imagen del mundo », in Holzwege, Francfort-sur-le-Maine, Klostermann, 6e éd., 1980 : 92.

4 Le facteur (factor ou feitor) est un haut fonctionnaire représentant les intérêts commerciaux de la couronne.

5 Serge Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire. Sociétés indigènes et occidentalisation dans le Mexique espagnol, xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1988.

6 Sur le tupi du Brésil, Greg Urban, « A história da cultura brasileira segundo as línguas nativas », in Manuela Carneiro da Cunha (dir.), História dos Índios no Brasil, São Paulo, Companhia das Letras, 1992 : 87-102.

7 James Lockhart, The Nahuas after the Conquest. A Social and Cultural History of the Indians of Central Mexico, Sixteenth through Eighteenth Centuries, Stanford, Stanford University Press, 1992.

8 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translation as a Cultural World-System », European Journal of Social Theory, 1999, 2, 4 : 429-444.

9 Abram de Swaan (dir.), « The Emergent World Language System », International Political Science Review, 1993, 14, 3.

10 Cornelis W. Schoneveld, Intertraffic of the Mind. Studies in the Seventeenth-Century Anglo-Dutch Translation, Leyde, Brill, 1983 ; Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility. A History of Translation, Londres, Routledge, 1995.

11 On ajoutera que la débâcle des langues indiennes sur le continent américain se doit moins aux effets de la domination coloniale qu’aux assauts de l’État national (c’est le cas manifestement au Mexique au xixe siècle) et de l’industrialisation. Rien n’indique aujourd’hui que le regain d’intérêt qu’elles suscitent aura véritablement des implications sur l’évolution des langues du monde.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search