Version classiqueVersion mobile

Les outils de la pensée

 | 
Akira Saito
, 
Yusuke Nakamura

Deuxième partie. Dialectique de la méfiance et de la confiance à l’égard des textes

Les modes de transmission du savoir : Alexandre le Grand et l’évolution de l’historiographie arabe

Yuriko Yamanaka

Texte intégral

1On rencontre des récits consacrés à Alexandre dans divers types de textes arabes et persans médiévaux aussi bien sous la forme de fragments dispersés que d’histoires complètes. C’est un topos littéraire hérité des civilisations préislamiques, qui apparaît dans différents genres littéraires et sous divers aspects. Au cours de mes récentes recherches, j’ai examiné plus particulièrement les textes religieux et historiques pour étudier le symbolisme religieux d’Alexandre et la place qu’a occupée le personnage dans la conscience historique des musulmans à partir de la période de l’expansion islamique (viie siècle) jusqu’à l’invasion mongole (début du xiiie siècle).

2Dans cet article, je tenterai de situer l’évolution des discours sur Alexandre dans le contexte de l’histoire des techniques et des systèmes de transmission du savoir durant les trois premiers siècles de l’ère islamique.

3Il faut tout d’abord signaler le problème que posent nos sources des viie, viiie et ixe siècles, dont nous ne possédons pas les manuscrits originaux. Les premières traditions ne se trouvent que dans des fragments cités dans des compilations plus tardives, et, de ces compilations mêmes, il ne nous reste souvent que des copies tardives. En adoptant une attitude sceptique, on pourrait envisager qu’il ne soit peut-être jamais possible de s’assurer tout à fait de l’authenticité de l’information non plus que de la manière dont celle-ci était transmise. Trop d’éléments incertains interviennent, à cette époque, pour que l’on puisse concevoir de façon concrète le rapport entre le texte et son support, du moins de la façon dont on peut discuter des premières publications des traductions européennes des Mille et Une Nuits au xviiie siècle, par exemple.

4Pourtant, l’effort vaut d’être poursuivi, car ce champ de recherche est souvent sous-estimé, ou même négligé, dans le discours sur la mémoire et l’écrit, malgré son importance en tant que « chaînon manquant » dans la voie suivie par le papier entre la Chine et l’Europe.

La « méfiance » à l’égard des outils de la mémoire

5On donnera d’abord une vue d’ensemble du développement de l’historiographie dans le monde islamique par rapport à l’attitude des intellectuels musulmans envers les outils de la pensée.

  • 1 Pour un résumé des débats sur la question et des différents courants d’opinion, voir Fred M. Donne (...)

6Beaucoup d’historiens ont signalé que les Arabes de l’époque préislamique n’avaient pas de tradition d’enregistrement par l’écrit pour conserver l’histoire de leur communauté, et que dans les premiers siècles de l’hégire, soit l’ère islamique, ils tenaient les livres en mépris en tant que mode de transmission du savoir, attachant plus de valeur à la tradition orale. Pour leur part, à l’inverse, des chercheurs comme Fuat Sezgin et Nabia Abbott ont contesté la surestimation du rôle de l’oralité et ont avancé la théorie que des œuvres écrites avaient déjà été fixées avant la fin du premier siècle de l’hégire. Schœler a mis un terme aux débats dichotomiques sur « oral vs. écrit », en soutenant que les transmetteurs avaient combiné les deux méthodes, orale et écrite. Schœler a argumenté que les matériaux avaient été communiqués oralement par les maîtres aux auditeurs, qui les avaient mémorisés, mais que, au cours de ce processus, les uns comme les autres auraient utilisé un aide-mémoire écrit1.

7Au cours de cette période d’expansion et d’affermissement de la communauté musulmane, il s’est développé une science de transmission rigoureuse des traditions (hadith, pl. ahadith), essentiellement orale, destinée à conserver la mémoire légitime de la communauté. Le terme hadith désigne principalement les faits et les dits du prophète Muhammad, qui constituaient la norme de conduite des musulmans. Pour assurer l’authenticité et la précision d’une information, le texte (matn) d’une tradition devait être accompagné d’un isnad, c’est-à-dire une chaîne de noms de transmetteurs remontant jusqu’à la source originale.

Alexandre et l’expansion musulmane

  • 2 Tarif Khalidi, Arabic Historical Thought in the Classical Period, Cambridge, Cambridge University (...)

8Trois sujets principaux intéressaient la conscience historique des premières générations de musulmans : l’histoire des tribus (ou nasab = généalogie), l’histoire de la religion (sira = biographie du Prophète, maghazi = les conquêtes), et l’histoire du monde (mubtada‘ = la genèse, qisas al-anbiya’ = contes ou vies des prophètes)2. Pour ce qui est des deux premières catégories, il s’agissait d’enregistrer l’histoire interne de la communauté, tandis que la dernière consistait en une redéfinition islamique du passé par rapport au point de vue historique biblique déjà ancré chez les monothéistes précédents. C’est à cette troisième catégorie qu’appartiennent les premiers récits sur Alexandre.

  • 3 Nöldeke a suggéré que la source du passage relatif au Dhu ‘l-Qarnayn du Coran était une légende ch (...)

9Les récits sur Alexandre, qui remontent au premier siècle de l’hégire, sont fortement associés à la figure allégorique du Dhu ‘l-Qarnayn du Coran. Ce Dhu ‘l-Qarnayn, dont le nom signifie « le Bicornu », est en fait inspiré par la légende d’Alexandre telle qu’elle apparaît dans la littérature messianique judéo-chrétienne3. Dans le verset du Coran (sourate 18 : 82-97), où est cité le personnage, l’identité d’Alexandre est complètement effacée et il ne subsiste aucune trace d’historicité. C’est un personnage dont Dieu a « affermi la puissance sur terre » et auquel il a « donné libre voie pour toute chose ». Il va du Couchant au Levant (aux extrémités de la Terre) pour châtier les impies et pour récompenser ceux qui croient en Dieu, puis il construit un barrage contre les peuples sauvages de Yajuj et Majuj (Gog et Magog).

  • 4 Abu Ja‛far Muhammad ibn Jarir Tabari, Kitab Jami‛ al-bayan fi tafsir al-Qur’an, Le Caire, imprimé (...)

10Autour du texte sacré, il existait d’autres histoires traitant des prophètes et de saints personnages. Parmi ces traditions apocryphes, on peut trouver des récits sur « le Bicornu » dans lesquels celui-ci est identifié soit sous le nom d’Alexandre, soit par association avec Alexandre. Par exemple, le célèbre historien et exégète Tabari (839-923) cite dans son Tafsir (commentaire du Coran) une tradition qui remonte à Wahb ibn Munabbih (654-ca. 732). Wahb est connu comme le transmetteur d’un folklore d’origine judéo-chrétienne appelé Isra’iliyyat (« Les contes des israélites »). Le récit de Wahb est assez long et commence par un dialogue entre Dhu ‘l-Qarnayn et Dieu4. Je cite le début :

Wahb b. Munabbih le Yéménite, qui connaissait les histoires des anciens, dit que Dhu ‘l-qarnayn était un homme de Rum, fils d’une de leurs vieilles femmes qui n’avait pas d’autre garçon à part lui. Son nom était al-Iskandar (Alexandre), mais il était appelé Dhu ‘l-qarnayn parce que les deux côtés de sa tête étaient en cuivre. Quand il fut devenu grand et un serviteur dévoué de Dieu, Dieu Très-Grand et Tout-Puissant lui dit : « Ô Dhu ‘l-qarnayn, je t’envoie en effet aux peuples du monde dont les langages sont différents, et ce sont tous les peuples du monde entier. Parmi eux, il y a des peuples entre lesquels se trouve toute l’étendue de la Terre. Et parmi les gens qui vivent dans cette étendue, il y a des djinns, des hommes, Yajuj et Majuj. Concernant les peuples entre lesquels il y a la longueur de la Terre, celui qui se trouve à l’endroit où le soleil se couche est appelé Nasik, et l’autre, qui se trouve là où le soleil se lève, est appelé Mansak. Et parmi les peuples entre lesquels se trouve toute la largeur de la Terre, le peuple qui se trouve sur le quart droit [sud ?] de la Terre est appelé Hawil, et le peuple qui se trouve sur le quart gauche de la Terre est appelé Tawil.

11Étonné de cette révélation et doutant de ses capacités, Dhu ‘l-Qarnayn demande à Dieu :

Mais avec quelle force les surpasserai-je ? Avec quelle troupe les déborderai-je en nombre ? Avec quel artifice les tromperai-je ? Avec quelle tolérance les supporterai-je, et avec quelle langue leur parlerai-je ? [...]

12Dieu le rassure alors :

Je te rendrai capable de faire ce dont je te charge. J’ouvrirai pour toi ton cœur de sorte qu’il soit capable de tout. J’ouvrirai pour toi ton esprit de sorte que tu puisses tout comprendre. Je te présenterai une langue de sorte que tu puisses toutes les parler [...]

  • 5 La traduction française du passage en entier se trouve dans Yuriko Yamanaka, « Un héros aux mille (...)

13Ensuite, Dhu ‘l-Qarnayn, accompagné par l’armée de lumière et d’obscurité que Dieu lui a octroyée, mène une campagne du Couchant au Levant contre les infidèles. Il rencontre les peuples sauvages de Gog et Magog et construit un barrage pour les enfermer et, à la fin, il s’entretient avec une tribu d’hommes justes et pieux5.

  • 6 En réalité, il ne s’agissait pas là, historiquement, d’Alexandre lui-même mais de l’un de ses comp (...)

14On peut discerner un noyau historique dans ce récit, comme par exemple l’entretien avec le peuple juste et pieux, qui évoque la visite d’Alexandre chez les gymnosophistes (les philosophes nus = les brahmanes) en Inde6. Ce passage ne contient cependant en lui-même aucun détail situant concrètement la figure de Dhu ‘l-Qarnayn sur le plan historique ou géographique. Le nom d’Iskandar est mentionné au début, mais d’autres figures historiques associées à Alexandre, comme Darius ou Porus, ou certains des pays qu’il a conquis, comme la Perse ou l’Inde, ne sont pas désignés.

15Le récit rapporté par Wahb n’est donc pas une biographie de figure historique. C’était peut-être à l’origine un sermon pour propager l’islam. Quand on lit le passage, cité ci-dessous, dans lequel l’armée d’obscurité envahit ceux qui se sont détournés de Dieu, on peut y percevoir le zèle religieux des premiers musulmans.

Elle [l’obscurité] pénétra par leur bouche, leur nez, leurs oreilles et leur ventre. Elle entra dans leurs maisons et leurs édifices et les submergea de haut en bas et de toutes parts. Elle s’engouffra en eux et ils furent désorientés. Et lorsqu’ils craignirent de mourir en elle, ils pleurèrent d’une seule voix.

  • 7 Abu Ja‛far Muhammad ibn Jarir Tabari, Kitab Jami‛..., op. cit., vol. 16 : 7-8 ; Ibn ‛Abd al-Hakam,(...)

16On connaît un autre exemple, que l’on citera ici brièvement. C’est une tradition relative à Dhu ‘l-Qarnayn, dont l’isnad remonte à ‘Uqba ibn ‘Amir (m. 678), l’un des compagnons du prophète Muhammad, devenu plus tard gouverneur d’Égypte. Ce récit est rapporté dans la même œuvre, le Tafsir de Tabari, de même que dans la Conquête de l’Égypte (Futuh Misr) par Ibn ‘Abd al-Hakam (m. 871)7.

17Dans ce passage, Dhu ‘l-Qarnayn est décrit comme « un jeune homme de Rum (Grèce) qui est venu en Égypte et y a construit la ville d’Alexandrie », ce qui ne peut désigner personne d’autre qu’Alexandre. Quand il eut terminé la construction de la ville, un ange vint et monta au ciel avec lui. Arrivé au niveau le plus élevé, l’ange révéla à Dhu ‘l-qarnayn qu’il aurait à mener une mission dans chacun des coins du monde qu’il voyait en dessous de lui, afin d’« éclairer les ignorants et de conforter les croyants ». Puis Dhu ‘l-qarnayn se dirigea vers Gog et Magog et d’autres peuples sauvages.

  • 8 Il existe un article intéressant écrit à propos de cette tradition. Voir François de Polignac, « A (...)

18Sans trop entrer dans les détails, nous voudrions juste signaler que l’expansion de la vision du monde de Dhu ‘l-Qarnayn, par suite de son déplacement vertical dans le ciel et horizontal sur la Terre, évoque l’expérience de l’extension de la communauté musulmane. Le fait que cette tradition ait été racontée par un compagnon du Prophète ayant lui-même participé aux premières campagnes religieuses est en ce sens très important8.

19Ainsi, un aperçu de ces premiers textes arabes concernant Alexandre nous permet d’avancer que leur transmission était probablement essentiellement orale, leur structure narrative ne présentant pas de continuité mais étant « atomistique » (c’est-à-dire ne constituant pas une biographie suivie et complète), et leur contenu demeurant abstrait et allégorique. Le symbolisme des deux cornes incarnant l’esprit propagateur prévalait sur les éléments historiques.

L’introduction du papier et la confiance dans les textes écrits

20Une évolution du paradigme se produit avec la venue des Abbasides au iie siècle de l’hégire (au milieu du viiie siècle de l’ère chrétienne). La révolution abbaside a établi l’égalité entre les musulmans arabes et les convertis non arabes. En conséquence, les non-Arabes, notamment les nobles iraniens convertis et les dhimmis (les « gens du livre » non musulmans dont la sécurité individuelle et matérielle est garantie par la loi musulmane) comme les chrétiens nestoriens et les sabéens, commencent à jouer un rôle administratif et intellectuel plus important dans l’empire. L’héritage des civilisations persane et hellénistique dont ils avaient connaissance est plus activement intégré dans les institutions du gouvernement et dans diverses disciplines scientifiques.

  • 9 Jonhathan Bloom, Paper Before Print. The History and Impact of Paper in the Islamic World, New Hav (...)

21Un autre événement qui eut d’énormes conséquences dans le monde islamique de cette époque fut l’introduction du papier. L’historien d’art, Jonathan Bloom, dans son étude importante Paper Before Print9, a éclairé la façon dont l’acquisition de la technique de production du papier par les Abbasides a fait avancer les diverses branches des sciences de même que les moyens de communication et d’administration.

22Grâce à la connaissance de la fabrication du papier, apportée par des prisonniers chinois capturés en Asie centrale en 751, la civilisation islamique a connu un essor considérable. Avec l’expansion de l’empire, les documents nécessaires à l’administration des territoires se multipliaient. Le papier était moins cher que le parchemin, et moins fragile que le papyrus. De plus, une fois que l’encre s’était infiltrée dans les fibres du papier, il devenait difficile d’effacer ou de falsifier l’écriture. La production et la consommation des textes ont donc explosé. Bloom présume que le système de production et de diffusion, partiellement oral, des textes est avéré aussi efficace que l’imprimerie, inventée en Chine au cours du xe siècle. Du fait que plusieurs scribes notaient un texte pendant qu’un maître le dictait, il était possible de produire plusieurs manuscrits en même temps.

  • 10 Pour l’origine de la notion de tasnif et le genre de musannafat voir G. Schœler, Écrire et transme (...)

23Ajoutons que ce n’est peut-être pas un hasard si l’introduction du papier coïncide à peu près avec la genèse de la notion de tasnif (classement) et le genre de musannafat (recueils des traditions rangées en chapitres systématiques)10. La diffusion de support pratique et pas cher aurait rendu possible la visualisation des quantités d’informations accumulées pendant le premier siècle de l’ère islamique, et, en conséquence, une catégorisation par des critères quelconques, logique ou chronologique.

Alexandre dans les histoires universelles

  • 11 Pour la traduction de Khvadaynamag et ses influences sur l’historiographie arabe voir Theodor Nöld (...)

24Donc c’est à cette même époque que le domaine de l’historiographie prend aussi un tournant. La chronique royale des Iraniens des temps préislamiques, le Khvadaynamag (Livre des Rois), est traduite du pahlavi en arabe vers le milieu du viiie siècle. C’est une histoire de l’Iran depuis l’âge des premiers rois mythiques jusqu’à Yazdagird III, le dernier roi sassanide. Il se peut qu’il en ait existé plusieurs traductions, la version la plus connue (mais aujourd’hui perdue) étant attribuée à Ibn al-Muqaffa‘ (ca. 720-ca. 757). Avec cette traduction, les historiens disposent désormais d’une chronologie plus concrète de l’histoire préislamique11.

25Vers le milieu du ixe siècle, des histoires universelles commencent à être compilées, dans lesquelles la conception de l’antiquité monothéiste basée sur le Bible et « Les contes des israélites » fusionne avec la chronologie iranienne. La mémoire de la communauté musulmane doit être maintenant située dans le contexte de l’histoire des civilisations. Les historiens se libèrent des règles rigoureuses du hadith, et ils commencent à considérer les livres comme des sources dignes de foi. L’histoire de l’humanité devient un sujet important dans la formation culturelle (adab) des fonctionnaires et des courtisans, et accroît donc la nécessité de produire des textes d’enseignement.

26Ainsi se transforme le personnage d’Alexandre, passant du statut de figure emblématique à celui d’individu doté d’une existence historique, datable à un certain point de l’axe chronologique.

  • 12 Ibn Qutayba, Hada Kitab al-Ma‛arif, éd. par Tharwat ‘Ukkasha, Le Caire, Dar al-Kutub, 1981 [1960]  (...)

27Voyons, par exemple, ce qu’il en est dans le Kitab al-ma‛arif (le Livre des sciences) d’Ibn Qutayba (828-889). On dit que ce livre était un texte destiné à l’enseignement général des fonctionnaires. Je cite un passage du chapitre de la ta’rikh, ou chronologie12 :

  • 13 En fait, Yazdagird, le dernier roi sassanide, a été tué sous le règne du troisième calife, le « Bi (...)

Il est écrit dans les livres des biographies des Perses (kutub siyar al-‛ajam) qu’il y a, entre Alexandre et Ardashir, une période de « princes provinciaux » qui a duré 465 ans. Du roi Ardashir jusqu’à Yazdagird, qui a été tué sous le règne de ‘Umar ibn Khattab13, les règnes des rois successifs totalisent 400 ans et une trentaine d’années. Entre Alexandre et notre Prophète, il s’est donc écoulé environ 900 ans. D’après Wahb ibn Munabbih, Alexandre vient après Jésus, mais les avis divergent à cet égard. Entre Jésus et le Prophète, il s’est écoulé 620 ans, et en outre, on dit qu’Alexandre a vécu avant Jésus.

  • 14 D’ailleurs Ibn Qutayba utilise aussi la chronologie biblique basée sur « al-tura » (la Torah) pour (...)

28Ici, Ibn Qutayba remarque la contradiction entre la vision de l’histoire de Wahb ibn Munabbih et le calcul chronologique plus précis donné dans « les livres des biographies des Perses », le titre arabe du Livre des Rois. La controverse sur l’identité de Dhu ‘l-Qarnayn (portant sur le fait de savoir s’il était en réalité Alexandre ou un autre personnage historique) se poursuit entre les savants musulmans, mais accompagnée, désormais, de la connaissance de la chronologie des rois anciens de Perse14. L’existence d’Alexandre elle-même acquiert une date plus ou moins fixe, à l’exception de quelques variantes dues à des erreurs de compte.

  • 15 Ibid. : 653.

29Dans le chapitre sur les rois de Perse, Ibn Qutayba décrit Alexandre comme un destructeur15.

Dara, fils de Dara [Darius] résidait à Babel. Alexandre le Rumi [le Grec] vint vers lui, le conquit, le vainquit et le tua. Il saisit le pays de Perse où il tua, fit des prisonniers et détruisit beaucoup. Il ordonna de brûler leurs livres sacrés et de détruire leurs temples du feu. Dans toutes les régions et les provinces, il laissa en tant que souverains les nobles persans qu’il avait capturés. Chacun d’entre ces princes défendait sa propre personne et ses biens. Ce sont les « princes des provinces ». Pendant 465 ans, la souveraineté demeura ainsi.

  • 16 Yuriko Yamanaka, « Ambiguïté de l’image d’Alexandre chez Firdawsī. Les traces des traditions sassa (...)

30On voit ici l’image « nationaliste » d’Alexandre qui s’est formée à l’époque sassanide. Dans le discours de fondation de l’empire sassanide, la glorification du fondateur, Ardashir, était couplée avec la démonisation d’Alexandre, le destructeur de l’ancien empire16.

  • 17 Ya‛qubi, Ta’rikh, in M. Th. Houtsma (dir.), Leyde, Brill, 1969, vol. 1 : 161.

31Par ailleurs, la chronologie ancienne des Grecs avait une influence aussi sur l’historiographie arabe – bien que son impact soit considéré comme moins fort que celui de la chronologie iranienne. Ya‛qubi (m. 897) dans son Ta’rikh (Histoire) utilise l’al-Qanun de Batlamiyus (le Canon de Ptolémée) pour déterminer l’ordre et les règnes successifs des rois grecs17. Il s’agit de la liste des rois anciens qui se trouve dans le Procheiroi Kanones, une compilation de tables astronomiques tirées de l’Almageste du célèbre astronome d’Alexandrie. Les savants musulmans en ont apparemment connu la version révisée par Théon d’Alexandrie (ca. 390).

  • 18 La source première de la version iranienne remonte au Roman d’Alexandre, du Pseudo-Callisthène, un (...)

32Non seulement la datation mais aussi les contours de la vie d’Alexandre deviennent beaucoup plus clairs, et la quantité des informations qui lui sont relatives augmente considérablement dans les histoires de l’époque abbasside. Dans certaines versions des Siyar al-muluk (Les biographies des rois iraniens) connues des historiens arabes, Alexandre est compté au nombre des rois qui se sont succédé en Iran, et on y trouve, racontées par le détail, une version iranisée de sa naissance, sa guerre avec Darius et l’histoire de son règne18.

  • 19 Dinawari, Kitab al-akhbar al-tiwal, in V. Guirgass (dir.), Leyde, Brill, 1888 : 31-41.
  • 20 Il y a un résumé détaillé du chapitre sur Alexandre de Dinawari dans Nöldeke, Geschichte der Perse (...)
  • 21 Pour une comparaison des textes de Dinawari et une œuvre attribuée à Pseudo-Asma‛i, Kitab siyar al (...)

33On trouve un exemple de récit consacré à la vie d’Alexandre dans les Akhbar al-tiwal (Les longues narrations) de Dinawari (m. 894). C’est l’un des premiers textes en arabe qui offre une relation complète de la vie d’Alexandre19. Parce que la narration est effectivement longue (comme l’indique le titre de son livre), nous voudrions juste noter que c’est une version narrative comportant une abondance de dialogues, on dirait presque un roman historique20. Cependant, les éléments fantastiques que l’on rencontre dans d’autres versions basées sur le roman d’Alexandre y sont omis. Le texte de Dinawari est aussi basé sur une variante des Siyar al-muluk, c’est-à-dire les biographies des anciens rois de Perse, mais une variante très différente, évidemment, de celle utilisée par Ibn Qutayba21. Car, chez Dinawari, Alexandre est présenté comme un demi-frère de Darius, et donc comme un héritier légitime du trône d’Iran, contrairement au personnage de l’envahisseur destructeur présenté par Ibn Qutayba.

  • 22 Il existe déjà une traduction anglaise réalisée par Perlmann facilement disponible, donc nous ne c (...)
  • 23 Yuriko Yamanaka, « From Evil Destroyer... », op. cit.

34Tabari (839-923), dans son histoire universelle, Ta’rikh (Chronique), présente aussi des récits sur Alexandre à la fin de la lignée des rois persans22 ; donc dans un contexte chronologique précis, contrairement aux traditions susdites concernant Alexandre qu’il a citées dans son commentaire du Coran, où l’aspect historique d’Alexandre était minime. En étant fidèle aux méthodes de hadith, il cite les unités d’information telles qu’il les a reçues, sans composer une narration continue et cohérente comme celle de Dinawari. Plusieurs versions sont donc mentionnées à propos des échanges entre Alexandre et Darius qui les ont menés dans leur bataille (dans un récit Alexandre est décrit comme un rebelle demi-frère de Darius) et à propos de l’assassinat de ce dernier par ses propres hommes. Les évènements qui suivirent la mort de Darius – la campagne d’Alexandre en Inde, en Chine, et au Tibet, son voyage dans le pôle Nord à la recherche de la source de l’immortalité, les villes qu’il a construites, et ses successeurs – sont plutôt condensés. Les histoires plus détaillées à propos de la mère d’Alexandre, qui était la fille de Philippe et qui fut mariée au roi de Perse puis renvoyée à son père à cause d’une mauvaise odeur, ou bien à propos de Darius, qui envoya un maillet de polo, une balle et des graines de sésame comme avertissement à Alexandre, qui le défia en lui envoyant à son tour des graines de moutarde, s’imbriquent, avec quelques variations, avec le récit à propos d’Alexandre dans l’Akhbar al-Tiwal par Dinawari, aussi bien que dans celui de Firdawsi (d. ca. 1 020) : Shahnama (le Livres des Rois). Cela prouve qu’une des sources de Tabari était une version persane de la romance d’Alexandre qui fut incorporée dans une version arabe de la chronique royale des Iraniens23.

  • 24 Yuriko Yamanaka, « Un héros aux mille et un visages... », op. cit.

35Dans un autre article récent, nous avons comparé les passages concernant Alexandre dans les deux œuvres de Tabari, le Tafsir et le Ta’rikh, pour analyser comment Tabari a classé des différents types de rapports pour compiler ces deux ouvrages. D’un côté, il a recueilli les contes d’origines juive et chrétienne, qui ne contiennent pas tellement de détails historiques, pour expliquer les versets sacrés dans le Tafsir. D’un autre côté, dans le Ta’rikh, où le nom de Dhu ‘l-qarnayn n’est pas associé à Alexandre, il a rejeté délibérément l’identité d’Alexandre en tant que « le Bicornu »24. Nous avons vu dans l’article que Tabari devait avoir deux catégories complètement séparées ; l’une pour ce qu’il considère comme de la matière « historique » et l’autre pour la matière « exégétique ». L’Alexandre temporel appartient à la première et Dhu ‘l-qarnayn est sanctifié dans la seconde. Nous pouvons supposer que le papier a joué un rôle important dans la réalisation du classement systématique des fragments nombreux d’information et sa compilation.

Conclusion

36Nous avons ici retracé, d’une manière très condensée, l’évolution du discours sur Alexandre au début de l’historiographie arabe, dans le contexte du développement des outils de la pensée. On a vu comment Alexandre est passé de l’état d’emblème de l’expansion islamique à celui de personnage concret et historique.

37Comme on l’a signalé au début, il nous restera toujours des doutes sur la crédibilité d’une tradition qui remonte, par exemple, à ‘Uqba ibn ‘Amir (le compagnon du Prophète mentionné ci-dessus). Cette tradition n’existe qu’à l’état de citation dans des œuvres postérieures, et, dans ce cas particulier, dans le Commentaire du Coran de Tabari et Le Livre de la conquête de l’Égypte, du Magreb et de l’Espagne, d’Ibn ‘Abd al-Hakam. Entre ‘Uqba et Ibn ‘Abd al-Hakam ou Tabari, il y a un écart de presque deux siècles. Durant cette période cependant, les conservateurs d’ahadith ont développé le mode de transmission orale où la chaîne des noms des transmetteurs attestés accompagnait le texte et certifiait l’authenticité de l’information. Jusqu’à un certain degré, ce système a restreint la fabrication arbitraire de souvenirs concernant la communauté et a sauvegardé le corpus des premières traditions.

38L’introduction du papier, au milieu de viiie siècle, et la diffusion de son usage ont sans doute accru, chez les historiens, la confiance (et la dépendance) envers les sources écrites. On peut conjecturer de plus que, en l’absence de papier, les historiens n’auraient pas pu organiser chronologiquement la grande quantité de traditions accumulées dans la communauté musulmane et d’informations autres, basées sur des traductions d’œuvres préislamiques. Un traditionniste érudit comme Tabari demeurait fidèle à la science du hadith, mais, sans papier, même un tel homme n’aurait probablement pas pu réaliser la compilation du Ta’rikh, sa volumineuse histoire universelle classique, non plus que le Tafsir, son commentaire méticuleux du Coran.

Notes

1 Pour un résumé des débats sur la question et des différents courants d’opinion, voir Fred M. Donner, Narratives of Islamic Origins, Princeton, Darwin, 1998 : 5-25 ; Gregor Schœler, Écrire et transmettre dans les débuts de l’Islam, Paris, Presses universitaires de France, 2002 : 1-14.

2 Tarif Khalidi, Arabic Historical Thought in the Classical Period, Cambridge, Cambridge University Press, 1994: 15-16.

3 Nöldeke a suggéré que la source du passage relatif au Dhu ‘l-Qarnayn du Coran était une légende chrétienne en syriaque. Theodor Nöldeke, « Beiträge zur Geschichte des Alexanderromans », Denkschriften der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien, Philosophish-Historische Classe, 1890, 38, 5 : 1-56. Voir aussi E. A. W. Budge, trad., The History of Alexander the Great, Being the Syriac Version of the Pseudo-Callisthenes, Cambridge, Cambridge University Press, 1889 : LXXVII-LXXIX, 144-158. Reinink a contesté la datation de cette légende proposée par Nöldeke. G. J. Reinink, Das Syrische Alexanderlied in drei Rezensionen, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 455, Scriptores Syri Tomus 196, Leuven, Peeters, 1983 ; Id., « Die Entstehung der syrischen Alexanderlegende als politisch-religiöse Propagandaschrift für Herakleios’ Kirchenpolitik », in C. Laga, J. A. Munitiz et L. Van Rompay (dir.), After Chalcedon. Studies in Theology and Church History offered to Professor Albert van Roey for his seventieth birthday, Leuven, Dep. Oriëntalistiek, 1985 : 263-281.

4 Abu Ja‛far Muhammad ibn Jarir Tabari, Kitab Jami‛ al-bayan fi tafsir al-Qur’an, Le Caire, imprimé à Bulaq, 1328 de l’hégire [1910-1911], vol. 16 : 14-18.

5 La traduction française du passage en entier se trouve dans Yuriko Yamanaka, « Un héros aux mille et un visages. Classification des récits sur Alexandre dans la littérature médiévale arabe et persane », in Aboubakr Chraïbi (dir.), Classer les récits. Théories et pratiques, Paris, L’Harmattan, 2007 : 241-256.

6 En réalité, il ne s’agissait pas là, historiquement, d’Alexandre lui-même mais de l’un de ses compagnons, Onesicritus. Voir Yuriko Yamanaka, « Alexander in the Thousand and One Nights. The Ghazālī Connection », in Yuriko Yamanaka et Tetsuo Nishio (dir.), Arabian Nights and Orientalism. Perspectives from the East and West, Londres, I. B. Tauris, 2006 : 93-115.

7 Abu Ja‛far Muhammad ibn Jarir Tabari, Kitab Jami‛..., op. cit., vol. 16 : 7-8 ; Ibn ‛Abd al-Hakam, Futuh Misr, éd. par Ch. Torrey, New Haven, Yale University Press, 1922 : 38-39.

8 Il existe un article intéressant écrit à propos de cette tradition. Voir François de Polignac, « Alexandre entre ciel et terre. Initiation et investiture », Studia Islamica, 1996, 84 : 135-144. J’ai révisé le passage dans Yuriko Yamanaka, « Alexander the Great in the Wake of Islamic Historiography », Hikaku Bungaku Kenkyu (Studies of Comparative Literature), 2006, 87 : 17-40 [en japonais avec un résumé en anglais] ; Yamanaka, « Un héros aux mille et un visages... », op. cit.

9 Jonhathan Bloom, Paper Before Print. The History and Impact of Paper in the Islamic World, New Haven, Yale University Press, 2001.

10 Pour l’origine de la notion de tasnif et le genre de musannafat voir G. Schœler, Écrire et transmettre..., op. cit. : 71-89. Schœler s’interroge s’il faut déceler l’influence des méthodes des secrétaires de la cour sur les traditionnistes ou voir un développement interne (ibid. : 65). Mais il ne mentionne pas la conjonction entre l’apparition du papier et celle des musannafat.

11 Pour la traduction de Khvadaynamag et ses influences sur l’historiographie arabe voir Theodor Nöldeke, Geschichte der Perser und Araber zur Zeit der Sasaniden aus der Arabischen Chronik des Tabari, Leyde, Brill, 1879 : XX-XXIII ; Francesco Gabrieli, « L’opera di Ibn al-Muqaffa’ », Rivista degli Studi Orientali, 1931-1932, 13 : 197-247 ; J. D. Latham, « Ibn al-Muqqafa’ and Early ‘Abbasid Prose », in Cambridge History of Arabic Literature. ‘Abbasid Belle-Lettres, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 : 48-95.

12 Ibn Qutayba, Hada Kitab al-Ma‛arif, éd. par Tharwat ‘Ukkasha, Le Caire, Dar al-Kutub, 1981 [1960] : 57-58.

13 En fait, Yazdagird, le dernier roi sassanide, a été tué sous le règne du troisième calife, le « Bien guidé », Uthman.

14 D’ailleurs Ibn Qutayba utilise aussi la chronologie biblique basée sur « al-tura » (la Torah) pour calculer l’intervalle entre Adam, le Déluge, la mort de Noah [Noé], la mort d’Ibrahim [Abraham], etc. Ibn Qutayba, Hada Kitab..., op. cit. : 56-57.

15 Ibid. : 653.

16 Yuriko Yamanaka, « Ambiguïté de l’image d’Alexandre chez Firdawsī. Les traces des traditions sassanides dans le Livre des Rois », in Alexandre le Grand dans les littératures occidentales et proches-orientales, textes réunis par L. Harf-Lancner, C. Kappler et F. Suard, Nanterre, Université Paris X, 1999 : 341-353.

17 Ya‛qubi, Ta’rikh, in M. Th. Houtsma (dir.), Leyde, Brill, 1969, vol. 1 : 161.

18 La source première de la version iranienne remonte au Roman d’Alexandre, du Pseudo-Callisthène, une biographie d’Alexandre légendaire compilée à Alexandrie et qui connut une très large diffusion de l’Europe jusqu’à l’Asie du Sud-Est, mais je n’entre pas ici dans les détails sur les voies de transmission. Voir Yuriko Yamanaka, « From Evil Destroyer to Islamic Hero. The Transformation of Alexander the Great’s Image in Iran », in Annals of the Japan Association for Middle East Studies, 1993, 8 : 55-87.

19 Dinawari, Kitab al-akhbar al-tiwal, in V. Guirgass (dir.), Leyde, Brill, 1888 : 31-41.

20 Il y a un résumé détaillé du chapitre sur Alexandre de Dinawari dans Nöldeke, Geschichte der Perser und Araber..., op. cit. : 35-42.

21 Pour une comparaison des textes de Dinawari et une œuvre attribuée à Pseudo-Asma‛i, Kitab siyar al-muluk al-musamma bi Nihayat al-‘arab fi akhbar al-Furs wa ‘l-‘arab qui existe en quatre manuscrits (Cambridge Codex Qq. 225 ; British Museum Add. 23 298 ; Add. 18 505 ; Gotha A 1 741), voir Theodor Nöldeke, Geschichte der Perser und Araber..., op. cit. : 475-478 ; Edward G. Browne, « Some Account of the Arabic Work entitled ‘Niháyatu ’l-irab fí akhbári ’l-Furs wa ’l-‛arab’, particularly of that part which treats of the Persian Kings », JRAS N. S., 1900, 32 : 195-259 ; Mario Grignaschi, « La Nihāyatu-l-‘Arab fī a bāri-l-Furs wa-l-‘Arab (première partie) », Bulletin d’études orientales, 1969, 22 : 15-67 ; Id., « La Nihāyatu-l-‘Arab fī a bāri-l-Furs wa-l-‘Arab et les Siyarumulūki-l-‘Ağam du Ps. Ibn al-Muqaffa‘ », Bulletin d’études orientales, 1973, 26 : 83-184.

22 Il existe déjà une traduction anglaise réalisée par Perlmann facilement disponible, donc nous ne citerons pas les passages en entier. Texte : Abu Ja‛far Muhammad ibn Jarir Tabari, Ta’rikh al-rusul wa’l-muluk, éd. par J. Barthe et Th. Nöldeke, Leyde, Brill, 1964 : 693-702. Traduction : The History of Tabari. The Ancient Kingdoms, Albany, NY, State University of New York, 1987 : 87-95.

23 Yuriko Yamanaka, « From Evil Destroyer... », op. cit.

24 Yuriko Yamanaka, « Un héros aux mille et un visages... », op. cit.

Auteur

Professeur associé au département de recherche culturelle au Musée national d’ethnologie (Osaka, Japon).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search