Version classiqueVersion mobile

Les outils de la pensée

 | 
Akira Saito
, 
Yusuke Nakamura

Première partie. Texte et production du savoir

Aspects morphologiques du livre et du langage : écrire, lire et compiler en Grande-Bretagne au xviiie siècle et dans le Japon moderne

Noriyuki Harada

Texte intégral

1Le présent article se donne pour objectif d’étudier les relations existant entre modernisation de la société et accumulation des connaissances sous forme de textes imprimés. Nous nous appuierons essentiellement sur le cas de la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne au xviiie siècle d’une part, et, à titre de comparaison, sur l’harmonisation du langage écrit et du langage oral qui intervint au cours du processus de modernisation que connut le Japon dans la seconde moitié du xixe siècle. En ce qui concerne la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne, nous traiterons principalement des évolutions concernant la caractérisation formelle de l’oralité, la fixation de l’orthographe, les conditions technologiques de l’imprimerie, et l’accumulation de connaissances sous formes collectives de textes imprimés, qui se font jour dans les échanges d’informations de la société intellectuelle au xviiie siècle.

2Une brève description des étapes de la modernisation au Japon mettra par ailleurs en lumière les similitudes et les différences entre les changements de la société britannique et ceux du Japon, à partir desquels pourront être dégagés quelques caractéristiques de base et rôles des réformes langagières, des évolutions de la production de livres et de la culture de l’imprimé dans l’émergence d’une société moderne.

3Nous en arriverons à la conclusion que l’émergence de la société moderne est inséparable des changements morphologiques du livre et du langage.

Oralité et culture de l’imprimé en Grande-Bretagne au xviiie siècle

4Nous commencerons par examiner certaines discussions récentes sur les caractéristiques de l’oralité en Grande-Bretagne au xviiie siècle, et l’expression de cette oralité dans les textes imprimés.

5Dans son article « Signification de l’alphabétisme en Angleterre au début des temps modernes », Keith Thomas affirme que la position de la communication orale demeurait centrale même quand la culture de l’imprimé fut parvenue à un stade prépondérant dans les progrès de la modernisation :

  • 1 Keith Thomas, « The Meaning of Literacy in Early Modern England », in Gerd Baumann (dir.), The Wri (...)

La communication orale demeura centrale, qu’il s’agisse des discours au Parlement, des plaidoiries dans les tribunaux, de l’enseignement dans les écoles, ou de la prédication et du catéchisme à l’église. Bien que s’appuyant sur la Bible et les livres de prières, les pasteurs attendaient de leurs ouailles qu’elles sachent les articles de foi par cœur et qu’elles entendent les sermons oraux1.

6Thomas met ainsi clairement en évidence un point souvent négligé quand on observe la domination de la culture de l’imprimé, et restitue de façon extrêmement pertinente de nombreuses situations de la société moderne pour lesquelles la communication – celle des nouvelles du jour, des opinions politiques, des croyances religieuses ou des sujets intellectuels – demeurait essentiellement orale.

7L’importance de l’oralité dans une société moderne, particulièrement pendant la phase de formation de la culture de l’imprimé, est également mentionnée par Jürgen Habermas à travers son concept de sphère publique. Retraçant les progrès de la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne, Habermas note l’importance des caractéristiques orales qu’il observe, par exemple, dans les débats qui se tenaient dans les coffeehouses à Londres au début du xviiie siècle.

  • 2 Jürgen Habermas, The Structural Transformation of the Public Sphere, trad. Thomas Burger, Cambridg (...)

Dans ce contexte, les moral weeklies furent un phénomène clé [...] Les moral weeklies [...] faisaient toujours partie intégrante des débats des coffeehouses et se considéraient eux-mêmes comme des œuvres littéraires [...] Quand Addison et Steele publièrent le premier numéro du Tatler in 1709, les coffeehouses étaient déjà si nombreuses et leurs cercles d’habitués si étendus que le contact entre ces milliers de cercles ne pouvait être maintenu que par l’intermédiaire d’un journal2.

8Pour Habermas, les célèbres périodiques littéraires et moraux comme The Tatler et The Spectator apparurent pour améliorer le « contact » parmi les « milliers de cercles » des coffeehouses qui « ne pouvait être maintenu que par l’intermédiaire d’un journal ». En d’autres termes, la culture moderne de l’imprimé aurait émergé quand la sphère publique est apparue au sommet des débats oraux parmi les citoyens ordinaires.

9Ces descriptions sur la naissance de la culture de l’imprimé tendent à donner l’impression que, même quand la modernisation est en marche, la culture orale des temps prémodernes conserve une place importante, et que, si la culture de l’imprimé finit par devenir dominante, la passation s’accomplit naturellement et graduellement. Autrement dit, la croissance rapide de la culture de l’imprimé dans la société moderne dérive naturellement du développement de la culture orale.

10Toutefois, il peut apparaître douteux que culture orale et culture de l’imprimé aient coexisté de façon uniformément harmonieuse en Grande-Bretagne au xviiie siècle ou que la croissance rapide de la culture de l’imprimé ait été si naturellement la conséquence d’une culture orale fleurissante. Certes, le caractère oral des sermons, des discours dans les assemblées, de l’enseignement dans les écoles ou des pièces de théâtre et des spectacles est demeuré essentiel même après la généralisation de la culture de l’imprimé. Pour chacun de ces champs, l’affirmation de Thomas est justifiée. Et, de fait, sa réflexion porte sur la continuité de la culture orale des temps prémodernes, non pas sur le lien entre culture orale et développement de la culture de l’imprimé comme accélérateur des processus de modernisation.

11De la même façon, les débats qui ont cours dans les coffeehouses et dont parle Habermas ne semblent pas avoir eu un effet aussi immédiat sur l’apparition des œuvres littéraires de la forme moral weeklies. En réalité, au xviiie siècle à Londres, aucune de ces coffeehouses n’encourageait ses habitués à entrer en communication avec ceux qui en fréquentaient une autre, et chacune était bien plutôt un espace assez étroitement fermé, réservé aux gens de même opinion politique, de mêmes intérêts, goûts littéraires ou croyances religieuses. Certes, le nombre des coffeehouses fut un temps énorme, et nous pouvons effectivement les considérer comme un symbole de l’accroissement de la discussion publique, mais n’oublions pas que les gens rassemblés dans chacune d’elles étaient fortement liés entre eux et n’avaient pour ainsi dire pas les moyens de développer une communication substantielle avec les habitués d’autres coffeehouses.

12La structure du Tatler ou du Spectator et les circonstances de leur publication fait apparaître le décalage qui existe entre l’image traditionnelle des coffeehouses britanniques et leur réalité.

13Certes, ces périodiques tirent pleinement parti du cadre des discussions dans les coffeehouses, de leur oralité. Chaque article du Tatler est supposé venir de telle ou telle coffeehouse réelle comme le Chocolate House de White, ou le Coffee House de Will, The Grecian ou le Coffee House de St James. En ce qui concerne The Spectator, les sept personnages principaux sont regroupés dans le Spectator Club et discutent les sujets de tous les points de vue. Il est également vrai que ces périodiques étaient effectivement lus dans les coffeehouses, ainsi que le rapporte Richard Steele lui-même :

J’ai sorti la philosophie des cabinets et des librairies, des écoles et des collèges, pour la déverser dans les clubs et les assemblées, dans les salons de thé et les coffee-houses.

  • 3 The Tatler parut trois fois par semaine d’avril 1709 à janvier 1711. The Spectator parut quotidien (...)

14Toutefois, on peut se demander pourquoi, si ces périodiques étaient un élément à ce point typique dans la formation de la sphère publique moderne, ont-ils cessé de paraître après seulement trois ans d’existence3 ?

15Trois traits peu apparents mais néanmoins importants de ces périodiques suffisent à nous abstenir de les tenir pour des signes univoques d’un lien direct entre augmentation des périodiques et culture orale de l’époque.

16Premièrement, leurs auteurs – Addison et Steele – étaient députés whig sous le gouvernement tory, et ne purent maintenir leur position de spectateurs quand la situation politique se modifia. L’objectif éditorial que ces publications s’étaient fixé se trouva rapidement en contradiction avec leur activité du moment, ce qui doit nous rendre sceptiques quant à considérer ces périodiques comme représentatifs d’une extension de la culture de l’imprimé.

17Deuxièmement, ils étaient ce que l’on peut appeler des gentlemen amateurs, et non pas des écrivains professionnels, et même pas des Londoniens. Autrement dit ils n’appartenaient qu’épisodiquement à la sphère publique, dont ils n’étaient de fait que des tattlers (raconteurs de ragots) et des spectators. Leurs périodiques connurent sans conteste le succès, mais aucun autre auteur ou éditeur ne réussit à prendre leur succession.

18Et troisièmement, par la distance objective qu’entretenaient leurs périodiques avec la réalité des débats qui se tenaient dans les coffeehouses, leurs articles sont dépourvus d’un message clair et attrayant capable d’influencer l’opinion de leurs lecteurs dans un âge de politique de partis et de culture de clubs. Il restait encore énormément de chemin à parcourir avant l’apparition d’un véritable journalisme et d’une véritable culture moderne de l’imprimé.

19Ce que nous pouvons dire, c’est que les défauts du Tatler et du Spectator illustrent bien le décalage qui existe entre l’oralité dans la sphère publique et l’émergence d’une culture de l’imprimé. De fait, James Boswell et Edmond Malone ont commenté le fait que quelqu’un comme Samuel Johnson, l’un des plus importants hommes de lettres et figures emblématiques de la culture des clubs du xviiie siècle, n’ait même jamais songé à publier quoi que ce soit émanant de ses clubs. Les abondantes conversations de Johnson et d’autres membres étaient destinées à rester confinées au strict cadre des clubs, pas à être publiées. La même chose est rapportée du Kit Kat Club de John Dryden à la fin du xviie siècle et du Scriblerus d’Alexander Pope au début du xviiie. L’un comme l’autre entretenaient pourtant des relations avec des éditeurs de leur temps, mais n’ont jamais marqué aucune intention de publier leurs conversations.

20L’extension de la culture de l’imprimé dans la Grande-Bretagne des temps modernes a suivi une voie unique, dans laquelle on peut observer une certaine déconnexion de la culture orale.

Les outils de la culture de l’imprimé

21Pour comprendre comment la culture de l’imprimé s’est développée dans la société moderne, non pas comme le fruit d’une communication orale florissante, mais selon un mode de développement relativement autonome parallèle à la modernisation de la société, il nous faut essayer de déterminer quels ont été les outils spécifiques et essentiels qui ont généré ce développement. Nous donnerons ici quelques brefs commentaires sur deux évolutions morphologiques : la fixation de l’orthographe et l’évolution de la technologie de l’imprimerie.

  • 4 Samuel Johnson, A Dictionnary of the English Language, 2 vols, Londres, W. Strahan for J. and P. K (...)

22Bien que dès 1660, à la fondation de la Royal Society, un débat national ait été lancé pour l’établissement d’une orthographe et l’amélioration du langage écrit, celui-ci échoua rapidement pour plusieurs raisons externes. Contrairement à la France ou à l’Italie, où les académies avaient déjà unifié et publié les règles d’orthographe du langage national, la mise en valeur de la langue anglaise n’intervint qu’au milieu du xviiie siècle. A Dictionary of the English Language, de Samuel Johnson4, l’une des plus importantes contributions à l’orthographe de l’anglais, ne fut publié qu’en 1755.

  • 5 Voir Donald F. Bond (dir.), The Tatler, Oxford, Clarendon Press, 1987 : vol. 1, 145-146.

23Il est évident qu’une culture de l’imprimé ne pouvait fleurir sans une fixation de l’orthographe du langage écrit. Même si dans un essai du Tatler Richard Steele décrit de façon comique un gentleman obligé de tourner une journée entière autour de Barbican à Londres à cause d’un signe de poste mal orthographié, l’incapacité à orthographier correctement le langage écrit était très répandue, et connue comme telle, pendant tout le début du siècle. Il fallut encore un certain temps avant que l’Angleterre acquière un langage écrit stable5. La Grande-Bretagne connut des guerres civiles révolutionnaires dès le xviie siècle, et s’engagea vers la démocratie et la responsabilité du gouvernement devant les parlements, bien avant tout autre pays en Europe, mais il semble raisonnable de penser que cette évolution avait réduit le pouvoir du gouvernement central, délaissant l’unification d’un langage national, tout particulièrement du langage écrit, aux efforts individuels d’intellectuels et d’hommes de lettres. La multiplication des communications orales pour un changement dans la société à la fin du xviie siècle ne peut pas être directement connectée avec la croissance de la culture de l’imprimé.

  • 6 Sur les technologies de l’imprimerie, voir Alvin Kernan, Printing Technology, Letters, and Samuel (...)

24Les questions de la technologie de l’imprimerie et l’amélioration de la rentabilité économique entrent également en ligne de compte. En Angleterre, il n’y avait que vingt imprimeries lorsque la loi sur la liberté de l’édition fut promulguée en 1695. Trente ans plus tard, elles n’étaient encore que soixante-quinze à Londres, pour ne pas dépasser cent vingt-quatre en 17856. Loin d’être une explosion, cette augmentation graduelle est une indication de la difficulté économique de gérer une imprimerie, à l’heure pourtant du grand développement du roman anglais. Martinus Scriblerus critiqua l’abondance des publications, même au début du xviiie siècle, disant :

[notre poète] vécut en ces temps où (après que la Providence eut permis l’invention de l’imprimerie pour l’encouragement des péchés des lettrés) le papier était devenu si bon marché, et les imprimeurs si nombreux, qu’un déluge d’auteurs recouvrit la terre.

  • 7 Alexander Pope, « Martinus Scriblerus, of the Poem », in James Sutherland (dir.), The Dunciad, Lon (...)
  • 8 Donald F. Bond (dir.), The Spectator, Oxford, Clarendon Press, 1965, vol. 1 : X-XXI.

25Toutefois, ses allégations concernant la non-cherté du papier, la pléthore d’imprimeurs et un déluge d’auteurs, sont un jugement personnel, ou prédicatif ; la réalité était sensiblement différente7. En 1710, pendant que The Tatler et The Spectator paraissaient et les membres du Scriblerus Club se réunissaient, seuls quelques rares journaux pionniers se publiaient en province, et même The Spectator, par exemple, était imprimé dans quatre ateliers différents, chaque machine ne pouvant imprimer qu’une face de chaque feuille à plein régime douze heures par jour8. Il s’agissait là du travail manuel d’ouvriers imprimeurs expérimentés, loin de l’efficacité du système de production de masse qui apparut après la révolution industrielle.

26Néanmoins, il serait évidemment faux de dire que les progrès technologiques de l’impression et l’autonomie économique des éditeurs et des libraires sont demeurés à l’état larvaire au cours du xviiie siècle. S’ils n’ont pas été drastiques, ils eurent tout de même un effet graduel sur le lectorat, ce qui, en retour, conduisit le système de distribution à se développer et le marché du livre et des journaux à s’accroître. Ces changements graduels dans les conditions de production des livres et de leur lectorat préparèrent sans conteste la voie vers une importance accrue de la culture de l’imprimé, qui modifia le visage de la société moderne. Dans le no 10 du Spectator, Addison déclare fièrement :

  • 9 Donald F. Bond (dir.), The Spectator, op. cit., vol. 1 : 35.

Mon éditeur me dit qu’il s’en distribue déjà trois mille chaque jour : ainsi, si je m’autorise à compter vingt lecteurs pour chaque exemplaire, ce que je crois pouvoir considérer comme un compte modeste, je peux estimer à 3 000 fois plus le nombre de nos disciples à Londres et Westminster, qui, je l’espère, prendront soin de se distinguer de leurs Frères ignorants et incurieux à tête sans pensée9.

27Le fait que chaque numéro du Spectator était distribué à 3 000 exemplaires dès le début de sa publication mérite d’être souligné. Ce chiffre est remarquable si on le compare à la moyenne d’une publication au siècle précédent. Et pourtant, il est plus intéressant encore de noter qu’un « compte modeste » fait supposer à Addison vingt lecteurs partageant le même exemplaire. Que ce compte soit modeste ou pas, notons en tout cas que ce mode de lecture n’est pas fréquent dans la culture moderne de l’imprimé. Nous sommes ici en présence non pas d’un mode de distribution moderne du commerce des livres et des journaux, mais plutôt de la persistance du système de circulation en vigueur depuis les siècles passés, quand un seul exemplaire circulait parmi le nombre restreint des lecteurs, ou était lu à haute voix devant un public limité.

28Autrement dit, par rapport à la situation du siècle précédent, le nombre des publications – titres et nombre d’exemplaires de chaque titre – a énormément augmenté, mais le système de production et le mode de lecture demeurent inchangés. La réalité de l’édition et de la lecture au xviiie siècle est donc celle d’une phase transitoire. Roy Porter nous donne une description très vivante de la société anglaise au xviiie siècle :

  • 10 Roy Porter, English Society in the Eighteenth Century, Londres, Penguin, 1991 [1982] : 234-235.

Avant le xviiie siècle, il n’y eut quasiment aucune autorisation de presse d’imprimerie dans les provinces, où existaient seulement quelques boutiques spécialisées de livres (le père de Samuel Johnson en tint une à Lichfield, qui ne connut pas le succès). À la fin du siècle, chaque ville avait son imprimeur et sa librairie. La quantité de printers, brochures, caricatures et chansons augmenta sans discontinuer, sans pour autant saturer le marché [...] Les livres restèrent des objets onéreux10.

29À cette époque cependant, deux outils essentiels pour la culture de l’imprimé que nous avons étudiés – l’orthographe et la technologie de l’imprimerie – se sont graduellement mais fermement mis en place. Sans eux, la culture de l’imprimé aurait pris une tout autre figure, ou serait restée dans un état prémoderne. Ces outils démontrent clairement leur relation avec le processus de modernisation : l’orthographe permit un système écrit unifié du langage national et contribua à l’accroissement de la conscience du peuple à l’idée de nation exprimée par la langue anglaise. Les véritables innovations technologiques de l’impression furent un produit de la révolution industrielle, entre la fin du xviiie et le xixe siècle, mais elles furent préparées au cours du xviiie. L’augmentation des lecteurs de livres et de journaux et l’éducation à la lecture permirent aux imprimeurs et aux éditeurs de gérer leurs entreprises de façon économiquement autonome. Le chemin qu’emprunta la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne, sur la base de ces outils et de ces conditions, eut une grande influence sur l’avenir des textes imprimés futurs et la société moderne.

Accumulation du savoir et formes collectives des textes imprimés

30Bien entendu, l’analyse des technologies d’imprimerie et des publications ne peut se résumer à noter une évolution dans la qualité de l’impression ou le volume des publications. Notre analyse doit déterminer quels changements importants furent causés par ces évolutions. En d’autres termes, les questions qui relèvent à première vue d’un aspect technologique ou statistique sont les marqueurs de changements sociaux et culturels, et ce sont ces changements qu’il nous faut considérer. Une satire politique, même particulièrement acerbe, n’aura qu’une influence très relative si elle ne circule pas au-delà d’un cercle restreint ; c’est seulement quand elle est publiée et lue par une masse importante de gens qu’elle peut avoir un impact sur la société. Son efficacité relève ainsi par nature du volume de sa publication et non pas de sa qualité satirique intrinsèque. Néanmoins, nous devons envisager le paramètre du volume de la publication du point de vue plus large de l’état de la culture de l’imprimé à un moment donné de la société. Et nous pourrions dire la même chose, sans aucun doute, des réformes religieuses, des changements révolutionnaires des institutions, ou des transformations des réseaux de communication en Grande-Bretagne au xviie siècle : des passages de la Bible ont été imprimés et furent lus par un certain nombre de laïques ; les scandales de la monarchie furent dévoilés par des pamphlets politiques ; et même des gens ordinaires hors des cercles de la lutte pour le pouvoir politique en sont arrivés à percevoir les changements politiques et sociaux en cours – l’évolution dans la taille des publications a manifestement changé la nature du message et de l’information véhiculée par les livres et les libelles.

31Néanmoins, certains changements importants dans la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne au xviiie siècle demeurent quelque peu difficiles à discerner. Durant cette période, la société se stabilisa, les directions de la modernisation se précisèrent petit à petit, les outils de la culture moderne de l’imprimé se mirent en place, et dans le détail la société de l’époque se rapprocha de celle que nous connaissons aujourd’hui, de telle façon que les changements intervenus au cours du xviiie siècle et qui ont exercé une influence majeure sur la société moderne se trouvent maintenant peut-être au-delà de notre point de vue sur la société et la culture. Autrement dit, ce qui rend l’examen de la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne au xviiie siècle ardu, c’est peut-être que sa ressemblance avec notre propre culture de l’imprimé nous pousse à sous-évaluer l’impact qu’a pu avoir l’émergence de cette culture de l’imprimé dans la société de l’époque.

Figure 1 : La page de titre de The Gentleman’s Magazine d’Edward Cave.
© Noriyuki Harada

32Parmi ces changements, le déplacement de la culture de l’imprimé vers une accumulation de savoir sous la forme collective de textes imprimés nous semble important. Bien que l’accumulation de savoir fasse partie des fonctions définitoires du texte imprimé, il ne nous semble pas trop éloigné de la vérité d’affirmer que certaines modifications de cette fonction, que l’on observe en Grande-Bretagne au xviiie siècle, empruntèrent une voie particulière qui aida à former les canons sociaux et littéraires futurs, aux conséquences importantes sur la modernisation de la société.

33Dans cette partie, nous discuterons de l’importance de l’accumulation du savoir sous forme collective de textes imprimés, en mettant l’accent sur l’évolution qualitative des publications périodiques et la conception d’anthologies.

  • 11 Dans Lives of the English Poets, éd. par George Birkbeck Hill, Oxford, Clarendon Press, 1905, vol. (...)

34Bien que ni The Tatler, ni The Spectator n’aient paru chacun plus de deux ans, il est important de reconnaître que la neutralité de leur langage et de leur contenu, ainsi que la distance objective par rapport aux distorsions de l’actualité de la société ont fortement contribué à l’augmentation de leur lectorat11. Ces qualités ne pouvaient se maintenir que par un subtil équilibre entre le talent de leurs auteurs et la réalité de la situation politique, ce qui explique que cet équilibre fut rompu au bout de quelques années seulement. Mais elles indiquent un bon modèle pour les périodiques de nature journalistique et réseaux de communication futurs.

35Dans ce sens, on peut affirmer que le véritable successeur du Tatler et du Spectator fut en fait The Gentleman’s Magazine, d’Edward Cave (Fig. 1). Celui-ci parut en 1731 et ne cessa qu’en 1914 ; Cave n’en était pas l’auteur mais l’éditeur et le directeur de la publication, jusqu’à sa mort en 1754. L’une des remarquables caractéristiques de ce périodique est l’usage nouveau qu’il fait du mot magazine, qui, à l’origine, désignait un entrepôt ou un magasin. Dans The Gentleman’s Magazine, Cave déplaça le sens original du mot vers celui de dépôt, ou collection de sujets et informations diverses. Ses principes sont clairement affichés dans le premier numéro :

  • 12 Cette introduction est incluse dans le volume annuel du Gentleman’s Magazine pour l’année 1731.

Cette réflexion a conduit certains gentlemen à favoriser l’idée d’une collection mensuelle, qui permettrait de conserver, comme en un magasin, les pièces les plus remarquables sur les sujets que nous avons mentionnés12.

  • 13 Ainsi, à la fin des années 1740, The Gentleman’s Magazine adopta dans le même temps des articles d (...)
  • 14 Concernant Cave et The Gentleman’s Magazine, voir C. Lennart Carlson, The First Magazine. A Histor (...)

36Ce que Cave envisageait avec la publication de ce magazine, ce n’était pas de se lancer lui-même dans l’écriture d’articles originaux, ni d’imiter la neutralité et la distance objective des essais d’Addison et Steele, mais de collecter des articles ayant paru dans d’autres périodiques, de les choisir et de les éditer de façon tout équilibrée13. Bien que très simple en apparence, l’attitude de Cave est en fait proche de celle du Tatler et du Spectator et devint la base du journalisme moderne, sur lequel John Walter lança la publication de son Daily Universal Register en 1785, qui devint ensuite The Times. Nous y voyons une forme de création de savoir dans la société moderne : savoir créé par accumulation d’information14.

37L’accumulation de savoir était aussi un concept important pour la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne au xviiie siècle dans le domaine de la littérature et d’autres genres. Les exemples abondent, citons : les éditions modernes des pièces de Shakespeare, qui parurent sans discontinuer du début du xviiie siècle jusqu’à la première édition Variorum de 1821 ; le Dictionary of the English Language, de Samuel Johnson, qui parut en 1755 et fut considéré comme un arbitre dans la longue controverse sur l’orthographe anglaise ; l’Encyclopædia Britannica, dont la première édition date de 1771 ; et les fameuses anthologies d’essayistes, romanciers et poètes britanniques d’Alexander Chalmers, qui furent publiées dans les premières années du xixe siècle. The Lives of the English Poets, de Samuel Johnson, avaient paru entre 1779 et 1781, ce qui est en fait la première collection de biographies critiques de poètes anglais. Bien que due à la plume quelque peu erratique de Johnson, Alvin Kernan insiste sur la signification des Lives of the English Poets sur la formation des canons de la littérature anglaise :

  • 15 Alvin Kernan, Printing Technology..., op. cit. : 275.

Mais ce serait commettre une erreur que de permettre aux conceptions modernes d’une histoire engoncée dans les systèmes et d’une poésie soumise à la logique, de tenter d’éclipser la réussite de Johnson dans The Lives à réunir des pièces éparses de la tradition littéraire anglaise, et à les travailler dans la structure suffisamment ferme de la biographie, de l’histoire sociale et de la critique pour constituer la première histoire des Lettres anglaises15.

38N’oublions pas non plus que, concomitamment à la publication de nombreux choix de poésies, dictionnaires de langue, anthologies de littérature et encyclopédies, des bibliothèques nationales, régionales, privées ou de prêt se construisaient l’une après l’autre : ce fait aussi illustre bien l’accumulation de savoir sous forme collective de textes imprimés.

  • 16 Sur le processus de l’édition et de la publication de Collection, voir Donald D. Eddy, « Dodsley’s(...)

39Il est à noter que la multiplication de ces formes collectives ne fut pas la conséquence nécessaire du système de publication de l’époque antérieure. Plus exactement dit, en Grande-Bretagne, la publication de formes collectives doit essentiellement à l’initiative de quelques éditeurs et publicateurs dynamiques. Comme nous l’avons évoqué plus haut, The Tatler et The Spectateur n’ont pas connu une très longue carrière, quand bien même ils auraient eu la prémonition de la distance objective définitoire du journalisme moderne. L’initiative du Magazine et la pérennité des qualités du Tatler et du Spectator dans ce périodique doivent tout au talent personnel et à l’esprit visionnaire d’Edward Cave. Même Robert Dodsley, prééminent éditeur de collections littéraires et d’anthologies du milieu du xviiie siècle, paraissait téméraire quand il commença à publier sa Collection of Poems by Several Hands in 174816. Contrairement au Dictionnaire de l’Académie française, quasiment toutes les publications de formes collectives en Grande-Bretagne au xviiie siècle le furent à l’initiative d’individus ou de groupes réunis sur des bases personnelles. Plus tard, Dodsley entretint des contacts assidus avec de nombreux poètes, essayistes et romanciers et forma un large cercle littéraire dans le but de publier diverses anthologies et collections. Mais ce cercle demeura ouvert sur la base d’adhésions volontaires, contrairement à l’esprit relativement fermé des clubs des coffeehouses du début du xviiie siècle à Londres. Dodsley tira tout le parti qu’il put de ses connexions personnelles et pondérées avec les auteurs pour publier collections et anthologies. Le développement d’une accumulation de savoir sous forme de publications collectives ne dut rien à une quelconque force nationale ou étatique, mais fut le fruit des talents individuels et des relations civiles entre auteurs et éditeurs.

  • 17 Voir une lettre de Gray à Horace Walpole dans Correspondence of Thomas Gray, éd. par Paget Toynbee (...)
  • 18 Voir Noriyuki Harada, « Author, Reader, and Publisher. Rasselas Reconsidered from the Point of Vie (...)

40La publication de dictionnaires, choix de textes, encyclopédies et anthologies devint à la mode entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle, et eut un impact important sur l’accumulation du savoir. Mais il ne faut pas croire que cette tendance a été générale et que l’attention des auteurs, éditeurs et lecteurs a été entièrement dominée par cette mode. Des tendances inverses peuvent être observées dans les réponses acerbes que certains auteurs faisaient aux demandes des éditeurs. Par exemple, quand la première édition de la Collection of Poems by Several Hands fut publiée en 1748, Thomas Gray, l’un des poètes de la Collection, envoya immédiatement une lettre à l’éditeur, par ailleurs son ami, pour se plaindre de la mauvaise qualité du livre, nullement pour en louer la sagacité ou la pugnacité17. Samuel Johnson, malgré son rôle capital dans le développement des formes collectives, ne se montra pourtant pas vraiment compréhensif en tant qu’auteur quand il apprit que son seul roman, Rasselas, avait été publié en deux volumes pour les besoins des bibliothèques de prêt : ayant cru que le roman serait publié en un volume unique, il avait donné quelques corrections de dernière minute pour la continuité de la narration. Mais cela fut la cause que l’éditeur, William Strahan, ne put éviter certaines irrégularités dans le nombre de lignes de quelques pages au début du second volume (Fig. 2)18. Ces récriminations typiques d’auteurs illustrent bien l’état réel de la société et les frictions entre différentes tendances existantes entre la culture de l’imprimé et les goûts individuels. Dans le processus de résolution de ces frictions, l’accumulation de savoir par publication de formes collectives progressa encore au siècle suivant.

Modernisation et culture de l’imprimé au Japon au xixe siècle

41L’édition de formes collectives devint ainsi l’une des principales directions qu’emprunta la culture de l’imprimé en Grande-Bretagne au xixe siècle. Il est important de noter ici que la culture de l’imprimé britannique du xviiie siècle fut l’une des plus importantes cultures occidentales que les Japonais s’efforcèrent d’introduire dans leur pays pour leur modernisation. Comme tout le monde le sait, le Japon s’était fermé au monde pendant plus de deux siècles, de 1639 à 1854, et ce n’est qu’à la réouverture du pays que les Japonais furent impliqués dans des relations internationales, bien que le Japon possédât déjà une culture de l’imprimé et le même niveau d’alphabétisation que les pays occidentaux de la même époque.

Figure 2 : La première édition du second volume de Rasselas.
© Noriyuki Harada

42Dans cette partie, nous nous intéresserons aux outils qui sont apparus nécessaires aux Japonais du xixe siècle pour moderniser leur pays et à la relation entre modernisation et culture de l’imprimé, comparés à ceux de la Grande-Bretagne du xviiie siècle.

43L’un des plus importants problèmes que les Japonais rencontrèrent quand ils décidèrent de moderniser leur société sur le modèle des pays européens fut celui qui était posé par leur langue. Comme chacun sait, la langue japonaise est très différente de toutes les langues de la famille indo-européenne. Non pas différente uniquement par son lexique ou sa grammaire, mais différente quant à la façon dont les locuteurs expriment leur façon de voir, d’entendre, de penser. Par exemple, le mot society, tel qu’il apparaît dans l’Oxford English Dictionary, est utilisé couramment dans les pays anglophones avec le sens d’« association entre semblables, particulièrement d’une manière amicale ou intime », ou signifie, plus largement

[...] un nombre de personnes réunies ensemble par un intérêt ou un but communs, unies par un vœu commun, possédant les mêmes croyances ou opinions, exerçant la même profession ou le même métier.

  • 19 Le nouveau mot japonais shakai fut inventé comme équivalent au mot anglais society en combinant de (...)

44Avant la restauration de Meiji, la langue japonaise ne possédait aucun mot capable d’unifier ces définitions. Bien entendu, divers mots existaient qui pouvaient en couvrir les différentes acceptions, mais aucun des mots susceptibles d’être reconnus équivalents de relation, compagnie, nation, pays ou groupe de même métier ne contenait la dénotation complète du mot society. Traduire ce mot en japonais exigeait donc de créer une nouvelle notion et de forger un nouveau mot. Ce fut également le cas pour d’autres mots anglais, comme individual ou modern. Des subtilités comme la nuance entre liberty et freedom restent peu claires en japonais, même de nos jours. Mais, en tout cas, la langue japonaise possède aujourd’hui un équivalent admis et fixe au mot society : shakai, bien qu’on puisse se demander si ce mot est compris en substance ou comme un simple équivalent19.

  • 20 Les kanji sont le système d’écriture qui emploie les caractères chinois, utilisé en particulier po (...)

45La langue japonaise possède également un système d’écriture complexe, consistant en trois collections de signes : kanji, kana et kata-kana. Ces trois systèmes d’écriture tirent leur origine des caractères chinois qui sont réputés avoir été importés au Japon au début du ve siècle20. Bien que très différente de la langue chinoise en termes de grammaire, la langue japonaise a établi son orthographe par l’adoption des caractères chinois avant le xe siècle, bien avant l’orthographe de l’anglais, donc. Néanmoins, l’assimilation des caractères chinois, et en particulier l’adoption de nouveaux concepts exprimés par des substantifs chinois, demanda un temps considérable.

46En outre, après la réouverture du pays, les Japonais durent faire face à la nécessité de combler le décalage qui existait alors entre la langue écrite conventionnelle et leur langue orale. Certes, la confusion orthographique n’était pas aussi importante que celle de l’anglais au xviiie siècle, mais l’harmonisation du japonais écrit et parlé fut très difficile, car le japonais écrit, considéré comme formel, académique ou poli, était, et est toujours, très dépendant d’un énorme lexique de substantifs écrits en kanji et de leur reconnaissance visuelle. Autrement dit, quand les Japonais essayèrent d’assimiler les idées et concepts occidentaux dans leur propre langage, ils rencontrèrent des difficultés à se les approprier dans la prononciation d’origine, et préférèrent créer de nouveaux mots, faisant appel à la capacité de création lexicale des kanji.

47Comment les Japonais finirent-ils par trouver une solution à ces problèmes ? Étrangement, peu d’études jusqu’à présent ont permis d’apporter une compréhension globale des changements stylistiques du japonais, mais nous aimerions mentionner ici deux phases importantes : premièrement, l’harmonisation du japonais écrit et du japonais parlé, qui fut réalisée au terme d’efforts continus des traducteurs intellectuels et des auteurs de fiction en prose ; deuxièmement, l’instauration d’une culture de l’imprimé sur une typographie nouvellement créée et l’abandon de celle sur gravures sur bois qui avait été celle de l’époque précédente, ce qui favorisa l’émergence d’un nouveau style écrit (Fig. 3). En fait, les exemples suivants sont même encore plus surprenants : la traduction du roman de Samuel Smile Self-Help, qui fut un modèle important pour le nouveau style japonais écrit, atteignit un chiffre de vente de plus d’un million d’exemplaires avant la fin du xixe siècle. De même, Rasselas, unique roman de Samuel Johnson, qui avait été présenté au public japonais dans le Self-Help de Smile, connut cinq éditions en traduction japonaise en quelques dizaines d’années. Ces chiffres étonnants montrent la relation forte qui existe entre le changement dans le langage, ou l’harmonisation de la langue japonaise orale et écrite, et la culture japonaise de l’imprimé dans le processus de modernisation du pays.

Figure 3 : Le changement dans la technologie typographique, composition des livres et du japonais écrit dans des livres publiés dans la phase la plus intense de l’imprimerie moderne.
© Noriyuki Harada

Conclusion

48Dans certains pays, l’évolution vers la société moderne s’accompagne de changements significatifs du langage et de la culture de l’imprimé. Dans le cas de la Grande-Bretagne, comme le dit Thomas Sprat dans History of the Royal Society, publié en 1667, les membres de la Royal Society désiraient ardemment établir « une façon de parler proche, nue, naturelle ; des expressions positives ; des sens clairs ; une aisance naturelle : bref, porter toutes choses aussi près que possible de leur plénitude mathématique » même s’il y avait encore beaucoup de chemin à faire avant que le langage atteigne une orthographe stable et soit définitivement établi comme le langage national support de la culture écrite et des textes écrits.

49En ce qui concerne les motifs qui présidèrent à l’accumulation de savoir sous forme collective, la Grande-Bretagne ne peut pas arguer de la même dynamique royale ou étatique. Cette accumulation fut réalisée par des talents individuels, et ne se fit pas sans opposition de la part d’auteurs individuels. Mais nous pouvons dire que la modernisation, soutenue par ces initiatives individuelles, appela et élargit les progrès de la culture moderne de l’imprimé. Au Japon, bien que l’orthographe eût été fixée plus tôt, les langages écrit et oral avaient été largement distingués, et la population du milieu du xixe siècle avait grand besoin d’un nouveau langage écrit et d’une conversion de la technologie d’imprimerie de la gravure sur bois à la typographie moderne. En général, la formation de la société moderne est discutée du point de vue de ses cadres politiques et sociaux ; mais, en réalité, des changements morphologiques, ou des transformations, dans la forme des livres et du langage sont décisifs dans les progrès de la société humaine.

Notes

1 Keith Thomas, « The Meaning of Literacy in Early Modern England », in Gerd Baumann (dir.), The Written Word. Literacy in Transition, Oxford, Clarendon Press, 1986 : 113.

2 Jürgen Habermas, The Structural Transformation of the Public Sphere, trad. Thomas Burger, Cambridge, Mass., MIT Press, 1989 : 42 [éd. originale : Strukturwandel der Öffentlichkeit, 1962].

3 The Tatler parut trois fois par semaine d’avril 1709 à janvier 1711. The Spectator parut quotidiennement (sauf le dimanche) de mars 1711 à janvier 1712.

4 Samuel Johnson, A Dictionnary of the English Language, 2 vols, Londres, W. Strahan for J. and P. Knapton, 1755.

5 Voir Donald F. Bond (dir.), The Tatler, Oxford, Clarendon Press, 1987 : vol. 1, 145-146.

6 Sur les technologies de l’imprimerie, voir Alvin Kernan, Printing Technology, Letters, and Samuel Johnson, Princeton, Princeton University Press, 1987 : 55-70 ; Roy Porter, Enlightenment, Londres, Penguin, 2000 : 72-95 ; James Raven, Helen Small et Naomi Tadmor (dir.), The Practice and Representation of Reading in England, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 : 1-21.

7 Alexander Pope, « Martinus Scriblerus, of the Poem », in James Sutherland (dir.), The Dunciad, Londres, Methuen, 1963 : 49.

8 Donald F. Bond (dir.), The Spectator, Oxford, Clarendon Press, 1965, vol. 1 : X-XXI.

9 Donald F. Bond (dir.), The Spectator, op. cit., vol. 1 : 35.

10 Roy Porter, English Society in the Eighteenth Century, Londres, Penguin, 1991 [1982] : 234-235.

11 Dans Lives of the English Poets, éd. par George Birkbeck Hill, Oxford, Clarendon Press, 1905, vol. 2 : 149, Samuel Johnson fait l’éloge de la prose d’Addison : « His prose is the model of the middle style ».

12 Cette introduction est incluse dans le volume annuel du Gentleman’s Magazine pour l’année 1731.

13 Ainsi, à la fin des années 1740, The Gentleman’s Magazine adopta dans le même temps des articles de périodiques favorables à la rébellion jacobite aussi bien qu’opposés à cette rébellion.

14 Concernant Cave et The Gentleman’s Magazine, voir C. Lennart Carlson, The First Magazine. A History of The Gentleman’s Magazine, Westport, CT, Greenwood, 1938 ; Walter Graham, English Literary Periodicals, New York, NY, Thomas Nelson, 1930 ; Samuel Johnson, The Works of Samuel Johnson, Oxford, Talboys and Wheeler, 1825, vol. 6 : 428-435 ; Thomas Keymer, The Gentleman’s Magazine, rééd. en fac-similé, Londres, Chatto and Windus, 1998, vol. 1 : VII-XLII.

15 Alvin Kernan, Printing Technology..., op. cit. : 275.

16 Sur le processus de l’édition et de la publication de Collection, voir Donald D. Eddy, « Dodsley’s Collection of Poems by Several Hands (Six Volumes), 1758. Index of Authors », Papers of the Bibliographical Society of America, 1966, 60 : 9-30 ; Michael F. Suarez, SJ, « Trafficking in the Muse. Dodsley’s Collection of Poems and the Question of Canon », in Alvaro Ribeiro, SJ et James G. Basker (dir.), Tradition in Transition. Women Writers, Marginal Texts, and the Eighteenth-Century Canon, Oxford, Clarendon Press, 1996 : 297-313 ; William B. Todd, « Concurrent Printing. An Analysis of Dodsley’s Collection of Poems by Several Hands », Papers of the Bibliographical Society of America 1952, 46 : 45-57 ; Richard Wendorf, « Robert Dodsley as Editor », Studies in Bibliography 1978, 31 : 235-248 ; Michael F. Suarez, SJ, « Introduction », in Robert Dodsley (dir.), A Collection of Poems by Several Hands, rééd. en fac-similé, Londres, Routledge, 1997.

17 Voir une lettre de Gray à Horace Walpole dans Correspondence of Thomas Gray, éd. par Paget Toynbee et Leonard Whibley, Oxford, Clarendon Press, 1971, vol. 1 : 143-144.

18 Voir Noriyuki Harada, « Author, Reader, and Publisher. Rasselas Reconsidered from the Point of View of Print Culture », Kyorin Review of the Faculty of Foreign Studies, 2002, 14 : 159-178.

19 Le nouveau mot japonais shakai fut inventé comme équivalent au mot anglais society en combinant deux kanji : 社 et 会. Le premier signifie originellement en Chine « existence spirituelle d’un territoire », mais signifie usuellement au Japon « compagnie » (au sens de communauté) et « camarades ». Ce kanji est également utilisé pour nommer certaines compagnies (au sens de compagnies commerciales). Le second signifie « rencontre », ou « réunion ».

20 Les kanji sont le système d’écriture qui emploie les caractères chinois, utilisé en particulier pour les substantifs et autres éléments de plein sens du discours. Les kana sont le système de base de l’écriture du japonais et indiquent la prononciation. Les kata-kana sont une variante du système des kana, utilisés pour certains usages spécifiques.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La page de titre de The Gentleman’s Magazine d’Edward Cave.© Noriyuki Harada
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Figure 2 : La première édition du second volume de Rasselas.© Noriyuki Harada
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Figure 3 : Le changement dans la technologie typographique, composition des livres et du japonais écrit dans des livres publiés dans la phase la plus intense de l’imprimerie moderne.© Noriyuki Harada
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

Auteur

Professeur d’anglais à l’Université Chrétienne des Femmes de Tokyo (Japon). Ses centres d’intérêt sont la littérature anglaise du xviiie siècle et l’histoire de la production du livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search