Version classiqueVersion mobile

Les outils de la pensée

 | 
Akira Saito
, 
Yusuke Nakamura

Première partie. Texte et production du savoir

Surfaces du savoir : la publication en tableaux au XVIIe siècle

Jean-Marc Chatelain

Texte intégral

1Le tableau constitue sans aucun doute un objet privilégié pour une réflexion sur les outils de la pensée. La place qu’il occupe de très longue date dans les pratiques pédagogiques suffit à indiquer à quel point la tradition des études occidentales en a fait un instrument du savoir, à la perfection duquel il est doublement ordonné comme outil d’invention et comme outil de transmission. Louis de Lesclache, assez obscur maître de philosophie du milieu du xviie siècle mais grand praticien de l’enseignement par tableaux, lui reconnaissait ainsi une double fonction de mémoire et de raison :

  • 1 Louis de Lesclache, La philosophie divisée en cinq parties, Paris, Charles Chastellain, 1648 : préf (...)

Il est vrai que les tables qui expliquent plusieurs choses en peu de mots et par ordre servent grandement à la mémoire et à la raison ; qu’elles découvrent le rapport que les choses ont les unes avec les autres ; qu’elles font paraître la beauté des sciences ; et qu’elles produisent une claire connaissance de la vérité, par la division des choses et des propositions1.

  • 2 Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. de l’anglais par Jean (...)

2Le tableau occupe donc une place dans l’épistémè classique à la fois comme dispositif logique et comme dispositif mnémonique. Mais la durée de sa validité s’étend évidemment au-delà, au prix d’un simple réajustement de ses fonctions (et, corrélativement, d’une réduction de son champ d’application) : dans l’épistémè moderne, il est à la fois dispositif d’enregistrement de la connaissance et dispositif d’interprétation. Il s’agit donc bien d’un outil, façonné de manière à permettre l’élaboration d’un matériau factuel et sa transformation en objet de savoir scientifique. C’est précisément là le point sur lequel porte la critique du tableau instruite par Jack Goody dans l’un des chapitres centraux de La raison graphique2. L’auteur s’attache à y mettre en lumière le caractère instrumental de la figuration tabulaire et son opacité propre, que l’habitude culturelle qui en a été prise aussi bien que l’illusion d’une transparence (« claire connaissance de la vérité », disait déjà Lesclache) ont pu dissimuler à ses usagers : en étudiant l’emploi que les ethnologues et anthropologues occidentaux issus de la tradition de pensée de Durkheim et Mauss ont fait des tableaux pour l’étude des cultures orales, Goody a cherché à mettre en évidence l’écart qui existait entre ce type de représentation graphique et les représentations mentales plus complexes à l’œuvre dans les cultures en question.

Figure 1 : « Table des espèces de l’universel », in Louis de Lesclache, La philosophie divisée en cinq parties, Paris, Charles Chastellain, 1648.
© Bibliothèque nationale de France

  • 3 Ibid. : 111.
  • 4 Ibid. : 116-117.

3L’intérêt d’une telle critique est moins de dénoncer une fausseté radicale du tableau que de relever l’illusion qui consisterait à prendre le tableau pour une présentation naturelle et pour ainsi dire intérieure des choses, au plus près du monde vécu, alors qu’il s’agit avant tout d’une représentation informée par une culture de l’écrit, dont l’extériorité par rapport à son objet (les cultures orales) se trouve exprimée et reconduite par le dispositif du tableau dans le moment même où celui-ci prétend réduire un tel écart. Telle est la contradiction interne du tableau, dans l’hypothèse que, « par son caractère bidimensionnel et figé, il simplifie la réalité du discours oral, au point de la rendre quasiment méconnaissable, et que donc il en réduise notre compréhension au lieu de l’augmenter3 » : « Le tableau provient d’une élaboration délibérée et littéraire de la vision du monde des acteurs, il est fonction de l’exigence d’ordre de l’ethnographe et non d’une quelconque exigence des acteurs4. » En d’autres termes, le tableau importe et impose une rationalité qui est immanente à sa propre construction. C’est par conséquent à ce titre qu’il figure chez Goody au nombre des formes de « domestication de la pensée sauvage » et qu’il peut être assimilé par lui à des essais de classification qui

  • 5 Ibid. : 121.

[...] peuvent certes constituer une ingénieuse grille de correspondances, fournir une compréhension temporaire du monde phénoménal, [mais] n’en résultent pas moins d’une construction faite par des spécialistes [et] ne représentent pas un code culturel fondamental5.

  • 6 Ibid.

4Si l’on en croit Goody, le tableau se trouve ainsi au cœur d’une grande fracture entre cultures orales et cultures de l’écrit, qu’il contribue à aggraver dans le geste même par lequel il s’offre comme instrument servant à la constitution des unes en objet de savoir des autres. Mais Goody franchit un pas supplémentaire en assignant plus précisément cette fracture, ou du moins son aggravation, aux effets cognitifs d’une invention technique, qui est celle de l’imprimerie : « Ce genre de présentation du savoir est en étroite connexion avec l’avènement de l’imprimerie6. » Goody précise un peu plus loin cette proposition :

  • 7 Ibid. : 137.

La mécanisation de l’écriture par l’imprimerie, qui offrait la possibilité de produire rapidement et à peu de frais de nombreux exemplaires d’un même diagramme, a marqué une nouvelle étape vers des schémas encore plus formalisés, du genre de ceux que les anthropologues n’ont que trop tendance à considérer comme caractéristiques des « classifications primitives »7.

  • 8 Walter J. Ong, Ramus, Method, and the Decay of the Dialogue. From the Art of Discourse to the Art o (...)
  • 9 « Je ne suivrai pas Ong quand il insiste pour estimer que cette visualisation spatiale servant à la (...)
  • 10 Sur ces familles de graveurs et éditeurs d’estampes, voir Maxime Préaud et al., Dictionnaire des éd (...)

5On reconnaît là la trace d’une thèse défendue une vingtaine d’années plus tôt par Walter Ong à l’occasion de ses travaux sur la dialectique de Ramus et les classifications de la tradition ramiste8. Mais il n’est sans doute pas utile de rappeler que la connexion invoquée entre pensée tabulaire et pratique typographique est loin d’être évidente, comme Frances Yates notamment l’a souligné dans son livre sur l’art de la mémoire en invoquant l’existence d’une tradition manuscrite des tableaux analytiques9. Un autre argument consisterait à remarquer que bon nombre des tableaux de classification des connaissances produits à la fin du xvie siècle ou au siècle suivant ne sont pas des compositions typographiques mais des images gravées : il en va ainsi des tables de Lesclache ou des assez nombreux tableaux publiés à Paris dans la seconde moitié du xviie siècle par des éditeurs en taille-douce comme Nicolas de Fer ou les Jollain10. C’est là le signe que la raison graphique du tableau n’est pas réductible ni assimilable à la rationalisation typographique de la culture écrite.

  • 11 Sur cet humaniste dont les œuvres, représentatives de l’encyclopédisme de la Renaissance, embrassen (...)

6Il semble donc non seulement plus prudent d’abandonner l’explication trop sommaire avancée par Ong, mais plus juste aussi de replacer le grand développement qu’a connu la publication en tableaux au xviie siècle dans une stricte histoire des techniques intellectuelles (ce qui pourrait aider aussi à comprendre les éventuels reflux de cette vogue, que le caractère trop massif de la thèse d’Ong ne permet pas de saisir). De ces techniques intellectuelles, un remarquable témoignage est fourni en 1615 par Melchior Adam dans Vies des philosophes de la Germanie du siècle dernier et du siècle en cours (Vitae Germanorum philosophorum : qui seculo superiori [...] clari florierunt), à propos de l’humaniste d’origine anversoise Joachim van Ringelberg (vers 1499-après 1531), qui fut entre autres lié à Érasme11 :

  • 12 Melchior Adam, Vitæ Germanorum philosophorum : qui seculo superiori et quod excurrit, philosophicis (...)

Il avait l’intention, s’il bénéficiait d’une vie suffisamment longue, d’écrire des milliers d’opuscules, qu’il aurait ensuite regroupés en un tout sous le titre de Chilias. Il n’avait jamais achevé aucun livre qu’une fois imprimé par le typographe. Voici comment il s’y prenait : il commençait par concevoir entièrement dans son esprit tout le corps de l’ouvrage à venir ; puis, sur un tableau de bois de grand format, il inscrivait à la craie rouge les seuls titres de chapitres. Il vérifiait scrupuleusement que tout fût bien lié ; lorsque cela lui semblait nécessaire, il retirait certaines choses, en ajoutait d’autres, en modifiait, en déplaçait. Pendant que sa pensée était encore fraîche, il esquissait les principaux points des différents titres, chacun sur une feuille particulière, puis mettait en ordre ces feuilles sur le tableau où il avait précédemment disposé les titres. Enfin il transcrivait ces points en grands caractères, afin de pouvoir embrasser d’un seul regard toute l’ordonnance du livre. Dès lors, chaque jour il achevait un certain nombre de chapitres pour l’impression : d’abord en retouchant leur esquisse par des ajouts ou des retraits, puis en formulant chaque chose de manière brillante, agréable et bien frappée12.

  • 13 Joachim Fortius Ringelberg, Lucubrationes, Bâle, Bartholomeus Westheimer, 1538.

7Le témoignage de Melchior Adam est sans doute tardif, mais l’image de la pratique qu’il décrit se trouve dès 1538 dans les tables de divisions des sciences qui accompagnaient les opuscules de Ringelberg sur la rhétorique et la dialectique, dans l’édition bâloise de ses œuvres13.

  • 14 Telle est encore l’opération que Lesclache a à l’esprit lorsqu’il assigne au tableau la fonction de (...)
  • 15 Voir Paolo Rossi, Clavis universalis. Arts de la mémoire, logique combinatoire et langue universell (...)

8Deux opérations de la pensée sont tout particulièrement soulignées par Adam, en vertu desquelles le mode de composition qui est ici indiqué n’est pas sans évoquer ce que Ramus théorisera dans la génération postérieure à Ringelberg. La première est celle qui consiste à descendre toujours du général au particulier : du grand tableau de bois aux feuilles, selon un dispositif qui est la traduction matérielle de la procession intellectuelle des titres généraux aux points particuliers qui les divisent. L’autre opération consiste à vérifier à chacun de ces deux niveaux la parfaite liaison des parties, ce qui décide d’un véritable travail d’ajusteur : ajouter, retirer, retoucher, déplacer. Ces deux moments du travail de Ringelberg préfigurent ainsi ce que Ramus entendra par le terme de méthode, dans une acception technique qui désigne très précisément la combinaison des deux opérations de la collocatio et de l’ordinatio : collocare, c’est assigner à chaque connaissance une place déterminée, une case ou cellule ; ordinare, c’est disposer les cellules entre elles de telle manière que le passage de l’une à l’autre réponde à une évidence logique14. De même, les points de contact avec la conception ramiste de la dialectique sont patents dans la distinction qui est clairement faite entre deux étapes successives dans la genèse du discours : celle de la formulation logique des idées et celle de la formulation rhétorique des phrases, ce qui correspond à la séparation que Ramus prononcera entre la dialectique, qui embrasse les anciennes parties de la rhétorique qu’étaient l’inventio et la dispositio, et la rhétorique proprement dite, réduite dès lors à la fonction auxiliaire et quasi ornementale de l’elocutio15.

  • 16 La philosophie en forme de tableaux qui s’édite en Allemagne au xviie siècle est principalement et (...)
  • 17 Voir Francis Goyet, Le sublime du lieu commun, Paris, Champion, 1996 ; Ann Moss, Printed Commonplac (...)

9Ces remarques générales ne visent en aucun cas à remettre en cause l’originalité des formalisations théoriques de Ramus, qui ont notamment connu une postérité remarquable dans l’espace germanique16. Mais ce qu’Adam dit de Ringelberg nous permet simplement de prendre pleinement conscience d’un plan général de pratiques lettrées qui forme pour ainsi dire le fond sur lequel se détache la spécificité des élaborations doctrinales et des reformulations proposées par les uns et les autres. Ce plan est celui de la rhétorique humaniste, telle qu’elle est informée par la pensée du lieu commun17. Le tableau y est à la fois l’instrument de production d’une topique et le lieu de sa vérification, comme l’indique l’ultime regard de surplomb que Ringelberg porte sur son travail avant de procéder à la rédaction de son ouvrage : « Enfin il transcrivait ces points en grands caractères, afin de pouvoir embrasser d’un seul regard toute l’ordonnance du livre. » Le tableau est donc un double outil de la pensée : outil de son avènement en tant qu’espace offert à l’organisation des idées, comme une sorte d’établi du lettré, mais également outil de sa validation, image de son succès, en tant qu’espace offert à la satisfaction du regard. Il n’est plus alors l’établi du lettré mais, pour filer la métaphore artisanale, son chef-d’œuvre.

  • 18 Par exemple des tableaux des divisions du droit dus à l’avocat parisien P. Gaillard, publiés en tro (...)
  • 19 Démonstration générale et universelle de tous les traits du compas [...], Paris, Hubert Jaillot, 16 (...)
  • 20 La Fontayne, Discours abbregé de la fortification, Paris, Hubert Jaillot, 1672.
  • 21 François Le Gendre, Carte en forme d’abrégé contenant les règles nécessaires pour les finances, Par (...)
  • 22 Tabula chronologica regum, dynastarum, urbium, rerum, virorumque illustrium, a mundo condito ad ann (...)
  • 23 Scriptorum ecclesiasticorum abacus chronologicus per sæcula mundana, romana, christiana : in antece (...)

10Cette seconde qualité est la plus importante pour notre propos dans la mesure où elle invite à considérer la publication de tableaux de connaissances non plus dans le seul contexte d’une histoire des idées, mais aussi au regard des effets pragmatiques d’un tel dispositif de la pensée. Or c’est là une clé de la compréhension du succès rencontré par la publication en tableaux au xviie siècle, car celle-ci n’est manifestement pas réductible à l’unique tradition intellectuelle de la rhétorique humaniste et de sa postérité ramiste. Citons par exemple des tableaux d’exposition théologique pour chacun des sacrements de la doctrine de l’Église catholique (Fig. 2), publiés à Paris vers 1650 par Jacques Honervogt (dont la production compte nombre d’autres tableaux sur toutes sortes de matières18), des tableaux de géométrie à l’usage des architectes et bâtisseurs19, des tableaux des principes de l’art de la fortification20, des tableaux des règles nécessaires pour les finances21, des « abaques » chronologiques22, bibliographiques23, etc. Toute cette production – dont il est probable que nous ne conservons et ne connaissons plus qu’une modeste partie – déborde sans conteste le cadre premier de la pratique des topiques dans la culture humaniste. Elle ne retient que le principe très général d’une exposition par tableaux des points principaux d’un savoir donné, sans la relier à une nécessité intellectuelle intrinsèque : l’abaque apparaît là comme un moule éditorial préfabriqué beaucoup plus que comme la forme nécessaire et suffisante de l’interprétation. Aussi est-on fondé à penser que la culture humaniste du lieu commun a créé les conditions favorables à l’acclimatation d’une pensée par tableaux qui s’est ensuite à peu près entièrement émancipée de cette origine.

Figure 2 : De sacramento baptismi. De sacramento confirmationis, Paris, Jacques Honervogt, [vers 1650].
© Bibliothèque nationale de France

  • 24 Cette activité remonte environ à l’année 1633 si l’on en croit la préface de La Philosophie divisée (...)

11Encore faut-il prendre en considération, avant d’avancer plus loin dans notre analyse, la destination pratique qui est assignée à ces publications. On ne peut écarter a priori l’hypothèse d’une forme éditoriale appelée par des besoins pédagogiques pour servir de support à un enseignement. L’hypothèse se justifie d’autant plus qu’un certain nombre d’auteurs exercent une activité pédagogique déclarée dans les titres qu’ils se donnent : ainsi le Discours abbrégé de la fortification publié chez Jaillot en 1672 est signé du « sieur de la Fontayne ingénieur ordinaire du Roi et professeur ès mathématiques » ; de même, la Carte en forme d’abrégé contenant les règles nécessaires pour les finances publiée chez Gouet en 1677 a été composée par François le Gendre arithméticien, titre qui désigne un maître délivrant des leçons d’arithmétique. L’association de la forme du tableau à l’idée d’un abrègement du savoir parle aussi en ce sens : le tableau, retrouvant là la fonction mnémonique que lui attribuait Louis de Lesclache (qui enseignait lui aussi, puisqu’il délivrait des conférences de philosophie ouvertes au public24), s’apparente au mémento et à l’ensemble des « moyens courts » dont s’entoure toute pratique pédagogique destinée à faciliter et à accélérer l’acquisition d’un savoir donné. La langue française a d’ailleurs enregistré d’une certaine manière ce lien entre forme éditoriale et propos pédagogique par l’habitude d’une métonymie, en conservant pour des tableaux de calculs le nom d’un grand maître d’arithmétique du xviie siècle qui en avait produit en grand nombre, Bertrand-François Barrême, auteur du Livre des comptes faits (multiples éditions).

12Il semble néanmoins difficile de se contenter de cette seule explication, tant certains de ces tableaux, en concentrant dans un espace resserré une quantité importante d’informations, défient la lisibilité et vont à l’encontre de la clarté requise par la finalité pédagogique. Aussi peut-on soutenir l’hypothèse que la forme du tableau se justifie moins par son efficacité auprès des élèves que par un besoin d’accréditation du maître. Le tableau est un effet de savoir plus encore qu’un instrument de transmission – et l’on pourrait d’ailleurs se demander si sa production n’est pas plus souvent le fait de maîtres privés que de professeurs pourvus de chaires universitaires et bénéficiant d’une reconnaissance institutionnelle : le fait, par conséquent, d’acteurs du monde du savoir qui ont toujours besoin de faire la preuve de leur légitimité. Publier son savoir sous forme de tableau est précisément un acte de nature à faire cette preuve et à lui donner de surcroît la force de l’immédiateté, parce que le tableau impose en tant que tel l’image d’une maîtrise. C’est là l’effet obtenu par la conjugaison des deux dimensions visuelles que sont la dimension synoptique et la dimension panoptique.

  • 25 J. Alegre, Table contenant les diverses divisions de la France tant anciennes que modernes, en cinq (...)
  • 26 Jean Boisseau, Première [-Seconde] partie de la chronologie parisienne, Paris, [l’auteur], 1648. On (...)

13La dimension synoptique joue de la clôture de l’espace du tableau : un savoir rassemblé dans la seule limite d’un tableau est un savoir sans reste, il se donne pour complet. Le tableau produit ainsi le sentiment d’une totalité. Cela explique d’ailleurs que certains auteurs aient parfois préféré à la disposition rectangulaire de l’abaque la disposition circulaire du disque, à l’exemple des tables géographiques d’un certain Alegre publiées vers 166025 ou un peu plus tôt, en 1648, des tables chronologiques de Jean Boisseau (Fig. 3)26 : le contenu même devient quasiment illisible, mais l’idée de la clôture n’est que mieux exprimée par la figure du cercle, parfaitement refermé sur lui-même. L’image du tout l’emporte sur le détail des parties. Quant à la dimension panoptique, elle joue de l’étalement de l’espace du tableau. Un savoir déployé sur la surface plane d’un tableau est un savoir qui ne dissimule aucun fond, qui ne laisse place à aucune zone d’ombre pour se présenter au contraire en pleine lumière. Tout entier offert au regard, intégralement visible, il produit l’image d’une parfaite transparence : prestidigitation d’un cadre énonciatif qui abolit sa propre présence dans l’exhibition de ses énoncés.

Figure 3 : Jean Boisseau, Première partie de la chronologie parisienne, Paris, [l’auteur], 1648.
© Bibliothèque nationale de France

14Le tableau est ainsi, par la double vertu de clôture et d’étalement de sa surface, à la fois l’espace d’une visibilité complète et l’espace d’une visibilité parfaite : en un mot, le lieu d’une évidence absolue. Qui le produit est par conséquent le détenteur d’une maîtrise totale, l’évident détenteur d’un savoir complet et parfait. Le tableau est par excellence la signature de l’expert. C’est en ce sens qu’on peut dire qu’il n’est pas seulement le support d’un savoir : il en est aussi la métaphore. Telle est ce qu’on pourrait alors appeler l’« instrumentalité seconde » de cet outil de la pensée.

Notes

1 Louis de Lesclache, La philosophie divisée en cinq parties, Paris, Charles Chastellain, 1648 : préface. Celle-ci n’est autre qu’une suite de tableaux des divisions de la philosophie et du champ qu’elle embrasse (Fig. 1).

2 Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. de l’anglais par Jean Bazin et Alban Bensa, Paris, Minuit, 1979, chap. 4 : « Écriture et classication ou l’art de jouer sur les tableaux ».

3 Ibid. : 111.

4 Ibid. : 116-117.

5 Ibid. : 121.

6 Ibid.

7 Ibid. : 137.

8 Walter J. Ong, Ramus, Method, and the Decay of the Dialogue. From the Art of Discourse to the Art of Reason, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1958; Id., Rhetoric, Romance, and Technology. Studies in the Interaction of Expression and Culture, Ithaca, NY, Cornell University Press, 1971.

9 « Je ne suivrai pas Ong quand il insiste pour estimer que cette visualisation spatiale servant à la mémorisation est un élément nouveau introduit par le livre imprimé. Il me semble plutôt que les résumés imprimés par Ramus transfèrent dans le livre imprimé les tables ordonnées et schématisées des manuscrits. Sur la fin de sa vie, F. Saxl a étudié le passage des enluminures aux incunables ; on a sans doute un phénomène parallèle dans la façon dont les présentations schématiques des sujets passent des manuscrits aux résumés imprimés par Ramus. », Frances A. Yates, L’art de la mémoire, trad. de l’anglais par Daniel Arasse, Paris, Gallimard, 1975 : 253.

10 Sur ces familles de graveurs et éditeurs d’estampes, voir Maxime Préaud et al., Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis, 1987 : 119-122 et 176-179.

11 Sur cet humaniste dont les œuvres, représentatives de l’encyclopédisme de la Renaissance, embrassent aussi bien la grammaire, la rhétorique et la philosophie que les mathématiques et l’astronomie, voir la notice de Marcel Nauwelaerts, in Peter G. Bietenholz (dir.), Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, Toronto, University of Toronto Press, 1985-1987, vol. 3 : 162.

12 Melchior Adam, Vitæ Germanorum philosophorum : qui seculo superiori et quod excurrit, philosophicis ac humanioribus literis clari floruerunt, Heidelberg, J. Rosas, 1615. Ce passage est cité dans Daniel Georg Morhof, « Des polygraphes », in Polyhistor sire de noticia [...] comentarii, Lubeck, Peter Böckmann, 1688, vol. 1 : 265-272. C’est sur lui qu’est faite la traduction française, publiée dans Patrick Dandrey et Delphine Denis (dir.), De la polygraphie au xviie siècle, numéro spécial de Littératures classiques, 2003, 49 : 147.

13 Joachim Fortius Ringelberg, Lucubrationes, Bâle, Bartholomeus Westheimer, 1538.

14 Telle est encore l’opération que Lesclache a à l’esprit lorsqu’il assigne au tableau la fonction de « découvr[ir] le rapport que les choses ont les unes avec les autres ». Sur la notion de méthode chez Ramus, voir Michel Dassonville, « Introduction », in Petrus Ramus, Dialectique, commenté et annoté par Michel Dassonville, Genève, Droz, 1964. Pour son appréciation plus large dans le contexte de la tradition rhétorique humaniste, voir Cesare Vasoli, La dialettica e la retorica dell’Umanesimo. « Invenzione » e « metodo » nella cultura del xv e xvi secolo, Milano, Feltrinelli, 1968.

15 Voir Paolo Rossi, Clavis universalis. Arts de la mémoire, logique combinatoire et langue universelle de Lulle à Leibniz, trad. de l’italien par Patrick Vighetti, Grenoble, Millon, 1993 : 125-127.

16 La philosophie en forme de tableaux qui s’édite en Allemagne au xviie siècle est principalement et directement imputable à cette tradition, enrichie en outre d’une relecture de l’œuvre de Lulle. Citons par exemple les titres suivants : Jakob Thomasius, Philosophia practica, continuis tabellis in usum privatum comprehensa, Leipzig, Philipp Fuhrmann, 1661 ; Christoph Heinrich Löber, Compendium logicæ peripateticæ ex Aristotelis, Stahlii aliorumque optimorum scriptis studiose congestum et tabulis XXXX inclusum, Altenburg, Johann Ludwig Neuenhahn, 1662 ; Gottfried Zapf, Philosophia, nova methodo tabulis inclusa cum discursu perpetuo, Iena, Johann Ludwig Neuenhahn, 1663 ; Kilian Rudrauff, Cursus metaphysicus methodicus, Giessen, Friedrich Karger, 1665 ; Id., Cursus logicus recognitus, academicis et scholasticis exercitiis accommodatus et per tabellas, varias quaestiones atque regulas dispositus, Giessen, Friedrich Karger, 1668 ; Balthasar Cellarius, Tabellæ physicæ, olim in gratiam auditorum suorum conscriptæ, nunc vero in usum studiosæ juventutis typis excusæ, Iena, Johann Bielk, 1670 ; Id., Tabellæ ethicæ et Tabellæ politicæ, Iena, Johann Bielk, 1670.

17 Voir Francis Goyet, Le sublime du lieu commun, Paris, Champion, 1996 ; Ann Moss, Printed Commonplace-Books and the Structuring of Renaissance Thought, Oxford, Clarendon Press, 1996.

18 Par exemple des tableaux des divisions du droit dus à l’avocat parisien P. Gaillard, publiés en trois feuilles sous le titre Jo. Pauli Lanceloti institutiones juris canonici tribus tabulis distinctæ, aut potius totum ipsum jus pontificium tribus tabulis comprehensum, Paris, Jacques Honervogt, 1649.

19 Démonstration générale et universelle de tous les traits du compas [...], Paris, Hubert Jaillot, 1670.

20 La Fontayne, Discours abbregé de la fortification, Paris, Hubert Jaillot, 1672.

21 François Le Gendre, Carte en forme d’abrégé contenant les règles nécessaires pour les finances, Paris, J. Gouet, 1677.

22 Tabula chronologica regum, dynastarum, urbium, rerum, virorumque illustrium, a mundo condito ad annum 4000, Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 1672 ; Jean Rou, Histoire universelle ancienne, Paris, F. de la Pointe, 1672.

23 Scriptorum ecclesiasticorum abacus chronologicus per sæcula mundana, romana, christiana : in antecessum dissertationis R. P. Philippi Labbe [...] de scriptoribus ecclesiasticis [...], Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 1658.

24 Cette activité remonte environ à l’année 1633 si l’on en croit la préface de La Philosophie divisée en cinq parties, 2 vols, Paris, C. Chastellain, 1648-1650, où il évoque « les discours publics qu[’il a] faits depuis quinze années ».

25 J. Alegre, Table contenant les diverses divisions de la France tant anciennes que modernes, en cinq cercles, Paris, Antoine de Fer, [s. d.]. On connaît plusieurs exemples de tables circulaires publiées par Antoine de Fer au milieu des années 1660, comme la Carte generalle de tous les noms des vens et les noms d’iceux en six langues suivant les mers et rivières en 1666 ou la Chronologie françoise contenant les noms et surnoms des rois et reynes, evesques de Paris, et autres personnes illustres eslevés aux plus grandes charges de ce royaume en 1668.

26 Jean Boisseau, Première [-Seconde] partie de la chronologie parisienne, Paris, [l’auteur], 1648. On doit au même, également sous forme de cercles concentriques, une Table generalle des longitudes et latitudes des villes plus renommées du monde, dressée sur le meridien des Canaries, Paris, Louis Boissevin, 1649.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : « Table des espèces de l’universel », in Louis de Lesclache, La philosophie divisée en cinq parties, Paris, Charles Chastellain, 1648.© Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 2 : De sacramento baptismi. De sacramento confirmationis, Paris, Jacques Honervogt, [vers 1650].© Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Figure 3 : Jean Boisseau, Première partie de la chronologie parisienne, Paris, [l’auteur], 1648.© Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search