Version classiqueVersion mobile

Les outils de la pensée

 | 
Akira Saito
, 
Yusuke Nakamura

Introduction. Outils de la pensée, outils de la vie

Akira Saito et Yusuke Nakamura

Texte intégral

Le texte et la vie humaine

Robinson Crusoé avait-il besoin de textes pour survivre ?

1De quoi l’homme a-t-il besoin pour vivre ? D’air, d’eau et de nourriture, bien entendu. L’homme a aussi besoin de vêtements et d’un logement pour se protéger de la chaleur, du froid, de la pluie, etc. Et puis, afin d’obtenir de la nourriture, de fabriquer des vêtements et de construire une maison, l’homme a besoin de différents types d’outils : couteaux, marteaux, scies, aiguilles... Parmi les outils dont il se sert, certains lui servent à effectuer des travaux intellectuels : représenter, analyser, comparer, classifier, calculer, mémoriser, communiquer... Ce sont ceux que nous voudrions appeler outils de la pensée. Notre objet d’étude – le texte – en est une classe.

  • 1 Daniel Defoe, Robinson Crusoé, trad. Petrus Borel, 2 vols, Ebooks libres et gratuits, http://www.e (...)
  • 2 Ibid., vol. 1 : 73.

2Nous voudrions nous poser, pour commencer, une question apparemment très simple : l’homme a-t-il besoin de textes pour vivre ? Nous avons sans doute hâte de répondre « non » à cette question stupide. À l’évidence, les plumes, l’encre, le papier, etc., ne sont pas de première nécessité pour la vie humaine. À titre d’exemple, rappelons-nous ce que Robinson Crusoé a fait quand il est allé dans le navire naufragé pour en récupérer des objets nécessaires à sa survie (Fig. 1). Dans le roman de Daniel Defoe, après avoir réfléchi à ce dont il avait le plus besoin, Robinson a d’abord enlevé des provisions, à savoir : « du pain, du riz, trois fromages de Hollande, cinq pièces de viande de chèvre séchée, dont l’équipage faisait sa principale nourriture, et un petit reste de blé d’Europe1 ». Après les provisions viennent les vêtements et, après cela, les outils pour les travaux physiques. Robinson a ainsi la chance de trouver un coffre de charpentier qui est, pour lui, « une capture plus profitable et d’une bien plus grande valeur [...] que ne l’eût été un plein vaisseau d’or2 ». Il emporte également des armes et des munitions, des rames et d’autres outils de charpentier comme la scie, la hache, le marteau, etc. Après s’être procuré suffisamment de provisions, de vêtements, d’armes et d’outils de charpentier, il jette enfin un regard sur les outils de la pensée :

  • 3 Ibid., vol. 1 : 89-90.

Parmi le grand nombre de choses que j’enlevai du vaisseau, dans les différents voyages que j’y fis, je me procurai beaucoup d’articles de moindre valeur, mais non pas d’un moindre usage pour moi [...] comme, par exemple, des plumes, de l’encre, du papier et quelques autres objets serrés dans les cabines du capitaine, du second, du canonnier et du charpentier ; trois ou quatre compas, des instruments de mathématiques, des cadrans, des lunettes d’approche, des cartes et des livres de navigation, que j’avais pris pêle-mêle sans savoir si j’en aurais besoin ou non. Je trouvai aussi trois fort bonnes Bibles que j’avais reçues d’Angleterre avec ma cargaison, et que j’avais emballées avec mes hardes ; en outre, quelques livres portugais, deux ou trois de prières catholiques, et divers autres volumes que je conservai soigneusement3.

Figure 1 : Page de titre de la première édition de The Life and Strange Surprizing Adventures of Robinson Crusoe, of York, Mariner, de Daniel Defoe, Londres, W. Taylor, 1719.
© The British Library Board. (C.30.f.6.)

3Notons toutefois l’expression ambiguë de Robinson : il affirme que les outils de la pensée trouvés dans le vaisseau sont « de moindre valeur, mais non pas d’un moindre usage pour [lui] » (« things of less value, but not all less useful to me » dans le texte original anglais). Est-ce à dire qu’il en avait vraiment besoin pour survivre dans son île ? En premier lieu, il est clair que la découverte de plumes, encre, papier, etc., n’enthousiasme pas Robinson au même degré que celle de l’outillage de charpentier. Nous pourrions même dire qu’il semble en faire peu de cas, et nous avons l’impression qu’il n’a ramassé ce matériel qu’en passant. Tandis que, quand il parle d’armes et d’outils de charpentier, son enthousiame sonne parfaitement pur et net. Ainsi Robinson s’écrie :

  • 4 Ibid., vol. 1 : 88.

Quel eût été mon sort, s’il eût fallu que je vécusse dans le dénuement où je me trouvais en abordant le rivage, sans les premières nécessités de la vie, et sans les choses nécessaires pour me les procurer et pour y suppléer4 !

4En second lieu, certaines activités intellectuelles réalisées par Robinson à l’aide de ces outils de la pensée sont d’une importance indéniable, et nous ne pouvons pas les sous-estimer comme de simples passe-temps. Par exemple, le premier document qu’il dresse est un bilan de ses biens et de ses maux sous forme de tableau en actif et passif, lequel lui permet de retrouver l’équilibre de son esprit (Fig. 2). Tenir un journal est une autre activité importante. Comme Michel de Certeau l’a remarqué, l’acte d’écrire de Robinson va de pair avec sa colonisation de l’île :

  • 5 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 : 202.

Chez Defoe, l’éveil de Robinson au travail capitaliste et conquérant d’écrire son île s’inaugure avec la décision d’écrire son journal, de s’assurer par là un espace de maîtrise sur le temps et sur les choses, et de se constituer ainsi, avec la page blanche, une première île où produire son vouloir5.

5C’est la raison pour laquelle Certeau a qualifié l’ouvrage de Defoe de « roman de l’écriture ». Enfin, lire la Bible est l’une des tâches quotidiennes de Robinson. Grâce à sa lecture, la vie dans l’île acquiert un tout autre sens pour lui, et il finit par remercier Dieu et la Providence de l’y avoir amené.

6Au bout du compte, Robinson avait-il vraiment besoin de textes pour survivre ? Aurait-il pu échapper à la mort sans plumes, sans encre, et sans papier ? Nous ne pouvons pas répondre à cette question parce que, après tout, l’île de Robinson est un monde imaginaire où les lois physiques ne prévalent pas toujours. Le fait de se trouver bientôt à court d’encre ne l’empêche pas de continuer à tenir son journal. Comme Robinson dit :

  • 6 Daniel Defoe, Robinson Crusoé, op. cit., vol. 1 : 179.

Mon encre [...] tirait à sa fin depuis quelque temps, il ne m’en restait que très peu, que de temps à autre j’augmentais avec de l’eau, jusqu’à ce qu’elle devînt si pâle qu’à peine laissait-elle quelque apparence de noir sur le papier6.

7Écrire avec de l’encre transparente sur des feuilles de papier blanc ! À cette étape, l’écriture de Robinson décolle de la réalité et son journal est épuré de toute matérialité.

8Nous avons cité longuement l’ouvrage de Defoe pour suggérer que la question que nous nous sommes posée au début – l’homme a-t-il besoin de textes pour vivre ? – n’est pas aussi stupide qu’elle paraissait au premier regard. Nous croyons qu’elle mérite un examen sérieux. Robinson Crusoé est une fiction, mais de nombreux récits de naufrages réels circulaient aussi dans la société anglaise du xviiie siècle. Et le succès immédiat du roman de Defoe nous conduit à supposer que l’image d’un marin naufragé qui tient un journal et qui lit la Bible avait un certain degré de réalité pour les lecteurs de l’époque.

Figure 2 : Bilan des biens et des maux de Robinson Crusoé.
« Je dressai, par écrit, un état de mes affaires, non pas tant pour les laisser à ceux qui viendraient après moi [...] que pour délivrer mon esprit des pensées qui l’assiégeaient et l’accablaient chaque jour. » Daniel Defoe, Robinson Crusoé, 2 vols, http://www.ebooksgratuits.com, 1836 : vol. 1, 92.
© The British Library Board. (C.30.f.6.)

9En nous référant à Robinson Crusoé, nous avons aussi voulu mettre l’accent sur l’ambiguïté du statut des outils textuels. Certes, le texte n’est pas indispensable à la vie humaine en ce sens que notre corps n’en a pas besoin pour se maintenir et se reproduire. Cependant, une fois habitués à l’usage du texte, nous éprouvons de la difficulté à nous en passer. Nous avons même l’impression que le texte se diversifie et se multiplie inéluctablement au fur et à mesure que notre société devient plus complexe. C’est cette relation étrange et énigmatique entre le texte et la vie humaine que nous souhaiterions examiner dans les pages qui suivent.

Papier et espérance de vie

10Maintenant quittons l’île de Robinson et revenons à la réalité. À notre époque, nous sommes entourés d’une grande variété de textes tels que : livres, périodiques, brochures, documents législatifs, registres de comptabilité, titres de propriété, inventaires, arbres généalogiques, tableaux statistiques, cartes, calendriers, etc. Nous nous en servons souvent et, sans eux, notre vie deviendrait extrêmement difficile. Nous n’avons qu’à jeter un coup d’œil autour de nous pour nous convaincre de l’importance des outils textuels dans notre société moderne.

  • 7 Naturellement bien d’autres matières servent de support au texte, telles que : tissus, tablettes d (...)

11Il est vrai que, dans les pays en voie de développement, en zone rurale en particulier, les populations disposent encore de très peu de textes. Mais, même dans ces régions-là, on observe un accroissement constant de la quantité de papier consommé comme support de textes7 (Fig. 3). Ces courbes représentent, séparément pour les pays développés et pour ceux en voie de développement, les consommations annuelles de papier journal et autres papiers d’impression et d’écriture par habitant entre 1961 et 2003. Nous utilisons des données de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Pour les définitions de « papier journal » et de « papiers d’impression et d’écriture », nous nous reportons à l’Annuaire FAO des produits forestiers, dont nous donnons des extraits en appendice I.

Figure 3 : Consommation annuelle de papier d’impression et d’écriture par habitant entre 1961 et 2003. Diagramme élaboré par les auteurs à partir des données de FAOSTAT (http://faostat.fao.org consulté le 19 mars 2007).
© Yusuke Nakamura

  • 8 Pour la raison que nous expliquerons plus tard, nous pensons que le terme alphabétisation prête à (...)

12De nombreuses missions lancées par des gouvernements et des organisations internationales pour promouvoir l’alphabétisation attestent, de leur côté également, l’importance des textes dans le monde contemporain8. Par exemple, en 2001 l’ONU a proclamé « La décennie des Nations unies pour l’alphabétisation » et a commencé à aborder de front le problème de l’analphabétisme avec comme mot d’ordre « L’alphabétisation, source de liberté ». On peut dire que, de nos jours, une faible capacité de lire et d’écrire met en danger la vie humaine, aussi bien dans les pays du Nord que dans ceux du Sud. Un rapport officiel de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) affirme :

  • 9 OECD, Literacy, Economy and Society. Results of the First International Adult Literacy Survey, Par (...)

Ces dernières années, on a commencé à considérer l’alphabétisation des personnes adultes comme cruciale pour la performance économique des nations industrielles. [...] Des niveaux insatisfaisants d’alphabétisation parmi une large section de la population menacent potentiellement la force des économies et la cohésion sociale des nations9.

Figure 4 : Corrélation entre la consommation par habitant de papier d’impression et d’écriture et l’espérance de vie à la naissance pour 2003 (166 pays). Diagramme élaboré par les auteurs à partir des données de FAOSTAT (http://faostat.fao.org consulté le 19 mars 2007) et de UNDP Human Development Reports (http://hdr.undp.org consulté le 19 mars 2007).
© Yusuke Nakamura

13Est-il vrai que l’analphabétisme constitue une menace pour la vie humaine ? À cet égard, nous voudrions présenter d’autres données statistiques (Fig. 4). Il s’agit d’un diagramme qui montre, pour 2003, une corrélation entre la consommation annuelle par habitant de papier journal et autres papiers d’impression et d’écriture d’une part et l’espérance de vie à la naissance d’autre part. Chaque point noir représente un pays. Il y en a cent soixante-six. La définition de « papier journal » et celle de « papiers d’impression et d’écriture » sont les mêmes que précédemment. En ce qui concerne l’espérance de vie, nous reprenons les données du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Dans l’appendice II, nous donnons une première liste des vingt pays jouissant de la plus longue espérance de vie et une seconde des vingt pays en dernière position sur ce point. Comme nous pouvons nous y attendre, des pays riches, hautement industrialisés, figurent dans la première, tandis que tous les pays de la seconde sont africains et parmi les plus pauvres du monde.

14Le résultat est impressionnant. Notre diagramme montre une forte corrélation entre la consommation de papier et l’espérance de vie. Il est à noter que, à mesure que la longévité augmente, la consommation de papier s’accroît brusquement. Afin de visualiser le taux d’accroissement, nous avons converti la quantité de papier consommée en logarithme commun et obtenu le diagramme suivant (Fig. 5). Il montre que le taux d’accroissement de la consommation de papier est plus ou moins proportionnel à l’espérance de vie à la naissance.

15Nous pensons que ce diagramme est d’autant plus significatif que le papier n’a pas de rapport direct avec la vie humaine ; nous n’en mangeons pas et nous ne nous habillons pas non plus avec. Malgré cela, les statistiques montrent une forte corrélation entre les deux ; il est donc nécessaire d’étudier leur relation sérieusement et attentivement.

Figure 5 : Corrélation entre la consommation par habitant de papier d’impression et d’écriture (échelle logarithmique) et l’espérance de vie à la naissance pour 2003 (166 pays). Diagramme élaboré par les auteurs à partir des données de FAOSTAT (http://faostat.fao.org consulté le 19 mars 2007) et de UNDP Human Development Reports (http://hdr.undp.org consulté le 19 mars 2007).
© Yusuke Nakamura

16Certains pourront penser que cette corrélation n’est pas inattendue parce que l’espérance de vie et la consommation de papier sont toutes les deux fonctions de la richesse des nations. Nous sommes d’accord. Toutefois il faut se demander de quoi dépend la richesse d’une nation. Le texte, auquel le papier sert de support, ne joue-t-il pas un rôle important dans le développement économique d’un pays ? Qu’arriverait-il à nos économies s’il n’y avait plus de papier-monnaie, de chèques, de livres de comptes, etc. ? L’économie moderne ne dépend-elle pas du texte à un point tel qu’elle ne peut pas s’en passer ?

  • 10 Robert William Fogel, The Escape from Hunger and Premature Death, 1700-2100. Europe, America, and (...)

17La corrélation que nous venons d’examiner entre la consommation de papier et l’espérance de vie à la naissance a une dimension historique. De nombreuses études nous informent qu’à partir du deuxième tiers du xviiie siècle la vie humaine a commencé à s’allonger de manière remarquable dans certaines régions du monde. Selon Robert William Fogel, dans l’Europe occidentale, l’espérance de vie à la naissance a presque doublé de l’an 1800 à l’an 1900 ; de 33 à 77 en France et de 36 à 76 en Angleterre. Les chercheurs ont attribué cette tendance à des changements tels que la réforme de la santé publique, le progrès des connaissances et des pratiques médicales, l’amélioration de l’hygiène personnelle, la hausse du revenu et du niveau de vie, etc.10. De notre point de vue, il serait intéressant d’étudier le rôle que le texte a joué dans chacun de ces changements.

Étude historique et comparative des textes

18Précisons que l’objectif des diagrammes que nous venons de présenter n’est pas de démontrer une vérité, mais simplement de soulever un problème. Le texte est normalement considéré comme faisant partie de ces catégories d’objets les plus éloignés des nécessités de la vie, et c’est cette idée reçue que nous voudrions d’abord remettre en question. Le texte n’a-t-il pas joué et ne joue-t-il pas un rôle plus important et plus direct qu’il ne lui a été attribué jusqu’à présent dans la vie humaine ? Dépourvu d’outils textuels, l’homme aurait-il pu réaliser tout ce qu’il a réalisé à travers son histoire ? En fait, comme nous verrons plus tard, la capacité de fabriquer des outils textuels et de s’en servir pour les opérations cognitives est primordiale pour l’homme. Ainsi, la majorité des sociétés ont développé des textes sous une forme ou une autre.

19L’importance du texte pour la vie humaine, que nous venons de souligner, ne peut cependant pas s’expliquer par la seule faculté innée de l’homme et l’utilité intrinsèque de l’outil ; elle dépend aussi des circonstances historiques. Il est donc nécessaire de se demander comment et dans quelles conditions le texte voit son importance augmenter dans de telles proportions qu’il en devient une question de vie ou de mort. Puisque le texte n’est pas directement lié à la conservation et à la reproduction du corps humain, ce sont les conditions matérielles, économiques et sociales qui font que le texte devient quasi indispensable à la vie humaine.

20Naturellement il y a différents genres de textes, et différents modes de vie. Il est prudent de ne pas généraliser à la légère quant à la nature de la relation entre ces deux objets ; leur relation varie énormément selon les circonstances. Il est même impossible d’accepter sans contestation l’affirmation selon laquelle l’utilisation de textes est une caractéristique humaine universelle. De nombreuses sociétés ont existé et existent, dans lesquelles la plupart des tâches intellectuelles s’effectuent sans avoir recours à un outil textuel. C’est donc une étude historique et comparative sur la relation de l’homme au texte que le livre que nous introduisons ici voudrait entreprendre. Chacune des huit contributions qui suivent traite d’un type de texte et en examine la fonction dans une situation historique donnée, sans perdre de vue ce qu’il peut y avoir de comparable avec d’autres textes et d’autres situations. Notre introduction et la conclusion du Professeur Roger Chartier mettent au clair les problématiques communes que les auteurs de cet ouvrage partagent.

Qu’est-ce qu’un texte ?

Nous avons besoin d’outils pour penser

21Qu’est-ce donc qu’un texte ? Selon notre définition, c’est une classe d’outils de la pensée. L’expression n’est pas de notre invention. Elle vient des sciences cognitives. Dans son livre, Donald A. Norman définit ce qu’il nomme cognitive artifacts en ces termes :

  • 11 Donald A. Norman, Things That Make Us Smart. Defending Human Attributes in the Age of the Machine,(...)

Le pouvoir de l’esprit sans aide est hautement surestimé. Sans aides externes, la mémoire, la pensée et le raisonnement sont tous limités. Mais l’intelligence humaine est hautement flexible et adaptative ; elle excelle à inventer des procédures et des objets qui surmontent ses propres limitations. L’intelligence humaine acquiert sa véritable force en concevant des aides externes qui augmentent ses capacités cognitives. Comment avons-nous amélioré la mémoire, la pensée et le raisonnement ? Par l’invention d’aides externes : ces choses qui nous rendent intelligents. Nous sommes assistés en partie par un comportement social de coopération ; en partie par l’exploitation des informations présentes dans l’environnement ; et en partie encore par le développement des outils de la pensée – les cognitive artifacts – qui complètent les capacités et renforcent les puissances mentales11.

22L’affirmation est claire ; de même que nous avons besoin d’outils pour effectuer des tâches physiques, nous avons besoin d’outils pour les travaux intellectuels. Notre capacité mentale n’est pas aussi grande que nous aimerions l’imaginer. Sans aides externes, nous éprouverions par exemple quelques difficultés à calculer l’intérêt de notre prêt hypothécaire. Cependant, nous sommes capables de fabriquer des outils capables d’augmenter l’efficacité de nos activités intellectuelles.

23Selon Norman, la capacité de produire des symboles pour représenter les objets, les idées, etc., et de réaliser des opérations cognitives au moyen de ces symboles est une capacité essentielle de l’intelligence humaine. Il affirme :

  • 12 Ibid. : 47.

Le pouvoir de la connaissance vient de l’abstraction et de la représentation : la capacité de représenter des perceptions, des expériences et des idées dans un milieu autre que celui dans lequel elles se sont produites, dégagées des détails non pertinents. C’est l’essence de l’intelligence, parce que, si la représentation et les processus sont corrects, des expériences, des conceptions et des créations nouvelles peuvent émerger12.

24Le point important est que les outils peuvent nous aider à mieux représenter les objets, les idées, etc. Norman prend pour exemple la description d’un accident de la route. Pour expliquer ce qui s’est passé, nous pouvons employer les objets que nous trouvons autour de nous comme symboles : le dessus d’une table pour la route, des crayons pour les voitures, un trombone pour un chien, etc. Avec ces outils improvisés, nous pouvons visualiser l’incident, examiner les causes et formuler des mesures préventives. Inversement, sans ces aides externes, la tâche serait plus ardue.

25C’est donc la combinaison des deux facultés fondamentales de l’homme – celle de fabriquer des outils et celle de produire des symboles – qui définit pour l’essentiel le pouvoir des outils de la pensée.

  • 13 Les objets naturels ne sont pas proprement des outils. Cependant, comme Lévi-Strauss l’a remarqué, (...)

26Il est temps de préciser ce que nous entendons par texte. Par ce terme, nous désignons tout document ou objet à deux dimensions portant des signes visuels inscrits en surface. Parallèlement, nous utilisons l’expression « outil de la pensée » de façon générique pour désigner toutes les choses naturelles et artificielles dont l’homme se sert pour effectuer des tâches intellectuelles13. Notre usage du mot texte est donc assez particulier. Alors que dans son acception commune texte désigne le contenu linguistique et sémantique d’un document, dans notre définition, le mot désigne le document lui-même avec son support et ses signes. De plus, nous voudrions étendre sa définition à toutes sortes de supports – tissus, tablettes d’argile, morceaux de bois, parchemin... – et toutes sortes de signes visuels – figures, courbes, chiffres, caractères, lettres...

27Pourquoi nous limitons-nous aux signes visuels ? Parce que, parmi les diverses espèces de signes qui peuvent être matérialisés par un support physique, les signes visuels l’emportent de loin en nombre et en diversité. Leur prédominance s’explique d’abord par la facilité avec laquelle l’homme produit diverses formes graphiques à la main ou avec un objet traceur, et ensuite par la capacité de ses organes visuels à distinguer des différences parfois subtiles entre plusieurs marques graphiques. Ainsi, à travers son histoire, l’homme a développé une vaste collection d’outils textuels d’une grande diversité qui mettent en espace différents signes visuels. Il n’en est pas de même avec les signes auditifs, tactiles, olfatif ou gustatifs.

  • 14 Christopher S. Henshilwood, d’après le site : « The Blombos Cave Project », http://www.svf.uib.no/ (...)

28Depuis quand l’homme se sert-il du texte ? Nous ne le savons pas exactement. Du moins, il est certain que le texte est plus vieux que ce que nous appelons civilisation. Parmi les plus anciens objets connus porteurs de symboles graphiques se trouvent deux plaques ocre, de quelques centimètres de longueur, découvertes dans la grotte Blombos, en Afrique du Sud (Fig. 7). Les archéologues leur donnent un âge d’environ 75 000 ans14. Quelques dessins abstraits se trouvent intentionnellement gravés sur un côté soigneusement aplani. Toutefois, il est probable que, avec le progrès des connaissances en préhistoire, l’origine du texte s’établisse bientôt plus loin encore dans le passé.

Figure 7 : Plaque ocre découverte dans la grotte Blombos en Afrique du Sud.
© Centre for Development Studies, University of Bergen, Norvège.

  • 15 Nous assimilons ici à la catégorie lettres tous les signes du type « caractères », « idéogrammes » (...)

29Depuis son apparition, le texte n’a cessé de se diversifier. L’homme n’arrête pas d’exploiter les possibilités quasi illimitées de l’expression graphique. Parmi la grande diversité de symboles graphiques inventés, deux ensembles méritent une attention particulière : les chiffres et les lettres15. Leur apparition est relativement tardive. Mis à part les simples marques de dénombrement, les premiers signes que nous pouvons considérer indubitablement comme des chiffres sont apparus entre 8 000 et 3 500 ans av. J.-C. en Mésopotamie. Quant aux lettres, l’invention du premier système d’écriture dans la même région correspond à peu près au commencement de l’âge du bronze, vers la fin du IVe millénaire av. J.-C. Plus tard, d’autres chiffres et d’autres lettres ont été inventés indépendamment en Asie et en Amérique.

Critique de la notion d’alphabétisation

30Malgré leur apparition tardive, les lettres ont beaucoup plus attiré notre attention que les autres symboles graphiques. La raison en est facile à comprendre. Les lettres sont étroitement liées à notre activité linguistique, et celle-ci est une aptitude essentielle de l’intelligence humaine. Étant donné l’importance de la langue pour notre pensée, il était naturel qu’une fois inventée l’écriture occupât une place prépondérante. Cependant, cela ne doit pas nous faire oublier qu’il y a une infinité de textes sans lettres, que les lettres elles-mêmes sont une sorte de figures et qu’elles fonctionnent souvent en combinaison avec d’autres figures.

  • 16 Voici quelques-uns de leurs travaux principaux qui traitent directement de la thématique de l’alph (...)

31L’alphabétisation, définie grosso modo comme la capacité de lire et d’écrire, est souvent considérée comme un facteur fondamental du niveau d’éducation, de croissance économique, d’efficacité de l’administration, etc. La thématique de l’alphabétisation est importante non seulement pour ceux qui travaillent au contact des aides au développement, mais aussi pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. Il y a environ un demi-siècle, Walter J. Ong, Marshall McLuhan, Jack Goody, Eric A. Havelock, et d’autres encore, ont commencé à étudier sérieusement les implications profondes que l’invention et l’utilisation de l’écriture avaient eues sur l’homme16. Ils ont postulé une sorte de rupture à la fois psychologique, sociale et culturelle, marquée par la présence ou l’absence d’écriture, et essayé d’expliquer certaines différences dans les modes de pensée ou les comportements sociaux par rapport à cette rupture.

32Les hypothèses d’Ong, McLuhan, Goody, etc., sur « la grande ligne de partage » entre la culture orale et celle de l’écrit ont provoqué de vives discussions et ont été sévèrement critiquées pour leurs formules simplificatrices et leur manque de fondements empiriques. Certes, nous ne pouvons plus nous appuyer directement sur leurs études. Cependant, comme l’attestent de nombreuses missions lancées par des gouvernements et des organisations internationales pour promouvoir l’alphabétisation, les questions soulevées par ces précurseurs n’ont guère perdu de leur validité aujourd’hui et nous reconnaissons pleinement notre dette envers eux.

  • 17 C’est ce que Michael T. Clanchy a remarqué dans son travail pionnier sur les usages de textes en l (...)

33À notre avis, leurs théories sont aujourd’hui contestables du fait même du concept par lequel ils ont défini leur sujet d’étude : celui d’alphabétisation. Nous pensons que ce concept prête à équivoque pour deux raisons. En premier lieu, comme le terme l’implique, c’est privilégier les lettres au détriment des autres signes. Par exemple, les études sur les phénomènes d’alphabétisation ont très peu prêté attention aux chiffres en dépit de leur importance évidente. En second lieu, la notion d’alphabétisation appelle notre attention sur l’acte de lire et d’écrire en nous faisant oublier les autres aspects de notre interaction avec le texte. Or, mis à part lire et écrire, l’homme fait bien d’autres choses avec les livres, périodiques, documents, etc. : il les confectionne, les diffuse, les collectionne, les conserve, consulte, reproduit, jette, détruit, etc. À vrai dire, l’interaction de l’homme avec le texte peut se décrire par une série d’étapes, dont lire et écrire n’en sont que deux (Fig. 8)17.

  • 18 Dans un travail collectif réalisé au Musée national d’ethnologie à Osaka (« Textologie »), Saito u (...)

34Certes, la notion d’alphabétisation nous est utile dans la mesure où notre discussion est restreinte à l’acte de lire et d’écrire. Cependant, si nous voulons considérer tous les aspects de notre interaction avec le texte, cette notion risque de nous empêcher d’examiner notre objet d’étude dans toute son étendue. Nous n’avons pas l’intention de rejeter la notion d’alphabétisation, aujourd’hui en usage non seulement parmi les spécialistes mais dans la société entière. Toutefois, dans cette introduction, nous voudrions utiliser à titre provisoire une autre notion : le maniement du texte. Le verbe manier nous paraît plus apte à inclure toutes sortes d’activités au contact du texte, y compris lire et écrire. Cette notion a plusieurs avantages. Tout d’abord, elle nous rappelle que le texte n’est pas une entité abstraite, mais un objet possédant les attributs de la qualité et de la quantité. Ensuite, la notion de maniement du texte nous permet d’insister sur le fait que notre relation au texte possède une dimension sociale. Lire et écrire peuvent être des actes individuels, alors que distribuer, collectionner, etc., ne peuvent être qu’interpersonnels. De fait, pour que l’homme devienne capable de manier un texte, certaines conditions sociales doivent être satisfaites. Le phénomène qu’on appelle alphabétisation ne se produit jamais dans un vacuum social18.

Figure 8 : Cycle de maniement du texte.
© Yusuke Nakamura

  • 19 N’oublions pas que, malgré les efforts des linguistes, des éducateurs, etc., il existe encore de n (...)

35Nous sommes d’avis que la notion d’alphabétisation appauvrit notre interaction avec le texte au point de créer une similitude artificielle entre le texte et la parole : on écrirait de même qu’on parle et on lirait de même qu’on écoute. Puisque nos énoncés oraux ne s’accumulent pas, il n’est pas nécessaire de considérer les problèmes de conservation, consultation, etc. Mais il est trompeur de croire qu’il en est de même avec les livres, périodiques, documents, etc. Nous avons tendance à comprendre le texte par analogie avec la parole d’abord parce que celle-ci nous est beaucoup plus familière que celui-là, et ensuite parce que, grâce aux améliorations apportées par les scribes, écrivains, typographes, imprimeurs, etc., au cours des siècles, nous possédons maintenant des outils textuels nous permettant d’établir un rapport plus ou moins harmonieux entre l’écrit et la parole19. Autrement dit, notre inertie intellectuelle s’appuie sur les efforts de nos prédécesseurs. À notre avis, il est temps de sortir de cette inertie et d’essayer de comprendre notre relation au texte dans toute l’étendue de ses spécificités.

  • 20 Voir notamment Guglielmo Cavallo et Roger Chartier (dir.), Histoire de la lecture dans le monde oc (...)
  • 21 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales, 1989, 44, 6 : 1509 ; Guglielmo Chartie (...)

36Dans ce contexte, nous voudrions aussi reconnaître notre dette envers les historiens français du livre et de la lecture tels que Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, Roger Chartier, etc.20. En fait, notre notion de maniement du texte n’est qu’une variation de ce que Chartier nomme « la manière dont s’opère la rencontre entre le monde du texte et le monde du lecteur21 ». Nous partageons pleinement, avec ces auteurs, l’intérêt pour les diverses manières dont les textes, comme objets matériels, rencontrent leurs usagers en chair et en os. D’une part, la matérialité des textes détermine jusqu’à un certain degré la façon dont ces objets sont maniés et utilisés. D’autre part, l’usage des textes, particulier à une région ou à une époque, fait que l’homme s’approche de ces textes et s’en approprie de façon spécifique. Il est donc indispensable d’étudier la rencontre entre le texte et l’homme sous ces deux perspectives complémentaires.

Dialectique de coévolution du texte et de l’homme

Méfiance à l’égard du texte

  • 22 Cette situation, qui correspond à peu de chose près à ce que Jack Goody nomme restricted literacy,(...)

37Nous avons affirmé plus haut que la capacité de fabriquer des outils textuels et de s’en servir pour les opérations cognitives était primordiale pour l’homme. De nos jours, nous pouvons facilement constater la véracité de cette affirmation en regardant autour de nous. Cependant, si nous élargissons notre perspective dans le temps et dans l’espace, nous nous rendons compte immédiatement qu’il existait et existe encore de nombreuses sociétés où l’utilisation de textes est sinon inconnue du moins très limitée. À titre d’exemple, dans de nombreux pays asiatiques, avant le contact avec l’Occident, les usages locaux d’outils textuels étaient limités aux pratiques religieuses ou littéraires et les affaires politiques et économiques fonctionnaient sans textes22.

  • 23 Platon, Phèdre ou de la beauté des âmes, trad. Mario Menier, Paris, Payot, 1922. Voir : Philoctete (...)

38Le texte est souvent considéré comme une espèce de mal nécessaire. On y a recours faute de mieux et on est heureux de s’en passer quand on le peut. Il est à craindre que le résultat d’une tâche intellectuelle, réalisée au moyen du texte, soit insatisfaisant d’une manière ou d’une autre. Socrate n’est certainement pas le seul homme à s’être méfié de l’écrit et à en avoir dénoncé les inconvénients23. Nombreux sont ceux qui pensent que l’écriture trahit la véritable intention de l’auteur, et que seule la parole en est une expression fidèle. Ainsi, il arrive souvent que, malgré son utilité, l’écriture ne joue qu’un rôle secondaire par rapport à la parole. Pourquoi ce type de méfiance à l’égard du texte est-il répandu dans un nombre important de sociétés ? De nombreuses raisons peuvent être avancées, mais nous nous bornerons à en signaler deux :

  • En premier lieu, il n’est pas toujours facile d’apprendre à manier le texte. De même que pour n’importe quel outil, son apprentissage initial peut être au contraire ardu et requérir un énorme investissement en temps et en énergie. Ce n’est pas tout. Un outil peut aussi être contre-productif. S’il est mal conçu ou mal adapté à une tâche particulière, il rend notre tâche plus difficile au lieu de la rendre plus aisée. Il ne faut pas oublier que le maniement du texte lui-même est une opération cognitive assez complexe. Il est donc tout à fait possible que certaines tâches s’effectuent plus facilement et plus efficacement sans qu’avec texte.
  • En second lieu, en ayant recours au texte, nous transformons forcément la nature de l’opération. Pour illustrer ce point, comparons le texte avec la parole. Dans son livre David R. Olson24 affirme que les énoncés oraux ont tendance à indiquer à la fois ce qui est dit et comment cela doit être interprété, alors que leur transcription littérale n’indique souvent que le premier terme. Par exemple, quand on dit : « tu es un vrai ami », le ton de la voix et le contexte indiquent si l’énoncé est dit sincèrement ou ironiquement. Mais sa transcription laisse tomber cette information. L’écriture peut reproduire les formes verbales avec exactitude, mais le ton, la mine, le geste, etc., qui accompagnent les énoncés oraux disparaissent.

39Il se peut qu’au moyen du texte nous fassions moins que ce que nous devrions faire, comme il se peut que l’inverse soit vrai. Comme nous l’avons souligné plus haut, le texte n’est pas une entité éphémère ; on le conserve, le collectionne, le diffuse, le transmet, etc., ce qui n’est pas le cas de la parole. Cette caractéristique du texte peut être un mérite ou une faiblesse. D’une part, celui-ci peut donner à son auteur une existence quasi ubiquiste et éternelle ; mais il peut aussi échapper à son contrôle et, en se faisant passer pour lui, commettre des escroqueries un peu partout. Comme Socrate l’affirme dans Phèdre,

  • 25 Platon, Phèdre..., op. cit. : 275.

[...] une fois écrit, tout discours roule de tous côtés ; il tombe aussi bien chez ceux qui le comprennent que chez ceux pour lesquels il est sans intérêt ; il ne sait point à qui il faut parler, ni avec qui il est bon de se taire25.

40C’est donc avec une certaine raison que nous nous méfions de cet escroc.

« Feedback positif » entre le texte et l’homme

41Certes, le texte est un outil utile pour suppléer à notre manque de capacité cognitive. Mais rien ne garantit que les potentialités de cet outil soient exploitées immédiatement et automatiquement. Comme tous les outils, sa nouveauté, sa complexité, etc., peuvent faire reculer ses usagers potentiels. Comment donc l’homme en arrive-t-il à surmonter cette méfiance initiale face au texte ?

42Il convient tout d’abord de constater que, dans l’histoire de l’humanité, l’utilisation du texte a été relativement limitée. L’omniprésence de textes que nous connaissons aujourd’hui dans notre société moderne constitue en fait l’exception. Bien plus courant est le phénomène par lequel on voit un petit nombre de textes circuler dans un domaine social délimité pendant que, hors de ce domaine, la majorité de la population mène sa vie sans se soucier des textes. Le texte est alors spécialisé dans une fonction spécifique et localisé à un habitat particulier. L’interaction de l’homme avec le texte aboutit à une stabilité localisée et peu de possibilités de développement existent.

43Toutefois, il arrive aussi que l’homme et le texte se lancent dans une aventure de coévolution. Ils s’articulent alors en une relation de feedback positif l’un avec l’autre. Dans une telle situation, l’homme commence à expérimenter tous les usages imaginables du texte, et celui-ci ne cesse de se diversifier et de se multiplier de façon vertigineuse. Réciproquement, par l’utilisation du texte, l’homme et sa société se transforment eux aussi. La production et la consommation de papier explosent, et nous voici aujourd’hui ensevelis sous un tas de papier.

44Où se situe la ligne de partage entre la stabilité localisée et l’explosion papetière ? Nos connaissances actuelles sont trop faibles pour répondre à cette question. Nous voudrions cependant pointer l’émergence d’une confiance dans le texte comme un facteur décisif, vraisemblablement parmi d’autres. Comment cette confiance se forme-t-elle ? Évidemment, les efforts individuels pour surmonter le sentiment d’hésitation ne suffisent pas à l’expliquer ; elle dépend également des conditions matérielles, économiques et sociales.

  • 26 Clanchy, From Memory..., op. cit.

45Pour illustrer le processus d’émergence de cette confiance, nous voudrions présenter deux études de cas émanant d’historiens. Dans From Memory to Written Record, Michael T. Clanchy analyse la formation de ce qu’il nomme literate mentality dans l’Angleterre médiévale26. Cette notion, dont le sens est plus large que celui d’alphabétisation, désigne un regroupement de compétences, de comportements et d’attitudes favorables au maniement du texte. La confiance se trouve au cœur de cette mentalité.

  • 27 Ibid. : 2.

46Clanchy met en évidence la persistance de la méfiance à l’égard du texte pendant les xie et xiie siècles. Il cite la légende d’un comte qui, sommé de comparaître devant les juges royaux et de leur présenter un document légal attestant sa possession d’un terrain, exhiba une vieille épée rouillée, transmise depuis le temps de la conquête normande. Le chevalier voulait réaffirmer ainsi la supériorité de la tradition orale. Néanmoins, à la même époque, parallèlement au développement de l’administration royale, la quantité des textes qui circulaient dans la société anglaise ne cessait d’augmenter et la familiarité avec ces textes s’accroissait aussi bien dans la population laïque que parmi les religieux. Selon Clanchy, l’accumulation progressive des textes dans les archives et leur diffusion dans tout le pays ont préparé et fertilisé le terreau dans lequel la capacité de manier les textes a germé27. La formation de la confiance dans le texte n’est donc ni immédiate ni automatique ; il s’agit de l’aboutissement d’un processus historique de longue durée.

  • 28 Adrian Johns, The Nature of the Book. Print and Knowledge in the Making, Chicago, The University o (...)
  • 29 Ibid. : 30-31.
  • 30 Ibid. : 33.

47Dans The Nature of the Book, Adrian Johns, de son côté, traite du même sujet de la confiance dans les textes en Angleterre, mais non pas celle dans les manuscrits du Moyen Âge, celle dans les livres imprimés de l’époque moderne28. Son approche n’est pas très éloignée de celle de Clanchy. Johns considère la crédibilité des imprimés non pas comme un attribut intrinsèque des objets et de la technologie, mais comme le résultat des efforts prolongés des hommes qui les fabriquent et les vendent. À l’époque moderne, la menace la plus sérieuse qui puisse écorner la crédibilité des livres n’est plus la tradition orale, mais la piraterie et toutes sortes d’altérations qui l’accompagnent. Les études précédentes sur la culture de l’imprimé avaient tendance à considérer la piraterie comme exceptionnelle et secondaire par rapport au caractère essentiellement stabilisant de la presse. Pour Johns, cependant, la piraterie est aussi généralement répandue que crainte, à tel point que faire confiance aux imprimés sans connaître les processus de fabrication, de diffusion, etc., peut passer pour imprudent29. Les imprimeurs et les libraires sont donc obligés de combattre continuellement la piraterie afin de gagner la confiance du public pour leurs marchandises et pour eux-mêmes. Selon Johns, ils sont de vrais fabricants de crédit30.

48Comme nous l’avons indiqué, la relation de l’homme au texte varie énormément à travers le temps et l’espace. Les facteurs qui incitent l’homme à surmonter sa méfiance initiale à l’égard du texte ne sont pas les mêmes partout. Il nous semble cependant qu’en diverses régions et sociétés du monde apparaissent des moments critiques où l’homme entreprend de maîtriser cette méfiance une fois pour toutes. Au lieu de limiter l’usage du texte, il l’étend et le multiplie. Il en résulte que l’homme et le texte sortent d’une symbiose limitée et stable pour entrer dans un processus dynamique de feedback positif. L’accroissement constant de la consommation de papier que nous observons aujourd’hui dans le monde entier ne serait-il pas un cas de ce feedback généralisé et mondialisé ?

49Il convient en outre de remarquer que la confiance dans le texte et la méfiance à l’égard du texte sont comme les deux faces d’une même médaille. Celle-ci n’arrivera jamais à éradiquer celle-là, même dans notre société moderne, hautement dépendante du texte. Aussitôt que quelqu’un accorde sa confiance au texte, quelqu’un d’autre en abuse. C’est ce que nous observons tous les jours dans le cyberespace. Néanmoins, cela ne nous empêche pas de courir le risque. Loin de renoncer au texte ou de limiter son usage, nous n’arrêtons pas d’améliorer nos outils, d’en inventer de nouveaux, d’établir des règles nous permettant de le manier avec une raisonnable sécurité, etc. Nous pourrions dire que, de nos jours, le texte se multiplie selon une espèce de dialectique entre la confiance et la méfiance quant à ses mérites.

  • 31 Voir, par exemple, une étude influente de Robert K. Merton, Social Theory and Social Structure, re (...)

50Nous n’allons pas prétendre que les conséquences de cette coévolution sont toujours positives. L’abondance de papier dont nous jouissons aujourd’hui ne nous rend pas nécessairement plus intelligents. Elle nous apporte autant de problèmes que de bénéfices. Comment en effet pouvons-nous mettre en ordre les livres, les documents, les fichiers, etc., qui s’entassent chaque jour ? Au niveau de la société, la bureaucratie en est un exemple pertinent. De nombreuses études sur les dysfonctionnements de la bureaucratie ont été réalisées par les sociologues américains qui ont repris l’étude pionnière de Max Weber31. Ces études indiquent que, dans une organisation bureaucratique, le maniement du texte a tendance à se convertir en un objectif en soi et que, comme en un cercle vicieux, le texte se multiplie à l’infini. Cette espèce de dysfonctionnement textuel n’est pas non plus étrangère au monde savant.

  • 32 Clanchy, From Memory..., op. cit. : 6-7.

51Dans ce contexte, nous voudrions aussi souligner la perspective privilégiée que peuvent nous fournir les situations coloniales créées par l’expansion territoriale de l’Europe occidentale. À notre avis, dans les situations coloniales, le texte a tendance à jouer un rôle plus important que d’ordinaire. Clanchy a remarqué, par exemple, que l’accroissement de la conscience de l’écrit dans l’Angleterre médiévale était une conséquence directe de la conquête normande32. Cette conscience serait un produit de la méfiance mutuelle existante entre conquérants et conquis, qui ne partagent ni la langue ni les coutumes, etc. Incapables de se faire confiance, ils auraient recours au pis-aller des outils textuels pour la faible garantie que ceux-ci peuvent leur offrir.

  • 33 Prenant pour exemple le cas de la Bolivie, en Amérique du Sud, nous avons analysé les effets de l’ (...)

52Ce n’est pas tout. Les situations coloniales ont souvent servi aux Européens de laboratoires pour expérimenter de nouvelles technologies textuelles : recensement, cartographie, etc. Les Européens mobilisent leurs outils textuels pour mieux dominer et exploiter leurs territoires d’outre-mer. Naturellement, les pratiques textuelles autochtones se mettent à intervenir dans ces entreprises coloniales, et toutes sortes de négociations, de circulations, d’échanges, d’appropriations, etc., surgissent entre les deux parties à différents niveaux de leurs organisations sociales. Ces situations coloniales peuvent donc représenter pour nous des occasions d’observer une gamme étendue d’interactions dynamiques entre l’homme et le texte33.

Nous, successeurs de Robinson

53Telles sont quelques-unes des problématiques importantes de notre étude sur les outils textuels. Il va sans dire que ces problématiques ont une portée très vaste et il est hors de question de prétendre les explorer dans leur totalité dans un seul ouvrage. Nous considérons le présent ouvrage comme le premier pas vers une étude interdisciplinaire de grande échelle. Nous souhaiterions que cette publication devienne l’occasion d’établir des relations de communication et de coopération entre les chercheurs de différentes nationalités et de différentes disciplines sur toutes les questions portant sur le texte comme outil de la pensée.

54Nous avons commencé cette introduction en citant Robinson Crusoé, de Daniel Defoe. Permettez-nous d’y revenir pour la clore. Parmi les divers outils de la pensée que Robinson a récupérés dans le navire naufragé, c’est sans doute la Bible qui a le plus contribué à sa survie. Voici l’effet merveilleux qu’il tire de sa lecture :

  • 34 Defoe, Robinson Crusoé, op. cit. : 135.

Quoique ma vie fût matériellement toujours aussi misérable, ma situation morale commençait cependant à s’améliorer. Mes pensées étant dirigées par une constante lecture de l’Écriture Sainte, et par la prière vers des choses d’une nature plus élevée, j’y puisais mille consolations qui m’avaient été jusqu’alors inconnues ; et comme ma santé et ma vigueur revenaient, je m’appliquais à me pourvoir de tout ce dont j’avais besoin et à me faire une habitude de vie aussi régulière qu’il m’était possible34.

55N’oublions pas que l’effet de la lecture du roman de Defoe sur de nombreux successeurs de Robinson n’a pas été moins merveilleux. Désireux d’emplir les lacunes existantes alors dans les cartes du monde, ils partirent pour l’Afrique, l’Amérique, l’Océanie, etc. ; ils explorèrent des terres inconnues, recueillirent des informations, prirent des notes et, de retour dans leur pays natal, publièrent à leur tour des récits de voyage. Certainement le texte fut un compagnon fidèle de l’Empire.

56De nos jours, notre relation avec le texte est plus étroite que jamais. C’est ce que suggère la corrélation forte entre la consommation de papier et l’espérance de vie à la naissance, mentionnée plus haut. Dans notre société moderne, le texte nous instruit, nous encourage, nous enrichit et nous entretient aussi bien qu’il nous rend idiots, nous décourage, nous appauvrit et nous ennuie. Le texte est capable de presque tout faire, à condition que nous lui fassions confiance, que nous ayons foi en lui. De même que Robinson Crusoé, dont les pensées sont constamment dirigées par la lecture de l’Écriture sainte, et de même que ses successeurs aventuriers et colonisateurs, dont la jeune tête est enflammée par la lecture du roman de Defoe, nous aussi, nous puisons mille consolations et désolations dans nos textes chéris, dignes outils de leurs usagers.

Annexes

Appendice I

Définition de papier journal et de papiers d’impression et d’écriture selon la 57e édition de l’Annuaire FAO [Food and Agriculture Organization] des produits forestiers, http://www.fao.org/​docrep/​008/​y5985m/​y5985m00.htm (consulté le 11 août 2007), 2003.

Papier journal

Papier non couché, non collé (ou très légèrement collé), contenant au moins 60 % de pâte mécanique (pourcentage en matières fibreuses), dont le poids n’est généralement pas inférieur à 40 g/m2 ni supérieur à 60 g/m2, utilisé principalement pour l’impression des journaux.

Papiers d’impression et d’écriture

Papiers autres que le papier journal, utilisés pour l’impression, les besoins commerciaux, l’écriture, les croquis, le dessin, etc. Faits avec divers mélanges de pâte et soumis à divers procédés de finissage. Cette catégorie comprend : papiers pour livres et revues ; supports de tenture (papiers peints) ; papiers pour garnissage et habillage de boîtes ; papier pour machines à calculer ; papier pour impression sur rotatives ; papier pour reproduction ou duplicateur ; papier pour bloc-notes ; papiers pour étiquettes ; papiers pour lithographie ; papier pour billets de banque ; papier pour cartes mécanographiques ; papier bible véritable ou imitation ; papier à lettres ; papier pour manifold ; papier pelure surglacé ; papier machine ; papier pour affiches, etc.

Appendice II

Ces deux tables montrent séparément les vingt pays jouissant de la plus longue espérance de vie à la naissance, et les 20 pays où celle-ci est la plus courte. Élaborées par les auteurs à partir des données de FAOSTAT [Food and Agriculture Organization of the United Nations] (http://faostat.fao.org consulté le 19 mars 2007) et de UNDP [Human Development Reports] (http://hdr.undp.org consulté le 19 mars 2007).

VINGT PAYS AYANT LES PLUS LONGUES ESPÉRANCES DE VIE À LA NAISSANCE

Pays

Indicateur de développement humain (IDH) valeur 2003

Espérance de vie à la naissance 2003

Consommation de tous les papiers d’impression et d’écriture par habitant (kg) 2003

Japon

0.943

82.0

124.57

Islande

0.956

80.7

66.24

Suisse

0.947

80.5

123.59

Australie

0.955

80.3

100.20

Suède

0.949

80.2

131.96

Italie

0.934

80.1

72.79

Canada

0.949

80.0

95.97

Israël

0.915

79.7

65.14

France

0.938

79.5

86.90

Espagne

0.928

79.5

61.08

Norvège

0.963

79.4

126.22

Nouvelle-Zélande

0.933

79.1

74.76

Autriche

0.936

79.0

63.09

Belgique

0.945

78.9

146.58

Allemagne

0.930

78.7

107.57

Singapour

0.907

78.7

53.84

Chypre

0.891

78.6

31.92

Finlande

0.941

78.5

352.31

Luxembourg

0.949

78.5

182.71

Royaume-Uni

0.939

78.4

112.24

VINGT PAYS AYANT LES PLUS FAIBLES ESPÉRANCES DE VIE À LA NAISSANCE

Pays

Indicateur de développement humain (IDH) valeur 2003

Espérance de vie à la naissance 2003

Consommation de tous les papiers d’impression et d’écriture par habitant (kg) 2003

Burkina Faso

0.317

47.5

0.16

Ouganda

0.508

47.3

0.94

Kenya

0.474

47.2

2.54

Tanzanie, Rép. unie de

0.418

46.0

0.95

Côte d’Ivoire

0.420

45.9

0.49

Cameroun

0.497

45.8

1.01

Guinée-Bissau

0.348

44.7

0.04

Niger

0.281

44.4

0.05

Rwanda

0.450

43.9

0.05

Burundi

0.378

43.6

0.05

Tchad

0.341

43.6

0.04

Nigeria

0.453

43.4

0.92

Congo, Rép. dém. du

0.385

43.1

0.04

Mozambique

0.379

41.9

0.25

Angola

0.445

40.8

0.20

Sierra Leone

0.298

40.8

0.08

Malawi

0.404

39.7

0.50

Rép. Centrafricaine

0.355

39.3

0.14

Zambie

0.394

37.5

0.24

Zimbabwe

0.505

36.9

2.97

Notes

1 Daniel Defoe, Robinson Crusoé, trad. Petrus Borel, 2 vols, Ebooks libres et gratuits, http://www.ebooksgratuits.com/pdf./defoe_robinson_crusoe_1.pdf (consulté le 25 avril 2007), 1836, vol. 1 : 72.

2 Ibid., vol. 1 : 73.

3 Ibid., vol. 1 : 89-90.

4 Ibid., vol. 1 : 88.

5 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 : 202.

6 Daniel Defoe, Robinson Crusoé, op. cit., vol. 1 : 179.

7 Naturellement bien d’autres matières servent de support au texte, telles que : tissus, tablettes d’argile, morceaux de bois, stèle, papyrus, parchemin, tableau noir, disquette, CD, etc. Cependant, même à notre époque, le papier continue à occuper une place prépondérante.

8 Pour la raison que nous expliquerons plus tard, nous pensons que le terme alphabétisation prête à équivoque et nous proposerons un terme de substitution. Cependant, nous l’utilisons ici tel qu’il est utilisé dans le contexte des aides au développement.

9 OECD, Literacy, Economy and Society. Results of the First International Adult Literacy Survey, Paris, Organization for Economic Co-operation and Development, 1995 : 13. Sauf mention contraire, toutes les traductions sont des auteurs.

10 Robert William Fogel, The Escape from Hunger and Premature Death, 1700-2100. Europe, America, and the Third World, Cambridge, Cambridge University Press, 2004 : 1-8.

11 Donald A. Norman, Things That Make Us Smart. Defending Human Attributes in the Age of the Machine, New York, Basic Books, 1993: 43.

12 Ibid. : 47.

13 Les objets naturels ne sont pas proprement des outils. Cependant, comme Lévi-Strauss l’a remarqué, l’homme les utilise universellement pour effectuer des travaux intellectuels. Voir Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962. On sait, par exemple, que les astres servaient de repères dans la mythologie grecque de l’Antiquité. Même de nos jours, l’environnement naturel (et urbain) nous offre des points d’appui pour nos opérations mentales.

14 Christopher S. Henshilwood, d’après le site : « The Blombos Cave Project », http://www.svf.uib.no/sfu/blombos (consulté le 11 août 2007), 2004. Les archéologues donnent à l’Homo sapiens sapiens lui-même un âge d’environ 200 000 ans.

15 Nous assimilons ici à la catégorie lettres tous les signes du type « caractères », « idéogrammes », « hiéroglyphes », etc.

16 Voici quelques-uns de leurs travaux principaux qui traitent directement de la thématique de l’alphabétisation. Jack Goody (dir.), Literacy in Traditional Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1968 ; Id., La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. Jean Bazin et Alban Bensa, Paris, Minuit, 1979 (éd. originale : The Domestication of the Savage Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1977) ; Eric A. Havelock, Preface to Plato, Cambridge, Mass., Belknap Press of Harvard University Press, 1963 ; Marshall McLuhan, The Gutenberg Galaxy. The Making of Typographic Man, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1962 ; Walter J. Ong, Ramus, Method, and the Decay of Dialogue. From the Art of Discourse to the Art of Reason, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1958 ; Id., Orality and Literacy. The Technologizing of the World, Londres, Routledge, 1982. Dans les pays anglophones, leurs études sont souvent regroupées sous l’appellation commune de literacy studies.

17 C’est ce que Michael T. Clanchy a remarqué dans son travail pionnier sur les usages de textes en l’Angleterre médiévale. Voir Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Oxford, Blackwell, 1993.

18 Dans un travail collectif réalisé au Musée national d’ethnologie à Osaka (« Textologie »), Saito utilise l’expression proposée ici, tandis que Nakamura utilise le mot maniement du document dans le contexte des aides au développement. Voir Yusuke Nakamura et Yoshiaki Hisamatsu, « Documentos para tejedoras. Prácticas del manejo del documento en un taller de artesanía para las mujeres bilingües (Sucre, Bolivia) », in Clara López Beltrán et Akira Saito (dir.), Usos del documento y cambios sociales en la historia de Bolivia, Osaka, National Museum of Ethnology, 2005 : 97-132.

19 N’oublions pas que, malgré les efforts des linguistes, des éducateurs, etc., il existe encore de nombreuses langues qui ne jouissent pas de ce privilège.

20 Voir notamment Guglielmo Cavallo et Roger Chartier (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 1997 ; Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Marseille, Rivages, 1985 ; Id., Lectures et lecteurs dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1987 ; Id., Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 1990 ; Id., Culture écrite et société. L’ordre des livres ( xive-xviiie siècles), Paris, Albin Michel, 1996 ; Id., Inscrire et effacer. Culture écrite et littérature ( xie-xviiie siècle), Paris, Gallimard-Le Seuil, 2005 ; Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958 ; Henri-Jean Martin, Histoire et pouvoir de l’écrit, Paris, Librairie académique Perrin, 1988 ; Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vivet (dir.), Histoire de l’édition française, 4 vols, Paris, Promodis, 1983-1986.

21 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales, 1989, 44, 6 : 1509 ; Guglielmo Chartier et Roger Cavallo, Histoire de la lecture..., op. cit. : 8.

22 Cette situation, qui correspond à peu de chose près à ce que Jack Goody nomme restricted literacy, a maintes fois été évoquée au cours du colloque international sur les cultures écrites dans l’Asie du Sud-Est continentale, lequel a eu lieu au Musée national d’ethnologie d’Osaka les 3 et 4 février 2006. Les contributions à ce colloque ont été publiées : Masao Kashinaga (dir.), Written Cultures in Mainland Southeast Asia, Senri Ethnological Studies 74, Osaka, National Museum of Ethnology, 2009.

23 Platon, Phèdre ou de la beauté des âmes, trad. Mario Menier, Paris, Payot, 1922. Voir : Philoctetes, http://philoctetes.free.fr/platonph.htm (consulté le 11 mai 2007).

24 David R. Olson, The World on Paper. The Conceptual and Cognitive Implications of Writing and Reading, Cambridge, Cambridge University Press, 1994: 91-96.

25 Platon, Phèdre..., op. cit. : 275.

26 Clanchy, From Memory..., op. cit.

27 Ibid. : 2.

28 Adrian Johns, The Nature of the Book. Print and Knowledge in the Making, Chicago, The University of Chicago Press, 1998.

29 Ibid. : 30-31.

30 Ibid. : 33.

31 Voir, par exemple, une étude influente de Robert K. Merton, Social Theory and Social Structure, revue et augmentée, [D.I.], Free Press of Glencoe, 1957.

32 Clanchy, From Memory..., op. cit. : 6-7.

33 Prenant pour exemple le cas de la Bolivie, en Amérique du Sud, nous avons analysé les effets de l’introduction des textes d’origine européenne dans la société indigène. Voir Clara López Beltrán et Akira Saito (dir.), Usos del documento y cambios sociales en la historia de Bolivia, Senri Ethnological Studies 68, Osaka, National Museum of Ethnology, 2005.

34 Defoe, Robinson Crusoé, op. cit. : 135.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Page de titre de la première édition de The Life and Strange Surprizing Adventures of Robinson Crusoe, of York, Mariner, de Daniel Defoe, Londres, W. Taylor, 1719.© The British Library Board. (C.30.f.6.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Figure 2 : Bilan des biens et des maux de Robinson Crusoé.« Je dressai, par écrit, un état de mes affaires, non pas tant pour les laisser à ceux qui viendraient après moi [...] que pour délivrer mon esprit des pensées qui l’assiégeaient et l’accablaient chaque jour. » Daniel Defoe, Robinson Crusoé, 2 vols, http://www.ebooksgratuits.com, 1836 : vol. 1, 92.© The British Library Board. (C.30.f.6.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Figure 3 : Consommation annuelle de papier d’impression et d’écriture par habitant entre 1961 et 2003. Diagramme élaboré par les auteurs à partir des données de FAOSTAT (http://faostat.fao.org consulté le 19 mars 2007).© Yusuke Nakamura
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Figure 4 : Corrélation entre la consommation par habitant de papier d’impression et d’écriture et l’espérance de vie à la naissance pour 2003 (166 pays). Diagramme élaboré par les auteurs à partir des données de FAOSTAT (http://faostat.fao.org consulté le 19 mars 2007) et de UNDP Human Development Reports (http://hdr.undp.org consulté le 19 mars 2007).© Yusuke Nakamura
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 5 : Corrélation entre la consommation par habitant de papier d’impression et d’écriture (échelle logarithmique) et l’espérance de vie à la naissance pour 2003 (166 pays). Diagramme élaboré par les auteurs à partir des données de FAOSTAT (http://faostat.fao.org consulté le 19 mars 2007) et de UNDP Human Development Reports (http://hdr.undp.org consulté le 19 mars 2007).© Yusuke Nakamura
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 7 : Plaque ocre découverte dans la grotte Blombos en Afrique du Sud.© Centre for Development Studies, University of Bergen, Norvège.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Figure 8 : Cycle de maniement du texte.© Yusuke Nakamura
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/13264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteurs

Professeur associé à l’École des hautes études en sciences humaines et sociale (programme d’« études de resources culturelles ») à l’université de Tokyo (Japon).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search