Version classiqueVersion mobile

Les outils de la pensée

 | 
Akira Saito
, 
Yusuke Nakamura

Avant-propos

Akira Saito

Texte intégral

1Ce livre a été élaboré dans la continuité d’une table ronde, intitulée « Les outils de la pensée. Étude comparative de textes et de leurs fonctions sociales », qui s’est tenue le 29 mai 2007 à la Fondation Maison des sciences de l’homme, à Paris. Par une convention signée le 8 décembre 2004, cette institution française et le Musée national d’ethnologie au Japon avaient envisagé la possibilité d’inviter des chercheurs et d’organiser des recherches en commun. Cette table ronde est le premier projet réalisé par les deux institutions dans ce cadre. Elle est aussi l’un des aboutissements du travail collectif que les coordinateurs de ce livre ont mené depuis 2004 au Musée national d’ethnologie sous le titre « Textologie. Étude interdisciplinaire des relations entre l’homme et le texte dans une perspective historique et comparative ».

2Notre point de départ était le fait, en apparence banal, que l’homme a besoin d’outils non seulement pour les tâches physiques, mais aussi pour les travaux intellectuels. De nos jours, nous n’avons qu’à jeter un coup d’œil autour de nous pour constater la véracité de cette affirmation. Nous pouvons facilement énumérer bon nombre d’outils de la pensée dont nous nous servons tous les jours : ordinateur, calculateur, montre, boussole, livres, journaux, TV, vidéos, etc. Ce sont des outils importants qui nous aident à réaliser divers types d’opérations mentales : la compréhension de la situation actuelle, l’élucidation de problèmes, la reconstruction du passé, la prévision du futur, l’élaboration de plans, la prise de décision, l’enrichissement des connaissances, la formation du caractère, le raffinement de la sensibilité, le divertissement, etc.

3L’efficacité des outils de la pensée tient pour l’essentiel à la combinaison de deux facultés fondamentales de l’homme – celle de produire des symboles et celle de fabriquer des outils. Les psychologues nous enseignent que la capacité de produire des symboles pour représenter les objets, les idées, etc., et de réaliser des opérations cognitives au moyen de ces symboles est une composante essentielle de l’intelligence humaine. Les outils de la pensée peuvent amplifier celle-ci. En recourant à des symboles visuels matérialisés sur la surface d’un objet, nous pouvons formuler une représentation précise, informative, durable et facile à manier et à transformer. Nous pouvons non seulement visualiser ce qui est arrivé, mais, en réarrangeant les symboles, conjecturer ce qui serait arrivé et ce qui arrivera. Inversement, sans ces aides externes, la tâche serait plus ardue.

4Ces outils de la pensée, dont l’utilité nous paraît évidente, ont toutefois noué et nouent encore des relations complexes et variées avec leurs usagers. De fait, rien ne garantit que les potentialités de ces outils soient exploitées immédiatement et automatiquement. Les circonstances dans lesquelles ces outils et leurs usagers entrent en interaction sont cruciales. La disponibilité des matériaux nécessaires à leur confection, la technologie de leur production, leur mode de distribution et d’acquisition, leurs fonctions dans la société, la population qui les utilise, la position sociale des usagers et les moyens d’apprentissage de leur emploi sont, parmi d’autres, des facteurs dont nous devons tenir compte. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi une approche historique et comparative. Dans chacune des contributions qui composent ce livre, l’auteur traite d’un type d’outils de la pensée et en examine les usages dans une situation historique donnée, sans perdre de vue ce qu’il peut y avoir de comparable avec d’autres types d’outils et d’autres situations.

5Nous n’allons pas prétendre que l’usage des outils de la pensée est universel. Mais nous ne croyons pas non plus qu’il soit limité à de grandes civilisations. Certes, il existait, et il existe encore, de nombreuses sociétés où l’utilisation d’outils pour les travaux intellectuels est sinon inconnue du moins très limitée. Les ethnologues insistent sur la grande capacité de mémoire et les diverses techniques mnémoniques que les membres des sociétés sans écriture ont développées. Toutefois, même dans ces sociétés, il est rare de ne pas trouver au moins certains outils de la pensée tels que peintures rupestres, tissus dessinés, ficelles à nœuds, etc. L’environnement naturel peut aussi offrir des points d’appui pour les opérations mentales, bien qu’il ne s’agisse pas d’outils proprement dits. D’ailleurs, ces sociétés sans écriture sont aujourd’hui en voie de transformation rapide. Le manque d’outils modernes et de moyens de les fabriquer, ainsi que l’incapacité de les manier y sont devenus un problème sérieux. Face à cette situation, les gouvernements et les organisations internationales ont choisi de multiplier les missions d’alphabétisation.

6La notion d’outil de la pensée n’est pas de notre invention. Elle vient des sciences cognitives, lesquelles attachent de plus en plus d’importance aux rôles que divers types d’outils peuvent jouer dans le fonctionnement de l’esprit. Nous avons voulu expérimenter cette notion et en mesurer la portée dans d’autres domaines des sciences humaines. En appliquant cette notion à leurs objets d’étude respectifs, nous avons cherché à jeter une nouvelle lumière sur ces objets et sur la méthodologie de ces disciplines. Toutefois, pour ce faire, il nous est apparu nécessaire d’introduire une autre notion, plus restreinte que celle d’outil de la pensée : celle de texte. Par ce terme, nous désignons toutes sortes de documents ou objets à deux dimensions, plus ou moins solides et durables, portant des signes visuels inscrits en surface. Livres, journaux, brochures, documents législatifs, titres de propriété, registres de comptabilité, inventaires, arbres généalogiques, tableaux statistiques, calendriers et cartes sont des éléments de cette classe, parmi d’autres. Dans cet ouvrage, nous ne traitons pas d’enregistrement mécanique – disques, cassettes, vidéos, disquettes, CD, DVD, etc. – ni de visualisation sur écran – cinéma, TV, ordinateur, téléphone portable, etc. Bien qu’eux aussi méritent certainement d’être considérés comme des textes, ces formes sont, à l’échelle de l’histoire de l’humanité, encore récentes. Il nous semble donc téméraire de juger de leurs effets à long terme sur leurs usagers.

7On pourra objecter que notre usage du mot texte est à la fois trop globalisant et trop étroit. Trop globalisant parce que, selon notre définition, ce mot peut être appliqué à toutes sortes de signes visuels – figures, courbes, chiffres, caractères, lettres, etc. – et à toutes sortes de supports physiques – tablettes d’argile, tissus, morceaux de bois, feuilles de palmier, parchemin, etc. Trop étroit parce qu’il en exclut les énoncés oraux et les gestes corporels. Certains courants importants des sciences humaines incluent au contraire ces deux types d’objets dans la catégorie texte en définissant ce dernier mot comme séquence de signes linguistiques et paralinguistiques constituant une œuvre, quelle que soit la matérialité de son support.

8Notre nouvelle définition du mot texte ne cherche pas à se substituer à la définition courante, mais est ici proposée comme une espèce de catalyseur pour effectuer des expérimentations. Dans cet ouvrage, nous voudrions tout d’abord établir, par cette définition, des relations de communication et de coopération entre les disciplines qui traitent des différents types de textes : histoire, littérature, bibliographie, ethnologie, linguistique, etc. Inscrire des signes visuels sur la surface d’un objet et conserver cet objet de façon à pouvoir le consulter de façon répétée est, à notre avis, une activité répandue dans un nombre important de sociétés, et son étude nécessite la mise en commun de plusieurs disciplines.

9Quant à l’exclusion des énoncés oraux et des gestes corporels, il s’agit d’un choix méthodologique. Naturellement, à travers son histoire, l’homme a développé et continue à développer des modalités de pensée qui, bien qu’elles ne dépendent d’aucun texte, ne sont pas pour autant moins systématiques et efficaces que celles qui y ont recours. Pour cette raison, de nombreux chercheurs n’hésitent pas à inclure certains types d’énoncés oraux et de gestes corporels dans la catégorie texte. Nous n’avons pas l’intention de nier que les énoncés oraux, en particulier ceux que l’on appelle à tort littérature orale et qui possèdent un certain degré de fixité, peuvent remplir des fonctions semblables aux textes. Toutefois, dans cet ouvrage, nous voudrions davantage prêter attention à des différences – différences de matériaux en particulier – plutôt qu’à des similarités entre ces deux types d’objets. La raison en est simple : nous observons que, en diverses régions et à diverses époques, la relation de l’homme au texte est devenue de plus en plus étroite et que ce changement s’est répercuté sur la forme de la société entière. Dans notre société moderne, les textes ont vu leur importance augmenter à tel point que, sans ceux, notre vie deviendrait extrêmement difficile. Notre activité académique, pour ne parler que d’elle, ne peut s’en passer. Tout cela nous incite à formuler l’hypothèse qu’au-delà d’un certain seuil les textes, au sens de signes visuels sur un support durable, offrent de nouvelles possibilités que notre bouche et notre corps ne connaissent pas.

10Répétons que les possibilités offertes par l’usage des textes ne sont quasiment jamais exploitées immédiatement. Bien au contraire, il arrive souvent que la nouveauté et la complexité des textes fassent reculer leurs usagers potentiels. Dans la grande majorité des cultures, nous rencontrons des manifestations de méfiance à leur égard. Nombreux sont ceux qui pensent, par exemple, que les mots tracés par la main ne possèdent pas la garantie d’engagement de ceux qui sont prononcés par la bouche. Les conditions de résolution de cette méfiance varient énormément à travers le temps et l’espace. L’approche historique et comparative nous semble donc appropriée pour élucider la relation complexe de l’homme au texte. Il ne suffit pas de signaler l’utilité intrinsèque du texte et tous les bénéfices que l’homme peut en tirer. Il faut expliquer quel usage l’homme a fait d’un texte, quel effet ce texte a eu sur l’homme et quel changement a résulté de ce processus pour la société dans une situation historique donnée.

11Cet ouvrage consiste en une introduction, quatre sections et une conclusion. L’introduction présente quelques considérations théoriques à même de servir de bases à notre travail. La première section, « Texte et production du savoir », traite des ouvrages imprimés des hommes de lettres en Europe occidentale et au Japon. Elle analyse la manière dont la forme du texte exerce une influence décisive sur la production du savoir. La deuxième section, « Dialectique de la méfiance et de la confiance à l’égard des textes », nous amène au Moyen-Orient. Cette section témoigne de manière concrète de la méfiance à l’égard du texte et des difficultés à la surmonter. La troisième, « Usages des textes dans les pratiques religieuses », concerne plus particulièrement la relation entre la religion et le texte. Elle décrit en détail les modalités de production, diffusion, utilisation, conservation et transmission de certains textes et examine leur rapport aux pratiques religieuses. La quatrième « Rencontre des traditions textuelles », met en évidence le mécanisme et la dynamique à l’œuvre dans les rencontres des différentes pratiques textuelles à la suite de l’expansion territoriale de l’Europe occidentale. Pour terminer, M. le Professeur Roger Chartier synthétise les arguments les plus importants des différentes contributions et pointe quelques directions que peuvent prendre de futures recherches.

12Les lecteurs de ce livre ne manqueront pas d’en remarquer les lacunes. Ce livre est loin d’être équilibré dans son choix des régions et des époques, ainsi que dans celui des types de textes. Ce déséquilibre est dû non seulement à des circonstances annexes, tel le manque de ressources économiques et humaines, mais également au caractère essentiellement expérimental de notre travail. Les notions telles qu’outil de la pensée ou texte ne sont évidemment pas d’une applicabilité universelle. Elles sont utiles dans certains domaines, mais ne le sont probablement pas autant dans d’autres. La question reste ouverte de savoir jusqu’à quel point ces notions peuvent servir à l’élucidation de la manière dont nous effectuons des travaux intellectuels. Nous espérons à tout le moins montrer par cet ouvrage la pertinence de notre problématique et la validité de notre approche, quoique partielles toutes deux, pour certaines branches des sciences humaines.

13Nous remercions tous ceux et celles qui nous ont apporté leur aide et leur soutien. En premier lieu, il convient de mentionner Mme Jane Cobbi, notre grande amie, qui nous a soutenu sans réserve depuis la conclusion de la convention franco-japonaise jusqu’à la publication de ce livre. Sans sa bienveillance, cet ouvrage n’aurait pas vu le jour. Nos remerciements vont aussi à M. Alain d’Iribarne, administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme, à M. Jean-Claude Thivolle et à Mme Annie Curien, dont le généreux appui a souvent dépassé le cadre institutionnel de la convention. Nous aimerions également témoigner notre reconnaissance à Mme Ryoko Sekiguchi, notre interprète lors de la table ronde et à M. Patrick Honnoré, qui a patiemment corrigé les manuscrits des auteurs japonais. Du côté du Japon, nous sommes reconnaissants à M. Katsumi Tamura, vice-directeur général du Musée national d’ethnologie, M. Shiro Sasaki, Mme Yuki Konagaya et M. Yuji Seki, qui n’ont jamais douté de l’importance de notre entreprise. Finalement, notre gratitude va à tous ceux et celles qui ont participé au séminaire de « Textologie », dont la présence, les communications et les questions n’ont cessé de nous stimuler et de nous apporter des idées nouvelles.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search