Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruire du commun

 | 
Fabienne Martin

Troisième partie. Le poids de l’appartenance

Chapitre IX. À qui la faute ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je remarquai une plaie large et profonde au poignet de Kashamma : la chair était à vif et l’os à découvert. Je lui demandai ce qui lui était arrivé :

« Jyoti m’a apporté à manger, elle m’a dit de faire attention parce que le plat était très chaud. Ce jour-là, j’avais de la fièvre (bukhār) ; j’ai oublié ce qu’elle m’avait dit et j’ai mangé en gardant la main posée sur le rebord du plat, pour le tenir. C’est comme cela que je me suis brûlée (jal gayā). Ça va mieux maintenant. Que veux-tu, c’est insensible (sundu, tlg.). Que faire ? Je ne sens rien. Regarde mon fils, Raju. Il est bien (acchā), n’est-ce pas ?

– Oui.

– Et Santoshi, ma fille Santoshi, elle est bien, non ?

– Oui.

– Et leurs enfants également. Voilà comment est mon qismat et comment est le leur. Que faire ? Are bhagvān, dit-elle en touchant le sol. Un jour que j’étais allée au bazar [pour mendier] un type m’a demandé si j’avais des enfants. Je lui ai répondu oui. Il m’a alors demandé si eux aussi étaient nés sans mains ! »

Veeray...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540