Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruire du commun

 | 
Fabienne Martin

Troisième partie. Le poids de l’appartenance

Chapitre VIII. Entre dire et taire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’adresse figurant sur la carte d’identité de Yadgiri n’est pas Gandhi Kushth Ashram, Masuria mais Durgardas Colony, Masuria, une mention que l’on retrouve sur nombre de cartes d’identité des résidents de cette génération, nés de parents lépreux. « Gandhi Kushth Ashram ou Durgardas Colony, c’est pareil. Durgardas Colony correspond aux ruelles en face de l’ashram, de l’autre côté de la rue, c’est la même chose »... à ceci près que Durgardas Colony signale uniquement le caractère excentré du lieu, du moins à l’époque des premières constructions (de dūr : loin, et ghar : maison), tandis que Gandhi Kushth Ashram indique la nature du regroupement (un ashram) et son caractère lépreux (kuṣṭh : la lèpre) : une différence somme toute substantielle, du moins pour les résidents dont le corps n’est pas marqué par la lèpre.

Les enfants de lépreux sont à la fois « lépreux » et « non lépreux » : « lépreux » par leur appartenance à un groupe qui se définit avant tout par la lèpre, qui détermine pour...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540