Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruire du commun

 | 
Fabienne Martin

Troisième partie. Le poids de l’appartenance

Chapitre VII. Tous parents

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Depuis que je suis ici, Shyamuel et Daya m’appellent “sœur” ; c’est Shyamuel le māmā (oncle maternel) de ma fille, c’est lui qui lui a donné son nom. Mais pour Shamboo, c’est différent. Lui, je dois l’appeler cācā (“frère cadet du père”). C’est comme cela mais je ne sais plus pourquoi. »

La jeune femme se tourne vers la grand-mère (paternelle) de son mari :

« Pourquoi déjà ?

– C’est parce que Shamboo me dit māmī (“épouse du frère de la mère”), moi et son père nous nous disions “frère-sœur” (bhāī-bahan). »

La jeune femme reprend :

« De toute façon, je ne comprends pas grand-chose à leur parenté. Pour eux le beau-père (sasur), c’est l’oncle maternel (māmā). Dans mon ashram à Delhi, ce n’est pas comme ça, nous sommes amis et c’est tout. Mais ici les gens se sont tous fabriqué (banānā) des parentés (riśte) entre eux. »

Shivani est arrivée à l’ashram il y a trois ans suite à son mariage avec un résident, Kailash, petit-fils de lépreux. Elle vit aujourd’hui avec son mari et leur fille chez la...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540