Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruire du commun

 | 
Fabienne Martin

Troisième partie. Le poids de l’appartenance

Le poids de l’appartenance

Texte intégral

1Se reconstituer en un collectif implique la soumission à des régimes de contraintes, imposés tant de l’extérieur, par les acteurs sollicités dans le but d’asseoir et de pérenniser ce monde que l’on construit, que de l’intérieur, afin de vivre ensemble le plus sereinement possible. Faire face, c’est faire ensemble. Et faire ensemble nécessite l’élaboration de règles de vie, de procédures de répartition et de distribution, elles-mêmes définies selon certains principes. Dans ces modalités, les résidents sont toujours au plus près de la lèpre : qu’ils le veuillent ou non, elle revient sans cesse, impose d’être prise en considération, jusque dans les moindres gestes du quotidien.

2Appartenir au monde de la lèpre, c’est aussi être soumis à des régimes relationnels spécifiques. La parenté d’abord, qui structure les relations au sein du groupe et au-delà avec les autres regroupements de lépreux, et en assure par ailleurs la reproduction à travers le principe d’une endogamie de la lèpre. Le dévoilement et la dissimulation ensuite, qui relèvent non plus de rapports au groupe et plus largement à ses semblables, mais de relations d’individus, résidents d’un ashram de lépreux, avec d’autres individus, extérieurs au monde de la lèpre. Le lien à la lèpre est alors tour à tour caché et dévoilé selon les contextes et les intentions. En définitive, il apparaît être un poids que l’on subit et dont la cause trouverait son interprétation dans une généalogie lointaine. L’important, toutefois, est moins de se pencher sur ce passé que de se tourner vers le futur et de tout mettre en œuvre pour pouvoir, à terme, s’en défaire.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site