Version classiqueVersion mobile

Reconstruire du commun

 | 
Fabienne Martin

Troisième partie. Le poids de l’appartenance

Le poids de l’appartenance

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Se reconstituer en un collectif implique la soumission à des régimes de contraintes, imposés tant de l’extérieur, par les acteurs sollicités dans le but d’asseoir et de pérenniser ce monde que l’on construit, que de l’intérieur, afin de vivre ensemble le plus sereinement possible. Faire face, c’est faire ensemble. Et faire ensemble nécessite l’élaboration de règles de vie, de procédures de répartition et de distribution, elles-mêmes définies selon certains principes. Dans ces modalités, les résidents sont toujours au plus près de la lèpre : qu’ils le veuillent ou non, elle revient sans cesse, impose d’être prise en considération, jusque dans les moindres gestes du quotidien.

Appartenir au monde de la lèpre, c’est aussi être soumis à des régimes relationnels spécifiques. La parenté d’abord, qui structure les relations au sein du groupe et au-delà avec les autres regroupements de lépreux, et en assure par ailleurs la reproduction à travers le principe d’une endogamie de la lèpre. Le dé...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search