Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruire du commun

 | 
Fabienne Martin

Deuxième partie. Se reconstruire un monde

Chapitre V. Le partage du quotidien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet espace que les lépreux ont délimité, dont ils ont fait un lieu de réception de sevā et qu’ils ne cessent d’entretenir à cette fin, est aussi un espace qu’ils habitent, où ils vivent, résident, les uns à côté des autres, les uns avec les autres. L’ashram n’est pas une portion de quartier où cohabiteraient des voisins, ni un campement hétérogène fait de juxtapositions sans liens, mais un lieu à partager. Le mur ne constitue pas seulement une délimitation de l’espace et du collectif qui s’y trouve par rapport à un extérieur, ainsi que nous l’avons vu dans le chapitre précédent : il établit matériellement un ensemble et a des incidences sur la structuration même du quotidien des personnes.

Tournons à présent notre regard vers ce qui se passe plus spécifiquement à l’intérieur de l’ashram et la manière dont la vie s’y organise. La structuration même de l’ashram implique de faire avec ce partage qui caractérise les résidents et qui appelle la mise en œuvre de procédures, de règles et de...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540