Version classiqueVersion mobile

Reconstruire du commun

 | 
Fabienne Martin

Note sur la langue et la translittération

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les résidents du Gandhi Kushth Ashram font preuve d’un plurilinguisme remarquable, lié à la diversité de leurs origines géographiques et à leurs déplacements à travers le pays. Dans l’enceinte de l’ashram, ils s’expriment essentiellement en deux langues : le hindi (issu du sanskrit et auquel s’ajoutent des termes persans eux-mêmes quelquefois empruntés à l’arabe, parlé principalement dans le Nord de l’Inde et appartenant au groupe de langues dites indoeuropéennes) et le telugu, langue de l’Andhra Pradesh, un État du Sud de l’Inde dont sont en majorité originaires les fondateurs de l’ashram (le telugu appartient quant à lui au groupe des langues dravidiennes). En hindi comme en telugu se glissent de temps à autre des termes marwari (dialecte du Rajasthan) et anglais. Le glossaire présenté en fin d’ouvrage précise l’origine des termes.

Les termes en langues vernaculaires apparaissent en italiques dans le corps du texte. Une absence de précision signifie qu’il s’agit de termes hindis ; ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search