Version classiqueVersion mobile

L’occulte

 | 
Sabine Doering-Manteuffel

Des signes sur le mur

L’esprit comme concept symbolique des Temps modernes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Fig. 12 : Caricature de l’intérêt contemporain pour les romans d’horreur. Eau-forte de 1802.

Des notions sans contours précis, comme « esprits » et « démons », préoccupaient Emmanuel Kant en 1766. Dans les Träume eines Geistersehers (Rêves d’un homme voyant des esprits), sa critique fondamentale contre la parade des esprits du « voyant » suédois Emmanuel Swedenborg, il emploie l’expression de « notions acquises par la fraude1 ». Elles sont selon lui nées de l’expérience, et leur origine est le plus souvent obscure. Certaines d’entre elles sont véridiques, d’autres fausses, car même des notions acquises par la fraude ne sont pas forcément toujours le fruit d’erreurs2. En tant que scientifique, Swedenborg opère cependant avec des concepts que lui, Kant, soupçonne d’être susceptibles de dissimuler des idées démentielles. On y trouve entre autres les notions d’« esprits », de « fantôme » et de « démon ». Des concepts d’ordre supérieur, comme « l’interrègne » ou le « numineux », les « cap...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search