Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

La méthode d'observation à l'épreuve de son objet

13. Redéfinition des notions d’instinct, d’inné et d’acquis chez Konrad Lorenz

Jenny Litzelmann

Texte intégral

1Je voudrais ici revenir sur une interprétation de l’éthologie lorenzienne, victime, semble-t-il, d’un certain nombre de lieux communs qui, comme tous les lieux communs, ne sont pas nécessairement faux, mais occultent la complexité et les nuances réelles d’une pensée.

2Pourquoi Lorenz est-il considéré comme le père de l’éthologie classique, alors que, comme il le dit lui-même, les notions purement scientifiques qui fondent cette nouvelle discipline sont pour une très grande partie empruntées à ses prédécesseurs ?

3L’originalité de Lorenz résiderait plutôt dans sa prise de position épistémologique, qu’il voulait intermédiaire entre les positions extrêmes des deux courants psychologiques s’affrontant alors : la psychologie mécaniste et réductionniste des béhavioristes et la psychologie vitaliste et finaliste représentée entre autres par Uexküll et MacDougall. À ce stade, la psychologie était donc partagée entre les partisans de l’acquis, qui n’accordaient d’intérêt qu’aux conditionnements, et ceux qui reconnaissaient l’innéité des instincts mais les considéraient comme résultant d’une force inexplicable.

4Pour Lorenz, aucune des deux écoles n’était en mesure d’expliquer le comportement des animaux : « Le drame était que les vieux instinctivistes, les vitalistes, voyaient très bien qu’il existait quelque chose d’inné, mais ils étaient aveuglés par leur notion d’instinct, considéré comme un facteur extra-naturel. Cela les a empêchés de tenter des recherches expérimentales. Et pourtant les mécanistes, comme Watson, confirmaient l’hypothèse qui est devenue la théorie contemporaine : il n’y a que des réflexes conditionnés, le comportement inné n’existe pas. Ainsi, pour les mécanistes, ça n’existait pas, et pour les vitalistes, ça existait mais c’était surnaturel. Alors, le champ si fertile, si riche pour les recherches, du comportement inné est resté vide, comme un no man’s land entre les fronts de ces deux opinions opposées » (Lorenz 1975a : 28-29).

  1. Pourquoi s’intéresser prioritairement (mais pas uniquement) aux instincts ou aux comportements innés ? Il y a d’abord à cela une raison scientifique : l’homologie des comportements, qui sont aussi fixes et héréditaires que les traits morphologiques, permet la classification des espèces, en particulier de celles qui sont difficiles à distinguer uniquement par leurs traits morphologiques (découverte de Heinroth et Whitman). Il y a aussi une raison épistémologique, qui est la plus forte : il n’existe en effet aucune étude objective de l’instinct.
  2. Pourquoi s’intéresser à l’inné et à l’acquis, et plus particulièrement à l’interpénétration de l’inné et de l’acquis ? Il y a de même une raison scientifique : l’interpénétration de l’inné et de l’acquis, comme la définit Lorenz, permet d’expliquer le phénomène d’empreinte (dont la découverte fut récompensée par le prix Nobel en 1973). La part d’inné de l’empreinte est la capacité de l’animal à être imprégné et la période déterminée de la vie de l’animal durant laquelle cette empreinte peut avoir lieu, la part d’acquis est l’objet de l’environnement, contingent, par lequel l’animal va être imprégné. Et de même, une raison épistémologique également la plus forte : l’interpénétration de l’inné et de l’acquis dévoile la partialité de ceux qui considèrent seulement l’inné ou seulement l’acquis. Lorenz va dénoncer leur atomisme et leur monisme explicatif, c’est-à-dire selon lui leur mépris de la totalité de l’organisme et de sa complexité réelle.

L’instinct chez Lorenz

5Lorsque débutent les recherches de Lorenz, les définitions de l’instinct sont nombreuses et vagues, et aucune ne parvient à s’imposer. Comme le faisait déjà remarquer Charles-Georges Leroy au xviiie siècle, la notion d’instinct, opposée à celle d’intelligence, sert à accentuer la rupture métaphysique entre l’homme et l’animal, mais n’a aucun contenu véritable, puisque celui qui observe attentivement les animaux doit se rendre à l’évidence : leurs actes sont des actes intelligents.

  • 1 Voir Lorenz Konrad, Les Fondements de l’éthologie, 1984, fig. 18.

6Lorenz fit un grand pas dans la définition de l’instinct lorsqu’il fit l’hypothèse que les mouvements instinctifs ne se réduisent pas à un enchaînement de réflexes en réponse à une stimulation externe. Il eut très tôt cette idée en observant l’activité « à vide ». Le fait qu’un animal puisse exécuter un mouvement instinctif de façon spontanée, sans stimulation, signifie pour Lorenz que la théorie des réflexes alors dominante n’explique pas tout. Les observations répétées d’activités à vide chez de nombreux animaux prouvent selon Lorenz l’existence d’une énergie endogène accumulée par l’animal tant que les stimuli externes ne se présentent pas. Au bout d’une période plus ou moins longue, le mouvement instinctif en question se déclenche spontanément. Cette double quantification des mouvements instinctifs (énergie endogène et stimuli externes) a permis à Lorenz d’élaborer son célèbre modèle hydraulique1 ou modèle de la double quantification, qui donne un aperçu général et didactique des travaux de Lorenz, d’une part, et du mode de pensée qui a fait naître l’éthologie classique, d’autre part. C’est en fait une modélisation métaphorique du double déterminisme (interne et externe) qui caractérise la causalité immédiate du déclenchement des comportements innés ou instinctifs.

Fig 18 : a. Le vieux schema « psychohydraulique ». Le robinet PE représente la production d’excitations endogène et automatique, la ligne PAS le niveau du potentiel spécifique d’activité, le ressort placé dans le tuyau d’évacuation représente le degré de « stabilité » du système, la traction exercée sur la ficelle, l’action des stimul clés. b. Ce deuxième schéma rend compte de l’intervention de stimulations rechargeants supplémentaires et montre que c’est uniqument par la rapidité de son action que le stimulus clé SC se distingue des autres stumuli rechargeants. Les différents de hauteur entre les deux « réservoirs » de PAS sont censés montrer que dans la nouvelle hypothèse l’ouverture de la soupape est déterminée exclusivement par la pression interne.

7Ce modèle montre la relation quantitative et l’action des deux composantes, endogène et exogène, d’où résulte l’acte instinctif. La composante endogène, ou motivation pour Lorenz, est représentée par le robinet produisant constamment l’énergie pour un acte instinctif donné et qui s’accumule jusqu’à un certain niveau qui correspond au potentiel d’activité spécifique. La composante exogène, c’est-à-dire les stimuli externes plus ou moins adéquats, sont représentés par les poids sur la balance. La pression de l’énergie endogène additionnée à la traction des stimuli externes écartent plus ou moins le piston à la base du réservoir (mécanisme inné de déclenchement), produisant un écoulement qui se déverse dans un récipient à plusieurs cases (1, 2, 3...), correspondant aux degrés d’intensité croissants de l’acte instinctif. Ce modèle explique l’activité à vide : lorsque la pression de l’énergie endogène est très forte, elle suffit à elle seule, c’est-à-dire sans stimulation externe, à activer le mécanisme inné de déclenchement de l’acte instinctif. À l’inverse, quand les stimulations externes sont nombreuses et très rapprochées, on observe une « fatigue » de l’animal et l’acte instinctif ne se déclenchera qu’en cas de stimulation très forte.

8Lorenz fait ainsi une décomposition de l’ancienne notion d’instinct et réduit celui-ci à n’être plus qu’une fraction de l’ensemble du système comportemental d’un animal. Cette décomposition du comportement, qui a eu pour effet de repousser l’instinct, rigide et héréditaire, tout à la fin du déroulement d’un comportement, a permis du même coup de mettre au jour toute une série d’autres composantes du comportement qui échappent à la rigidité de l’instinct, et qui ont évolué de manière à laisser de plus en plus d’initiatives à l’animal, mais aussi une plus grande capacité à contrôler son comportement. Ces composantes sont par exemple l’appétence, le but, la motivation, la prise de décision, le comportement volontaire. Lorenz s’est beaucoup intéressé à ces comportements, même s’il s’est surtout tourné vers l’étude des instincts.

9L’appétence est un terme appliqué à la phase active du comportement de la poursuite d’un but et à la phase du comportement exploratoire qui précède l’acte consommatoire (ou acte instinctif) plus stéréotypé dont l’animal fait preuve lorsqu’il atteint son but. On reconnaît un certain nombre de conditions dans lesquelles l’orientation vers un but n’est qu’apparente et peut être provoquée et d’autres dans lesquelles le terme de but peut véritablement être utilisé pour décrire un comportement. Nombre d’éthologistes pensent que la plus grande partie du comportement d’un animal est contrôlée par une sorte de référence à des buts internes ; d’autres attirent l’attention sur la difficulté de distinguer un comportement qui est organisé sur la base de buts ou de modèles internes et un comportement qui semble être dirigé vers un but en raison de l’action des mécanismes de rétroaction qui ne font pas appel à des buts internes. L’appétence peut plonger l’organisme tout entier dans un état d’agitation qui l’incite à rechercher activement la configuration de stimuli adéquats. On observe un réel acharnement de l’animal et parfois une locomotion totalement désordonnée jusqu’à ce qu’il trouve le stimulus qui va lui permettre d’exécuter son instinct.

10On parle de motivation lorsque l’on observe que les animaux modifient leur comportement même lorsque la situation extérieure ne change pas. On peut donc chercher la cause du changement dans l’animal. Les changements de comportement peuvent être dus à cinq facteurs ou à leur combinaison : les stimuli externes, la maturation, la blessure, l’apprentissage et la motivation. Ce qui distingue la motivation (la faim, la peur, l’agression, le sexe...) des autres facteurs, c’est qu’elle désigne une catégorie de processus internes réversibles : ils s’arrêtent et recommencent en fonction des besoins et du degré de satisfaction. Il y a souvent conflit de motivations, ce qui pousse l’animal à une prise de décision, avec évaluation des coûts et des bénéfices de son comportement. Le psychologue Henri Piéron définit la motivation comme un « facteur psychologique prédisposant l’individu, animal ou humain, à accomplir certaines actions ou à tendre vers certains buts ». En éthologie, la conception de la motivation diffère de l’interprétation qu’en fait traditionnellement la psychologie : c’est un terme qui regroupe toutes les sortes de changements internes qui modifient la capacité de réponse, l’intégration des réponses séparées en séquences fonctionnelles (chasse, capture, morsure...) et la directivité du comportement. La notion est donc plutôt vague et suscite à bon droit beaucoup de méfiance : certains la considèrent comme métaphysique, préscientifique et peu susceptible de recevoir une élaboration conceptuelle pouvant lui conférer une efficacité opératoire. Telle fut la réponse de Konrad Lorenz lorsque Richard Evans lui demanda lors d’un dialogue s’il était partisan d’abandonner le terme d’instinct : « Je ne serais pas partisan de l’abandonner mais simplement de l’utiliser dans le sens que les éthologues sont convenus de lui attribuer, c’est-à-dire pour décrire les patrons moteurs hérités [synonyme d’acte instinctif] qui s’observent dans le comportement de l’organisme et non pour définir les motivations de cet organisme » (Lorenz 1978 : 45). Cela veut dire que ce n’est pas l’instinct qui motive l’animal, comme on pourrait le croire, mais que c’est l’instinct qui est motivé par... toute une série de facteurs indépendants de l’instinct en question, qui sont intégrés pour ne faire qu’une seule motivation. C’est en prouvant qu’une motivation unique et homogène est à l’origine d’une succession de séquences comportementales que l’on justifie, en quelque sorte, l’utilisation du terme de motivation.

11L’observation nous fournit trois arguments en faveur d’une motivation unique : la prévisibilité de la phase qui succède ; l’existence de transitions entre une phase et la suivante : pendant que l’animal effectue un mouvement correspondant à une phase, il arrive qu’il esquisse certains mouvements de la phase suivante ; troisièmement, la rapidité du passage d’une phase à une autre.

12Il peut y avoir conflit de motivations, donc, lorsque nous voyons un animal engagé dans un type de comportement, nous ne pouvons présumer qu’il ne soit motivé que par ce type de comportement. Nous devons reconnaître qu’il y a dans chaque animal une potentialité de motivations sous-jacentes pour divers types de comportement et que l’animal prend une décision quant à l’action à poursuivre selon ses motivations intérieures et selon les circonstances extérieures.

La critique par Lorenz de ses prédécesseurs (l’inné et l’acquis)

13Dans l’essai Sur la formation du concept d’instinct (1970) et dans Évolution et modification du comportement (1966), Lorenz revient sur les théories et conceptions de ses prédécesseurs (les éthologistes aussi bien que les vitalistes et les béhavioristes). Il montre à la fois ce qu’il leur doit et ce qu’il considère comme des incohérences ou des faiblesses épistémologiques, pour affirmer ainsi sa propre position.

14La critique adressée par Lorenz à MacDougall repose essentiellement sur le fait que ce dernier considère les mécanismes moteurs comme des moyens utilisés par un instinct hiérarchiquement supérieur et finalisé. Selon MacDougall, il existe treize instincts supérieurs, déduits grâce au nombre d’émotions humaines isolables les unes des autres, valables a priori pour toutes les espèces animales. C’est ainsi qu’il regroupe, par exemple, tous les mouvements de soins envers les petits sous le terme générique d’« instinct parental ». Mais les expériences de Lorenz ont montré que ces mouvements de soin étaient totalement indépendants les uns des autres. Le fait que les stimuli déclencheurs se trouvent réunis sur le même petit peut effectivement faire croire que tous les mouvements obéissent à un seul et même instinct parental, mais c’est une erreur, car si l’on répartit les différents stimuli déclencheurs sur plusieurs leurres, il est possible de déclencher à chaque fois l’acte instinctif particulier de façon adéquate. Les « mécanismes moteurs » obéissant à un instinct supérieur chez MacDougall sont en fait chez Lorenz les véritables actes instinctifs autonomes. « MacDougall parle d’un “instinct” dans le cas d’un système d’actes instinctifs rassemblés en vue d’une fonction unique et commune. Il est certainement possible, en se plaçant du point de vue purement fonctionnel, d’entreprendre un tel classement et de ranger par exemple tous les actes instinctifs de soins à la couvée sous la nomenclature “instincts parentaux”. Mais ce qui manque, c’est la possibilité d’utiliser cette expression au singulier » (Lorenz 1970). Selon Lorenz, l’erreur de MacDougall n’est pas d’avoir associé les instincts à des phénomènes subjectifs tels que les sentiments ou les émotions reconnus par l’introspection, mais d’avoir fait le transfert de l’homme à l’animal sans prendre en compte les données de l’observation et de l’expérience. L’instinct au singulier chez MacDougall est un mot vide de contenu scientifique et trop empreint de finalisme ; il n’a donc aucun pouvoir explicatif.

15À l’opposé du finalisme et du vitalisme de MacDougall, on trouve, comme nous l’avons déjà remarqué, les partisans de la théorie réflexe de l’acte instinctif. Selon Lorenz, c’est le manque de précision du concept de réflexe qui a en partie provoqué les querelles incessantes entre mécanistes et vitalistes. Tous les biologistes non mécanistes ont rejeté le fait d’expliquer les actes instinctifs par des mécanismes réflexes tout simplement parce que cette conception était revendiquée par les biologistes réduisant ouvertement et dogmatiquement l’organisme à la machine. Pourtant, constate Lorenz, « puisque l’acte instinctif ne représente très certainement qu’une fraction des comportements animaux, on comprend mal pourquoi expliquer les actes instinctifs par la physiologie du réflexe reviendrait à “abaisser” l’animal au niveau de la machine. Cela semble tout aussi insensé que de vouloir comparer l’homme à une machine sous prétexte qu’on pourrait expliquer d’une manière presque exclusivement mécanique la fonction d’une partie de son organisme, de l’articulation de son coude par exemple » (ibid. : 55). Une des erreurs des opposants à la théorie réflexe est donc de n’avoir pas vu que celle-ci n’était pas incompatible avec l’idée que les animaux sont plus que des machines.

16Mais d’un autre côté, il est vrai que les mécanistes avaient tendance à élargir la notion de réflexe au-delà des limites acquises par l’expérience ; chez certains, elle désignait « n’importe quel mouvement affectant un organisme vivant et [englobait] donc dans ce terme les mouvements des protozoaires, les tropismes des plantes et même les processus de croissance » (ibid. : 56). Par conséquent, si l’on considère de toute façon tous les mouvements de l’animal comme des processus réflexes, on ne dit pas grand-chose lorsque l’on dit que les actes instinctifs sont des processus réflexes.

17Dans Évolution et modification du comportement, Lorenz effectue une critique de « certaines opinions généralement répandues quant à la notion d’“inné” » (Lorenz 1974 : 9). Trois attitudes à l’égard de cette notion sont ainsi examinées par Lorenz : celle de la majorité des psychologues américains, c’est-à-dire les béhavioristes, celle des éthologistes « de langue anglaise » ou « modernes », et celle des éthologistes « de l’ancienne école. » Les béhavioristes avancent deux arguments contre la notion d’inné : celui de Hebb (1953), « distinguer arbitrairement deux comportements, l’un inné, l’autre acquis, procède d’une pétition de principe, l’un ne pouvant être défini que comme le contraire de l’autre » (ibid. : 133) et celui de Lehrman (1953), « aucune expérience ne pourra jamais déterminer ce qui, dans le comportement d’un animal, est inné, puisqu’on ne peut pas exclure la possibilité qu’il apprenne quelque chose dans l’œuf ou in utero » (ibid. : 134). Le premier argument est réfuté par Lorenz car selon lui l’inné et l’acquis ne sont pas que des contraires, mais représentent les deux voies par lesquelles l’information est assimilée par les organismes, à savoir l’évolution phylogénétique par sélection naturelle et l’évolution ontogénétique du comportement par l’apprentissage ou l’adaptation au milieu. Les béhavioristes, qui n’étudient que la seconde voie, oublient que celle-ci doit nécessairement reposer sur des mécanismes innés modelés par la phylogenèse. Si l’on nie cette ultime condition de possibilité, on est obligé de croire à une harmonie préétablie entre l’organisme et son milieu. Pour ce qui est du second argument des béhavioristes, Lorenz ne nie pas la possibilité que l’embryon puisse acquérir des connaissances avant de naître. Mais qu’il puisse en acquérir sur des données qu’il n’a pas encore rencontrées suppose encore une fois « l’existence d’un mécanisme très spécial d’enseignement, phylogénétiquement programmé, ou bien encore la croyance à une harmonie préétablie » (ibid. : 137).

18Pour les éthologistes de langue anglaise, comme par exemple Jensen, la notion d’inné est inutile, voire néfaste à la science. Les éléments innés et acquis du comportement sont mêlés entre eux jusque dans le moindre mécanisme et de façon très complexe, si bien qu’il est vain d’essayer de les séparer, que ce soit par l’expérience ou en pensée. Il est vrai qu’il est très difficile de délimiter de façon précise les parts de l’inné et celles de l’acquis et de déterminer quelles sont leurs influences réciproques. Mais selon Lorenz, cette raison ne suffit pas à rejeter toute investigation sur l’inné. Premièrement, comme Lorenz ne cesse de le répéter, l’acquis présuppose de toute façon toujours l’inné ; deuxièmement, il est tout à fait possible de connaître ce qu’un animal sait de façon innée, comme le montrent les expériences de privation. Lorsqu’un animal réagit de façon adéquate à un stimulus adéquat, alors qu’il n’a jamais été mis en présence de quoi que ce soit pouvant le renseigner, on est obligé de constater qu’il s’agit d’une connaissance innée de l’animal.

19Enfin, « La plupart des éthologistes de l’ancienne école croyaient (et croient encore) qu’il y a, dans le mécanisme du comportement, des unités appréciables dans lesquelles l’acquisition n’intervient pas et qui [...] se rencontrent alternativement avec des éléments modifiables, par l’acquisition, dans le sens d’une adaptation. Bien qu’ils définissent le comportement inné non comme “n’étant pas acquis”, mais comme “étant phylogénétiquement adapté”, ces auteurs anciens estimaient quand même que les notions d’inné et d’acquis étaient exclusives l’une de l’autre » (ibid. : 135). Le fait d’avoir rendu les concepts d’inné et d’acquis inconciliables fait tomber ces éthologistes dans la même erreur que les béhavioristes. Les uns ont exclu l’acquis de leur domaine d’étude, les autres l’inné, deux attitudes fondées selon Lorenz sur des erreurs épistémologiques comme l’atomisme ou le monisme explicatif, notions sur lesquelles nous reviendrons un peu plus loin. Pourtant, peu importe la distinction que l’on opère entre l’inné et l’acquis : rien ne nous oblige à une telle exclusion, ni inversement à l’abandon de cette distinction comme l’ont cru les éthologistes de langue anglaise.

20La critique épistémologique que fait Lorenz envers toutes ces écoles (la psychologie finaliste des vitalistes, la psychologie béhavioriste des mécanistes ou l’éthologie naissante) est fondée essentiellement sur un seul et même type de reproche, à savoir la partialité dont ont fait preuve tous ces courants de pensée en privilégiant à chaque fois une seule partie de l’observation du vivant considérée comme la plus importante. Ainsi l’école de psychologie finaliste et vitaliste de MacDougall a totalement négligé le problème des causes du comportement, pour privilégier celui des finalités. Sa tendance téléologique, en postulant l’existence de « facteurs supra-naturels lui fournit sans difficulté un “parce que” en réponse à tous ses “pourquoi ?” » (Lorenz [1978] 1984 : 49). Quant aux béhavioristes, réagissant de manière violente à toute idée de finalité, ils voulaient imiter le plus fidèlement possible les méthodes de la physique, jugées alors comme les seules méthodes véritablement scientifiques. Ils ont par conséquent négligé l’aspect téléonomique propre à tous les systèmes évolutifs faisant preuve d’une capacité d’adaptation. Pour Lorenz, l’étude d’un organisme suppose à la fois une analyse des fins et une analyse des causes. Il est nécessaire de considérer l’organisme comme une totalité avant d’entreprendre son explication causale. « Cette démarche orientée de l’ensemble du système vers ses parties constitutives est littéralement obligatoire en biologie. Bien entendu, le chercheur a toute liberté de prendre comme objet de sa recherche n’importe quelle partie d’un système organique. [...] Mais le spécialiste doit toujours être guidé par une connaissance de l’ensemble du système qui lui indique la place qu’occupe le sous-système qui l’intéresse dans la structure globale » (ibid. : 58). Autrement dit, Lorenz ne reproche pas à ses prédécesseurs de n’avoir étudié qu’une seule partie du comportement animal, mais de n’avoir pas vu que cette partialité ne pouvait être que méthodologique et provisoire, et d’avoir ainsi glissé de ce qui ne devait n’être qu’une méthode à l’affirmation dogmatique d’une ontologie.

Épistémologie de Lorenz

21Lorenz analyse les raisons de la prédominance de l’atomisme et du monisme explicatif dans l’étude du comportement animal. Il définit l’atomisme comme « le processus consistant à reconstruire un système à partir de l’observation de son fonctionnement et de la connaissance de règles générales mais sans analyse de sa structure » (ibid. : 94). L’atomisme est la démarche de la plupart des éthologistes qui, comme nous l’avons vu, ont tenté d’expliquer la totalité du comportement animal en étudiant exclusivement soit l’inné, soit l’acquis, sans nier l’existence de l’un ou de l’autre, mais craignant d’affronter leurs interactions et par là même la complexité réelle du système organique. Cependant l’atomisme n’ignore pas la multitude de fonctions intervenant dans un organisme, contrairement au monisme explicatif, qui « extrait arbitrairement de la totalité du système vivant un élément partiel pour lequel se présente une méthode d’analyse assez simple et, sans se soucier des autres structures constitutives du système, il s’efforce ensuite d’expliquer la fonction de l’ensemble à partir de la loi de fonctionnement interne de l’élément partiel qu’il a arbitrairement choisi » (ibid. : 94-95). C’est l’erreur qu’ont commise les béhavioristes en voulant expliquer l’ensemble du comportement animal par le mécanisme qui donne à tous les animaux supérieurs la capacité d’apprendre. Ils pensaient en outre pouvoir s’épargner l’étude des structures, comme le système nerveux, sur lesquelles repose cette capacité, en s’en tenant à une méthode de contrôle du comportement purement opérationnelle, comme ce fut le cas chez Skinner dans son étude sur l’apprentissage par la récompense. Mais il se trouve que l’appareil permettant un tel apprentissage est quasi le même chez un grand nombre d’espèces, ce qui s’explique par son adaptation à une même fonction, adaptation que l’on ne peut bien entendu pas prendre en compte lorsque l’on nie l’inné. En étudiant de la sorte une fonction commune à plusieurs espèces et en ignorant pour ainsi dire tout le reste de l’organisme, on ne pourra jamais connaître ce qui fait d’un pigeon un pigeon et ce qui fait d’un homme un homme. Lorenz pense à juste titre qu’il est facile de prouver ce que l’on veut quand on élabore un dispositif expérimental de telle sorte que l’animal ne puisse pas donner de réponse autre que celle attendue : « Lorsque les béhavioristes enferment le sujet expérimental dans une caisse noire dont ils ne peuvent tirer aucune autre information que celle concernant la manière dont l’animal appuie sur un bouton et le nombre de fois où il le fait, je ne peux m’empêcher de les soupçonner de ne pas vouloir voir tout ce qu’un animal fait d’autre parce qu’ils ont peur d’être ébranlés dans la certitude de leur monisme explicatif » (ibid. : 99-100).

  • 2 S. Citation empruntée par Lorenz à Wolfgang Metzger.

22Cette façon de procéder dans l’étude du vivant est due, selon Lorenz, à la prédominance de la pensée « technomorphique ». Le succès des sciences exactes dans la domination du monde anorganique et le développement des technologies a poussé la plupart des scientifiques, y compris les biologistes, à n’accorder de valeur qu’aux résultats obtenus par ses méthodes, en particulier l’analyse mathématique. Nombreux sont ceux qui se sont enfermés dans leur laboratoire pour imiter les physiciens et leurs méthodes opérationnelles, au point d’avoir rompu tout contact avec le monde vivant et ignoré la différence fondamentale entre un système inerte et un système vivant. Cet aveuglement dû au succès de la physique aboutit à la glorification de la pensée logique, mathématique et opérationnelle au détriment complet des autres facultés cognitives que l’homme a développées au cours de sa phylogenèse pour s’adapter à son environnement. Pourtant les physiciens eux-mêmes ne dénigrent pas du tout l’utilisation des autres fonctions cognitives, comme par exemple la perception des formes. « Mais en physique atomique et dans l’étude de la théorie des particules, le physicien aborde des domaines dans lesquels la plupart des fonctions cognitives de l’homme sont impuissantes et dans lesquels on ne peut même pas utiliser les catégories kantiennes de la causalité et de la substantialité, encore moins les formes de la perception de l’espace et du temps. Le physicien traite là de phénomènes qu’il ne peut ni décrire ni montrer et qu’il ne peut définir autrement qu’au travers des opérations qui permettent de les mettre en lumière et lui en font prendre connaissance » (ibid. : 96). Le physicien aimerait bien avoir recours à la description et à l’intuition, mais son objet ne le lui permet pas, ce qui selon Lorenz n’a pas été aperçu par les biologistes, qui excluent volontairement le recours à ce type de connaissance, alors que leur objet le permet, et le rend même nécessaire. Les organismes vivants possèdent des structures complexes dont il est possible d’entreprendre la description grâce à nos facultés perceptives, il n’y a donc pour Lorenz aucune raison de s’en dispenser. « Il est des gens que des considérations épistémologiques empêchent irrémédiablement de faire usage de leurs facultés sensorielles dans le domaine des sciences naturelles » (ibid. : 58)2. Comment se fait-il en effet que le souci d’objectivité nous amène à considérer certaines facultés humaines comme « meilleures » que d’autres, alors qu’elles sont toutes issues du même processus d’adaptation de l’appareil neurosensoriel à l’environnement ? La position épistémologique de Lorenz est le « réalisme hypothétique » (Lorenz 1975b : 15), qui est « la conviction que tout ce que notre appareil cognitif nous communique correspond à des données réelles du monde extra-subjectif. Cette position en matière de théorie de la connaissance est directement issue du fait que nous savons que notre appareil cognitif est, en lui-même, un élément de la réalité et qu’il n’a accédé à sa forme actuelle qu’à force de confrontations et d’adaptations à des éléments tout aussi réels » (ibid. : 13). Par conséquent il n’y a aucune raison d’exclure la faculté de perception des formes au sein de l’investigation scientifique, ni d’ailleurs aucune autre faculté.

23Une autre erreur commise par beaucoup de biologistes mécanistes ou atomistes est de refuser de considérer le caractère d’unité ou de totalité de chaque système organique. Ce refus s’explique par le fait que ce sont essentiellement les vitalistes qui se sont appropriés ces notions en invoquant des « facteurs d’unité » qui faisaient de cette unité un miracle. Pourtant l’unité n’est pas incompatible avec une explication causale, mais montre qu’« il n’y a pas d’enchaînements univoques de causes et d’effets au sein des systèmes organiques. On commet donc une erreur méthodologique fondamentale dès lors que l’on tente d’isoler expérimentalement ou même seulement par la pensée une relation causale que l’on étudie seulement dans un sens » (Lorenz [1978] 1984 : 55).

24Il est absolument nécessaire d’avoir conscience de la totalité d’un organisme avant d’entreprendre l’explication causale de ses éléments isolés, pour ne pas perdre de vue le fait que cet isolement est artificiel et provisoire. Les éléments isolés ne pourront finalement s’expliquer que les uns par rapport aux autres, ce qui implique de faire progresser simultanément ses connaissances sur chacun d’eux et de ne jamais oublier la pensée du tout auquel participent ces éléments. L’importance de la totalité justifie les méthodes éthologiques prônées par Lorenz, à savoir l’observation et la description patiente de la totalité des comportements d’un animal dans son environnement naturel. Cette façon de procéder a été injustement taxée d’« amateurisme ». Mais pour Lorenz, c’est un travail préparatoire absolument nécessaire, car ce n’est qu’ainsi que l’on peut se rendre compte de la complexité de l’animal considéré comme une totalité. L’analyse causale, qui est le but de toute recherche scientifique, n’a aucun sens si l’on n’a pas un aperçu complet du système dans lequel s’enchaînent les causes. Les méthodes et les considérations épistémologiques de Lorenz sont très éloignées du point de vue partiel de ses prédécesseurs. En éthologie, il faut utiliser la totalité de ses facultés cognitives afin de connaître la totalité du comportement de l’animal. Lorsque cette totalité est gravée dans l’esprit de l’éthologiste, il est libre de choisir l’étude de telle ou telle partie. Ce qui est essentiel, c’est donc l’ordre de la démarche : la connaissance ne peut progresser que du tout vers ses parties.

25Finalement, pourquoi Lorenz est-il considéré comme le père de l’éthologie ? (À juste titre je crois). Non pour l’originalité de sa position épistémologique, mais pour sa pertinence au moment où les débats sur le comportement animal prenaient des tournures idéologiques.

Bibliographie

Références bibliographiques

Lorenz Konrad. 1970. « Sur la formation du concept d’instinct », dans Trois essais sur le comportement animal et humain, traduit de l’allemand par Catherine et Pierre Fredet, Paris, Le Seuil.

– 1974. Évolution et modification du comportement, traduit de l’allemand par Laurent Jospin, Paris, Payot.

– 1975a. Entretiens avec Éric Laurent, Paris, Stock.

– 1975b. L’Envers du miroir. Une histoire naturelle de la connaissance, traduit de l’allemand par Jeanne Étoré-Lortholary, Paris, Flammarion.

– 1978. Écrits et dialogues avec Richard J. Evans, Paris, Flammarion.

– [1978] 1984. Les Fondements de l’éthologie, traduit de l’allemand par Jean Étoré, Paris, Flammarion.

Notes

1 Voir Lorenz Konrad, Les Fondements de l’éthologie, 1984, fig. 18.

2 S. Citation empruntée par Lorenz à Wolfgang Metzger.

Table des illustrations

Légende Fig 18 : a. Le vieux schema « psychohydraulique ». Le robinet PE représente la production d’excitations endogène et automatique, la ligne PAS le niveau du potentiel spécifique d’activité, le ressort placé dans le tuyau d’évacuation représente le degré de « stabilité » du système, la traction exercée sur la ficelle, l’action des stimul clés. b. Ce deuxième schéma rend compte de l’intervention de stimulations rechargeants supplémentaires et montre que c’est uniqument par la rapidité de son action que le stimulus clé SC se distingue des autres stumuli rechargeants. Les différents de hauteur entre les deux « réservoirs » de PAS sont censés montrer que dans la nouvelle hypothèse l’ouverture de la soupape est déterminée exclusivement par la pression interne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Doctorante en philosophie à l’université de Paris I et à l’université de Genève. Ses travaux portent sur l’histoire des relations entre l’homme et l’animal, vues notamment sous l’angle des dichotomies nature/culture, instinct/intelligence, corps/esprit, animal/homme... Elle s’intéresse plus particulièrement aux notions d’instinct et de sujet animal qui remettent en cause ces dichotomies depuis l’avènement de l’éthologie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site