Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

La méthode d'observation à l'épreuve de son objet

12. Entre laboratoire et terrain : les recherches sur le comportement animal au début du XXe siècle

Marion Thomas

Texte intégral

1« Il n’appartient qu’aux chasseurs d’apprécier l’intelligence des bêtes. Pour les bien connaître, il faut avoir vécu en société avec elles et la plupart des philosophes n’y entendent rien. [...] le naturaliste, après avoir étudié la structure des parties, soit extérieures, soit intérieures, des animaux et deviné leur usage, doit quitter le scalpel, abandonner son cabinet, s’enfoncer dans les bois pour suivre les allures de ces êtres sentants, juger les développements et les effets de leur faculté de sentir, et voir comment, par l’action répétée de leur faculté de sentir et de l’exercice de la mémoire, leur instinct s’élève jusqu’à l’intelligence » (Leroy [1762, 1781] 2006 : 15, 17-18). Tels sont les propos du philosophe et lieutenant des chasses royales Charles-Georges Leroy (1723-1789) dans ses Lettres philosophiques sur la perfectibilité et l’intelligence des animaux (1781) (Fontenay 1998 : 465-487). Cet abandon des modèles spéculatifs à la faveur de la recherche sur le terrain que vante Leroy reflète aussi une opposition majeure à l’époque entre naturaliste de cabinet et naturaliste de terrain. À côté d’un Buffon qui dirigea pendant cinquante ans le Jardin du Roi de Paris, figurent les voyageurs-naturalistes envoyés autour du monde collecter les produits de la nature, ou encore un Leroy, dont le terrain de recherche ne sera pas le Nouveau Monde mais, plus modestement, les parcs de Marly et de Versailles, dont il hérite de la charge de lieutenant à la mort de son père en 1753.

2Opposés, complémentaires, inégalitaires, déjà au xviiie siècle, les rapports entre savoirs de cabinet et savoirs de terrain apparaissent comme problématiques et engagent des questions épistémologiques importantes. Au xixe siècle, ces tensions s’exacerbent. Lors de la période couramment tenue pour celle de la « transformation de la biologie », qui se situe entre les années 1840 et 1870 aux États-Unis, et plus tardivement en Europe, les recherches en laboratoire vont s’imposer par rapport à celles effectuées sur le terrain et dans les musées (Rainger, Benson et Maienschein 1988). Des changements épistémologiques s’opèrent : l’émergence du laboratoire va transformer les objets de la nature pour répondre aux besoins de l’expérimentation et la conception même de la nature et du naturel va en être modifiée.

3Les critères de scientificité du laboratoire, à savoir le contrôle, la répétition et la quantification s’imposent au détriment des données de l’observation sur le terrain. Le fossé se creuse entre les exigences quantitatives du laboratoire et celles, qualitatives, du terrain. Les défenseurs de la « nouvelle » biologie se saisissent alors des critères du laboratoire et en font leurs prérogatives, disqualifiant au passage l’épistémologie de l’histoire naturelle. Aux yeux des « nouveaux » biologistes, le laboratoire est le symbole de la science moderne. Cependant, face à la progression massive du laboratoire, de nombreux naturalistes vont réagir et, fidèles aux traditions de l’histoire naturelle, vont dénoncer ce qu’ils perçoivent comme les exagérations du laboratoire. Parmi eux, les scientifiques qui s’intéressent au comportement animal sont nombreux.

4La question sera alors de savoir dans quelle mesure les transformations épistémologiques qui affectèrent les disciplines du vivant au tournant du xxe siècle, influencèrent le développement des sciences du comportement animal. On s’interrogera sur la manière dont les éthologues (ceux qui étudient le comportement animal en milieu naturel) et les psychologues (ceux qui étudient principalement le comportement en laboratoire) définissent leurs approches et leurs objets et légitiment leurs pratiques dans des lieux de recherche précis. Comment l’étude des animaux vivants dans un environnement contrôlé peut-elle s’affirmer face à l’étude des animaux dans leur environnement naturel ? Quels critères d’objectivité ces scientifiques mobilisent-ils pour justifier de la pertinence de leur méthodologie, sur le terrain et/ou au laboratoire ? Abandonnent-ils le terrain pour le laboratoire ou réussissent-ils à tirer avantage des deux approches ? Et si tel est le cas, quels moyens matériels et techniques utilisent-ils pour réussir l’exportation des critères du laboratoire vers le terrain ?

5Pour répondre à ces questions, on s’appuiera sur deux exemples : les travaux de Nikolaas Tinbergen (1907-1988) et Konrad Lorenz (1903-1989), les pères fondateurs de l’éthologie dite « classique », et ceux du psychologue américain Robert Yerkes (1876-1956). En particulier, on s’intéressera à la manière dont Lorenz et Tinbergen définissent les principes de leur éthologie positivement et négativement, notamment par rapport à la question du lieu des recherches en éthologie. On cherchera en particulier à identifier la rhétorique mobilisée par Lorenz pour légitimer son approche du comportement animal contre les approches de laboratoire. On montrera ensuite comment, au-delà de la tension entre laboratoire et terrain, il peut exister des territoires où se conjuguent les impératifs du laboratoire et du terrain. C’est ce que nous verrons à travers l’exemple de la station expérimentale où Yerkes conduira des travaux sur l’intelligence animale au début du xxe siècle.

Mise en perspective de l’héritage lorenzien

La vie contre la mort

6Depuis le début du xixe siècle, la biologie s’était donné pour objet la vie, mais, paradoxalement, son étude se pratiquait sur le cadavre. L’étude de la vie des animaux ne se faisait pas en plein air, dans les prairies, les forêts ou le long d’étendues d’eau, mais à l’intérieur, sur des spécimens morts. En France, par exemple, elle dépendait presque entièrement des extraordinaires collections de spécimens zoologiques conservées au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Ainsi, l’anatomie comparée que Georges Cuvier (1769-1832) initia au Muséum était dominée par l’analyse de spécimens morts soigneusement rangés dans les tiroirs de cabinets ou exposés dans des vitrines, dans tous les cas ayant fait les frais d’une table à dissection. Cuvier, toujours, s’il louait le travail de terrain pour rendre compte d’impressions directes et vivantes, affirmait cependant que la grandeur d’une comparaison et une analyse objective ne pouvaient passer que par le naturaliste de cabinet (Kohler 2002 : 2). Étudier des animaux morts, écrire de longues monographies, en s’intéressant de manière très détaillée à leur anatomie, leur histologie et leur embryologie, voilà les activités que l’entomologiste-poète français, Jean-Henri Fabre (1823-1915) n’eut de cesse de dénoncer tout au long de sa vie. En particulier, Fabre épingla les pratiques de ses contemporains disséqueurs et leur nouveau lieu de recherche : les laboratoires maritimes qui, durant la seconde moitié du xixe siècle, étaient devenus un lieu d’étude privilégié de la nature : « On fonde à grands frais sur nos côtes océaniques et méditerranéennes des laboratoires où l’on dissèque la petite bête marine, de maigre intérêt pour nous ; on prodigue puissants microscopes, délicats appareils de dissection, engins de capture, embarcations, personnel de pêche, aquariums, pour savoir comment se segmente le vitellus d’un annélide, chose dont je n’ai pu saisir encore toute l’importance, et l’on dédaigne la petite bête terrestre, qui vit en perpétuel rapport avec nous, qui fournit à la psychologie générale des documents d’inestimable valeur [...] » (Fabre, 1882 : 12).

7Fabre était aussi révolté par les pratiques de dissection de l’école de physiologie bernardienne, qui avait fait de l’expérimentation animale la pierre angulaire de la méthode expérimentale. Contre eux il vociférait : « Vous éventrez la bête et moi je l’étudie vivante ; vous en faites un objet d’horreur et de pitié, et moi je la fais aimer ; vous travaillez dans un atelier de torture et de dépècement, j’observe sous le ciel bleu, au chant des cigales ; vous soumettez aux réactifs la cellule et le protoplasme, j’étudie l’instinct dans ses manifestations les plus élevées ; vous scrutez la mort, je scrute la vie » (ibid. : 3).

8Ce rejet de la connaissance acquise sur le cadavre se retrouvait chez le naturaliste américain William Morton Wheeler (1865-1937). Spécialiste des fourmis, Wheeler avait, en 1902, défini l’éthologie comme « l’étude des animaux, avec l’idée d’élucider leur caractère ainsi qu’il [était] exprimé dans leur comportement physique et psychique en relation avec leur environnement organique et inorganique » (Wheeler 1902 : 974, traduction personnelle). Comme les naturalistes en « révolte » contre le laboratoire, Wheeler envisageait l’éthologie comme une revendication de l’étude de la vie contre la mort. Ainsi, il invectivait ceux qui « scrut[ai]ent des sections de paraffine d’animaux ou de plantes, des spécimens morts montés sur des épingles entre des lames et des papiers buvards », et affirmait qu’il était nécessaire de « s’attaquer à l’étude des organismes en tant qu’agents dynamiques dans un environnement très complexe et instable » (Wheeler 1911 : 307-308, traduction personnelle).

  • 1 S. De la même manière, l’ornithologue amateur américain Margaret Morse Nice déclarait : « Je ne po (...)

9De manière similaire, quelques décennies plus tard, Lorenz et Tinbergen choisirent l’étude du vivant sur le vivant, en réaction contre ceux qui cherchaient à comprendre la vie sur le cadavre. Cette position était clairement affichée dans les propos de Tinbergen : « L’éthologie était [...] une réaction contre la science de l’époque [...] : les zoologistes qui s’intéressaient aux animaux vivants étaient dégoûtés par l’analyse détaillée de l’anatomie comparée qui s’intéressait de plus en plus à la simple étude des homologies, et avaient perdu l’intérêt pour l’étude de la fonction. Les zoologistes sortirent donc de leur laboratoire pour voir eux-mêmes ce que les animaux faisaient avec leurs organes, ces organes décrits dans des livres d’anatomie et sur les tableaux noirs, et observés sous des formes décolorées, souvent punaisés, comme “momifiés” par les dissections standardisées » (Tinbergen 1963 : 412)1.

Objectiver les instincts : l’étude des schémas instinctifs de comportement dans un environnement naturel

10Pour Lorenz et Tinbergen, l’étude de la vie animale exigeait un lieu privilégié : le milieu naturel. Aux yeux de Lorenz, seul un lieu non contraint était légitime. C’était en effet la garantie pour que l’animal puisse déployer un comportement spontané, donc inné et ainsi permettre au zoologiste de comprendre l’intégration écologique de l’espèce à laquelle il était attaché. C’était d’ailleurs autour des comportements instinctifs que Lorenz allait fonder son éthologie.

  • 2 S. Charles Darwin consacre le chapitre viii de L’Origine des espèces (1859) à l’étude de l’instinc (...)
  • 3 S. Whitman avait illustré ce postulat en montrant que l’habitude de boire par succion distingue le (...)

11Se situant dans une tradition darwinienne d’étude du comportement, Lorenz allait reprendre le thème de l’instinct et en proposer une explication évolutionniste2. À la suite du zoologiste américain Charles Otis Whitman (1842-1910), qui s’était passionné pour les pigeons3, Lorenz affirmait que l’étude du comportement pouvait fournir des critères aussi sûrs que les traits physiques pour identifier et classer les espèces. Ainsi il affirmait que « les instincts comme des organes [devaient] être étudiés d’un point de vue phylogénétique », soit, en d’autres termes, qu’ils avaient « une valeur spéciale pour construire des arbres phylogénétiques » (Lorenz 1966 : 275). En conséquence, pour Lorenz, on devait « se livrer à des études comparées de l’instinct avec des mêmes méthodes empruntées à l’anatomie comparée » (Lorenz 1970 : 285, traduction personnelle).

12En définissant l’éthologie comme l’étude comparée du comportement, Lorenz rapprochait l’éthologie de l’anatomie comparée et en assurait ainsi la scientificité. L’approche naturaliste participait aussi de ce processus de légitimation. Cette dernière s’ancrait sur une épistémologie de terrain : aux yeux de Lorenz, seules des observations (majoritairement qualitatives) obtenues dans un milieu naturel (donc non contraint) étaient la garantie de l’observation d’un comportement naturel, l’objet même que s’était donné l’éthologie.

Les vertus morales de l’éthologue

13Lorenz avait toujours revendiqué la nécessité d’entretenir « une extrême familiarité avec un groupe d’espèces animales précis », d’éprouver « un amour non ordinaire pour les animaux » (Wasson 1987 : 645) au point d’en « tomber amoureux ». De son point de vue, un « engagement émotionnel » était une condition nécessaire sans laquelle « aucune connaissance exhaustive des traits comportementaux d’un groupe d’animaux ne pourrait jamais être atteinte » (Lorenz 1970 : xvi). Seul l’amour des animaux pouvait permettre d’endurer des conditions très inhabituelles de travail, comme, par exemple, plonger dans un étang sale, nager en étant entouré d’animaux bruyants ou encore passer des heures à observer des animaux sans perdre patience. Aux yeux de Lorenz, le « bon » éthologue partageait des caractères avec les chasseurs ou les paysans, dont les activités se situaient sur le terrain.

14Comme eux, l’éthologue était amoureux des animaux, condition première de leur patiente observation (Lorenz [1974] 1978 : 68). Selon Lorenz, chez le chasseur, « l’objet et la méthode [étaient] commandés par le plaisir de guetter l’animal », de l’épier, autrement dit de le « piéger », tandis que chez le paysan « l’objectif était essentiellement de posséder des animaux, de les élever et de les faire se reproduire » (Lorenz 1970 : xvi). Qu’il fût du « type chasseur » (comme Tinbergen) ou du « type paysan » (comme Lorenz), l’éthologue devait être capable de tomber en contemplation devant les animaux. Ainsi, l’empathie, l’endurance face à des conditions difficiles de travail, la patience apparaissaient comme les vertus morales requises d’un « bon » éthologue et donc d’un « bon » travail éthologique. Pour Lorenz, ces vertus morales avaient aussi valeur de vertus scientifiques.

  • 4 S. L’éthologie fut institutionnalisée en Grande-Bretagne à la fin des années 1940. En 1973, Lorenz (...)

15Notons également que les photographies qui montraient Lorenz en compagnie d’animaux dans la nature contribuèrent, de manière indéniable, à valoriser l’image de l’éthologie et à rendre populaire auprès d’un grand public cette discipline naissante4. Qui, en effet, n’a pas en mémoire les scènes où l’on voit Lorenz poursuivi par une famille de canetons ou encore nageant en compagnie d’oies cendrées dans un lac proche de sa résidence autrichienne d’Altenberg, près de Vienne ?

  • 5 S. Ainsi, par exemple, Il parlait avec les mammifères, les oiseaux et les poissons (Er redete mit (...)

16Cette vision du naturaliste avait pour but de raviver des images d’Épinal associées aux plaisirs de la nature. De même, dans des ouvrages grand public (Lorenz 1949, 1950)5 ou dans des récits autobiographiques (Lorenz 1985 : 259), Lorenz insistait sur l’enracinement de sa passion pour les animaux avec les plaisirs de l’enfance, en faisant jouer un imaginaire enfantin présent dans les récits d’histoire naturelle de la fin du xixe siècle ou dans des contes fantastiques : « Petit garçon, j’adorais les hiboux et j’étais déterminé à devenir un hibou. [...] J’appris à nager très tôt et lorsque j’ai réalisé que les hiboux ne pouvaient pas nager, ils perdirent mon estime. Mon vif désir pour l’universel me poussa à vouloir devenir un animal qui pouvait voler, nager et rester dans les arbres. [...] Je n’avais pas tout à fait six ans quand je fus frappé par le livre immortel de Selma Lagerlöf Le Merveilleux Voyage de Nils Holgerson chevauchant des oies sauvages. C’est alors que je voulus devenir l’espèce d’oie sauvage idéalisée par la poétesse suédoise » (ibid., traduction personnelle).

  • 6 S. Voir l’article de Jenny Litzelmann dans le présent volume.

17Pour conclure, en posant l’étude de l’instinct comme la pièce maîtresse de son éthologie, Lorenz s’affirma comme le théoricien du comportement animal. L’objectivisation du concept d’instinct, reposant sur la formalisation des concepts de releaser, de « schémas de comportement inné » (que nous n’avons pas détaillés ici6), permit à Lorenz d’attacher aux études du comportement animal une théorie cohérente et unitaire. Grâce à cette théorisation du concept d’instinct, l’éthologie de Lorenz accéda au rang de science : elle s’était dotée d’un corps de doctrines qui reposait sur la recherche de la causalité du comportement et rejetait toute explication vitaliste ou finaliste (sans pour autant tomber dans la simplification d’explications mécanistes). À la fin des années 1930, l’éthologie de Lorenz se définissait donc comme l’étude des comportements innés, en milieu naturel, en vue de construire des arbres phylogénétiques, avec un modèle animal privilégié, les oiseaux. Tous ces critères, aux yeux de Lorenz, faisaient de l’éthologie une science positive.

Sociologie de l’éthologie lorenzienne

18En imposant une définition stricte de l’éthologie, Lorenz se démarqua de nombreuses approches contemporaines du comportement animal. Il est alors intéressant d’explorer la manière dont Lorenz a raconté l’histoire de sa discipline. Chercher à établir la sociologie de l’éthologie lorenzienne aide, en effet, à comprendre la manière dont Lorenz s’est approprié le champ des sciences du comportement animal et a cherché à légitimer l’étude du comportement animal en milieu naturel face à celle menée en laboratoire. Essayons d’analyser alors comment, d’un côté, Lorenz désigne des précurseurs et construit des alliances, de l’autre, évince la majorité des scientifiques engagés dans des travaux d’études du comportement animal en laboratoire.

Construire des alliances et désigner des précurseurs

19Lorenz inscrit son éthologie dans la lignée de la tradition naturaliste anglaise et darwinienne du bird watching. En particulier, c’est le biologiste britannique Julian Huxley (1887-1975) que Lorenz désigne en 1966 comme l’un des pères fondateurs de l’éthologie (Burkhardt 1992 : 127). Huxley, que Lorenz a rencontré à Oxford en 1934, lors du viiie Congrès international d’ornithologie, est fasciné par les oiseaux depuis que, enfant, il a été « imprimé » par un pic. L’ornithologie est alors devenue une passion à laquelle il s’adonne en tant que hobby entre 1901 et 1910, puis qui se concrétise dans une série de cinq articles publiés entre 1911 et 1925.

  • 7 S. La sélection sexuelle est l’idée selon laquelle certains individus mâles ont acquis une conform (...)
  • 8 S. Howard montra que le chant ou la couleur du plumage d’un mâle n’étaient pas uniquement des atou (...)

20En étudiant le comportement des oiseaux, Huxley vise à étayer la théorie darwinienne de la sélection sexuelle7. Son étude des parades amoureuses chez la grèbe huppée, si elle vise à raffiner la théorie de Darwin (Huxley 1914 : 524), s’inscrit aussi dans une démarche naturaliste. Comme nous le dit Huxley, « les données les plus valables [sont] celles accumulées pendant des longues observations continues » (Huxley 1916 : 256). Huxley ne se contente pas de publier ses travaux. Profitant de sa position institutionnelle avantageuse (il est alors professeur à Oxford), à une époque où le laboratoire attire tous les suffrages des biologistes (Burkhardt, op. cit. : 142), Huxley va valoriser les travaux des ornithologues amateurs dans les milieux académiques (ibid. : 147). Par exemple, il contribue au financement des travaux du naturaliste Henry Eliot Howard (1873-1940), qui, dans le maigre temps libre que lui laissait la direction de son aciérie, avait une prédilection pour l’observation des fauvettes et forgea en 1908 le concept de « territoire »8.

21La nomination de Huxley en 1936 à la présidence de l’Institut pour l’étude du comportement animal (Institute for the Study of Animal Behaviour – ISAB) accentue cette position de médiateur entre professionnels et amateurs. De nouveau, Huxley va jouer de son influence auprès de ses collègues biologistes pour remettre en cause l’image obtuse et obsolète de l’amateur en ornithologie, et plus généralement en sciences du comportement animal. En s’associant au destin de l’ISAB, Huxley va faire de l’éthologie, à partir du premier tiers du xxe siècle et ce, de manière définitive, une discipline scientifique légitime à part entière, en la débarrassant d’une image qui inhibe sa reconnaissance dans les universités anglaises (Durant 1986 : 1602).

22Ainsi, les précurseurs désignés par Lorenz partagent des caractères communs : l’étude du comportement des oiseaux, une approche de terrain, une adhésion aux théories darwiniennes, la valorisation des savoirs amateurs, autant de caractères qui les désignent comme des « bons » éthologues au sens de Lorenz.

Identifier des ennemis : le rejet du béhaviorisme et de la primatologie

23Inversement, le choix de l’étude des comportements innés pousse Lorenz à se distancier d’autres traditions de recherche du comportement animal. L’instinct, objet d’étude central, nous l’avons vu, pour Lorenz, est aussi un thème de recherche privilégié pour les psychologues. Une concurrence pour Lorenz, qui essaie alors de « démontrer le caractère fallacieux ou tout au moins la faiblesse de leurs [ceux des psychologues] points de vue et théories » (Lorenz 1970 : 259). Cette négation des théories psychologiques de l’instinct est un thème récurrent de la critique de Lorenz. Ainsi, bien après que l’éthologie eut été établie en tant que discipline, Lorenz minimise toujours la contribution des psychologues dans le domaine des sciences du comportement animal. « L’étude du comportement, dit-il, commença avec les psychologues, et la psychologie est la fille de la philosophie et non des sciences de la nature » (Lorenz 1966 : 271). Cette attaque contre les psychologues n’est pas anonyme : « [...] Spencer, Lloyd Morgan, McDougall ainsi que Yerkes, Watson [...]. Je dois avouer que tous m’ont causé une profonde déception et désillusion ! Ce n’était pas des experts ! Ils ne connaissaient simplement rien au sujet des animaux ! Ils étaient ignorants des phénomènes et des problèmes, auxquels, moi, alors jeune homme, je m’étais attaqué » (Lorenz 1970 : xviii).

24L’attaque de Lorenz envers les psychologues est double : les psychologues sont tombés soit dans l’écueil vitaliste (comme par exemple McDougall et Morgan), soit dans l’écueil mécaniste. Lorenz place les psychologues américains John B. Watson (1878-1958) et Robert Yerkes (1876-1956) dans ce dernier groupe. La critique de Lorenz est cinglante : à ses yeux, le travail de Watson est inconsistant au point qu’« il ne mérite même pas qu’on s’y arrête. » « Une complète ignorance du comportement animal domine ces laboratoires américains, poursuit Lorenz, où l’on explique le comportement animal comme la simple combinaison de réflexes conditionnés » (ibid. : 261).

25En 1913, Watson alors professeur à l’université Johns Hopkins, a bouleversé de manière radicale le champ de la psychologie en l’affranchissant de la philosophie. Dans un texte devenu depuis célèbre, il a proclamé que « la psychologie, du point de vue du béhavioriste, est une étude purement objective, expérimentale devenant une branche des sciences naturelles, qui a aussi peu besoin de l’introspection que les sciences physiques ou chimiques » (Watson 1913 : 177). Le béhaviorisme est né. Sa scientificité, assure Watson, est certaine et repose sur le fait qu’il s’est donné un nouvel objet d’étude : le comportement, cela au détriment de la conscience, tout autant qu’une nouvelle méthode : l’approche expérimentale en laboratoire. À cette psychologie expérimentale, Watson a associé un nouveau modèle animal : la souris (Pauly 1987 : 172).

  • 9 S. « From the behaviorist’s point of view the problem of “meaning” is a pure abstraction [...]. We (...)

26De manière simplifiée, le béhaviorisme repose sur l’idée que les actes d’un animal sont provoqués par un stimulus externe qui entraîne une réponse particulière de l’animal. Dans les termes d’une formule, le béhaviorisme pourrait être réduit à la formule S-R, où S fait référence à un stimulus et R à la réponse. Le stimulus peut signifier n’importe quel objet de l’environnement ou n’importe quel changement interne dans un tissu glandulaire ou musculaire. La réponse, quant à elle, ne signifie rien d’autre que l’acte de l’animal en lui-même, comme se tourner vers une lumière, sauter à l’émission d’un son, etc. Ainsi, pour un béhavioriste, le comportement animal ne signifie rien d’autre que « ce que l’animal fait »9.

27La position de Watson à l’égard de l’instinct est radicalement opposée à celle de Lorenz. Si, initialement, Watson a accepté une conception de l’instinct comme une série de mouvements réflexes qui se déploient de manière innée (cas du réflexe rotulien ou du clignement des paupières), il finit par rejeter complètement cette notion. Pour justifier ce parti pris radical, Watson établit la liste d’instincts chez les enfants et montre que la plupart d’entre eux étaient rapidement masqués par des comportements acquis : « Pour nous il n’y a plus d’instincts – nous n’en avons plus besoin pour la psychologie. Tout ce que nous appelons “instinct” est le résultat d’un long entraînement, appartenant au comportement d’apprentissage » (Watson 1928 : 1).

  • 10 S. « Give me a dozen of healthy infants, well-formed, and my own specified world to bring them up (...)

28Ainsi, non seulement Watson en est arrivé à abandonner l’idée d’instinct, mais il défend des positions « environnementalistes » radicales : à ses yeux, le talent, les capacités, les tempéraments sont des notions vides et, inversement, il prétend que tous les caractères que l’on voyait exister chez un adulte sont seulement le fruit d’un apprentissage10.

29Dans le groupe des béhavioristes, Lorenz inclut aussi le psychologue et primatologue américain Yerkes. « Mes découvertes, affirme-t-il, contredisent avec la même force les opinions tenues par les mécanistes ou l’école béhavioriste, représentée par Watson et Yerkes » (Lorenz 1985 : 265). Tinbergen le rejoint sur ce point. En 1938, il a rencontré Yerkes lors d’un séjour aux États-Unis et confessé « que le travail de Yerkes sur les rats et les chimpanzés l’avait laissé perplexe » (Tinbergen 1985 : 447).

30Sans aucun doute, le modèle animal choisi par Yerkes incarne le piège anthropomorphique dont Lorenz a toujours voulu se tenir à distance. Lorenz insiste pour étudier le point de vue de l’animal lui-même, alors que Yerkes a toujours soutenu l’idée qu’il étudiait les singes dans une visée anthropocentrique, c’est-à-dire afin de mieux saisir le comportement humain. Ainsi, au zoocentrisme de Lorenz s’oppose l’anthropocentrisme de Yerkes. Par ailleurs, Lorenz envisage les travaux sur les singes comme relevant d’une approche trop subjective, qui inévitablement pousse à prendre en considération des données autres que physiologiques. En particulier, aux yeux de Lorenz, la notion de « comportement d’idéation » (ideational behavior) développée par Yerkes dans ses études sur les primates prête trop facilement à l’animal une volonté à agir, intentionnalité que Lorenz ne peut admettre.

31Conclusion. Entre les années 1930 et 1950, Lorenz a fait de son éthologie une discipline scientifique en s’affirmant comme le théoricien de cette nouvelle discipline. Cela signifie faire de l’éthologie l’étude de schémas de comportements innés observés chez les oiseaux dans un environnement naturel. Cette définition étroite de l’éthologie influença la manière dont Lorenz choisit ses alliés et, inversement, identifia des ennemis dans le champ des sciences du comportement animal. L’éthologie de Lorenz s’opposa au béhaviorisme en de nombreux points. Alors que Lorenz se concentrait sur des comportements innés, Watson avait fait des comportements d’apprentissage son objet privilégié de recherche. Alors que Lorenz défendait l’étude du comportement animal dans un milieu naturel, Watson avait revendiqué l’approche de laboratoire. Alors que Lorenz conduisait ses expériences avec des oiseaux, Watson avait fait de la souris son objet privilégié d’étude. Enfin, alors que Lorenz exigeait « une implication émotionnelle » avec les animaux et insistait sur une approche zoocentriste, Watson les avait réduits à une boîte noire mystérieuse (Watson 1924 : 49).

La question de l’autorité de l’expérimentation dans les sciences du comportement animal

La rhétorique de Lorenz : la polarisation entre laboratoire et terrain

32La cartographie précédente nous a montré un comportement animal comme pris en étau entre les zoologistes et les psychologues. Cette compétition pour un champ de recherches peut expliquer le malaise affiché par Lorenz et Tinbergen chaque fois qu’il s’agit de se distinguer des psychologues, en particulier des béhavioristes qui dominent le champ des sciences du comportement animal aux États-Unis, au début du xxe siècle. La ligne de tensions autour des couples dichotomiques : inné et acquis, approche de terrain et approche de laboratoire, modèle animal oiseaux et modèle animal souris/singes ne peut, cependant, être tenue comme allant de soi. En effet, comme l’a souligné l’historien américain spécialiste de l’histoire de l’éthologie Richard Burkhardt, sans pour autant l’explorer : « Il est évident [...] que les déclarations de Lorenz concernant ses prédécesseurs ne peuvent pas être lues comme une tentative sérieuse de reconstruction historique. Au contraire, elles doivent être interprétées comme faisant partie de la campagne de Lorenz pour légitimer son approche du comportement animal » (Burkhardt 1981 : 67 ; Burkhardt : 2005).

33Afin de mieux évaluer les tensions entre d’un côté les psychologues, de l’autre les éthologues, nous nous proposons maintenant d’explorer le couple dichotomique laboratoire/terrain. Ce thème apparaît comme un point d’achoppement fort dans les sciences du comportement animal, dans la mesure où il soulève la question de l’autorité de l’expérimentation et celle du statut épistémologique accordé à l’expérience de laboratoire et à l’observation de terrain. En d’autres termes, on cherchera à identifier les critères d’objectivité mobilisés par les scientifiques pour justifier la pertinence de leurs méthodes à la fois sur le terrain et au laboratoire.

Transformation de la biologie et sciences du comportement animal

34Pour tenter de mieux saisir les enjeux de la polarisation établie par Lorenz entre laboratoire et terrain, nous nous proposons de situer les études du comportement animal dans ce qui a couramment été appelé la « transformation de la biologie ». La raison est que cette transformation fait apparaître de manière très évidente les tensions entre approche de terrain (ou approche naturaliste) et approche de laboratoire. En effet, cette transformation désigne le remplacement des traditions naturalistes héritées du xixe siècle (observations et collecte sur le terrain) par les approches de laboratoire qui voient les biologistes chercher à pénétrer les processus internes des organismes vivants et découvrir leurs cause (Nyhart 1996 : 426). Ce sont en particulier les « nouveaux » biologistes, qui insistent sur l’existence d’une démarcation radicale entre les deux approches. Dans leurs propos, l’« histoire naturelle » se réduit à la collecte et la description tandis que la « nouvelle » biologie repose fondamentalement sur l’expérimentation. Avec la « nouvelle » biologie, les prérogatives du laboratoire : contrôle, répétition des expériences et quantification, s’imposent comme les critères de scientificité.

35Ce souhait d’épouser les critères du laboratoire est identifiable aussi dans les sciences de l’esprit. Par exemple, au début du xxe siècle, des psychologues comme Watson ou Yerkes s’efforcent de faire de la psychologie animale une science expérimentale, c’est-à-dire une science de laboratoire. En ce sens, ils accordent leurs travaux avec les exigences de la « nouvelle » biologie et cela les conduit souvent à considérer les descriptions naturalistes du comportement animal comme relevant de l’anecdote, du singulier, du non-quantifiable. À leurs yeux, la psychologie ne pourra acquérir une nouvelle identité institutionnelle qu’en épousant les critères de scientificité de la « nouvelle » biologie. C’est donc par le laboratoire qu’elle se détachera de la philosophie et deviendra, de manière définitive, une branche des sciences naturelles.

36L’équivalence qui est posée entre « nouvelle » biologie et laboratoire n’est pas sans soulever des colères. L’entomologiste Wheeler, que nous avons évoqué plus haut, défend une éthologie ; il promeut non seulement l’étude de la vie contre la mort mais il revendique aussi une « renaissance de la zoologie » contre la montée croissante de celle de laboratoire. À cette fin, il fait référence à Fabre dont il a été chargé, en 1916, de rédiger la nécrologie pour le Journal of Animal Behavior : « [Fabre] est le premier à avoir appliqué de manière sérieuse la méthode expérimentale pour étudier l’esprit de l’animal. Les Souvenirs abondent en récits d’expériences, conduites dans le but d’élucider la nature de l’instinct, et, même si elles sont conduites avec des moyens précaires et des instruments bricolés, elles n’en sont pas moins conclusives et lumineuses. C’est instructif et aussi humiliant de lire ses résultats et de réfléchir aux gigantesques appareils utilisés dans nos laboratoires modernes, pensons seulement à la ridicule souris et aux soi-disant résultats issus de son étude dans les laboratoires de recherche » (Wheeler 1916 : 79-80, traduction personnelle).

37Parmi les biologistes « modernes » visés par Wheeler, se trouve certainement Watson, qui, nous l’avons vu, a fait de la souris l’animal de laboratoire par excellence. En opposant la rusticité des appareils utilisés par Fabre à la complexité des appareils « modernes », Wheeler sous-entend que les expérimentations sont aussi possibles dans le domaine de l’histoire naturelle, quand bien même cette phrase pourrait apparaître comme contradictoire pour les « nouveaux » biologistes. Wheeler renverse alors la rhétorique des « nouveaux » biologistes. Il montre que l’histoire naturelle repose elle aussi sur les expérimentations et que même si ces expérimentations ne nécessitent pas d’équipements élaborés, elles impliquent des manipulations, la mise à l’épreuve d’hypothèses et le contrôle de paramètres. Pour Wheeler, Fabre, comme lui-même, est un naturaliste et un expérimentateur. Fabre le rejoint d’ailleurs sur ce point quand il écrit : « À quand donc un laboratoire d’entomologie où s’étudierait, non l’insecte mort, macéré dans le trois-six, mais l’insecte vivant ; un laboratoire ayant pour objet l’instinct, les mœurs, la manière de vivre [...] ? » (Fabre, op. cit. : 12) Ainsi, l’établissement d’une démarcation stricte entre histoire naturelle et « nouvelle » biologie apparaît comme le produit d’un discours des « nouveaux » biologistes cherchant à dévaloriser les pratiques naturalistes. Comme le souligne l’historienne américaine Lynn Nyhart, cette démarcation a été acceptée trop facilement par certains historiens des sciences qui ont insuffisamment identifié les rhétoriques à l’œuvre entre des approches concurrentes (Nyhart, op. cit. : 426-427 et 433-434). De son côté, elle se propose d’identifier, notamment en comparant et contrastant, les discours et pratiques scientifiques à la fois du côté des « nouveaux » comme des « anciens » biologistes. À son instar, nous allons chercher à situer l’éthologie de Lorenz dans la « transformation de la biologie », en comparant ses discours et ses pratiques.

L’éthologie lorenzienne : observation passive ou expérimentation en milieu naturel ?

38Comme le fait remarquer l’historien Burkhardt, Lorenz, « tout autant qu’il ait pu être inspiré par la campagne autrichienne, tout autant qu’il ait pu insister sur l’importance de l’observation du comportement naturel des animaux sauvages, ne fut, en aucun cas, un field naturalist » (Burkhardt 2005 : 132). Sans aucun doute, Lorenz adore être en pleine nature, marcher, nager ou simplement paresser avec ses oies et ses canards le long des bords du Danube. Cependant, alors qu’il passe des heures à parcourir les collines, poursuivi par son choucas ou des corbeaux élevés par ses propres soins, Lorenz n’a pas goût à épier un animal qui n’est pas dans une certaine mesure sous sa protection ou son contrôle. Ce que Lorenz aime, c’est élever des animaux chez lui, les observer dans sa maison et, éventuellement, les soigner quand l’un d’entre eux tombe malade (ibid.). Il est cet observateur de « type paysan », pour reprendre sa terminologie, et sa conception du terrain est donc plus celle d’un lieu domestique qu’une traque dans un habitat naturel.

39Tinbergen, quant à lui, décrit l’étude des animaux comme une activité de terrain, qu’il associe à de longues heures de balades dans la nature, parfois entreprises sans but spécifique (Tinbergen [1958] 1974 : 263). C’est notamment lors de ses séjours dans sa résidence secondaire anglaise, une superbe ferme du xviiie siècle, près de la mer Baltique, qu’il passe des heures à analyser le comportement des mouettes, à le comprendre grâce à des expériences ingénieuses et à en fixer la preuve à travers l’objectif de sa caméra.

40Ainsi, même s’ils partagent la même passion pour la nature sauvage, Tinbergen et Lorenz ont des approches différentes, quoique complémentaires. Tinbergen, à ses propres yeux, est « plus expérimental, plus rigoureux et plus intéressé par l’écologie », tandis que Lorenz est « plus intuitif et plus propre à se laisser aller à des spéculations » (Tinbergen 1985). Même constat chez Lorenz qui confesse : « Niko et [moi] formions une parfaite équipe. [Je] [...] préférais observer plutôt qu’expérimenter. Cela m’était difficile de mettre en danger la vie d’une nichée d’oiseaux ou de poissons en vue de la réalisation d’une expérience. Niko Tinbergen était le maître attitré pour faire des expériences non invasives, pour poser des questions à un être vivant sans avoir besoin de le perturber » (Lorenz 1985 : 269).

41Cette complémentarité fut vitale à l’émergence de l’éthologie. Si Lorenz avait su extraire la portée théorique des études comparées des comportements innés conduites par Whitman et Heinroth, les progrès ultérieurs de l’éthologie (Lorenz était le premier à l’admettre) furent principalement dus à Niko Tinbergen dont les expérimentations circonspectes eurent un rôle considérable dans l’instauration de l’éthologie comme branche respectable des sciences biologiques (Burkhardt 2005 : 203).

42Parmi les expériences délicates et astucieuses auxquelles se livra Tinbergen, celles qui utilisaient des leurres étaient fréquentes. Dans le cas d’expériences visant à l’analyse de la reconnaissance d’une proie chez les insectes, les subterfuges étaient nombreux : « une abeille à miel tuée récemment, une abeille morte, une abeille désodorisée, une abeille qui a été rendue inodore et que l’on a re-odorisée en la mettant en contact avec des abeilles vivantes, un morceau de bois de la taille d’une abeille, et un morceau de bois qui a été parfumé au contact d’abeilles vivantes » (Ridley 1981 : 571).

43Ainsi, les pratiques de Tinbergen, d’où naîtront le corps de doctrines de l’éthologie « classique », répondent aux critères de répétition et de contrôle associés aux expérimentations de laboratoire et partagent donc des points communs avec la « nouvelle » biologie. L’éthologie de Lorenz et Tinbergen ne repose donc pas sur une observation passive en milieu naturel mais sur des expérimentations réalisées soit dans l’environnement contrôlé de la résidence de Lorenz, soit en pleine nature, mais là encore avec la possibilité de contrôle de paramètres. Il apparaît donc que, dans ses discours des années 1930, Lorenz a minimisé les méthodologies de l’éthologie lorsqu’elles étaient trop proches d’une épistémologie de laboratoire. Cela laisse supposer que la limite entre l’éthologie et la psychologie comparée fut moins marquée que Lorenz a bien voulu le laisser entendre dans les années 1930.

Une caricature de la démarche béhavioriste

44La manière radicale selon laquelle Lorenz a regroupé sous l’étiquette « béhavioriste », des scientifiques de profils très différents demande aussi à être revue. Le cas du psychologue Yerkes illustre comment Lorenz a pu se méprendre sur le travail des béhavioristes et nous aide, par là même, à remettre en cause la polarisation radicale de Lorenz entre approche de laboratoire et approche de terrain.

  • 11 S. Robert Yerkes (1910) cité par Richard W. Burkhardt, « Charles Otis Whitman... », op. cit. : 193 (...)

45Au début de sa carrière, à la fin des années 1900, Yerkes avait partagé avec Watson la même vision pour la psychologie expérimentale. Tous deux jeunes professeurs, respectivement à l’université de Harvard et de Johns Hopkins, ils avaient œuvré pour faire admettre la psychologie comparée dans les cursus universitaires. Tous deux considéraient les études expérimentales du comportement animal comme centrales au développement de cette discipline. Watson et Yerkes partageaient suffisamment d’idées communes sur le comportement animal pour fonder ensemble, en 1911, le Journal of Animal Behavior. Dans l’éditorial du premier numéro, la revue se présentait comme une tribune pour publier des études de terrains sur les habitudes, les instincts, les relations sociales, etc. des animaux, mais aussi des études de laboratoire des comportements animaux et de la psychologie animale. L’éditorial poursuivait qu’une telle attitude favoriserait les relations et les collaborations entre les naturalistes et les expérimentalistes américains11. Dans un élan œcuménique, Yerkes émettait le vœu de concilier dans une large famille des travaux sur le comportement animal issus à la fois du terrain et du laboratoire. Vœu pieux certainement, quand on sait qu’au début du xxe siècle, et de manière très évidente aux États-Unis, les sciences du vivant, en pleine mutation, étaient marquées par la suprématie du laboratoire sur le terrain.

46Cependant, après que Watson rendit public son Manifeste béhavioriste de 1913, les dissensions entre les deux hommes s’accentuèrent. Contrairement à Watson qui prétendait que la psychologie devait se débarrasser des spéculations sur la nature de l’esprit qu’il soit humain ou animal, Yerkes commença à revendiquer l’idée d’analyser l’esprit animal et à prendre sérieusement en compte le possibilité que l’esprit humain et animal aient bien des ressemblances (Radick 2008). En fait, Yerkes considérait le « problème de la nature et des relations de la conscience comme l’un des plus fascinants et des plus importants de la biologie », et espérait, dans une certaine mesure, contribuer à « résoudre ce problème » (Yerkes 1932 : 396).

47En pratique, cela signifia que Yerkes commença à travailler avec des animaux plus complexes et à les mettre dans des situations expérimentales où ils pourraient exercer leurs capacités d’apprentissage, pas seulement à travers des situations d’« essais et erreurs », mais aussi par la compréhension d’une règle (Radick 2008). Ces nouvelles expériences, Yerkes les conduisit dans un lieu précis : une station expérimentale californienne où l’un de ses anciens étudiants, le psychiatre Gilbert Van Tassel Hamilton (1877-1944), l’avait invité à séjourner pour étudier l’intelligence des grands singes.

48Le choix d’une station expérimentale n’était pas anodin. Avant d’accepter l’invitation de Hamilton, Yerkes avait eu l’intention de rejoindre le psychologue allemand Wolfgang Kœhler (1887-1967), qui dirigeait une station expérimentale sur l’étude des anthropoïdes, à Ténériffe, dans les îles Canaries, et qui travaillait à l’époque sur l’insight (que l’on peut traduire par « compréhension intuitive ») des chimpanzés. Le choix de ce laboratoire en plein air répondait à une conception beaucoup plus ouverte que celle avancée par Watson.

Un lieu hybride de recherche du comportement animal : la station expérimentale

  • 12 S. Robert H. Wozniak, « Gilbert Van Tassel Hamilton and An introduction to Objective Psychopatholo (...)

49Yerkes rejoignit donc son ancien étudiant Hamilton, à Montecito, près de Santa Barbara, en Californie. Hamilton y travaillait en tant que médecin privé d’un financier philanthrope qui, non seulement lui payait des honoraires pour ses services en tant que médecin mais aussi l’autorisait à consacrer une partie de son temps à ses recherches en psychologie12. Grâce à son généreux mécène, Hamilton avait pu faire construire un laboratoire de psychologie comparée, incluant une colonie d’une quinzaine de singes (Yerkes à Hamilton 1913). Pendant six mois, dans des conditions matérielles et humaines optimales, Yerkes va être absorbé par ses premières recherches systématiques et approfondies sur le comportement des singes. Lorsqu’il arrive à Montecito, il se met à travailler avec « l’appareil à choix multiples », amélioré par Hamilton de manière conséquente depuis son installation en Californie. L’instrument qu’il va utiliser est beaucoup plus imposant que l’appareil initialement conçu : les quatre portes ont fait place à neuf portes qui ferment des sous-compartiments dans lesquels l’animal peut être emprisonné en cas d’échec.

50Dans la procédure de Yerkes, le sujet expérimental doit percevoir une certaine relation entre les portes qui lui font face, autrement dit il doit apprendre une discrimination fondée sur une position (Yerkes [1916] 1979 : 10). Par exemple, la règle est la suivante : pour un jeu de portes données, seule celle qui est à l’extrême droite est toujours la bonne. Si le sujet ouvre la bonne porte, il reçoit une récompense. Dans le cas inverse, il est puni et reste enfermé dans le sous-compartiment pendant quelques minutes (ibid. : 11). Selon Yerkes, cela décourage les choix hâtifs, hasardeux et négligents (ibid.). Durant son séjour californien, Yerkes travaille en particulier avec deux macaques rhésus, du nom de Sobke et Skirrl, et Julius, un orang-outan âgé de cinq ans. Après avoir soumis ces animaux à une série de quatre problèmes à choix multiples, des résultats concluants apparaissent (Yerkes 1916 : 640). Les courbes d’apprentissage des deux macaques présentent des pentes faibles, tandis que celle de Julius décrit une chute rapide, qui montre son habileté à articuler des idées. Après une vérification avec le test d’empilement des boîtes, Yerkes conclut que, contrairement aux deux macaques, « le grand singe est capable de montrer plusieurs formes de comportement d’idéation » (ibid. : 642, traduction personnelle).

51Ces expériences sur l’intelligence animale ont permis à Yerkes de faire du laboratoire le lieu incontournable de la recherche en psychologie comparée. Les critères du laboratoire ont été respectés : expériences réalisées dans des conditions contrôlées (ici cage expérimentale), répétition des tests expérimentaux, usage de plusieurs sujets animaux, recours à la quantification (usage des courbes). C’est un moyen pour Yerkes de marquer du sceau de la scientificité les études de primatologie et, en conséquence, de faire accéder la psychologie comparée au statut de science.

52Malgré ces pratiques artificielles, Hamilton comme Yerkes sont persuadés que les comportements des animaux qu’ils observent sont spontanés, donc naturels. Pour Hamilton, l’enceinte dans laquelle vivent les animaux et le laboratoire attenant aux cages, « au milieu d’une forêt de chênes, dans une belle clairière » (Hamilton 1914 : 298), offre aux animaux des conditions dans lesquelles ils peuvent évoluer naturellement. La station expérimentale jouit d’un climat exceptionnel, qui permet de libérer fréquemment les animaux par groupes présélectionnés et ainsi de les aider à retrouver les comportements de plein air. Pour les animaux trop gros pour être libérés, « un excellent substitut pour la liberté en plein air est de leur donner accès à une rampe qui longe les cages » (ibid. : 300). Hamilton va même jusqu’à dire que « les cages d’une taille suffisante » permettent une raisonnable approximation des conditions naturelles (ibid. : 296). Ainsi, aux yeux d’Hamilton (et, on peut le penser, aux yeux de Yerkes), la station expérimentale de Montecito offre les avantages du terrain sans ses limitations : elle représente une nature « en petit », tout en offrant la possibilité d’atteindre les idéaux du laboratoire : le contrôle et la répétition. Le concept de « laboratoire sur le terrain » incarné par la station expérimentale de Montecito et, plus tard, par les laboratoires de Yale (New Haven, Connecticut) et d’Orange Park (Floride), que Yerkes fondera en 1929, représente ainsi un moyen d’échapper à la dichotomie entre laboratoire et terrain. Les comportements naturels des animaux (ou ce qui est considéré comme tel par Yerkes et Hamilton) peuvent être étudiés en laboratoire, sans être entachés par des artefacts, parasitant l’expression d’un comportement naturel. La station expérimentale est bien un lieu hybride où se combinent critères de terrain et de laboratoire.

53En guise de conclusion. En polarisant le champ des études du comportement animal entre approche de terrain et approche de laboratoire, Lorenz a donné une image déformée du champ des sciences du comportement animal, au point de simplifier l’approche de ses prédécesseurs, comme nous l’avons vu dans le cas de Yerkes. La cartographie des sciences du comportement animal par Lorenz porte à leur paroxysme les tensions qui traversèrent la biologie au tournant du xxe siècle. Cette radicalité en fait aussi sa fragilité. Nous l’avons vu, les catégories de « laboratoire » et de « terrain » sont protéiformes et méritent d’être interrogées pour elles-mêmes, à chaque époque. Ou alors, il faut oublier ces catégories et utiliser d’autres concepts, comme celui de « cultures expérimentales », qui mettent plus facilement en évidence la richesse de pratiques hybrides entre laboratoire et terrain. C’est la démarche que l’historien américain Robert Kohler a suivie, en s’intéressant à ce qu’il appelle le « lab-field border zone », c’est-à-dire ce « lieu de cultures mixtes, où les biologistes de chaque côté, adoptent les pratiques des autres et développent des approches qui ne sont purement issues ni du laboratoire ni du terrain » (Kohler 2002 : 19, traduction personnelle). Kohler donne l’exemple du vivarium, où « des pratiques de laboratoires purent devenir plus naturelles et les pratiques de terrain plus contrôlées et proches de celles du laboratoire, permettant ainsi l’étude des animaux dans des conditions naturelles et selon les standards dominants à l’époque du laboratoire » (ibid. : 51, traduction personnelle). D’autres lieux hybrides restent encore à explorer : les stations expérimentales, mais aussi les espaces semi-naturels, comme les îles ou les réserves naturelles, les lieux de semi-captivité comme certains zoos ou encore les espaces domestiques où les animaux vivent en liberté contrôlée.

Bibliographie

Références bibliographiques

Braunstein Jean-François, Pewzner Évelyne. [2000] 2005. Histoire de la psychologie, Paris, Armand Colin.

Burkhardt Richard W. 1981. « On the Emergence of Ethology as a Scientific Discipline », Conspectus History, 1981, vol. 7 : 62-81.

– 1992. « Huxley and the Rise of Ethology », dans C. Kenneth Waters, Albert Van Helden (sous la direction de), Julian Huxley, Biologist and Statesman of Science, Houston (Texas), Rice University Press.

– 2005. Patterns of Behavior, Konrad Lorenz, Niko Tinbergen, and The Founding of Ethology, Chicago-Londres, The University of Chicago Press.

Durant John. 1986. « The Making of Ethology : The Association for the Study of Animal Behaviour, 1936-1986 », Animal Behavior, vol. 34 : 1601-1616.

Fabre Jean-Henri. 1882. Nouveaux souvenirs entomologiques : études sur l’instinct et les mœurs des insectes, série 2. Paris, Delagrave.

Fontenay Élisabeth de. 1998. Le Silence des bêtes, la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard.

Hamilton Gilbert V. 1914. « A Study of Sexual Tendencies in Monkeys and Baboons », Journal of Animal Behavior, 1914, vol. 4, issue 5 : 295-318.

Huxley Julian. 1914. « The Courtship-Habits of the Great Crested Grebe (Prodiceps cristatus) : with an Addition to the Theory of Sexual Selection », Proceedings of the Zoological Society of London, no xxxv : 491-562.

– 1916. « Bird-Watching and Biological Science : Some Observations on the Study of Courtship in Birds », Auk, vol. 33 : 256-270.

Kohler Robert E. 2002. Landscapes and Labscapes, Exploring the Lab-Field Border in Biology, Chicago-Londres, The University of Chicago Press.

Leroy Charles-Georges. [1762] 1781, 2006. L’Intelligence des animaux, Paris, Ibis Press. (Les Lettres philosophiques sur la perfectibilité et l’intelligence des animaux ont d’abord été publiées dans différentes gazettes à partir de 1762, puis éditées en 1781).

Lorenz Konrad. 1966. « Evolution of Ritualization in the Biological and Cultural Spheres », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, série B, vol. 251, Issue 772.

– 1970. Studies in Animal and Human Behaviour, traduit en anglais par Robert Martin, vol. 1 et 2, Londres, Methuen.

– [1978] 1984. Les Fondements de l’éthologie, traduit de l’allemand par Jean Étoré, Paris, Flammarion.

– 1985. « My Family and Other Animals », dans Donald A. Dewsbury (sous la direction de), Leaders in the Study of Animal Behaviour : Autobiographical Perspectives, Lewisburg, Bucknell University Press : 259-287.

Nyhart Lynn. 1996. « Natural history and the ‘New’ Biology” », dans N. Jardine, J. Secord et E. Spary (sous la direction de), Cultures of Natural History, Cambridge, Cambridge University Press : 426-443.

Pauly Philip. 1987. Controlling Life : Jacques Loeb and the Engineering Ideal in Biology, Oxford, Oxford University Press.

Radick Gregory. 2008. The Simian Tongue : The Long Debate about Animal Language, Chicago-Londres, The University of Chicago Press.

Rainger Ronald, Benson Keith R., Maienschein Jane (sous la direction de), 1988. The American Development of Biology, Philadelphie, Universty of Pennsylvania Press.

Ridley Mark. 1981. « Tinbergen, Nikolaas (1907-1988) », dans David McFarland (sous la direction de), The Oxford Companion to Animal Behaviour, Oxford, New York, Toronto, Melbourne, Oxford University Press : 570-573.

Tinbergen Nikolaas. [1958] 1974. Curious Naturalists, Londres, Penguin Education.

– 1963. « On Aims and Methods of Ethology », Zeitschrift für Tierpsychologie, vol. 20 : 426-443.

– 1985. « Watching and Wondering », dans Donald A. Dewsbury (sous la direction de), Leaders in the Study of Animal Behaviour : Autobiographical Perspectives, Lewisburg, Bucknell University Press : 431-463.

Wasson Tyler (sous la direction de). 1987. Nobel Prize Winners : An H. W. Wilson Biographical Dictionary, New York, The H. W. Wilson Company.

Watson John B. 1913. « Psychology as the Behaviorist Views it », Psychological Review, vol. 20 : 158-177.

– 1924. Behaviorism, Chicago-Londres, The University of Chicago Press.

– 1928. « What the Nursery has to Say about Instincts », dans Murchison Carl (sous la direction de), Psychologies of 1925 : Powell Lectures in Psychological Theory, Worcester (Mass.), Clark University Press : 1-35.

Wheeler William M. 1911. « The Ant-Colony as an Organism », The Journal of Morphology, 1911, vol. 22 : 307-325.

– 1902. « “Natural History”, “Oecology”, or “Ethology” », Science, New Series, vol. 15, no 390 : 971-976.

– 1916. « Jean-Henri Fabre », Journal of Animal Behavior, vol. 6 : 79-80. Wozniak Robert H. 1994. « Gilbert Van Tassel Hamilton and An introduction to Objective Psychopathology », dans Robert H. Wozniak (sous la direction de), Behaviourism : The Early Years, Londres, Routledge-Thoemmes Press : v-xxvii.

Yerkes Robert H. à Hamilton G., lettre datée du 8 avril 1913. Fonds Robert Yerkes, Université de Yale, boîte 23, fichier 421.

Yerkes Robert H. [1916] 1979. The Mental Life of Monkeys and Apes, New York, Henry Holt (reprinted with an Introduction by G. M. Haslerud, Delmar (NY), Scholars’ Facsimiles & Reprints.

– 1916. « Ideational Behavior of Monkeys and Apes », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 2, issue 11 : 639-642 Yerkes (1916b).

– 1932. « Psychobiologist », dans Carl Murchison (sous la direction de), A History of Psychology in Autobiography, vol. 2, Worcester (Mass.), Clark University Press : 381-40.

Notes

1 S. De la même manière, l’ornithologue amateur américain Margaret Morse Nice déclarait : « Je ne pouvais voir que très peu de liens entre mes cours de collège et les choses sauvages que j’aimais. J’avais acquis cette connaissance de la diversité des formes de la nature, mais cette approche me paraissait morbide. Je n’aimais pas couper les animaux en morceaux. [...] Je n’envisageais aucun futur dans la zoologie de laboratoire » (extrait de Morse Nice dans M. Barrow, A Passion for Birds : American Ornithology after Audubon, Princeton (NJ) Princeton University Press, 1997 : 195, traduction personnelle).

2 S. Charles Darwin consacre le chapitre viii de L’Origine des espèces (1859) à l’étude de l’instinct.

3 S. Whitman avait illustré ce postulat en montrant que l’habitude de boire par succion distingue les pigeons des autres oiseaux.

4 S. L’éthologie fut institutionnalisée en Grande-Bretagne à la fin des années 1940. En 1973, Lorenz, Tinbergen et le zoologiste autrichien Karl von Frisch (1886-1982) furent récompensés par le prix Nobel pour leur découverte concernant les schémas de comportement innés d’animaux solitaires ou sociaux.

5 S. Ainsi, par exemple, Il parlait avec les mammifères, les oiseaux et les poissons (Er redete mit dem Vieh, den Vögeln und den Fischen, 1949) ou encore Tous les chiens, tous les chats (So kam der Mensch auf den Hund, 1950).

6 S. Voir l’article de Jenny Litzelmann dans le présent volume.

7 S. La sélection sexuelle est l’idée selon laquelle certains individus mâles ont acquis une conformation qui les aide non pas dans la « lutte pour l’existence » (« sélection naturelle ») mais dans la conquête des femelles en leur prodiguant un avantage sur d’autres mâles (ex. : cornes chez le cerf, ergots chez le coq, crinière chez le lion, plumage éclatant, chant mélodieux chez les oiseaux).

8 S. Howard montra que le chant ou la couleur du plumage d’un mâle n’étaient pas uniquement des atouts dans la compétition pour une femelle, mais servaient davantage à la délimitation d’un territoire.

9 S. « From the behaviorist’s point of view the problem of “meaning” is a pure abstraction [...]. We watch what the animal or human being is doing. He “means” what he does. It serves no scientific or practical purpose to interrupt and ask what he is meaning. His action shows his meaning » (extrait de Roger Smith, The Norton History of the Human Sciences, New York, W. W. Norton & Cie, 1997 : 655). Voir aussi Braunstein, Pewzner [2000] 2005 : 162-163.

10 S. « Give me a dozen of healthy infants, well-formed, and my own specified world to bring them up in and I’ll guarantee to take any one at random and train him to become any type of specialist I might select – doctor, lawyer, artist, merchant-chief, and yes, even beggar-man and thief, regardless of his talents, penchants, tendencies, abilities, vocations and race of his ancestors » (extrait de Roger Smith, The Norton History of the Human Sciences, op. cit. : 657).

11 S. Robert Yerkes (1910) cité par Richard W. Burkhardt, « Charles Otis Whitman... », op. cit. : 193. Le souhait de Yerkes de marier approches de laboratoire et approches de terrain était aussi évident dans la manière dont Yerkes renvoyait dos à dos les faiblesses du terrain, tout autant que celles du laboratoire : « Fieldwork alone produced “sentimentally colored” generalizations, while laboratory work was as unreal as “cloister theology” » (extrait de Yerkes (1914), cité dans Robert E. Kohler, Landscapes and Labscapes..., op. cit. : 34).

12 S. Robert H. Wozniak, « Gilbert Van Tassel Hamilton and An introduction to Objective Psychopathology », dans Robert H. Wozniak (ed.), Behaviourism : The Early Years, London, Routledge/Thoemmes Press, 1994 : v-xxvii Wozniak (1994), xvi. Stanley McCormick est le fils d’une illustre famille qui a fait fortune dans le matériel agricole, en particulier en inventant la moissonneuse-batteuse. Pour une version librement adaptée de la vie de McCormick (et de sa relation avec son médecin Hamilton), voir le roman de T. C. Boyle, Riven Rock (1998).

Auteur

Ingénieur agronome et docteur en histoires des sciences. Elle est maître de conférences à l’université de Strasbourg. Ses recherches portent sur l’histoire de la biologie, en particulier sur l’histoire de l’étude du comportement animal en France et aux États-Unis aux xixe et xxe siècles. Par ailleurs, elle poursuit un projet sur l’œuvre vétérinaire du médecin anatomiste Félix Vicq d’Azyr (1748-1794).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site