Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

Observer le comportement de l'animal dans son milieu naturel

10. Des troupeaux dans la broussaille : un comportement inattendu qui incite à changer de paradigme scientifique

Michel Meuret

Texte intégral

Introduction

1Comment penser le comportement animal face aux ressources alimentaires dans le cas des troupeaux mis à pâturer sur milieux naturels ? Lorsqu’on importe les paradigmes conçus en prairies cultivées, on se retrouve vite découragé : l’herbe se présente sous des formes très variées et de qualité incertaine et toute une série d’autres végétaux, lianes, arbustes et arbres, encombrent les pâturages. Le réflexe est alors de recourir aux engins et produits débroussaillants, afin de remettre au propre. Faisant cela, on nie les capacités des animaux à développer un gros appétit lorsqu’ils ont la liberté d’associer des ressources complémentaires. Pour en être conscient, il faut s’intéresser au bétail, à ses habitudes et stratégies comportementales, ce à quoi l’industrialisation de l’élevage et ses systèmes de normes n’ont guère incité.

2Nous évoquerons d’abord les raisons qui font que des éleveurs sont conviés à faire pâturer leurs troupeaux sur milieux naturels, situation qui provoque de fortes incompréhensions au sujet de l’usage des broussailles. Nous décrirons ensuite nos méthodes de recherche et évoquerons la surprise provoquée par le fait que des animaux d’élevage habitués aux milieux naturels ne se comportent pas selon les normes de l’alimentation animale. Afin de contourner la difficulté théorique en nutrition animale suscitée par ce comportement imprévu, nous avons enquêté auprès des bergers, praticiens expérimentés dans l’usage d’une diversité de ressources pastorales. Nous ferons état des principaux résultats acquis auprès d’eux, qui témoignent de la richesse des savoir-faire empiriques, y compris pour ce qui concerne l’apprentissage des jeunes animaux confrontés à des ressources nouvelles. Enfin, nous conclurons par une proposition, celle d’un changement de paradigme en zootechnie et écologie animale. Privilégiant le point de vue de l’animal, il a pour ambition de mieux connaître et mieux traiter les troupeaux mis à pâturer sur milieux naturels. Il a aussi pour implication d’avoir à reconsidérer les objets et méthodes de recherche habituels.

Faire pâturer des terrains trop embroussaillés

Des connaissances non stabilisées pour des politiques publiques urgentes

  • 1 S. « Agri-environnementales » : les politiques faisant suite à la réforme de la Politique agricole (...)
  • 2 S. Depuis 1970, les surfaces boisées ont gagné en France près de 7.106 hectares.

3Des politiques européennes agri-environnementales et environnementales1 se soucient depuis une vingtaine d’années des espaces embroussaillés, sorte de « ventre mou » du modèle agricole dominant, et plus généralement de la pensée agronomique. Fondées en tout ou partie sur un objectif de préservation de la biodiversité, elles incitent les éleveurs à faire pâturer leurs troupeaux afin de contribuer à maîtriser des dynamiques d’embroussaillement jugées néfastes aux paysages et aux habitats d’espèces sauvages remarquables. Il s’agit de faire pâturer des « parcours », pelouses naturelles, landes et sous-bois, où l’absence prolongée des activités agricoles laisse libre cours à l’embroussaillement et l’afforestation2. Cela oblige à réinvestir des territoires que les éleveurs avaient plus ou moins récemment délaissés, en raison de la diminution du nombre d’actifs mais aussi du fait du repli agricole sur les terres situées en plaine ou en fond de vallée, là où le modèle d’intensification pouvait se développer sans encombre.

4Ces politiques publiques prennent à revers un ensemble de paradigmes et de normes techniques que la modernisation de l’élevage avait consacrés depuis quarante ans. Le monde agricole a déjà été habitué à de tels revirements, mais lorsque les consignes viennent d’ailleurs (des consommateurs, des environnementalistes...), elles doivent être accompagnées de référentiels techniques solides et d’une forte légitimité. Or, dans le cas présent, les recherches s’accordent à constater la carence des connaissances, ou du moins leur caractère non stabilisé (Alphandéry, Billaud, 1996 ; Meuret, Micoud et al. 2006). Lorsque des références sont produites à la suite d’observations et expérimentations in situ, elles le sont de façon prudente et parcellisée, du fait de la diversité des situations et modes d’élevage concernés.

5Malgré cette carence des connaissances, les politiques se mettent en place précipitamment et avec très peu de moyens. On assiste alors à des emprunts hâtifs, faute de mieux, de normes issues de systèmes agricoles mieux référencés, ceux fondés sur l’usage de milieux artificialisés : les prairies cultivées.

Incompréhension au sujet des broussailles

Consensus sur la question des incendies de forêts

6Le projet de s’attaquer aux broussailles par le pâturage de troupeaux domestiques ne date pas d’hier. Dès le début des années 1980, les services forestiers de l’État contractualisaient avec des éleveurs afin de prévenir le risque d’incendie de forêt, notamment en région méditerranéenne. La situation était alors simplifiée par un consensus face à l’urgence de ce problème de sécurité civile. Des dérogations au Code forestier permettaient de faire pâturer en forêt, ou plus souvent sur des coupures de combustible, espaces stratégiques préalablement débroussaillés par des machines. Les éleveurs s’aventuraient sur des terres leur étant devenues inconnues depuis près d’un siècle, propriété de l’État ou de collectivités locales, mais où des réseaux de pastoralistes et écologues concevaient des cahiers des charges à ajuster au cas par cas. Il fut ainsi démontré qu’un pâturage judicieusement organisé permettait de diminuer par deux ou trois la fréquence des interventions à réaliser par les forestiers (Étienne et al. 1990). Aux yeux des éleveurs non concernés ainsi que des structures nationales d’appui technique à l’élevage, ces opérations très médiatisées furent généralement considérées comme ayant une portée marginale.

Le choc des cultures provoqué par l’Agri-environnement

7En 1992, il y eut simultanément réforme de la Politique agricole commune, avec ses Mesures Agri-Environnementales (mae), et mise en application de la directive européenne Habitats-Faune-Flore, avec son réseau de sites Natura 2000. À nouveau, cela met en présence éleveurs et gestionnaires d’espaces naturels. Toutefois, la situation est très différente. D’une part, les objectifs alloués au pâturage sont nettement moins explicites que la réduction des végétaux combustibles en forêt (ex. mae : « redéployer le pâturage afin de lutter contre la fermeture des milieux et la banalisation des paysages résultant de la déprise [agricole] »). D’autre part, le monde de l’élevage se retrouve concerné quasiment en toutes régions. La diversité des espaces visés, de leurs états, ainsi que celui des enjeux affichés localement est telle que l’absence de références techniques est presque totale.

8Point de vue des gestionnaires d’espaces naturels. Inspirés par le paradigme du « Brouteur archaïque », postulant que les actuels animaux d’élevage, trop industrialisés, ont perdu toute compétence à vivre et à se nourrir dans la nature (Lecomte et al. 1995 ; Lizet 1997), les gestionnaires ont pris l’habitude de contenir l’embroussaillement de leurs sites à l’aide d’herbivores quasi sauvages, dont l’archétype est le bovin Highland Cattle, proche des aurochs. Ces travaux de génie écologique procèdent en de vastes enclos, où les animaux sont maintenus à l’année avec un strict minimum d’intervention humaine : ni compléments alimentaires ni soins vétérinaires. Des limites apparaissent néanmoins assez vite : 1° la plupart des sites sont trop petits pour assurer la migration saisonnière des animaux en recherche de ressources plus satisfaisantes ; 2° lorsque le pâturage se déroule en permanence et en toutes saisons dans un unique enclos, cela aboutit à du surpâturage localisé et à de l’infestation parasitaire ; 3° lorsque les sites sont ouverts au public, les visiteurs n’apprécient guère de voir des animaux très faibles ou parfois mourants, même si on leur explique qu’il s’agit d’une saine régulation écologique. Engagés depuis 1992 dans la mise en application des mae et de Natura 2000, les gestionnaires d’espaces naturels ont eu à bâtir des partenariats avec des éleveurs privés. S’intéressant alors aux parcelles agricoles, ils ont pris conscience de l’origine « anthropique » d’un grand nombre d’habitats d’espèces remarquables à protéger. À présent, il s’agit donc pour eux d’y maintenir ou d’y réintroduire le pâturage, encadré par des cahiers des charges visant à restaurer puis stabiliser des « mosaïques végétales » composées d’herbes, d’arbustes et d’arbres, structures favorables à un cortège d’espèces sauvages (Wallies de Vries et al. 1998).

9Point de vue de l’élevage. La modernisation agricole a conduit à une perte de savoir presque totale quant aux usages des milieux non cultivés ou peu artificialisés. Pour la grande majorité des éleveurs et leurs réseaux d’appui technique, ayant pris comme modèle la vache laitière à l’herbage dans l’ouest de la France, tout végétal non herbacé est considéré comme un « indésirable », à éliminer. Cela en raison de l’abondance des références accumulées sur les prairies artificielles à base de graminées, mais aussi parce que les éleveurs ont été formés pour penser leurs ressources fourragères sur le temps court, celui des journées et des saisons, ressources à ajuster à la demande alimentaire de leurs animaux qui se raisonnent également à cette échelle. Sont donc privilégiés les modèles agronomiques visant à reproduire à l’identique et annuellement des ressources prévisibles. Ainsi, sur les parcelles agricoles, qui sont également des lieux où les naturalistes identifient des mosaïques végétales à préserver, les éleveurs demeurent enclins à manier avec conviction les gyrobroyeurs et épandeurs de phytocides, afin de « tenir propres » des nappes d’herbe dans un état le plus homogène possible (fig. 1). Or, les politiques agri-environnementales et environnementales les convient plutôt à cultiver « du sale », avec le malaise et les réticences qui en découlent, notamment pour quiconque est récemment sorti d’une école d’agriculture.

Figure 1. – Couverture d’une plaquette commerciale de présentation d’un produit phytocide, dont la marque a été gommée ici.

10Point de vue de la zootechnie. Cette discipline traite de l’alimentation du bétail par la méthode dite du « bilan zootechnique ». Il s’agit d’estimer si la demande alimentaire quotidienne de l’animal, liée à son gabarit et à son statut physiologique, est satisfaite ou non par l’apport d’aliments. Les références sont issues des tables de valeurs des aliments, provenant de mesures faites en conditions expérimentales (Aggeri et Fixari 1998). Cette approche a fait preuve de pertinence pour nombre de situations d’élevage, notamment celle de la vache laitière à haut rendement et élevée en bâtiment. Un problème cependant : les tables sont presque exclusivement consacrées aux fourrages cultivés et ne comportent aucune référence aux végétaux de parcours, plus encore s’il s’agit de broussailles. Dans ce cas, la procédure courante est d’analyser en laboratoire les végétaux non référencés, puis d’estimer leur valeur alimentaire à partir de modèles paramétriques de prévision. Procédant ainsi, on constate que la plupart des feuillages d’arbres et d’arbustes sont de valeur similaire à celle d’une paille médiocre, puisqu’ils ne satisfont en théorie qu’à la moitié environ de la demande énergétique d’un animal en production. Il s’agit donc de couvrir le déficit par des apports conséquents et quotidiens en foin et aliments concentrés, ce qui devient excessivement coûteux pour l’éleveur.

11Il y a donc incompréhension, et difficulté d’action, autour d’un objet biologique apparemment bien commun : les broussailles. Pour la majorité des éleveurs, encouragés par l’absence de références, ce sont des colonisateurs indésirables car de valeur alimentaire médiocre ou trop incertaine ; pour les environnementalistes, c’est une composante indispensable des milieux naturels et des paysages ruraux, à cultiver au titre des fonctionnalités écologiques des habitats d’espèces sauvages.

Des chèvres et des moutons qui se comportent a-normalement

12Au début des années 1980, nous avons été confrontés à une étrange situation. En enquêtant sur le fonctionnement d’élevages caprins utilisateurs de parcours embroussaillés dans le sud de la France, nous avons constaté que des chevriers ne faisaient aucun cas des recommandations des manuels d’alimentation du bétail. En effet, en guise de complément du pâturage, ils ne distribuaient qu’un peu de céréales (400 g/jour), du sel et de l’eau. Leurs chèvres auraient dû dépérir, car elles étaient théoriquement en état de gros déficit énergétique. Or elles se montraient en excellente santé et produisaient chaque jour en plein été de 2 à 3 litres de lait de bonne qualité fromagère, ce qui est proche de la moyenne nationale, tous systèmes d’élevage confondus. Cela laissait supposer que les références étaient tout à fait inappropriées concernant cette situation d’élevage. Pour y voir plus clair, il nous fallait mesurer comment et combien ces animaux consommaient au pâturage.

Réussir à mesurer l’ingestion sur parcours

13Mesurer de façon fiable les quantités et qualités ingérées par un herbivore sur parcours est une question délicate. La plupart des techniques en usage avec des animaux domestiques concernent l’ingestion en prairies, des milieux ne comportant parfois qu’une seule espèce d’herbe de qualité connue. Cela permet de recourir à des méthodes d’estimation indirecte de l’ingéré, comme celle qui consiste à recueillir les matières fécales et à en déduire les quantités ingérées, la digestibilité du régime étant relativement stable et aisée à apprécier. De plus, les mesures sont habituellement réalisées en stations expérimentales et à l’aide d’animaux voués à ces fins. Or, dans le cas d’élevages caprins sur parcours, il n’est question ni de supposer connues les qualités respectives des dizaines de plantes consommées chaque jour, ainsi que la digestibilité qui s’ensuit du régime, ni même d’équiper les animaux de collecteurs de matières fécales, technique trop perturbante pour des mesures lorsque les troupeaux sont conduits en milieu accidenté et embroussaillé.

La nécessité d’innover méthodologiquement

14En nous y consacrant plusieurs années, nous avons développé une technique d’observation directe et non invasive du comportement d’ingestion, technique dite des prises alimentaires stratifiées (Meuret et al. 1985 ; Agreil, Meuret 2004). Elle consiste à suivre en permanence dans la journée un individu du troupeau (fig. 2.1) et à enregistrer en continu par focal sampling la totalité de ses prises alimentaires, décrites selon des catégories de masse, de structure et de qualité nutritive probable, grâce à une « grille de codage trans-espèces » (fig. 2.2). La grille permet à l’observateur de ne recourir qu’à un nombre réduit de codes, malgré la très grande diversité des espèces et des structures végétales comestibles. Elle permet d’enregistrer sans aucune rupture d’enregistrement, y compris lors des phases où la fréquence de prises est supérieure à 100 par minute. Avec 8 000 à parfois 30 000 prises par jour, cette technique permet la mesure des cinétiques d’ingestion au cours des repas, dont la variation du flux d’ingestion (grammes de matières ingérées par minute), que nous utilisons comme indicateur de la motivation alimentaire à court terme (Agreil et al. 2005). Conçue à l’origine pour les caprins et les ovins, la grille de codage a été récemment adaptée aux bovins (Agreil, Meuret 2008).

Figure 2.1. – Réussir à enregistrer par observation directe toutes les prises alimentaires réalisées par un animal. Après accoutumance réciproque, l’observateur est capable de suivre un individu du troupeau durant des journées complètes et successives afin d’enregistrer par observation directe la totalité de ses prises alimentaires.

15En couplant cette technique à celle du marqueur externe indigestible Cr2 O3, nous avons montré que nos estimations de l’ingestion individuelle divergeaient entre les techniques de moins de 10 %. Ce résultat est meilleur que ceux obtenus en prairies de stations expérimentales. La raison découle de deux options méthodologiques fortes, répondant aux critiques habituellement formulées en zootechnie et écologie animale à l’encontre de l’observation directe : 1° réaliser un programme d’accoutumance mutuelle entre les animaux observés et leurs observateurs ; 2° affiner la mesure des masses ingérées lors de chacune des prises alimentaires. Pour ce qui concerne l’accoutumance, un programme « pédagogique », consistant en une succession d’étapes préalables sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines dans le cas d’animaux assez farouches au départ, permet à des observateurs de circuler au sein du troupeau en restant continuellement à environ 2 mètres de l’individu ou des individus observés. Pour l’estimation de la masse et de la qualité nutritive des prises, la grille de codage permet de reconstituer aisément et avec grande précision par simulation manuelle chacune des catégories de prises prélevées sur les différents végétaux.

Figure 2. 2. – L’observateur utilise une grille de codage des prises (ci-dessus) permettant d’enregistrer en continu l’ingestion réalisée sur des végétaux de nature et d’état très divers. La forme en « U » symbolise la mâchoire d’une brebis ou d’une chèvre. Les portions de plantes sont symbolisées par les petites icônes de physionomie : les traits fins sont les tiges chlorophylliennes des arbustes, les limbes de feuilles de graminées ou les tiges de lianes ; les ovales sont les feuilles d’arbustes et d’arbres ; les cercles blancs et noirs sont respectivement les fleurs et les fruits. La longueur des tiges ou des limbes foliaires non étirés est indiquée, lorsque c’est nécessaire, à gauche des icônes (en centimètres). Les codes mono-et bi-syllabiques dictés en temps réel lors des observations sont notés à droite des icônes (d’après Agreil et Meuret, 2004).

16Un accueil mitigé. Notre technique d’observation a recueilli un vif intérêt de la part d’éleveurs, de bergers ou de techniciens d’élevage, assez surpris mais plutôt heureux de constater que des chercheurs appréciaient de rester des journées complètes en pleine nature et au milieu des troupeaux. Mais il en fut autrement de la part de scientifiques, pour qui l’observation directe, c’est-à-dire le non-recours à des appareils de mesure automatique, reste synonyme de grande subjectivité dans les mesures. Nous avons ainsi rencontré des difficultés à publier nos travaux, des évaluateurs exigeant la validation de nos mesures par des techniques selon eux plus objectives, telles de fréquentes pesées des animaux en cours de journée, avec déduction des masses de fèces et d’urines excrétées. Nous avons préféré valider nos résultats en concevant un dispositif original de cages à digestibilité, où des animaux issus des mêmes élevages, maintenus en production et confortablement installés par paires, sélectionnent leur régime à partir de végétaux fraîchement distribués et continuellement renouvelés en cours de repas (Meuret 1988).

Une ingestion double par rapport aux prévisions

17Des modèles de prévision des quantités ingérées par les herbivores, notamment les ruminants, ont été produits en abondance et dans de nombreux pays. L’objectif est de comprendre le contrôle physique et métabolique de l’ingestion lorsque les aliments sont disponibles à volonté et que la durée de consommation l’est également. Les nutritionnistes s’accordent aujourd’hui sur un modèle linéaire de référence pour le ruminant (fig. 3, trait pointillé épais), qui met en relation la digestibilité de la matière organique du régime (dmo) avec les quantités ingérées de matières organiques digestibles (modi) corrigées du poids métabolique de l’animal (poids vif – pv – muni du coefficient 0,75). Ce modèle a été construit à partir de mesures réalisées en stations expérimentales, avec des animaux isolés à l’auge à qui on distribue des herbes fraîchement récoltées (fig. 3, ronds blancs). Il indique que les animaux ingèrent de plus grandes quantités lorsque la digestibilité du régime est meilleure. Avec d’excellents fourrages (80 % dmo), le niveau d’ingestion augmente jusqu’à environ 60 g modi/jour/kg pv0,75.

Figure 3. – Les chèvres et les brebis observées au pâturage ou en cages à digestibilité ingèrent le double, à digestibilité équivalente du régime, par rapport aux références de la littérature. Les données de la littérature concernent ici les herbes fraîches distribuées à l’auge et le modèle classique de référence est celui d’après Morley (1981) et Van Soest (1994). L’ingestion est exprimée en Matière organique digestible ingérée (modi) par kilo de poids métabolique de l’animal. Le trait grisé vertical (A) représente la qualité du fourrage distribué chaque jour à l’identique dans le cas des données de référence. Le cône grisé représente la diversité qualitative des fourrages consommés chaque jour sur parcours, qu’il n’est pas pertinent de résumer à une valeur moyenne.

18Un comportement jugé « impossible ». La surprise fut donc grande lorsque nous avons produit nos résultats obtenus sur parcours embroussaillés (fig. 3, triangles et carrés noirs). À digestibilité égale des régimes, les animaux ingèrent en effet le double par rapport au modèle de référence. Certains de nos pairs ont tout d’abord jugé ce comportement impossible, et cela les confortait dans l’idée selon laquelle l’observation directe est entachée d’erreurs. Mais lorsque nous avons confirmé ces données par des mesures en cages à digestibilité (fig. 3, triangles gris), l’étonnement et la curiosité ont pris le pas.

19La surprise était légitime, car avec des régimes à base de broussailles ayant une digestibilité moyenne (45 à 65 % dMO), l’ingestion est supérieure à celle du mouton nourri à l’auge, y compris avec de la luzerne fraîche, qui est pourtant un excellent fourrage cultivé. Cela permet, par exemple à une chèvre laitière, de couvrir 80 % de sa demande énergétique, jusqu’à et y compris la moitié de celle liée à la lactation (Meuret, Giger-Reverdin 1990). Ce comportement a-normal remet en cause les recommandations des manuels d’alimentation, mais il valide la pratique des chevriers ne distribuant à l’auge qu’un petit complément après pâturage.

20De la façon de présenter les résultats. Des sous-bois, des landes et des pelouses embroussaillées auraient-ils une meilleure valeur alimentaire qu’une bonne herbe cultivée ? C’est une idée incongrue pour quiconque a engagé de gros efforts dans la « rationalisation de l’alimentation » au pâturage : sélection des espèces fourragères les plus nutritives, essais au champ, mise en vente du paquet technologique comprenant semences certifiées, produits phytosanitaires, normes de mise en culture et de conduite des animaux.

21Mais l’expression canonique des résultats comparés (fig. 3) masque en réalité des situations et processus fort distincts. Dans le cas des résultats obtenus à l’auge et ayant servi à bâtir le modèle de référence (fig. 3, ronds blancs), à chaque donnée correspond un régime constitué d’un aliment unique (une herbe plus ou moins mature) distribué à l’identique durant plusieurs jours (fig. 3, trait vertical A). Or, sur parcours, les animaux sélectionnent chaque jour parmi une gamme de plusieurs dizaines ou centaines d’aliments consécutivement disponibles et de digestibilités différentes (fig. 3, cône grisé). Ils se constituent ainsi des régimes composites, qu’il n’est pas pertinent de résumer, même si c’est de tradition, par une valeur moyenne de digestibilité.

22À l’auge, tout est fait pour restreindre au maximum le comportement de sélection alimentaire. On cherche à minimiser les « refus » (portions non consommées), ce qui conduit parfois à hacher finement le fourrage afin que l’animal ne puisse pas en trier ses portions préférées. Cela permet d’extrapoler sans trop d’erreur la qualité du fourrage distribué à celle du régime ingéré. Il suffit donc d’analyser les fourrages frais, les foins ou les ensilages, pour estimer la valeur de l’ingéré. Il est fait de même en prairie cultivée, lorsqu’on échantillonne l’herbe en la sectionnant à la même hauteur du sol que l’animal. Cette démarche est encouragée par un paradigme dominant, celui de la valeur intrinsèque des aliments : chaque herbe a une valeur individuelle, définie par sa variété et son stade de maturité. Au pâturage, et lorsqu’il y a plusieurs variétés d’herbes, on additionne les valeurs individuelles au prorata de leurs biomasses respectives sur la parcelle.

23Sur parcours, les animaux sont placés dans un tout autre monde. Ils ont une grande liberté de choisir leurs aliments parmi une gamme très diverse. Ils en font usage et leur appétit en est visiblement fort stimulé.

24Quand la nutrition animale déclare forfait. Face à une telle diversité d’aliments incluse dans les régimes, la nutrition des ruminants domestiques est démunie. Seules des situations à deux aliments, voire, plus rarement, trois ou quatre, ont été étudiées, afin de décrire le phénomène de « substitution alimentaire » (lorsque l’apport d’un second aliment a pour conséquence de faire diminuer la consommation du premier) et parfois de « synergie », lorsqu’il y a recours à un aliment stimulateur vis-à-vis d’un régime peu apprécié (ex. des pailles). Cela résulte de la difficulté à intégrer, avec des modèles paramétriques, les mécanismes physiques et métaboliques qui sous-tendent les voies de régulation de l’ingestion et de la digestion lorsque le régime comporte de multiples composantes alimentaires, qui plus est lorsque leur apport est échelonné dans le temps.

25Pour tenter néanmoins de comprendre ce qui motivait à ce point l’appétit des chèvres et des moutons, nous avons changé radicalement de perspective scientifique. Inspirés par les travaux menés dans les alpages (Landais, Deffontaines 1988), nous nous sommes intéressés aux bergers, à leurs expériences empiriques et règles d’utilisation d’une diversité de ressources alimentaires pour un troupeau.

L’organisation des repas au pâturage par des bergers

26Nous avons été déconcertés par les premières informations recueillies auprès des bergers, tant leurs vocabulaire et règles d’action étaient différents de nos références disciplinaires habituelles. Ils évoquent la nécessité de bien concevoir le « circuit de garde », qui correspond à un repas d’une demi-journée, alors que la zootechnie et l’éthologie animale ont l’habitude de raisonner, soit l’ingestion totale quotidienne, soit la cinétique d’ingestion en tout début de repas qui reflète le niveau de motivation vis-à-vis de l’aliment. Ils disent « l’intérêt de la nouveauté d’une plante ou d’un espace mis à pâturer », alors que c’est la néophobie qui est étudiée. Ils déclarent : « L’important, c’est d’offrir au cours du circuit les choses dans un ordre qui stimule l’appétit ! », alors que les effets de temporalité de l’offre alimentaire en cours de repas et de journée ont été généralement ignorés par la zootechnie (Mertens 1996).

27Les bergers nous invitaient donc à creuser des questions jusqu’alors assez inédites en écologie et alimentation animales. C’est pourquoi nous nous sommes engagés dans plusieurs années d’enquêtes et de mesures auprès d’eux, sur leurs territoires et avec leurs troupeaux. Nous avons comparé des situations variées, depuis des petits troupeaux de chèvres laitières jusqu’à de grands troupeaux de brebis. L’entretien direct compréhensif a été notre méthode de base (Yin 1994 ; Kauffman 1996), associé à des observations sur le terrain et en cours d’action avec le troupeau (« à la garde »). Nous avons enregistré simultanément : 1° la répartition des faciès de végétations pâturées (cartographiés au 1/3 000e) ; 2° le rythme spatialisé des activités du troupeau ; 3° la cinétique d’ingestion chez un animal, selon la méthode décrite ci-dessus ; 4° les interventions du berger ainsi que leurs raisons explicitées par le berger lui-même sur fond de carte muette (Meuret 1993 ; Miellet, Meuret 1993).

Règle de base : ajuster le « référentiel provisoire de palatabilité »

28« Elles trient tout le temps ! » ; « Elles cherchent quelque chose qu’il n’y a plus » ; « Il y a des périodes où elles ne vont pas le toucher, et maintenant elles se jettent dessus ». Les bergers sont généralement très attentifs et curieux vis-à-vis des choix alimentaires d’un troupeau, certains ayant été jusqu’à se constituer un herbier. Mais tous considèrent que ce sont avant tout les lieux de pâturage, plutôt que tel ou tel végétal, qui suscitent ou non la motivation alimentaire. Ils doivent donc savoir distinguer les différents lieux, qui seront plus ou moins appréciés « en fonction de la gamme des choix possibles à un moment donné », mais aussi en fonction de ce qui a été consommé auparavant et de ce que les animaux « espèrent trouver ensuite ». Cette notion d’espoir est l’interprétation faite par les bergers du comportement de contrariété observé à la suite d’une recherche de nourriture visiblement non satisfaite. Selon eux, la contrariété se manifeste par des « attitudes interrogatives » (oreilles dressées, tête droite et yeux écarquillés dans leur direction, bêlements) et de « bouderie » (consommation de végétaux habituellement délaissés).

29Au dire des bergers, les animaux se bâtissent une sorte de « référentiel provisoire de palatabilité » pour juger en termes comparatifs si une offre alimentaire est satisfaisante ou non. Et ils estiment être en mesure de réussir à moduler ce référentiel, en organisant au fil des journées l’accès aux différentes zones de pâturage, telle une suite raisonnée de petites transitions alimentaires. Il s’agit d’éviter au troupeau des expériences gustatives à ce point positives qu’elles déphasent ensuite son référentiel de palatabilité par rapport aux disponibilités réelles, ce qui aura pour conséquence d’augmenter les durées de recherche inutiles : « J’aurai besoin de plusieurs jours pour leur faire comprendre qu’il n’y a plus de châtaignes et ça va me faire perdre un maximum de temps ! », nous a dit un berger en Cévennes.

30Selon les bergers, deux situations sont défavorables à un bon niveau d’ingestion quotidienne : 1° laisser le troupeau se constituer un référentiel de palatabilité trop large au regard des disponibilité réelles, ce qui le conduit à être constamment « frustré » ; 2° à l’inverse, amener le troupeau à se constituer un référentiel très réduit, et surtout éminemment prévisible, ce qui conduit à la « lassitude alimentaire » et diminue aussi fortement l’ingestion. Entre ces extrêmes, les bergers cherchent à ajuster le référentiel provisoire de palatabilité en agissant à trois niveaux :

  1. Rendre prévisibles au troupeau les horaires et le rythme quotidien d’alimentation. Par exemple, il s’agit d’offrir systématiquement en tout début de circuit ou, à l’opposé, strictement le soir, les aliments nettement préférés, cela afin qu’ils ne soient pas recherchés durant tout le reste de la journée. Le berger crée ainsi des référentiels provisoires différents selon les moments de la journée.
  2. Rendre prévisible la nature des lieux pâturés du jour ou de la demi-journée. Cela vise à faire prendre assez vite connaissance de la gamme des possibles sur un espace donné et à limiter ainsi les déplacements prospectifs trop inutiles.
  3. Rationner soigneusement lors de chaque circuit l’accès aux « meilleurs endroits », afin de renforcer la dépendance et aussi la confiance du troupeau envers le berger. Cela aboutit à ce que le troupeau se contente assez vite des ressources proposées, comme s’il savait que « ça le satisfait généralement ».

Structurer le circuit afin de stimuler l’appétit

31Un exemple de structuration d’un circuit d’une demi-journée par un berger est présenté figure 4. Le flux d’ingestion y est très dynamique, avec des pointes à plus de 10 gMS/min, notamment suite à l’utilisation par le berger d’une nouvelle « zone alimentaire » constituant une phase du repas (voir numéros en haut de la figure). Dans ce cas également, lorsque nous avons présenté nos premiers résultats, la réaction de certains collègues fut plutôt vive : « C’est irréaliste ! » En effet, sur une belle prairie de graminées feuillues, le flux d’ingestion culmine chez le petit ruminant autour de 4 à 5 gMS/min, ce qui a été aussitôt interprété comme un seuil à valeur générale. Mais nous sommes ici ailleurs qu’en prairie, et sous la houlette d’un berger.

Concevoir un menu

32En étroite collaboration avec une dizaine de bergers expérimentés contribuant à nos enquêtes, nous avons conçu Menu (fig. 5), un modèle d’organisation dont l’objectif est de raisonner la façon de stimuler l’appétit au cours d’un circuit vis-à-vis d’un « secteur cible » (au centre du modèle) comportant des végétations habituellement moins appréciées, notamment sur des portions d’espace à débroussailler. La conception du circuit (flèches) procède par la mise à disposition ordonnée d’une série de zones contrastées (sphères grises) en termes d’intérêt pour le troupeau (palatabilité et abondance locale des ressources), dont les caractéristiques sont aisément identifiables par un berger, fût-il encore novice.

33Les zones de pâturage peuvent jouer six « rôles types » lors d’un circuit. Au sortir du lieu de repos, deux types de zone sont mobilisés selon l’appétit initial estimé du troupeau. Si le troupeau manque d’appétit, le berger peut utiliser une zone de « mise en appétit » (a), avec ressources bien appétibles mais pas nécessairement abondantes. Au contraire, lorsque le troupeau manifeste des signes de faim prononcée, il est préférable de le conduire sur une zone de « modération » (m), où les ressources doivent être abondantes mais plutôt de palatabilité médiocre. Lorsque le rythme de consommation est stabilisé, le troupeau est conduit une première fois dans le secteur cible, sur une zone de « plat principal » (pp) servant de référence au modèle en termes de palatabilités et d’abondances relatives. L’idéal pour le berger est que le troupeau y consomme la plus grande part possible de son repas, sans baisse significative du rythme de consommation. Mais il est fréquent que ce rythme diminue rapidement après 40 à 60 minutes, du fait de la lassitude des animaux vis-à-vis de cette zone de qualité moyenne. Le berger peut alors organiser une « relance » de l’appétit (r). Deux modalités de relance existent, soit un passage sur une zone d’excellente palatabilité (en bas à droite), soit un bref passage sur une zone de palatabilité très médiocre (en bas à gauche) où « il s’agit d’indiquer au troupeau que la zone de plat n’est pas si mauvaise, par comparaison ».

Figure 4. – Un exemple de structuration de circuit de pâturage d’une durée de trois heures par un berger utilisant des sous-bois. Le circuit procède d’un enchaînement raisonné de différentes zones de pâturage (voir les numéros en haut de figure). Les accélérations du flux d’ingestion en cours de repas, notamment lors des changements de zone provoqués par le berger, témoignent du renouvellement de l’appétit vis-à-vis des ressources alimentaires (d’après Meuret, 1993).

34Une fois la relance réussie, le troupeau peut être ramené dans le secteur cible, sur une zone de « plat secondaire » (ps). Lorsque le berger juge que son troupeau n’est pas rassasié (rythme d’activité et/ou état de réplétion des ventres) et que le temps dont il dispose ne lui permet plus de réaliser une nouvelle séquence relance-plat, il peut utiliser une zone de « dessert » (d). Ce sont des zones offrant à la fois une forte palatabilité et une forte abondance qui jouent ce rôle, car il s’agit d’obtenir alors à coup sûr une consommation très dynamique sur une durée limitée. Il est primordial que le dessert reste imprévisible pour le troupeau, sous peine d’engendrer des effets d’anticipation néfastes au rythme d’activité lors des phases de plats.

Figure 5. – Le modèle Menu permet à un berger de stimuler l’ingestion sur un « secteur cible » de pâturage (au centre), qui serait insuffisamment apprécié du troupeau sans une organisation particulière. Le berger tire ici profit de l’hétérogénéité de l’espace, en concevant ses circuits de gardiennage (correspondant chacun à une demi-journée ou à un repas) sous la forme d’enchaînements appropriés de l’accès du troupeau à une série de zones (phases du repas) contrastées en termes de palatabilité et d’abondance relative des ressources (d’après Meuret, 1993).

Conséquences théoriques et pratiques : comment définir les aliments ?

35Menu nous a permis de proposer une notion théorique, celle de palatabilité circonstancielle des aliments (Meuret 1993, 1997). Remettant en cause l’approche utilisée dans les tables de valeurs des aliments, elle n’a pas reçu beaucoup d’écho. Elle a toutefois encouragé des collègues nutritionnistes à travailler la notion de palatabilité instantanée des aliments (Sauvant et al. 1996). Elle a aussi suscité l’intérêt d’une équipe nord-américaine traitant des raisons sensorielles et physiologiques de la diversification des régimes pâturés (Provenza 1996).

36Menu contribue à remettre en question la notion d’« aliment » pour ce qui a trait au pâturage sur milieux naturels. Traditionnellement, il s’agit d’un végétal comestible dans un certain état de croissance. Selon cette acception, les bergers et leurs troupeaux mobilisent plusieurs centaines d’aliments par jour, car il s’agit de plusieurs dizaines d’espèces végétales, diversement développées et plus ou moins jeunes ou sénescentes, car situées en sol profond ou plus superficiel, à l’ombre ou au soleil, etc. De plus, il n’est pas rare d’observer, soit la prise concomitante et réitérée par l’animal de plusieurs espèces végétales (ex. mélange d’herbes fines), soit le tri méticuleux de tel ou tel organe, ou fraction d’organe (ex. des portions de limbes de feuilles ou de tiges chlorophylliennes sans traces d’oïdium). Au risque de devoir comptabiliser plusieurs milliers d’aliments par jour, en proportions variables dans les régimes au fil des jours et des saisons, s’imposait la nécessité d’une définition plus fonctionnelle de la notion d’aliment.

37Dans le cas des troupeaux conduits par des bergers, nous avons proposé de considérer comme « aliments fonctionnels » les portions d’espace enchaînées en cours de circuit. Leur taille est fonction de l’effectif et de la grégarité du troupeau, puisque plusieurs zones peuvent être identifiées pour un petit troupeau de chèvres, sur un espace n’en comprenant qu’une seule pour un grand troupeau de brebis. Ces aliments, successivement « distribués » par le berger, comprennent souvent plusieurs communautés végétales, ainsi que leurs lisières, et c’est une analyse de l’ensemble du territoire du berger qui permet de les identifier. Bien évidemment, aucune de ces portions d’espace n’a de valeur intrinsèque, qu’il serait possible de prédire par l’analyse des biomasses et valeurs nutritives des végétaux qui les composent. C’est en effet en organisant un accès ordonné dans le temps à ces portions d’espace que le berger construit la valeur alimentaire résultante de son territoire, par anticipation et création d’interactions alimentaires synergiques en cours de repas.

38Cette définition fonctionnelle permet de penser l’action de l’homme sur la motivation alimentaire du troupeau. Elle permet notamment d’identifier, à l’échelle de l’ensemble d’un territoire et à une saison donnée, les portions d’espace susceptibles de jouer les rôles « mise en Appétit », « relance » et « dessert ». Ce sont les facteurs rares, au sens économique du terme, car, par définition, les meilleures palatabilités sont relatives à l’ensemble des disponibilités dont les animaux ont déjà pris connaissance. Il s’agit donc de soigneusement en limiter l’accès (« les rationner », dit-on en élevage), afin d’optimiser la valeur des autres portions d’espaces, des autres aliments.

Apprendre aux jeunes animaux à manger de tout

39Le troupeau d’élevage est un objet biologique construit par l’homme. Les bergers disent parfois « il a compris », parlant du troupeau comme d’un être doué d’un comportement propre (Landais, Deffontaines 1988). Ils savent que le comportement de groupe transcende souvent les comportements individuels, et qu’ils doivent en tenir compte pour moduler leur propre attitude. La stabilité et la cohérence du troupeau sont renforcées par des pratiques d’élevage : sa construction passe par l’éducation des jeunes, mais aussi par la sélection des adultes, conservation ou réforme d’individus influents, selon leur rôle positif ou négatif vis-à-vis de ce qui est attendu du groupe.

40Nous n’allons pas aborder ici la vaste question des apprentissages chez l’animal d’élevage, et en quelle mesure ceux-ci influent ensuite sur ses aptitudes à répondre aux attentes de l’éleveur. Pour ce qui nous intéresse ici, à savoir comment des troupeaux sont en mesure de s’attaquer volontiers aux broussailles, nous nous bornerons à signaler que les sciences de l’animal domestique ont privilégié soit l’attribut de « rusticité », synonyme de moindre exigence alimentaire, soit le forçage de la consommation en augmentant le « chargement animal » au pâturage (nombre d’animaux mis à pâturer par unité d’espace et de temps, généralement décrit en Unités Gros Bétail (UGB)/ha/saison). La rusticité reste un aspect relativement peu abordé en alimentation animale (Silanikove 1997). C’est toutefois un argument avancé par beaucoup d’éleveurs de races animales dites « à petit effectif », vis-à-vis desquelles la modernisation et industrialisation de l’élevage a manifesté un total désintérêt (Audiot 1995). En revanche, la technique de la gestion du pâturage par le chargement animal s’est généralisée, partant du principe selon lequel des herbivores placés en situation de concurrence plus exacerbée vis-à-vis des ressources accepteront de manger de tout, y compris des broussailles. Agir ainsi, c’est implicitement considérer l’animal comme un perpétuel naïf, incapable d’apprendre sans contrainte à goûter de nouveaux aliments (Provenza et al. 2003).

41Depuis peu, des travaux de recherche visent à étudier l’impact des pratiques d’élevage sur les capacités d’apprentissage de l’herbivore domestique. Ils sont notamment motivés par le risque d’intoxication d’animaux trop naïfs (exemple : des aiguilles de pins dont l’ingestion provoque des avortements chez des bovins aux États-Unis), mais plus généralement par la question de la culture alimentaire chez l’herbivore et les façons de parfaire à son éducation (Provenza 2004 ; Howell 2005 ; Meuret et al. 2006). L’extrait d’enquête ci-dessous en est une petite contribution.

42Témoignage dun éleveur de moutons. C. a 40 ans de vie professionnelle. Il mène à l’année son troupeau d’environ 400 brebis sur parcours embroussaillés à l’aide de parcs mobiles électrifiés. Il vend ses agneaux à la coopérative mais aussi à des bouchers locaux. Il ne distribue aucun complément alimentaire, mis à part le sel et l’eau. L’entretien a été conduit en juin, lors de l’arrivée sur le « quartier d’été » (pâturage plus en altitude).

« Pourquoi je mets mes brebis dans ce parc-ci ? Bon, ce n’est pas aussi simple qu’on le croit, l’histoire. Tu as remarqué qu’il y a des brebis avec des agneaux. Ce sont des agneaux qui ont en ce moment entre un mois et demi et deux mois et demi. Donc, ils savent déjà manger. Ils commencent à ruminer, mais ils tètent encore, ils ont les deux fonctions : ils digèrent encore du lait, mais ils savent aussi digérer des végétaux. Alors, ils arrivent ici en sachant déjà manger de l’herbe, parce qu’ils ont appris avec leur mère à manger de l’herbe autour du village, d’où on vient de monter. Hier soir, on est arrivé ici, c’est le quartier d’été. Ils sont donc passés brusquement de 700 mètres à 1 100 mètres, et ils trouvent ici un milieu tout à fait nouveau.
Ici, qu’est-ce qu’on a ? On a, d’un côté, tout un versant de lande, avec surtout des genêts, de l’églantier, de l’aubépine, des prunelliers, toutes sortes de choses un peu grossières. Et sur l’autre versant, il y a surtout des pins, avec de la belle herbe en dessous. Donc, pourquoi je les mets de ce côté-ci, plutôt que de l’autre ? Eh bien, c’est pour les..., comment dire ?... pour les éduquer. On pourrait appeler ce parc, un parc école, si on veut. Voilà. Et alors, qu’est-ce qu’ils vont faire ici, en arrivant ? Ils voient ces genêts grossiers, eh bien, ils ne connaissent pas, ils ne savent pas ce que c’est. Et forcément, s’ils étaient laissés seuls, sans leurs mères, ils ne seraient pas attirés par ce truc qu’ils ne connaissent pas.
Par contre, en arrivant dans le parc, les mères se sont toutes jetées sur les genêts. Pourquoi ? Parce que les genêts, en ce moment, elles les adorent. Il ne faut pas oublier que le genêt, c’est une légumineuse, une très bonne nourriture, alors qu’on croit que c’est... que ça ne vaut rien, mais en réalité c’est une très bonne nourriture. Et donc, à partir de la fleur, elles adorent ça. En ce moment, ici à 1 100 mètres, c’est au stade de la petite gousse bien tendre, et elles se jettent dessus. Alors, que font les agneaux ? Eh bien, ils imitent leur mère et ils se jettent dessus aussi. Et ils apprennent à manger du genêt.
Il y a des troupeaux, où les brebis ne mangent pas le genêt. Parce qu’elles n’ont pas été éduquées jeunes à manger du genêt [...]. Car il faut apprendre à le manger quand les agneaux sont jeunes, et quand le genêt est le meilleur. Parce qu’après, tout le versant, ils n’auront que ça, et ça va durcir au fur et à mesure que les genêts vont passer [arriver à maturité], jusqu'au 15 août.

Au 15 août, ils n’en mangeront plus, parce que les genêts seront trop durs. Personne ne mangera plus de genêts. Donc, il faut en profiter maintenant, il faut leur apprendre tout de suite, en arrivant sur le quartier d’été [...].
D’où ça te vient, cette histoire de “parc école”, tu étais professeur avant ?
– Il y a plusieurs choses. D’abord, en tant que berger, j’ai beaucoup gardé les brebis dans ma vie. Je commence à avoir un âge respectable, donc j’ai pas mal d’années derrière moi, de gardiennage et d’observation. En tant que berger, j’ai travaillé dans toutes sortes d’élevages, j’ai circulé un peu dans toute la France, et je me suis aperçu que certaines bêtes, qui étaient élevées dans des conditions d’agriculture intensive, disons, ne savaient pas manger certaines plantes. En gardant en milieu montagnard, je me suis aperçu que les brebis et leurs agneaux qui avaient été conduites différemment, c’est-à-dire en profitant de ce qu’il y a dans la nature, eh bien, s’attaquaient un peu à tout, et aimaient un peu aussi la variété. Parce que, apparemment, elles se composent un menu, toute la journée pendant qu’on les garde, on s’aperçoit qu’elles changent de plantes régulièrement.
Et donc, quand je suis devenu éleveur, et que j’ai choisi cette forme d’élevage, le plein air, c’était en ayant réfléchi à tout ça depuis un certain temps. Et mon idée de départ, c’était qu’un mouton peut, non seulement survivre, mais aussi produire, et produire une viande de qualité, avec ce qu’il y a dans la nature, pourvu qu’on lui donne l’occasion de s’exprimer. Et donc, quand je suis passé du gardiennage au parc clôturé, j’ai raisonné mes parcs de cette manière-là. C’est-à-dire que je ne mets pas mes clôtures n’importe où, j’ai une rotation de clôtures qui est raisonnée d’après ce qu’elles auront à manger, d’après l’exposition, l’ensoleillement, selon les saisons, et tout ça.
Et dans ce troupeau, tu as aussi tes jeunes femelles, qui vont être mères dans les années suivantes ?
– Parmi ces agneaux, qu’est-ce qu’il y a ? Il y a des mâles, qui vont faire par la suite des agneaux de boucherie, et il y a des femelles. Ces femelles, une partie d’entre elles, ce sont les futures mères de remplacement du troupeau. C’est-à-dire qu’elles vont remplacer les vieilles brebis qui seront mises à la réforme. Et donc, ces agnelles, elles vont à leur tour devenir des mères, et il faudra aussi qu’elles apprennent à leurs agneaux, involontairement évidemment, mais elles apprendront à leurs agneaux à se débrouiller dans la nature. Donc, j’ai intérêt à ce que ces agnelles soient très bien éduquées. »

Changer de paradigme pour rendre les broussailles plus « désirables »

« On a oublié de demander à la vache l’herbe qu’elle préfère »

43André Voisin (1903-1964), un Normand membre de l’Académie d’agriculture de France, a écrit : « Malheureusement, jusqu’ici, on a surtout étudié les herbages du point de vue de la plante et fort peu du point de vue de la vache. On a certes analysé les herbes, mesuré la teneur en protéines ou cellulose, mais on a oublié de demander à la vache l’herbe qu’elle préfère, c’est-à-dire qu’elle considère comme la plus palatable. [...] Ce qui est remarquable, c’est que la plante la plus palatable est une “mauvaise” herbe, ou plutôt “soi-disant mauvaise” herbe, bien courante dans nos pâtures : le plantain. Mais ce qui est surtout bien troublant, c’est que l’herbe la moins palatable est une sélection de dactyle S. 143 [...] » (Voisin 1957). En guise d’illustration, il a choisi la photo du Pr Johnstone-Wallace du Royal Agricultural College of Cirencester, examinant au pré, mais aussi en costume cravate, « comment un taureau récolte son herbe ».

44Traduit en plusieurs langues (dont Voisin 1959), cet auteur est encore apprécié en de nombreux pays et notamment aux États-Unis. Mais il est demeuré quasi inconnu en France jusqu’en 2001, date à laquelle son ouvrage a été publié sous la forme d’un fac-similé aux Éditions France Agricole, la référence de la presse professionnelle. La réforme de la Politique agricole, avec ses dispositifs agri-environnementaux, doit y être pour quelque chose, mais aussi « les excès de la productivité qui ont généré les problèmes que l’on connaît », comme le mentionne l’éditeur sur sa quatrième de couverture.

Pour une éco-zootechnie de l’herbivore mis à pâturer des milieux non artificialisés

45Sur milieux pastoraux non artificialisés, tels les parcours embroussaillés comportant des ressources diverses et variables, il ne s’agit plus de chercher à tout maîtriser par une connaissance supposée exhaustive des facteurs agissant sur l’interaction entre le troupeau et son pâturage. Les scientifiques qui prétendent procéder ainsi, au titre de l’élaboration de modèles prédictifs et paramétriques, sont encore pour longtemps loin du compte, tant la multiplicité des facteurs et de leurs interactions est grande, et surtout car l’animal peut transformer par ses apprentissages d’apparentes contraintes en sources de motivation.

46Dans ce cas, un éleveur doit apprendre à agir en conservant une part d’incertitude. S’il peut prétendre probabiliser la réussite de sa conduite du troupeau sur la base d’expériences antérieures, c’est avant tout en se donnant les moyens d’ajuster à l’aide d’une batterie d’indicateurs adéquats, dont il aura anticipé l’usage afin de ne pas constamment improviser. Il pilote à distance, plus ou moins grande selon les cas, après avoir établi, ou rétabli, une relation de confiance réciproque avec son troupeau (Porcher 2002). Et la confiance apparaît lorsque les comportements lui deviennent prévisibles ou, du moins, non étranges.

47Pour informer scientifiquement une telle pratique, il s’agit de se démarquer, à la fois, des paradigmes ayant fondé l’industrialisation des animaux d’élevage, tout autant que de ceux visant à un ensauvagement des animaux, au titre d’une nature non perturbée. L’enjeu consiste à donner les moyens aux éleveurs et aux gestionnaires de milieux naturels de mieux anticiper le comportement des troupeaux, la plasticité de leurs choix alimentaires, d’être en mesure de repérer et de conforter leurs lieux et modes de vie préférentiels. La pratique peut se résumer ainsi, comme le disent certains bergers : « il s’agit d’être habile avec le troupeau », en procédant par « une suite de tenir et de laisser-faire » (Landais, Deffontaines 1988).

48Quels enseignements tirer de la prise en compte du point de vue de l’animal vis-à-vis des milieux et de leurs diverses ressources ? Comment éduquer les troupeaux afin de leur faire acquérir de nouvelles compétences ? Comment tirer parti des aptitudes animales afin d’identifier puis de chercher à mieux maîtriser des ressources alimentaires jusqu’alors ignorées ? Ces questions sont actuellement absentes des débats, mais une fois exposées et informées par des connaissances scientifiques originales, elles devraient contribuer à faire émerger une approche, l’éco-zootechnie, ayant pour ambition de mieux connaître, donc mieux traiter, les troupeaux mis à pâturer des milieux non artificialisés. La notion d’éco-zootechnie a été proposée par Micoud (1993), sociologue, afin d’analyser les pratiques de gestion de la faune sauvage, qui procèdent par des emprunts aux savoirs traditionnels mais aussi à toute une collection de disciplines scientifiques.

49L’éco-zootechnie devrait trouver sa pertinence en permettant d’aborder concomitamment trois enjeux :

  1. Aider à penser l’animal : penser la nature des connaissances à acquérir en sciences biologiques et écologie animale lorsque les troupeaux domestiques au pâturage sont vus comme des composantes à part entière de la biodiversité des milieux concernés. Il s’agit de remettre en question les conceptions des gestionnaires de milieux naturels, où les troupeaux sont considérés comme des « outils de gestion » comparables à des engins de débroussaillage. Il s’agit également de se détourner des conceptions encore dominantes en élevage, où les troupeaux sont apparentés à une somme de besoins physiologiques à satisfaire par une somme d’aliments.
  2. Aider à penser le temps long des impacts du pâturage sur les milieux : penser la nature des connaissances à acquérir lorsqu’il est attendu des éleveurs qu’ils interfèrent par le pâturage dans des dynamiques végétales pluriannuelles au titre de la préservation des paysages et de la biodiversité. Réussir à alimenter un troupeau sur milieu non artificialisé ne peut suffire à étayer les politiques publiques agri-environnementales. Il s’agit donc aussi de mieux comprendre comment, au fil des années, des successions de choix alimentaires peuvent correspondre à une meilleure maîtrise de dynamiques de communautés végétales.
  3. Aider à penser la place des connaissances scientifiques en interaction avec celle des praticiens : du fait de l’extrême diversité des milieux et des conditions de pâturage, les enquêtes auprès de praticiens expérimentés sont fécondes, notamment pour concevoir la nature et portée des travaux scientifiques. Toutefois, en Europe, les pratiques pastorales sont tombées en désuétude sous l’assaut de l’industrialisation de l’élevage et de ses normes. Il devient ainsi impératif de prendre au sérieux les bergers et leurs savoir-faire techniques. Cela afin de légitimer ces savoirs, et non de les folkloriser, au titre des enjeux liés à l’usage et au renouvellement des ressources naturelles issues des territoires ruraux et d’encourager aussi la transmission des savoirs, y compris à destination des jeunes postulants au métier de berger, aujourd’hui pour la plupart d’origine urbaine.

Implications en matière d’objets de recherche et de méthodes

50L’approche éco-zootechnique ne se limite pas à adjoindre, pour être tendance, le qualificatif « éco » aux approches disciplinaires classiques. Elle implique de redimensionner les objets de recherche et de reconsidérer assez en profondeur les méthodes d’investigation. C’est pourquoi, à la suite de Hubert et al. (2008), nous suggérons quelques implications majeures :

51Objets de recherche. L’étude de la capacité d’ingestion selon la race et le stade physiologique de l’animal serait à remplacer par celle de la motivation à ingérer selon la culture alimentaire de l’animal et ses conditions d’alimentation ; la valeur intrinsèque des plantes et les effets additifs dans les régimes quotidiens devrait céder le pas devant la palatabilité circonstancielle des plantes et les effets d’interaction au cours des repas ; la couverture de la demande alimentaire de l’animal par une offre fourragère simplifiée et optimisée est à remplacer par le processus de pilotage de l’ingestion par l’organisation temporelle de l’accès à une diversité de ressources complémentaires.

52Méthodes. L’éco-zootechnie impose de privilégier les recherches in situ et à l’échelle des unités de gestion en élevage, conditions auxquelles les animaux ont été habitués : séquence de journées en parc clôturé ou circuits quotidiens de berger ; il s’agit aussi de travailler à l’échelle du troupeau ou du lot d’élevage, en veillant à ne pas modifier dans le troupeau la structure et les affinités existantes ; il s’agit de travailler avec des animaux déjà expérimentés vis-à-vis du milieu pastoral et de la diversité de ses ressources alimentaires, mis à part bien entendu le cas où ce sont les pratiques d’apprentissage qui sont objet de recherche ; il est nécessaire d’investir du temps préalable d’accoutumance réciproque du troupeau et des observateurs ; enfin, pour ce qui concerne le choix des animaux pour les suivis individuels, le tirage au sort aléatoire au sein du groupe, recommandé par les canons de la science, est à proscrire au profit d’un choix tenant compte du statut social de l’individu et du probable changement qui va s’opérer suite à la présence permanente d’un humain : par son attitude, l’individu doit explicitement montrer qu’il accepte la présence de l’observateur à ses côtés, et le reste du groupe doit aussi se comporter de façon à montrer qu’il accepte que cet individu-là fasse l’objet d’une attention rapprochée.

Des broussailles devenues « désirables »

53Il est difficile de passer du statut de « végétal indésirable à éliminer » à celui d’« aliment de bonne valeur à cultiver ». Plusieurs de nos interlocuteurs, notamment en lycées agricoles, nous ont dit combien cela les obligeait à opérer une « révolution culturelle ». L’intérêt a toujours été suscité en premier par nos résultats portant sur les niveaux d’ingestion des régimes à base de broussailles. Obtenus en conditions habituelles chez des éleveurs, avec des animaux de races tout à fait banales, ils soulevaient une saine curiosité, « si ça ne vaut rien, pourquoi les apprécient-elles donc tant ? », puisqu’il était certain que ces chèvres et ces brebis n’étaient pas, elles, devenues folles.

54Nos travaux ont contribué à faire changer peu à peu quelques points de vue au sujet des milieux embroussaillés, perçus comme des ressources de qualité pour des herbivores d’élevage. Cela notamment dans le sud-est de la France, où nous avons été plusieurs à nous attaquer de front à la question (Institut de l’élevage et al. 2006 ; Meuret, Agreil 2006 ; Gouty, Gautier 2007 ; Agreil, Greff 2008). Il faut reconnaître que l’intérêt a été récemment encouragé, non seulement par les effets du changement climatique, avec ses épisodes récurrents de sécheresse où l’herbe cultivée devient rare ou totalement inappétente (Nouzille-Favre d’Anne 2007), mais aussi par l’envolée du prix des céréales, qui stimule l’imagination des éleveurs vis-à-vis de ce qu’il y aurait de meilleur marché à faire brouter aux alentours.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aggeri Franck, Fixari Daniel. 1998. « La rationalisation de l’alimentation des ruminants », dans Les Chercheurs et l’innovation, regards sur les pratiques de l’inra. Paris, inra et École des Mines de Paris : 363-379.

Agreil Cyril, Meuret Michel. 2004. « An Improved Method for Quantifying Intake Rate and Ingestive Behaviour of Ruminants in Diverse and Variable Habitats Using Direct Observation », Small Ruminant Research, 54/1-2 : 99-113.

– 2008. « Recording the Selectivity of Cows on Diversified Rangelands : A Bite Coding Grid », Proc. XXIth International Grassland Congress-VIIIth International Rangeland Congress, Hohot, Chine, CD-Rom.

Agreil Cyril, Greff Nicolas. 2008. Des troupeaux et des hommes en espaces naturels : une approche dynamique de la gestion pastorale, Guide technique Conservatoire régional des espaces naturels Rhône-Alpes & inra Avignon, Vourles.

Agreil Cyril, Meuret Michel, Fritz Hervé. 2005. « Foraging on Varied and Variable Environments : Adjustment of Feeding Choices and Intake in Domestic Sheep », Food and Feeding : From Structure to Behaviour, V. Bels (ed.), CABI Pub., Wallingford (uk)-New York (usa) : 302-325.

Alphandéry Pierre, Billaud Jean-Paul. 1996. Cultiver la nature (sous la direction de), Études rurales, 141-142.

Audiot Annick. 1995. Races d’hier pour l’élevage de demain, Versailles, Éditions Quæ.

Étienne Michel, Hubert Bernard, Jullian Pierre, Lécrivain Élisabeth, Legrand Catherine, Meuret Michel, Napoléone Martine, Arnaud Marie-Thérèse, Garde Laurent, Mathey François, Prévost François, Thavaud Pascal. 1990. « Espaces forestiers, élevage et incendies », Revue forestière française (numéro spécial Espaces forestiers et incendies) 42 : 156-172.

Gouty Anne-Laure, Gautier Denis. 2007. Broussaille et pâturage, un autre regard (sous la direction de), Paris, Institut de l’élevage.

Howell Jim. 2005. « Les vaches auraient-elles aussi une culture ? Un éleveur du Colorado témoigne », Fourrages 184 : 579-582.

Hubert Bernard, Meuret Michel, Bonnemaire Joseph. 2008. « Shepherds, Sheep and Forest Fires : A Reconception of Grazinglands », Handbook of Transdisciplinary Research, Hirsch Hadorn G., Hoffmann-Riem H., Biber-Klemm S. et al. (eds), Springer Science & Business Media B.V., Swiss Academy of Science (Pub) : 103-126.

Institut de l’Élevage, suamme, cerpam. 2006. Pâturer la broussaille : connaître et valoriser les principaux arbustes des parcours du sud de la France, Paris, Technipel.

Kauffman Jean-Claude. 1996. L’Entretien compréhensif, Paris, Nathan Université, coll. « Sociologie » 128.

Landais Étienne, Deffontaines Jean-Pierre. 1988. André L. : un berger parle de ses pratiques, Versailles, Doc. inra ursad.

Landais Étienne, Bonnemaire Joseph. 1996. « La zootechnie : art ou science ? », Le Courrier de l’environnement de l’inra 27 : 23-44.

Lecomte Thierry, Le Neveu Christine, Nicaise Laurence, Valot Étienne. 1995. Gestion écologique par le pâturage : l’expérience des réserves naturelles, Montpellier, Atelier technique des espaces naturels, coll. « Outils de gestion ».

Lizet Bernadette. 1997. « Les “brouteurs” archaïques du génie écologique : un nouveau rapport à l’animal, à la nature et au territoire », dans Larrère Catherine et Larrère Raphaël (sous la direction de), La Crise environnementale, Paris, coll. « Les Colloques », inra éditions : 161-178.

Mertens David R. 1996. « Methods in Modelling Feeding Behaviour and Intake in Herbivores », Annales de zootechnie 45, suppl. : 153-164.

Meuret Michel. 1988. « Feasibility of in Vivo Digestibility Trials with Lactating Goats Browsing Fresh Leafy Branches », Small Ruminant Research 1 : 273-290.

– 1993. « Piloter l’ingestion au pâturage », Études et recherches systèmes agraires et développement 27 : 161-198.

– 1997. « How do I cope with that Bush ? : Optimizing on Less Palatable Feeds at Pasture Using the menu Model », dans Lindberg Jan Eric, Gonda Horacio Leando et Ledin Inger (sous la direction de), Recent Advances in Small Ruminant Nutrition, Options méditerranéennes série A, 34 : 53-57.

Meuret Michel, Giger-Reverdin Sylvie. 1990. « A Comparison of Two Ways of Expressing the Voluntary Intake of Oak Foliage-Based Diets in Goats Raised on Rangelands », Reproduction, Nutrition, Développement, suppl. 2 : 205.

Meuret Michel, Agreil Cyril. 2006. Des broussailles au menu, plaquette technique inra : 4 p.

Meuret Michel, Bartiaux-Thill Nicole, Bourbouze Alain. 1985. « Évaluation de la consommation d’un troupeau de chèvres laitières sur parcours forestier : méthode d’observation directe des coups de dents ; méthode du marqueur oxyde de chrome », Annales de zootechnie 34 : 159-180.

Meuret Michel, Débit Sabine, Agreil Cyril, Osty Pierre-Louis. 2006. « Éduquer ses veaux et génisses : un savoir empirique pertinent pour l’agroenvironnement en montagne ? », Natures, sciences, sociétés 14 : 343-352.

Meuret Michel, Micoud André, Agreil Cyril, Chabert Jean-Paul, de Sainte Marie Christine, Deverre Christian, Dupré Lucie, Géniaux Ghislain, Golé Sylvain, Vincent Marc. 2006. À l’école buissonnière de la biodiversité administrée et pâturée, Résultats programme de recherche pour et sur le développement régional, Région Rhône-Alpes, Classeurs fiches Synthèses et Résultats, Classeur 2 : L’Agriculture dans les dynamiques territoriales : coordination des acteurs et intégration des préoccupations environnementales : 1-4.

Micoud André. 1993. « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage “naturalisé vivant” ? », Natures, sciences, sociétés 1/3 : 202-210.

Miellet Philippe, Meuret Michel. 1993. « Savoir faire pâturer en SIG », Mappemonde 2/93 : 12-17.

Morley Fred H. W. 1981. Grazing Animals, World Animal Science B1, Neimann-Sorensen A. & Tribe D. E. (eds), Elsevier.

Nouzille-Favre dAnne Cécile. 2007. « Alimentation animale : il y a de bonnes choses à manger derrière la clôture », Le Paysan d’Auvergne 2579 et 2580 : 5.

Porcher Jocelyne. 2002. Éleveurs et animaux, réinventer le lien, Paris, puf.

Provenza Fred D. 1996. « Acquired Aversions as the Basis for Varied Diets of Ruminants Foraging on Rangelands », Journal of Animal Science 74 : 2010-2020.

– 2004. « Twenty-Five Years of Paradox in Plant-Herbivore. Interactions and “Sustainable” Grazing Management, Rangeland Society 57th Annual Meeting », Rangelands 25, 24-30.

Provenza Fred D., Villalba Juan, Dziba Luthando, Atwood Shelton B., Banner Roger E. 2003. « Linking Herbivore Experience, Varied Diets, and Plan Biochemical Diversity : A Review », Small Ruminant Research 49 : 257-274.

Sauvant Daniel, Baumont René, Faverdin Philippe. 1996. « Development of a Mechanistic Model of Intake and Chewing Activities of Sheep », Journal of Animal Science 74 : 2785-2802.

Silanikove Nissim. 1997. « Why Goats Raised on Harsh Environments Perform Better than Other Domesticated Animals ? », dans Recent Advances in Small Ruminant Nutrition, Lindberg Jan Eric, Gonda Horacio Leando et Ledin Inger (sous la direction de), Options méditerranéennes, série A, 34 : 185-194.

Van Soest Peter J. 1994. Nutritional Ecology of the Ruminant (2nd edition), New York, Cornell University Press.

Voisin André. 1957. La Productivité de l’herbe, Paris, Flammarion.

– 1959. Grass Productivity, New York, Philosophical Library, Reprint 1988 (Conservation Classics), Island Press, Washington DC.

Wallis de Vries Michiel F., Bakker Jan P., Van Wieren Sike E. 1998. Grazing and Conservation Management, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Yin Robert K. 1994. Case Study Research, 2nd ed., Sage Publications, Thousand Oaks, ca, usa.

Notes

1 S. « Agri-environnementales » : les politiques faisant suite à la réforme de la Politique agricole commune de 1992, qui visent un plus grand respect de l’environnement avec une mise en place de Mesures Agri-Environnementales ; « Environnementales » : les politiques non issues du monde agricole et qui, depuis 1992 également, interpellent les pratiques au titre de la directive Habitats-Faune-Flore pour la conservation de la biodiversité (Natura 2000).

2 S. Depuis 1970, les surfaces boisées ont gagné en France près de 7.106 hectares.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Couverture d’une plaquette commerciale de présentation d’un produit phytocide, dont la marque a été gommée ici.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure 2.1. – Réussir à enregistrer par observation directe toutes les prises alimentaires réalisées par un animal. Après accoutumance réciproque, l’observateur est capable de suivre un individu du troupeau durant des journées complètes et successives afin d’enregistrer par observation directe la totalité de ses prises alimentaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Figure 2. 2. – L’observateur utilise une grille de codage des prises (ci-dessus) permettant d’enregistrer en continu l’ingestion réalisée sur des végétaux de nature et d’état très divers. La forme en « U » symbolise la mâchoire d’une brebis ou d’une chèvre. Les portions de plantes sont symbolisées par les petites icônes de physionomie : les traits fins sont les tiges chlorophylliennes des arbustes, les limbes de feuilles de graminées ou les tiges de lianes ; les ovales sont les feuilles d’arbustes et d’arbres ; les cercles blancs et noirs sont respectivement les fleurs et les fruits. La longueur des tiges ou des limbes foliaires non étirés est indiquée, lorsque c’est nécessaire, à gauche des icônes (en centimètres). Les codes mono-et bi-syllabiques dictés en temps réel lors des observations sont notés à droite des icônes (d’après Agreil et Meuret, 2004).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 3. – Les chèvres et les brebis observées au pâturage ou en cages à digestibilité ingèrent le double, à digestibilité équivalente du régime, par rapport aux références de la littérature. Les données de la littérature concernent ici les herbes fraîches distribuées à l’auge et le modèle classique de référence est celui d’après Morley (1981) et Van Soest (1994). L’ingestion est exprimée en Matière organique digestible ingérée (modi) par kilo de poids métabolique de l’animal. Le trait grisé vertical (A) représente la qualité du fourrage distribué chaque jour à l’identique dans le cas des données de référence. Le cône grisé représente la diversité qualitative des fourrages consommés chaque jour sur parcours, qu’il n’est pas pertinent de résumer à une valeur moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12960/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figure 4. – Un exemple de structuration de circuit de pâturage d’une durée de trois heures par un berger utilisant des sous-bois. Le circuit procède d’un enchaînement raisonné de différentes zones de pâturage (voir les numéros en haut de figure). Les accélérations du flux d’ingestion en cours de repas, notamment lors des changements de zone provoqués par le berger, témoignent du renouvellement de l’appétit vis-à-vis des ressources alimentaires (d’après Meuret, 1993).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12960/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Figure 5. – Le modèle Menu permet à un berger de stimuler l’ingestion sur un « secteur cible » de pâturage (au centre), qui serait insuffisamment apprécié du troupeau sans une organisation particulière. Le berger tire ici profit de l’hétérogénéité de l’espace, en concevant ses circuits de gardiennage (correspondant chacun à une demi-journée ou à un repas) sous la forme d’enchaînements appropriés de l’accès du troupeau à une série de zones (phases du repas) contrastées en termes de palatabilité et d’abondance relative des ressources (d’après Meuret, 1993).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12960/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Écozootechnicien, est directeur de recherche à l’inra-sad. Privilégiant le « point de vue » de l’herbivore dans l’étude des pâturages, il a montré à quel point et comment des pratiques d’élevage peuvent stimuler l’appétit et donc améliorer la valeur alimentaire de couverts végétaux habituellement déconsidérés. Il a animé des recherches interdisciplinaires sur des dispositifs publics agri-environnementaux ayant recours au pâturage afin de restaurer et conserver la biodiversité sur des espaces naturels et agricoles.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site