Version classiqueVersion mobile

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

Approches phénoménologiques

7. Le renversement opéré par Kurt Goldstein et par Erwin Straus : le réflexe comme comportement

Jean-François Nordmann

Texte intégral

Des enjeux stratégiques

1L’objectif de cette contribution est d’aborder et de penser ensemble les deux grandes entreprises théoriques et critiques qui se déploient dans La Structure de l’organisme (1934) de Kurt Goldstein et dans Du sens des sens (1935) d’Erwin Straus. Ces deux grandes entreprises, qui coïncident presque exactement quant à leur date de publication, mais sont tout à fait indépendantes l’une de l’autre (Goldstein et Straus ne se citent pas mutuellement et semblent ne pas avoir connaissance des travaux l’un de l’autre), révèlent une analogie et une convergence profondes d’approche, de méthode et de résultats qui ne permettent pas seulement de les découvrir engagés dans la même voie et sur un même front (point qui sera susceptible d’intéresser surtout l’historien spécialiste), mais qui autorisent, bien au-delà, à y voir deux cas particuliers remarquables – qui gardent leur pleine actualité aujourd’hui, au-delà des années qui nous en séparent – de mise en question radicale de l’approche scientifique de l’animal et du vivant.

  • 1 S. Ce trait est-il également lié à la situation des deux auteurs dans l’Allemagne nazie des années (...)

2La Structure de l’organisme et Du sens des sens, on le sait, sont des ouvrages « classiques », qui font référence et tradition, quoiqu’ils soient finalement peu connus au-delà des cercles étroits de l’épistémologie des sciences du vivant pour le premier et de la phénoménologie de la sensibilité pour le second. Ils présentent un certain nombre de ressemblances extérieures frappantes, qui tiennent à ce qu’ils forment chacun une sorte de somme ou d’opus magnum où leur auteur a tenté non seulement de reprendre et de réarticuler tout l’ensemble de ses travaux antérieurs, mais a entrepris d’en expliciter et d’en habiliter les fondements, avec une pleine conscience des conséquences et des enjeux scientifiques, épistémologiques et philosophiques considérables soulevés par sa démarche1. Goldstein et Straus ont par ailleurs tous deux un parcours très riche à la fois de théoriciens et de praticiens, à l’intersection ou à la conjonction des disciplines : ils sont tous deux neurologues, psychologues et psychiatres et ont travaillé au croisement de la science expérimentale, de la médecine et de la philosophie, le premier à Francfort avec des malades atteints de lésions cérébrales dues à des blessures de guerre, le second à Berlin où il a exercé à La Charité et à la Poliklinik. Mais c’est au cœur même de l’orientation de leur travail qu’apparaissent la profonde analogie et la convergence que nous mentionnions : ils entreprennent tous deux également une critique fondamentale (qu’ils tiennent en tout cas pour telle) des théories qui cherchent à rendre compte du comportement du vivant ou de l’animal en termes de « réflexes », et ils le font, d’une part, en mettant au jour les difficultés multiples dans lesquelles tombent inévitablement de telles théories, d’autre part, et surtout, en leur substituant une autre théorisation, l’une, pour le dire vite, de type organiciste et holiste, l’autre de type subjectiviste, qui ne conduit pas seulement à penser le comportement dans des termes tout autres que ceux de « réflexes », mais aussi bien à re-comprendre et à réinterpréter le « réflexe » lui-même comme un véritable comportement. Tel est le fond même de l’opération que j’appelle ici renversement : à son terme, non seulement il doit se révéler qu’on n’arrive pas à expliquer (et à « réduire ») un comportement en le traitant comme la résultante d’un faisceau et d’un jeu de combinaisons et d’interactions de réflexes, mais que ce qu’on appelle « réflexe » désigne en fait toujours une manière d’agir spécifique qui implique l’ensemble de l’organisme vivant dans sa relation avec son environnement (Goldstein) ou l’expérience vécue même d’un sujet animal qui éprouve affectivement cet environnement (Straus). Les deux ouvrages produisent bien ainsi chacun un modèle ou un contre-modèle d’intelligence, soit du vivant en général, soit du vivant « animal » doué de sensibilité, qui repose sur le concept fondamental et irréductible de comportement. Et ils relèvent bien de ce que Florence Burgat appelle, au sens large me semble-t-il, les « approches phénoménologiques », mettant en jeu l’idée d’une certaine liberté ou du moins d’une certaine spontanéité et activité propres de l’organisme ou de l’animal ainsi que la mise en œuvre d’une relation « dialectique » ou « dialogique » avec son milieu.

  • 2 S. Les séquences causales peuvent être exclusivement physiques (neuromotrices, biochimiques, bioph (...)

3Mais l’analogie entre les deux ouvrages va bien plus loin encore : de façon remarquable me semble-t-il, ce renversement de la théorie des réflexes auquel travaillent Goldstein et Straus, et qui les conduit ainsi, si l’on peut dire, à inverser la distribution des rôles de l’explicans et de l’explicandum entre réflexe et comportement, n’est pas du tout pour eux l’objectif unique et ultime de leur travail : ce n’est là pour eux qu’un moment, fût-il central et focal. Et de fait, le renversement de la théorie du réflexe se donne manifestement pour chacun d’eux comme un échantillon exemplaire ou paradigmatique d’un type de travail qui est à mener, de façon bien plus générale, par rapport à toute théorie scientifique positiviste et causaliste-déterministe qui cherche à rendre compte de la conduite, de l’action, de la manière d’être d’un vivant ou d’un animal (l’animal humain non excepté) en termes d’occurrences et de combinaisons de séquences causales objectives2. Pour cette théorie positiviste, l’apparence d’intentionnalité ou plus généralement de « relation » au milieu (relation vécue ou relation simplement opérante) caractéristique du « comportement » doit scientifiquement se dissiper pour ne plus laisser place qu’à des enchaînements de causalité « aveugle », où les processus qui adviennent se produisent par la seule loi de la détermination nécessaire des effets par les causes sans qu’il n’y ait plus aucunement à faire intervenir de considération de sens ou de signification pour l’organisme ou pour le sujet animal – ou pour l’organe ou le point particulier du corps (ou éventuellement du psychisme) où le processus causal est en train d’avoir lieu.

  • 3 S. « Il est indifférent que nous prenions pour point de départ tel genre de matériaux ou bien tel (...)

4Au-delà de la théorie des réflexes, c’est ainsi de façon tout à fait générale la singularité de toute la démarche positiviste causaliste-déterministe et par suite de toute la démarche scientifique-naturaliste qui est en jeu pour Goldstein, démarche qui, s’agissant de la vie et de l’entreprise de « comprendre la vie », va prendre la forme d’une démarche de recomposition « de l’inférieur au supérieur », du plus simple au plus complexe (Goldstein [1934] 1983 : 8), que les éléments simples relèvent « de la structure morphologique, ou de l’organisation physiologique fonctionnelle, ou de la composition chimique, ou de la composition physique, ou bien encore [de l’ordre] des phénomènes somatiques ou psychiques » (ibid. : 55). Dès lors, et Goldstein le déclare très explicitement (ibid. : 56), le travail mené sur la théorie des réflexes, auquel il consacre particulièrement les chapitres ii, iii et v de son ouvrage, aurait pu tout aussi bien, et de façon analogue et équivalente, prendre pour objet n’importe laquelle de ces autres théories, morphologique, physiologique, chimique, physique, psychosomatique, etc.3. Son analyse est bien ainsi fondamentalement conçue pour être généralisée à chaque moment à l’ensemble des approches scientifiques positivistes causalistes-déterministes existantes – et même à l’ensemble de ces approches possibles : la fin du chapitre v (qui clôt l’étude sur les réflexes) déclare ainsi que « tout ce que nous a appris l’analyse des réflexes quant à la possibilité et à la difficulté de remonter d’un phénomène isolé par l’analyse jusqu’à l’essence de l’organisme s’applique aussi bien à toutes les « parties [et séquences constituantes] obtenues par une méthode analytique » (ibid. : 171) et s’applique donc aussi particulièrement, par anticipation, à cette approche biochimique dont Goldstein prédit qu’elle occupera sans doute à l’avenir une place considérable – et bien plus considérable que la théorie même des réflexes. Mais ce n’est pas autrement que Straus, dans l’introduction de Du sens des sens (Straus [1935] 1989), va annoncer que la critique qu’il entreprend de la théorie des réflexes – et plus spécifiquement de la théorie des réflexes conditionnés chez Pavlov, à laquelle sont consacrées les deux premières parties de son ouvrage – vise là de façon générale un des derniers « produits tardifs » de la psychophysique et la philosophie cartésiennes (ibid. : 57) et au-delà encore « une doctrine [...] marquée au coin d’un mécanisme et d’un atomisme extrêmes », caractéristiques de l’orientation « cartésienne » qui selon Straus règne dans toute la science « moderne » (ibid. : 57-58).

  • 4 S. N’est-ce pas un même choix stratégique qui peut nous conduire aujourd’hui à faire porter la dis (...)

5Reste que le choix de faire porter cette mise en question générale de l’explication scientifique sur le cas particulier de la théorie des réflexes chez Goldstein (et des réflexes conditionnés chez Straus) ne va pas sans doute sans raison ni intention « stratégique ». Goldstein déclare ainsi, juste après avoir évoqué l’« indifférence » du « genre de matériaux » choisi : « Pour notre part, nous rattacherons nos discussions aux matériaux qui servent de base à la doctrine des réflexes. Nous avons fait ce choix parce que ce genre de données nous paraît le mieux approprié à une discussion de la méthode cognitive qui doit nous conduire à la connaissance de l’organisme » (ibid. : 56). Je suggérerais volontiers, pour commenter ce caractère « approprié », que la différence radicale ou l’abîme qui sépare une approche positiviste causaliste-déterministe (« atomiste » et « mécaniste » pour reprendre les termes de Straus) et une approche organiciste-holiste ou subjectiviste ne se fera jamais sentir avec une telle acuité qu’au point même où l’on escompterait que ces approches viennent se rencontrer et converger harmonieusement, au point de jonction supposé où viendraient s’articuler et s’engrener un mécanisme ayant cours dans les régions « inférieures » de la matière et une intentionnalité, un rapport orienté et actif au sens, caractéristique des régions « supérieures » où serait censé régner l’esprit. Le réflexe peut en effet apparaître comme ce point-charnière où une ample séquence causale serait comme l’ébauche d’un rapport actif au sens et où inversement un processus intentionnel serait comme venu se fixer et se figer dans l’épaisseur du corps matériel4.

6Cela relevé, on procédera dans ce qui suit en deux temps. On présentera d’abord, de façon synthétique, les grandes étapes chez Goldstein et chez Straus de l’entreprise de mise en question critique et de renversement des théories positivistes causalistes-déterministes du réflexe, qui les conduit, on l’a dit, à substituer respectivement à ces théories une approche de type holiste-organiciste et une approche de type subjectiviste. Cette substitution n’est nullement pour eux simplement optionnelle et facultative, mais au contraire indispensable et nécessaire tant pour le projet général de « compréhension » de l’animal et du vivant que pour l’intelligence adéquate du phénomène même du réflexe. Mais on n’en restera pas là : dans un second temps, c’est cette idée même d’une indispensabilité et d’une nécessité du passage à un point de vue organiciste ou subjectiviste qu’on viendra à mettre en discussion et en question. Prenant alors une vraie distance critique par rapport à Goldstein et à Straus, on rencontrera la question épistémologique à notre sens fondamentale – et ardue – du rapport entre approches positivistes causalistes-déterministes et approches herméneutistes, soulevant le problème très général du rapport entre ordre de la positivité et ordre du sens ou entre ordre des questions de fait et ordre des questions de sens. La position vers laquelle on s’acheminera, pour l’annoncer dès à présent en quelques mots, consistera à soutenir, d’une part, qu’aucune des deux sortes d’approches ne pourra jamais prétendre « réduire » l’autre (soit en démontrant son invalidité, soit en faisant voir qu’elle peut intégrer entièrement ses résultats), et, d’autre part, que ces deux approches ne peuvent pas structurellement être conciliées et articulées l’une à l’autre, ce qui nous acheminera à la conception d’une position hétérogénéiste et dissociationniste qui vient bouleverser notre représentation habituelle de l’intelligibilité du monde aussi bien qu’obliger à re-concevoir dans une tout autre lumière les « fondements » de l’éthique et du rapport éthique à l’autre et à soi-même.

Renversements des théories causalistes du réflexe

7C’est dans une suite d’étapes étonnamment parallèles que Goldstein et Straus vont, chacun de son côté, produire leur critique et leur renversement des théories causalistes du réflexe. Ainsi tous deux vont-ils d’abord commencer par montrer comment les théoriciens scientifiques causalistes-déterministes se heurtent constamment à de nouveaux faits empiriques et résultats d’expériences qui viennent contredire leurs prévisions quant à ce qui devrait se passer en réaction « réflexe » à un stimulus ou à une excitation donnée, ce qui les oblige à faire place, et de façon proliférante, à de nouveaux éléments et mécanismes réflexes dans les bases mêmes de leurs théories. Par différence, l’introduction d’un point de vue organiciste chez le premier, subjectiviste chez le second, va se révéler capable de rendre compte de tous ces faits empiriques constatés sans qu’il y ait du tout à introduire ni a fortiori à multiplier indéfiniment de nouvelles hypothèses. La mise en œuvre de ce point de vue organiciste ou subjectiviste va enfin conduire à mettre profondément en question le concept même de « réflexe » et – s’il peut même être maintenu (ce qui ne va pas de soi, en particulier chez Straus) – à le redéfinir complètement en le re-concevant comme un certain comportement qui met bien en jeu tout l’ensemble de l’organisme (Goldstein) ou de la subjectivité sentante (Straus) en rapport avec la signification particulière que peut présenter pour lui (pour elle) le stimulus ou l’événement qui en est l’inducteur.

8Voyons plus précisément comment les choses se passent chez Goldstein. Ce dernier se réfère aux travaux de multiples expérimentateurs et théoriciens de la physiologie et de la neurologie des réflexes, parmi lesquels Magnus, Sowton, Kroetz, Schiff, Weiss, Bethe, Graham-Brown et plus particulièrement Sherrington, qu’il prend particulièrement et paradigmatiquement en vue à la fois pour la haute notoriété dont il jouit et pour la clarté remarquable avec laquelle il met en œuvre ses idées (Goldstein, op. cit. : 77). Sherrington a ainsi défini le réflexe, selon Goldstein, comme ce processus par lequel « une excitation produit une réaction par l’intermédiaire d’un récepteur et d’un effecteur sans aucune participation du reste de l’organisme » (ibid.). Et il a bien conçu d’emblée qu’aucune partie du corps ou de l’organisme ne pouvait être le siège que d’un seul réflexe de ce type, mais qu’il fallait toujours l’appréhender et la décrire comme le siège de multiples réflexes qui s’y produisent simultanément en réaction à d’autres stimulations, y compris à des stimulations induites par l’occurrence des réflexes qui ont lieu dans toutes les autres parties du corps – si bien qu’il faudra tenir, selon le terme même de Sherrington, le réflexe isolé par une « abstraction ».

9Sur quoi alors l’objection de Goldstein va-t-elle porter ? Elle va consister d’abord à mettre en question toute assignation que fait Sherrington d’une séquence réflexe particulière en montrant à chaque fois, et de façon précise, comment des variations parfois même minimes, soit locales (par exemple une variation de l’intensité de l’excitation, ou de sa durée, ou une modification de l’état du récepteur ou de l’effecteur...), soit générales (par exemple une modification de l’état général de l’organisme, de sa posture, de sa tension, de la configuration de son activité motrice...), vont entraîner des variations multiples et souvent considérables des réactions réflexes – en particulier leur « inversion » pure et simple ou la survenue de phénomènes de labilité avec succession de réactions opposées alternantes – qui ne sont nullement prévues au départ par la théorie. Le théoricien du réflexe est alors à l’évidence mis dans l’embarras à chaque pas. Mais ne peut-il toujours faire valoir que sa théorie n’en est encore qu’à ses débuts, et que la prise en compte de nouveaux phénomènes permet aussi de découvrir et d’assigner de nouvelles séquences réflexes élémentaires aussi bien que de nouveaux mécanismes d’interaction des réflexes (tels les mécanismes d’inhibition réciproque, de désinhibition ou de facilitation, de dérivation et d’aiguillage de Sherrington), réflexes et mécanismes qu’il s’agit justement d’intégrer à la théorie ? La stratégie argumentative de Goldstein consiste me semble-t-il en retour à suggérer, à la fois par la multiplication et la diversification constantes des exemples, que le théoricien du réflexe se retrouvera toujours, quoi qu’il en ait et quel que soit le degré de développement de sa théorie, dans la même situation, à savoir qu’il ne cessera de se heurter à de nouveaux phénomènes imprévus qui le contraindront à introduire de nouvelles hypothèses à la fois sur les éléments et sur les mécanismes. Il est ainsi suggéré que sa situation est peut-être structurellement celle d’une prolifération sans fin des hypothèses – et d’hypothèses qui plus est qui restent toujours confectionnées pour les besoins de la cause, autrement dit de simples hypothèses ad hoc. Il se dégage alors également l’idée que le développement même d’une théorie des réflexes est peut-être une impasse et une fausse piste, et que le concept même de « réflexe » est à mettre radicalement en question. Goldstein en vient ainsi à déclarer qu’« à examiner de près les faits qui servent de base à la théorie des réflexes », on peut en venir à se demander si ces faits sont à vrai dire « réellement conformes au concept du réflexe et s’il y a vraiment finalement des réflexes à proprement parler. Cette question paraît étrange, mais elle mérite toutefois d’être traitée très sérieusement. Il n’est pas si facile qu’on pourrait le croire de mettre en évidence des effets constants à la suite d’une excitation constante, tels que les implique le concept du réflexe. Si nous observons de fait sans parti pris les réactions réflexes à ces excitations, nous constatons que se produisent habituellement une multitude de réactions diverses à une même excitation » (ibid. : 58-59).

10Dans un deuxième temps, Goldstein va alors introduire et déployer le point de vue organiciste et holiste là où précisément échoue l’approche positiviste causaliste-déterministe. Selon ce point de vue organiciste et holiste, non seulement toutes les conduites et les séquences d’action de l’organisme, mais aussi toutes lesdites réactions réflexes elles-mêmes vont se trouver reconsidérées et recomprises comme étant de véritables comportements ou « opérations » (selon le terme de Goldstein), « opérations » à la fois totales et orientées par lesquelles l’organisme répond tout entier à ce qui lui advient en fonction de la signification que cela peut avoir pour lui ou – autrement dit – de la manière dont cela peut compter pour lui et lui importer, par exemple comme quelque chose qui le menace et le met en danger ou qui au contraire lui est favorable et adéquat. Tous les différents phénomènes de variation, d’inversion, de labilité... sur lesquels venait heurter la théorie des réflexes deviennent alors intelligibles en s’éclairant sous un autre jour, étant avéré par exemple qu’une variation objective minime de l’intensité d’une excitation peut en transformer du tout au tout la signification pour l’organisme. L’hypothèse organiciste-holiste apparaît ainsi efficace et féconde : elle permet de rendre compte des divers cas observés. Elle est par ailleurs une hypothèse simple, qui n’appelle pas l’adjonction indéfinie d’hypothèses complémentaires. Elle achemine enfin, par différence avec les hypothèses causalistes-déterministes, à une authentique « compréhension » de la réaction produite par l’excitation considérée, en relation directe avec la signification même de l’excitation intiale, et permet plus généralement de « comprendre la vie », pour reprendre les mots de l’ouverture du livre, de comprendre pourquoi le vivant ou l’organisme agit et opère comme il le fait. Le gain de l’introduction du point de vue holiste et organiciste est donc décisif. Il est d’efficience, par l’intelligence qu’il produit des phénomènes observés ; il est d’économie, ne laissant place qu’à un seul point de vue ou à une seule hypothèse, et non plus à une démultiplication des hypothèses ad hoc ; et il est de connaissance, puisqu’il permet manifestement d’ajouter à la connaissance positive factuelle des phénomènes une connaissance supplémentaire, qui est celle du sens ou de la raison d’être de ces phénomènes.

  • 5 S. Goldstein cite ainsi le cas (étudié entre autres par Uexküll) de l’étoile de mer qui réagit à u (...)
  • 6 S. Le prétendu « réflexe » de flexion du bras de l’anémone induit par l’excitation en conditions n (...)
  • 7 S. On peut songer, pour citer un cas qui n’est pas chez Goldstein, au « réflexe », sur le champ de (...)
  • 8 S. Ainsi Goldstein (qui a particulièrement étudié de tels cas avec Adhemar Gelb à Francfort) rend- (...)
  • 9 S. Cette prouesse ou cette performance s’explique selon Goldstein par la difficulté que rencontren (...)

11Mais comment concrètement le réflexe vient-il à être recompris comme comportement ou opération de l’organisme total ? Et pourra-t-on alors encore parler véritablement de « réflexe », ou ne faudra-t-il pas définitivement renoncer à tout usage de cette notion ? Goldstein est en fait amené à concevoir une distinction fondamentale entre deux types de comportement. Le premier type de comportement est celui, de loin le plus fréquent, où c’est bien le corps tout entier qui est mis en mouvement, de façon observable et mesurable, dans toutes ses parties ; c’est pour ce type de comportement que, comme on l’a vu, des variations même minimes des conditions d’expérimentation peuvent entraîner des variations considérables de la réponse locale, variations qui deviennent intelligibles quand elles sont replacées en perspective comme partie de la réponse globale que fait le tout de l’organisme aux sollicitations actuelles de son milieu5. Et c’est dès lors aussi pour ce premier type de comportement que Goldstein conçoit qu’il faut renoncer complètement à penser en termes de « réflexes » : on a de fait toujours affaire là à un comportement ou à une opération de l’organisme à part entière6. Mais il est un second type de comportement qui laisse place à une opération très singulière qui, selon Goldstein, consiste en ce que l’organisme laisse agir une seule de ses parties en l’isolant et la séparant de toutes les autres. On peut en ce cas parler d’un « phénomène partiel », mais on peut aussi conserver la dénomination même de « réflexe », dont on retrouvera effectivement ici quelques-unes des propriétés caractéristiques habituelles – localisation circonscrite, stéréotypie de l’effet induit, intensité et durée souvent prolongée. Goldstein cite trois cas principaux où ce type de comportement peut être observé : a) lorsqu’un stimulus place l’organisme dans une situation « catastrophique » où son existence même et sa survie se trouvent menacées ; la réaction à l’excitation, qui sert la partie isolée et réagissante de l’organisme, peut alors aussi bien servir que desservir l’ensemble de l’organisme dont le comportement total se trouve alors de fait « désorganisé »7 ; b) lorsque l’organisme a subi certaines lésions cérébrales8 ; c) lorsque l’organisme est capable d’une véritable isolation volontaire de certaines de ses parties, ce qu’on n’observe que chez certains des vivants les plus développés9. Mais, quoi qu’il en soit de l’inventaire de ces trois cas particuliers (situation catastrophique, lésion cérébrale, performance volontaire), le point qui reste décisif s’agissant de ces « réflexes » ou « phénomènes partiels » est qu’il s’agit bien encore et toujours de comportements orientés de tout l’organisme – comportements il est vrai paradoxaux puisque consistant à ne laisser agir que certaines de ses parties activement isolées des autres (que cette isolation soit forcée et catastrophique comme dans les deux premiers cas ou volontaire comme dans le troisième). Dans tous les cas donc, et même s’il y a lieu pour Goldstein de maintenir une distinction entre les deux types de comportement qu’on vient de voir, le comportement consiste bien toujours en une opération totale qui implique l’ensemble de l’organisme dans sa relation avec ce qui compte et qui importe pour lui et nécessite pour son intelligence et sa compréhension la mise en œuvre du point de vue organiciste et holiste.

  • 10 S. Relevons que Straus ne conteste nullement les résultats expérimentaux mêmes de Pavlov, qu’il sa (...)

12L’analyse d’Erwin Straus, qui s’attaque stratégiquement, on l’a dit, au cas de la théorie pavlovienne des réflexes conditionnés, va procéder de même en montrant d’abord les multiples difficultés auxquelles se heurte Pavlov dans le développement de sa théorie avant de faire voir comment l’introduction d’une perspective subjectiviste permet de résoudre ces difficultés et de mettre radicalement en question l’usage même de la notion de réflexe10.

  • 11 S. Pour Pavlov (selon Straus), un réflexe conditionné se forme lorsqu’à une excitation productrice (...)

13Les difficultés que rencontre Pavlov – difficultés qui l’obligent à introduire de multiples hypothèses causales qui se révèlent selon Straus « forgées pour les besoins de la cause » et sont par ailleurs directement contradictoires avec le point de vue causaliste-déterministe principiellement adopté au départ – sont, selon l’analyse menée dans Du sens des sens, de cinq ordres : 1° Les animaux, en l’occurrence les chiens sur lesquels Pavlov mène ces expériences, ne peuvent pas développer de réflexes conditionnés11 tant qu’ils ne se sont pas longuement familiarisés avec le nouvel environnement où ils ont été introduits, en l’occurrence avec le laboratoire où ils se retrouvent privés aussi bien de toutes les multiples stimulations visuelles, auditives, olfactives, tactiles... de leur environnement naturel que de leur liberté de mouvement ; pour répondre à cette difficulté, Pavlov est obligé de forger l’hypothèse de « réflexes particuliers d’orientation » qui seraient relatifs au caractère de nouveauté même d’une situation et viendraient empêcher et inhiber le processus de formation de réflexes conditionnés. 2° Le réflexe ne peut se former que si le stimulus conditionnant (l’émission par exemple d’une certaine note de musique) a précédé le stimulus inconditionné (la présentation effective de nourriture, qui suscite l’activation des glandes salivaires et des muscles masticateurs de l’animal) ; il ne se forme pas de fait en cas d’antécédence du stimulus inconditionné sur le stimulus conditionnant ni même en cas de simultanéité des deux stimuli – ce dont Pavlov ne peut pas rendre compte dans la conception qui est la sienne où les événements de stimulation conditionnante et de stimulation inconditionnée ne peuvent être conçus qu’exactement sur le même plan. 3° Le réflexe conditionné est éminemment variable selon de multiples facteurs, modalité sensorielle du stimulus, intensité du stimulus, état de faim ou de satiété de l’animal, variation du renforcement du stimulus conditionnant, occurrence et renforcement d’autres stimuli... : Pavlov se retrouve alors contraint de forger de multiples hypothèses, notamment celle d’une inhibition spécifique qui serait produite par... le non-événement qu’est le non-renforcement du stimulus conditionnant... 4° Même si le réflexe conditionné a été produit au moyen d’une seule et même note de musique, l’animal peut réagir semblablement de façon conditionnée à l’audition d’une autre note de musique : ce phénomène ne peut pas être expliqué par Pavlov, sauf à faire état d’un mécanisme de généralisation et de différenciation des réflexes conditionnés qui contredit directement les fondements atomistes de sa théorie. 5° Enfin, il est possible d’observer des réflexes conditionnés retardés, qui peuvent se produire bien après le début de la stimulation conditionnante (dans un retard d’une demi-minute à cinq minutes), voire se produire même en relation avec la cessation du stimulus : pour en rendre compte, il faut encore introduire des « réflexes de trace » qui seraient liés à des excitations particulières laissées dans le cortex par la stimulation conditionnante.

14Toutes ces difficultés, nombreuses et non résolues, viennent pourtant à se dissiper selon Straus dès lors qu’on réexamine les faits d’expérience en question dans une perspective subjectiviste, c’est-à-dire dès lors qu’on introduit la représentation d’une subjectivité et d’une expérience vécue de l’animal – et en l’occurrence d’une expérience vécue sentante consistant pour l’animal à saisir de façon affective ou « pathique » si l’être ou la chose qu’il ressent entre avec lui dans une « communauté d’orientation ou de voie », ou au contraire va à l’encontre de cette « orientation » et de cette « voie » dans lesquelles il se trouve engagé. Ainsi considéré, le prétendu réflexe conditionné change alors complètement de sens : l’excitation conditionnante n’est plus du tout la cause déterminante qui amorce un enchaînement causal qui, de proche en proche et par le jeu des associations, va produire un effet « conditionné » très éloigné, mais elle est bien plutôt un événement qui se trouve directement vécu et ressenti par l’animal – qui fait l’expérience d’un signal. Un signal est pour Straus un type d’affectant tout à fait singulier, qui mobilise le sujet (ici l’animal) en annonçant « un événement qui est important pour [lui] » (Straus, op. cit. : 137) et met en jeu ses besoins, ses désirs et ses intérêts vitaux, ici en l’occurrence la survenue de la nourriture, mais aussi de la gratification et de la récompense pour la tâche bien accomplie (ibid. : 253). Plus précisément, le signal peut être caractérisé (au terme de l’analyse phénoménologique dans laquelle s’engage Straus) en termes d’« annonce de l’approche d’une situation différenciée » au sortir d’une « situation neutre », en entendant par « situation différenciée » une situation où le sujet éprouve que quelque chose d’important est en train d’advenir qui le capte et qui l’implique, et par « situation neutre » une situation où rien de tel n’est éprouvé de sorte que le sujet se tient disponible et ouvert à l’avenir (ibid. : 142-145).

15Mais quelles sont les conséquences, eu égard aux difficultés rencontrées par Pavlov, de cette re-compréhension du réflexe conditionné comme expérience affective de signal et d’approche d’une situation différenciée ? Moyennant cette re-compréhension, on saisit bien que 1° l’animal placé en laboratoire ne peut redevenir sensible et attentif à un signal que s’il sort de la situation différenciée que suscite sa confrontation avec ce nouvel environnement tout à fait inhabituel – qui plus est contraignant et assujettissant – et, finissant par s’y habituer, revient à une situation neutre où il se trouve à nouveau disponible pour l’occurrence de nouveaux événements ; 2° le signal doit nécessairement précéder la survenue de la situation différenciée, et non pas lui succéder ou lui être simultanée, sans quoi il ne peut fonctionner comme intermédiaire entre la situation neutre et la situation différenciée ; 3° l’intensité excessive d’un stimulus, l’alternance de son renforcement et de son non-renforcement, le renforcement simultané d’autres stimuli ou de multiples autres variations du même genre viennent bien altérer et parfois empêcher l’expérience vécue du signal ; 4° tout sentir est toujours (comme le montre l’analyse phénoménologique) un sentir de généralité, de sorte que l’expérience vécue d’une note de musique différente de la note habituellement émise peut fonctionner également comme signal – la « généralisation » n’étant pas à expliquer, mais étant au contraire un fait primitif à constater ; 5° enfin, la tenue de la note ou sa cessation, la durée temporelle et le silence eux-mêmes, peuvent très bien et sans paradoxe être perçus comme des signaux lorsqu’une différenciation a lieu par exemple avec le flux régulier de notes rapides perçues comme situation neutre. Les cinq sortes de difficultés auxquelles se heurte Pavlov viennent ainsi selon Straus à se résoudre ou plutôt à se dissoudre et se dissiper lorsqu’elles sont reconsidérées dans la nouvelle perspective subjectiviste et moyennant la thématisation d’une capacité fondamentale de perception de signaux.

16Mais, ce faisant, c’est aussi le concept même de réflexe conditionné qui vient à être radicalement mis en question et se révèle non pertinent comme fondement d’un modèle pour penser le comportement animal. On citera ici simplement la conclusion de l’analyse et de la discussion critique de l’analyse de Pavlov, à la dernière page de la deuxième partie : « Les phénomènes décrits [...] ne sont absolument pas des réflexes. [...] On ne saurait prétendre les comprendre que comme des modes de comportement d’êtres doués de psychisme en relation avec leur monde » (ibid. : 179-180). Et Straus ne fait pas même place, dans sa perspective, à l’idée goldsteinienne de « phénomène partiel », avec isolement catastrophique ou volontaire par le tout de l’organisme de certaines de ses parties. La perception affective du signal est toujours pour lui une expérience vécue qui engage le sujet animal tout entier dans le tout indifférencié de son corps et de sa motricité et de sa sensibilité comme dans la totalité de sa vie et de son être.

17Le type de comportement que Pavlov a décrit (et produit expérimentalement) apparaît alors comme un comportement artificiel et factice, lié à une situation-limite produite par l’arrachement de l’animal à son milieu naturel et par une sévère privation sensorielle et motrice génératrice d’inquiétude et d’anxiété, autrement dit par une « altération profonde de sa relation au monde » (ibid. : 180). Mais alors, loin que le réflexe conditionné puisse constituer un modèle adéquat pour penser le comportement naturel de l’animal, c’est au contraire l’inhibition forcée de ce comportement naturel qui permet de comprendre que puisse se développer chez l’animal placé dans des circonstances tout à fait exceptionnelles cette capacité singulière, mais hautement fragile, précaire et instable, de développer de nouveaux comportements au terme d’un « conditionnement » spécifique.

Vers une position hétérogénéiste et dissociationniste ?

18Ayant rappelé brièvement les grandes lignes des analyses de Goldstein et de Straus, dont on se souviendra qu’elles visent, à travers la mise en question des théories du réflexe, l’ensemble des théories positivistes causalistes-déterministes du vivant ou de l’animal, on s’arrêtera pour terminer sur cette double prise de position fondamentale, mais à notre sens hautement problématique, que partagent manifestement les deux auteurs, et qui les conduit à soutenir que l’échec selon eux avéré de ces approches positivistes causalistes-déterministes à rendre compte du comportement du vivant ou de l’animal devrait non seulement faire renoncer définitivement à de telles approches (pour laisser place aux perspectives herméneutistes) quand il s’agit de produire une « compréhension » de la vie, mais devrait aussi, de façon tout à fait générale, faire renoncer définitivement à toute approche exclusivement positiviste causaliste-déterministe dans l’abord même du réel. Il nous apparaît de fait que ce verdict invalidant foncièrement la pertinence des approches positivistes causalistes-déterministes à ce double niveau biologique et scientifique général demande à être mis décisivement à son tour en question.

19Cette mise en question peut s’articuler nous semble-t-il autour de deux axes principaux :

  1. La reconnaissance des difficultés de fait que peuvent rencontrer les théories positivistes causalistes-déterministes, par exemple quand elles cherchent à élaborer un modèle efficient du fonctionnement du système neuromoteur tentant de rendre compte de l’ensemble des phénomènes observés (y compris donc des phénomènes d’inversion, de labilité, etc.), permet-elle de conclure à une difficulté de principe, voire à une impossibilité a priori de produire un tel modèle ? Il apparaît qu’on ne peut sans doute nullement inférer de l’un à l’autre et que, contrairement à la façon dont Goldstein et Straus présentent les choses, l’introduction incessante de nouvelles hypothèses causales, fussent-elles au départ – inévitablement – des hypothèses ad hoc, n’est pas du tout nécessairement le signe d’un échec foncier de l’approche causaliste, mais peut être bien plutôt le signe de sa vitalité, de la fécondité de son travail et de sa recherche toujours ouverte au remaniement, à la reformulation et à la réarticulation des hypothèses ainsi que le signe, en un certain sens, de sa jeunesse et de son état encore incipient. Mais pourrait-on en tirer objection à l’encontre de la jeune neurologie ou physiologie causaliste ? – pas davantage sans doute que si l’on entreprenait de tirer objection à l’encontre de l’astronomie scientifique de l’état tâtonnant de ses débuts avant la mécanique newtonienne... La fécondité de l’approche positiviste causaliste-déterministe ne pourrait donc a priori être mise en cause ainsi que le laissent entendre Goldstein et Straus12.
  2. Il apparaît que le point de vue qu’introduisent les perspectives organiciste-holiste et subjectiviste, point de vue simple, économique et efficient quant à la « compréhension » biologique, peut être profondément mis en question dans une perspective positiviste causaliste-déterministe et plus généralement dans une perspective positiviste naturaliste du type de celle des sciences de la nature. Et cela au moins à trois titres. A. Tout d’abord, le « tout de l’organisme » ou la « subjectivité » qui se trouvent ainsi introduits et mis en jeu restent et doivent apparemment rester à jamais inassignables et inattestables physiquement ; ils ne sont pas directement ostensibles ; ils ne sont pas atteignables par analyse et démembrement ; on ne peut leur attribuer ni masse ni énergie propre ; ils ne peuvent constituer des éléments intervenant dans des séquences causales physiques, chimiques, physiologiques... b. La représentation d’un tout de l’organisme, d’une subjectivité et de la relation active et dialogique qu’il/elle peut entretenir avec son milieu, son environnement ou son monde semble relever d’un ordre qui n’est nullement celui des faits et des réalités objectivement et empiriquement attestables, mais qui est celui du sens : mais de telles considérations herméneutiques ne sont-elles pas entièrement non pertinentes dans une science qui se veut foncièrement et intégralement positive ? c. Ne pourrait-on par ailleurs estimer que ces diverses notions de tout de l’organisme, de subjectivité, de relation au milieu, etc. ne font que reconduire et maintenir en l’état des représentations qui ont cours dans l’expérience ordinaire et quotidienne ou si l’on veut dans l’« attitude naturelle », représentations qui, loin de disposer d’aucune autorité particulière, devraient bien plutôt être profondément soupçonnées et mises en question – soit qu’on les tienne pour des représentations non scientifiques ou préscientifiques qui ont leur cohérence et leur utilité pour la conduite de la vie mais ne peuvent pas du tout donner aux sciences leurs principes, soit qu’on les tienne même pour de véritables obstacles sur la voie de la constitution des sciences ? Le point de vue herméneutiste apparaîtrait dès lors comme un vestige voire comme une résistance qu’il appartiendrait justement à la science positiviste, causaliste-déterministe et naturaliste, de dépasser et de « réduire ».

20La position disons herméneutiste et anticausaliste prise par Goldstein et Straus se révèle ainsi pouvoir être mise profondément en question par ces tenants mêmes des approches positivistes qu’ils pensaient avoir écartés et congédiés définitivement. Mais ne se retrouve-t-on pas par suite aussi dans la situation tout à fait singulière d’un différend profond mettant aux prises approches positivistes causalistes-déterministes et approches herméneutistes ? Les unes en viennent à mettre en cause les autres au point même de leur contester leur pertinence scientifique. Mais cela, elles ne le font que depuis leur propre perspective, perspective qui est précisément ce que leurs antagonistes viennent mettre foncièrement en question. Ainsi, concrètement, les premières sont contestées par les secondes parce qu’elles ne rendent pas compte et ne peuvent pas a priori rendre compte du comportement et plus généralement de la manière d’être du vivant ou de l’animal qui exigent de penser un sujet unifié (conscient ou non) en relation active avec son environnement, mais, en retour, les secondes ne se voient pas moins incriminées par les premières parce qu’elles mettent précisément en œuvre des représentations (comportement, animal, vivant, subjectivité...) que la science positiviste causaliste-déterministe peut espérer « réduire » et reformuler. Ou, pour le dire autrement, les premières sont incriminées par les secondes parce que leurs explications causales ne permettent jamais de comprendre le sens qu’il y a pour un organisme ou pour un sujet vivant à agir et à se comporter, mais les incriminent en retour parce que leur entreprise de compréhension de sens est profondément contraire à la démarche même de l’explication causale positive.

21Mais où ce différend, qui demande manifestement à être réfléchi et élaboré, nous mène-t-il ? Parvient-on à un certain moment à son dépassement et à sa résolution ou sa dissipation ? Il nous semble que ce n’est nullement le cas et que nous nous acheminons au contraire seulement vers son acceptation et son approfondissement.

22Quatre directions principales viennent à cet égard s’ouvrir, qu’il faut au moins relever et esquisser :

  1. On peut tout d’abord faire observer que le différend qu’on rencontre ici entre positivistes et herméneutistes ne se noue pas seulement au sujet de la question du comportement du vivant et de l’animal, mais qu’il se produit ou se reproduit aussi, et en des termes analogues, au sujet de multiples autres instances et réalités. La mise en jeu de la conscience suscitera ainsi un semblable différend des approches, pour autant qu’elle pourra apparaître d’un côté (pour les approches phénoménologiques et subjectivistes en général) comme l’instance fondamentale et constituante même du monde, et d’un autre côté (pour les approches physicalistes ou matérialistes) comme une entité hautement problématique, inassignable physiquement et relevant peut-être d’une simple illusion ou d’une simple mythologie. De la même manière, un différend se formera concernant la référence aux autres consciences (other minds) et à la figure même d’autrui, et d’autres différends naîtront encore relativement à la reconnaissance d’une dimension de spontanéité, d’activité et de liberté ou d’une dimension d’intériorité et de profondeur de la conscience, ou encore de l’assignation même d’une identité subjective et personnelle. Mais le différend des approches ne va-t-il pas même se retrouver pour la plupart des entités et des configurations fondamentales de notre monde ? La question se pose en tout cas de savoir si, loin d’être une situation exceptionnelle et purement ponctuelle, il ne correspondrait pas à une situation commune voire à la situation commune tout à fait générale pour toutes les réalités que notre expérience vient découper dans le monde.
  2. Il est fondamental d’observer que l’assignation herméneutique de sens peut donner lieu à des pratiques tout fait rationnelles et scientifiques. À l’encontre de la représentation qui a communément cours parmi les tenants des approches positivistes-causalistes, il faut ainsi établir qu’une assignation de sens (par exemple du sens d’une excitation, d’un signal, d’un comportement...) n’est nullement à disqualifier et à soupçonner a priori comme s’il pouvait ne s’agir au fond que d’une pure spéculation subjective, arbitraire et à jamais invérifiable, mais que cette assignation de sens peut au contraire donner lieu – et donne de fait très ordinairement lieu – à la formulation d’hypothèses qu’il s’agit de tester et de mettre à l’épreuve selon des procédures spécifiques, qui restent toujours des conjectures susceptibles d’être remaniées et corrigées, qui peuvent laisser place à une pluralité d’hypothèses concurrentes simultanées, etc., autrement dit à une vraie pratique approfondie, méthodique – voire systématique – et consciente critiquement d’elle-même et de ses limites. Mais une telle pratique pourra légitimement par ces différents traits être caractérisée comme rationnelle et comme scientifique. On en conclura que l’herméneutique peut donner lieu au développement d’une authentique science – même si cette science n’est pas du même type et n’a pas affaire aux mêmes objets ni ne met en œuvre les mêmes procédures que la connaissance empirique positive.
  3. Dans un mouvement pour ainsi dire inverse du précédent, qui consistait à reconnaître que le champ des interprétations est « scientificisable », il importe de continuer à travailler, dans la suite de ce qu’ont pu produire l’épistémologie et la philosophie des sciences depuis Hume et Kant, à une redétermination et une réévaluation des connaissances produites par les sciences empiriques positives ou sciences de la nature. À cet égard, il faut par exemple réaffirmer – à l’encontre de toute position hégémonique que ces sciences sont parfois encore tentées de se donner – que les propositions générales qu’elles produisent (et notamment les énoncés de causalité et les énoncés de lois), malgré le caractère universaliste et nécessitariste de leur formulation, ne peuvent jamais être tenues pour des connaissances universelles et nécessaires effectives, mais restent à jamais elles aussi des hypothèses et des conjectures indéfiniment à vérifier et toujours susceptibles d’être falsifiées. Par ailleurs, il importe aussi certainement, en retour du soupçon que les théories positivistes peuvent faire peser contre les théories herméneutistes d’activer et de perpétuer des représentations qui ont cours dans l’attitude naturelle et sont sans consistance ni valeur scientifique, de bien appréhender que les sciences empiriques positives ne dérivent pas moins elles-mêmes des procédures de la connaissance ordinaire (par exemple des procédures de la recherche ordinaire des causes), en sorte qu’on pourrait également faire valoir contre elles qu’elles font un usage de catégories ordinaires (par exemple de celle de cause et d’effet) qui n’ont pas été éprouvées et fondées scientifiquement.
  4. Enfin, il nous apparaît que la mise en œuvre d’un point de vue wittgensteinien peut permettre encore un nouvel approfondissement du différend en donnant à penser que l’assignation herméneutique de sens comme l’assignation empirique positive de faits et de causes constituent finalement deux « jeux de langage » – et « formes de vie » – qui ont leurs objets, leurs opérations et leurs règles, mais qui, loin d’offrir aucun fondement et de pouvoir prétendre atteindre se régler sur aucune « nature ultime des choses », peuvent bien au contraire faire à chaque instant l’objet d’une réflexion et d’une mise en doute sceptiques de ce qu’ils tiennent pour réalité et vérité. Dans cette nouvelle perspective, les deux types d’approches se retrouvent également dépossédés de toute prétention hégémoniste et réductionniste, et apparaissent comme foncièrement équivalents au sens où ce sont deux manières de procéder – et deux manières de déployer sa vie – qui se présentent à nous l’une et l’autre dans le cours ordinaire de notre expérience aussi bien que dans l’élaboration rationnelle scientifique que nous pouvons en faire. Par ailleurs, la mise en œuvre d’un tel point de vue wittgensteinien (si l’on saisit bien dans toute sa portée la notion même de forme de vie) permet encore d’acheminer vers une autre perspective, qu’on qualifiera d’hétérogénéiste et de dissociationniste, qui donne à saisir, pour le dire synthétiquement, qu’il ne faut pas seulement dire que les faits et le sens ne se rencontrent pas au même plan à l’intérieur du monde, mais bien plus radicalement qu’ils ne se rencontrent pas même dans le même monde. Loin de l’image profondément ancrée d’un monde unique et omni-intégrateur, la pluralité des approches nous ferait être à une pluralité de mondes sans communication les uns avec les autres – sans interactions mais aussi sans parallélisme. Dès lors, il en résulterait qu’il n’y aurait pas lieu d’attendre ou d’espérer qu’un jour les deux types d’approches positivistes et herméneutistes puissent venir à converger et s’accorder ou s’unifier : au contraire, il y aurait lieu de comprendre et de réaliser que l’analyse empirique positive-causale peut être indéfiniment poussée et approfondie sans que jamais puisse être rencontré du sens et du rapport à quoi que ce soit qui compte et qui importe, de même qu’inversement l’assignation herméneutique de sens peut être indéfiniment poussée et approfondie sans que jamais ne vienne à être considérée aucune séquence causale positive13.

23De cette représentation d’une pluralité et d’une hétérogénéité des mondes, il résulterait de façon générale qu’il faudrait renoncer définitivement à l’idée que les approches positivistes-causalistes et les approches herméneutistes puissent être jamais réduites et disqualifiées les unes par les autres. Mais dans le même temps, il en résulterait aussi, pour la question qui nous intéressait au départ, que le comportement de l’animal ou du vivant échappent à jamais et structurellement (et non pas provisoirement et par quelque défaut remédiable) à l’approche positiviste-causaliste, de même que l’approche herméneutiste ne peut pas produire structurellement d’assignation de séquence causale-déterministe.

24Quant à la question éthique du rapport au vivant et à l’animal, je dirai simplement en terminant que l’adoption d’une telle perspective hétérogénéiste et dissociationniste conduit manifestement à la repenser sous un angle inhabituel. On ne pourra développer ici ce point, mais il apparaît sans doute au moins suffisamment, dans la continuité de ce qu’on a vu précédemment, que le souci éthique s’avèrera prendre toujours corps dans une certaine approche de type herméneutiste ; qu’il faudra ainsi renoncer décisivement à l’idée que la science positive puisse un jour par son développement l’habiliter et le « fonder » ; qu’il faudra même renoncer à l’idée que cette science positive puisse même lui faire une quelconque place ; qu’il faudra encore reconnaître qu’il n’y a pas pour lui de fondement possible dans aucune nature ultime des choses (métaphysique) ; mais qu’il n’en apparaîtra pas moins pour autant comme une expérience vécue affective fondamentale que nous nous trouvons de facto tous faire très ordinairement et où se donne à éprouver que quelque chose d’essentiel se joue pour nous dans le rapport à l’autre, animal ou vivant, en tant que sujet pour qui quelque chose compte et importe.

Bibliographie

Références bibliographiques

Goldstein Kurt. [1934] 1983. La Structure de l’organisme. Introduction à la biologie à partir de la pathologie humaine, traduit de l’allemand par le Dr E. Burckhardt et Jean Kuntz, préface de Pierre Fédida, Paris, Gallimard.

Straus Erwin. [1935] 1989. Du sens des sens. Contribution à l’étude des fondements de la psychologie, traduit de l’allemand par Georges Thinès et Jean-Pierre Legrand, Grenoble, Jérôme Millon.

Notes

1 S. Ce trait est-il également lié à la situation des deux auteurs dans l’Allemagne nazie des années 1930 ? Les deux ouvrages ont en tout cas été rédigés, soit juste à la veille, soit au cours même de leur exil forcé hors d’Allemagne en raison des persécutions antisémites.

2 S. Les séquences causales peuvent être exclusivement physiques (neuromotrices, biochimiques, biophysiques...) – auquel cas on pourra parler d’une théorie scientifique physicaliste. Mais il est aussi de nombreuses théories qui font place, à côté de ces séquences causales physiques, à des séquences causales psychiques (processus mentaux) ainsi qu’à des séquences psychophysiques (« interactions » corps/psychisme). Ce sont ces théories non moins que les physicalismes radicaux que Goldstein et Straus nous semblent avoir en vue et chercher à mettre foncièrement en question.

3 S. « Il est indifférent que nous prenions pour point de départ tel genre de matériaux ou bien tel autre » (ibid. : 55).

4 S. N’est-ce pas un même choix stratégique qui peut nous conduire aujourd’hui à faire porter la discussion et la mise en question sur la notion même de « comportement » – à l’instar de ce qu’a proposé F. Burgat ? Depuis les usages qu’en a faits notamment le béhaviorisme, cette notion de « comportement » peut se retrouver effectivement à l’œuvre de part et d’autre, du côté de certaines approches causalistes-déterministes (notamment béhavioristes) non moins que des approches herméneutistes, et à ce titre peut apparaître comme le point de jonction où ces approches devraient pouvoir se rencontrer et s’articuler les unes aux autres. Le « réflexe » pour Goldstein et Straus, comme aussi le « comportement » pour nous aujourd’hui, apparaîtrait bien ainsi comme le nœud ou le foyer même où va s’éprouver avec la plus grande acuité la question de la différence des approches dans l’étude de l’animal et du vivant.

5 S. Goldstein cite ainsi le cas (étudié entre autres par Uexküll) de l’étoile de mer qui réagit à une excitation exercée sur un côté de l’un de ses bras par une flexion de ce côté lorsqu’elle est au repos, mais qui, quand on met artificiellement ce bras en tension (par exemple en le suspendant par son extrémité centrale), réagit par une flexion du côté le plus étiré de ce bras quel que soit le côté du bras sur lequel on exerce l’excitation.

6 S. Le prétendu « réflexe » de flexion du bras de l’anémone induit par l’excitation en conditions normales est ainsi en fait une véritable opération totale et orientée de son organisme, qu’il faut comprendre ou recomprendre comme une opération fondamentale d’orientation vers le stimulus, laquelle peut conduire soit à l’accueil et la préhension de ce stimulus, soit à son rejet.

7 S. On peut songer, pour citer un cas qui n’est pas chez Goldstein, au « réflexe », sur le champ de bataille, de fermer la bouche lorsqu’un obus tombe et explose à côté de soi alors que la réaction salvatrice aurait consisté à l’ouvrir pour prévenir l’éclatement des tympans.

8 S. Ainsi Goldstein (qui a particulièrement étudié de tels cas avec Adhemar Gelb à Francfort) rend-il compte notamment du « phénomène de Babinski » associé à des lésions des voies pyramidales : une excitation de la voûte plantaire produit non pas la flexion habituelle (qu’on peut comprendre comme un comportement d’orientation de tout l’organisme vers le stimulus), mais au contraire une extension du pied ou flexion dorsale où se donne à comprendre un comportement de fuite et de tentative de soustraction à une situation là aussi vécue comme catastrophique par l’ensemble de l’organisme.

9 S. Cette prouesse ou cette performance s’explique selon Goldstein par la difficulté que rencontrent ces organismes à s’intégrer dans des environnements hautement complexes et variables. Et elle est au principe de la capacité fondamentale du dressage qu’on observe chez l’homme, mais aussi chez certains animaux : c’est dans cette voie que demande notamment à être expliquée la formation des « réflexes conditionnés » (Goldstein, op. cit. : 430). On y reviendra un peu plus loin.

10 S. Relevons que Straus ne conteste nullement les résultats expérimentaux mêmes de Pavlov, qu’il salue au contraire comme une grande découverte – mais une grande découverte qu’à l’instar de Christophe Colomb son auteur aurait mécomprise et mésinterprétée (Straus, op. cit. : 63).

11 S. Pour Pavlov (selon Straus), un réflexe conditionné se forme lorsqu’à une excitation productrice d’une réaction naturelle (« inconditionnée »), qui a lieu dans les centres sous-corticaux, se trouve associée par répétition une autre excitation productrice d’une autre réaction naturelle ayant lieu dans les centres corticaux et lorsque la survenue de la seconde excitation peut suffire à elle seule à produire la réaction liée à la première excitation.

12 S. Il est capital de bien distinguer ici les deux aspects de la fécondité et de la pertinence : une approche positiviste causaliste-déterministe pourrait conduire au développement de connaissances nouvelles considérables sans pour autant que ces connaissances nous fassent du tout avancer dans la « compréhension » du comportement ou de la manière d’agir du vivant ou de l’animal.

13 S. Sans doute une telle compréhension hétérogénéiste et dissociationniste va-t-elle profondément à l’encontre de la représentation ordinaire d’une unité ou d’une unifiabilité (au moins possible et à venir) du monde découvert par les sciences de la nature – de même qu’elle va profondément à l’encontre de notre représentation d’une unité même de notre expérience. Mais c’est peut-être la mise en question et l’abandon même de ces représentations que requiert l’approfondissement du différend des approches.

Auteur

Philosophe, formateur-maître de conférences à l’iufm de l’Académie de Versailles (Université de Cergy-Pontoise) et directeur de programme au Collège international de philosophie (Paris). Il travaille à une redescription des dimensions affectives de l’expérience, entre phénoménologie et philosophie wittgensteinienne des jeux de langage.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search