Version classiqueVersion mobile

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

Approches phénoménologiques

4. La forme animale selon Frederik Buytendijk et Adolf Portmann : une phénoménologie du comportement expressif

Georges Thinès

Texte intégral

1La théorie d’Adolf Portmann a jeté sur l’apparence de l’animal une lumière originale qui a le mérite particulier d’établir un lien entre la zoologie et la philosophie de la nature. Je dis bien la zoologie, et non la biologie, pour bien souligner le fait que dans les secteurs les plus avancés de la biologie contemporaine, comme par exemple la biologie moléculaire, l’animal total n’est plus un objet d’étude ; seuls intéressent le chercheur les processus microscopiques de plus en plus raffinés que les techniques d’analyse parviennent à mettre au jour et dont l’intégration fonctionnelle doit, par reconstruction, correspondre à la définition scientifique de l’organisme entier. L’importance d’une telle recherche analytique n’est plus à démontrer. Les découvertes de la génétique illustrent de façon particulièrement brillante la fécondité exceptionnelle de l’analyse moléculaire de l’organisme vivant. Dans ce contexte, la zoologie, au sens classique du terme, n’a, en principe, plus de place définissable. Cette situation, reconnue et parfois déplorée par certains, entraîne des conséquences à la fois théoriques et pratiques qui exigent quelques éclaircissements. Ceux-ci devront nous permettre d’apprécier de façon appropriée le sens et la légitimité de la théorie de Frederik Buytendijk et de celle d’Adolf Portmann.

  • 1 S. L’espèce Homo sapiens figure désormais dans la famille des Hominidae, sous-famille des Hominina (...)

2La zoologie est issue de l’ancienne histoire naturelle et a pour objet l’étude de l’animal considéré comme un tout ou comme une figure. Elle est la science descriptive du phénotype. C’est ce caractère descriptif qui lui a attiré les critiques des biologistes analytiques de toutes catégories – physiologistes comparatifs, généticiens moléculaires, biochimistes – qui lui reprochent d’être une pure discipline de classification, une sorte de science statique de musée, dénuée de dimension heuristique. C’est néanmoins à partir de la taxinomie que l’on a pu aboutir à la définition de l’espèce et aux tableaux phylogéniques de la systématique évolutive. Comme telle, la zoologie possède déjà une dimension dynamique. Mais il y a plus. Les premiers développements de l’éthologie comparative ont eu lieu, eux aussi, sur la base de la systématique et de la phylogénie. Les travaux de Heinroth (Heinroth 1910 : 589-702) et ultérieurement de Lorenz (Lorenz 1935 : 137-213 et 324-331) ont abouti à montrer que les actes spécifiques des animaux, c’est-à-dire ceux qui sont exécutés de façon exclusive par une espèce particulière, constituent des indices de classification aussi sûrs que les indices morphologiques (colorations, rapports biométriques) et permettent, au même titre que ces derniers, de retracer, à partir du comportement, la provenance phylogénique d’une forme ou d’un groupe particulier. L’éthologie, dont les développements actuels sont étendus et incluent l’Homo sapiens lui-même1, représente en réalité le seul domaine proprement zoologique qui subsiste encore actuellement au sein de la science du vivant dans son ensemble. La définition de l’espèce qu’elle est en mesure de préciser rejoint, bien entendu, celle que fournit la génétique moléculaire, mais elle est complétée et non supplantée par cette dernière, en raison du fait qu’elle intervient de façon décisive dans la compréhension des liens de l’animal avec son milieu, domaine où l’apparence phénotypique joue un rôle déterminant dans les relations qu’entretient l’organisme avec ses congénères et avec le reste de la biocénose dans laquelle il figure. La nature foncièrement zoologique de l’éthologie trouve donc sa confirmation dans l’écologie, laquelle relève parallèlement de la zoologie fondamentale.

3Ces quelques remarques justifient, croyons-nous, que l’on continue à développer, dans le contexte de la biologie contemporaine, une science de l’apparence animale, dont la nécessité et la légitimité ne sont nullement atteintes, dans leur justification épistémologique, par les méthodes et les découvertes des secteurs analytiques de la biologie, lesquels ne peuvent prétendre représenter de façon exclusive la totalité vivante de l’animal qu’au prix d’un réductionnisme difficilement défendable au vu des ensembles dynamiques établis par l’éthologie et l’écologie. En outre, l’étude de l’apparence phénotypique des animaux peut être utilement rapprochée de l’abord phénoménologique des conduites, représenté en ordre principal par l’œuvre de Buytendijk (Buytendijk 1952, 1956, 1958). Héritier des conceptions de Jacob von Uexküll au sujet des relations de l’animal avec son milieu et de l’action constitutive des perceptions propres à l’espèce dans la formation de l’Umwelt de l’espèce, Buytendijk n’a cessé de souligner la réalité de la subjectivité animale, celle-ci trouvant sa justification évidente dans le fait que toute constitution d’apparence relève de l’action perceptive ; or celle-ci, nous venons de le dire, est une fonction organique primaire qui existe à des degrés divers chez toutes les espèces ; celles-ci sont donc constitutivement douées d’expérience subjective. Celle-ci ne peut toutefois être postulée de façon identique à tous les niveaux des catégories définies par la systématique. « La distinction établie par la systématique zoologique entre ces catégories fondamentales – les supérieures et les inférieures –, écrit Buytendijk, est justifiée. Il ne faut toutefois pas la concevoir comme fondée sur une différence de finalité, de convenance au but, mais sur des réalisations différentes de l’idée de la forme d’existence propre à l’animal » (Buytendijk 1952 : 77).

4Cette forme d’existence correspond aux comportements spécifiques tels que les définit la théorie éthologique (voir supra). Elle revêt toutefois un sens différent dans la perspective de Buytendijk, lequel voit avant tout dans celle-ci une modalité expressive de l’action. Le mouvement expressif constituerait, selon lui, le processus initial de réponse de l’animal confronté à ses conditions de vie ordinaire, celles-ci incluant la présence de congénères. Il s’agit donc de l’attitude fondamentale de l’espèce, déterminée par son comportement propre et traduisant la relation subjectivement déterminée de l’organisme percevant avec le monde ambiant. Le mouvement expressif précède dès lors dans l’action toute réponse réflexe et toute réaction à des stimuli-signes émanant de congénères ou d’objets présents dans le milieu. L’animal manifeste de cette façon sa présence active dans son environnement fonctionnel et comme sa relation avec ce dernier est subjectivement déterminée par son activité perceptive, on doit en conclure que le mouvement expressif traduit l’état momentané de la subjectivité. On voit que, dans cette perspective, il n’y a rien qui s’oppose à ce que l’on fasse intervenir l’idée de la subjectivité animale. Cette notion est parfaitement légitime, mieux, elle s’impose à partir du moment où l’on fait droit à l’expression comme premier terme de la relation signifiante de l’animal avec son monde propre, structuré par ses potentialités perceptives. C’est, dit Buytendijk, dans la mesure où l’on interprète la subjectivité animale « en se dérobant à la perception » (Buytendijk 1952 : 19) que l’on est amené à penser cette subjectivité comme une intériorité. Nous ne pouvons aborder celle-ci que par inférence du fait que l’animal, privé de réflexivité, ne peut rien exprimer lui-même au sujet de son expressivité. Le mouvement expressif n’est pas réflexif. Ce que nous connaissons de l’animal, ajoute Buytendijk, c’est sa conduite, mais on ne peut raisonnablement, légitimement parler de cette dernière comme telle, que si l’on conçoit, se représente, pense les mouvements de cet animal comme des actes s’adressant à un certain milieu présent ou virtuel. Les réactions et les activités spontanées de l’animal ne sont compréhensibles que si nous y voyons des actes. Mais, ce faisant, nous admettons que nous envisageons l’animal comme un sujet. C’est pourquoi Viktor von Weiszæcker définit l’animal comme une angeschaute Subjektivität, une « activité subjective, vue du dehors » (Buytendijk 1952 : 20).

5Cette conception de l’apparence animale, il faut le souligner, n’est nullement incompatible avec les enseignements éthologiques en matière de communication animale, encore qu’elle se distingue par le point de vue qu’elle adopte. Dans la perspective éthologique, la dimension expressive du comportement n’est pas abordée en soi ; elle est incluse à la rigueur au titre de composante dans le schéma « stimulus-signe versus acte spécifique », lequel est considéré, dans la problématique néo-darwinienne propre à l’éthologie, comme résultant de l’action de la sélection naturelle. Les stimuli-signes ou déclencheurs, tels qu’ils sont présents dans l’apparence phénotypique de l’organisme, figurent dans un ensemble de propriétés phénoménales agissant sur les congénères et sur les autres occupants de la biocénose comme vecteurs d’informations spécifiques, conservées par la sélection naturelle en raison de leur valeur de survie pour l’espèce. L’ensemble en question comprend des colorations, des cris, des attitudes et des mouvements qui définissent l’animal comme être social au sein d’un groupe plus ou moins étendu. La perspective néo-darwinienne de l’éthologie est utilitaire en raison du principe de survie. Tout ce qui ne contribue pas à la survie de l’organisme est condamné tôt ou tard à disparaître du fait qu’il n’intervient pas comme facteur positif de sélection. Celle-ci, on le voit, se double d’un principe d’économie, vu que l’organisme actuellement vivant conservé par l’action de la sélection résulte en toute rigueur de termes d’un minimum de facteurs contribuant à la maintenir et donc seuls nécessaires. Ce principe théorique se manifeste toutefois avec des fluctuations qu’il serait trop long d’analyser ici. Retenons simplement qu’appliqué au comportement des espèces ainsi qu’aux déclencheurs qui les déterminent dans l’apparence phénotypique, le principe d’économie oblige à considérer que les actes des animaux qui sont propres à l’espèce et qui sont donc innés – les instincts, pour renouer avec la terminologie classique – constituent l’équipement comportemental nécessaire et suffisant de chaque forme animale.

6Les vues de Buytendijk relatives à l’apparence animale constituent une phénoménologie de la forme vivante qui, sans contester l’existence des mécanismes de sélection qui ont abouti à l’instauration des conduites spécifiques et de leurs déclencheurs, ne les considère pas exclusivement explicatifs de la diversité et de la richesse des formes animales. Cette conviction, nous le verrons plus loin, est partagée par Portmann, qui développe à ce propos des vues légèrement différentes de celles de Buytendijk. Le point de vue phénoménologique des deux auteurs va certes au-delà des limites d’inférence que permet le seul principe de l’économie sélective ; sans véritablement le transcender, il ne lui accorde pas le rôle exclusif que lui attribue l’éthologie naturaliste d’inspiration darwinienne. Le principe de sélection s’attache à interpréter le rôle des propriétés phénotypiques dans l’organisation des actes postulés indispensables à la survie, ce qui a pour conséquence obligée qu’il tente d’éclairer l’origine des structures observées, c’est-à-dire la nature probable des processus évolutifs qui ont abouti à la formation des structures en cause. Le point de vue phénoménologique, pour sa part, ne vise pas à une reconstruction de cette nature. Il s’attache à décrire les aspects des formes qui s’offrent à l’observation et à en dégager la signification dans la perspective de l’angeschaute Subjektivität au sens de von Weiszæcker. Il s’attache au caractère expressif du vivant comme tel. « Nous trouvons en tout organisme, écrit Buytendijk, une surabondance de mécanismes conformes au but [...] en nombre de cas, l’on ne découvre, dans l’ensemble corporel des organismes aucun rouage superflu, pas une seule molécule inutile, pas l’ombre d’un quantum énergétique dont ils pourraient se passer. Mais il se manifeste quelque chose de plus dans la nature organique. Les “machines” y sont merveilleusement bariolées, élégantes, construites avec goût, pavoisées de fanions aux couleurs vives par centaines [...] on a l’impression que toute cette machine saturée de raison n’a pour raison d’être que de manifester cette splendeur, au prix d’un gaspillage illimité d’énergie. Bref, le monde organique est chargé d’une valeur démonstrative qui fait le prix de son être même [...] Cette pure valeur ontologique des êtres organiques ne signifie aucunement que les organismes présents dans la nature soient dépourvus de relation fonctionnelle avec leur milieu [...] leur accomplissement même au sein de la nature implique l’interaction avec l’ambiance. Mais tout cela n’est que secondaire. Ce qui dans le monde organique est premier, essentiel, c’est la pure valeur démonstrative de l’être. Sinon, nous aurions affaire à un organe, jamais à un organisme » (Buytendijk 1952 : 6-7).

7Nous verrons ultérieurement que ce point de vue phénoménologique est implicitement admis dans l’élaboration de certains concepts clés de l’éthologie. Mais revenons à la question de l’apparence animale en examinant l’essentiel des conceptions de Portmann, telles qu’il les a développées dans une série de travaux, principalement dans son ouvrage fondamental intitulé Die Tiergestalt (La Forme animale) (Portmann [1948] 1961). Portmann a élaboré une authentique phénoménologie de la morphologie animale, qui s’écarte résolument d’un causalisme biologique selon lequel les multiples aspects du phénotype (les colorations, les livrées) devraient être considérés comme de simples épiphénomènes des processus fondamentaux d’ordre physiologique. Ici comme ailleurs, la pensée analytique tend, par son mouvement même, à privilégier le domaine microscopique au détriment du domaine macroscopique et à voir dans le premier le lieu des seules causes réelles et légitimes, et finalement la seule réalité digne des efforts de l’investigation scientifique. Il est clair que, dans cette perspective – qui est celle de toute approche réductionniste du vivant –, une phénoménologie de la forme animale telle qu’elle se révèle dans le phénotype est considérée au départ comme dénuée d’intérêt ou en tout cas secondaire dans l’étude scientifique de l’animal. C’est le mérite de Portmann d’avoir montré, à la lumière de très nombreux exemples, que l’apparence d’une espèce est au contraire un phénomène essentiel largement indépendant du rôle de survie que l’on serait tenté de lui attribuer en ordre principal. « Il paraît encore difficile à certains d’apprécier à leur juste valeur ces structures extérieures dont la fonction de conservation n’est pas immédiatement perceptible. Nous devrons nous habituer à discerner ces structures particulières non seulement là où l’aspect extérieur a son rôle à jouer dans la vie, comme coloration à but sexuel, comme menace ou comme camouflage, mais aussi dans tous les cas d’ordre plus général où elles apparaissent comme une propriété vitale de base » (ibid. : 216). Il est indispensable de se référer brièvement, à ce point, à un cas exemplaire discuté par Portmann, celui de la reproduction des Mycétozoaires. Il s’agit de formes microscopiques constituées par une masse gélatineuse peu structurée et incolore. À l’époque de la reproduction, cette masse, dite plasmode, forme des groupes de cellules ou sporanges, dont certains se dressent sur la masse du plasmode et évoluent vers une structure particulière pourvue d’une coloration propre. Les couleurs que prennent les sporanges ont été longtemps considérées comme accessoires. Portmann estime que ces colorations ne sont pas des effets dus à des produits secondaires du métabolisme et qu’il est impossible de leur attribuer une quelconque valeur de signal. Elles semblent pourtant avoir un rôle essentiel : celui d’être l’expression de l’autonomie de l’organisme en cause. Portmann généralise le cas des sporanges des Mycétozoaires à toutes les structures des « dessins épidermiques » des formes animales. Ces structures ne sont, selon lui, ni signalétiques ni cryptiques et leur immense variété dans le monde vivant montre qu’elles correspondent au « sens suprême de l’apparence vivante » (ibid. : 217). Leur sens est de figurer dans l’apparaître. « Dans notre interprétation de la valeur originale de l’apparence, ajoute Portmann, cette diversité n’est pas un corollaire fortuit de l’évolution : l’apparence s’intègre dans l’ensemble de l’être en devenir au même titre que les caractères propres aux groupes animaux que représentent les organes du métabolisme, les systèmes de locomotion, les structures nerveuses et sensorielles ou les organes de reproduction. La transformation des structures opaques de la peau en motifs colorés et en structures propres à l’espèce est une partie tout aussi importante de l’ontogenèse préfigurée dans le germe que l’apparition de n’importe quel autre complexe distinctif » (ibid.). Portmann a développé dans cette perspective la notion d’« apparence sans destinataire » (unadressierte Erscheinung) pour qualifier les structures qui ne se justifient pas par un rôle fonctionnel immédiat dans la vie de l’espèce et appartiennent à l’ordre du « pur apparaître ». Elles sont les indices de l’autoprésentation de la forme animale. Dans le cadre de cette interprétation des formes vivantes, c’est le non-fonctionnel qui apparaît comme la modalité d’existence primaire des structures, le fonctionnel se formant pour chaque espèce par une restriction caractéristique du champ primaire d’existence, en conformité avec le principe de sélection. Ce dernier n’est donc nullement contesté ; il est seulement déplacé et privé du rôle de causation originelle qu’il revêt dans la perspective néo-darwinienne.

8Les vues de Portmann rejoignent celles de Buytendijk ; elles se rangent les unes et les autres sous la rubrique d’une phénoménologie du comportement expressif. On ne peut manquer de noter la convergence de l’idée de l’animal comme sujet (Buytendijk) et de l’idée de l’autoprésentation de l’animal dans le pur apparaître (Portmann) ; le mouvement expressif suppose en effet, pour prendre tout son sens, l’autonomie organique manifestée par l’autoprésentation. Ces deux aspects de l’apparaître animal correspondent bien à ce que Viktor von Weiszæcker entendait lorsqu’il parlait de « subjectivité vue du dehors ».

9On conçoit sans peine que ces interprétations de la forme animale doivent susciter plus d’une objection de la part des biologistes analytiques classiques, dont le mode de pensée est, assez naturellement, fondé sur l’utilitarisme néo-darwinien. Dans cette perspective, l’idée que du gratuit puisse figurer dans la forme animale ne semble guère acceptable, pas plus que celle d’une émergence du fonctionnel à partir du non-fonctionnel. Portmann répond à cela que la biologie se développe dans deux directions, l’une livrant l’organisme à l’étude de ses composantes physico-chimiques et aboutissant à sa reconstruction moléculaire ; c’est, dit-il, une voie d’approche ; l’autre s’attache à un autre mode d’étude, considérant que les formes vivantes sont des sujets doués d’expérience vécue, qui se comportent, perçoivent, choisissent et s’orientent dans un monde (Portmann 1965 : 129 et suiv.). Cette seconde perspective n’a pénétré que secondairement les enseignements de l’éthologie lorenzienne, pour laquelle la question de la subjectivité animale n’a jamais été un thème primordial en dépit de certaines tentatives limitées. L’insistance de Portmann sur la nécessité d’aborder en biologie un organisme vivant caractérisé par des propriétés subjectives constitutives rejoint les enseignements, non seulement de Buytendijk, mais aussi de Straus, tels que ce dernier les a développés dans son ouvrage fondamental Vom Sinn der Sinne (Straus [1935] 1989). Renouant avec l’obédience néo-darwinienne de l’éthologie, il serait faux de supposer que ses concepts de base excluent de façon radicale les aspects que Portmann range dans la catégorie de la valeur démonstrative de la forme animale. Les faits de la ritualisation, considérés par l’éthologie comme essentiels dans l’analyse des relations intra- et interspécifiques, rejoignent dans leurs manifestations hautement visibles le « gaspillage illimité d’énergie » que remarque Buytendijk dans la diversité des formes animales. On parle du reste en éthologie de l’exagération des structures et des actes à propos des phénomènes de ritualisation que l’on relie d’ailleurs aux « exagérations » que constituent les structures hypertéliques de la morphologie (les bois du cerf mâle, par exemple).

10Ces phénomènes ont pour but d’accentuer le caractère signalétique des composantes structurales et des actes ; ils accroissent la probabilité de la communication entre organismes en les rendant plus visibles dans le milieu et tendant à substituer des relations pacifiques aux échanges agressifs. Le rapprochement s’impose avec la notion d’autoprésentation développée par Portmann et il faut reconnaître que, tout en favorisant les relations entre organismes dans la perspective utilitaire de la survie, les rituels longs, élaborés et très diversifiés à l’intérieur d’une même espèce, ne sont guère, en raison de leur « exagération », régis par un principe utilitaire d’économie. Un autre exemple tiré de l’éthologie qui va dans le même sens est celui de la pluralité des déclencheurs capables de provoquer l’apparition d’un comportement unique. Ainsi, le comportement de combat du poisson Astatotilapia strigenena peut être déclenché par l’une des cinq configurations suivantes du phénotype : a) une couleur bleu argenté ; b) une marge sombre ; c) une érection des nageoires ; d) une orientation parallèle à celle de l’adversaire et e) des battements de la nageoire caudale. Ces déclencheurs peuvent agir chacun isolément avec la même efficacité (Seitz 1940 : 40-84). On peut interpréter ce phénomène en supposant que la pluralité des déclencheurs répond à un mécanisme de sécurité selon lequel la défaillance d’un des stimuli-signes serait comblée dans tous les cas par l’intervention d’un autre et n’empêcherait donc pas l’exécution d’un comportement utile à la survie. Il reste que la multiplication des déclencheurs d’un seul et même acte ne répond pas, ici non plus, à un strict principe d’économie utilitaire. Cette convergence, partielle mais réelle, d’une interprétation néo-darwinienne en termes de survie et d’une interprétation phénoménologique de la forme et de l’action animales en termes d’autoprésentation structurale, montre à l’évidence que le problème de la subjectivité animale est central dans la biologie du comportement. Nous avons analysé en détail le problème de l’intersubjectivité dans le monde animal (Thinès 1991 : 125-152) ainsi que celui de la subjectivité et de l’expression animales selon Frederik Buytendijk (ibid. : 153-168).

11La confrontation de la perspective néo-darwinienne – qu’aucune vue théorique en biologie ne peut mettre sérieusement en cause dans l’état actuel de nos connaissances – et de la perspective phénoménologique dans laquelle se situe la question de la forme animale, soulève un problème général à l’ordre de la philosophie biologique. Les deux perspectives, nous le savons, ne s’excluent pas mutuellement et l’on peut affirmer qu’elles poursuivent l’une et l’autre une recherche fondamentale du sens de l’existence de la réalité organique telle qu’elle se manifeste dans son extraordinaire diversité de formes. Cette recherche du sens poursuit néanmoins deux objectifs différents. Dans la perspective évolutive, c’est la question de l’origine des formes qui est le point essentiel et celle-ci doit être retracée par la découverte des formes ancestrales à travers la reconstruction de la phylogénie ; dans la perspective phénoménologique, la question de l’origine fait place à la préoccupation de comprendre la forme telle qu’elle s’offre comme phénomène considéré en soi. Cela soulève toutefois le problème de la finalité à laquelle répondrait cette apparente gratuité de la forme animale et exigerait que l’on examine à quelles conditions l’origine et le but de celle-ci pourraient figurer comme thèmes corrélatifs extrêmes d’une théorie unifiée.

Bibliographie

Références bibliographiques

Buytendijk Frederik Jacobus Johannes. 1952. Traité de psychologie animale, traduit du néerlandais par Albert Frank-Duquesne, Paris, puf.

– 1956. Allgemeine Theorie der menschlichen Haltung und Bewegung, Dordrecht, Springer.

– [1958] 1965. L’Homme et l’animal, traduit de l’allemand par Rémi Laureillard, Paris, Gallimard.

Heinroth Oskar. 1910. « Beiträge zur Biologie, namentlich Ethologie und Psychologie der Anatiden », Verh. Inter. Ornith. Kongr. : 589-702.

Lorenz Konrad. 1935. « Der Kumpan in der Umwelt des Vogels », J. Ornith., 83 : 137-213 et 324-331.

Portmann Adolf. [1948] 1961. La Forme animale, traduit de l’allemand par Georges Rémy, Paris, Payot.

– 1965. Zoologie und das neue Bild des Menschen, Hambourg, Rowohlt.

Seitz Alfred. 1940. Zeitschrift für Tierpsychologie, 4 : 40-84.

Straus Erwin. [1935] 1989. Du sens des sens. Contribution à l’étude des fondements de la psychologie, traduit de l’allemand par Georges Thinès et Jean-Pierre Legrand, Grenoble, Jérôme Millon.

Thinès Georges. 1991. Existence et subjectivité. Études de psychologie phénoménologique, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Notes

1 S. L’espèce Homo sapiens figure désormais dans la famille des Hominidae, sous-famille des Homininae avec le chimpanzé, le gorille et l’orang-outan. Jusqu’il y a peu, l’Homo sapiens figurait seul dans cette même famille, créée à son intention à l’exclusion des autres grands Primates.

Auteur

Docteur en psychologie expérimentale et, formé à la physiologie comparée, professeur d’éthologie à l’université de Louvain. Il a développé des vues théoriques consacrées aux relations entre l’expérimentation animale et la phénoménologie. Il est notamment l’auteur de La Problématique de la psychologie (La Haye, Nijhoff, 1969) ; Phénoménologie et science du comportement (Pierre Mardaga, [1977], 1980) ; Expérience et subjectivité (Éditions de l’université de Bruxelles, 1991). Il est membre de l’Académie des sciences de Belgique et correspondant du Muséum d’histoire naturelle de Paris.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search