Version classiqueVersion mobile

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

Approches évolutionnistes

I. Qu’est-ce que le comportement* ?

André Pichot

Texte intégral

  • * Cet article a été initialement publié dans la Revue européenne des sciences sociales, 1999, tome X (...)

1Pourquoi les êtres vivants, et spécialement les animaux, ont-ils un comportement, tandis que les objets inanimés, fussent-ils dotés d’un moteur, n’en ont pas, ou alors de manière métaphorique ? Pour le comprendre, on définira le comportement comme l’ensemble organisé des rapports de l’être vivant et de son environnement (au sens large, on prendra en compte tous ces rapports, de quelque nature qu’ils soient ; dans un sens plus restreint, on ne considérera que les rapports sensori-moteurs).

2Ces rapports n’ont rien d’immédiatement compréhensibles. Ils posent même une des questions les plus délicates de la biologie. En effet, l’être vivant est distinct de son environnement mais, en même temps, il lui est complètement relié. En outre, ce n’est pas l’observateur qui décide de ce qui appartient à l’être vivant et de ce qui ne lui appartient pas, mais c’est cet être lui-même. Le problème est donc celui de la définition d’un système naturel ouvert, où ce n’est pas l’observateur qui trace une limite arbitraire dans un flux de matière et d’énergie et qui décide que ce qui se trouve à l’intérieur de cette limite est le système ouvert (et ce qui se trouve à l’extérieur, l’environnement). Il s’agit de comprendre comment l’être vivant peut, indépendamment de l’observateur, être à la fois distinct de son milieu et à lui relié.

3Les objets inanimés, eux, ne sont physiquement distincts de leur environnement que par la volonté de l’observateur qui choisit tel ou tel critère de distinction. En général, cet observateur se fonde sur une différence de phase : un solide immergé dans un liquide ou un gaz sera considéré comme un objet distinct, bien qu’il soit en parfaite continuité physique avec son environnement. La différence de phase est bien une discontinuité physique dans la mesure où elle correspond à une rupture objective dans un caractère physique (la phase solide, liquide ou gazeuse). Mais cette discontinuité physique n’en est pas vraiment une dans la mesure où elle est régie par les lois de la physique et qu’elle reste donc à l’intérieur du cadre physique défini par celles-ci. Du point de vue de ces lois, il y a donc une parfaite continuité entre l’objet inanimé et son environnement, quelque objective que soit la discontinuité qu’introduit entre eux la différence de phase. Nous reviendrons sur cette nuance.

4La définition-délimitation de l’être vivant comprend deux moments, une séparation et une relation :

  • L’être est séparé de son environnement. Il en est distinct par lui-même, et non par la volonté d’un observateur qui déciderait selon tel ou tel critère physique de son choix ce qui appartient à l’être vivant et ce qui ne lui appartient pas.
  • L’être est relié à son environnement ; sa séparation d’avec lui n’est pas un isolement. Ils entretiennent de nombreux échanges de diverses natures ; lesquels sont, au moins lorsqu’on les considère isolément les uns des autres, explicables (sinon toujours expliqués) selon les principes physico-chimiques.

5Il s’agit de concilier la séparation et les échanges qui, eux, assurent une continuité physique entre les termes séparés.

6Pour cela, il faut comprendre la séparation comme une disjonction d’évolution. La biologie explique cette disjonction par le fait que, si l’environnement évolue par le libre jeu des lois physico-chimiques, l’être vivant, lui, « canalise » ce jeu dans des voies particulières grâce à un programme génétique (développement individuel) et un mécanisme « mutations-sélection » (évolution des espèces).

7Dans le développement individuel, le programme génétique contrôle le jeu des lois physico-chimiques par la production d’enzymes spécifiques. Ces derniers catalysent certaines réactions aux dépens des autres réactions possibles à partir des mêmes substrats. Ces réactions catalysées (et leurs produits) acquièrent ainsi une importance qu’elles n’auraient jamais eue sans cela.

8Dans l’évolution des espèces, certains micro-événements (mutations) sont sélectionnés et leurs effets sont amplifiés au sein de la population, en fonction d’un critère qu’on peut résumer par « meilleure aptitude à vivre ». Ces micro-événements acquièrent ainsi une importance qu’ils n’auraient jamais eue de par leur seule valeur physico-chimique.

9Dans les deux cas, développement individuel et évolution des espèces (dont l’un prolonge l’autre grâce à une engrammation dans le génome), un possible est choisi et amplifié aux dépens des autres. Telle ou telle voie d’évolution (individuelle ou spécifique) est ainsi favorisée, alors que l’environnement, lui, se transforme en se « répartissant » dans les différentes voies possibles selon les proportions régies par les lois des équilibres physico-chimiques, indépendamment de toute sélection-amplification. D’où une disjonction d’évolution entre les deux termes, être vivant et environnement.

10On peut évidemment critiquer l’explication néo-darwinienne, son programme génétique et son principe « mutations-sélection », mais il n’en reste pas moins vrai que, dans le cas des êtres vivants, le devenir se fait dans une voie parmi les possibles, alors que l’environnement, lui, réalise tous les possibles physico-chimiques. Peu importe donc le mécanisme du « choix » d’un de ces possibles par l’être vivant, ici nous ne nous intéresserons qu’à ses conséquences en laissant cette question en suspens.

11Voyons déjà le cas du développement individuel. Sa disjonction d’avec l’environnement n’est pas une simple indépendance. Elle ne résulte pas d’une séparation radicale et hermétique, et elle ne se traduit pas non plus par une telle séparation. Elle n’est même thermodynamiquement possible que parce que l’être vivant est un système ouvert et qu’il entretient avec son environnement certaines relations. Réciproquement, ces relations n’équivalent pas à une continuité : aussi ouverts soient-ils l’un sur l’autre, il reste entre l’être et son environnement la distinction qui tient à ce qu’ils évoluent de manière disjointe (malgré et grâce à leurs relations).

12Il faut prendre garde à ne pas inverser la proposition : c’est parce qu’il y a disjonction d’évolution qu’il y a une distinction de l’être et du milieu ; ce n’est pas parce qu’ils sont donnés tout constitués et préalablement séparés (par quoi, puisque l’être est ouvert ?) qu’ils évoluent de manière disjointe. C’est-à-dire que, quelle que soit l’importance de la frontière matérielle (membrane ou peau) délimitant l’être vivant, ce n’est pas elle qui est en premier lieu responsable de la disjonction d’évolution.

13D’ailleurs on sait très bien qu’une lésion de cette membrane (ou de cette peau) ne remet pas en cause l’évolution disjointe : la « blessure-ouverture » est assez rapidement « cicatrisée-refermée », de manière tout à fait spontanée, par le mouvement même de l’évolution individuelle qui se poursuit (du moins si la lésion n’est pas trop étendue). La membrane (ou la peau) matérialise le « lieu » d’une discontinuité, la discontinuité entre deux termes évoluant de manière disjointe. Cette frontière matérielle peut évidemment, en retour, faciliter la disjonction d’évolution. Il y a ainsi une sorte de va-et-vient entre la délimitation matérielle et la disjonction d’évolution, mais c’est la disjonction d’évolution qui est première en ce que, du fait de la perméabilité de la frontière (et des échanges inhérents), seule la discontinuité d’évolution différencie physiquement l’être et son environnement indépendamment de l’observateur.

14Il s’ensuit que l’être vivant est nécessairement défini dans le temps, et non de manière atemporelle comme une entité qui serait simplement délimitée par une membrane imperméable : il n’est distinct de son milieu que dans le mouvement de son évolution et non pas de manière « instantanée » ou « atemporelle ».

15Un exemple le fera mieux comprendre. Supposons une place publique vue d’avion ; sur cette place de nombreuses personnes marchent en tous sens ; si certaines d’entre elles se déplacent ensemble, elles vont se distinguer des autres comme constituant une entité, un groupe. On imagine facilement que certaines personnes peuvent se joindre à ce groupe et certaines le quitter, sans qu’il soit remis en question en tant que groupe. Il n’est pas nécessaire que ces personnes regroupées soient toujours dans le même rapport (la même position relative, comme des soldats qui marchent au pas), mais leurs mouvements les uns par rapport aux autres doivent être limités, sinon elles sortent du groupe. Il n’est pas nécessaire non plus qu’elles soient reliées entre elles (en se donnant la main, en entourant leur groupe par une corde qui le délimite, etc.). Enfin, le fait qu’elles se meuvent (et la manière dont elles le font) peut donner à leur groupe une certaine structure et une certaine forme ; cette structure peut se modifier au cours du temps sans que cela altère le caractère de groupe (il y a un remaniement interne au groupe, mais celui-ci reste un groupe). Ce qu’il faut bien saisir ici, c’est que le regroupement de ces personnes est inhérent non pas à une fermeture, mais à leur mouvement commun qui les distingue des autres personnes qui ont des déplacements non coordonnés.

16Le fait que les personnes ainsi regroupées peuvent constituer une structure particulière ne suffit pas à définir leur groupe comme une entité distincte. On pourrait certes évaluer la probabilité thermodynamique de cette structure, et ainsi la distinguer du « désordre » des mouvements non coordonnés des autres occupants de la place ; mais un renseignement de cette nature n’a pas grand intérêt pour nous. Ainsi, si l’observateur fait des photographies aériennes de cette place, il ne pourra pas distinguer une structure « morte » et une structure « vivante » (quelle que soit sa probabilité thermodynamique). Seule la dimension temporelle l’indique : les éléments constituant une structure « vivante » poursuivent leur mouvement commun, tandis que ceux constituant une structure « morte » vont se disperser en reprenant leurs mouvements individuels non coordonnés (ainsi un cadavre qui se décompose).

17On comparera un tel groupe, défini par son mouvement, à l’être vivant défini comme entité par son évolution disjointe ; il faut alors remplacer le déplacement dans l’espace par une transformation physico-chimique. Se pose évidemment la question du « mécanisme » qui assure cette communauté d’évolution des éléments constitutifs de la structure vivante, et d’abord de la nature même de cette communauté d’évolution (en quoi consiste-t-elle ?). Est-ce le fait de programmes coordonnés, celui de contraintes physiques, ou de tout autre chose qui totalise des éléments en un même être distinct ? Il est difficile de répondre, et en tout cas cela dépasse largement le cadre de cet article.

18On notera seulement ici le caractère temporel et dynamique de la définition de l’être vivant, et le fait que son identité au cours du temps n’est pas liée à une quelconque permanence de matière ou de structure. On conserve la conception classique qui définit la vie comme la permanence de l’être vivant dans son être, mais, au lieu d’assimiler cette permanence au maintien de certaines constantes de composition ou de structure (comme dans le paradigme de la physiologie de Claude Bernard), on la comprend comme le maintien d’une évolution disjointe (mourir, pour l’être, c’est rejoindre son environnement et évoluer avec lui, donc s’en indifférencier).

19Après cette disjonction de l’évolution individuelle de l’être vivant, voyons maintenant ce qu’il en est de la disjonction de l’évolution des espèces (quel que soit son mécanisme).

20Sa conséquence la plus remarquable est que l’être vivant, lorsqu’on le considère globalement, n’est pas directement reliable à son environnement selon les lois physico-chimiques ; et cela bien que chacune de leurs relations soit parfaitement explicable (sinon expliquée) selon ces lois, lorsqu’on la considère isolément des autres relations.

21Cette absence de relation globale directement selon les lois physicochimiques se comprend en ce que l’être et son environnement actuel sont les produits de deux évolutions séparées et qu’il y a donc nécessairement entre eux un certain déphasage. Il y avait bien une continuité physicochimique entre la première entité vivante et l’environnement prébiotique où elle est apparue spontanément, mais deux histoires disjointes se sont mises en place à partir de cette continuité (bien que les termes en évolution ne fussent pas radicalement isolés l’un de l’autre). À l’intérieur de chacune de ces histoires, les lois physico-chimiques furent respectées mais de manière asynchrone (avec des temps propres différents), si bien que se créa entre les termes en évolution (vivant et environnement) un certain « déphasage » croissant avec le temps, et qu’aujourd’hui les êtres vivants (considérés en tant qu’entités) ne sont plus reliables à leur environnement directement selon les lois physico-chimiques.

22Ce déphasage se traduit par un caractère physico-chimiquement « incongru » de la structure de l’être vivant dans son environnement (une telle structure ne peut pas apparaître dans cet environnement par une génération spontanée selon le seul libre jeu des lois physiques). Cette incongruité est d’autant plus marquée que l’être vivant est plus évolué (un micro-organisme est moins incongru dans son milieu qu’un éléphant dans le sien ; il y paraît moins physiquement improbable ; c’est pourquoi on a cru longtemps à la génération spontanée des micro-organismes, mais jamais à celle de l’éléphant). En réalité, lorsqu’on parle d’espèces plus ou moins évoluées, on ne fait que se référer au plus ou moins grand déphasage de ces espèces et de leur environnement. En effet, toutes les espèces actuelles sont également évoluées en ce qu’elles ont toutes eu la même durée d’évolution depuis leur origine commune ; ce qu’on entend par espèce plus évoluée est simplement une espèce dont l’évolution n’est pas plus longue mais seulement plus fortement disjointe de celle de l’environnement, plus fortement asynchrone.

23C’est de ce déphasage et de cette incongruité que la biologie moléculaire cherche à rendre compte avec la notion d’information génétique. Le caractère incongru de l’être vivant dans son environnement se mesure en effet en termes d’improbabilité thermodynamique ; et c’est cette improbabilité qu’on veut expliquer en mettant dans les êtres vivants une information génétique censée commander leur structure : l’information étant équivalente à une improbabilité thermodynamique, elle sert en quelque sorte à combler le déphasage et à gommer l’incongruité physique de l’être vivant. Plus l’être sera donc évolué, plus son déphasage avec son environnement sera grand, et plus grande sera la quantité d’information génétique nécessaire pour expliquer son occurrence au sein de cet environnement.

24Quoi que vaille cette explication par la théorie de l’information (on pourrait à bon droit la trouver purement verbale), une conséquence de la disjonction d’évolution est que, pour relier l’être vivant et son environnement selon les lois physico-chimiques, il faut remonter leurs histoires jusqu’à l’origine de la vie où il y avait continuité (d’où l’importance de l’explication historique en biologie). Leur relation actuelle (qui ne fait pas ce détour par l’histoire) est celle de deux entités en déphasage, quelque invocation que l’on fasse d’une information génétique pour combler ce déphasage.

25C’est dire que cette relation actuelle ne se fait pas directement selon les lois physico-chimiques (du moins lorsqu’on considère l’être de manière globale, car les relations locales prises isolément les unes des autres ne posent pas ce problème ; voir ci-dessus et ci-après). Un objet inanimé, lui, est toujours en continuité avec son environnement, il lui est toujours directement lié selon les lois physico-chimiques (même lorsqu’il s’en distingue par une discontinuité physique comme une différence de phase – voir ci-dessus). La discontinuité entre l’être et son environnement n’est donc pas tant une discontinuité physique (comme une différence de phase) qu’une solution de continuité dans le jeu actuel des lois physicochimiques (la continuité selon ces lois nécessite le détour par l’histoire ; l’explication de l’être vivant a nécessairement une dimension historique en plus de sa dimension physico-chimique actuelle).

26On notera qu’une telle discontinuité ne peut sans doute se réaliser que dans certaines formes spatiales (voir les travaux de René Thom). C’est là qu’il faut chercher l’explication de la forme des êtres vivants (qu’ils soient animaux ou végétaux), bien plus que dans une éventuelle utilité à la survie comme le veut l’interprétation darwinienne (quelle utilité peuvent bien avoir la forme des feuilles ou leur disposition sur les tiges en des spirales géométriquement très précises). Cela n’exclut pas que ces formes puissent secondairement avoir une telle utilité (être utilisées par l’être dans un but pour lequel elles n’ont été ni conçues ni sélectionnées), ou qu’au contraire elles soient un handicap et ne permettent de vivre que dans un milieu très étroitement défini ; mais ce n’est pas là l’essentiel.

27Enfin, on comparera cette absence de relations directement selon les lois physico-chimiques entre l’être et son milieu à ce que Pierre Vendryès appelle leurs relations aléatoires. Il n’y a pas de nécessité physico-chimique entre l’être et son environnement (l’être vivant peut se trouver ou ne pas se trouver dans tel environnement, et cela n’est pas calculable à partir de lois physico-chimiques).

28Une fois né, l’être vivant va devoir subsister dans cet environnement avec lequel il est en déphasage ; et pour cela il doit adopter une évolution individuelle disjointe, car il ne peut pas laisser son déphasage évoluer selon sa pente naturelle (cette pente naturelle est celle de la disparition, et donc de l’indifférenciation au sein de l’environnement). D’une certaine manière, la disjonction de l’évolution individuelle est la réponse au déphasage imposé à l’être vivant, dès sa naissance, par la disjonction de l’évolution des espèces (il se trouve, à sa naissance, jeté dans un monde où il est physiquement incongru et où il va devoir vivre). L’évolution individuelle de l’être poursuit ce déphasage initial, ou du moins elle le maintient (sinon l’être n’est plus vivant, car il rejoint son environnement et évolue avec lui).

29Il y a donc un double aspect dans la non-relation-globale-directement-selon-les-lois-physico-chimiques de l’être vivant et de son environnement. Un aspect diachronique qui tient à ce que l’évolution individuelle de l’être se poursuit de manière disjointe de celle de l’environnement. Un aspect synchronique qui tient à ce que la situation de cet être à sa naissance est celle d’une entité qui est étrangère à son environnement, celle d’une entité qui n’y a pas de nécessité physique.

30Mais, de fait, ce déphasage n’a d’intérêt que dans le temps, dans sa continuation, et non de manière « instantanée » ou « atemporelle ». Ainsi, le déphasage existant entre un cadavre frais et son environnement n’est pas sensiblement différent de celui qui existe entre un être vivant de même espèce et le même environnement, mais, dans le cas du cadavre, ce déphasage va peu à peu disparaître lors de la décomposition, tandis que dans le cas de l’être vivant il se maintient ou même s’accroît. Ce qui importe dans la distinction de l’être et de son environnement, ce n’est donc pas tant le déphasage en lui-même que son devenir (l’être vivant n’est défini que dans le temps).

31La spécificité de l’être vivant étant ainsi définie, venons-en maintenant au comportement, c’est-à-dire l’ensemble organisé des rapports entre cet être et son environnement.

32C’est l’absence de relation-globale-directement-selon-les-lois-physicochimiques entre l’être vivant et son environnement qui sous-tend le comportement : celui-ci doit pallier ce manque.

33Cela ne signifie pas que le comportement ne respecte pas les lois physico-chimiques, mais que, parmi les relations physico-chimiques locales entre l’être et l’environnement, seules certaines sont réalisées : celles qui permettent la poursuite de l’évolution individuelle disjointe (un objet inanimé a toutes les relations physico-chimiques qu’il lui est possible d’avoir avec son environnement, c’est pourquoi il est en continuité avec lui ; un cadavre a également toutes les relations physiques qu’il lui est possible d’avoir avec son environnement, c’est pourquoi il se décompose).

34Le comportement consiste donc, au niveau le plus élémentaire, à sélectionner certaines relations locales parmi les possibles, et à les coordonner en une relation globale. Tout comme la structure de l’être vivant n’évolue pas selon le libre jeu des lois physico-chimiques (mais l’organise dans certaines voies métaboliques aux dépens des autres possibles), le rapport entre cet être et son milieu ne doit pas non plus évoluer selon ce libre jeu ; sinon, la discontinuité qui marque la séparation de l’être et de ce milieu s’estompe et disparaît (c’est ce qui se passe pour le cadavre). Le comportement équivaut donc à une « canalisation » du jeu des lois physico-chimiques dans l’évolution du rapport global de l’être et de son environnement.

35Quelle que soit la manière dont on comprend cette nécessité, les relations entre l’être et son milieu doivent être choisies parmi les possibles, et organisées de manière compatible avec le maintien de la disjonction d’évolution. De tels choix et organisation font partie intégrante de cette disjonction, tout autant que le choix de telle et telle réaction métabolique aux dépens des autres possibles dans l’évolution de la structure de l’être. Elles ne sont d’ailleurs possibles que l’une par l’autre : c’est parce qu’il y a une « canalisation » du jeu des lois physico-chimiques dans l’évolution de la structure de l’être qu’il y a une « canalisation » de ce jeu dans l’évolution du rapport entre cet être et son environnement, et réciproquement.

36Cette définition du comportement est large puisqu’elle ne distingue pas ces relations en une sensibilité, une motricité, une absorption, une excrétion, etc. En ce sens, on peut parler de comportement pour tout être vivant, y compris les végétaux, mais il est évident que, dans la perspective habituelle, c’est le comportement animal (puis humain) qui est important, c’est-à-dire un comportement sensori-moteur.

37Avant d’en venir là, notons qu’en raison de cette sélection-organisation des relations physico-chimiques parmi celles qui sont possibles, on doit différencier le milieu extérieur de l’être vivant et le simple environnement géographique. C’est-à-dire que dans l’environnement géographique (ce qui entoure l’être vivant), il ne faut prendre en considération que ce avec quoi l’être vivant lui-même a des relations (ce qui a été sélectionné parmi les possibles). On ne doit considérer comme milieu extérieur de l’être vivant que cette seule partie sélectionnée de l’environnement. En effet, pour ce avec quoi l’être n’a pas de relations, il n’y a ni discontinuité physico-chimique ni disjonction d’évolution, mais une simple indifférence. Un premier point important du comportement est donc que l’être ne prend en compte dans l’environnement géographique qu’un certain nombre de données, qui vont constituer son milieu extérieur. C’est là une première manière de préserver la discontinuité qui le sépare de son environnement, puisque l’indifférence à l’égard d’une partie de cet environnement est une sorte d’isolement partiel (une membrane à perméabilité sélective en est la forme la plus simple).

38Un deuxième point est la manière dont l’être réagit à (ou agit sur) ces données externes auxquelles il est sensible. En effet, l’intérêt de celles-ci réside dans la possibilité et la manière qu’a l’être d’en tenir compte, de se modifier sous leur action (concilier son existence à la leur) ou de les modifier en agissant sur son milieu (aménager celui-ci pour le rendre compatible avec son existence à lui, être vivant). Par conséquent, ces données externes sont en quelque sorte organisées par et pour l’être vivant, en fonction de ses possibilités de réaction ou d’action. Elles constituent ainsi le cadre au sein duquel il peut réagir à ce qui n’est pas lui (en se modifiant lui-même sous leur action), au sein duquel aussi il peut agir (ce qu’il peut modifier) ; c’est-à-dire le cadre au sein duquel il vit. Puisque ces possibilités d’action et réaction sont limitées par la structure qu’a l’être au moment donné, le milieu extérieur est ainsi doté d’une structure qui est fonction de celle de l’être vivant ; cette structure du milieu est donc pour l’être vivant, il ne s’agit pas de la structure physique de l’environnement (mais elle doit évidemment s’accorder avec elle).

39La disjonction des évolutions crée ainsi deux termes distincts structurés en relation l’un avec l’autre : l’être vivant lui-même et son milieu extérieur, le tout au sein d’une réalité physique qu’ils ne recouvrent pas entièrement (une partie de l’environnement géographique ne fait pas partie du milieu extérieur). Ce ne serait pas possible autrement : on ne peut imaginer une disjonction d’évolution qui serait constitutive d’un être vivant sans en même temps être constitutive d’un milieu extérieur distinct du simple environnement géographique, les deux termes sont indissociables.

40Dans la mesure où cette disjonction est fondée sur l’organisation particulière de l’être vivant, on peut dire que celui-ci se constitue lui-même (indépendamment de l’observateur) en une entité distincte de ce qu’il constitue dans le même mouvement comme milieu extérieur.

41Comme nous l’avons dit, cela est vrai quel que soit l’être vivant, végétal ou animal ; mais le cas de l’animal est, ici, spécialement intéressant. En effet, chez celui-ci, l’évolution produit des êtres qui tendent de plus en plus à modifier leur environnement pour se l’adapter, plutôt que d’adapter leur structure à celui-ci (comme le font les végétaux dont la malléabilité est telle que la même espèce peut se présenter sous des aspects complètement différents selon les conditions où elle vit). La structure du milieu extérieur de l’animal est alors plus particulièrement fonction de la structure de l’action que celui-ci est susceptible d’exercer (plutôt que fonction de la structure de l’animal lui-même, mais les deux sont évidemment liées). À partir de l’environnement, l’animal se constitue donc un milieu extérieur structuré d’après son action, milieu qui est alors ce au sein de quoi il agit plus encore que ce au sein de quoi il vit (mais, ici encore, les deux sont évidemment liés).

42Cette évolution animale s’accompagne du dégagement, à partir du comportement physico-chimique général, d’un comportement moteur, c’est-à-dire un ensemble de mouvements coordonnés dans l’espace (le comportement de la plante reste surtout physico-chimique ; en revanche, sa structure est plus géométrique que celle de l’animal, comme si elle mettait dans sa croissance et sa forme la spatialité que l’animal met dans son action).

43Pour l’animal, le milieu extérieur, construit selon la coordination motrice, est de nature essentiellement spatiale, doté d’une structure géométrique. Au milieu physico-chimique et à l’action physico-chimique (disjonction d’évolution) se superposent un milieu spatial (qui est une « partie » du milieu physico-chimique) et une action motrice (qui est une « partie » de la disjonction d’évolution). C’est essentiellement à ce niveau que le système nerveux intervient. En effet, la motricité animale est interprétable en termes physico-chimiques (les contractions musculaires, par exemple), mais le système nerveux permet l’« abstraction », à partir de ces termes physico-chimiques, d’un espace (en général l’espace euclidien) au sein duquel s’effectue la coordination de cette motricité (ce qui ne touche en rien la question de l’objectivité de cet espace, de son niveau de réalité). Dès lors, le comportement se développe dans cet espace moteur plutôt qu’au simple niveau physico-chimique.

44Ici encore cela ne signifie pas que le comportement moteur ne respecte pas les lois physiques. Ainsi l’oiseau respecte les mêmes lois que la pierre, mais pour aller dans un tout autre sens : l’oiseau pour voler, la pierre pour choir sur le sol. On peut facilement calculer la trajectoire de la pierre qui tombe selon ces lois, mais pas celle de l’oiseau qui vole. Le sort de la pierre est étroitement lié à celui de son environnement par les lois physiques, tandis que l’oiseau est autonome de celui-ci (tout en respectant les mêmes lois) ; il n’y est pas rigidement lié, mais « libre » dans un cadre légal. À l’environnement physique avec ses lois physiques, il substitue un milieu extérieur spatial avec des lois de comportement (vol). Mais ce milieu extérieur et ce comportement sont compatibles avec l’environnement et les lois physiques.

45L’étape suivante, une fois établis le comportement sensori-moteur et le milieu spatial, sera celle par laquelle un sujet se saisit de lui-même comme d’un corps, c’est-à-dire une entité spatiale délimitée agissant dans ce monde spatial sur des objets eux-mêmes saisis comme des entités spatiales. Cette saisie de soi comme corps fait passer l’être vivant du statut de simple centre organisateur de l’action (physico-chimique ou motrice), à celui de sujet d’une pensée par laquelle, avant tout langage et donc avant toute discursivité, il s’appréhende (et se représente lui-même) comme un « objet » au milieu d’autres objets (son milieu extérieur) ; à partir de quoi il pourra « penser » ces autres objets et leurs relations entre eux et avec lui-même. La pensée discursive viendra ensuite, avec l’apparition d’un langage ; elle devra alors « dire » ce sujet-corps et son monde objectif.

46On rapprochera tout cela des thèses développées par les biologistes et psychologues d’inspiration phénoménologique, Adolf Portmann mais aussi Jakob von Uexküll, Frederik Buytendijk, Kurt Goldstein et Viktor von Weizsaecker, tous plus ou moins inspirateurs de Maurice Merleau-Ponty.

Bibliographie

Références bibliographiques

Buytendijk Frederik Jacobus Johannes. 1952. Traité de psychologie animale, traduit du néerlandais par Albert Frank-Duquesne, Paris, puf.
– [1958] 1965. L’Homme et l’animal, traduit de l’allemand par Rémi Laureillard, Paris, Gallimard.

Goldstein Kurt. [1934] 1951 et 1983. La Structure de l’organisme, traduit de l’allemand par le docteur E. Burckhardt et Jean Kuntz, Paris, Gallimard.

Merleau-Ponty Maurice. [1942] 1972. La Structure du comportement, Paris, puf.
– [1945] 1976. Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Morin Edgar. 1980. La Méthode. 2. La Vie de la vie, Paris, Le Seuil.

Pichot André 1980. Éléments pour une théorie de la biologie, Paris, Maloine.
– 1993. Histoire de la notion de vie, Paris, Gallimard.
– 1991. Petite phénoménologie de la connaissance, Paris, Aubier.

Portmann Adolf [1948] 1961. La Forme animale, traduit de l’allemand par Georges Rémy, Paris, Payot.

Thom René 1988. Esquisse d’une sémiophysique, Paris, InterÉditions.
– 1974. Modèles mathématiques de la morpho genèse, Paris, UGE.
– 1972. Stabilité structurelle et morphogenèse, Massachussetts, W. A. Benjamin Inc.

Uexküll Jakob von. [1956] 1965. Mondes animaux et monde humain, traduit de l’allemand par Philippe Muller, Paris, Denoël.

Vendryès Pierre. 1981. L’Auto nomie de l’être vivant, Paris, Maloine.
– 1942. Vie et probabilité, Paris, Albin Michel.

Weizsæcker Viktor von. [1939] 1958. Le Cycle de la structure, traduit de l’allemand par Michel Foucault et Daniel Rocher, préfacé par Henry Ey, Paris, Desclée de Brouwer.

Notes de fin

* Cet article a été initialement publié dans la Revue européenne des sciences sociales, 1999, tome XXXVII, no 115 : 117-126.

Auteur

Chargé de recherche au cnrs (umr 7117, Nancy). Il a principalement travaillé sur la philosophie et l’histoire de la biologie (Éléments pour une théorie de la biologie, Maloine, 1980 ; Petite phénoménologie de la connaissance, Aubier, 1991 ; Histoire de la notion de vie, Gallimard, 1993, 1995, 2004, 2008 ; Histoire de la notion de gène, Flammarion, 1999), et sur les dérives des applications sociales de la génétique, eugénisme et racisme (La Société pure, de Darwin à Hitler, Flammarion, 2000, 2001, 2009 ; Aux origines des théories raciales, de la Bible à Darwin, Flammarion, 2008).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search