Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

Remerciements

Florence Burgat

Texte intégral

1Les contributions rassemblées ici sont issues des travaux d’un colloque intitulé Comment penser le comportement animal ?, organisé sous ma responsabilité, qui s’est tenu à Paris les 21 et 22 janvier 2008 à l’École des hautes études en sciences sociales et les 2 et 3 avril 2008 à l’Institut national de la recherche agronomique.

2Je tiens tout d’abord à remercier très sincèrement Marion Guillou, Présidente-directrice générale de l’inra et Guy Riba, Directeur général délégué de l’inra, car c’est grâce à leur intervention personnelle que ce colloque a pu finalement avoir lieu. Je remercie également Danièle Hervieu-Léger, Présidente de l’ehess, qui a bien voulu accueillir et ouvrir la première session de nos travaux. C’est bien sûr aux auteurs que va aussi ma gratitude pour leur participation à cette manifestation ; c’est avec d’autant plus d’émotion et d’amitié que je la leur exprime que certains d’entre eux ont eu la générosité de nous aider à alléger le budget en prenant eux-mêmes en charge leurs frais.

3Pour toutes ces raisons, un réel enthousiasme m’a accompagnée dans l’élaboration de cet ouvrage. Brigitte Lévi, aux Éditions Quæ, a été constamment à l’écoute, de sorte que nous avons pu avancer très vite. Je voudrais remercier aussi très amicalement les présidents de séances : Joseph Bonnemaire, Vinciane Despret, Bernard Hubert, Catherine Larrère, Heinz Wismann, qui ont généreusement animé les discussions. Mes remerciements vont également à Sylvie Rézard et aux services techniques de l’ehess et de l’inra qui ont assuré avec succès l’organisation matérielle du colloque.

4Enfin, ce sont des pensées particulières que j’adresse à Anne-Marie Gogué, qui m’a épaulée dans la préparation de cette manifestation et a su garantir efficacement son lancement, à Joseph Bonnemaire qui n’a pas ménagé son temps pour m’éclairer de ses conseils dans l’élaboration intellectuelle de ce colloque, à Bernard Hubert avec lequel j’ai eu de fructueux échanges sur l’orientation d’ensemble du colloque. De même ma gratitude va-t-elle de longue date à Raphaël Larrère, directeur de la présente collection, qui m’a accueillie dans son laboratoire lors de mon entrée à l’inra et n’a cessé, comme Robert Dantzer, initiateur des travaux sur le bien-être animal à l’inra, de me soutenir dans mes recherches. Tous ont été les compagnons au long cours et les complices de cette aventure intellectuelle.

5Puis, le manuscrit fit sa route. Il fut confié, aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme, à Nathalie Fourrier, qui l’accueillit avec un intérêt particulier. Je la remercie avec chaleur pour son implication, son attention et sa gentillesse.

Auteur

Directeur de recherche en philosophie à l’inra. Elle a enseigné durant quatre ans à l’ehess. Elle est actuellement rattachée à l’équipe d’accueil « Philosophies contemporaines » (université de Paris I). Elle a travaillé sur la définition de l’animalité dans la philosophie occidentale moderne et contemporaine, et publié sur ce thème, outre de nombreux articles, Animal, mon prochain (Odile Jacob, 1997). Elle travaille aussi sur la condition des animaux dans notre société : L’Animal dans les pratiques de consommation (puf, 1995) ; La Protection de l’animal (puf, 1997) ; avec la collaboration de Robert Dantzer, Les Animaux d’élevage ont-ils droit au bien-être ? (éditions de l’inra, 2001) ; L’Animal dans nos sociétés (La Documentation française, revue Problèmes politiques et sociaux, janvier 2004). Ses recherches portent actuellement sur les approches phénoménologiques de la vie animale : Liberté et inquiétude de la vie animale (Kimé, 2006) ; elle prépare un livre autour des notions de vie, d’existence et de comportement.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site