Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La moisson des marins-paysans

 | 
Pascale Legué-Dupont

La situation dix ans après

Texte intégral

1Le Prestige a coulé près des côtes galiciennes, les eaux charentaises sont menacées par les galettes de fioul qui remontent vers le bassin de Marennes-Oléron en suivant le trajet des larves d’huîtres portugaises. La décision d’interdire la pêche des coquillages est imminente selon les Affaires Maritimes... Et demain ?

2Ce récit pourrait être comme l’amorce d’un scénario catastrophe, forme de thriller dont la victime serait l’huître qui se consomme, rappelons-le, vivante. Un tel scénario n’est pas improbable puisque ces dernières années des événements météorologiques comme la tempête de 1999 et les pollutions diverses venant de la mer et de la terre, ont fragilisé le milieu maritime et ses côtes.

3Notre étude sur le monde ostréicole a déjà démontré combien l’huître est exposée aux multiples aléas naturels et humains. Il ne faut néanmoins pas faire de catastrophisme, mais plutôt mesurer les risques. Si la menace écologique, menace exogène, semble croître, l’ostréiculture charentaise paraît aussi fragilisée du fait d’évolutions internes. Entre 1990 et 2001, le nombre de concessionnaires est passé de 2021 à 1404 et leur répartition par tranche d’âge révèle une tendance à la désaffection des jeunes et un recentrage des actifs sur les 36 – 55 ans. La chute du nombre d’exploitants et leur vieillissement ne sont pas de nature à favoriser la dynamique sociale.

41986 – 18 à 35 ans : 22 % ; 36 à 55 ans : 48 % ; + de 55 ans : 30 %.

51996 – 18 à 35 ans : 22 % ; 36 à 55 ans : 61 % ; + de 55 ans : 17 %.

62001 – 18 à 35 ans : 15 % ; 36 à 55 ans : 66 % ; + de 55 ans : 19 %.

7Il est parfois dit que la pénibilité du métier n’incite pas les jeunes à s’y investir. Il est vrai que l’ostréiculture dans le bassin de Marennes-Oléron est, aujourd’hui encore, une culture à bras, principalement sur l’estran. Pour pallier cette contrainte, les Affaires Maritimes disent d’ailleurs tenter avec des professionnels d’élaborer de nouvelles techniques de dragage pour faciliter le travail dans des parcs de fort coefficient (85-110).

8Une rupture dans les modes de transmission, amorcée il y a un peu plus de dix ans, peut aussi être l’une des causes de cette désaffection. Le nombre d’installations ne compense pas les départs à la retraite même si de jeunes diplômés (école de commerce, faculté d’économie...), fils d’ostréiculteurs, reprennent, après un temps professionnel à l’extérieur, la direction des entreprises familiales et si des femmes tendent à prendre place dans le jeu en devenant chef d’entreprise ou en s’associant pour défendre leurs droits. En raison de cette désaffection, nombre d’entreprises disparaissent et d’autres, économiquement rentables, mais trop coûteuses pour un jeune, ne peuvent trouver de repreneurs solvables. Elles sont alors démantelées et vendues « par appartement » (biens privés et publics). Cette communauté résistant encore aux pressions exogènes (concurrence, tourisme, agriculture, chasse), seuls des ostréiculteurs locaux accèdent à ces biens professionnels dont la rentabilité est encore affirmée.

9L’une des conséquences les plus visibles de cette évolution est l’abandon des cabanes bâties en bordure de chenaux. Légalement, dès la cessation d’activité et s’il n’y a pas de successeur, les cabanes sur Domaine Public Maritime doivent être détruites par le concessionnaire lorsqu’il remet ses concessions aux Affaires Maritimes. En réalité, et depuis longtemps, même si un grand nombre d’entre elles disparaissent, les administrations responsables de ces zones en tolèrent le maintien. Dès lors, depuis plus de dix ans à Marennes-Oléron, l’engouement touristique pour les bords de mer étant croissant, nombre de cabanes ont été vendues par les détenteurs à des particuliers (rappelons que ce bâti est construit sur DPM !) et transformées en habitations le plus souvent temporaires – sorte de « résidences secondaires » – ou encore en espaces professionnels non plus maritimes mais à destinée touristique : restaurant, boutique, gîte rural... (Dans le bassin d’Arcachon ou en Méditerranée où cette pratique existe parfois depuis plus de trente ans, certains lots de cabanes, initialement conchylicoles ou de pêche, deviennent des « villages » gérés par des associations de résidants).

10L’émergence de ces nouvelles activités (nouveaux usages) risque à plus ou moins long terme d’affecter le paysage, de fragiliser économiquement la profession en raison de la flambée des prix sur ce bâti et surtout de modifier la qualité sanitaire des eaux destinées à un produit vivant. Pour pallier ces risques sanitaires et résister à cette invasion touristique dans les lieux professionnels, quelques communes prennent l’initiative de racheter des cabanes sur leur territoire en les destinant à des activités non polluantes (lieux d’exposition ou ateliers d’art) quand ils ne peuvent les attribuer à des ostréiculteurs. Une charte intercommunale pour la protection du patrimoine ostréicole tente aussi de prendre forme.

11Le rôle des institutions sur cet univers professionnel participe peut-être à son évolution. Longtemps, cette communauté a eu une gestion économique et sociale propre, avec ses règles. L’État (terme englobant les dimensions régionales, nationales, européennes) y avait une faible implication, et donc peu de prises, apportant modérément des aides tant financières, techniques que pour la formation de ses acteurs. Cela paraît perdurer ; cette profession demeure en effet assez secrète. La réalité d’occupation des sols, les tonnages produits et vendus et leurs bénéfices, les pratiques marchandes comme le nombre d’entreprises semblent encore assez méconnus des organismes de tutelle. Toutefois, depuis une dizaine d’années, l’État tend à prendre place dans cet univers s’impliquant, de façon plus ou moins indirecte, au niveau de la formation, dans la gestion des sols et des techniques avec, pour conséquence, d’influer sur les modes de transmissions, l’usage des sols, les pratiques marchandes et par delà l’identité de cette communauté.

12Ainsi, hier, une expérience pratique et des stages permettaient aux enfants d’ostréiculteurs d’obtenir la capacité professionnelle leur donnant accès aux concessions et leur ouvraient la porte de l’entreprise familiale. Mais depuis 2001, le niveau de formation exigé pour obtenir une concession est, a minima, le bac, voire un BPA de niveau 4 donnant accès aux aides à l’installation (dotations Jeunes Agriculteurs, prêts bonifiés). Or, la profession, encore ancrée dans ses modalités de transmission « ancestrales », tant des savoirs que des biens, s’est peu préparée à cette contrainte scolaire. Dès lors, nombre de jeunes qui auparavant auraient succédé à leurs pères ne peuvent plus légalement l’envisager et s’éloignent de ce métier. Surtout, on entrevoit que le système d’entraide interne va être remplacé par une aide de l’État, créant ainsi une forme de dépendance à son égard et amorçant un possible contrôle.

13Si l’État prend place dans la formation des jeunes, son implication semble aussi se renforcer sur la gestion des sols (estran, marais, cabane) bien qu’aujourd’hui la profession paraisse encore l’orchestrer. Cette introduction s’amorce par le biais de nouvelles techniques et la création d’un territoire d’exploitation : la mer. Les seuls lieux de production de naissain étaient jusqu’alors Arcachon et Marennes-Oléron, Mais la transformation génétique de l’huître en huître triploïde, réalisée par l’Ifremer en 1997, comme la reproduction artificielle des larves, maintenant pratiquées par des entreprises privées, apparaissent comme un des facteurs de changement. Si de tels progrès techniques peuvent objectivement améliorer la gestion de la reproduction, bien incertaine en milieu naturel, ils peuvent aussi, à plus ou moins long terme, modifier les relations marchandes interbassins. On peut en effet supposer que le contrôle du naissain permettrait aux bassins concurrents de ne plus être dépendants des bassins actuellement producteurs. Pour Marennes-Oléron et Arcachon, les conséquences économiques seraient considérables.

14Les possibles impacts des progrès techniques sont à envisager dans d’autres contextes. Si jusqu’à ce jour la mer comme lieu d’élevage demeurait sans attrait pour l’ostréiculteur charentais, un programme de recherche de l’Ifremer visant à développer l’élevage de l’huître de haute mer, « l’huître de pleine mer », pourrait modifier cette attitude. Déjà exploitée dans d’autres bassins, elle a fait son apparition sur les étals ces dernières années. Le projet a pour objectif de diversifier les lieux d’élevage, de soulager le bassin d’une production trop importante et d’un manque alimentaire pour notre coquillage. Il serait intéressant de savoir si par ce processus technique, un organisme officiel n’amorce pas localement de possibles transformations culturales, marchandes, et donc culturelles et identitaires. Que deviendront l’estran et le marais si la mer leur prend leurs huîtres ? À quels usages seront-ils destinés ? Seront-ils inscrits au patrimoine et entretenus sans autre fin que préserver le paysage ? La réponse est délicate et incertaine surtout quand on sait combien, de la plate à la creuse, les enjeux autour des espaces de production – enjeu gestionnaire et économique, enjeu social et culturel, enjeu politique aussi – ont été multiples. C’est en effet, à travers la gestion des espaces que, depuis toujours, se sont exprimées la qualité et l’efficacité de la collectivité et actuellement avec la japonaise, dans le contexte de compétition généralisée, la promotion et l’image d’une profession et d’une région productrice, le bassin de Marennes-Oléron.

15La modification de l’usage des sols peut aussi influer sur l’image et l’identité commerciale de Marennes-Oléron dont l’huître « affinée dans le marais » est le produit. En fait, l’huître sauvage, « de haute mer », viendrait la concurrencer sur son propre territoire et sur le marché national. Il est intéressant d’observer que cette démarche répond à une possible évolution conceptuelle. En effet, longtemps honni, le sauvage est devenu désirable, au point qu’il n’est plus seulement question de le protéger, mais de le « cultiver », de le réintroduire, de le gérer, afin de lui permettre de retrouver çà et là son emprise bienfaitrice (Pelosse et Micoud, 1993). En devenant l’objet de décisions volontaristes d’ordre socio-économique, le sauvage ne se donne plus comme produit spontané de la nature, mais comme (re)production de l’homme, protecteur de la nature. Le suprême naturel se confond maintenant avec le comble de l’artificialité. Dès lors, face à cette valorisation du sauvage, l’affinage, identité et atout commercial de Marennes-Oléron, risque d’être fragilisé.

16Au regard de notre étude, on perçoit combien, s’ils perdaient le contrôle de ces deux temps majeurs de production – le naissain et l’affinage – les atouts concurrentiels, l’économie, mais aussi l’identité du bassin de Marennes-Oléron pourraient être menacés. Nous n’en sommes pas là ; néanmoins alors que la production française croît régulièrement (production et vente, 1985 : 110 672 ; 1999 : 139 000), Marennes-Oléron semble perdre des parts de marché, sa production et ses ventes restant stables depuis quinze ans (production : 35 000 t, ventes : environ 60 000 t).

17Les défis que l’ostréiculture charentaise doit relever sont donc considérables. Dans le passé, la profession a toujours fait preuve d’inventivité pour rebondir sans le secours de l’État, voire en s’opposant à lui. Qu’en sera-t-il demain alors que le rôle de l’État s’est accru ?

18Janvier 2003

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site